Version classiqueVersion mobile

Histoire du royaume latin de Jérusalem. Tome premier

 | 
Joshua Prawer

Troisième partie. L'établissement

Chapitre III. Campagnes au nord et chute d’Édesse

Texte intégral

1La conjoncture. — ’Imâd al-Dîn Zengî. — Union d’Alep et de Mossoul et tentatives d’encerclement de Damas. — Aggravation de la situation d’Antioche. — Tension entre la monarchie et la noblesse du royaume de Jérusalem. — Expansion de Damas sur les territoires de Zengî et des croisés. — Les Damascènes prennent Bâniyâs et Shâqîf Tîrûn. — Conquêtes de Zengî en Syrie et expansion d’Alep aux dépens de la principauté d’Antioche. — Siège de Ba’rîn. — Arrivée de Jean Comnène en Syrie et ses conséquences. — Vaines tentatives de Zengî pour s’emparer de Damas. — Alliance du souverain de Damas avec le royaume de Jérusalem. — Benforcement du royaume de Jérusalem : sécurité des voies de communication, fortifications de la Judée du sud et de la côte, fortifications du sud de la Transjordanie. Fortifications des marches du nord. — Nouvelle intervention de Byzance dans les destinées de la Syrie musulmane et chrétienne. — Faiblesse de la principauté d’Édesse, sa chute.

  • 1 Ibn al-Athîr, al-Kâmil, dans RHC HOr, I, 389.

2Les quatorze années qui séparent la mort de Baudouin II (1131) de la chute de la principauté d’Édesse entre les mains de Zengî ont une signification toute particulière dans l’histoire du Moyen-Orient. Les États latins ne voient plus leur existence mise en question : elle constitue un fait accompli. Les croisés touchent à l’apogée de leur puissance en Palestine, tandis qu’en Syrie se font sentir les premiers signes du déclin. Ce qui caractérise cette époque, du point de vue des croisés, c’est l’affaiblissement de la puissance offensive et le ralentissement de l’expansion. Les campagnes audacieuses, confinant à l’aventure, de l’époque précédente, l’impression qu’une volonté céleste conduisait la politique ont disparu. Le changement survenu dans la situation des chrétiens peut se résumer dans les propos d’un chroniqueur musulman, relatant la défaite des croisés à la bataille d’Athâreb (1130) : « Les chrétiens virent qu’il était venu au pays un secours auquel ils ne s’attendaient pas. Si jusque-là ils avaient voulu prendre le pays entier, désormais ils ne voulurent plus que garder ce qu’ils avaient1. »

3Vers le milieu du xiie siècle, la Palestine était la région la plus active des États latins. Mais même là, dans le royaume de Jérusalem, le mouvement d’expansion fit place à une volonté de consolidation, militaire, politique et administrative. La frontière orientale était source de conflits entre Damas et les croisés, Damas s’efforçant de substituer au condominium une maîtrise exclusive. La tentative ne réussit pas. La position politique et militaire des croisés se renforça avec la création d’un puissant réseau de fortifications en Transjordanie du sud, dans la région de Galaad et de Moab, et le développement d’un réseau intérieur de fortifications au sud-ouest du royaume. Dans le dispositif de défense de la Terre Sainte, il ne resta qu’un seul point faible, un ilôt musulman isolé sur la côte, l’égyptienne Ascalon. Mais l’Égypte ne donnait presque aucun signe de vie. Et l’importance militaire d’Ascalon ne fit que s’amenuiser, après que les croisés l’eussent entourée d’un cordon de fortifications, qui prévenait toute surprise du côté fâtimide.

4La situation des principautés franques du nord, au contraire de celle du royaume de Jérusalem, allait en se détériorant. Ces principautés étaient plus exposées à une attaque, de l’est ou du nord. Leur sécurité, toute relative, dépendait de la solidité de leur mainmise sur les gués et les passages de l’Oronte. A l’époque précédente, les croisés avaient atteint leur objectif. Les principautés musulmanes d’Alep, Shaîzar, Hamâ et Homs dépendaient de leurs voisins francs de l’ouest, et en certains cas la suprématie croisée se fit sentir jusqu’aux portes des capitales musulmanes. Mais à l’époque dont nous traitons, les contrées à l’est de l’Oronte étaient contrôlées par une puissance musulmane grandissante. Désormais le fleuve marquait la frontière, et la garde de ses gués devenait très difficile. Les attaques musulmanes contre cette frontière furent au début de simples escarmouches, sans plan suivi. Mais à la longue, ces incursions se multiplièrent au point que les croisés, harcelés sans trêve ni répit, n’avaient plus le loisir de refaire leurs forces et de se réorganiser. Cette modification de la situation militaire ne faisait que traduire un changement essentiel survenu dans les États musulmans, avec les conquêtes de Zengî, effectuées à partir de Mossoul. C’est Zengî qui bouleversa l’équilibre entre les forces de l’Islam et les croisés, qui durant cette période perdirent à son bénéfice l’initiative politique et militaire.

  • 2 Cette attitude s’est attirée les louanges d’un historien comme Grousset, mais ce dernier pense en (...)

5C’est alors que l’empire byzantin apparut à nouveau sur la scène politique. Byzance était parvenue à arrondir ses possessions en Asie Mineure, dans une large mesure grâce à la première croisade. Ses frontières ayant été déplacées vers le sud, elle formulait de nouveau des revendications sur les régions syriennes, autrefois byzantines et à présent franques. L’intervention de Jean Comnène, court épisode dans l’histoire de la Syrie musulmane et franque, mit en relief ce paradoxe : le puissant voisin chrétien des croisés ne semblait pas un allié, mais un rival, dont l’influence n’était pas moins dangereuse que celle d’une puissance musulmane. L’histoire aurait pris une tournure différente si des relations normales s’étaient établies entre les États latins et l’empire byzantin, dont la puissance en Asie Mineure faisait encore trembler les émirs seljûqides. Mais les Francs, pas plus que les Byzantins, n’étaient prêts à regarder en face la situation et à accepter la réalité. Les croisés virent dans les Byzantins un danger politique et religieux, et les Byzantins ne purent se défaire de la conviction que les croisés n’étaient que des détrousseurs de l’empire. Les uns et les autres préférèrent une politique d’intrigues, sans autre perspective que celle de bénéfices politiques directs et immédiats. Ils furent même prêts à s’allier à l’ennemi musulman pour gêner « l’allié » chrétien. Ceci se conçoit de la part des Byzantins : leur voisinage, long de plusieurs siècles, avec les États musulmans, les avait habitués à y voir un facteur politique, que l’on pouvait se concilier ou détruire selon les exigences du moment sans heurter la conscience religieuse. Mais l’attitude des croisés ne laisse pas d’être surprenante. Il semble que le voisinage des musulmans ait émoussé leur conscience religieuse et que leur attitude à leur égard soit devenue à la longue purement politique2.

  • 3 Son nom s’écrit dans les sources arabes Zenkî. C’est un nom turc signifiant « le chevalier ». Les (...)

6L’étoile apparue dans le ciel du Moyen-Orient était ’Imâd al-Dîn Zengî3, fils d’Aq Sonqôr Qâsim al-Dawla, officier de Malik Shâh qui parvint à régner quelque temps (jusqu’en 1094) à Alep. Zengî, devenu orphelin de bonne heure, se fit remarquer par ses dons militaires. Par ailleurs l’amitié des émirs seljûqides, compagnons de son père, fut le legs le plus précieux qu’il reçut de celui-ci : Les « mamelûks et amis de son père » se rallièrent à l’enfant de dix ans, qui fut ainsi longtemps entouré de toute la considération que lui valurent les mérites paternels. Il passa son enfance à Mossoul. Il servit successivement Karbôgâ, Jékermish, Jâwalî, Mawdûd et Bursuqî — tous princes de Mossoul. Ceux-ci paraissent à l’origine de l’idée du Jihâd contre les chrétiens. On peut supposer que cela influença les opinions de Zengî. S’il est vrai que ces chefs seljûqides combattirent les croisés, ces guerres ne furent que des événements isolés dans leur vie. Mossoul, au carrefour de l’empire seljûqide, entre l’Asie Mineure à l’ouest, l’Iraq et la Perse à l’est, était mêlée aussi à toutes les guerres qui éclataient de temps en temps dans la mosaïque des émirats turcs et arabes, et elle eut une place de choix dans la dure rivalité qui les opposait lors de la succession au trône sultanal, après la mort de Mahmûd (1131). Avec le recul du temps, Zengî nous apparaît comme l’homme qui, fort des expériences du passé, a fait les premières tentatives d’unification des puissances islamiques pour lutter contre les croisés. La politique de ses successeurs, Nûr al-Dîn et Saladin, paraît une suite directe des opérations de Zengî.

7Cette conception d’un Zengî rénovateur de l’idée de Jihâd a été retenue par les chroniqueurs musulmans qui écrivirent après sa mort, et surtout par l’annaliste des atabegs de Mossoul, ibn al-Athîr. Mais l’examen de la conduite de Zengî, d’après les témoignages contemporains, tels celui de l’historien damascène ibn al-Qalânisî, permet de le voir sous un jour tout autre. Il apparaît alors comme un des nombreux émirs turcs louant leur épée à tous ceux qui les paient, prêts à se tailler un domaine dans les territoires d’émirs voisins ou de croisés, sans s’embarrasser de préjugés. Ses relations avec le calife al-Mustarshid ne furent pas celles d’un pieux musulman avec le chef de l’Islam, quoique la piété de Zengî fût hors de doute. On a l’impression que ce fut seulement après la prise d’Édesse que l’on commença à considérer ses entreprises comme une longue suite de guerres religieuses.

  • 4 Ibn al-Athîr, Histoire des alabecs de Mossoul, in RHC HOr., II, 103.

