Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Troisième partie. J. Raimond au centre de l’information entre les deux rives de l’Atlantique

Chapitre 5. La Pétition nouvelle des Citoyens de Couleur et la campagne de la Société des Amis de la Constitution, mars-avril 1791

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Société des Citoyens de Couleur prépara une pétition adressée à l’Assemblée nationale et demanda à son président, Louis de Noailles, de la recevoir. Ce que Noailles fit le 3 mars 1791.

La demande d’audition est rejetée, 4 mars 1791

La Pétition nouvelle rappelait que les décrets de l’Assemblée n’avaient pas exclu, jusque-là, les libres de couleur des droits politiques, ce que l’Assemblée n’aurait d’ailleurs pu faire sans violer ses principes : « N’était-ce pas encore une conséquence de vos principes sur l’égalité ? N’avez-vous pas reconnu tous les Français libres, égaux en droits ? Pouviez-vous faire deux classes d’hommes pour la couleur, lorsque vous aviez brisé toutes les autres distinctions ? Pouviez-vous consacrer une aristocratie de la couleur, après avoir rejeté dans le néant l’aristocratie de naissance ?1 »

Les pétitionnaires ajoutaient qu’ayant eu connaissance d’un projet de décret qui menaçait de priver les citoyens de couleur de leurs droits, ils réclamaient la protection d...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search