Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Première partie. Le projet moderne

Le modèle de la sécularisation : quel concept de monde ?

Michaël Fœssel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans La Légitimité des Temps modernes, Hans Blumenberg insiste sur la grande indétermination qui caractérise le concept de sécularisation. Celle-ci est en effet lourde de conséquences qui ne sont pas seulement théoriques : qu’il s’agisse de marquer l’irréductibilité des Temps modernes à ce qui les précède ou, à l’inverse, de désigner un legs inavouable du passé théologique, les usages de la sécularisation ne sont pas épistémologiquement neutres. Or l’origine de cette contamination axiologique de thèses qui devraient demeurer circonscrites à l’histoire des concepts réside à coup sûr dans le flou sémantique propre à une notion qui exprime à la fois un transfert de la sphère théologique à la sphère mondaine et une attention nouvelle à l’immanence. A fortiori la sécularisation devient équivoque lorsqu’elle prend les allures d’un « théorème » et perd ainsi toutes les bases empiriques liées à son émergence dans les discours de la modernité.

Dans ces conditions, il semble nécessaire de déte...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search