8Les aspirations de Zengî reflètent bien son caractère, décrit par son admirateur tardif en ces termes : « Il préféra la selle du cheval à la douceur du lit ; il trouvait un plus grand plaisir à veiller aux frontières de son royaume qu’à se reposer sur des coussins ; le fracas des armes le réjouissait plus que le chant des musiciennes, et se mesurer avec un rival lui paraissait plus désirable que d’obtenir les faveurs d’une belle4. »

9On n’a aucune preuve qu’il se soit particulièrement intéressé aux États latins, dans la première décennie de son règne, à Mossoul (1127-1137). Il s’occupa alors à consolider ses positions en Iraq et dans le cours supérieur de l’Euphrate, et son intérêt pour la Syrie fut limité ; si plus tard (1137-1146) il consacra la plupart de son temps aux contrées syriennes, ses actions furent plutôt dirigées contre les musulmans de Syrie que contre les croisés. On a avancé l’idée qu’il ne pouvait combattre les États latins aussi longtemps que le territoire musulman n’était pas suffisamment sûr.

10Zengî, qui avait servi comme officier d’al-Bursuqî de Mossoul, était respecté et estimé du sultan seljuqide Muhammed, qu’il avait aidé à écraser une révolte du calife al-Mustarshid (1125-1126). Moyennant ces bons offices, il fut nommé commissaire (shihna) du sultan à Bagdad, sorte de surveillant du calife et donc titulaire d’une fonction de premier plan en Iraq. Quelque temps après, il fut nommé gouverneur de Mossoul, après avoir réussi à écarter par ruse la candidature du frère du précédent émir. Zengî n’était pas un homme nouveau à Mossoul, où il avait, comme on l’a dit, commencé sa carrière. Cependant cette nomination donnait un caractère juridique à son pouvoir : la réalité dépendrait des moyens dont il disposerait.

11Zengî avait un avantage sur ses prédécesseurs à Mossoul : Alep, malheureuse capitale de la Syrie musulmane, déjà réunie à plusieurs reprises à Mossoul, était disposée à le recevoir à bras ouverts. La ville, qui avait durement souffert du fait des croisés et des chefs musulmans, se trouvait de nouveau en crise : le commandant de la citadelle était en conflit ouvert avec le prince de la cité, d’autres prétendants réclamaient leur part, et les habitants eux-mêmes se révoltaient contre tous. L’arrivée des officiers de Zengî, et plus tard de Zengî lui-même, rétablit l’ordre dans la ville.

  • 5 On a fait remarquer que Zengî laissait en vie les fils de ses rivaux exécutés, mais il faut se sou (...)

12Alep fut désormais une tête de pont pour la politique de Zengî en Syrie. Durant l’année 1129 mûrit le plan de conquête de Damas, annoncé par l’annexion des régions situées entre Alep et Damas, c’est-à-dire Shaîzar, Hamâ, Homs. Hamâ, que gouvernait le fils de Bûrî, était une dépendance de Damas ; Homs se trouvait entre les mains de l’émir Qirkhân, qui tentait de s’emparer aussi de Hamâ. Zengî inaugura sa politique par une trahison : il captura l’émir de Hamà avec l’aide de l’émir d’Homs, et le soir même arrêta l’émir d’Homs. Il échoua, Homs ne fut pas prise. Mais la Syrie découvrit que les relations courtoises qui, en dépit de nombreux actes de cruauté, étaient jusqu’alors un trait agréable de la politique syrienne, cédaient à présent la place à une politique de pure force5.

  • 6 Cf. supra, p. 309.

13Les croisés ne virent pas le danger. Au contraire, après la prise de Bâniyâs, ils tentèrent de prendre Damas (1129) et les opérations de Zengî, qui clouaient les Damascènes sur la frontière nord de leur État, leur semblaient tout à fait bien venues. Cependant, on l’a vu, leurs tentatives échouèrent6, tandis que la puissance de Zengî s’accroissait. Avec un fin sens politique, Zengî exploita la tension entre les croisés et Damas, et les difficultés intérieures auxquelles se heurtait la principauté d’Antioche, pour déplacer quelque peu les frontières d’Alep vers l’ouest, par la prise d’Athâreb. Il mit aussi le siège devant Hârim, desserrant ainsi l’étreinte franque sur Alep. Il était maintenant prêt à faire la paix avec les croisés (1130) et à garantir ainsi son front méridional. La première intervention de Zengî dans les affaires syriennes se terminait à son avantage.

  • 7 Ibn al-Athîr, Histoire des atabecs de Mossoul, RHC HOr., II, 261.

14Zengî quitta alors la scène syrienne pour six années, jusqu’en 1135. Son gouverneur à Alep, Sawâr ibn Aîtekin, ne lança pas de grandes expéditions, mais la ville qui, jusque là, servait d’objectif aux incursions des Francs, s’affranchit lentement et devint, sous sa main, une base d’opérations et de brèves attaques contre les zones frontières d’Antioche. Un historien musulman souligne avec joie que le temps où la moitié des revenus de l’émirat d’Alep allait dans les caisses des croisés était révolu, comme le temps où l’on payait l’impôt « même pour le moulin près de Bâb Jénân (« Porte des Vergers ») d’Alep et entre le moulin et la ville vingt pas »7. L’équilibre des forces en Syrie du nord avait changé, l’initiative enlevée aux croisés était passée aux musulmans.

15Baudouin II, dernier des rois venus en Terre Sainte avec la première croisade, se trouva vers la fin de sa vie, face à des événements susceptibles d’entraîner la destruction des États latins. Sa fille Alice, veuve de Bohémond II, prince d’Antioche, essaya de conserver le pouvoir à Antioche et entraîna un groupe de nobles du pays, et selon la rumeur, s’adressa même à Zengî pour lui proposer une alliance. Une intervention immédiate de Baudouin sauva la situation : quoique les portes de la ville eussent été fermées devant lui sur l’ordre de sa fille, la population se rallia au roi de Jérusalem, et Antioche fut sauvée. Mais la question de l’héritage de la principauté ne fut pas rapidement résolue. Il est vrai que les règles de la succession dans les États latins étaient déjà suffisamment solides pour permettre une transmission régulière du pouvoir, sans ces bouleversements si fréquents dans la société féodale européenne ou musulmane. Constance, fille de Bohémond et d’Alice, était l’héritière légitime d’Antioche, mais comme elle était mineure, la tutelle fut confiée à sa mère, qui n’était pas disposée à abandonner le pouvoir. Autour de cette femme ambitieuse se rassemblèrent les princes du nord, Jocelin II d’Édesse et Pons de Tripoli. Leur dessein était de secouer le joug de la royauté hiérosolymite, théoriquement suzeraine de leurs régions, et qui l’avait été pratiquement sous Baudouin II. Ces tendances sécessionnistes, au moment où la puissance de Zengî croissait, étaient fort dangereuses pour les États latins, dont la sécurité tenait à l’unité des forces, face au morcellement des États arabes. Le successeur de Baudouin II, Foulque d’Anjou, s’efforça de maintenir cette politique, mais ne parvint pas toujours à imposer son autorité aux princes du nord. Une des conséquences de son échec fut la chute d’Édesse.

16Le royaume latin, fondé par des chevaliers français, resta attaché par de multiples liens à la France. La Terre Sainte apparaissait comme une « France d’Orient ». Il n’est pas surprenant que les croisés aient cherché à maintenir des relations culturelles et politiques avec leur patrie, et qu’ils aient même considéré, à une époque plus tardive, le droit français comme valable et presque obligatoire dans leurs États. Il était naturel que Baudouin II cherchât pour sa fille Mélisende un mari dans la noblesse française. Mélisende fut mariée à Foulque d’Anjou, tandis que Constance d’Antioche, la petite-fille de Baudouin, épousa Raymond de Poitiers.

17Foulque d’Anjou, monta sur le trône de Jérusalem en 1131, après avoir, de longues années, admirablement gouverné son comté d’Anjou. Outre les comtés de Touraine et d’Anjou, il avait joint à son patrimoine, grâce à son mariage, le comté du Maine, devenant ainsi vassal d’Henri Ier roi d’Angleterre et duc de Normandie, tout en restant vassal de Louis VI. Grâce à une politique prudente, il parvint à se maintenir, en dépit de la tension qui régnait entre les deux royaumes. En outre, par le mariage de son fils Geoffroy Plantagenêt avec Mathilde, fille unique d’Henri Ier d’Angleterre, Foulque jeta les bases de l’immense empire Plantagenêt en France et en Angleterre. C’est ainsi que Foulque fut le père de deux dynasties, celle des Plantagenêts d’Angleterre, car il fut le grand-père d’Henri II et l’arrière grand-père de Richard Cœur de Lion, tandis qu’il devenait, après avoir perdu sa femme et avoir épousé Mélisende, le continuateur de la dynastie lorraine en Orient. Il connaissait dans une certaine mesure les affaires du royaume, étant allé en pèlerinage en Terre Sainte et y ayant séjourné en 1120-1121. A la mort de Baudouin (1131), la succession échut au nouveau roi, et elle resta entre ses mains treize ans (1131-1143).

18Foulque dut immédiatement affronter le problème de la succession et du gouvernement de la principauté d’Antioche, qui s’était déjà posé à Baudouin II. Alice renouvela ses revendications et réussit cette fois encore à obtenir l’appui de Pons de Tripoli et de Jocelin II. Il semble que cette alliance des princes du nord avait pour but de secouer l’autorité de Jérusalem. Mais Foulque surprit les princes. Il arriva inopinément, par mer, sans escorte, de Beyrouth à Antioche, et la foule d’Antioche témoigna sa sympathie au roi de Jérusalem. Les conjurés se trouvèrent dans une position délicate. La tentative faite par Pons de Tripoli pour combattre le roi se solda par une défaite, et le renforcement de l’unité des croisés. La désignation d’un régent à Antioche par le roi, résolut pour un temps la question, jusqu’au mariage de Constance avec Raymond, comte de Poitiers (1132). Ce mariage se fit malgré la fureur et le dépit d’Alice, à qui on avait assuré d’abord que le comte de Poitiers était venu pour la prendre elle-même pour femme. C’est ainsi que, par cette feinte, fut en fin de compte réglé le problème du gouvernement d’Antioche (1136).

  • 8 Une seule source, G.T., XIV, 15, fait connaître ces événements et la chronologie n’est pas suffisa (...)
  • 9 Voir infra,.
  • 10 Hugues du Puiset fut par la suite assassiné et Foulque accusé de ce meurtre.

