Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Deuxième partie. L’offensive du club Massiac contre les Citoyens de couleur pour le maintien de la traite et de l’esclavage Novembre 1789 - Mars 1790

Chapitre 6. La campagne du club Massiac pour le maintien de la traite et de l’esclavage

Texte intégral

1À l’Assemblée, un des députés des colons blancs de Saint-Domingue déposait sur le bureau, le 29 décembre 1789, un Tableau de la situation des colonies qui défendait le maintien de la traite et de l’esclavage et dénonçait l’anticolonialisme de la manière suivante :

  • 1 AP, t. 11, 29 décembre 1789, présidence de Démeunier, en annexe à la séance p. 40, texte signé par (...)

« Il est en effet bien extraordinaire que les mêmes écrivains qui proposent l’affranchissement des nègres et l’abolition de la traite, conseillent en même temps l’abandon des colonies et veulent ou que la France renonce absolument à toute liaison avec elles (car il en est qui vont jusque là), ou qu’elle se borne à les considérer non plus comme des provinces asservies, mais comme des États amis, protégés, si l’on veut, mais étrangers et séparés1. »

2Bien que ces écrivains ne soient pas nommés, on peut y reconnaître la position de Grégoire. Puis, le texte demandait que l’Assemblée reconnaisse aux colonies le pouvoir de proposer leur constitution spécifique concernant leur régime intérieur :

« Enfin, Messieurs, vous prononcerez hautement que loin d’adopter l’idée de l’affranchissement des nègres, de l’abolition de la traite et celle de l’abandon des colonies, la France, instruite, pénétrée de tous les avantages qu’elle en recueille, resserre les liens qui les unissent depuis près de deux siècles; mais qu’elle leur laisse le soin de rédiger leur constitution et d’ordonner leur régime intérieur, en se réservant le juste droit de le sanctionner et de régler, de concert avec elles, les lois commerciales qui doivent assurer à la métropole le prix de la protection qu’elle leur donne. »

3Ce texte, mis à la disposition des députés, ne fut pas débattu. L’idée d’une « constitution spécifique » dans les colonies faisait ainsi son chemin dans l’Assemblée elle-même.

4Lorsque la Société des Amis des Noirs publia une Adresse à l’Assemblée Nationale pour l’abolition de la traite le 5 février 1790, le débat n’eut pas lieu dans, mais en dehors de l’Assemblée, selon le souhait des colons.

L’Adresse de la Société des Amis des Noirs contre la traite, 5 février 1790

  • 2 La Société des Amis des Noirs, op. cit., p. 257.
  • 3 La Société des Amis des Noirs, op. cit., p. 274. Le 19 février, Brissot précisait qu’il faisait env (...)

5Le 3 janvier 1790, Brissot proposait, à la Société des Amis des Noirs, de ne présenter une adresse sur la suppression de la traite que lorsque l’Assemblée nationale aurait répondu à la demande des citoyens de couleur2. Le 12 fut imprimée et distribuée aux députés de l’Assemblée3.

6La campagne du club Massiac fut déclenchée dans le public à partir de la diffusion de cette adresse. La Société des Amis des Noirs, constatant que l’Assemblée ne répondait pas à la demande des citoyens de couleur, décida de publier l’adresse sur la suppression de la traite. Elle expose sa position officielle en faveur de la suppression de la traite des Africains et répond à une série d’objections formulées par les partisans de son maintien, à l’occasion de la campagne menée par le club Massiac. L’Adresse précise que la Société a été calomniée et que ses adversaires ont prétendu qu’elle réclamait l’abolition de l’esclavage et l’extension des principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen aux esclaves des colonies françaises. Elle s’en défend en ces termes :

« Nous ne demandons point que vous restituiez aux Noirs François ces droits politiques, qui seuls cependant attestent et maintiennent la dignité de l’homme nous ne demandons pas même leur liberté. Non, la calomnie, soudoyée sans doute par la cupidité des Armateurs, nous en a prêté le dessein et l’a répandu partout; elle voulait soulever tous les esprits contre nous, soulever les planteurs et leurs nombreux créanciers, dont l’intérêt s’alarme de l’affranchissement même gradué. Elle voulait alarmer tous les François, aux yeux desquels on peint la prospérité des Colonies, comme inséparable de la Traite des Noirs et de la perpétuité de l’esclavage.

  • 4 Adresse à l’Assemblée Nationale, op. cit., p. 2-4.

Non, jamais une pareille idée n’est entrée dans nos esprits; nous l’avons dit, imprimé dès l’origine de notre Société, et nous le répétons, afin d’anéantir cette base, aveuglément adoptée par toutes les villes maritimes, base sur laquelle reposent presque toutes leurs adresses. L’affranchissement immédiat des Noirs serait non seulement une opération fatale pour les Colonies ce serait même un présent funeste pour les Noirs, dans l’état d’abjection et de nullité où la cupidité les a réduits. Ce serait abandonner à eux-mêmes et sans recours des enfants au berceau, ou des êtres mutilés et impuissants4. »

7L’Adresse précise alors son objet :

  • 5 Ibid., p. 4.

« Il n’est donc pas temps encore de la demander, cette liberté ; nous demandons seulement qu’on cesse d’égorger régulièrement tous les ans des milliers de Noirs, pour faire des centaines de captifs nous demandons que désormais on cesse de prostituer, de profaner le nom François, pour autoriser ces vols, ces assassinats atroces nous demandons en un mot l’abolition de la Traite, et nous vous supplions de prendre promptement en considération ce sujet important5. »

8Elle présente un tableau de cet « horrible commerce » en rappelant les « manœuvres infâmes » employées par les Armateurs, pour susciter des guerres en Afrique qui leur procureront des captifs, et annonce qu’elle prépare la publication d’une abondante documentation sur le commerce et le transport des Africains.

9Elle aborde ensuite le cœur de sa démonstration en analysant les désavantages de la traite des Noirs du point de vue des intérêts mêmes des colons et des colonies. La traite est ruineuse pour l’Afrique, les Africains, le commerce, les revenus publics et les colons. Elle entraîne la mortalité d’un nombre élevé de marins voués à ce commerce. Les primes à la traite sont un fardeau pesant sur les contribuables et se montent à 2500000 livres par an. Les captifs africains sont de plus en plus difficiles à trouver. Ces raisons devraient contribuer à faire comprendre aux colons leur intérêt nouveau : substituer à la traite des Africains l’élevage de la main-d’œuvre sur place dans les colonies :

  • 6 Ibid., p. 10.

« À l’égard des colons, nous vous démontrerons que, s’ils ont besoin de recruter des Noirs en Afrique, pour soutenir la population des Colonies au même degré, c’est parce qu’ils excèdent les Noirs de travaux, de coups de fouet, d’inanition; que, s’ils les traitaient avec douceur et en bons pères de famille, ces Noirs peupleraient, et que cette population, toujours croissante, augmenterait la culture et la prospérité que l’expérience de beaucoup de Planteurs Anglois et François, pendant un grand nombre d’années et dans différentes Isles, atteste ces vérités incontestables, que la douceur du traitement augmente la population, que la population indigène dispense des recrues étrangères, et par conséquent enrichit le Maître en améliorant le sort de l’esclave. Or, ce qui se fait dans vingt habitations peut s’exécuter et réussir dans cinq cents, et par conséquent dans toutes les Isles à sucre. »6

10C’est la transformation de la condition de l’esclave qui est ici proposée.

