Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

L’individualisme possessif, spéculatif (et néanmoins romain) de Hegel. Quelques remarques sur la théorie hégélienne de la propriété

Mikhaïl Xifaras

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hegel nourrit de nombreuses disputes dans la doctrine juridique américaine contemporaine, où l’on trouve posée avec insistance la question de la justification du capitalisme et de ses institutions fondatrices, la propriété privée et le libre contrat. Pour centrale qu’elle soit, sa place dans le débat contemporain n’en est pas moins politiquement ambiguë : Hegel est en effet présenté parfois comme un défenseur de la propriété privée et du marché1, parfois comme offrant une alternative aux modèles théoriques dominants qu’incarnent les traditions lockéenne ou benthamienne2. Le nom de Hegel est en effet associé à une théorie de la propriété fondée sur la personnalité, qui présente pour ses partisans l’intérêt de mieux défendre la propriété privée3, tout en offrant dans le même temps d’excellents arguments pour limiter son domaine en relativisant son caractère absolu4, voire pour rendre pensable son autre, par exemple en donnant un fondement à la notion d’inaliénabilité5.

Le problème est ...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search