Version classiqueVersion mobile

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

Le « droit du monde ». Sujets, normes et institutions

Jean-François Kervégan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il est évident que la doctrine hégélienne de l’esprit objectif accorde un rôle important aux institutions - ne sont-elles pas, avec les lois, la « volonté pensée1 » ? –, peut-on véritablement y voir un institutionnalisme, et le cas échéant de quelle sorte ? Quelles sont les conséquences de cette orientation quant au problème de la normativité (que Hegel n’évacue peut-être pas aussi sommairement qu’on le dit parfois) et quant à la manière dont on peut se représenter l’action normativement orientée de sujets empiriques (« finis ») au sein de réseaux institutionnels plus ou moins contraignants pour ceux-ci ? Tels sont les problèmes qu’il s’agit ici de porter à l’expression, sinon de résoudre.

L’institutionnalisme et ses variantes

Que faut-il entendre par « institutionnalisme » ? On peut, sous bénéfice d’inventaire, partir de la caractérisation qu’en donne Carl Schmitt – il préfère d’ailleurs la dénomination de « pensée concrète de l’ordre » – au moment où lui-même souhaite prendre des ...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search