11Supprimer la traite implique de changer la forme de reproduction de la main-d’œuvre esclave, d’abandonner le système de remplacement des Bossales par de nouveaux Bossales et d’entamer une généralisation de l’élevage de la main-d’œuvre esclave sur place, qui substituera aux Bossales ces esclaves créoles.

12La cause qui incitait à changer la forme de reproduction de la main-d’œuvre esclave résidait dans la crise de la fourniture du marché africain de captifs qui se manifestait par une hausse des prix de la marchandise humaine :

  • 7 Ibid., p. 12.

« Nous vous démontrerons que l’abolition de la Traite sera avantageuse aux Colons, parce que n’ayant plus de Noirs à acheter, ils ne seront plus obligés de contracter des dettes énormes envers les Armateurs et Capitalistes d’Europe, qui les engagent par leur crédit meurtrier à continuer ce recrutement pernicieux d’esclaves : dettes, dont le montant ne peut que se tripler rapidement par la hausse rapide et infaillible du prix des Noirs, qui, ne pouvant plus se voler qu’à des distances immenses dans l’intérieur de l’Afrique, deviennent une marchandise très chère. »7

13Ce changement de la forme de reproduction de la main-d’œuvre permettra d’introduire la force animale et la mécanisation dans l’organisation du travail de la plantation, ce que Brissot appelle « adoucir l’esclavage », « la douceur du traitement augmente la population ». Brissot n’emploie pas le terme « Bossale », mais celui de « Nègre africain » qu’il différencie de « Nègre créole » :

  • 8 Ibid., p. 11.

« Nous vous démontrerons que l’abolition de la Traite sera avantageuse aux Colons, parce que son premier effet sera d’amener cet état de choses, de forcer les Maîtres à bien traiter, bien nourrir leurs esclaves, à favoriser leur population, à les aider dans leurs travaux par le secours des bestiaux et d’instruments qui multiplieront les travaux en les facilitant parce que ces Nègres étant mieux secondés seront mieux et davantage, dans le même espace de temps, et par conséquent produiront davantage; parce que la population noire s’augmentant par elle-même dans les Isles, plus de travaux, plus de défrichements et moins de mortalité en résulteront, puisqu’il est démontré que les Nègres-créoles sont plus laborieux, plus tranquilles, mieux acclimatés, et par conséquent moins sujets aux maladies que les Nègres-africains. »8

14L’une des conséquences sera d’accroître la population dans les colonies et d’élargir le marché intérieur et la consommation des produits des manufactures de la métropole :

  • 9 Ibid., p. 12.

« Nous vous démontrerons que cette abolition [de la Traite] sera même avantageuse à nos Manufactures, parce que, dans cet ordre de choses, les planteurs ayant moins d’avances à faire et traitant mieux leurs esclaves, la population s’accroîtra rapidement, et par conséquent la consommation de nos denrées; parce que le superflu des avances libres sera reversé sur les objets de nos Manufactures, dont les Maîtres et les esclaves consumeront une meilleure qualité et une plus grande quantité parce que cette consommation s’accroîtra encore, lorsque les esclaves pouvant disposer de leur travail, acquérir de l’aisance et leur liberté, adopteront nos goûts et nos habitudes, et pourront consacrer une partie du fruit de leurs travaux à l’achat des marchandises Européennes. »9

15Ce sera à l’issue de tous ces changements que la condition de l’esclave créole pourra, en se rachetant, devenir un travailleur « libre » et consommateur selon le modèle économiciste européen.

16L’Adresse conclut sur la nécessité de hâter la réalisation de ce processus, que son auteur désigne par les termes de « révolution » et de « philanthropie », et qui consiste à mettre la suppression de la Traite à l’ordre de la réflexion :

  • 10 Ibid., p. 21.

« Si donc vous attachez le plus grand intérêt et à votre gloire, et au respect pour les grands principes et à la conservation des colonies, hâtez-vous, non d’abolir la Traite; nous ne cherchons pas à précipiter cette décision, quoique nous soyons convaincus de sa justice et de ses avantages, mais hâtez-vous de prendre promptement en considération la demande de cette abolition... »10

17Le projet de la Société des Amis des Noirs est incontestablement favorable aux intérêts étroitement économiques de la métropole et des colonies. On a bien compris que la mutation du Bossale en esclave créole, ou du Nègre africain en Nègre créole selon les termes de Brissot, nécessite le maintien de l’esclavage : seule sa condition sera modifiée par les « adoucissements » prévus. L’affranchissement viendra après cette mutation.

18Il est assez remarquable de constater que ce texte ne fait aucune allusion au caractère ségrégationniste des sociétés coloniales, pourtant largement exposé par Julien Raimond et par Moreau de Saint-Méry. Le préjugé de couleur est passé sous silence.

19On mettra au compte de la Société des Amis des Noirs un grand effort argumentaire pour éviter une insurrection des esclaves dans les colonies et inviter les colons à prendre conscience de ce danger. Or, nous avons vu que Moreau de Saint-Méry ne prenait pas ce danger au sérieux, estimant que la fonction aliénante du préjugé de couleur était suffisante pour préserver les colonies d’une telle menace.

20Dans la filiation des physiocrates, la Société des Amis des Noirs avait conscience que l’époque du renouvellement de la main-d’œuvre esclave par le marché africain était terminée. La Société proposait un projet cohérent au service des colons esclavagistes et l’on peut s’étonner alors du peu d’écho qu’elle ait rencontré dans les milieux des planteurs à qui elle s’adressait.

21Si la présence de colons était réelle au moment de la création de la Société des Amis des Noirs, depuis le début de la Révolution en France, la réaction des clubs de colons fut davantage de l’ordre du rejet, prêtant même à la Société des intentions qu’elle n’avait pas, comme celle d’abolir l’esclavage. L’échec de la Société et de son projet en faveur d’une nouvelle politique coloniale doit pouvoir s’expliquer. Aurait-il été trop audacieux ? Heurtait-il trop directement les intérêts des armateurs investis dans la traite, comme le laisse entendre l’Adresse en recherchant spécifiquement l’adhésion des planteurs ? Le rétrécissement du marché des captifs africains était connu des armateurs comme des planteurs et le changement de la forme de reproduction de la main-d’œuvre esclave était déjà expérimenté dans les colonies françaises, qui avaient connu des interruptions dans la fourniture des Bossales, en période de guerres entre puissances européennes. Cette expérimentation sera d’ailleurs poursuivie au début du siècle suivant et systématisée au fur et à mesure de la limitation de la traite.

22En tout cas, peu d’écho que la Société des Amis des Noirs reçut du milieu colon, alors qu’elle le recherchait initialement, reste à approfondir.

