Version classiqueVersion mobile

Apprentissage des langues

 | 
Michèle Kail
, 
Michel Fayol
, 
Maya Hickmann

V. Les troubles du langage

6. Neuro-imagerie fonctionnelle et étude de la récupération du langage dans l’aphasie

Jean-François Démonet, Xavier de Boissezon, Gaëlle Raboyeau et † Dominique Cardebat

Texte intégral

1L’aphasie est observée dans environ un 1/3 des cas d’accident vasculaire cérébral dont l’incidence en France est estimée à environ 150 000 par an. L’aphasie est aussi caractérisée par une tendance spontanée à la récupération plus ou moins complète, faisant de l’aphasie vasculaire primo-lésionnelle une sorte de « modèle » pathologique chez l’Homme dans lequel le cerveau s’adapte à une lésion et certaines fonctions du langage doivent faire l’objet d’une réinstallation ou d’un ré-apprentissage. La survenue de lésions vasculaires dans l’hémisphère cérébral dominant pour le langage (l’hémisphère gauche chez une grande majorité de sujets) induit dans la plupart des cas d’importants déficits de l’expression et de la compréhension du langage, au stade aigu des lésions (dans les premières semaines post-lésionnelles). La récupération fonctionnelle est observée essentiellement au cours des 12 premiers mois suivant la lésion. Elle est la conséquence d’une réorganisation de l’activité cérébrale dans les deux hémisphères, bien que les mécanismes précis qui président à ce phénomène restent largement inconnus et difficiles à prédire. Les techniques de neuro-imagerie peuvent cependant être utilisées pour suivre les changements de l’état fonctionnel du cerveau au cours de la récupération chez les patients et ce, en tenant compte de l’anatomie lésionnelle, et grâce à des comparaisons avec des groupes de sujets non cérébro-lésés étudiés avec les mêmes techniques. Durant les dix dernières années, un débat s’est fait jour dans la littérature puisque les études publiées se divisent en deux selon le type des résultats rapportés. Un groupe de travaux est caractérisé par la mise en relief d’un rôle majeur de l’hémisphère non lésé (hémisphère droit) dans la récupération de l’aphasie. Un autre groupe d’études conclut au contraire au rôle majeur des régions périlésionnelles (gauches). Nous examinons ici ces différentes études et présenterons quelques résultats récents de notre équipe concernant la récupération spontanée, l’effet d’une remédiation spécifique et intensive, l’effet de certains médicaments, et l’apport récent de la stimulation magnétique trans-crânienne à la récupération de l’aphasie.

I. Récupération spontanée

A. Études en faveur du rôle de l’hémisphère droit

2Des descriptions anciennes de cas particuliers d’aphasie avaient déjà mis en exergue le rôle de l’hémisphère droit : il s’agit de cas de lésion de l’hémisphère gauche entraînant une aphasie qui récupère dans un premier temps et qui réapparaît sans récupération ultérieure à la suite d’une deuxième lésion de l’hémisphère droit (Basso, Marangolo, Piras & Galluzzi, 2001). Le test de Wada (injection intra-carotidienne d’un barbiturique d’action immédiate, l’amobarbital) chez des patients aphasiques a permis de montrer que l’anesthésie temporaire de l’hémisphère droit avait pour conséquence une aggravation massive de l’aphasie (Kinsbourne, 1971). Plus récemment des études d’imagerie fonctionnelle ont montré l’implication de l’hémisphère droit dans des tâches d’activation fonctionnelle soit de type production (Cardebat et al., 1994 ; Weiller et al., 1995 ; Buckner, Corbetta, Schatz, Raichle & Petersen, 1996 ; Rosen et al., 2000), soit de type compréhension (Thulborn, Carpenter & Just, 1999).

