Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Quatrième partie. Vers la constitutionnalisation de l’esclavage et du préjugé de couleur par la Constituante Mars 1790 - Mai 1791

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le côté gauche l’emporte à la Société des Amis de la Constitution séante aux Jacobins

Le débat de mai 1791 à l’Assemblée entraîna une scission profonde au sein de la Société des Amis de la Constitution de Paris. Le soir du 11 mai, alors que le débat commençait tout juste à l’Assemblée, la Société se réunit et Brissot prit la parole pour critiquer les positions défendues par Barnave. Le journal Le Lendemain du 11 mai, qui rend compte de cette réunion, présente ce qu’il appelle « le système de Barnave » comme étant encore « celui des Jacobins » : « M. Barnave a combattu l’opinion de M. Brissot et comme son système est celui des Jacobins, il a enlevé tous les suffrages1 »

Mais le 13 mai au soir, Robespierre, qui présidait la séance des Amis de la Constitution, réitéra sa condamnation du décret constitutionnalisant l’esclavage. Julien Raimond intervint pour expliquer la cause des libres de couleur. Charles de Lameth demanda la parole mais, hué par l’assemblée, il fit mine de sortir. Perso...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search