23Par ailleurs, on voit mal ce qui pouvait rapprocher la Société des Amis des Noirs, colonialiste et favorable à un « adoucissement » de l’esclavage, de Julien Raimond et de Grégoire, affirmant la nécessité de détruire la société coloniale, esclavagiste et ségrégationniste, ce qui reste également à éclaircir. Un fait apparaît clairement : les fondateurs de la Société des Amis des Noirs ignoraient l’existence du préjugé de couleur et ce fut la Société des Citoyens de Couleur qui leur apprit cette réalité, à partir du 22 octobre 1789.

L’offensive du club Massiac en faveur de la traite, 12-27 février 1790

  • 11 AN, DXXV 89, registre du club Massiac qui décida de publier le discours de Magol le 12 mars suivant (...)
  • 12 Voir S. LACROIX, Actes de la Commune de Paris, op. cit., t. 4, p. 374.

24La réponse du club Massiac à la publication de l’adresse de la Société des Amis des Noirs fut immédiate et s’abattit sur Paris comme un coup de tonnerre. Elle commença par une intervention dans le district des Filles Saint-Thomas, où résidait Brissot, mais aussi le colon Milly qui était également avocat au Parlement et que l’assemblée du district nomma « commissaire pour l’examen de la question relative à l’abolition de la traite des Nègres ». Magol y résidait aussi et fut même élu président de l’assemblée du district. Ce fut Magol qui ouvrit la campagne en prononçant un Discours sur la question relative à la liberté des Nègres à l’assemblée générale du district, le 12 février 179011, faveur du maintien de la traite et de l’esclavage. Puis ce fut le tour de Milly qui intervint à son tour, sur le même sujet et le 22 février, l’assemblée générale du district votait un arrêté en faveur du maintien de la traite et de l’esclavage12. Cette initiative fut suivie par les districts des Carmes Déchaussés et des Filles-Dieu les 26 et 27 février.

25Toutefois, la pression du club Massiac ne réussit pas à entraîner l’assemblée des représentants de la Commune de Paris, qui refusa de prendre un arrêté en faveur du maintien de la traite, mais n’en prit pas davantage en faveur de sa suppression, tout comme il s’était abstenu de soutenir la demande des citoyens de couleur. On aura aussi noté que le club Massiac prenait sa revanche dans le district des Filles Saint-Thomas où demeuraient Brissot et Necker qui s’étaient exprimés, l’un et l’autre, contre la traite des esclaves.

  • 13 Voir G. DEBIEN, Essai sur le club Massiac, op. cit., p. 105-10.

26Le club Massiac disposait encore de l’Armée patriotique bordelaise pour animer sa campagne. Des négociants de Bordeaux et des planteurs qui y résidaient avaient créé la Société américaine résidente à Bordeaux, filière du club Massiac, le 31 août 1789. Le négociant, et négrier, David Gradis en fut l’un des principaux dirigeants. Cette Société eut une forte influence sur la municipalité bordelaise, dont la garde nationale lui était dévouée et prit le nom d’Armée patriotique bordelaise. Le 28 novembre 1789, la Société américaine bordelaise envoyait une adresse à l’Assemblée nationale en faveur du maintien de la traite et de l’esclavage13 et l’Armée patriotique arriva à Paris en février 1790.

  • 14 Sur la réception de l’Armée bordelaise à la Commune et aux Jacobins, voir S. Lacroix, Actes de la C (...)

27Le 18 puis le 23 février 1790, elle fut reçue à l’assemblée des représentants de la Commune de Paris, à qui elle fit connaître son adresse, mais n’obtint pas son soutien qu’elle recherchait pour appuyer sa demande auprès de l’Assemblée constituante. Elle fut reçue également au club des Jacobins sans que l’on connaisse la date de cette réception14, puis, le 25 février, à l’Assemblée nationale pour présenter son adresse qui demandait précisément que le droit de propriété soit reconnu sur des êtres humains :

  • 15 Voir Le Moniteur du 27 février 1790, p. 469 AP, t. 11, p. 698.

« Vous avez consacré, Nosseigneurs, le droit de propriété ; mais la propriété des colons ne serait-elle pas anéantie par l’affranchissement forcé de ses Nègres, la plus importante de ses propriétés et qui seule peut donner du prix aux autres ?... Daignez rassurer par un décret solennel les colons sur leurs propriétés, le négociant sur ses opérations, le propriétaire sur ses créanciers, le cultivateur sur ses travaux, le manufacturier sur son industrie15. »

  • 16 AP, t. 11, p. 698.

28Lors de cette séance, Cocherel fit preuve d’un coup de génie démagogique : il présenta un don patriotique de 4400 livres que les habitants de la ville des Cayes, dans la partie Sud de Saint-Domingue, adressaient à l’Assemblée nationale pour : « le soulagement des femmes et des enfants de ceux qui ont péri dans l’attaque et la prise de la Bastille. » Ce don fut remis au maire de Paris16.

  • 17 Lors de la réunion de la Société des Amis des Noirs du 5 février 1790, Brissot annonça que Clarkson (...)

29Le 26 février, ce fut à la Société des Amis de la Constitution, dit club des Jacobins, que la campagne en faveur du maintien de la traite se fit entendre. Jean-Baptiste Mosneron-Delaunay avait été nommé député du commerce de Nantes près de l’Assemblée nationale. Il s’était déjà fait connaître en publiant un article dans Le Journal de Paris du 28 décembre 1789 dans lequel il répondait à une annonce de la Société des Amis des Noirs17.

30Au club des Jacobins, Mosneron-Delaunay fit un panégyrique du commerce colonial, de la traite des Africains et du système esclavagiste. S’adressant aux Amis des Noirs, il affirma que la « traite française » se faisait avec beaucoup de ménagements et vanta la douceur et l’humanité des maîtres à l’égard des esclaves, leurs « instruments de culture » :

  • 18 A. AULARD, La Société des Jacobins, Paris, 1889-97, t. 1, Discours de Mosneron-Delaunay, 26 février (...)

« Je leur [aux amis des Noirs] dirai seulement qu’ils ont été trompés quand ils ont cru que la traite française se faisait d’une manière dure et cruelle [...] Aucune traite n’est faite avec plus de ménagements que la traite française. [...] Je leur dirai que les esclaves de nos colonies sont soignés avec douceur et humanité et que toute l’attention des maîtres se porte à la conservation des instruments de leur culture18. »

31Le thème des bons traitements que les négriers ou les maîtres réservent à leurs captifs et esclaves est affirmé ici du point de vue d’un calcul égoïste d’apparence évident. Vu de loin, une logique semble s’imposer : les trafiquants et les maîtres ont un intérêt évident à mener à bon port la marchandise humaine, source de leurs profits et à ménager la main-d’œuvre, instrument de leur culture. Les uns et les autres ont acheté cher cette marchandise, il est donc logique qu’ils traitent bien les moyens de leur enrichissement. Cette apparente évidence rend suspecte la simple dénonciation de cruauté attribuée à la traite et à l’esclavage en Amérique. Elle sert aussi à réduire les critiques de ce système à un degré de violence plus ou moins acceptable. Nous verrons un peu plus loin si le thème, apparemment logique, des bons traitements qui ménageraient captifs et esclaves, correspond à la réalité du système colonial.