19La question des rapports entre la noblesse et la couronne ne se limita pas aux principautés du nord. Presque au moment où Foulque réduisait à l’obéissance la noblesse d’Antioche et de Tripoli, il lui fallut s’occuper d’une question semblable à l’intérieur de son royaume. Dès l’année de son accession au pouvoir, ou peut-être un an après (1132), éclata la révolte de Hugues du Puiset, comte de Jaffa et probablement amant de la reine Mélisende. Cette rébellion rencontra la sympathie d’une partie de la noblesse : le comte d’Oultre Jourdain, par exemple, Romain du Puy, s’y rallia8. Ces révoltes marquent une étape dans le développement de la haute noblesse du royaume de Jérusalem ; elles lui permettront bientôt de jouer un rôle de premier plan dans la conduite des affaires9. La révolte d’Hugues du Puiset confina à la pure trahison, lorsque le comte de Jaffa appela à l’aide les Égyptiens d’Ascalon, lesquels firent une razzia du côté d’Arsûf. Foulque fut contraint d’organiser une campagne contre le vassal rebelle, qui s’enferma dans Jaffa. Ce n’est que grâce à l’intervention de Balian, futur fondateur de la dynastie Ibelin, vassal du comte de Jaffa, que les deux parties parvinrent à un accord. Les relations devaient d’ailleurs rester tendues dans le royaume et à la cour de Jérusalem10.

20L’heure de l’affrontement entre Zengî et les croisés n’avait pas encore sonné. Après la mort du sultan Mahmûd ibn Muhammed (1131), les guerres entre les héritiers mirent le désordre dans tout l’empire, de l’Inde à l’Euphrate, les nombreux prétendants se cherchant des alliés parmi les chefs seljûqides et arabes. Pour le calife de Bagdad, al-Mustarshid Billah, c’était le moment ou jamais d’exploiter le fait que tous les prétendants imploraient l’investiture du calife, pour se débarrasser de la tutelle du sultan. Al-Mustarshid investit en fin de compte Mas’ûd ibn Muhammed, frère du dernier sultan. Durant cette période de luttes, Zengî, en tant qu’allié du sultan Mas’ûd, puis de son rival Sinjâr Shâh, fut amené à combattre le calife en personne. Battu par les armées du calife (1132) alors qu’il tentait de marcher sur Bagdad, Zengî se réfugia à Mossoul, et dans cette fuite il fut aidé par un commandant kurde de Tékrît, qui devait fonder une grande dynastie de l’Islam, Najm al-Dîn Aiyûb, père de Saladin. Le calife, à qui la chance souriait, reprit l’Iraq et marcha même sur Mossoul. Après des siècles, l’Islam voyait le calife vêtu de noir de la maison d’Abbâs à la tête d’une armée combattante. Mossoul fut assiégée (1133), mais Zengî fut sauvé, car le calife, craignant que le sultan n’intervînt de nouveau en Iraq, préféra se replier sur Bagdad.

21Tandis que Zengî était occupé par ces guerres dynastiques, la situation de Damas se renforçait. Après la mort de Tughtekin, et les trois ans de règne de son fils Bûrî, arriva au pouvoir Shams al-Mulûk Ismâ’îl ben Bûrî (1132-1135). La révolte d’Hugues du Puiset contre Foulque d’Anjou, et les difficultés que connaissait Zengî, parurent à Ismâ’îl une circonstance favorable pour lancer une offensive contre les croisés et contre Zengî. Le prétexte fut une plainte des marchands de Damas contre le seigneur de Beyrouth, qui leur avait confisqué une cargaison de tissus. Ismâ’îl, n’ayant pas reçu de réponse à ses doléances écrites, attaqua Bâniyâs. Après un siège de deux jours (15 décembre 1132), les Damascènes minèrent les fondations du château. Renier de Brus, le commandant, se trouvait alors à JafTa, au camp de Foulque, assiégeant la cité du comte rebelle du Puiset. Le château de Bâniyâs, qui gardait le passage de la Syrie vers la Palestine, tomba ainsi facilement aux mains des Damascènes et ses habitants, ainsi que la garnison, furent faits prisonniers. La tentative de Foulque pour dégager Bâniyâs se produisit trop tard.

  • 11 Les croisés l’assiégèrent en 1128 sous le commandement du patriarche Gormond, et il semble qu’ils (...)
  • 12 Mont Glainen ; mons Glavianus. L’endroit n’a pas été définitivement identifié. On a proposé de l’i (...)

22Cette conquête facile et inattendue encouragea Ismâ’îl. Des châteaux musulmans tenus par Zengî ou ses lieutenants, ainsi que des châteaux francs, furent attaqués dans l’été 1133, et une guerre des frontières éclata de nouveau entre Damas et ses voisins. Durant l’été 1133, Hamâ fut enlevée. Shâizar, aux mains des Munqidhites, se libéra, selon l’usage, en versant une forte rançon. Ismâ’îl poussa même plus au sud et prit Shâqîf Tîrûn (’Cavea de Tyron’ des croisés), fort tenu par un cheik indigène, al-Dhahâk ibn Jandal, « raïs » (chef) de Wâdî al-Taym. Ce fort, constitué par trois étages de grottes qui rappelaient Habîs Jaldak, se dressait sur la cime d’une montagne de 1 100 mètres d’altitude, à 300 mètres au-dessus du chemin creusé dans le Jébel Niha, qui longe le Litâny au nord de Beyrouth et de Ba’albek, et marquait à cette époque la frontière des croisés à l’est de Sidon et de Beyrouth. Le cheik qui contrôlait, semble-t-il, la région de Marj ’Uyûn, et aussi le Wâdi al -Taym, gardait ainsi le plus court chemin de Sidon à Damas par Jezzîn. Son autorité faisait régner la paix, entre les Francs et les musulmans, sur les riches pâturages de la région. La prise du château causa donc de sérieuses inquiétudes aux croisés, car il était à 25 kilomètres à peine de leurs ports de Sidon et de Beyrouth. Les Francs possédaient bien, à mi-chemin entre Shâqîf Tîrûn et Sidon, au-dessus de la vallée du fleuve al-Awâlî, le petit château d’abi al-Hassan (Belhacem des croisés)11, et le château du mont Glainen dans les environs montagneux de Beyrouth12, qui avait été construit en 1125 par le roi Baudouin II à son retour de captivité. Mais ces petits châteaux, situés dans une région montagneuse difficile à garder, ne protégeaient que fort peu les cités côtières.

23Les croisés ripostèrent par une incursion dans le Hauran en septembre 1134. Leur plan était, semble-t-il, de progresser depuis le Hauran vers le nord en direction de Damas. L’émir de Damas se contenta d’envoyer une armée leur barrer la route, tandis que d’autres détachements lançaient une série de razzias en Galilée, autour de Tibériade, Nazareth et Acre. Les croisés se retirèrent pour défendre leurs terres, et les deux parties conclurent un armistice (octobre 1134) : les croisés obtinrent par ce traité le retour de leurs prisonniers capturés à Bâniyâs, parmi lesquels se trouvait la femme du commandant du château, Renier de Brus.

24Pendant ces deux années (1132-1134), Damas reprit sa place prépondérante en Syrie, profitant des difficultés qu’avait rencontrées Zengî au nord du pays. Mais en 1135, les troubles s’apaisèrent dans l’empire seljûqide. Le sultan Mas’ûd s’empara de Bagdad et installa un calife de son choix, al-Muqtafî, sur le trône des ’Abbâsides. Zengî, qui avait comploté contre Mas’ûd, était trop réaliste pour s’obstiner dans sa révolte : il abandonna le calife al-Rashîd, se soumit à Mas’ûd et reconnut le nouveau calife. Zengî fut alors libre de s’occuper des affaires de Syrie. Le moment lui était favorable à tous les points de vue. L’époque brillante de Shams al-Mulûk Ismâ’îl touchait à sa fin, le prince étant atteint d’une maladie nerveuse. Les habitants de Damas avaient durement souffert de sa cruauté. Soupçonnant ses sujets, Ismâ’îl invita Zengî, lui promit Damas, et transféra ses trésors à Salkhad. Damas fut sauvée par la mère du prince : sur son ordre, son fils fut assassiné, tandis qu’on installait à sa place son frère, Shihâb al-Dîn Mahmûd. La révolution de Damas (début 1135) surprit Zengî, qui trouva les portes de la cité closes. Les deux parties parvinrent à une solution honorable et Zengî repartit comme il était venu. Damas refusa de s’intégrer au bloc Mossoul-Alep.

25Mais cet échec ne retarda pas l’ascension de Zengî en Syrie. Son premier objectif fut de reprendre ce qu’il avait perdu, au profit de Damas, lors de ses démêlés dans le nord, Hâmâ tomba alors qu’il faisait route vers Damas. Homs resta aux mains de Mu’în al-Dîn Unur, un des anciens officiers de Tughtekin. La base d’opérations de Zengî fut désormais Alep, d’où il partit pour une série d’expéditions rapides qui, au cours du printemps 1135, réduisirent les principautés latines du nord presque à la moitié de leur territoire. La conquête visait les régions franques à l’est de l’Oronte. Les châteaux tombèrent l’un après l’autre aux mains de Zengî, presque sans résistance : Athareb, Zardanâ, Ma’arrat al-Nu’mân, Kafartâb. Zengî fut contraint d’interrompre les opérations, parce que les rapports entre les prétendants au sultanat et le calife avaient suscité de nouveaux troubles en ’Iraq. Du moins avait été mise en lumière la faiblesse des principautés du nord.

26Le gouverneur de Zengî à Alep, Sawâr, attaqua en 1136 la principauté d’Antioche, et parvint jusqu’à Laodicée. Il apparaissait que les principautés n’étaient pas en mesure de s’opposer aux forces musulmanes. Elles avaient d’autres sujets d’inquiétude : une crise politique, et la lutte entre les partisans de la princesse Alice et ceux de Raymond de Poitiers, futur époux de sa fille Constance. C’est alors qu’Antioche fit appel à Foulque d’Anjou. Mais le secours se faisait attendre, et ce retard pouvait être si lourd de conséquences qu’on ne peut guère en rendre compte que par un manque de sagacité du roi de Jérusalem. L’Euphrate était une des frontières du royaume, ce qu’avaient bien compris les précédents rois. La faiblesse des principautés du nord pouvait mettre en question l’existence même du royaume.

