Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Deuxième partie. L’offensive du club Massiac contre les Citoyens de couleur pour le maintien de la traite et de l’esclavage Novembre 1789 - Mars 1790

Chapitre 4. Cournand met à découvert l’Anonyme

Texte intégral

  • 1 Ce texte peut être daté du tout début du mois de janvier car Grégoire l’a signalé à la Société des (...)

1Dans sa Réponse aux observations d’un habitant des colonies1, l’abbé de Cournand exprime son mépris éthique et politique pour l’Anonyme qui lui a fait découvrir un partisan du préjugé de couleur d’un type nouveau :

  • 2 Ibid., p. 3.

« J’ai défendu les gens de couleur ; j’ai attiré pendant quelques moments les regards de l’Assemblée nationale sur les oppressions dont ils gémissent. Une voix plus éloquente que la mienne s’est élevée : M. Grégoire, Curé d’Emberménil, Député de Lorraine, s’est déclaré le protecteur de cette cause intéressante. Son Mémoire, rempli de faits aussi vrais que ses raisonnements sont solides et concluants, est attaqué aujourd’hui par un anonyme. Son adversaire se dit habitant des Colonies : il vise à être gai dans un sujet où il s’agit de savoir si des hommes libres jouiront de leur liberté, ou continueront d’être accablés des humiliations de l’esclavage. L’Anonyme a sans doute bon cœur de trouver le mot pour rire à la situation de quarante mille individus qui regardent leur état actuel comme le plus grand des malheurs. Il se permet d’outrager dans M. Grégoire un nom cher à la Nation, une vertu connue, et des talents dignes des plus grands éloges. Je rendrai à l’Anonyme ses insultes ; on ne doit rien à qui ne respecte rien. [...] Il a pris la plume pour calomnier ; je m’en saisirai pour le confondre2. »

L’Anonyme, apologiste du préjugé de couleur, est un contre-révolutionnaire

2Les calomnies et les railleries de l’Anonyme ont pour objet, non de nier la réalité du préjugé de couleur dans les colonies, mais son caractère oppressif :

  • 3 Ibid., p. 4.

« Est-il vrai que les gens de couleur ou sang-mêlés soient vexés dans nos colonies, qu’ils y soient en butte au mépris des blancs et quelques fois à leurs outrages ? Ce fait n’est pas douteux ; les blancs de bonne foi en conviennent ; ceux qui ont de l’humanité désirent qu’on rende aux hommes libres de cette classe les droits de citoyens qui leur sont assurés par nos anciennes lois. Il est des gens qui nient ces oppressions ; mais est-il vraisemblable que tant de faits consignés dans tant de Mémoires soient faux ? Est-il croyable qu’une classe si nombreuse d’hommes libres se plaigne, s’indigne pour des offenses imaginaires ? À qui voudrait-on le persuader ? Hélas ! il n’est que trop vrai que les torts sont réels, les réclamations justes et les efforts que l’on fait pour les étouffer, un nouvel outrage. L’Anonyme aura de la peine à se tirer de là ; il a beau faire l’agréable aux dépens des gens de couleur, rien n’est moins plaisant que ce qu’ils souffrent ; et si M. l’habitant des colonies avait tant soit peu d’humanité, il n’emploierait pas ses beaux talents à réfuter les gémissements par des railleries, et des griefs douloureux par des sarcasmes3. »

  • 4 Voir l’étude d’un déplacement de cet ordre, chez les physiocrates, par F. MARKOVITS, L’ordre des éc (...)

3L’Anonyme défend le préjugé de couleur comme une politiquequi serait nécessaire aux colonies, mais amputée de sa dimension éthique, de ses effets sensibles sur les personnes humiliées et méprisées. L’être humain est dénaturé, il est devenu un être d’apparence insensible, un simple rouage de la machine coloniale. Nous avons vu que l’Anonyme posait la division de la société coloniale entre deux couleurs comme un fait de nature, et l’être humain y a perdu sa liberté, ses qualités sociales, sa sensibilité. Cournand, lui, est sensible à cette réduction de l’humain, qui permet à l’Anonyme de déplacer4 ainsi le champ des sciences humaines au profit d’une physique sociale :

« A-t-il daigné s’attendrir une seule fois sur le sort des gens de couleur ? Il lui paraît très naturel qu’ils soient malheureux ; il n’a garde de rien proposer qui tende à améliorer leur situation. Il se retranche dans le préjugé comme dans un fort d’où il croit braver impunément, et les plaintes des gens de couleur, et les raisons de leurs défenseurs, dont il ose faire insolemment le sujet de ses railleries. »

4Cournand rappelle que, loin d’être « naturel », le préjugé de couleur a une histoire et s’il était étranger à l’esprit de l’édit de 1685, il apparut plus tard dans les colonies. En soutenant la cause de l’oppression, l’Anonyme se révèle le porte-parole de la classe brutale des aventuriers qui déshonorent l’Amérique :

  • 5 Ibid., p. 6.

« Aujourd’hui encore l’oppression trouve des apologistes ; tel est l’Anonyme. [...] Sa manière de voir et de sentir le jette dans la classe brutale de ces régions, parmi ces aventuriers qui n’ayant ni feu ni lieu en Europe, vont porter en Amérique la bassesse de leurs mœurs, et se croient autorisés par le préjugé à insulter les naturels du pays. Ce sont eux qui déshonorent véritablement le nom Américain aux yeux des âmes sensibles. Celui-ci le flétrit encore davantage par sa lâcheté ; il se cache de son mémoire comme d’un mauvais coup, et soutient la cause de l’oppression avec une plume d’esclave5. »

5Cournand prend ensuite la défense de Grégoire et de Las Casas calomniés par l’Anonyme :

  • 6 Ibid., p. 6 et 7.

