Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Deuxième partie. La sécularisation : entre histoire et politique

Réinvestissement : une nouvelle histoire ?

Philippe Quesne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si le terme de « sécularisation » signifie que les contenus intellectuels, sociaux, culturels, politiques, d’une époque ne peuvent se comprendre que comme la transposition de contenus antérieurs, tous religieux à l’origine, il semble alors que tous ceux qui font cette hypothèse ont déjà présupposé le sens de ce qu’ils décrivent à l’aide de ce concept, c’est-à-dire l’histoire. L’histoire est pour eux la succession des époques, des âges du monde, le flux des représentations, des visions du monde, etc. C’est à l’intérieur de ce sens relativement inélucidé de l’histoire qu’ils mènent une enquête qui se rapporte aux faits qui surviennent à l’intérieur de cette histoire, qu’il s’agisse d’idées ou d’événements. Ils proposent de schématiser ce flux historique, entendu en ce sens assez naïf, comme « sécularisation ». Dans la mesure où ils visent ainsi le tout de l’histoire, ou le tout de son mouvement, ils semblent échapper au reproche d’être simplement des historiens, car les historiens se ...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search