  • 13 RHC HOr., I, 423.

27Un détail, signalé par le chroniqueur musulman ibn al-Athîr13, à propos de la reprise de Ma’arat-al-Nu’mân par Zengî, mérite une attention particulière. Après la conquête de la ville, raconte-t-il, ses anciens habitants (musulmans) ou leurs descendants y revinrent, et Zengî promit à chacun d’eux qu’il rentrerait dans ses anciennes possessions. Lorsqu’il s’avéra qu’ils n’avaient pas de titres de propriété, ordre fut donné d’examiner les registres des archives d’Alep : quiconque pourrait prouver qu’il avait, par le passé, payé l’impôt foncier (kharâj), récupérerait ses biens. Zengî s’assurait ainsi l’appui de la population indigène. Le retour et la réinstallation des réfugiés dans les contrées reconquises constituaient en eux-mêmes des faits importants. Ces colons étaient désormais prêts à se dévouer corps et âme pour la défense des biens qui leur étaient restitués par Zengî. Aucun de leurs droits n’avait été prescrit par la conquête franque, épisode passager. La vie reprenait son cours normal.

  • 14 Il accéda au pouvoir après que son père Pons eut été tué par suite d’une traîtrise des Libanais, l (...)

28Les premières opérations militaires de Zengî se terminèrent en 1137, par la grande campagne de Bârin ou Ba’rîn, le Montferrand des croisés, dans la principauté de Tripoli. Ce château franc, situé dans la partie orientale de la principauté, était une position stratégique importante, parce qu’il gardait la principale voie de communication de la Syrie musulmane, de Hamâ à Homs. Dans l’été de 1137, Zengî attaqua la place. Le nouveau comte de Tripoli, Raymond II14, courut défendre son château et appela à l’aide Foulque de Jérusalem : Tripoli, vassale de Jérusalem, dépendait d’elle dans une plus large mesure qu’Antioche. Foulque rassembla ses troupes pour se porter au secours de Raymond de Tripoli, mais celui-ci fut capturé avant que le roi n’arrivât à Ba’rîn, et Foulque se réfugia à l’intérieur du château. Le siège qui mobilisa presque toute la puissance militaire de Tripoli et de Jérusalem, fut très serré. Mais en cette heure critique se manifesta de nouveau l’unité chrétienne. Raymond de Poitiers, nouveau prince d’Antioche (mari de Constance), ainsi que Jocelin II, prince d’Édesse, et le patriarche de Jérusalem partirent à la tête de leurs troupes au secours des assiégés, et ce fait même persuada Zengî d’entrer en pourparlers avec ceux-ci. On leur laissa la faculté de quitter librement le château, et Zengî libéra même les prisonniers qu’il détenait. La prise de Ba’rîn fut une victoire musulmane de grande importance, car elle rendait des terres cultivées aux villes de Hamâ et de Homs, exposées en permanence au péril d’une attaque franque. Il ne fait pas de doute que Foulque aurait pu empêcher la reddition, s’il avait su que des troupes de secours étaient en marche.

  • 15 Roger était le neveu de l’évêque de Lydda, appelé « Roger Tévesque ». On pense qu’il fut à la tête (...)

29Cette mobilisation générale, qui ne suffit pas à sauver Ba’rîn, exposait le royaume à d’autres périls. Alors que les armées de Jocelin II d’Édesse et de Raymond d’Antioche partaient au secours du roi de Jérusalem, Jean Comnène apparut. D’autre part, le départ de Foulque avec le meilleur de ses troupes, et les efforts du patriarche de Jérusalem pour rassembler tout le reste des forces afin de dégager le roi, exposaient le royaume à une attaque de la part du commandement égyptien d’Ascalon, et même à une attaque de Damas. La garnison d’Ascalon marcha vers le nord, jusqu’à la plaine de Ramla, semble-t-il, et infligea une défaite à l’armée franque. Un certain Roger, commandant de la garnison de Lydda, fut fait prisonnier15. Mais les Égyptiens se retirèrent. Quant à l’offensive de Damas, elle ne fut pas très sérieuse, quoique le général Bazwâj (Bazâwash) fît une incursion dans le royaume et détruisît Naplouse, qui était dépourvue de remparts et de fossés. La ville fut incendiée et ses habitants massacrés. Seuls furent épargnés ceux qui parvinrent à se réfugier à temps dans la citadelle.

30Lors du siège de Ba’rîn par Zengî, le bruit se répandit de l’arrivée d’une armée byzantine, conduite par l’empereur Jean Comnène. L’armée se trouvait déjà en Cilicie, faisant route vers Antioche.

31Le fils et successeur d’Alexis, Jean Comnène (1118-1143), compte parmi les grands empereurs de Byzance. Il réussit à remettre de l’ordre à la cour, dans l’administration, et même dans l’armée. Il surpassa son père comme soldat et son règne, qui dura vingt cinq ans, fut marqué par des campagnes qui restituèrent à l’empire une part des territoires perdus en Asie et en Europe.

32En Asie Mineure, les expéditions furent dirigées contre les maîtres d’Iconium, mais avant tout contre l’émir Ghazî, un danishmendide, qui, grâce aux conquêtes qu’il fit aux dépens de ses voisins musulmans et chrétiens, s’était emparé des ports de la mer Noire et des villes de Cilicie, jusqu’à la Syrie. Cette forte puissance était dangereuse pour les régions frontières byzantines, et surtout pour la Cilicie, coupée de la capitale par les émirats turcs d’Anatolie. Les campagnes de Jean Comnène dans les années 20 du xiie siècle renforcèrent les positions de l’empire en mer Noire, et après la mort de Ghâzî, les Byzantins réussirent à repousser la frontière de l’empire jusqu’au fleuve Halys, le Qizil Irmaq.

  • 16 Cf. supra, p. 208.

33L’expansion turque, coupant les relations entre Constantinople et la Cilicie, avait contribué à l’épanouissement des États arméniens du Taurus, dans la région qui allait porter le nom de « Petite Arménie ». La plus importante des dynasties arméniennes fut celle des Rupénides16. A partir de 1129, elle eut à sa tête le prince Léon, qui s’empara des villes byzantines de la côte de Cilicie, Mamistra, Adana et Tarsos. La campagne de Jean Comnène en 1137 fut dirigée contre les Arméniens, mais elle avait aussi un autre objectif. L’empereur ne renonçait jamais à une revendication légitime de Byzance : or Antioche était l’une d’elles. Les croisés, du point de vue byzantin, avaient renié leurs promesses et usurpé une possession byzantine. Un autre affront s’y ajouta. Lors des négociations relatives au mariage de Constance d’Antioche, on avait avancé le nom de Manuel Comnène, fds de l’empereur. Ce mariage aurait sans doute modifié le sort de l’État latin. Mais au dernier moment, sans aucune explication, la main de Constance fut, comme nous l’avons vu, donnée à Raymond de Poitiers, fils cadet de Guillaume IX, duc d’Aquitaine. Ces deux offenses motivèrent l’expédition de Jean Comnène.

  • 17 Cf. supra, p. 287.

34Après sa victoire sur Léon l’Arménien, qui se reconnut son vassal, l’empereur se dirigea vers le sud. Les croisés étaient alors occupés au siège de Ba’rîn, toutes leurs forces étant enfermées dans le château ou dépêchées à son aide. Rentrant de Ba’rîn, Raymond d’Antioche, qui avait fidèlement appuyé Foulque, trouva sa capitale assiégée par les armées byzantines. Il réussit pourtant à entrer dans la ville, mais les habitants et lui-même comprirent qu’il n’y avait aucun espoir de résister au siège byzantin (août 1137). Des négociations s’ouvrirent entre l’empereur et les Francs, au secours desquels, après Ba’rîn, aucune force latine ne pouvait plus venir. Raymond accepta les conditions qu’on lui dicta : l’empereur était reconnu suzerain de la principauté d’Antioche ; le patriarche d’Antioche serait désormais grec-orthodoxe ; Raymond devrait s’engager à collaborer avec l’empereur pour prendre Alep et Shaîzar ; après la conquête, il recevrait ces contrées en fief impérial et abandonnerait définitivement Antioche. L’empereur avait la faculté d’entrer dans la citadelle d’Antioche quand bon lui semblerait ; la bannière impériale, amenée depuis plus de cinquante ans et remplacée par celle des musulmans puis des croisés, y flottait de nouveau. Tout ce qu’avait promis Bohémond à Alexis, lors de sa défaite dans les Balkans (1108)17, se réalisait.

35L’armée impériale prit ses quartiers d’hiver en Cilicie et, au début du printemps de 1138, réapparut en Syrie ; les armées des croisés, tant d’Antioche que d’Édesse, se joignirent à elle, comme convenu, pour envahir les territoires musulmans. On avait choisi comme objectif Alep, qui était tenue par Zengî. Le prince musulman ne connaissait pas, semble-t-il, les intentions de Jean Comnène et se berçait de l’espoir qu’il attaquerait des régions d’Asie Mineure. Ainsi s’explique qu’en automne et en hiver 1137, Zengî essaya ses forces contre les régions de Damas, Homs, la Boquée et Ba’albek, et réussit même à soumettre Ibrahim ibn Turghuth, commandant de Bâniyâs, ville que les gens de Damas avaient enlevée aux croisés ; de là, il revint assiéger Homs. Cependant l’armée chrétienne se préparait à attaquer. Les marchands d’Alep se trouvant à Antioche furent arrêtés, pour être mis hors d’état de transmettre des informations au pays ennemi. L’armée impériale parut au début d’avril en Syrie, mais au lieu de marcher droit sur Alep, dont les armées sous le commandement de Zengî étaient alors devant Homs, elle s’arrêta deux semaines au siège d’une place de peu d’importance, le château de Biza’â, et au pillage des alentours. Cet arrêt permit à Zengî d’envoyer à Alep une armée sous le commandement de Sawâr, et de se préparer au siège. Lorsque les chrétiens arrivèrent (19 avril 1138), c’était trop tard. En moins d’une semaine, ils durent convenir qu’il n’y avait pas d’espoir de prendre la ville, et ils se replièrent. Ils s’emparèrent bien de quelques places, mais Shaîzar ne se soumit pas, en dépit des efforts personnels de l’empereur, qui supervisa les opérations de siège, mais fut réduit à se contenter de recevoir une rançon : celle-ci comprenait des objets d’art, dont l’un particulièrement cher au cœur des Byzantins, une croix incrustée de pierres précieuses que les Turcs avaient prise à Romain Diogène après sa défaite de Malâzgerd.