« Malheureux qui es-tu ? où as-tu pris ce ton d’ironie que tu te permets envers le digne Curé d’Emberménil ! Ne sais-tu pas que le plus grand crime qu’un homme puisse commettre contre la société, c’est de chercher à tourner la vertu en ridicule ? Tu as l’audace de ricaner en prononçant le nom de ce courageux défenseur de l’humanité ! Ta plume coupable ne respecte pas même les morts illustres dont il rappelle la mémoire ! Scélérat ! tu imputes au vertueux Las Casas d’avoir conseillé de prendre des nègres pour cultiver l’Amérique ! Dis-nous qui t’a fourni cette anecdote infernale ? Ah ! pense ce que tu veux des bourreaux du genre humain, mais laisse-nous notre Culte pour ce bienfaiteur de l’humanité ; sa vertu est à l’abri de tes calomnies, comme le Curé Grégoire de tes mensonges.
Que prétends-tu par tes fades railleries sur ce nom de Curé et de Prêtre ? Ne serais-tu pas gêné par le courage que ces qualités donnent quelquefois ? Tu parais surpris qu’un simple Curé de Lorraine porte un œil curieux sur vos riches habitations et qu’il aille jusqu’à la source de ces richesses. Tu ne conçois pas les devoirs d’un Ministre de la paix ; tu ne sens pas la noblesse de son caractère. Tu devrais au moins respecter la dignité éminente dont il est revêtu, celle de Représentant de la nation ; je te parlerai de son âme, si tu pouvais l’apprécier, et de sa raison, si la tienne pouvait y atteindre6. »

  • 7 Voir n. 2 de l’introduction. Las Casas débuta sa vie en Amérique comme colon ayant une encomienda t (...)
  • 8 Observations d’un habitant des Colonies sur le Mémoire en faveur des Gens de couleur..., op. cit., (...)

6Bartolomé de Las Casas fut calomnié7 de son vivant et ses adversaires inventèrent « l’anecdote infernale », encore resservie de nos jours, selon laquelle celui qui consacra sa vie à faire reconnaître aux Indiens leur appartenance au genre humain aurait justifié la mise en esclavage des Africains. L’Anonyme, défenseur d’une naturalisation du préjugé de couleur, distille la calomnie au fil de son réquisitoire contre les droits de l’homme, dans le but de désorienter l’opinion publique : « Quant au pauvre Las Casas, il n’aurait pas dû s’attendre que son confrère associerait son nom à celui de ces grands Apôtres de la liberté, qui veulent changer l’univers, lui qui a conseillé de prendre des Nègres esclaves pour cultiver l’Amérique8.

7L’abbé de Cournand a bien saisi le niveau auquel se situe l’Anonyme : celui d’une attaque anticléricale, utilisée de façon démagogique, contre Grégoire. La réponse de Cournand ne consiste pas à défendre l’Eglise catholique, ni le clergé, mais les défenseurs de l’humanité et de la raison. Il se trouve que le curé Grégoire, comme l’abbé Cournand, défendent aussi la Révolution en cours et la critique que fait ce dernier de l’Anonyme est une mise en lumière du caractère contre-révolutionnaire de cet ennemi des droits de l’humanité :

  • 9 Ibid., p. 10.

« Le moment est venu de ne plus garder de ménagements avec ces hommes affreux qui se jouent de l’humanité souffrante et osent afficher hautement le mépris qu’ils ont pour elle. Que nous servirait d’être libres si nous craignions de sentir et de communiquer aux autres l’indignation de la vertu ? Aurions-nous rompu nos chaînes pour voir indifféremment les méchants attrouper la foule autour de leurs fausses doctrines ? Eh ! quand l’oppression est leur droit public, notre devoir n’est-il pas d’invoquer contr’eux l’opinion publique9? »

8Cournand estime nécessaire de confondre l’Anonyme pour des raisons éthique et politique. C’est au moment où les gens de couleur réclament leurs droits qu’il faut prendre leur défense :

  • 10 Ibid., p. 10. Souligné dans le texte.

« Gardons-nous des écrits anonymes qui calomnient notre liberté en attaquant sourdement celle de nos frères. Estimons-nous heureux d’appeler de ce nom les sang-mêlés ; nous n’avons pas les préjugés de l’habitant observateur ; mais nous avons ces sentiments d’humanité qui valent bien mieux, et les âmes dignes de nous imiter nous entendent à merveille. »10

9L’Anonyme s’en est pris à Julien Raimond en lui reprochant son origine « esclave », et le calomnie en affirmant qu’il est incapable d’écrire lui-même ses textes, bref, il le traite selon les mœurs enfantées par le préjugé de couleur :

  • 11 Ibid., p. 12.

« Mais M. Raymond a-t-il jamais pris contre personne le ton de l’insulte et de la vengeance? Peut-on lui reprocher des observations du genre de celles de l’Anonyme ? O esclave ! plus esclave cent fois que ceux dont tu accuses calomnieusement cet honnête Américain d’être descendu ; je te défie de te mesurer de principes avec lui et de mettre dans tes écrits la même sagesse, le même bon sens qui brille dans les siens ; tu les lui contestes avec ton honnêteté ordinaire ; tu donnes à entendre faussement que d’autres lui ont prêté leur plume, mais s’il se fût adressé à toi pour défendre ses droits, quel service aurait-il pu espérer de la tienne11? »

10Confondre l’Anonyme est un acte politique décisif au moment où l’Assemblée doit se prononcer entre les principes de la Déclaration des droits et le préjugé de couleur :

  • 12 Ibid., p. 13-14.

