Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hegel penseur du droit

 | 
Jean-François Kervégan
, 
Gilles Marmasse

Avant-propos

Jean-François Kervégan et Gilles Marmasse

Texte intégral

  • 1 Wissenschaft der Logik, 3 : Die Lehre vom Begrf GW 12, p. 252 ; Science de la Logique, 3 : Doctrine (...)
  • 2 « Le terme de droit naturel mérite d’être abandonné et remplacé par l’appellation "doctrine philoso (...)

1Il est certes difficile de prétendre qu’un domaine particulier du savoir encyclopédique et systématique qu’il entendait bâtir ait été privilégié par Hegel, qu’il s’agisse de la logique, de la philosophie de la nature ou de la philosophie de l’esprit, ou encore, à l’intérieur de cette dernière, de l’esprit subjectif, du droit, de l’esthétique, etc., puisque chacune de ces « parties » représente une médiation nécessaire du déploiement du « cercle de cercles1 » qu’est le système. Les œuvres de jeunesse, pré-systématiques, présentent elles-mêmes une remarquable diversité thématique, même si ce qui deviendra ultérieurement la philosophie de l’esprit y occupe assurément une place prépondérante. Toutefois, c’est un fait que la philosophie du droit, ou plutôt la doctrine de l’esprit objectif2, constitue le seul segment du système qui ait fait l’objet, à Berlin, d’une publication séparée de la part de Hegel et d’un enseignement continu, qu’il soit assuré par Hegel lui-même ou, entre 1825 et 1830, par son disciple Eduard Gans.

  • 3 Ces additions, qui figurent dans l’édition de Gans dès 1833, ont été composées par lui à partir de (...)

2Il en résulte un effet paradoxal : Gans, à qui l’on doit la première grande édition posthume de l’ouvrage (1833), l’a certes accompagné d’additions (Zusätze) composées à partir des cahiers d’auditeurs des cours3, mais ne s’est pas senti tenu de leur donner une ampleur comparable à celle des additions de l’Encyclopédie ou, a fortiori, des leçons sur la philosophie de l’art, la philosophie de la religion ou encore sur l’histoire de la philosophie, qui furent publiées parallèlement dans le cadre de l’édition du cercle des amis du défunt (1832-1846). Il a certes édité une volumineuse compilation des Leçons sur la philosophie de l’histoire, moment constitutif de la philosophie du droit, mais celle-ci comporte le risque, justement, de faire oublier l’inscription systématique de « l’histoire du monde » dans une théorie de l’esprit objectif, dont elle forme l’ultime moment. Toujours est-il que, si les textes des leçons ont permis de populariser la pensée hégélienne, d’ailleurs au prix d’un effacement de sa technicité systématique, on observe un effet inverse à propos de la philosophie du droit : car c’est bien le « manuel » publié par Hegel qui, ici, a toujours servi de référence essentielle aux interprétations et aux critiques et a, d’une certaine manière, occulté l’enseignement oral, bien qu’on disposât là aussi de longue date des cahiers utilisés par Gans pour rédiger ses additions. Celles-ci, au demeurant, étaient appelées à jouer un rôle capital dans l’interprétation de la pensée juridique et politique de Hegel, dès l’instant où on s’est avisé de la possible existence de divergences importantes entre le texte publié et les leçons données à Heidelberg, puis à Berlin. Tel fut, on le sait, le point de départ de l’entreprise d’édition intégrale des cours par K. H. Ilting.

  • 4 Publié à l’automne 1820, il porte cependant la date de 1821 en page de garde.
  • 5 Sur les méfaits de la « génialité » (romantique) en philosophie, voir Phänomenologie des Geistes, G (...)
  • 6 Cf. par exemple RPh MM, § 101 Zusatz, p. 194-195 ; PPD 1975, p. 145.
  • 7 Phänomenologie des Geistes, GW 9, p. 41 ; Phénoménologie de l’Esprit, Préface, trad. Bourgeois, p. (...)