36Ainsi prit fin, dans l’été de 1138, la première intervention impériale en Syrie. Zengî suivit à la trace l’empereur et reprit tout ce qu’avaient pris les Byzantins et les Francs. Au début de l’hiver, la situation était redevenue ce qu’elle était auparavant : Zengî réussit même à recevoir Homs des mains de l’émir de Damas. Quant aux Francs, ils ne gagnèrent rien et ne firent que s’assujettir à Byzance : ces liens de dépendance aggravèrent la tension entre chrétiens. Les armées franques n’avaient pas collaboré, semble-t-il, sincèrement avec l’empereur contre Alep et Shaîzar, et leur comportement tint parfois de la pure trahison. Zengî, qui connaissait bien la situation dans le camp chrétien, l’exploita pour accroître des deux bords les soupçons. Dans les lettres qu’il envoya à l’empereur, il fit savoir qu’il entretenait des relations d’amitié avec les Francs ; aux Francs, il écrivit que si l’empereur arrivait à s’emparer d’un seul des châteaux de Syrie, il leur prendrait à la fin la Syrie tout entière. A la vérité, ni les uns ni les autres n’avaient besoin des épîtres de Zengî. La prise d’Alep et de Shaîzar, qui aurait été considérée comme une brillante victoire consacrant leur domination sur la Syrie, aurait en fait signifié la remise d’Antioche à l’empereur.

37L’intervention byzantine se termina par un stratagème des croisés. L’empereur fit son entrée triomphale dans Antioche, les princes d’Antioche et d’Édesse marchant devant lui, la population, à la tête de laquelle étaient les prélats, l’accueillant avec musique et chants. Après une visite à l’église cathédrale, l’empereur s’installa au palais des princes d’Antioche. Brusquement, Raymond fut sommé de lui remettre la citadelle, conformément à son engagement. Cette sommation mit les princes francs dans une situation difficile : l’armée de l’empereur était dans la ville, les princes enfermés dans leurs palais. Ce fut Jocelin d’Édesse qui sauva la situation. Il poussa la population latine à la révolte, en répandant la rumeur que l’empereur avait acheté la ville, et que les habitants devaient l’évacuer. Le soulèvement et l’attroupement devant le palais convainquirent l’empereur que la ruse latine valait tout son talent politique : il fut contraint de renoncer, et d’évacuer la ville. Dans les quatre années suivantes, il fut occupé par les affaires européennes, mais le souvenir de l’affront ne fut pas effacé. En 1142, l’empereur parut une deuxième fois aux portes d’Antioche, mais cette fois avec des demandes et des plans plus vastes.

38Pendant les huit années 1131-1139, l’histoire des États latins s’était décidée en Syrie du nord, autour d’Alep et d’Antioche. L’année 1139 nous ramène vers le sud, à Damas, qui était, au point de vue franc, un État tampon entre Zengî et le royaume de Jérusalem, mais qui fut dès lors l’objectif de Zengî.

39Le départ des Byzantins rendait à Zengî les coudées franches. En 1138 déjà, à la veille de l’incursion byzantine, les Damascènes avaient abandonné Homs, et des relations en principe amicales s’étaient établies entre Zengî et le souverain de Damas, Shihâb al-Dîn, dont la mère épousa Zengî. Le meurtre de Shihâb al-Dîn servit de prétexte à l’intervention de Zengî dans les affaires de Damas. A la place du défunt, on porta au pouvoir son jeune frère, Jamâl al-Dîn Muhammed, alors émir de Ba’albek, mais le pouvoir effectif était entre les mains du vieux soldat Mu’în al-Dîn Unur, ancien émir d’Homs. Zengî décida de s’emparer de Damas.

40Il attaqua d’abord Ba’albek (août-octobre 1138), qui était un fief (iqta’a) d’Unur. Ba’albek se soumit, après que la garnison eut livré la citadelle contre promesse de la vie sauve. Zengî jura de répudier toutes les femmes de son harem s’il ne tenait pas sa parole : nul ne sait ce qui arriva aux femmes du harem, mais on sait que Zengî massacra de sang froid tous les défenseurs de la place. Il nomma gouverneur un de ses lieutenants, Najm al-Dîn Aiyûb.

41De Ba’albek, Zengî se disposa à assiéger Damas. Le vrai souverain de Damas, Unur, avait jaugé la situation : Damas ne voulait pas se soumettre à Zengî. Un chroniqueur natif de Damas, comme ibn-al-Qalânisî, ne révèle aucune tendance panislamique : tout son amour va à sa ville, et il faut admettre qu’il n’était pas seul dans ces dispositions. Dans ces conditions, la politique d’Unur trouva appui chez les habitants. Damas ne pouvait seule tenir tête à Zengî. L’unique allié à l’horizon était le royaume de Jérusalem.

  • 18 Cf. infra.
  • 19 G.T., XIV, 8.
  • 20 A-t-il été construit sur les ruines d’un autre château franc, de cette région, ayant un nom sembla (...)

42Le règne de Foulque d’Anjou fut une ère de calme et de prospérité pour le royaume. La tension créée par la volonté expansionniste de la génération précédente avait cessé : on ne songeait qu’à conserver les positions acquises. D’où les grands travaux de fortification de Foulque, conçus non comme des bases offensives, mais comme des positions stratégiques défensives. Le premier souci était la protection de l’artère centrale de communication entre la côte et Jérusalem. N’importe quelle troupe de bédouins ou bande de fellahs pouvait attaquer aisément pèlerins ou marchands cheminant de Ramla à Jérusalem, ou de Jérusalem vers la côte. La nécessité de défendre cette route des pèlerins justifia la création de l’ordre du Temple, et modifia aussi le caractère de l’ordre des Hospitaliers, qui d’un ordre de chevaliers s’occupant de pauvres et de malades, se transforma en véritable ordre militaire18. Pour défendre la route des pèlerins et la route commerciale de la côte, les habitants de Jérusalem, à la fin de 1132, fortifièrent, sur l’initiative du patriarche Guillaume de Messine, le point faible de la grande route allant de Ramla à Jérusalem. Un château fut construit à proximité de Beît-Nûba (Betenopolis ou Bétenoble pour les croisés), « sur le versant des montagnes d’où on voit d’abord la plaine, sur la route par laquelle on va à Lydda et par laquelle on rejoint la mer. Là, on éleva un château-fort pour la garde des pèlerins, car, en ces lieux, dans des passages montagneux resserrés, un grand péril guette les voyageurs du fait des Ascalonites, qui avaient coutume d’y dresser des embuscades. Et après que fut heureusement terminée la tâche, on décida du nom, et l’endroit fut appelé ‘château-Arnauld’ »19. Grâce à ce château, la route devint plus sûre, et les prix des denrées baissèrent. La localisation en est incertaine. Il semble que ce soit Ayâlôn-Yâlû, sur la route entre Lâtrûn et Beît-Nûba, à un kilomètre au sud-ouest de Beît-Nûba. Le château gardait donc la route principale, qui allait de Lydda, par Beît-Nûba, Qubéiba et Nébi-Samwîl, à Jérusalem, ainsi que la route allant de Beît-Nûba à Lâtrûn et de là à Ramla20.

  • 21 Pour les croisés Bethgibelin, ou Begebelinus, et parfois Gibelin et aussi Ibelin, ce qui a conduit (...)

43La situation aux alentours d’Ascalon posait un problème politique et militaire. Quoique la force offensive des Égyptiens fût insignifiante, les croisés n’avaient pas non plus les moyens de prendre cette importante ville maritime. Fait caractéristique de l’état d’esprit qui régnait, au lieu de tenter de la prendre, les croisés préférèrent entourer Ascalon d’une série de fortifications. Vers 1136, Foulque construisit un château à Beît-Jibrîn21, que les croisés identifiaient à Beershéva. Le château fut bâti sur une colline regardant au nord ouest, « au pied des monts en partant vers la plaine » ; il avait avant tout pour objectif de défendre Hébron, au sud, contre les attaques des Ascalonites. Une puissante tour, au centre d’une ligne de murailles complétée par un fossé profond, fut confiée à l’ordre des Hospitaliers, qui bientôt devinrent, avec les Templiers, les gardiens des frontières du royaume.

  • 22 G.T., XV, 24.
  • 23 Guillaume de Tyr dit que l’endroit fut appelé en arabe « Ibelin » et non Yebnâ. Faut-il supposer q (...)

44Un autre château fut édifié au nord d’Ascalon, sur la route menant par la côte au carrefour de Ramla. Élevé par le roi Foulque en 1141, il était sur l’emplacement de l’antique Yebnâ, « car il y avait dans cette région une colline assez élevée sur laquelle s’élevait (ainsi disent les traditions) une des villes philistines du nom de Gath »22. Sur cette colline, on construisit un château à quatre tours ; des puits anciens fournirent l’eau. Le château fut remis à un noble du nom de Balian. Lui et ses fils furent nommés, d’après l’endroit, « Ibelin », car tel était le nom du lieu23 au moment de la construction de ce château. Ainsi naquit une dynastie seigneuriale qui devait jouer un rôle déterminant dans l’histoire du royaume.

  • 24 G.T., XV, 25.

45L’année suivante, en 1142, on compléta la ceinture franque autour d’Ascalon. Les croisés, comme dit le chroniqueur Guillaume de Tyr24, instruits par l’expérience, et voyant que les deux précédentes fortifications (Beit-Jibrîn et Ibelin) réduisaient l’activité des habitants d’Ascalon et leurs attaques, décidèrent de les compléter par une troisième. L’endroit choisi, lui aussi à la lisière de la zone montagneuse et de la plaine, s’appelait en arabe Tell al-Sâfiya, « mont étincelant » dans la chronique de Guillaume de Tyr (Mons Clarus). On se mit à la construction au printemps de 1142. On construisit une tour centrale, et une muraille carrée flanquée de quatre tours en pierres de taille. Les croisés appelèrent l’endroit Blanche-Garde (Blanca Garda ou Alba specula).