« Ô le plus barbare des hommes ! tu saisis le moment où des malheureux sollicitent ce que la loi ne peut leur refuser pour leur enfoncer le poignard dans le cœur ! tu tourmentes leur liberté par des railleries et tu tâches d’être plaisant lorsque tes semblables s’agitent sous le poids de leurs longues tribulations ! [...] Les voilà déshérités à jamais de leurs justes prétentions, si l’Assemblée consacre les tiennes. Mais ici le doute serait une injure ; ceux qui jugeront cette belle cause sont humains comme la nature et impassibles comme la loi. »12

Qui est l’Anonyme ?

11Cournand laisse entendre qu’il sait qui est cet Anonyme. Il le tutoye et se met dans la peau d’un de ces mulâtres méprisés :

  • 13 Ibid., p. 15.

« Je doute que ton écrit te fasse beaucoup de conquêtes ; ni les hommes, ni les femmes de notre nation ne s’accommoderont de tes airs de suffisance. Nous voulons plus de prévenance dans les manières, plus de franchise dans les mœurs ; c’est tout ce qui manque à ta personne, si elle est calquée sur ton style. Je te parle librement comme tu vois ; suppose que c’est un mulâtre qui répond à tes gentillesses ; il faut que la postérité sache qu’un écrit où ils sont si bien traités n’est pas absolument resté sans réponse13. »

  • 14 Voir Le Moniteur, no 126, 26 décembre 1789, p. 480 et no 131 du 31 décembre, p. 520. Le texte de la (...)

12Cournand s’attend à être, lui aussi, calomnié par l’Anonyme comme tous ceux qui ont publiquement pris parti pour les gens de couleur et les esclaves. L’Anonyme n’a pas épargné Olympe de Gouges (qu’il ne cite que saupoudrée du sel de la plaisanterie qu’il lui a réservée: « femme à vapeurs ») dont la pièce L’esclavage des Nègres ou l’heureux naufrage avait été jouée au Théâtre de la Nation, en décembre, et avait eu l’honneur d’être violemment chahutée par le club Massiac14. Cournand invite l’Anonyme à se faire connaître :

  • 15 Ibid., p. 15. L’Anonyme avait ridiculisé les amis des Citoyens de couleur en les traitant « d’écriv (...)

« Le Curé Grégoire, le nommé Raymond et l’avocat Joly que tu ne nommes pas, et ce M. Clarkson dont tu fais un homme très vain, parce que tu l’es peut-être toi-même, et les comités, et les petits-maîtres, et les femmes à vapeurs, tout est saupoudré du sel de tes plaisanteries. Il faut espérer que j’aurai mon tour ; tu as, je l’imagine, des plaisanteries de toutes les couleurs, pour me servir d’une de tes plus jolies expressions que tu appliques aux femmes. Je t’attends pour ce moment-là, et je te prie de te nommer : il y va de ta gloire de ne pas te renfermer toujours sous l’enveloppe modeste de l’Anonyme. Le grand homme ne risque rien de se montrer à découvert, surtout lorsqu’il étale les grands principes d’administration, et qu’il les met en contraste avec les droits imprescriptibles de l’homme. Je suis curieux de voir comment tu te tireras de la déclaration des droits, en l’appliquant à la cause que tu défends. C’est un défi qu’on t’a fait et tu n’y as pas répondu15.

13La personne de l’Anonyme prend forme : c’est un « grand homme », un homme connu qui a exercé des fonctions administratives. Le portrait va se préciser par une surprenante révélation :

  • 16 Ibid., p. 16. La seconde partie du texte de Cournand s’intitule : « Suivent les bévues de l’Anonyme (...)

« Pardonne à la liberté de mon style ; la révolution m’a un peu gâté j’ai appris à tutoyer en me trouvant quelquefois avec des mulâtres ; je te parle la langue du pays ; tu m’entendras sans doute, puisque tu parais en avoir si bien conservé les mœurs. Cependant on m’assure que les principes commencent à changer, et alors il faudra que tu fasses une autre Brochure pour corriger les bévues et les absurdités innombrables de celle que j’attaque. En attendant, je te conseille d’être un peu plus circonspect à l’avenir, et d’apposer ta signature à tes livres, pour t’épargner de rudes leçons. Un Anonyme qui insulte le bon sens et les personnes ne mérite point de grâce, et je me charge, de gré à gré, d’une commission dont les Américains s’acquitteraient mieux que moi16. »

14Révélation surprenante, avons-nous écrit : en effet, Cournand a utilisé le tutoiement envers l’Anonyme, puis, s’étant mis dans la peau d’un mulâtre, il précise qu’il a appris à tutoyer en se trouvant avec des mulâtres. On comprendra ici que les mulâtres entre eux se tutoient (« je te parle la langue du pays »). Cournand se mettant dans la peau d’un mulâtre, tutoie l’Anonyme parce que l’Anonyme est lui-même un mulâtre.

15Précisons que le terme mulâtre est employé dans la langue du préjugé de couleur de deux manières : terme péjoratif, il désigne la catégorie des métissés ou sang-mêlés de façon générale. Par ailleurs, pour les théoriciens du dosage des sangs, un mulâtre est le produit du croisement entre noir et blanc. Lorsque Cournand utilise le terme mulâtre, il l’emploie pour désigner la catégorie des métissés de façon générale.