3Or le « précis » de 18204 est, malgré sa destination pédagogique et sa rédaction soignée (il est publié par Hegel « à l’usage de ses leçons »), d’un abord malaisé, dans la mesure où il ne se soustrait à aucune des exigences de ce qui, pour Hegel, garantit la « scientificité » d’un traité de philosophie. Il n’y a rien d’étonnant, par conséquent, au fait que les querelles d’interprétation les plus violentes aient eu lieu à son propos et que la pensée hégélienne du droit ait, tour à tour, servi de caution ou de repoussoir aux prises de position politiques les plus diverses. Paraphrasant le De Divinatione de Cicéron, on peut dire qu’il n’est pas d’interprétation, si absurde soit-elle, qui n’ait été soutenue par quelque commentateur, comme on peut le vérifier en consultant notre bibliographie : entre Hegel précurseur de Hitler et Hegel annonciateur du « Diamat » stalinien, on n’a que l’embarras du choix. La difficulté du texte mais aussi le caractère stratégique des thèmes abordés font en effet des Principes de la philosophie du droit un idéal miroir à fantasmes. Pourtant, il faut rappeler le refus, principiel et maintes fois répété par Hegel, de tout chiffrage de la pensée, de toute « génialité » philosophique qui autoriserait un discours ésotérique5 ; au contraire, il invoque volontiers le bon sens à l’encontre des artifices de la réflexion6. En droit, Hegel n’est pas obscur, car c’est un penseur de l’explicite. Il est au contraire possible et légitime de chercher à rendre compte de sa pensée de manière complète, mais cela passe par une longue et souvent difficultueuse assomption de « la tension astreignante du concept » dont parle la Préface de la Phénoménologie de l’Esprit7.

  • 8 « La philosophie, parce qu’elle est l’examen-approfondi du rationnel, est par là même l’appréhensio (...)
  • 9 Wissenschaft der Logik, 3 : Die Lehre vom Begrf GW 12, p. 251 ; Science de la Logique, 3, p. 389.

4De manière générale, l’exégèse des textes juridiques hégéliens (juridiques au sens élargi que reçoit ce terme) doit se garder de deux travers : une lecture purement formelle qui gommerait les enjeux proprement politiques, moraux ou historiques des textes en question au profit des seuls problèmes de structure ; à l’inverse, la recherche d’un accès direct aux positions juridiques, morales ou politiques de Hegel qui se dispenserait d’examiner ce qui fait l’originalité revendiquée des textes hégéliens, à savoir le caractère systématique, à la fois dialectique et spéculatif, de leur genèse. Les deux bouts de la chaîne doivent être tenus. Si les Principes de la philosophie du droit s’inscrivent bien dans des débats traditionnels, et aussi dans la controverse politique de son temps (quel type de société faut-il bâtir après la Révolution française ?), et si c’est lorsqu’on se réfère à ces débats anciens ou nouveaux que leur spécificité apparaît, Hegel s’appuie sur une certaine idée, en un sens intemporelle8, de la philosophie qui conditionne ses prises de position, une idée qu’il importe au plus haut point d’identifier si l’on veut éviter d’appauvrir les textes – y compris ceux qui sont le plus directement « en prise » sur l’actualité intellectuelle et politique, comme la fameuse Préface – en les lisant comme l’exposé des positions, voire des « opinions » de Hegel, et non pas comme des constructions systématiques faisant leurs les exigences d’une philosophie politique. Il est donc vain d’ignorer ou de prétendre dépasser la forme systématique du texte (qui elle-même doit être exactement reconstruite) pour retrouver un Hegel prétendument plus authentique, car les positions du philosophe sont intimement liées à l’auto-mouvement de la chose même, à savoir de l’esprit objectif. Hegel s’efforce précisément de montrer que toute chose tend à rendre compte d’elle-même de manière toujours plus riche et rationnelle. À un objet simplement donné (« présupposé ») qu’il faudrait admettre se substitue ainsi, selon une structure constamment reprise, un objet caractérisé par une règle immanente de développement et d’auto-réflexion. Par exemple, pour évoquer d’une phrase la progression des Principes de la philosophie du droit, on passe de la distribution factuelle de la propriété, comme série d’attributs contingents et passagers des biens possédés, au début du droit abstrait, à la règle immanente de l’histoire mondiale, qui se réfléchit dans les dispositions éthiques des peuples. Ainsi, la structure et le mouvement de la philosophie du droit vérifient la thèse formulée dans la Science de la Logique : « chaque pas du progrès dans l’acte de déterminer ultérieurement, en tant qu’il s’éloigne du commencement indéterminé, est aussi un rapprochement régressif vers celui-ci [;] donc [...] la fondation régressive du commencement et la détermination ultérieure progressive de celui-ci, coïncident et sont la même chose9 ».