32Mosneron-Delaunay rend ensuite responsables des « troubles qui agitent nos colonies » ceux qui critiquent le système de la traite et de l’esclavage et ajoute qu’ils font « le jeu de l’Angleterre ». Il désigne ainsi un ennemi intérieur complice d’un ennemi extérieur – ou plutôt un concurrent – et réclame la criminalisation de ceux qui troublent les colonies. Il faut alors décréter que la traite sera maintenue afin de rassurer le moral des commerçants coloniaux.

33Il reprend le thème de la Déclaration des droits comme « terreur des colonies », ce qui lui permet de justifier une constitution spécifique dans les colonies, à cause de l’esclavage :

  • 19 Ibid., p. 16.

« Ici j’aperçois la Déclaration des droits de l’homme qui repousse ce décret; cette Déclaration, un fanal lumineux qui éclairera toutes les décisions de l’Assemblée nationale qui auront la France pour objet; mais j’aurai le courage de vous dire que c’est un écueil placé dans toutes nos relations extérieures et maritimes. Il est nécessaire de tourner ce danger contre lequel nos navires et la fortune publique se briseront. [...] Il faut donc décréter que l’Assemblée nationale n’entend faire aucune application de ses décrets aux colonies, et que le commerce ainsi que toutes les branches qui en dépendent seront exploités comme par le passé, sauf à s’expliquer sur le régime intérieur et extérieur, quand elles auront manifesté leur vœu19. »

34Il tente ensuite d’atténuer cette déclaration de guerre... à la Déclaration des droits en séparant politique intérieure, où l’on peut appliquer ces principes, et politique extérieure incompatible avec ces mêmes principes. Il développe un nouveau thème, celui du courage nécessaire pour s’opposer et combattre les principes de la Déclaration des droits.

35Le parti colonial s’était maintenant constitué en tant que tel. Nous avons aperçu le travail mené par le club Massiac pour unifier tous ceux qui avaient des intérêts dans le commerce colonial et les colonies, jusqu’au ministère de la Marine. Des divergences existaient, mais la campagne pour le maintien de la traite exigeait de les laisser de côté. Il s’agissait de passer à une offensive contre-révolutionnaire, dont l’objectif consistait à éluder les principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen dans les « relations extérieures et maritimes », comme le dit Mosneron-Delaunay. Le parti colonial allait-il entraîner la majorité de l’Assemblée constituante dans une politique de rejet des principes de la Déclaration des droits en matière de politique extérieure, c’est-à-dire coloniale ? Ce rejet, s’il se faisait, n’aurait-il pas d’incidence sur la politique intérieure ?

La réponse de Mirabeau aux Jacobins, 1er et 2 mars 1790 : « l’odieux secret de l’industrie des colons »

  • 20 MIRABEAU, Les bières flottantes des Négriers, Saint-Etienne, P.U. de Saint-Etienne, 1999, présenté (...)
  • 21 Cette intervention n’est que signalée par AULARD, La Société des Jacobins, op. cit., t. 1, p. 17, s (...)

36Mirabeau avait annoncé depuis plusieurs mois qu’il présenterait une motion contre la traite des Africains à l’Assemblée constituante20. Il la présenta au club des Jacobins les 1er et 2 mars 1790, en deux séances successives, ce qui permet de penser qu’il cherchait à donner la plus grande publicité possible à la question21.

37Mirabeau affirme que le maintien de la traite et de l’esclavage menace la liberté de la métropole :

  • 22 MIRABEAU, op. cit., p. 52.

« En effet, pourrait-on cacher aux peuples éloignés cette révolution qui est votre gloire la proclamation des droits de l’homme ne retentira-t-elle pas dans toutes les parties du globe ne redira-t-on pas de proche en proche qu’en France tous les hommes sont régis par des lois égales et quand la sagesse de votre constitution sera connue du monde entier, y aura-t-il une puissance sur la terre assez forte pour empêcher que la liberté ne devienne l’objet de l’ambition de tous les peuples et qu’à notre exemple, ils ne secouent, ils ne brisent tôt ou tard les fers dont ils sont meurtris ?
Si cet effet plus ou moins éloigné de la Révolution française est inévitable, une multitude d’hommes esclaves resteront-ils seuls témoins immobiles, victimes résignées du privilège exclusif de la liberté ? ne voudront-ils pas ou la conquérir ou qu’elle leur soit rendue ? parviendra-t-on à leur voiler le spectacle, à les priver désormais de la raison et de la réflexion, comme on les prive de la liberté ? les Blancs suffiront-ils à maintenir par leurs seules forces le régime que vous avez détruit ? ou pourront-ils se borner à en faire une parodie insolente ? transformeront-ils en mystères religieux les usages et les devoirs des hommes libres ? réserveront-ils la pratique de la liberté pour de certains lieux, pour de certains jours ?
Non, penserez pour ceux qui ne pensent point vous vous élèverez au-dessus des intérêts que les préjugés et l’ignorance entendent mal et vous sentirez que, pour épargner d’horribles carnages, que pour conserver vos colonies, il faut dès cet instant préparer les Noirs à la possession d’un bien qu’aucun homme ne tient de son semblable et qui est le domaine universel de l’humanité22. »

38Mirabeau était l’une des rares personnes, en France, à avoir saisi la nature du préjugé de couleur. Il avait rencontré Julien Raimond et les citoyens de couleur et précise ici que le préjugé de couleur est une conséquence de la société qui met sa main-d’œuvre africaine en esclavage :

  • 23 Ibid., p. 57. Le commentateur affirme que Mirabeau va plus loin que la Société des Citoyens de Coul (...)

« Qu’ils ouvrent les yeux, ces créoles indolents et hautains qui croient que le mépris, que l’arrogance, peuvent tenir lieu de la force ! que sont-ils devant cette population qu’ils ont créée, devant ceux qu’ils appellent avec dédain les gens de couleur ? Ne savent-ils pas que cette nouvelle portion de la grande famille humaine, tous les jours plus ulcérée par les prétentions de l’imbécile orgueil qui gradue l’estime sur la couleur de la peau, est lasse d’exister dans l’esprit des Blancs, dans leurs lois mêmes, comme un intermédiaire entre le citoyen libre et l’esclave ?
Que gagne-t-elle en effet à la liberté, si ce qu’on a retranché à son esclavage est remplacé par une domination non moins odieuse ? si la force qui l’écraserait esclave, s’est changée en mépris qui l’avilit, libre ? si la même oppression est le résultat d’un nouveau genre de despotisme ?
Mais pour mettre un terme à de telles humiliations, pour quitter cette sorte d’existence qui leur ôte des frères et ne leur assure point des amis, moyen leur reste-t-il un seul destruction de cet esclavage qui, s’il a pu s’établir entre des vendeurs et des acheteurs, ne peut être durable entre des frères et des frères, entre des pères et des enfants, entre des enfants et leurs mères. Est-il un pouvoir humain qui puisse suffire à faire longtemps subsister un tel renversement des lois de la nature ? et n’est-ce pas seulement quand l’esclavage sera détruit que le Noir qui est libre aujourd’hui, mais qui est libre sans honneur et par conséquent sans liberté, pourra jouir pour la première fois de ses prérogatives, parce qu’on n’aura plus sujet de le comparer au Noir esclave ? et n’est-ce pas alors seulement que le mulâtre, quarteron, métis, présenteront plus le mélange du sang avili par l’esclavage, avec celui que la liberté ennoblit ? et n’est-ce pas alors seulement que, l’injure ne pouvant plus s’associer avec le préjugé, on verra l’opinion confondre les variétés de l’espèce humaine avec les autres fortuités, et la loi réunir les hommes de toute couleur sous l’empire du droit qui appartient à tous les êtres intelligents ? »23

