Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Deuxième partie. La sécularisation : entre histoire et politique

Leo Strauss et le problème de la sécularisation

Carole Widmaier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. L’opposition entre raison et révélation, le problème théologico-politique, l’examen de ce qu’est le moment moderne : la très forte présence de ces sujets dans la pensée de Strauss nous invite à considérer comme légitime de lui poser la question de la sécularisation. Autrement dit, il n’est pas absurde de penser que cette interprétation de la modernité qu’on appelle sécularisation constitue un prisme valide pour aborder sa philosophie. Cependant, le concept même de sécularisation est si complexe que, s’il nous ouvre à la pensée d’un auteur, c’est sans doute pour plonger dans certains de ses aspects particulièrement délicats. Strauss ne fait pas exception.

Partons de l’énoncé chez Schmitt de ce que Blumenberg appelle le « théorème de la sécularisation1 » : « Tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l’État sont des concepts théologiques sécularisés2. » On trouve parfois, à la lecture de Strauss, certains éléments qui vont dans le sens de cette thèse. C’est ainsi, comme le...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search