Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Troisième partie. J. Raimond au centre de l’information entre les deux rives de l’Atlantique

Chapitre 2. La correspondance de J. Raimond avec ses frères de Saint-Domingue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque Julien Raimond fut arrêté par les soins des agents du parti colonial, Brulley et Page, en septembre 1793, il décida de publier sa correspondance avec ses frères de Saint-Domingue pour préparer sa défense.1 Nous présenterons ici la partie de cette correspondance qui éclaire la période de l’Assemblée constituante.

L’origine des « troubles de Saint-Domingue » : les assemblées coloniales déclenchent la guerre civile contre les libres de couleur, 1789-90

Le nouveau gouverneur Peynier atteignit Saint-Domingue en septembre 1789 et organisa une ligue dévouée au gouvernement qui reçut le nom de Pompons blancs. L’arrivée de Larchevesque-Thibaud et de la lettre des députés des colons blancs à la Constituante, dans le courant du mois d’octobre, déclenchèrent la convocation des assemblées primaires pour élire les assemblées provinciales. Au Cap, Bacon de la Chevalerie, l’oncle de Barnave, créa une milice patriotique, tandis que Larchevesque-Thibaud renforçait son parti de « colons patriote...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search