39Mirabeau entreprend ensuite de réfuter les arguments des partisans de la traite qui affirment qu’elle ne serait pas inhumaine. Chiffres à l’appui, il rappelle les dévastations commises par les captures, les guerres, les institutions renouvelées pour s’adapter à la traite des royaumes africains et décrit concrètement la phase de la traversée de l’océan sur les navires négriers, « ces bières flottantes ».

40La réfutation de l’affirmation largement répandue par les colons, selon laquelle l’esclavage en Amérique serait plus doux que l’esclavage en Afrique, est au centre de sa réflexion. Mirabeau annonce qu’il va révéler « l’odieux secret de l’industrie des colons ». Il part du constat suivant : pourquoi la population esclave dans les colonies d’Amérique diminue-t-elle constamment ?

  • 24 Ibid., p. 74-76.

« Mais je dirai aux partisans de l’horrible trafic, si les Nègres étaient traités avec humanité dans nos îles, s’ils n’étaient pas malheureux, quelle fatalité leur nombre diminuerait-il sans cesse ? pourquoi l’océan vomirait-il chaque année de nouveaux essaims d’esclaves qui partent de l’Afrique pour aller s’ensevelir dans nos colonies ? est-ce donc un symptôme de prospérité que la population entière d’une île s’anéantisse en moins d’un demi-siècle ?
Arrêtez un moment votre attention sur cette opposition déplorable à la plus douce invitation de la nature : de 1680 à 1775, on a introduit 800 mille Noirs sur la partie française de Saint-Domingue, et en 1775 il n’en restait que 290 mille, dont 140 mille seulement étaient des Nègres créoles, tandis que la population la plus contrariée, en Europe, reste stationnaire; tandis qu’aucune race d’hommes n’égale les Nègres en fécondité et que le climat de nos îles est très propre à la favoriser comme le prouvent les familles du petit nombre de Noirs qui sont libres. Cessez d’être étonnés, car nous traitons mieux les bêtes dont la chair nous sert de nourriture, que les colons ne traitent leurs esclaves. »24

41Cette diminution est due au travail harassant que les colons imposent à leurs esclaves. La main-d’œuvre, épuisée, est remplacée par une nouvelle main-d’œuvre, fraîche et adulte, alimentée par la traite. Il dévoile, alors, ce que le thème des bons traitements que les maîtres réservent à leurs esclaves, conformément à leur évident intérêt, dissimule :

  • 25 Ibid., p. 81.

« Vous vous rappelez la cinquième objection : comment, disent quelques planteurs, les Nègres pourraient-ils être malheureux, quand il est si évidemment dans l’intérêt, même pécuniaire, des maîtres d’adoucir le sort de leurs esclaves ?
Gardez-vous de prêter l’oreille à cet hypocrite langage. Examinez les faits, car ce sont les faits et non pas les discours qu’il faut croire, ce sont les faits qui, à côté de ces paroles doucereuses, vous donneront leur traduction vraie, telle qu’elle est cachée dans l’avare pensée des planteurs.
Que viennent nous dire, pensent-ils, ces dupeurs et ces dupes d’une romanesque philanthropie ? ce n’est pas selon et pour la société des Noirs que nous spéculons, c’est pour la nôtre, c’est pour celle des Blancs, et voici le véritable calcul tel qu’il faut le faire : la résistance du principe vital est telle qu’en faisant abstraction des douleurs et des angoisses, et ne comptant que sur une certaine durée d’existence, on peut charger l’esclave d’un travail tellement forcé, que le produit de peu d’années égale et même surpasse le produit d’un travail beaucoup plus prolongé, mais aussi plus modéré; or, tout produit accéléré est plus avantageux que le même produit qui est nécessairement retardé, lorsqu’on ne force pas la nature; or si l’on ne continue pas la traite, ne pouvant plus remplacer les Nègres, on est contraint de les ménager, de les conserver, ne perdra-t-on pas tout ce que l’on gagne aujourd’hui, en ne les ménageant pas, en ne s’occupant point de leur conservation ?
[...] Telle est la véritable théorie qui motive la traite des Nègres et que l’on cache vainement sous une prétendue nécessité de cultiver nos îles par les bras des Africains, seuls propres, dit-on, aux travaux de ces climats25. »

42Mirabeau révélait ici un effrayant secret : la surexploitation de la main-d’œuvre esclave en Amérique était au cœur du système. Les colons en étaient venus à remplacer les instruments de travail, la force animale, toute recherche de procédés pour améliorer la production, par l’emploi de la seule main-d’œuvre humaine. Le système colonial avait réalisé une forme de société régressive sur tous les plans, à commencer par celui des techniques et des forces productives que le choix initial, et archaïque, de l’esclavage autorisait :

  • 26 Ibid., p. 86.

« Pour apprendre à quel point ils [les colons] méconnaissent leurs intérêts, considérez la régie de la plupart des habitations : on n’y connaît ni instruments de culture, ni machines, ni procédés tendant à simplifier et abréger, ni aucune des inventions destinées à faciliter les travaux; leurs Nègres, leurs bêtes de somme; les bras de leurs Nègres, leur industrie. Tels sont les ateliers de labeurs et de souffrances qu’un étranger, en voyant un si grand nombre de bras employés à des travaux qui s’exécutent bien mieux et plus facilement avec beaucoup moins d’efforts manuels, peut-être sans efforts manuels, et par d’autres procédés, serait tenté de croire que les planteurs cherchent à se débarrasser de la trop grande population de leurs esclaves. Quelle serait sa surprise s’il apprenait que ces Nègres, si cruellement harassés de travaux inutiles, ont été arrachés et transportés de leur patrie! s’il apprenait que chacun de ces Nègres est acheté et remplacé avec des fatigues, des dangers, des frais exorbitants! Voilà comment la tyrannie connaît ses intérêts véritables26 ! »

43Ce que Mirabeau dévoilait de l’esclavage était du même ordre que ce que Julien Raimond avait révélé en ce qui concerne le préjugé de couleur : « Vous en frémirez ». Entre novembre 1789 et mars 1790, la face cachée par les colons de la société coloniale esclavagiste et ségrégationniste avait été révélée à la métropole. Les mots esclavage, traite, préjugé de couleur n’étaient plus mystérieux; Raimond et Mirabeau étaient parvenus à les rendre compréhensibles.