16L’Anonyme, qui s’est affirmé un défenseur du préjugé de couleur, est lui-même métissé : comment est-il possible qu’un métissé prenne le parti du préjugé de couleur, calomnie des métissés qui luttent en faveur de leurs droits, nie l’oppression qu’ils subissent, cherche à diviser la catégorie des gens de couleur et mène une campagne de désinformation au moment où l’Assemblée constituante doit décider de cette question ?

17Le texte de Cournand permet de mettre en lumière un aspect nouveau de l’oppression que subissent les métissés. L’Anonyme est un défenseur du préjugé de couleur d’un type particulier : c’est un dissimulateur sans aucun doute de sa propre identité, c’est aussi un dissimulateur de la raison qui cherche, dans sa propre aliénation, les moyens d’échapper à la logique des principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

18Nous verrons que l’effort de Cournand pour le confondre eut des effets.

Moreau de Saint-Méry théoricien du néo-blanc

  • 17 Il le précisa dans un texte postérieur, M.L.E. MOREAU DE SAINT-MÉRY, député de la Martinique à l’As (...)

19L’Anonyme était Médéric Moreau de Saint-Méry17. Nous avons donné des éléments de sa biographie en introduction, voici quelques compléments qui éclaireront ses activités.

  • 18 Nicolas Louis François de Neufchâteau fut aussi député du Tiers-état (de Toul) aux États généraux e (...)
  • 19 L.N. Berthe, Dictionnaire des correspondants de l’Académie d’Arras, Arras, 1969.

20Au moment de la création du Cercle des Philadelphes par ses deux beaux-frères au Cap en 1784, Moreau se trouvait à Paris, chargé d’établir des contacts. Reçu dans la loge maçonnique des Neuf Sœurs, il y retrouva François de Neufchâteau18 qui avait été procureur général au Conseil supérieur du Cap, ainsi qu’au Musée de Paris. Ces deux loges correspondirent avec les Philadelphes. Il établit d’autres contacts avec les Académies de Toulouse, Bordeaux, Dijon, Arras19, aux États-Unis, la Société Philosophique Américaine. Ouvert à la classe des Grands Blancs, le Cercle nommait ses membres les Colons Américains. Nous avons vu, dans son texte anonyme, que Moreau faisait de cette dénomination un titre réservé à ce qu’il désignait comme la classe dominante de la colonie.

  • 20 On trouve une copie des mémoires de Raimond dans les papiers de Moreau de Saint-Méry, Arch. Col. F3 (...)
  • 21 Cette information est fournie par MARAT, L’Ami du Peuple, no 22, 2 octobre 1789, réédition de Cock- (...)

21En 1788, le Cercle décida d’agir contre la Société des Amis des Noirs qui venait de se créer à Paris, en menant campagne en faveur d’une représentation des colons aux États généraux. Il dépêcha Moreau en France pour s’occuper de cette affaire. Lié au marquis de Gouy d’Arsy et au comte Reynaud de Villeverd, Moreau rédigea le cahier de doléances des colons de Saint-Domingue. Il participa également à la formation du club Massiac. Ses relations avec le ministère de la Marine lui avaient également permis de prendre connaissance des Mémoiresque Julien Raimond avait envoyés, depuis 1784, à Versailles20. Aux débuts de la Révolution, Moreau qui résidait à Paris, était électeur dans le district Saint-Eustache et fut élu au conseil d’administration de la Commune de Paris21. Puis, le 14 octobre, il fut nommé député des colons de la Martinique.

22Un retour en arrière sur les idées défendues par Moreau de Saint-Méry s’avère nécessaire pour comprendre sa vive réaction vis-à-vis de la Société des Citoyens de Couleur.

23Le préjugé de couleur apparut et se développa dans la société de Saint-Domingue au xviiie siècle ; la législation ségrégationniste connut une phase d’apogée dans les années 1760 et l’opinion publique en vint à rejeter dans la catégorie des sang-mêlé tout blanc marié avec une femme de couleur. Alors, des colons blancs mariés avec des femmes de couleur et ayant des enfants métissés quittèrent la colonie pour fuir la discrimination et se réfugièrent en France. Ce fut à cette époque qu’une idéologie dissidente, pour reprendre les termes d’Y. Debbasch, apparut à Saint-Domingue dans l’opinion blanche, cherchant non à supprimer la législation ségrégationniste, mais à l’aménager :

  • 22 DEBBASCH, Couleur et liberté, op. cit., chap. 3, p. 107. Dans les années 1760-70, ce furent des adm (...)

« Encore faut-il ne pas se méprendre sur la portée des critiques et le contenu des projets de réforme, écrit Debbasch, ce qui est mis en discussion, ce n’est pas la ségrégation dans son principe, mais son intensité et son objet – ceux sur qui elle pèsera ; ce qui est préconisé, ce n’est pas une révolution juridique et sociale, mais un aménagement corrigeant l’irréalisme et dissipant l’illusion, dans un respect affiché pour le critère de couleur22. »

  • 23 Ibid., p. 113.

24Dans le milieu colonial, Barré de Saint-Venant, un des fondateurs du club Massiac, exposa, en 1776 à la Chambre d’agriculture du Cap, la thèse d’un ségrégationnisme aménagé en faveur des métissés propriétaires et blanchis dans le cadre d’une société coloniale esclavagiste : « Le bienfait de la liberté doit tomber de préférence sur les êtres qui en sont les plus dignes, qui y soient préparés d’avance par leurs services et leurs talents. L’expérience nous apprend que l’âme des gens de couleur s’élève, à mesure que les nuances s’éclaircissent23.