1. Production lexicale

3Buckner et al. (1996) ont rapporté des résultats observés chez un patient ayant présenté une lésion du cortex préfrontal inférieur gauche. Le patient avait un déficit majeur dans des tâches de génération de mots alors qu’il avait des performances correctes dans des épreuves n’impliquant pas la sélection d’une réponse parmi de multiples « mots-candidats » possibles, comme une épreuve de lecture de mots (une seule réponse correcte possible). Cependant, il pouvait effectuer correctement une tâche de complétion de mots à partir d’un trigramme initial, tel que les 3 lettres « c o u » qui peuvent donner le mot « couple ». Cette tâche avait été précédemment utilisée par ces auteurs chez des sujets normaux chez lesquels une activation importante du cortex préfrontal inférieur gauche avait été observée, cette région étant lésée chez le patient. Soumis à cette même épreuve, le patient quant à lui montrait une activation dans la région symétrique de l’hémisphère droit. Le même type d’effet a été reproduit dans des études de groupes de sujets aphasiques (Rosen et al., 2000 ; Blasi et al., 2002).

4Cependant la complétion de trigrammes n’est pas directement utilisée dans la vie quotidienne des patients et on peut donc se demander ce qu’il en est pour des tâches plus complexes comme la production spontanée de discours.

5La production de discours spontané nécessite entre autres l’activation de l’aire de Broca et plus exactement la zone pars opercularis, partie de Broca la plus postérieure et située en avant de l’opercule central (carrefour reliant les gyrus pré et post-centraux). Cette région correspond au centre moteur du langage. Dans une tâche de production orale de discours autobiographique (les patients devaient répondre à la question « qu’aimez-vous faire pendant les vacances ? ») les patients lésés dans les aires antérieures avec la zone pars opercularis épargnée, montraient une activation dans la zone pars opercularis gauche. En revanche, les patients atteints d’une lésion incluant la zone pars opercularis présentaient une activation de la zone pars opercularis droite (Blank, Bird, Turkheimer & Wise, 2003). Cette étude serait donc aussi en accord avec l’intervention des zones controlatérales à la lésion dans les phénomènes de compensation. Néanmoins, dans cette dernière étude, l’activation de la zone pars opercularis droite, bien qu’apparaissant primordiale, n’est pas corrélée avec les performances des patients.

2. Compréhension

6En ce qui concerne la réorganisation cérébrale lors de déficits de compréhension, l’implication des aires homologues à la lésion est aussi rapportée (Thulborn et al., 1999). Ceci a été évalué à l’aide d’un protocole de lecture silencieuse, après lequel les auteurs évaluaient le niveau de compréhension des patients par des questions vrai/faux. L’implication des aires de l’hémisphère droit a été mise en évidence autant pour un patient atteint d’une lésion sylvienne et frontale inférieure gauche que pour un patient atteint d’une lésion temporale supérieure gauche.

3. Étude longitudinale

7Cardebat et al. (1994) ont étudié un patient souffrant de dysphasie profonde due à une lésion péri-sylvienne gauche. Lors d’une première étude, ce patient montrait une activation temporale droite spécifique aux tâches sémantiques mais aucune activation spécifique pour les tâches phonologiques. Dix ans après, dans une seconde étude, ce même patient présentait cette fois-ci une activation spécifique aux tâches sémantiques impliquant les aires péri-lésionnelles gauches.

8Le rôle de l’hémisphère droit reste malgré tout très controversé. De nombreux auteurs considèrent qu’il s’agit soit d’un phénomène pré-existant avant l’AVC, compte tenu de l’organisation bilatérale du langage chez 5 à 15 % de la population, soit d’un phénomène de pis-aller, peu efficace en termes de récupération clinique. En contradiction avec les résultats précédents, de nombreuses études avancent que seule la réintégration dans le réseau fonctionnel des zones de l’hémisphère gauche (zones péri-lésionnelles) permet une récupération satisfaisante du langage (Heiss, Thiel, Kessler & Herholz, 2003 ; Warburton, Price, Swinburn & Wise, 1999).