  • 25 Cf. infra, cinquième partie, « Régime et société ».

46Ces trois châteaux changèrent la situation militaire au sud. Ascalon ainsi encerclée, les incursions des Ascalonites en territoire chrétien se réduisirent ou même s’arrêtèrent. Ascalon perdit sa campagne, parce que les châteaux des croisés empêchaient le travail des champs. Au contraire, ces châteaux devinrent les noyaux d’une colonisation d’un genre unique25 : les seigneurs firent de leur mieux pour installer aux alentours une population franque qui mettait sa confiance dans les puissants remparts. « Des villages furent fondés », raconte Guillaume de Tyr, « et de nombreuses familles et des travailleurs des champs y demeurèrent ; grâce à leur établissement, toute la région devint plus sûre, et l’abondance des vivres fut mise au service de lieux éloignés. » L’épée et la charrue s’étaient alliées pour opposer une barrière aux sables et aux Égyptiens.

47Le deuxième secteur qui posait un problème stratégique et politique était la Transjordanie. On a déjà noté dans les précédents chapitres l’importance de cette région. On ne s’étonnera donc pas qu’à l’époque de Foulque d’Anjou, époque de consolidation du royaume, une attention toute particulière lui ait été accordée. Ces marches ne faisaient pas partie du domaine royal. Au temps de la fondation du grand château de Montréal (Shawbak), des seigneurs francs de haut rang contrôlaient l’immense fief de Moab et d’Idumée. Depuis les années 30, la Transjordanie était entre les mains d’un seigneur franc, Païen le Bouteiller. C’est sur son initiative que fut édifié en 1142, à l’est de la mer Morte, un immense château appelé Kérak, Krak de Moab, ou Petra Deserti. L’importance de cette forteresse dépassa celle de Montréal, et elle devint la résidence des seigneurs de Transjordanie. Le château fut un maillon de plus dans la chaîne de fortifications qui gardait les marches du nord face à Damas, et celles du sud, avec ’Aqaba.

  • 26 Certains identifient le site avec Pétra, Sel’â n’étant que la forme hébraïque du toponyme. Cette i (...)

48La construction du château de Kérak renforça la position des croisés en Moab et entraîna indirectement l’édification de nouveaux châteaux tant en Transjordanie qu’au sud de la Judée. Il est vrai que nous ne savons pas quand furent construits ces châteaux, mais on peut supposer que le château de Kurmul-Carmel, riche en eau, au sud d’Hébron, sur la route allant d’Hébron à Sô’âr au sud de la mer Morte et de là au château de Kérak, fut bâti pour protéger les communications avec les territoires transjordaniens et la nouvelle place de Kérak. Peut-être le petit château d’Eshtamô’â (Semoa) joua-t-il un rôle semblable. Il est probable aussi que les trois châteaux que nous connaissions des années 80 du xiie siècle, outre le château du Wâdî Mûsâ construit plus tôt, furent élevés en rapport avec la fortification de Kérak-Moab, à savoir : Taphîlé entre Kérak et Montréal, Hurmuz à une dizaine de kilomètres au nord de Pétra, et Sel‘â (Celle), probablement Qûseir-Sel‘a, au sud de Taphîlé et à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Montréal26. Désormais une armée chrétienne pouvait faire route d’Amman jusqu’à ’Aqaba par des territoires sous contrôle chrétien effectif, et de plus, certains châteaux comme Kérak Moab étaient devenus les noyaux d’agglomérations agricoles et urbaines. La majorité des colons se recrutait chez les chrétiens indigènes de Transjordanie, mais des Francs s’installaient aussi dans la région. Les caravanes du Hajj musulman cheminèrent désormais à l’ombre de la croix.

Carte XIV : La tête de pont égyptienne d’Ascalon et les moyens de défense des Francs. (Les lignes en noir représentent les voies d’invasion depuis Ascalon vers le Royaume Latin).

  • 27 Les croisés estropièrent le terme arabe et appelèrent leur château Coquetum ou Coquet.
  • 28 Pour les croisés : Pont de Judaire, d’après le toponyme Wâdî Jûdeyr, au sud du Yarmûk. Le nom Juda (...)
  • 29 Selon une source musulmane tardive, ibn Furât (manuscrit de Vienne) VI part., p. 100, le château d (...)

49Le troisième secteur qui occupait les stratèges francs était le nord-est du royaume : la Galilée et ses accès. Vers 1140, Foulque construisit le château de Belvoir, le Kawkab al-Hawâ arabe (Rose des Vents)27, qui gardait les gués du Jourdain à l’est de Jisr al-Mujâmi28. Ce château situé entre Tibériade et Beisan servit aussi de poste de surveillance de la dépression du Jourdain au sud du lac de Tibériade jusqu’à Beisan, de la Transjor-danie, de Bâniyâs et de la route qui longe le Yarmûk. C’est alors que fut entreprise ou reprise la construction du château de Safed29, fortification centrale de la Galilée, qui défendrait Acre du côté de l’est et le passage du « pont des filles de Jacob » vers la Transjordanie orientale. La défense des accès de la Galilée à l’ouest fut renforcée par une importante forteresse située sur un coude du Lîtânî, là où son cours rapide, coulant du nord au sud, oblique subitement en direction de la mer. Foulque y reçut en 1139 un château que les Francs nommèrent Beaufort, Qal’at al-Sheqîf en arabe. Ce château, élevé au sommet d’un mont de près de 700 mètres d’altitude, considéré comme imprenable, dominait le cours du Lîtânî et défendait les accès orientaux de la ville de Tyr. Il fut livré au roi Foulque par Shihâb al-Dîn, émir de Damas pour des raisons qui ne sont pas claires.

Planche V

Planche V

La Vierge et l’Enfant (Verre de Tyr. xiiie s.).

Planche VI

Planche VI

Chapiteau de l’église de Nazareth (Fin du xiie siècle).

  • 30 Cette hypothèse de Deschamp, La défense du royaume de Jérusalem, p. 179, n’est pas suffisamment fo (...)

50Peut-être quelque temps aux mains des Hospitaliers30 il fut finalement dévolu au seigneur de Sidon et fit désormais partie intégrante du dispositif fortifié de Tyr et de Sidon, que défendaient au nord de Qal’at al-Sheqîf, Shaqîf Tîrûn et Qal’at abi al-Hasan.

  • 31 Guillaume de Tyr (XV, 6) dit : iuxta montem Galaad.
  • 32 Guillaume de Tyr (XV, 6) dit qu’ils abandonnèrent Habehim, maison du prophète Joël et descendirent (...)

51Ce système des fortifications, qui exigeait de grosses sommes d’argent et immobilisait les forces du royaume, empêcha de vastes opérations militaires. Les relations du royaume de Jérusalem avec Damas continuèrent donc à être généralement bonnes, et les deux capitales aboutirent à un modus vivendi. Les tentatives de conquête par attaque surprise furent rares à l’époque de Foulque. Une seule fois, lorsque des renforts militaires appréciables arrivèrent d’Europe, on lança une offensive contre Damas. Cet événement est lié au pèlerinage du comte de Flandre, Thierry, gendre de Foulque (sa fille d’un premier lit avait épousé Thierry). En 1139, Thierry arriva en Terre Sainte et les barons francs résolurent d’exploiter cette occasion et de franchir le Jourdain pour une expédition punitive contre les habitants de Galaad, dont le territoire était revendiqué par Damas et par Jérusalem. Là, peut-être au Jébel Jil’âd31, se trouvait un point fortifié, du type des grottes de montagne, comme à Habîs Jaldak, qui servait de poste d’observation et de refuge aux Bédouins de Moab, ’Amôn et Galaad, d’où ils faisaient de temps en temps des incursions en pays chrétien. Les croisés essayèrent de détruire ces nids de pillards, mais au moment où leur troupe franchit le Jourdain, des tribus de Bédouins ou de Turcomans envahirent le royaume, passèrent près de Jéricho et de là poursuivirent vers l’ouest et attaquèrent la petite, ville de Tecua (Teqû’a) au sud. La ville fut mise à sac et une partie de ses habitants, qui trouvaient leur gagne-pain dans le ramassage du sel et de l’asphalte de la mer Morte, s’enfuit vers la fameuse grotte d’Adûllam. Les envahisseurs se dirigèrent vers Hébron. La garnison de Jérusalem, à la tête de laquelle étaient les Templiers, essaya de les rattraper, mais elle fut battue entre Tecua et Hébron32 par les pillards qui s’enfuirent avec leur butin, croit-on, à Ascalon. Cette défaite fut adoucie par le fait que le corps expéditionnaire de Trans-jordanie s’était, dans l’intervalle, emparé du château de Galaad.

52Ces événements n’envenimèrent cependant pas les relations avec Damas, et lorsque Zengî, après la prise de Ba’albek, menaça l’indépendance de Damas, Unur appela à l’aide le royaume de Jérusalem. Cet appel trouva une oreille attentive, surtout après qu’Unur se fut engagé à payer les frais de la campagne et à donner une compensation financière aux croisés, outre l’importante promesse de les aider à prendre Bâniyâs, qu’ils avaient perdue quelques années auparavant, lorsque son commandant avait accepté l’autorité de Zengî.

  • 33 Guillaume de Tyr appelle l’endroit Cohagar (G. T., XV, 9). Peut-être pense-t-il à l’endroit nommé (...)
  • 34 Le prince d’Antioche faisant route pour Bâniyâs se heurta au commandant de Bâniyâs, qui essayait a (...)

