Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

Le mariage : du contrat juridique à l’obligation éthique

Caroline Guibet Lafaye

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’élément qui constitue le droit et l’élément moral ne peuvent exister pour soi : il faut qu’ils aient pour support et pour fondement l’élément éthique1 ». Or l’éthicité, en son moment immédiat, se réalise dans la figure du mariage, fondateur de la famille. Il s’inscrit et prend sens, en sa nécessité, dans l’articulation du droit abstrait et de la moralité à l’éthicité. En sa nature éthique, le mariage est un moment fondamental de la philosophie du droit de Hegel, puisqu’il confère, à la moralité, un contenu, et offre aussi bien au droit qu’à la moralité un fondement. L’éthicité, à travers le mariage, donne au droit sa dimension subjective et à la moralité - qui est la forme de la volonté sous l’aspect de la subjectivité - sa réalité effective, autrement dit elle attribue à la moralité ce contenu qu’est le concept, la liberté. Le mariage, en tant que moment de la vie éthique, est « unité du Bien subjectif et objectif, existant en soi et pour soi2 ». En tant que tel, il est le lieu...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search