B. Études en faveur de l’implication des aires péri-lésionnelles : rôle clé du gyrus temporal supérieur gauche

9Heiss, Kessler, Thiel, Ghaemi et Karbe (1999), qui ont travaillé sur un groupe de 23 patients, ont été parmi les premiers à mettre en avant l’importance du site lésionnel. Au niveau comportemental, les aphasiques avec une lésion frontale (antérieure à l’artère sylvienne) ou sous-corticale ont une récupération globale plus importante que les patients avec une lésion temporale (territoire moyen de l’artère sylvienne) qui ne récupèrent que pour les tâches de compréhension. Au niveau des activations cérébrales, deux TEP successifs, réalisés à 15 jours puis à 8 semaines après l’accident, ont permis de suivre l’évolution des réseaux activés pour chaque patient. Ces analyses ont mis en évidence que les stratégies développées pour pallier le déficit varient en fonction du site lésionnel : une bonne récupération ne semble pouvoir être obtenue que si les structures du planum temporal et du gyrus temporal supérieur gauche sont préservées et peuvent être réintégrées par la suite dans les processus de langage. Tant que ces structures ne sont pas fonctionnelles, il semblerait que les structures controlatérales, dont le gyrus frontal inférieur droit et les aires temporales droites, prennent en charge le traitement du langage tout en ne permettant pas une récupération optimale. Cette organisation, présente dès le début des troubles, va petit à petit disparaître chez les patients qui auront une bonne récupération, grâce à l’activation du gyrus temporal supérieur gauche. En revanche, les patients lésés dans le gyrus temporal gauche ne pourront pas réintégrer cette région stratégique à leur réseau fonctionnel ; la compensation semble requérir un réseau bilatéral, avec l’implication de l’aire de Broca et l’aire motrice supplémentaire (AMS) gauche. Ce résultat a été corroboré par d’autres études (Cao, Viking-stad, George, Johnson & Welch, 1999 ; Heiss et al., 2003).

10À la lumière de ces études, l’activation des aires temporales supérieures semble être primordiale pour la récupération linguistique des patients aphasiques. L’intervention analogue de ces zones chez des sujets sains permettrait la validation de ces observations.

11Ainsi, une étude longitudinale (2 PET réalisés à 1 an d’intervalle) réalisée sur 8 patients aphasiques fait le parallèle entre l’évolution des réseaux cérébraux chez des patients aphasiques et des sujets sains lors d’une augmentation spontanée des performances (Cardebat et al., 2003). Alors que l’amélioration des performances est traduite par une diminution des activations des zones péri-sylviennes chez les sujets contrôles, elle est, chez les patients aphasiques, sous-tendue par une augmentation de l’activation dans ces mêmes régions. Cependant, les analyses en corrélation montrent que dans les deux populations, l’augmentation des performances est positivement corrélée avec l’activité du cortex temporal supérieur bilatéral et négativement corrélée avec celle du cortex frontal supérieur et les régions temporales médiales (Figure 1).

12Cette étude ajoute ainsi un argument en faveur du rôle du cortex temporal supérieur dans l’amélioration des performances, permettant de valider l’importance cruciale de cette zone dans les phénomènes de récupération du langage.

Redistribution de l’activité cérébrale en fonction de l’amélioration spontanée des performances dans le temps, entre la mesure initiale en PET (t1) et la deuxième mesure un an plus tard (t2), chez des patients aphasiques et des sujets sains. Les corrélations positives entre les améliorations de performance et les augmentations d’activation cérébrale montrent que les sujets, aphasiques ou sains, ayant le plus progressé dans leurs performances sont ceux qui accroissent le plus leur activation cérébrale dans les régions temporales, notamment dans l’hémisphère gauche, dans la région temporale moyenne ou aire de Brodmann (BA) 22. Les corrélations négatives révèlent une autre facette de la redistribution de l’activation cérébrale en lien avec l’amélioration des performances : les sujets qui progressent le plus sont ceux chez lesquels l’activité cérébrale diminue le plus, notamment dans une région frontale supérieure et médiane (BA 8), à gauche chez les sujets sains, à droite chez les patients aphasiques.

