Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Première partie. Le projet moderne

Avant-propos à la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Caractériser la modernité ou le « moderne » comme « projet », c’est d’emblée admettre le possible écart entre son intention avouée et sa réalisation. Ainsi l’entendait Blumenberg lorsqu’il distinguait le mouvement d’auto-affirmation de la modernité – sa revendication à la rupture et à la nouveauté – et son auto-habilitation, à savoir la réalisation effective de son dessein. Que les Temps modernes aient été qualifiés de Neuzeit exprime bien leur volonté d’arrachement au passé et à la tradition ainsi que le rapport tout à fait inédit qu’ils tentent d’instaurer entre les acquis dont ils disposent (ce que Koselleck appelle l’« espace d’expérience ») et l’ « horizon d’attente », c’est-à-dire les diverses modalités possibles par lesquelles l’homme moderne anticipe l’avenir. Toute la question est alors de savoir si l’évaluation du « moderne » doit s’opérer à partir de la rupture proclamée entre l’ancien et le nouveau ou à l’aune du regard que les modernes portent sur eux-mêmes et sur leur ...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search