Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Deuxième partie. L’offensive du club Massiac contre les Citoyens de couleur pour le maintien de la traite et de l’esclavage Novembre 1789 - Mars 1790

Chapitre 5. La campagne du club Massiac contre la Société des Citoyens de Couleur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réponse de Cocherel au Mémoire de Grégoire

Cocherel répondit, lui aussi, au Mémoire de Grégoire par ses Observations à l’Assemblée nationale sur la demande des Mulâtres1.

Reprenant le thème de l’absence d’ordres dans la société coloniale, qui ne connaîtrait que la distinction libre/esclave, Cocherel niait l’existence de la catégorie des libres de couleur. Il affirmait que les députés des colons admis par l’Assemblée représentaient bien les 40000 personnes libres de Saint-Domingue. La guerre des chiffres commençait :

« Lorsque les Députés de Saint-Domingue sont venus solliciter leur admission à l’Assemblée Nationale, ils vous ont annoncé qu’ils étaient les représentants des Communes de leur Pays ils vous ont déclaré qu’ils n’y connaissaient point la distinction des ordres ils vous ont dit qu’ils n’en connaissaient qu’un, celui d’hommes libres ils vous ont présenté l’état de population qu’ils ont fait monter à environ 40 mille hommes vous avez fixé le nombre de leurs Députés, en raiso...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search