  • 10 La récente parution de deux nouvelles traductions des Grundlinien (celle de J.-L. Vieillard-Baron e (...)
  • 11 Voir RPh MM, § 29-30, p. 80-83 ; PPD 2003, p. 138-139.
  • 12 Voir dans notre bibliographie les travaux de B. Cullen, M. Hardimon, D. Knowles, D. Maletz, T. Pink (...)

5Au-delà de ces considérations générales, des raisons spécifiques expliquent le regain d’intérêt que l’on peut observer, en France10 et ailleurs, pour la philosophie juridique, morale et politique de Hegel. Alors que, dans les années 1960-1970, il paraissait impossible d’aborder le texte des Principes autrement que par le biais d’une confrontation avec le plus illustre de ses commentateurs, Karl Marx, le reflux du marxisme et, comme disent certains, des « idéologies » a ouvert la voie à une lecture moins « politique » et plus « juridique » de Hegel, dont on a redécouvert de multiple façon qu’il est un penseur du droit au sens plein du terme, et pas seulement du « droit étatique » (constitutionnel), mais aussi de ce qu’il nomme de façon à première vue dépréciative le « droit abstrait » (privé). D’une manière générale, l’extraordinaire extension conférée par Hegel au concept de droit11 doit retenir l’attention, même si l’on s’est parfois demandé si elle n’aboutit pas à un appauvrissement du concept. Quoiqu’il en soit, ce regain d’intérêt pour Hegel penseur du droit s’est trouvé renforcé par le retour en force de la philosophie du droit qui s’observe depuis vingt ou trente ans, même s’il est vrai que ce mouvement s’est plus souvent appuyé sur d’autres auteurs (Kant en particulier) et inscrit dans d’autres traditions (celle par exemple de la philosophie analytique). Le fait que, ces dernières années, la philosophie anglo-saxonne, d’une manière certes minoritaire mais plus tout à fait tératologique, s’intéresse à Hegel12, et singulièrement au Hegel de la Philosophie du droit, est tout à fait révélateur. Il ne s’agit pas de prétendre que Hegel soit avant tout un philosophe du droit, encore moins de mettre entre parenthèses le puissant soubassement métaphysique ou spéculatif de sa doctrine de l’esprit objectif, mais de réévaluer ce moment du système et de tirer parti des appuis qu’il peut offrir à la philosophie contemporaine.

  • 13 Voir L. Siep (dir.), G. W.F. Hegel. Grundlinien der Philosophie des Rechts.

6Les contributions ici rassemblées sont pour la plupart issues d’un séminaire de lecture des Principes organisé par Jean-François Kervégan entre 1998 et 2002 à l’université de Cergy-Pontoise, puis à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), à la suite de la parution de sa traduction de l’ouvrage ; elles y ont fait l’objet de débats animés et chaleureux. Cette provenance et ces débats expliquent l’unité méthodologique des commentaires, même si des divergences d’interprétation restent patentes sur tel ou tel point. Le recueil se propose d’examiner un certain nombre d’éléments ou de problèmes posés par les Principes de la philosophie du droit et considérés comme décisifs, eu égard notamment aux questionnements contemporains ; on n’a pas affaire ici à un commentaire coopératif suivi de l’œuvre, sur le modèle du volume naguère édité en Allemagne par L. Siep13, mais plutôt à l’étude de thèmes qui peuvent avoir un ancrage privilégié dans le texte des Grundlinien, mais qui souvent s’inscrivent dans une perspective « transversale ». Le souci démonstratif partagé par les auteurs appelait un large appui textuel mais également une élaboration systématique et précise des hypothèses proposées.