  • 27 Ibid., p. 83.

44Mirabeau poursuit en analysant la crise que connaissait le marché d’esclaves en Afrique, de plus en plus difficilement ravitaillé, ce qui faisait hausser le prix de l’instrument-marchandise, comme il le nomme :« En effet, il est une vérité palpable qu’il ne faut pas oublier : c’est que le prix des Nègres s’élève sans cesse, et comment n’en serait-il pas ainsi d’un instrument-marchandise, dont la perte, grâce au métier dispendieux du bourreau, est manifestement plus rapide que la reproduction27 ? »

  • 28 Ibid., p. 102.

45Il développe la nécessité de passer à un autre système, celui de l’élevage des esclaves dans les colonies, pour les mêmes raisons exposées par la Société des Amis des Noirs et critique sévèrement les primes à la traite qui prouvent bien que le système est en crise, puisqu’il est devenu nécessaire de le subventionner. Il développe ensuite une réfutation remarquable de l’affirmation des partisans de la traite selon laquelle le commerce colonial servirait les intérêts de la métropole. La traite réclame non des textiles français, mais du fer et des Indiennes que la France ne produit pas, et des fusils britanniques. Les produits français se limitent à des subsistances produites de façon insuffisante et qui doivent être ensuite achetées à l’étranger. Les colons affirment qu’ils font vivre 5 à 6 millions de salariés en France, qui vivraient de leur commerce, mais ne confondraient-ils pas circulation et production, car enfin : « meurent-ils de faim dans les temps de guerre maritime, qui, comme on le sait, rendent la traite impossible28 ? »

46Il en conclut que le commerce colonial n’enrichit pas la métropole :

  • 29 Ibid., p. 98.

« On voit déjà que la traite des noirs repose en partie, en trop grande partie, sur des marchandises étrangères et lointaines, qu’on ne se procure qu’aux dépens d’une reproduction intérieure, à laquelle on ravit son principal agent, le numéraire. Ainsi, les colonies n’étant point une terre étrangère, mais une partie de l’empire français, le bénéfice que les armateurs retirent de la traite n’a de réalité que pour eux; il n’augmente point la richesse nationale; c’est un simple déplacement. Ils ont beau réaliser trois écus d’une pièce de toile qui n’en a coûté qu’un, sur la côte de Coromandel, ce bénéfice est nul pour le négociant français et par conséquent pour la France29. »

47Il s’affirme enfin favorable à une politique expansionniste et propose un vaste projet de colonisation de l’Afrique :

  • 30 Ibid., p. 103 Clavière avait aidé Mirabeau dans la préparation de ce texte et a réutilisé ce projet (...)

« Le jour où l’Europe refusera de recevoir des hommes en échange de ses marchandises, on verra l’esprit d’invention et d’industrie se développer chez les Africains; dans ce climat encore barbare on verra éclore un nouveau monde de raison, d’humanité, même de savoir. L’Europe et l’Amérique commerçante s’uniront pour aider aux heureux développements que prendra l’Afrique; elles échangeront leurs matières manufacturées contre ses matières brutes, les instruments de leurs propres richesses contre les productions de son sol; mille rapports de bienveillante assistance mutuelle naîtront les uns des autres, et par suite s’ouvriront des sources intarissables de commune prospérité.
Outre les gommes, la cire, l’ambre gris, le miel, l’ivoire, l’argent, la laine, les pelleteries de tout genre, l’or... entendez-vous, marchands d’esclaves ?... l’or outre les bois les plus précieux, les drogues les plus rares, toutes les sortes de poivre et d’épiceries que paraît posséder à profusion le vaste continent dont nous avons à peine observé les bords, outre toutes ces richesses des Moluques convoitées si ardemment et si férocement gardées, vous y trouveriez encore le tabac et le riz que vous n’avez pas, à proprement parler, chez vous, que vous ne pourriez avoir sans épuiser vos terres ou sans les rendre malsaines l’indigo, le coton de première qualité, et pour des prix très inférieurs à ceux de tous les marchés connus; vous y trouveriez enfin la canne à sucre, ce fatal prétexte de tant d’atrocité, dont nous enseignerions si facilement la culture aux Africains libres. Planteurs, ne dites donc plus que vous parlez pour la nation; les instruments animés, machines humaines de vos ateliers nous privent du plus riche et du plus varié, du plus innocent et du plus pur des commerces; nos négociants s’y livreraient sans devenir barbares, sans dévouer leurs agents à d’affreuses maladies, sans abréger leurs jours, sans les rendre détestables au dehors et nécessairement féroces dans leurs foyers30. »

48La colonisation future se fera sans esclavage, souhaitait-il, en brossant ce tableau idyllique. Son projet ne connaît que des produits qui élargiront la sphère de la consommation. L’activité seule des commerçants est prise en compte, comme si la conquête militaire et la domination politique n’intervenaient pas.

49Mirabeau présente les libres de couleur comme la future classe dominante qui doit succéder à celle des colons blancs, incapables de sortir de leur routine et d’effectuer le changement du système de reproduction de la main-d’œuvre :

  • 31 Ibid., p. 109.

« Je parle, souffrez que je parle encore des hommes de couleur. Voilà, de tous ces colons, les plus utiles : leurs propriétés ne sont pas grevées de dettes énormes, comme celles des blancs; nous devons les regarder comme les principaux cultivateurs, comme les habitants sédentaires de nos îles, comme les vrais conservateurs de leur reproduction, puisque, quand ils acquièrent dans le Nouveau Monde, ce n’est pas pour venir dépenser dans l’ancien. Nous devons, en un mot, considérer les hommes de couleur comme les amis naturels de notre constitution particulièrement destinée à détruire dans ses effets civils, et par suite dans tous ses effets, le préjugé à la fois inique et stupide dont ils sont les martyrs. Comment en imaginerions-nous une mieux appropriée à leur situation ? N’en doutez pas, ils cautionneront volontiers la solide durée du lien qui unit les colonies à la métropole : gardiens fidèles de cette portion de l’empire français, intéressés à l’affranchissement des noirs dont ils tirent leur origine, ce n’est pas eux qui chercheront à réveiller en vous les jalousies nationales pour vous porter à maintenir l’usage des crimes contre lesquels s’élèvent, tout à la fois, l’humanité, la raison d’état et jusqu’aux calculs bien entendus de l’intérêt privé31. »

50Mirabeau concluait en proposant une motion destinée à l’Assemblée constituante :

  • 32 Ibid., p. 111.