  • 24 Ibid., p. 114.

25L’objectif est de déplacer « la ligne de couleur » et d’intégrer à la catégorie des libres de plein droit « les êtres qui en sont les plus dignes », ce qui renforcera la classe des Blancs que la politique du préjugé de couleur réduit dangereusement. L’auteur nomme les gens de couleur, qui seront élevés à la dignité de libres, des affranchis conformément à l’idéologie du préjugé de couleur qui associe la couleur blanche à la liberté, la couleur noire à l’esclavage et maintient la barrière de couleur nécessaire à la conservation de la dignité des maîtres : « Respectez le préjugé qui sépare les nuances... Il est nécessaire pour conserver la dignité des maîtres... Les nuances de la couleur doivent être la mesure de la distinction qu’il convient d’accorder aux affranchis24. »

26La théorie du néo-blanc fut défendue par le Cercle des Philadelphes, créé en 1784, où l’on retrouve Barré de Saint-Venant et Moreau de Saint-Méry.

27En un siècle, la partie libre de la société coloniale esclavagiste de Saint-Domingue avait connu de profonds bouleversements qu’exprimait la législation. L’édit de 1685 reconnaissait deux statuts juridiques, celui de libre, celui d’esclave. Les mariages entre couleurs étaient autorisés et même favorisés et, dans le cas où la femme était esclave, affranchissants. Les enfants métissés et légitimes étaient considérés comme ingénus, c'est-à-dire nés libres. Ainsi la partie métissée et légitime de cette nouvelle humanité, née des mariages entre couleurs dans la colonie, était réputée ingénue.

  • 25 DEBBASCH a insisté sur le fait que l’édit de 1685 était indifférent à la couleur, Couleur et libert (...)

28Par ailleurs, les affranchis avaient les mêmes droits, selon leur catégorie sociale, que les sujets libres du roi de France. L’article 57 de cet édit précise que « les affranchissements tiendront lieu de naissance » sans avoir besoin d’obtenir une « lettre de naturalité » pour devenir « sujet naturel » du roi : « Déclarons leurs [aux esclaves] affranchissements faits dans nos îles leur tenir lieu de naissance dans nos îles [sic], et les esclaves affranchis n’avoir besoin de nos lettres de naturalité pour jouir des avantages de nos sujets naturels dans notre royaume, terres, pays de notre obéissance, encore qu’ils soient nés dans les pays étrangers25. »

  • 26 Sur l’esclave, étranger par définition, voir É. Benveniste, Le vocabulaire des institutions europée (...)

29Ainsi se précise le statut de l’esclave : c’est un étranger, d’origine africaine. Son affranchissement le naturalise d’office, il devient alors sujet naturel et libre du roi de France. Les captifs déportés étaient originaires de nations africaines ; devenus esclaves sur les plantations, ils avaient un statut d’étranger esclave spécifique à la colonie, puisqu’il n’y avait pas d’esclaves, en principe, sur le territoire du Royaume de France à cette date. Leur descendance créole, bien que née dans la colonie, héritait de leur statut d’étranger esclave et n’en pouvait sortir que par l’affranchissement. La liberté seule mettait fin au fait qu’ils étaient originaires de nations africaines en les naturalisant sujets du roi de France26.

30Cependant un ordre ségrégationniste s’est peu à peu constitué dans la partie libre de la société coloniale esclavagiste alors que progressait en nombre cette nouvelle humanité métissée.

  • 27 Voir la chronologie de la législation ségrégationniste en annexe.

31Les esclaves, de plus en plus nombreux à Saint-Domingue, étaient maintenus dans leur statut d’étranger esclave. En revanche, le statut des libres a été progressivement bouleversé. Un tournant se produisit en 1724, avec l’apparition dans le vocabulaire des ordonnances de distinctions entre les Nègres affranchis et les libres de couleur et ceci en rupture avec l’esprit de l’édit de 1685. De 1733 à 1772, les libres de couleur furent victimes d’une législation les excluant progressivement des charges de judicature et des offices royaux, puis des fonctions de médecins, chirurgiens et sages-femmes. Dans les années 1760-1770, les fonctions d’officiers supérieurs dans les milices locales leur furent interdites et réservées aux blancs qui n’avaient pas de gens de couleur dans leur famille. Les actes notariés mentionnèrent l’origine et le degré de métissage : Nègres libres, mulâtres libres, sang-mêlés, Blancs27.

32Dans son texte anonyme, Moreau de Saint-Méry proposait un aménagement du critère de couleur dont l’objectif était de protéger la classe dominante en la renforçant par l’entrée de néo-blancs, sélectionnés en fonction de la légitimité, de la fortune et de la couleur. Il ne s’agit pas seulement de différencier les trois statuts juridiques de la société du préjugé de couleur (Blancs, libres de couleur subdivisés en sous catégories, esclaves étrangers), mais de constituer, dans une société ségrégationniste, une classe dominante. Sa vision de classe s’impose à ces statuts juridiques qui ne servent qu’à protéger et légitimer le rôle dirigeant de la classe dominante.