7Les articles composant cet ouvrage abordent les Principes de la philosophie du droit selon diverses perspectives. 1) Différents points constitutifs de la doctrine hégélienne sont examinés, qu’ils constituent des « moments » déterminés ou aient une signification plus transversale : quelle est, pour Hegel, la raison d’être de la sanction judiciaire ? Avons-nous affaire, de manière générale, à une ontologie de l’action ? Quelles sont les conditions de la responsabilité morale ? Dans quelle mesure la production économique rend-elle compte des traits spécifiques de la société civile ? Peut-on dire que le mariage, se distinguant d’un simple contrat de droit civil, constitue un devoir éthique ? Quelles sont les fonctions du Parlement ? Quelle est l’origine et quel est l’agent du pouvoir étatique ? 2) Des thèmes sont dégagés qui se révèlent stratégiques, alors même qu’ils n’ont guère été repérés jusqu’à présent dans leur singularité chez Hegel : la culture, la notion d’équivocité à propos de la conscience morale, l’amour... 3) Des commentaires reprennent des questions d’interprétation controversées (le jusnaturalisme, le débat avec Kant sur la moralité, l’institutionnalisme de Hegel, le thème énigmatique du tribunal de l’histoire). 4) Enfin, des contributions de synthèse examinent la signification générale de l’œuvre hégélienne dans l’histoire des idées (son éventuelle appartenance au courant de l’individualisme possessif) ou des problèmes de l’écriture hégélienne de la philosophie (la pensée du présent). Si certaines analyses se concentrent sur le texte des Grundlinien, d’autres considèrent l’évolution de la pensée hégélienne ou tirent parti de la reprise de certains thèmes dans d’autres écrits de la période de Berlin. De même, s’il est indispensable de réfléchir aux influences extérieures qui se manifestent dans le texte hégélien (influence des auteurs classiques mais aussi du droit romain, de l’économie politique ou de juristes contemporains), certains articles privilégient la fortune ultérieure des thèses hégéliennes ou les contestations auxquelles elles ont donné lieu (notamment en matière de philosophie de l’action). Une bibliographie générale est proposée en fin de volume. Si celle-ci ne prétend pas à l’exhaustivité, elle a néanmoins pour but de constituer un instrument de travail utilisable pour la recherche, en particulier dans le contexte francophone.

  • 14 Voir à ce propos Henning Ottmann, Individuum und Gemeinschaft bei Hegel, t. 1 : Hegel im Spiegel de (...)

8Le commentaire hégélien est devenu, à son tour, un moment de l’histoire de la philosophie. C’est d’ailleurs pourquoi les études qui, aujourd’hui, ne renverraient qu’au texte hégélien et non pas, d’une manière ou d’une autre, à l’histoire de ses commentaires14, apparaîtraient méthodologiquement discutables : car nul n’aborde les textes naïvement et sans passer par la chaîne des interprétations. La tâche du commentateur n’est donc pas seulement de fournir une lecture consistante mais également de se situer lui-même dans le tableau général des interprétations et dans le champ des possibles qu’a dégagé leur histoire. C’est ce qui est ici fait, en pleine conscience de ce que cela signifie pour l’avenir de cet écrit. Mais si Hegel nous a appris quelque chose, c’est bien que la reconnaissance de l’historicité des savoirs ne contredit pas à l’exigence de vérité dont ils sont porteurs : que la philosophie vienne « toujours trop tard » ne signifie ni qu’elle n’a rien à dire, ni que ce qu’elle a à dire doive être tu.

Notes

1 Wissenschaft der Logik, 3 : Die Lehre vom Begrf GW 12, p. 252 ; Science de la Logique, 3 : Doctrine du Concept, p. 391. Voir aussi Phänomenologie des Geistes, GW 9, p. 18 ; Phénoménologie de l’Esprit, Préface, trad. Bourgeois, p. 67-68.

2 « Le terme de droit naturel mérite d’être abandonné et remplacé par l’appellation "doctrine philosophique du droit” ou bien [...] “doctrine de l’esprit objectif” » (LDN, § 2, p. 48).