C. Pourquoi une telle divergence des résultats ?

13Il faut tout d’abord souligner que l’organisation du langage, contrairement aux fonctions motrices dont les correspondants cérébraux sont clairement établis, est naturellement caractérisée par une grande hétérogénéité inter-individuelle. Il est donc délicat de réaliser des études de groupe (même chez des sujets contrôles) qui peuvent largement masquer des stratégies linguistiques personnalisées. Ainsi, malgré une dominance globale de l’hémisphère gauche, le langage requiert des réseaux distribués et parallèles mettant en jeu les deux hémisphères. En effet, il est maintenant largement reconnu que le langage (Moore & Price, 1999) et l’apprentissage linguistique (Cardebat et al., 2003) requièrent, même chez des sujets « normaux », des aires de l’hémisphère droit. De plus, l’augmentation de la complexité des tâches de langage est associée à une augmentation du recrutement d’aires de l’hémisphère droit (Just, Carpenter, Keller, Eddy & Thulborn, 1996 ; Whatmough, Chertkow, Murtha & Hanratty, 2002).

14L’organisation du langage chez les sujets sains, et donc a fortiori chez les patients aphasiques, apparaît d’ores et déjà comme un paramètre pouvant en partie expliquer les divergences trouvées entre les études. C’est pourquoi les « études de cas » se limitant à l’analyse d’un seul patient semblent mieux correspondre à l’étude de fonctions cognitives aussi complexes que le langage et sa réorganisation.

15Un second paramètre pouvant être à l’origine des divergences entre les résultats se trouve dans la grande diversité des tâches utilisées dans les différentes études. En effet, les tâches de production orale, de production silencieuse et de compréhension n’impliquent pas les mêmes aires cérébrales et donc pas les mêmes stratégies de récupération. De plus, les profils des patients diffèrent tant dans leurs tableaux cliniques que dans leurs sites lésionnels ou dans leurs dates d’analyses post-AVC. La comparaison des multiples études est donc à prendre avec précaution.

16La récupération chez des patients aphasiques, étant fonction des stratégies pouvant être mises en place, dépend donc :

  • de l’organisation du langage préalable à l’AVC (cela nécessiterait une imagerie cérébrale avant l’AVC !)

  • de la tâche analysée, ainsi que de sa complexité

  • de l’étendue de la lésion et plus précisément du site lésionnel.

D. Conciliation des hypothèses de la récupération du langage spontanée

17Comment concilier deux théories qui peuvent sembler, au premier abord, en contradiction ?

18En tenant compte des divers paramètres qui séparent les précédentes études, une tendance générale apparaît :

  • lors de la période aiguë (<6 mois après l’AVC), les phénomènes de récupération linguistique précoce spontanée apparaissent être sous-tendus par des zones de l’hémisphère droit. Notons que cette récupération reste néanmoins très sommaire.

  • lors de la période chronique (>6 mois après l’AVC), une récupération spontanée satisfaisante ne semble être effective que si les structures temporales gauches sont épargnées puis réintégrées au réseau fonctionnel. Dans le cas contraire, le traitement du langage impliquerait l’activation des aires homologues à droite, tout en ne restant qu’une stratégie palliative nettement moins efficace.

II. Récupération induite par une thérapie du langage

19Les traitements orthophoniques ont amplement prouvé leur efficacité au niveau de la récupération linguistique. La littérature montre notamment que les performances des patients ayant bénéficié d’une rééducation orthophonique sont supérieures à celles des patients n’ayant pas suivi de rééducation, et que cette efficacité est d’autant plus importante que le traitement a débuté en phase précoce post-AVC. Cependant, peu d’études en neuro-imagerie sont consacrées à ce sujet, par conséquent nous disposons de faibles connaissances sur les aires cérébrales impliquées dans les entraînements linguistiques. Néanmoins, à l’image des études consacrées à la récupération spontanée, nous retrouvons aussi des résultats opposés. L’hypothèse d’une prise en charge par les aires de l’hémisphère droit (Musso et al., 1999 ; Thompson, 2000 ; Peck et al., 2004) semble tout autant séduisante que celle d’une prise en charge par les aires de l’hémisphère gauche (Belin et al., 1996 ; Small, Flores & Noll, 1998 ; Léger et al., 2002).