33En bas, les esclaves étrangers soumis au préjugé de couleur à qui est offert l’espoir d’un affranchissement qui les récompensera de leurs loyaux efforts. Au-dessus, une classe intermédiaire formée de libres et d’affranchis titrés, sélectionnés avec discernement pour mettre fin aux abus sentimentaux des maîtres. Ces affranchis titrés seront subdivisés en sous catégories en fonction de la couleur, gage de leurs efforts pour intégrer les valeurs de la société coloniale et se rapprocher du comportement de la classe dominante. Au sommet règne la classe dominante économiquement et politiquement, formée de Blancs et de néo-blancs.

34Dans ce projet, le statut de libre a été complètement transformé. Les ingénus de couleur ont disparu, comme nous l’avons déjà noté, et ne sont plus qu’une sous catégorie des affranchis titrés selon leur nuance de couleur.

35Cette société hiérarchisée sera soumise à un despotisme de la loi qui s’imposera du haut en bas de l’échelle sociale pour maintenir chaque catégorie à sa place, y compris les maîtres qui, par exemple, perdent le droit d’affranchissement qu’ils exerçaient précédemment. On a bien compris que rien n’empêche les maîtres de faire des libres de savane, affranchis sans titre, ou des enfants naturels, mais ni les uns ni les autres ne seront légitimés par la législation de la colonie, qui devra protéger l’intérêt général, y compris contre l’intérêt privé des maîtres, dès lors qu’ils manquent de discernement.

36Le projet de Moreau de Saint-Méry s’inscrit dans celui de la physiocratie et, en particulier, dans le cadre des théories de Le Mercier de la Rivière favorables à la constitution d’une classe dominante et du despotisme légal. Profondément étranger à l’esprit des Lumières, Moreau de Saint-Méry, métissé lui-même, a bien intégré les valeurs de la société coloniale esclavagiste et ségrégationniste, qui ne connaît que des maîtres et des esclaves, mais point d’êtres libres. Il est un remarquable produit de l’aliénation que peut produire un tel système social.

37Convaincu de défendre les intérêts supérieurs de l’ordre colonial, Moreau ne se trouvera pas du côté des colons autonomistes, réclamant un pouvoir d’assemblées coloniales, qui risqueraient de livrer la colonie aux intérêts particuliers des maîtres, dont il a critiqué le manque de discernement, mais bien plutôt du côté d’un gouvernement despotique seul capable, selon lui, de défendre la spécificité coloniale et d’y opérer les aménagements du préjugé de couleur qu’il préconisait, avec quelques-uns de ses amis du Cercle des Philadelphes.

38Nous avons vu que, dans son texte anonyme, Moreau de Saint-Méry critiquait les formes de self-government, qu’il qualifie de « républicaines », propres aux colonies britanniques et hollandaises, et soulignait en particulier que la forme despotique de gouvernement royal des colonies françaises était plus efficace pour prévenir les grandes révoltes d’esclaves. Que son optimisme despotique se soit avéré erroné dans le cas de Saint-Domingue est une chose. Mais il est intéressant de rappeler que Adam Smith lui-même, dans sa polémique avec les physiocrates, partageait ce point de vue. Smith a même reconnu de façon pragmatique que le gouvernement arbitraire français avait néanmoins un caractère légal et libre :

« Toutefois, l’administration des colonies françaises a été conduite avec plus de modération et de douceur que celle des colonies espagnoles et portugaises. Cette supériorité dans la conduite de l’administration est conforme à la fois au caractère de la nation française et à ce qui forme le caractère d’une nation, c’est-à-dire à son gouvernement. Or, le gouvernement de France, bien qu’en comparaison de celui de la Grande-Bretagne il puisse passer pour violent et arbitraire, est néanmoins un gouvernement légal et libre, si on le compare à ceux d’Espagne et de Portugal. »

39Smith va plus loin en élevant au niveau d’une vérité historique que le sort des esclaves est meilleur dans les gouvernements arbitraires que dans les gouvernements libres :

  • 28 A. SMITH, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, 1776, traduit en français (...)

« Dans un pays où est établie la malheureuse loi de l’esclavage, quand le magistrat veut protéger l’esclave, il s’immisce jusqu’à un certain point dans le régime de la propriété privée du maître ; et dans un pays libre où le maître est peut-être un membre de l’assemblée coloniale ou un électeur des membres de cette assemblée, il n’osera le faire qu’avec la plus grande réserve et la plus grande circonspection. La considération et les égards auxquels il est tenu envers le maître rendent plus difficile pour lui la protection de l’esclave. Mais dans un pays où le gouvernement est en grande partie arbitraire, où il est ordinaire que le magistrat intervienne dans le régime même des propriétés particulières des individus et leur envoie peut-être une lettre de cachet s’ils ne se conduisent pas, à cet égard, selon son bon plaisir, il est bien plus aisé pour lui de donner à l’esclave quelque protection et naturellement la simple humanité le dispose à le faire. La protection du magistrat rend l’esclave moins méprisable aux yeux de son maître, et engage celui-ci à garder un peu plus de mesure dans sa conduite envers l’autre et à le traiter avec plus de douceur. Les bons traitements rendent l’esclave non seulement plus fidèle, mais plus intelligent et, par conséquent, plus utile ; sous ce double rapport il se rapproche davantage de la condition d’un domestique libre, et il peut devenir susceptible de quelque degré de probité et d’attachement aux intérêts de son maître, vertus qu’on rencontre souvent chez les domestiques libres, mais qu’on ne doit jamais s’attendre à trouver chez un esclave, quand il est traité comme le sont communément les esclaves dans les pays où le maître est tout à fait libre et indépendant.
L’histoire de tous les temps et de tous les peuples viendra, je crois, à l’appui de cette vérité, que le sort d’un esclave est moins dur dans les gouvernements arbitraires que dans les gouvernements libres28. »

