Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Première partie. Le projet moderne

La sécularisation est-elle moderne ?

Rémi Brague

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La liaison entre sécularisation et modernité semble le plus souvent aller de soi. On peut définir l’une par l’autre. Je me propose ici, comme une sorte de médiéviste, de projeter sur le thème choisi la lumière des faits et des concepts médiévaux. Je voudrais donc montrer qu’associer sécularisation et modernité n’est pas entièrement légitime. Mes thèses de départ sont les suivantes : 1) le mot de sécularisation est bien moderne ; 2) c’est bien avec la modernité que la réalité qu’il désigne a déployé ses conséquences concrètes. Je ne fais là que rappeler des évidences largement partagées.

En revanche, je soutiendrai également que : 3) les conditions de possibilité de la sécularisation se sont mises en place et réunies pendant la période médiévale. En un mot ou une image : le tremblement de terre moderne a un épicentre qui se situe au Moyen Âge.

Le mot et les faits

Je commencerai par admettre rapidement, à titre d’inventaire de ce qui est acquis, les deux premiers points. Je me permettrai...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search