Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Troisième partie. J. Raimond au centre de l’information entre les deux rives de l’Atlantique

Chapitre premier. J. Raimond publie la Correspondance secrète des colons, mai 1790

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la séance du 29 janvier 1790 de la Société des Amis des Noirs, Julien Raimond avait lu des lettres qu’il avait reçues de Saint-Domingue et Brissot, qui présidait, proposa de les publier :

« Lecture de différentes lettres de Saint-Domingue, communiquées par M. Raimond relatives à la Révolution opérée à Saint-Domingue... M. le président a fait la motion qu’il croirait nécessaire et même intéressant pour la cause des Noirs, d’insérer dans les journaux quelques fragments des lettres communiquées par M. Raimond. »1

Ces documents ont pu être apportés par le frère de Raimond, Jean-Baptiste, dont l’arrivée à Paris est mentionnée dès novembre 17892. Toujours est-il que Raimond publia, en mai 1790 et sous l’anonymat, la Correspondance secrète des colons avec les Comités de cette île3, dans le but d’éclairer le public sur les activités des députés des colons blancs, sur leur rôle dans le changement d’état d’esprit de l’Assemblée constituante, depuis le 22 octobre 1789, et sur leur influence da...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search