53Zengî assiégea Damas au début de décembre 1139 et en avril 1140, au quatrième mois du siège, il apprit le rassemblement d’une force franque à Tibériade, qui marchait au secours de Damas. Il abandonna la ville, redescendit vers le sud, mais à l’arrivée des Francs, recula vers le nord et s’en fut du côté de Ba’albek. Les Damascènes partirent alors pour Nû’âran, sur la route allant du « pont des filles de Jacob » à Damas, où ils firent leur jonction avec les Francs. L’intervention franque avait cette fois sauvé Damas, et il n’y a pas de doute qu’elle retarda le processus d’unification de la Syrie musulmane d’une bonne génération. Alors les croisés réclamèrent d’Unur qu’il remplît ses engagements quant à Bâniyâs, et cet engagement fut tenu. L’armée unifiée franco-musulmane fit le siège de Bâniyâs, à la défense de laquelle participaient les habitants de Wâdî al-Taym toute proche. L’armée damasquine assiégea la ville par l’est33 entre la ville et la forêt, tandis que les croisés l’assiégeaient par l’ouest ; les princes d’Antioche et de Tripoli arrivèrent aussi. Après un mois de siège, sur la médiation d’Unur, les habitants de la place se rendirent ; leur commandant, Ibrâhîm ibn Tugruth, avait été tué avant le début du siège34. A la mi-juin 1140, la place fut remise aux croisés et Renier de Brus, son ancien seigneur, la reçut à nouveau du roi de Jérusalem. Sa grande importance stratégique venait du fait que Bâniyâs constituait une frontière entre Damas et les territoires des croisés, et qu’elle aurait été fort utile à Zengî pour menacer Damas ou Jérusalem. Sa prise par une armée franco-damasquine écarta le péril pour les deux États, et parut sceller leurs relations de bon voisinage et leur communauté d’intérêts. La tentative de Zengî pour attaquer Damas fut sa dernière intervention dans l’histoire de la Syrie et du royaume de Jérusalem.

54Le calme relatif dans le sud contraste fortement avec les événements des quatre années suivantes, 1142-1146, qui furent un tournant dans l’histoire des principautés latines du nord. Antioche se trouvait dans une situation difficile après la perte de ses territoires d’outre-Oronte à l’est, tombés aux mains de Zengî. La capitale même fut, dans une large mesure, sauvée grâce à l’empereur de Byzance, Jean Comnène, qui reparut en Syrie à la fin de l’année 1142. Un moment, l’œuvre de Zengî se trouva compromise. Un plus grand péril guettait les États latins du fait de l’armée byzantine, quoique l’apparition des Byzantins ait affaibli pour un temps la pression de Zengî. Ce dernier n’osa pas attaquer par crainte de l’empereur, et surtout parce qu’il se trouvait alors, dans les années 1143-1144, en relations tendues avec le sultan seljûqide Mas’ûd, lequel redoutait l’affermissement du pouvoir de Zengî en Iraq et en Syrie. Mais cette chance que fut l’apparition des Byzantins en Syrie tourna à la longue au détriment des croisés. Les relations entre Byzantins et croisés devinrent vite hostiles. Il eût été possible d’empêcher la chute d’Édesse par une intervention byzantine, mais les Byzantins ne levèrent pas le petit doigt : ils tentèrent même de profiter de ces circonstances. L’histoire de la deuxième croisade aurait été foncièrement différente si les croisés avaient pu arriver à un accord avec les Byzantins.

55A la fin de 1142, Jean Comnène revint donc. Il y a lieu de supposer que son arrivée en Syrie faisait suite à une demande de Raymond de Poitiers, prince d’Antioche, qui avait adressé un appel à l’empereur alors qu’il se trouvait pressé par les lieutenants de Zengî à Alep. Le secours arriva, mais pas sous la forme qu’attendait Raymond. L’empereur reprit son projet de conquête des territoires d’outre-Oronte. Des chroniqueurs grecs relatent que ses plans étaient même plus vastes : conquête des zones de l’Euphrate supérieur, et création d’un duché d’Antioche, qui comprendrait aussi Chypre et la Cilicie. Ce duché, il voulait le remettre à son fils cadet Manuel. En tout cas, cette fois l’armée du Comnène avança à la vitesse de l’éclair, et arriva dans la principauté d’Édesse, devant son riche et puissant château, à l’ouest de l’Euphrate, Tell-Bâshir. Jocelin II, qui avait triomphé de l’empereur par stratagème quatre ans plus tôt, se trouva alors impuissant, et s’engagea à lui livrer des otages qui répondraient de sa conduite. De là l’armée byzantine marcha sur Antioche ; Jean Comnène exigea la remise d’Antioche et de sa citadelle, aux termes du traité conclu quatre ans plus tôt ; il s’engageait, quant à lui, à combattre Alep.

56Raymond de Poitiers comprit que la revendication byzantine était fondée, d’autant que cette fois elle s’appuyait sur une puissance militaire très convaincante. Raymond demanda l’avis de sa cour, composée des grands vassaux ecclésiastiques et laïques de la principauté ; y participaient aussi, semble-t-il, les bourgeois francs. Le conseil déclara nuls les accords passés avec les Byzantins. Il fut d’avis qu’un prince n’a pas le droit de renoncer à sa principauté ou à une partie de sa principauté sans le consentement de ses vassaux. Raymond n’était donc pas habilité à le faire, d’autant plus qu’il gouvernait la ville non en vertu de ses droits personnels, mais au nom de sa femme. Cette réponse insolente provoqua la colère de l’empereur, mais la saison était trop avancée (fin de l’automne) pour entreprendre un siège. Les Byzantins dévastèrent les abords de la ville et se replièrent vers le nord, pour reprendre l’offensive au début du printemps.

57Un message de l’empereur à Foulque, roi de Jérusalem, lui faisant part de son désir de faire le pélerinage du Saint-Sépulcre, fut accueilli à Jérusalem avec une froideur compréhensible. Foulque fit savoir à l’empereur, de la manière la plus diplomatique, qu’il se réjouirait de l’accueillir avec une petite suite, le pays étant trop pauvre pour assurer le ravitaillement de la forte armée byzantine. L’empereur n’y consentit point : il ne sied à un empereur de paraître qu’avec toutes ses armées ; ainsi sa visite, qui tenait à la fois du pèlerinage et d’une conquête de Jérusalem par des voies pacifiques, ne se réalisa pas. L’hiver 1143 tirait déjà à sa fin et Antioche se préparait au siège, lorsque Jean mourut d’une blessure reçue à la chasse. Son armée, avec l’héritier du trône, prit la route de Constantinople.

58La Syrie franque fut ainsi préservée d’une conquête byzantine apparemment inévitable. Mais le fils et successeur de Jean, Manuel, héritait des revendications de Byzance sur la Syrie franque.

59Le départ de Syrie des armées byzantines, après quatre années d’équilibre précaire des forces, au cours desquelles tant les Francs que les musulmans restèrent sur leurs positions sans tenter aucune opération dans la crainte des Byzantins, annonce la fin d’un chapitre de l’histoire des États francs d’Orient. Ce chapitre fut clos par la chute du comté d’Édesse aux mains de Zengî, événement qui eut de grandes conséquences pour les États francs de l’Orient, et souleva un écho inhabituel en Europe.

60Les causes qui entraînèrent la chute d’Édesse furent multiples. Les chroniqueurs latins et nombre d’historiens modernes en ont rendu responsable le prince d’Édesse, Jocelin II, mais la cause principale était dans la situation économique et démographique de la principauté. Comme on l’a dit, Édesse était la seule des principautés latines à n’être pas effectivement peuplée de Francs. La population était en majorité arménienne et syrienne, et les Francs n’y constituaient qu’un petit groupe dirigeant. Même l’armée n’était pas composée de Francs, mais de Syriens et d’Arméniens. Il est vrai que les Arméniens étaient réputés bons soldats, mais non les Syriens. Et ce potentiel humain ne fit que s’appauvrir pendant les cinquante années de domination des croisés, tandis que la situation économique se détériorait. Édesse était le plus exposé des États latins, et souffrit plus que les autres des assauts des troupes musulmanes, pour la plupart des tribus turques, qui faisaient des incursions même en temps de paix. Sa situation face aux forces de la Jazîra, à celles des émirs turcs d’Asie Mineure, et sur la route Mossoul-Alep, les deux grands foyers d’activité antifranque, ruina toute la vie économique et provoqua l’émigration de sa population. Au milieu du xiie siècle, la situation dans la partie orientale de la principauté, à l’est de l’Euphrate, était particulièrement mauvaise. C’est sur cette toile de fond qu’il faut voir la chute de la principauté : conflit inexpiable entre Jocelin II d’Édesse et Raymond de Poitiers prince d’Antioche, formellement suzerain de Jocelin depuis 1140 ; impuissance du royaume de Jérusalem sous Mélisende, héritière du trône, qui ne réussit pas à organiser une armée pour porter secours au nord en péril. Mais la raison première, on la trouvera dans le retrait des Byzantins.

61Zengî inaugura sa campagne par une expédition contre un des émirs turcs de Diyârbékir, allié de Jocelin d’Édesse. La réaction de Jocelin est incompréhensible. Il quitta Édesse, franchit l’Euphrate et s’avança vers Tell-Bâshir. Certains y voient une fuite, mais c’est inconcevable, à la lumière des courageuses tentatives de Jocelin pour sauver la capitale. D’autres y voient une confiance exagérée et un défaut de sens politique : Jocelin aurait pensé que, puisque Zengî avait commencé la guerre contre Diyârbékir, il n’attaquerait pas Édesse. Mais il se peut aussi que Jocelin se soit tourné vers Tell-Bâshîr pour couper les communications de Zengî avec Alep. En tout cas, la conséquence directe de cette manœuvre fut qu’Édesse se trouva privée de chef et de défenseurs francs. Zengî, au courant de la marche de Jocelin vers Tell-Bâshir, arriva par une marche de nuit, sous la pluie, le 28 novembre 1144 sous les murs d’Édesse. Il mit le siège devant la ville, dont la défense était dirigée par l’archevêque latin, Hugues II, assisté du chef de la communauté syrienne, l’évêque jacobite Basilius bar Shumana, et le chef de la communauté arménienne, l’évêque Ananias. Le siège dura un mois et la population, bien que non habituée à la guerre, montra du courage même lorsque les vivres manquèrent.

