Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

« L’histoire du monde est le tribunal du monde »

Christophe Bouton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’histoire mondiale est le tribunal du monde » (die Weltgeschichte ist das Weltgericht). C’est par une référence à ce vers de Schiller que Hegel annonce la section consacrée à l’histoire du monde, qui clôt le § 340 des Principes de la philosophie du droit1. Cette formule souvent citée est restée célèbre. August von Cieskowski, l’un des premiers disciples de Hegel, se croit autorisé à en donner une explication théologique : « Tout comme l’histoire universelle est le tribunal du monde, Dieu, pour sa part, est le juge de l’histoire universelle2 ». Marx l’interprète en un sens opposé quand il déclare, en conclusion d’un discours à Londres le 14 avril 1856, qu’ « aujourd’hui la croix rouge mystérieuse marque toutes les maisons d’Europe. L’histoire elle-même rend la justice et le prolétariat exécute la sentence3 ». Dilthey en propose une lecture proche du relativisme historiciste, selon lequel « l’histoire mondiale, comme tribunal du monde, démontre que tous les systèmes métaphysiques s...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search