A. Études en faveur de l’implication des aires controlatérales

1. Tâche de compréhension

20Dans le cas de l’aphasie de Wernicke (déficit de la compréhension du langage), la réalisation d’examens TEP avant et après entraînements linguistiques intensifs présente un rôle crucial des zones homologues à la lésion (Musso et al., 1999) : l’augmentation des performances induite par une rééducation est directement corrélée à l’activation du gyrus temporal supérieur droit.

2. Tâche de production

21En reprenant la tâche de complétion de trigrammes de Buchner, présentée précédemment en récupération spontanée, Blasi et al. (2002) confirment non seulement les résultats de Buchner mais présentent en plus l’implication des aires frontales inférieures droites dans les phénomènes d’entraînement : ils observent une évolution similaire de la réponse hémodynamique du cortex préfrontal inférieur chez les sujets sains et chez les patients aphasiques. La pratique répétée de la tâche de complétion de trigrammes par les sujets sains se traduit par une diminution significative de l’activité du cortex préfrontal gauche au cours du temps, diminution également observée dans le cortex préfrontal droit des patients aphasiques. Cette observation apporte une preuve supplémentaire à l’hypothèse de l’implication des zones homologues à la lésion dans la récupération linguistique des aphasiques.

22Une seconde étude montre la relation entre l’augmentation des performances comportementales et l’augmentation de la rapidité du traitement linguistique au niveau des aires de l’hémisphère droit : suite à un entraînement de six semaines, les réponses des patients sont plus correctes et plus rapides, et le traitement cérébral des stimuli entre les cortex auditif et moteur est plus rapide (Peck et al., 2004).

23Une étude (Raboyeau et al., 2008) réalisée sur dix patients aphasiques, était constituée d’une période intensive de rééducation d’un mois entourée d’un examen TEP avant et après la rééducation afin d’appréhender les éventuelles modifications cérébrales induites par la thérapie. Les résultats ont montré tout d’abord une très vaste variabilité inter-individuelle. Par la suite, une analyse par corrélation a mis en évidence l’implication d’aires frontales, temporales, insulaires et prémotrices droites dans le ré-apprentissage de mots français. Cette étude aurait donc tendance à argumenter en faveur de l’implication des zones controlatérales à la lésion dans les phénomènes de récupération. Ce même protocole (TEP n° 1 – rééducation intensive d’un mois – TEP n° 2) a été réalisé en parallèle chez 20 sujets sains se prêtant à un apprentissage intensif sur une période de même durée que les patients (1 mois) visant à enrichir leur vocabulaire en anglais pour la moitié d’entre eux et en espagnol pour l’autre moitié, alors que ces sujets ne maîtrisaient pas ces langues. L’étude corrélative a montré l’implication d’aires similaires à celles observées chez les patients. En partant de l’hypothèse que le ré-apprentissage de mots français chez les patients peut trouver son correspondant dans le ré-apprentissage de mots préalablement appris mais oubliés chez les sujets sains, la comparaison des résultats entre les deux populations nuance considérablement l’interprétation des résultats obtenus chez les aphasiques : l’activation des aires controlatérales à la lésion suite à un apprentissage ne révèlerait peut-être pas l’implication de stratégies compensatrices, mais plutôt l’implication de stratégies d’apprentissage et donc de réseaux cérébraux identiques à ceux des sujets sains.

