Version classiqueVersion mobile

L’aristocratie de l’épiderme

 | 
Florence Gauthier

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La naissance et la diffusion du préjugé de couleur, constitutif d’une « aristocratie de l’épiderme » apparue dans les colonies esclavagistes françaises d’Amérique au xviiie siècle, n’ont guère retenu l’attention des historiens, à l’exception du beau travail d’Yvan Debbasch1. « Blancs », « Noirs », « métisses », « hommes libres de couleur » : dans les Antilles françaises, à la veille de la Révolution, les hommes étaient désignés en fonction de leur couleur de peau, qui définissait leur statut juridique. L’apparition de cet ordre inégalitaire précède, historiquement, l’invention du « racisme biologique », avec lequel il se trouve trop souvent confondu. Péché d’anachronisme : à force d’amalgamer les deux phénomènes, l’histoire du préjugé de couleur a été négligée au profit d’une approche peu nuancée des débats sur l’esclavage dans la France des Lumières. Préjugé de couleur et « racisme biologique » relèvent pourtant de deux registres différents. Le premier se greffe sur un enjeu éthiqu...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search