Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

Théorie de l’action et ontologie de l’activité chez Hegel

Franck Fischbach

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le vocabulaire hégélien de l’activité est riche et varié, donc complexe. Hegel exploite toutes les possibilités offertes par les deux verbes de base que sont tun et handeln. Le verbe tun est habituellement traduit par « faire » et deux substantifs en sont dérivés : en vertu d’un usage bien plus courant en allemand qu’en français, on peut d’abord substantiver le verbe et parler de das Tun, que l’on peut traduire par « le faire » (Jean Hyppolite préférait dire « l’opérer »). Mais die Tat est également dérivé du verbe tun et on le traduit habituellement par « l’acte ». Quant à handeln, qui signifie « agir », il peut également être substantivé et das Handeln peut alors être traduit par « l’agir » ; die Handlung est dérivé du même verbe et c’est ce terme qui est généralement rendu par « l’action ». Mais die Aktion existe aussi et Hegel ne se prive pas de l’utiliser également, par exemple dans ses Leçons d’esthétique où on peut lire : « l’action véritable [die eigentliche Aktion] ne comme...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search