B. Études en faveur de l’implication des aires péri-lésionnelles : rôle clé du gyrus temporal supérieur gauche

24La « melodic intonation therapy » (MIT) est une technique de rééducation utilisée dans le traitement des aphasies de Broca. Elle consiste à scander les mots comme on le fait pour de jeunes enfants qui apprennent leurs tables de multiplication. Belin et al. (1996) ont étudié des patients qui s’étaient améliorés de façon notable sous l’influence de la MIT. Tandis que la répétition « simple » de mots activait des régions en miroir aux aires de Broca et Wernicke, la répétition en MIT montrait une activation importante des aires préfrontales gauches dont l’aire de Broca. Contrairement à toute attente, la MIT ne consisterait pas à « chanter la phrase » (ce qui activerait l’hémisphère droit), mais plutôt à accentuer la prosodie du langage.

25Léger et al. (2002) ont étudié le cas d’un patient avant et après une thérapie de six semaines spécifiquement adaptée au déficit du patient. Les améliorations comportementales du patient se sont traduites tant pour la dénomination des items inclus dans la thérapie que pour des items totalement extérieurs à la thérapie. Cette amélioration est accompagnée d’un pattern d’activation proche de celui observé chez les sujets sains, impliquant les zones péri-lésionnelles. L’activation plus spécifique de l’aire de Broca et du gyrus supramarginal gauche reflète probablement une stratégie compensatoire du traitement phonologique des items.

C. Synthèse

26À la lumière des résultats exposés précédemment, la conciliation des deux hypothèses avancées s’avère délicate. Pour l’hypothèse de la prise en charge du traitement du langage par les aires controlatérales à la lésion, l’absence de sujets contrôles dans la plupart des études ne permet pas d’apporter des interprétations définitives. En effet, comment pouvons-nous certifier que certaines aires cérébrales impliquées dans la récupération des patients sont spécifiques aux aphasiques si l’on ne connaît pas les zones utilisées par les sujets sains ? Pour l’ensemble des études, l’influence de ces rééducations dans le temps reste tout de même en suspens et on peut se demander si les améliorations observées immédiatement, suite à la rééducation, perdurent de façon notable à l’arrêt de la thérapie.

27De plus, de façon identique aux études en récupération spontanée, il apparaît important de souligner la diversité des protocoles (épreuves, durées et types d’apprentissage), ce qui augmente considérablement la difficulté des comparaisons et donc de synthèse des résultats.

III. Récupération linguistique et pharmacologie

28L’action de la pharmacothérapie dans la récupération du langage chez des patients aphasiques reste très controversée puisque certaines études cliniques consacrées à ce sujet ne présentent aucune amélioration linguistique notable, tandis que d’autres démontrent une influence positive de telles thérapies. De plus, l’approche par les techniques de neuro-imagerie n’apporte pas actuellement d’arguments permettant d’étoffer l’une ou autre étude puisque l’on trouve seulement deux études alliant l’imagerie fonctionnelle et les traitements pharmaceutiques.

29Une première étude menée par Kessler, Thiel, Karbe & Heiss (2000) est consacrée à l’influence du Piracetam (agoniste de l’acétylcholine) sur les performances et les activations des patients aphasiques. Les résultats sont très prometteurs puisqu’ils présentent une amélioration significative des performances accompagnée d’une augmentation d’activation dans le gyrus de Heschl, dans le gyrus temporal supérieur et dans la partie triangulaire du gyrus frontal inférieur. Au terme de cette étude, la ré-activation des zones péri-lésionnelles induite par le Piracetam paraît engendrer une nette amélioration des performances.

30La ré-activation de ces aires de l’hémisphère gauche est confortée par une seconde étude réalisée par Cohen, Chaaban et Habert (2004) qui analyse l’influence du Zolpidem. Cet agoniste des benzodiazépines n’est pourtant pas connu pour avoir une influence sur le langage. Cependant, cette étude présente le cas d’une patiente, qui trois ans après son AVC, à la suite de la prise de Zolpidem, voit ses performances linguistiques s’améliorer de façon importante. Cette amélioration prend effet 20 minutes après l’ingestion du médicament et perdure au moins quelques heures. Cette amélioration du langage a été étudiée en TEP et les auteurs ont pu constater une augmentation de l’activation des aires péri-lésionnelles. Les benzodiazépines renforcent la transmission au niveau de toutes les synapses GABAergiques et donc agissent comme un inhibiteur de la transmission synaptique. Ce résultat tend à montrer qu’une inhibition de certaines zones cérébrales pourrait permettre la levée de l’action inhibitrice exercée sur d’autres zones cérébrales, zones pouvant ainsi être réintégrées dans le réseau fonctionnel. Le Zolpidem permettrait la levée en partie du phénomène de diaschisis.

