Version classiqueVersion mobile

Modernité et sécularisation

 | 
Michaël Foessel
, 
Jean-François Kervégan
, 
Myriam Revault d’Allonnes

Introduction

Michaël Fœssel, Jean-François Kervégan et Myriam Revault d’Allonnes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Est-il légitime d’envisager philosophiquement le rapport entre modernité et sécularisation ? Le plus souvent, ces notions font système dans des études qui se situent à l’articulation de l’histoire et de la sociologie. On y rend compte de la spécificité du « moderne » en privilégiant des objets auxquels on prête une fonction révélante : avènement de l’État rationnel sur la base de l’affaiblissement des institutions religieuses, naissance de l’esprit capitaliste à partir de la diffusion de l’éthique protestante, ou encore triomphe de l’individualisme consécutif à la dissolution des liens communautaires. Le concept de sécularisation est alors naturellement convoqué par la sociologie historique, que l’on définisse la sécularisation comme un processus de différenciation fonctionnelle entre la sphère religieuse et les autres institutions sociales ou, plus simplement, comme une perte d’influence de la religion elle-même. Si ces analyses se distinguent selon l’importance qu’elles reconnaiss...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search