« Je propose donc : 1o. Que Sa Majesté sera suppliée de faire incessamment parvenir au roi de la Grande-Bretagne le désir de l’Assemblée nationale de se concerter avec la législature anglaise pour opérer d’une manière paisible et durable l’entière abolition de la traite des Noirs.
2o. Que l’Assemblée nationale nomme un comité pour prendre connaissance des troubles actuels qui se sont déclarés dans les colonies françaises et pour lui présenter prochainement une opinion, tant sur la meilleure manière d’y rétablir l’ordre que sur la constitution et les lois les plus convenables à nos colonies pour y préparer la liberté des Nègres, pour y asseoir le bien-être public sur ses véritables bases et pour attacher de plus en plus à la métropole, devenue une mère équitable, ceux de ses enfants qu’elle a jusqu’à présent laissé déshériter de tous les droits de l’espèce humaine32. »

51Il s’alignait sur la position exprimée par la Société des Amis des Noirs dans son adresse du 5 février. En invitant l’Assemblée à se concerter ouvertement avec le gouvernement britannique, il exprimait la position conforme aux activités conjointes de la Société des Amis des Noirs de Londres avec celle de Paris.

52On aura noté la violente critique de Mirabeau à l’égard des partisans de la traite, présentés comme des contre-révolutionnaires, des bourreaux incapables de sortir de leur routine esclavagiste. Plus encore, il désignait leurs successeurs en présentant la classe des libres de couleur comme seule capable de réaliser, dans les colonies d’Amérique, le programme qu’il préconisait, en passant du système de la traite à celui de l’élevage des esclaves créoles : les partisans de la traite étaient vertement congédiés de l’histoire. Enfin, il proposait un ambitieux programme de colonisation de l’Afrique, qui allait dans le même sens en affirmant que les colonies esclavagistes d’Amérique étaient périmées et que le nouveau champ d’activité coloniale se trouvait ailleurs et réclamait des hommes nouveaux, libérés des pratiques du premier empire colonial. Il y avait même urgence car l’Angleterre, elle, avait tiré les leçons de l’expérience du premier empire colonial européen et risquait d’occuper l’Afrique la première! Raison pour laquelle, Mirabeau proposait à l’Assemblée de se concerter avec cette puissance.

53Ce faisant, il avait tendu un piège aux libres de couleur. Son idée de trouver des successeurs aux colons blancs des Antilles était une trouvaille pleine de dangers. On connaissait le rôle d’intermédiaires que les métis d’Européens et d’Africains jouaient depuis longtemps déjà au Sénégal par exemple, mais l’idée de Mirabeau était nouvelle : les colons blancs ayant révélé leur incapacité à organiser une société libre, les libres de couleur, natifs et propriétaires, deviendraient la classe dirigeante des colonies. Ayant connu et subi la barbarie de l’ancien système colonial esclavagiste, ils sauraient en sortir en réalisant le passage de l’esclavage de traite à l’élevage et maintiendraient le lien avec la métropole. Désignés comme cultivateurs par Mirabeau, la marine marchande et le négoce leur échappaient et resteraient aux mains des métropolitains. Il faisait ainsi des libres de couleur les instruments futurs d’une nouvelle forme de colonisation, au service des intérêts de la métropole.

54Sa vision du futur demeure européocentrée, consumériste et impériale. Il critique l’esclavage, mais s’inscrit dans une société dans laquelle les propriétaires adouciront les travaux manuels grâce à ce qu’il nomme la « domesticité libre » et qui contribuera au seul objectif qu’il assigne à l’économie, un consumérisme d’abondance. On est loin des analyses d’un Grégoire.

55Les libres de couleur partageaient-ils les mêmes objectifs et se laisseraient-ils instrumentaliser par les projets partagés par Mirabeau et la Société des Amis des Noirs ?

56La réaction de J. B. Nairac, député du commerce de La Rochelle, au discours de Mirabeau, est connue par sa correspondance avec ses commettants. Il assista à cette double séance du club des Jacobins et écrivit le 2 mars :

« Hier au soir au club de la Révolution, autrement dit des Jacobins dont vous connaissez sans doute l’institution, M. de Mirabeau commença la lecture de son discours sur la traite et l’esclavage des Noirs. Elle dura trois heures et demi et il n’était encore qu’aux deux tiers, l’heure le força d’en remettre la suite à aujourd’hui. Ce discours est rempli de morceaux de la plus grand éloquence, il y a des images fortes et faites pour produire le plus grand effet, la partie de la morale est supérieurement traitée. Les commerçants, les traiteurs, leurs moyens sont traités avec le plus profond mépris, nos vaisseaux sont appelés de longues bières; cependant je crois fermement que M. de Mirabeau ne produira d’autre effet que celui qu’obtient communément un discours bien fait, c’est-à-dire de vains applaudissements et qu’un décret favorable [à la traite] sera le résultat de la discussion. »

57La lettre du 3 mars poursuit :

  • 33 J.M. Deveau, Le commerce rochelais face à la Révolution française. La correspondance de J.-B. Naira (...)

« M. le comte de Mirabeau a fini son discours par des conclusions moins sévères que nous ne nous y attendions, elles ont été que le roi serait supplié de s’unir à l’Angleterre pour amener de concert l’anéantissement de la traite. Il fit une sortie si violente contre les députés de l’Armée patriotique de Bordeaux que plusieurs membres de l’assemblée l’improuvèrent et en firent des excuses aux députés. Ils en auraient bien dû aussi aux commerçants et aux colons qu’il a déchirés de la manière la plus atroce. S’il lui revient jamais une statue, je doute qu’il l’obtienne dans les places du commerce33. »

  • 34 J.-L. Duval, Souvenirs sur Mirabeau et les deux premières assemblées législatives, Paris, 1832, cit (...)

58Nairac laisse apercevoir une certaine admiration pour la puissance du discours « bien fait » de Mirabeau, mais il a aussi compris que la « motion » ne ferait pas perdre le terrain que les partisans de la traite avaient conquis en menant leur campagne. Le siège de l’Assemblée avait été bien préparé et Mirabeau avait compris qu’il n’y obtiendrait pas la parole, comme l’atteste une lettre qu’il écrivit à son collaborateur Etienne Dumont, le 2 mars : « Je vous envoie, mon cher Dumont, les premières feuilles de ce discours qui a tant besoin que vous le caressiez. Je les reprendrai en allant à l’Assemblée, où, cependant, je ne compte pas parler ce matin34.

  • 35 La Société des Amis des Noirs, op. cit., séance du 22 mars 1790, p. 280. La publication du texte de (...)

59Le 22 mars, Mirabeau fit une nouvelle lecture de son texte à la Société des Amis des Noirs. Celle-ci décida de le publier, à ses frais, avec un avant-propos de Brissot. Ce projet restera en l’état35.

60Ce fut sa dernière intervention sur le problème colonial et aussi sa dernière participation aux travaux de la Société des Amis des Noirs. Quelques jours plus tard, il participait avec son ami Condorcet à la création de la Société de 1789, qui tint sa première réunion le 12 avril 1790. Il se retrouvait aux côtés de Moreau de Saint-Méry. Ce fut aussi à cette époque que Mirabeau passa au service de la cour.

Notes

1 AP, t. 11, 29 décembre 1789, présidence de Démeunier, en annexe à la séance p. 40, texte signé par Un des députés de Saint-Domingue, sans plus de précision.

