Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Annexes

Apparition et progrès du préjugé de couleur et de la législation ségrégationniste à Saint-Domingue 1705-1790

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’après les sources étudiées (J. Raimond, Cournand, Grégoire, Moreau de Saint-Méry) et les travaux de Y. Debbasch, de L. Nemours et J. Garrigus.

– 10 juin 1705 : une ordonnance différencie « les Nègres libres » des « libres de couleur ».

– 7 octobre 1733 : exclusion des sang-mêlé, et des colons ayant épousé des femmes de couleur, des charges de judicature et des offices de la milice (décision du gouverneur).

– 14 mars 1741 : service du piquet imposé aux « Nègres et Mulâtres libres » (décision du ministre de la marine).

– 1746 : le gouverneur de Saint-Domingue, Larnage, autorise les personnes se réclamant de « race indienne » de se déclarer dans la classe des Blancs.

– 7 août 1758 : « Nègres et Mulâtres libres » perdront leur liberté s’ils hébergent des Nègres marrons. Leur dénonciateur recevra un tiers du produit de leur vente comme esclave (Arrêt du Conseil du Cap).

– 24 septembre 1761 : les actes notariés préciseront l’origine des « Nègres, Mulâtres ou Quarterons libres » (Arrêt du Cons...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search