31Au terme de ces deux études, il paraît délicat de tirer des conclusions. Néanmoins, cette approche apparaît prometteuse et ce ne sera que par l’apport d’autres études que l’impact de la neuro-pharmacologie dans les phénomènes de récupération du langage pourra être évalué à juste titre.

IV. Récupération linguistique et rTMS

32La stimulation magnétique transcrânienne à répétition (rTMS) est une dernière technique utilisée dans les phénomènes de récupération des aphasiques, cependant cette approche reste très rare. Utilisée par Martin et al. (2004), la rTMS est une méthode qui permet l’inhibition ou l’activation transitoire des activités neuronales. L’hypothèse de départ de ces auteurs était que l’activation des aires controlatérales, ne représentant qu’une stratégie palliative, pourrait faire obstacle à la réintégration des aires péri-lésionnelles en les inhibant. L’inhibition transitoire des « aires en miroir » à la lésion pourrait permettre l’activation des aires péri-lésionnelles. Cette hypothèse s’est vérifiée sur quatre aphasiques chroniques anomiques, sur lesquels l’inhibition transitoire des aires de Brodmannn 44 et 45 droites a engendré une amélioration significative de leurs performances en dénomination.

V. Conclusion

33Un très vaste ensemble d’événements neurophysiologiques concernant les deux hémisphères cérébraux est susceptible de rendre compte de la récupération fonctionnelle du langage chez des patients devenus aphasiques à la suite d’un accident vasculaire cérébral. L’activation des aires de l’hémisphère droit ne semble permettre qu’une récupération limitée et pourrait contrarier la ré-implication des aires de l’hémisphère gauche, aires plus à même d’induire une récupération notable. Outre une possible inhibition des aires de l’hémisphère gauche exercée par les aires de l’hémisphère droit, la ré-activation du système linguistique semble dépendre également du site lésionnel : une lésion impliquant le gyrus temporal supérieur gauche serait fortement défavorable à ce que les régions préservées de l’hémisphère gauche puissent assurer la reprise des fonctions du langage initialement assurées par la région lésée.

34Il reste cependant qu’une grande variabilité inter-individuelle est observée dans les substrats de fonctions aussi complexes que le langage ; l’importance de ces écarts entre sujets est encore augmentée lorsque l’on considère les effets des lésions et ceux de la réorganisation post-lésionnelle. Les études à venir devront donc tenter de mettre à jour quelles sont les sources principales de cette variabilité tout en gardant pour but principal l’identification des meilleures stratégies thérapeutiques pour les patients aphasiques, stratégies tant fonctionnelles (remédiation) que biologiques (médicaments, stimulation).

Bibliographie

Reférences

Basso, A., Marangolo, P., Piras, F. & Galluzzi, C. (2001). Acquisition of new “words” in normal subjects : A suggestion for the treatment of anomia. Brain and Language, 77 (1), 45-59.

Belin, P., Van Eeckhout, P., Zilbovicius, M., Remy, P., Francois, C., Guillaume, S., et al., (1996). Recovery from nonfluent aphasia after melodic intonation therapy : A PET study. Neurology, 47 (6), 1504-1511.

Blank, S.C., Bird, H., Turkheimer, F. & Wise, R.J. (2003). Speech production after stroke : The role of the right pars opercularis. Annals of Neurology, 54 (3), 310-320.