40La publication de son texte anonyme marquait, pour Moreau, une rupture par rapport à l’attitude que la plupart des députés des colons à l’Assemblée, et une partie du club Massiac, avaient adoptée au sujet du préjugé de couleur en décidant de nier son existence. L’Anonyme n’hésitait pas au contraire à le reconnaître et à le justifier comme le ressort caché de la machine coloniale. Or, son projet lui avait déjà suscité des adversaires dans le Cercle des Philadelphes, devenu Société Royale, qu’il avait pourtant contribué à soutenir et à protéger grâce à ses relations avec le ministre de la Marine lui-même. En effet, en septembre 1789, Moreau de Saint-Méry et Arthaud, son beau-frère, furent l’objet d’une campagne de critiques. Arthaud, Moreau, Mozard et Coupigny furent radiés de la Société. Le nouveau président Auvray entraînait la Société à soutenir la politique menée par le courant « indépendantiste » de Larchevesque-Thibaud, qui venait de former l’assemblée provinciale du Nord, et s’employait à combattre tout rapprochement entre Blancs et libres de couleur, comme toute amélioration du sort des esclaves. Le 19 octobre 1789, la Société avait imposé à ses membres une profession de foi qui affirmait la spécificité de la constitution coloniale et se présentait comme une contre-Déclaration des droits de l’homme et du citoyen :

  • 29 Texte cité dans B. MAUREL, « Une société de pensée à Saint-Domingue... », art. cit., p. 164; J. Mc (...)

« Je déclare que je crois que la colonie ne peut entretenir ses manufactures et soutenir sa prospérité que par le travail des esclaves. Je reconnais donc que l’esclavage est absolument nécessaire, qu’il doit être maintenu et que la loi qui l’établit est constitutionnelle et inviolable... Je crois donc qu’il est absurde et dangereux de proposer l’affranchissement des Nègres29. »

41Nous apercevons que la spécificité coloniale ne réside pas seulement dans l’esclavage, mais dans un système économique, social, politique et moral. Le courant de Larchevesque-Thibaud se présentait comme « indépendantiste » pour affirmer nettement sa crainte que la législation de la métropole, en révolution, n’en vienne à réformer le système colonial. Ce choix exprimait, à la fois, la revendication d’une constitution spécifique et son éventuelle sécession en faveur d’une autre puissance, au cas où la révolution de la métropole s’avèrerait dangereuse. Toutefois, en formant des assemblées coloniales exclusivement blanches, le courant de Larchevesque-Thibaud provoqua la guerre civile au sein de la classe des maîtres, à Saint-Domingue, et entama un processus de désintégration de la société coloniale par le haut.

42D’allure prudente, le projet de Moreau de Saint-Méry n’ouvrait que sur un aménagement bien étroit du ségrégationnisme, avec sa théorie du néo-blanc, qui faisait appel à un gouvernement despotique, conforme à son objectif on en conviendra, mais qui devait compter sur les capacités offensives des forces contre-révolutionnaires en France même. Ce fut néanmoins la carte que joua Moreau dans l’Assemblée constituante ; rejeté à Saint-Domingue par le courant de Larchevesque-Thibaud, il agissait en France, au niveau du pouvoir de la métropole. Il avait un projet et venait de passer à l’offensive.

43Le mystère du reniement de « ses principes intimes », évoqué à mots couverts par l’historien Pluchon au sujet de Moreau de Saint-Méry, semble s’éclaircir : la théorie du néo-blanc, qui permet à un métissé ayant « franchi la barrière de couleur » d’intégrer la « classe dominante », serait « un de ses principes intimes », que Pluchon n’a qu’indiqués, réservant sans doute son savoir mystérieux... à ceux qui savent. Deux siècles avant, Julien Raimond et Cournand l’avaient révélé au public, estimant que la lumière devait être faite sur des thèses aussi contraires aux droits de l’humanité.

Notes

1 Ce texte peut être daté du tout début du mois de janvier car Grégoire l’a signalé à la Société des Amis des Noirs le 15 janvier 1790, La Société des Amis des Noirs, op. cit., p. 262. Ce fut Grégoire qui finança la publication du texte de Cournand, voir Compte que Julien Raimond rend au Comité de sûreté générale, op. cit. : « Et le citoyen Grégoire fut obligé et me rendit le service de payer au citoyen Simon imprimeur une somme de 750 livres pour un ouvrage qu’avait fait le citoyen Cournand pour répondre à la diatribe de Moreau de Saint-Méry », p. 11. Raimond avait alors des difficultés financières. On devine les liens amicaux qui s’étaient établis entre les trois hommes.

2 Ibid., p. 3.

3 Ibid., p. 4.

4 Voir l’étude d’un déplacement de cet ordre, chez les physiocrates, par F. MARKOVITS, L’ordre des échanges. Philosophie de l’économie et économie du discours au xviiie siècle en France, Paris, PUF, 1986 ; voir aussi F. GAUTHIER, « Mably critique de l’économie politique despotique. Physique sociale contre liberté en société », Études Jean-Jacques Rousseau, 1999, no 11, p. 195-220.

