Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

La complexité de la théorie non rétributiviste du droit pénal de Hegel

Jean-Christophe Merle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que la justification du droit pénal kantien fut très longtemps interprétée exclusivement comme une théorie rétributiviste et que c’est seulement depuis deux décennies qu’elle est majoritairement considérée comme une théorie mixte1, les commentateurs de Hegel ont très tôt fait entendre des voix qui divergeaient de la lecture rétributiviste dominante du droit pénal hégélien. Deux décennies après la parution des Principes de la philosophie du droit, Christian Reinhold Köstlin a présenté en 1845 le droit hégélien comme une théorie mixte, avant que le néo-hégélianisme britannique de Bernard Bosanquet ne développe le droit hégélien en une théorie de la prévention générale, et que John et Ellis McTaggart ne voient en Hegel un partisan des théories de l’amendement du criminel. Si ces voix divergentes ne se sont certes pas imposées, il n’en reste pas moins que demeure controversée la question de savoir si Hegel est rétributiviste ou si sa théorie contient aussi des éléments de préventi...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search