Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

L’universel et l’intime. L’amour dans les Principes de la philosophie du droit

Michaël Fœssel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La liberté est ce qu’il y a de plus intime, et c’est partir d’elle que s’élève tout l’édifice du monde de l’esprit1». Cette phrase, dictée par Hegel trois jours avant sa mort, récapitule à elle seule tout le projet d’une pensée du droit soucieuse d’inscrire l’universel dans la proximité de l’intime plutôt que dans la transcendance de la loi. La liberté n’a pas vocation à être postulée, exigée, ni même seulement voulue, mais bel et bien vécue selon les différentes strates qui constituent son institution. Et cette vie de l’universel, qui est indissociablement une vie dans l’universel et un universel vivant, trouve son effectivité dans la Sittlichkeit comme « idée de la liberté en tant que Bien vivant » (PPD 2003, § 142, p. 251) que le sujet ne rencontre pas comme « quelque chose d’étranger », mais comme la substance en laquelle « il a son sentiment de soi et vit comme dans un élément non distinct de lui » (PPD 2003, § 147, p. 253).

L’identité entre le sujet agissant et l’universel in...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search