5 Ibid., p. 6.

6 Ibid., p. 6 et 7.

7 Voir n. 2 de l’introduction. Las Casas débuta sa vie en Amérique comme colon ayant une encomienda travaillée par des Indiens asservis. Ce fut progressivement qu’il prit conscience de la violence coloniale et mena une lutte pour la justice et la défense des droits des Indiens. Il renonça alors à son encomienda et se consacra à cette cause. Il raconte qu’à l’époque où il était colon, il avait envisagé d’employer des esclaves africains en Amérique et fit son autocritique : «... comme il le vit et le vérifia par la suite, la captivité des Noirs était aussi injuste que celle des Indiens », Histoire des Indes, III, chap. 129, p. 626. Cette autocritique a été retournée par ses ennemis esclavagistes, comme le fait ici l’Anonyme deux siècles après, pour tenter d’affaiblir la lutte menée par Las Casas en le rendant responsable d’une justification de la mise en esclavage des Africains en Amérique. Sur cette étonnante calomnie, qui dure toujours, en plus du travail essentiel de M. Bataillon, voir Las Casas, Très brève relation de la destruction des Indes, 1552, traduit et réédité par Maspero/La découverte, 1979, Introduction par R.F. Retamar, p. 29-30 et M. MAHN-LOT, B. de Las Casas, Paris, CERF, 1997.

8 Observations d’un habitant des Colonies sur le Mémoire en faveur des Gens de couleur..., op. cit., p. 54.

9 Ibid., p. 10.

10 Ibid., p. 10. Souligné dans le texte.

11 Ibid., p. 12.

12 Ibid., p. 13-14.

13 Ibid., p. 15.

14 Voir Le Moniteur, no 126, 26 décembre 1789, p. 480 et no 131 du 31 décembre, p. 520. Le texte de la pièce a été réédité par E. VARIKAS, Côté femmes éditions, 1989.

15 Ibid., p. 15. L’Anonyme avait ridiculisé les amis des Citoyens de couleur en les traitant « d’écrivains à tout prix, de Petits-Maîtres, de Femmes à vapeur », Observations d’un habitant des Colonies..., op. cit., p. 47.

16 Ibid., p. 16. La seconde partie du texte de Cournand s’intitule : « Suivent les bévues de l’Anonyme dans ses Observations sur le Mémoire de M. Grégoire », p. 17 à 37.

17 Il le précisa dans un texte postérieur, M.L.E. MOREAU DE SAINT-MÉRY, député de la Martinique à l’Assemblée nationale, Considérations présentées aux vrais amis du repos et du bonheur de la France, à l’occasion des nouveaux mouvements de quelques soi-disant Amis des Noirs, Paris, Impr. Nationale, 1er mars 1791. Faisant le récit de la demande de représentation par la Société des Citoyens de Couleur, il écrit : « Les titres ainsi fabriqués par les gens de couleur furent remis au Comité de vérification des pouvoirs de l’Assemblée nationale qui ne les adopta pas. Mais M. l’abbé Grégoire, membre de ce Comité, à l’aide de matériaux que M. Raymond mulâtre lui avait communiqués, fit un mémoire en faveur de la prétention des hommes de couleur et fulmina contre les colons. Je pris la plume alors (Note 1 : Au mois de décembre 1789), & je démontrai, du moins je le crois, les inconvénients majeurs de l’opinion que manifestait M. l’abbé Grégoire », p. 9.

18 Nicolas Louis François de Neufchâteau fut aussi député du Tiers-état (de Toul) aux États généraux et siégeait à l’Assemblée constituante.

19 L.N. Berthe, Dictionnaire des correspondants de l’Académie d’Arras, Arras, 1969.

20 On trouve une copie des mémoires de Raimond dans les papiers de Moreau de Saint-Méry, Arch. Col. F3 91 f 177. DEBBASCH, op. cit., a noté ce fait, p. 157, note 1.

21 Cette information est fournie par MARAT, L’Ami du Peuple, no 22, 2 octobre 1789, réédition de Cock-Goëtz, op. cit., t. 1, p. 224. L’avocat Joly que nous avons rencontré avec la Société des Citoyens de Couleur fut également membre de ce conseil. Marat fut poursuivi par la Commune de Paris et son journal interdit du 8 octobre au 5 novembre 1789, voir « Le guide de lecture » du t. 1 des Œuvres de Marat, p. 29 et s.

22 DEBBASCH, Couleur et liberté, op. cit., chap. 3, p. 107. Dans les années 1760-70, ce furent des administrateurs, gouverneurs et intendants qui proposèrent des réformes, en particulier dans les milices, en faveur des libres de couleur qu’ils considéraient comme les meilleurs soldats de la colonie.

23 Ibid., p. 113.

24 Ibid., p. 114.

25 DEBBASCH a insisté sur le fait que l’édit de 1685 était indifférent à la couleur, Couleur et liberté, op. cit., « Un système à la romaine, le Code noir », p. 30.

26 Sur l’esclave, étranger par définition, voir É. Benveniste, Le vocabulaire des institutions européennes, cit. ; F. Gauthier, « L'esclave ou l’étranger absolu : un statut juridique nouveau, né dans la plantation esclavagiste », in A. Gueslin éd., Étrangers : contacts et regards croisés, Colloque Paris 7, Rennes, 2007, à paraître.

27 Voir la chronologie de la législation ségrégationniste en annexe.

28 A. SMITH, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, 1776, traduit en français, La Haye, 1778-79, réédition sous le titre La richesse des nations, Paris, Garnier-Flammarion, 1991, IV-VII-2, t. 2, p. 196-98.

29 Texte cité dans B. MAUREL, « Une société de pensée à Saint-Domingue... », art. cit., p. 164; J. Mc CLELLAN III, Colonialism and Science..., op. cit., p. 274.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search