Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Troisième partie. J. Raimond au centre de l’information entre les deux rives de l’Atlantique

Chapitre 3. La naissance du côté gauche sur le problème colonial, octobre 1790

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le décret du 12 octobre 1790 abandonne les libres de couleur aux colons

Le navire Le Léopard, parti de Saint-Marc le 8 août 1790, atteignit Brest le 14 septembre. La municipalité de Brest accueillit les 85 Léopardins avec enthousiasme. Parmi eux se trouvaient Larchevesque-Thibaud, Bacon de la Chevalerie, l’oncle de Barnave, Valentin de Cullion, l’assassin de Ferrand de Beaudière, Venault de Charmilly, Thomas Millet, Daubonneau, Daugy, qui continueront de jouer un rôle de premier plan dans les activités contre-révolutionnaires du parti colonial.

Par un autre navire arrivaient des représentants des paroisses de Port-au-Prince et de la Croix-des-Bouquets qui, fidèles au gouverneur, tenaient à avoir des « députés auprès de l’Assemblée nationale ». Des membres de l’assemblée provinciale du Cap étaient aussi venus : Auvray du Cercle des Philadelphes, Brard, Destandau, Trémondrie et Le Mercier qui se rendirent à Bordeaux.1

Le 30 septembre, l’Assemblée entendit la députation des villes de Port...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search