3 Ces additions, qui figurent dans l’édition de Gans dès 1833, ont été composées par lui à partir de deux cahiers d’auditeurs qu’il avait à sa disposition : le cahier « Hotho » (notes prises au cours de 1822-1823) et le cahier « von Griesheim » (1824-1825). Ces cahiers ont été publiés in extenso par Ilting dans son édition (partielle) des cours de Hegel sur la philosophie du droit (Rph Ilting), respectivement aux tomes 3 et 4. Ont été également édités à ce jour des cahiers correspondant aux cours de 1817-1818 (Wa Pöggeler et Wa Ilting), 1818-1819 (in RPh Ilting 1 et et Wa Ilting 1818/19), 1819-1820 (RPh Henrich, RPh Angehm), 1822-1823 (RPh Ilting 3), 1824-1825 (RPh Ilting 4) et 1831 (in RPh Ilting 4). Seule fait défaut, pour le moment, une édition de notes prises au cours de 1821-1822 ; voir toutefois H. Hoppe, « Hegels Rechtsphilosophie von 1821/22 », Hegel-Studien 26 (1991), p. 74-78. Voir également la mise au point de E. Weisser-Lohmann, « Hegels rechtsphilosophische Vorlesungen. Zeugnisse, Manuskripte und Nachschriften », Hegel-Studien 26 (1991), p. 63-73. Nous n’évoquerons pas ici la polémique qui a fait suite à l’entreprise éditoriale de Ilting, suscitée par la thèse selon laquelle les cours contiendraient la véritable philosophie politique de Hegel, alors que le manuel, pour des raisons de prudence politique, en aurait affadi, voire travesti la teneur. Voir à ce sujet J. -F. Kervégan, « L’institution de la liberté », in Hegel, PPD 2003, p. 13-21.

4 Publié à l’automne 1820, il porte cependant la date de 1821 en page de garde.

5 Sur les méfaits de la « génialité » (romantique) en philosophie, voir Phänomenologie des Geistes, GW 9, p. 47 ; Phénoménologie de l’Esprit, Préface, trad. Bourgeois, p. 161.

6 Cf. par exemple RPh MM, § 101 Zusatz, p. 194-195 ; PPD 1975, p. 145.

7 Phänomenologie des Geistes, GW 9, p. 41 ; Phénoménologie de l’Esprit, Préface, trad. Bourgeois, p. 140.

8 « La philosophie, parce qu’elle est l’examen-approfondi du rationnel, est par là même l’appréhension du présent et de l’effectif » (RPh MM, Vorrede, p. 24 ; PPD 2003, p. 103).

9 Wissenschaft der Logik, 3 : Die Lehre vom Begrf GW 12, p. 251 ; Science de la Logique, 3, p. 389.

10 La récente parution de deux nouvelles traductions des Grundlinien (celle de J.-L. Vieillard-Baron et celle de J. -F. Kervégan) en est un indice. Désormais, cet écrit de Hegel bénéficie en langue française de quatre traductions intégrales (voir notre bibliographie), ce qui constitue un cas unique.

11 Voir RPh MM, § 29-30, p. 80-83 ; PPD 2003, p. 138-139.

12 Voir dans notre bibliographie les travaux de B. Cullen, M. Hardimon, D. Knowles, D. Maletz, T. Pinkard, R. Pippin, mais aussi, dans le domaine « continental », ceux de R. Bubner, H. F. Fulda, D. Henrich, M. Quante, qui prennent en compte dans leur interprétation de Hegel des questionnements de provenance « analytique ». En ce qui concerne l’intérêt pour Hegel parmi les théoriciens du droit, voir le volume édité par D. Cornell, M. Rosenfeld et D. Carlson, Hegel and legal Theory. (Les références complètes des ouvrages ou articles non indiquées en note se trouvent dans la bibliographie en fin d’ouvrage).

13 Voir L. Siep (dir.), G. W.F. Hegel. Grundlinien der Philosophie des Rechts.

14 Voir à ce propos Henning Ottmann, Individuum und Gemeinschaft bei Hegel, t. 1 : Hegel im Spiegel der Interpretationen.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site