Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

La valeur infinie de la culture. À propos d’une remarque des Principes de la philosophie du droit

Olivier Tinland

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je connais tes œuvres : tu n’es ni froid ni chaud. Plût à
Dieu que tu fusses froid ou chaud !
Aussi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid
ni chaud, je vais te vomir de ma bouche. »
Apocalypse 3, 15-16.

Dans les pages qui suivent, nous voudrions opérer une première approche de ce que l’on peut nommer le problème de la culture (Bildung) chez Hegel. Notre point de départ sera l’importante remarque que Hegel consacre à ce problème, au § 187 des Principes de la philosophie du droit1. Dans cette remarque, Hegel entend exposer « le point de vue qui établit que la culture est un moment immanent de l’absolu, et qui établit sa valeur infinie2 ». Son but est de mettre en évidence le statut central et légitime de la culture dans le développement socio-politique de l’esprit objectif, ce qui implique d’indiquer les limites des points de vue qui, en relativisant le rôle de la culture, « montrent un défaut de familiarité avec la nature de l’esprit et avec la fin de la raison3 ». Si l’erreur c...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search