Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

Hegel et l’« équivoque » de la conscience-morale

Antoine Grandjean

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Qu’est-ce qui est sacré ? Ce qui nombre d’âmes lie ;
Lierait-ce aussi légèrement que le jonc la couronne.
Qu’est-ce qui est le plus sacré ?
Ce qui en ce jour et à jamais,
De plus en plus profondément ressenti,
rend les esprits toujours plus unis. »
(Goethe)1

Ultime moment de la « Moralité » (Moralität), la section sur « Le Bien et la conscience-morale » (das Gute und das Gewissen) opère le passage de la subjectivité qui s’est élevée au-dessus de l’objectivité abstraite du « droit abstrait » à l’objectivité concrète de l’« éthicité » (Sittlichkeit). Mais ce qui fonde ce passage en permettant d’y lire autre chose qu’un saut est aussi bien ce qui le retarde en se prêtant à l’exaltation de la subjectivité par elle-même : « l’équivoque » de la conscience-morale2. Que la conscience-morale soit médiation comme elle est puissance de rupture, que le moment qu’elle est se revendique comme terme, c’est ce qui s’enracine en son équivoque principielle. Cette détermination concentre donc le traitement...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search