2 La Société des Amis des Noirs, op. cit., p. 257.

3 La Société des Amis des Noirs, op. cit., p. 274. Le 19 février, Brissot précisait qu’il faisait envoyer l’adresse à tous les districts, p. 276. Il est ainsi établi par le registre de la Société que cette Adresse à l’Assemblée Nationale pour l’abolition de la traite des Noirs par la Société des Amis des Noirs a bien été imprimée et distribuée entre le 5 et le 12 février 1790, ce qui mettra fin, espérons-le, au flou chronologique qui a entouré jusqu’à présent la datation de cette publication. Ce flou chronologique vient des AP, qui datent, par erreur, la présentation de cette adresse à l’Assemblée nationale dans sa séance du 21 janvier 1790, t. 11, p. 273, erreur qui a été répétée par plusieurs historiens. Il est curieux de trouver cette erreur dans le commentaire de La Société des Amis des Noirs, op., cit., p. 269, n. 528 : « Ce titre, peu explicite, désigne probablement l’Adresse à l’Assemblée nationale pour l’abolition de la traite des Noirs, qui sera lue devant l’Assemblée le 21 janvier suivant. » Cette lecture n’a jamais eu lieu comme le prouve le registre même de la société qui nous apprend, par contre, que la première rédaction date du 23 janvier et qu’elle ne fut envoyée aux députés qu’entre le 5 et le 12 février 1790. On trouvera le texte de cette adresse dans AN, ADXVIIIc/116, no 8, imprimé par ordre de la Société, qui porte bien la date du 5 février 1790, signée par Brissot, président et Lesage, secrétaire, Paris, Potier de Lille, 22 p., la page de titre présente la vignette de la Société, un esclave africain enchaîné et agenouillé avec la légende : Ne suis-je pas ton frère ? Reprint dans La Révolution Française et l’abolition de l’esclavage, EDHIS, t. 7, no 7.

4 Adresse à l’Assemblée Nationale, op. cit., p. 2-4.

5 Ibid., p. 4.

6 Ibid., p. 10.

7 Ibid., p. 12.

8 Ibid., p. 11.

9 Ibid., p. 12.

10 Ibid., p. 21.

11 AN, DXXV 89, registre du club Massiac qui décida de publier le discours de Magol le 12 mars suivant. Voir aussi DEBIEN, Essai sur le club Massiac, op. cit., p. 185.

12 Voir S. LACROIX, Actes de la Commune de Paris, op. cit., t. 4, p. 374.

13 Voir G. DEBIEN, Essai sur le club Massiac, op. cit., p. 105-10.

14 Sur la réception de l’Armée bordelaise à la Commune et aux Jacobins, voir S. Lacroix, Actes de la Commune de Paris, op. cit., p. 143, 183, 374.

15 Voir Le Moniteur du 27 février 1790, p. 469 AP, t. 11, p. 698.

16 AP, t. 11, p. 698.

17 Lors de la réunion de la Société des Amis des Noirs du 5 février 1790, Brissot annonça que Clarkson allait publier sa réponse à Mosneron, La Société des Amis des Noirs, op. cit., p. 272. La réponse de Clarkson fut publiée dans Le Patriote Français du 13 février 1790, reprint La Révolution Française et l’abolition de l’esclavage, op. cit., no 5, 4 p. Les négociants de Nantes avaient formé, comme ceux de Bordeaux, une société correspondant avec le club Massiac et envoyé leur député défendre leurs intérêts à Paris, G. DEBIEN, Essai sur le club Massiac, op. cit., p. 111.

18 A. AULARD, La Société des Jacobins, Paris, 1889-97, t. 1, Discours de Mosneron-Delaunay, 26 février 1790, p. 14.

19 Ibid., p. 16.

20 MIRABEAU, Les bières flottantes des Négriers, Saint-Etienne, P.U. de Saint-Etienne, 1999, présenté par M. Dorigny. Il s’agit de la réédition du « Discours sur l’abolition de la traite des Noirs » publié pour la première fois par Lucas de MON-TIGNY, Mémoires biographiques, littéraires et politiques, écrits par lui-même, son père, son oncle et son fils adoptif, Paris, 1834-35, 8 vol. Montigny était ce fils adoptif. Sur les préparatifs de ce texte, voir Les bières flottantes, Introduction, p. 7-34. Le texte du discours est de 60 p.

21 Cette intervention n’est que signalée par AULARD, La Société des Jacobins, op. cit., t. 1, p. 17, sans préciser la date. Toutefois, Le Patriote Français du 2 mars 1790 indique la date en signalant que le 1er mars, Mirabeau « a lu aux Jacobins son discours qui a causé la plus forte sensation et a reçu les plus vifs applaudissements in MIRABEAU, Les bières flottantes, op. cit., on apprend aussi par la correspondance de J.-B. Nairac, le député du commerce de La Rochelle, que l’intervention de Mirabeau aux Jacobins dura trois heures et demi et « l’heure le força d’en remettre la suite à aujourd’hui », lettre du 2 mars 1790, Ibid., p. 25

22 MIRABEAU, op. cit., p. 52.

23 Ibid., p. 57. Le commentateur affirme que Mirabeau va plus loin que la Société des Citoyens de Couleur dans cette analyse en affirmant que ces derniers « se gardaient bien de remettre en question publiquement l’esclavage ». Sans doute est-ce un effet de la méconnaissance des textes, car nous avons vu que, publiquement, Julien Raimond et les citoyens de couleur ont mis en lumière le rapport direct entre l’esclavage des Africains et le préjugé de couleur.

24 Ibid., p. 74-76.

25 Ibid., p. 81.

26 Ibid., p. 86.

27 Ibid., p. 83.

28 Ibid., p. 102.

29 Ibid., p. 98.

30 Ibid., p. 103 Clavière avait aidé Mirabeau dans la préparation de ce texte et a réutilisé ce projet dans l’Adresse de la Société des Amis des Noirs de juillet 1791, p. 103, n. 58. Ce bel enthousiasme pour un néo-colonialisme vraiment « national » et « non barbare » se retrouve en général dans la Société des Amis des Noirs et en particulier chez CONDORCET, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, écrit en 1793 et publié en 1804.

31 Ibid., p. 109.

32 Ibid., p. 111.

33 J.M. Deveau, Le commerce rochelais face à la Révolution française. La correspondance de J.-B. Nairac, 1789-1790, La Rochelle, 1989, p. 198.

34 J.-L. Duval, Souvenirs sur Mirabeau et les deux premières assemblées législatives, Paris, 1832, cité dans MIRABEAU, Les bières flottantes, op. cit., Introduction, p. 10.

35 La Société des Amis des Noirs, op. cit., séance du 22 mars 1790, p. 280. La publication du texte de Mirabeau était encore au programme éditorial de la Société en juin 1790 mais ne se fit pas, voir Adresse aux Amis de l’humanité par la Société des Amis des Noirs sur le plan de ses travaux lue au Comité le 4 juin 1790 et imprimée par son ordre, Paris, s.d., 4 p., p. 2, reprint EDHIS, op. cit., no 3.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search