Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Deuxième partie. La sécularisation : entre histoire et politique

De la fin de l’histoire à l’ère du présentisme

Quelques réflexions sur le Zeitgeist contemporain inspirées de F. Fukuyama, A. Kojève et K. Löwith

Daniel Tanguay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut paraître étrange, voire inconvenant, de revenir sur le thème de la fin de l’histoire, alors que le début du xxie siècle fut marqué par le retour en force de l’événement pur sur la scène de l’histoire après la dernière décennie en apparence sans histoires du siècle dernier. Il faut bien dire « en apparence », car l’histoire a bien suivi son cours violent et imprévisible dans les années 1990 et ce, même si celles-ci apparaissent rétrospectivement comme ce temps déjà lointain où l’on se berçait de la douce illusion de pénétrer dans une ère de paix, de prospérité et même d’espérance après un siècle qui a vu tant d’espoirs brutalement trahis. Le xxe siècle s’est d’une certaine manière conclu comme il avait débuté, soit par un formidable élan d’optimisme qui n’arrivait pas toujours à masquer des inquiétudes plus profondes. C’est pourquoi l’article de Francis Fukuyama de 1989 intitulé « La fin de l’histoire ? » – avec un point d’interrogation – et son ouvrage de 1992 intitulé La Fi...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search