62De Tell-Bâshir, Jocelin appela au secours Jérusalem, et Mélisende envoya une armée vers le nord. Le sort d’Édesse était entre les mains de Raymond de Poitiers, prince d’Antioche. Il n’est pas douteux que l’arrivée d’une armée d’Antioche, à laquelle se serait jointe celle de Tell-Bâshir, aurait mis fin au siège ou, en tout cas, l’aurait rendu plus difficile, donnant à l’armée de Jérusalem le temps d’arriver. Mais, en cette heure grave, Raymond choisit de régler ses comptes personnels avec Jocelin II. Aucune armée ne vint d’Antioche, et l’armée de Jérusalem, qui avait progressé vers le nord, ne put arriver à temps. Zengî commença à saper la base du rempart, et deux jours avant la fin de l’année, le 29 décembre 1144, son armée se fraya un passage dans la ville et y commença un massacre général. Deux jours plus tard, la citadelle se rendit. La capitale de la première principauté fondée par les croisés en Orient tombait au pouvoir de l’Islam. Mais Zengî ne voulait pas d’une ville en ruines. Il voulait conserver l’importante cité qui assurait la sécurité de ses communications. Il comprit que sa conduite à Édesse aurait des échos dans d’autres régions franques. C’est pourquoi il arrêta le massacre de la population et, à la surprise de tous, il ordonna de lui restituer ses maisons et ses biens pillés. Il fit de l’évêque syriaque Basilius bar Shumana son conseiller à Édesse. Les églises latines furent remises aux chrétiens indigènes. Les Syriens et les Arméniens et, semble-t-il aussi, les Grecs, dont la fidélité à Zengî était douteuse, mais la haine envers les Francs avérée, obtinrent des privilèges. Évidemment ces mesures n’étaient pas dues à des considérations humanitaires : Zengî faisait massacrer même des coréligionnaires, chaque fois qu’il y trouvait un intérêt politique ou militaire, ou même pour satisfaire un simple désir de vengeance ; à plus forte raison en usait-il ainsi envers les non-musulmans. Son intention était claire : gagner les sympathies des Syriens et des Arméniens des principautés latines, surtout de celles du nord.

  • 35 A. S. Tritton et H. A. R. Gibb : The First and Second Crusades from an Anonymous Syriac Chronicle, (...)

63Le plan de Zengî ne réussit qu’en partie. Un an et demi après la prise d’Édesse (mai 1146), la population arménienne, liée aux Francs par des liens de famille et de sentiment, tenta de secouer le joug de la garnison turque. Cette fois les Arméniens furent massacrés ou chassés sur l’ordre de Zengî ; pour les remplacer, on importa une population en laquelle on pouvait avoir confiance : trois cents familles juives35 furent installées à Édesse à la place de la population arménienne. Et pourtant la population indigène se révolta à nouveau contre la garnison turque en novembre 1146, avec l’aide de Jocelin, qui réussit à entrer dans la cité. Mais la chance ne lui sourit pas. Nûr al-Dîn, héritier de Zengî, alerté, accourut d’Alep, et Jocelin fut contraint de se retirer, emmenant avec lui toute la population chrétienne. La retraite fut malheureuse, et la sortie d’Édesse se transforma en un atroce massacre des fuyards chrétiens. L’Édesse chrétienne était effacée de la carte.

64Après la prise d’Édesse, Zengî passa à la conquête des autres forteresses franques de l’est de l’Euphrate. Il prit la deuxième place-forte de la principauté, Sarûj, mais il ne parvint pas à s’emparer de Bîrjîk. Il ne put en poursuivre le siège parce que, dans l’intervalle, son autorité se trouva contestée à Mossoul. Une brève opération y rétablit la situation et Zengî partit pour sa dernière campagne, contre un petit émirat de l’Euphrate, Qal’at Ja’bar. C’est là qu’il fut assassiné dans la nuit du 15 septembre 1146, par un de ses eunuques : le meurtrier craignait, selon une source, que Zengî ne le punît d’avoir bu de son vin…

Notes

1 Ibn al-Athîr, al-Kâmil, dans RHC HOr, I, 389.

2 Cette attitude s’est attirée les louanges d’un historien comme Grousset, mais ce dernier pense en fait à l’Algérie et au Maroc des années 30, quand il décrit l’Orient latin. Il est clair que cette attitude n’améliora guère la position des croisés, et à distance elle paraît inspirée par une tactique mesquine et à courte vue.

3 Son nom s’écrit dans les sources arabes Zenkî. C’est un nom turc signifiant « le chevalier ». Les sources chrétiennes l’appellent « Sanguinus ».

4 Ibn al-Athîr, Histoire des alabecs de Mossoul, in RHC HOr., II, 103.

5 On a fait remarquer que Zengî laissait en vie les fils de ses rivaux exécutés, mais il faut se souvenir qu’il donnait ordre de les châtrer. Cf. ’Imâd al-Dîn al-Isfahânî, dans RHC HOr, I, 794/5.

6 Cf. supra, p. 309.

7 Ibn al-Athîr, Histoire des atabecs de Mossoul, RHC HOr., II, 261.

8 Une seule source, G.T., XIV, 15, fait connaître ces événements et la chronologie n’est pas suffisamment claire. Mais il y a lieu de supposer que ces rébellions, ou l’une d’entre elles, éclata dans les derniers jours de Baudouin II. Cf. l’étude de J. Prawer, in Rev. hist. de droit français (1962), 42.

9 Voir infra,.

10 Hugues du Puiset fut par la suite assassiné et Foulque accusé de ce meurtre.

11 Les croisés l’assiégèrent en 1128 sous le commandement du patriarche Gormond, et il semble qu’ils s’en emparèrent : G.T., XIII, 25.

12 Mont Glainen ; mons Glavianus. L’endroit n’a pas été définitivement identifié. On a proposé de l’identifier à Deir al-Qal’a, ou à Halaliah, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Beyrouth. Cf. P. Deschamps, La défense du royaume de Jérusalem, p. 9.

13 RHC HOr., I, 423.

14 Il accéda au pouvoir après que son père Pons eut été tué par suite d’une traîtrise des Libanais, lors d’une attaque des Damascènes contre Tripoli en 1137.

15 Roger était le neveu de l’évêque de Lydda, appelé « Roger Tévesque ». On pense qu’il fut à la tête de la Militia Sancti Georgii, et on a supposé que c’était un ordre créé par des Anglais en Terre Sainte. Cf. Babcock et Krey : Guillaume de Tyr, 87, n. 62. Mais cette hypothèse ne tient pas. Il s’avère que le nom de Saint Georges se rattache, non pas aux Anglais, mais à l’église Saint-Georges de la cité épiscopale de Lydda, parfois nommée dans les sources « Sanctus Georgius ». Aussi peut-on penser que Roger était à la tête de la garnison de Lydda.

16 Cf. supra, p. 208.

17 Cf. supra, p. 287.

18 Cf. infra.

19 G.T., XIV, 8.

20 A-t-il été construit sur les ruines d’un autre château franc, de cette région, ayant un nom semblable, Castrum Arnulfi, château Arnulphe ? Cf. supra, p. 276, n. 36. Certains identifient le château, nommé aussi Castrum Ernaldi ou Chastel Ernald, avec al-Burj, à six kilomètres environ au nord de Beit-Nûba. Le récit concernant cet emplacement, en relation avec la troisième croisade, dans l’Itinerarium Regis Ricardi I, IV, 23 et Ambroise, V, 9810, invite à l’identification avec Yâlû.

21 Pour les croisés Bethgibelin, ou Begebelinus, et parfois Gibelin et aussi Ibelin, ce qui a conduit à une confusion avec Yebnâ-Ibelin. En arabe, écrit Guillaume de Tyr, le nom Betgebrim signifie domus Gabrielis, c’est-à-dire Beth-Gibrîl, « maison de Gabriel ».

22 G.T., XV, 24.

23 Guillaume de Tyr dit que l’endroit fut appelé en arabe « Ibelin » et non Yebnâ. Faut-il supposer que l’antique nom hébraïque de Yebnâ — Yabniel — s’était encore conservé ?

24 G.T., XV, 25.

25 Cf. infra, cinquième partie, « Régime et société ».

26 Certains identifient le site avec Pétra, Sel’â n’étant que la forme hébraïque du toponyme. Cette identification ne tient pas.

27 Les croisés estropièrent le terme arabe et appelèrent leur château Coquetum ou Coquet.

28 Pour les croisés : Pont de Judaire, d’après le toponyme Wâdî Jûdeyr, au sud du Yarmûk. Le nom Judaire se rattache à Gedara en Transjordanie.

29 Selon une source musulmane tardive, ibn Furât (manuscrit de Vienne) VI part., p. 100, le château de Safed était déjà construit en 1101-1102 (= 495 H.) mais il attribue la construction aux Templiers, qui à cette époque n’existaient pas encore. De là l’incertitude sur les commencements de la Safed franque.

30 Cette hypothèse de Deschamp, La défense du royaume de Jérusalem, p. 179, n’est pas suffisamment fondée.

31 Guillaume de Tyr (XV, 6) dit : iuxta montem Galaad.

32 Guillaume de Tyr (XV, 6) dit qu’ils abandonnèrent Habehim, maison du prophète Joël et descendirent à Hébron. Cette tradition relative au prophète Joël n’est pas connue ; on n’arrive même pas à identifier l’endroit (peut-être Halhûl ?) ; dans la traduction française de Guillaume de Tyr (xiiie siècle), l’endroit est nommé Halebon, lieu de naissance de Joseph I Éracles, XV, 6.

33 Guillaume de Tyr appelle l’endroit Cohagar (G. T., XV, 9). Peut-être pense-t-il à l’endroit nommé al-Ghadscher, noté sur la carte du Golan de Schumacher, in Z.D.P.V., t. 9, 164/5.

34 Le prince d’Antioche faisant route pour Bâniyâs se heurta au commandant de Bâniyâs, qui essayait alors de piller les alentours de Tyr ; le dit commandant fut tué dans l’engagement qui suivit.

35 A. S. Tritton et H. A. R. Gibb : The First and Second Crusades from an Anonymous Syriac Chronicle, JRAS, 1933, p. 291.

Table des illustrations

Légende Carte XIV : La tête de pont égyptienne d’Ascalon et les moyens de défense des Francs. (Les lignes en noir représentent les voies d’invasion depuis Ascalon vers le Royaume Latin).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Planche V
Légende La Vierge et l’Enfant (Verre de Tyr. xiiie s.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Planche VI
Légende Chapiteau de l’église de Nazareth (Fin du xiie siècle).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 939k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search