Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Première partie. Le projet moderne

Ce que disent les modernes. « Sécularité » ou « sécularisation » ?

Myriam Revault d’Allonnes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sécularité ou sécularisation ? Pour expliciter le sens de cette alternative appliquée à la modernité, je partirai de la phrase de Hans Blumenberg dans La Légitimité des Temps modernes : « La modernité recourt moins à ce qui lui est donné ci-devant qu’elle s’y oppose et répond à son défi. Cette différence […] fait de la sécularité le trait caractéristique de la modernité sans que celle-ci soit nécessairement issue de sécularisations1. »

Cette proposition – qui qualifie la modernité à partir de la distinction entre sécularité et sécularisation – clôt le chapitre 6 de la première partie de l’ouvrage, intitulée « Sécularisation. Critique d’une catégorie de l’injustice historique », et essentiellement consacrée à l’élucidation théorique du concept de sécularisation. Quant au chapitre 6, il a lui-même pour titre « L’anachronisme moderne du théorème de la sécularisation ».

Je voudrais axer mon intervention sur les implications épistémologiques d’une telle proposition, plus précisément en mat...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search