Blasi, V., Young, A.C., Tansy, A.P., Petersen, S.E., Snyder, A.Z. & Corbetta, M. (2002). Word retrieval learning modulates right frontal cortex in patients with left frontal damage. Neuron, 36 (1), 159-170.

Buckner, R.L., Corbetta, M., Schatz, J., Raichle, M.E. & Petersen, S.E. (1996). Preserved speech abilities and compensation following pre-frontal damage. Proceedings of the National Academy Science USA, 93 (3), 1249-1253.

Cao, Y., Vikingstad, E.M., George, K.P., Johnson, A.F. & Welch, K.M. (1999). Cortical language activation in stroke patients recovering from aphasia with functional MRI. Stroke, 30 (11), 2331-2340.

Cardebat, D., Démonet, J-F., Celsis, P., Puel, M., Viallard, G. & Marc-Vergnes, J.-P. (1994). Right temporal compensatory mechanisms in a deep dysphasic patient : A case report with activation study by SPECT. Neuropsychologia, 32 (1), 97-103.

Cardebat, D., Démonet, J.F., De Boissezon, X., Marie, N., Marie, R.M., Lambert, J., et al. (2003). Behavioral and neurofunctional changes over time in healthy and aphasic subjects : A PET language activation study. Stroke, 34 (12), 2900-2906.

Cohen, L., Chaaban, B. & Habert, M.O. (2004).Transient improvement of aphasia with zolpidem. New England Journal of Medicine, 350 (9), 949-950.

Heiss, W.D., Kessler, J., Thiel, A., Ghaemi, M. & Karbe, H. (1999). Differential capacity of left and right hemispheric areas for compensation of poststroke aphasia. Annals of Neurology, 45 (4), 430-438.

Heiss, W.D., Thiel, A., Kessler, J. & Herholz, K. (2003). Disturbance and recovery of language function : correlates in PET activation studies. Neuroimage, 20 (Suppl 1), S42-49.

Just, M.A., Carpenter, P.A., Keller, T.A., Eddy, W.F. & Thulborn, K.R. (1996). Brain activation modulated by sentence comprehension. Science, 274 (5284), 114-116.

Kessler, J., Thiel, A., Karbe, H. & Heiss, W.D. (2000). Piracetam improves activated blood flow and facilitates rehabilitation of poststroke aphasic patients. Stroke, 2000. 31 (9), 2112-2116.

Kinsbourne, M. (1971). The minor cerebral hemisphere as a source of aphasic speech. Archives of Neurology, 25 (4), 302-306.

Léger, A., Démonet, J.-F., Ruff, S., Aithamon, B., Touyeras, B., Puel, M., et al. (2002). Neural substrates of spoken language rehabilitation in an aphasic patient : An fMRI study. Neuroimage, 17 (1), 174-183.

Martin, P.I., Naeser, M.A., Theoret, H., Tormos, J.M., Nicholas, M., Kurland, J., et al. (2004). Transcranial magnetic stimulation as a complementary treatment for aphasia. Seminars in Speech and Language, 25 (2), 181-191.

Moore, C.J. & Price, C.J. (1999). Three distinct ventral occipitotemporal regions for reading and object naming. Neuroimage, 10 (2), 181-192.

Musso, M., Weiller, C., Kiebel, S., Muller, S.P., Bulau, P. & Rijntjes, M. (1999). Training-induced brain plasticity in aphasia. Brain, 122 (Pt 9), 1781-1790.

Peck, K.K., Moore, A.B., Crosson, B.A., Gaiefsky, M., Gopinath, K.S., White K. et al. (2004). Functional magnetic resonance imaging before and after aphasia therapy : shifts in hemodynamic time to peak during an overt language task. Stroke, 35 (2), 554-559.

Raboyeau, G., De Boissezon, X., Marie, N., Balduyck, S., Puel, M., Bézy, C., et al. (2008). Right hemisphere activation in recovery from aphasia : Lesion effect or function recruitment ? Neurology, 70, 290-298.

Rosen, H.J., Petersen, S.E., Linenweber, M.R., Snyder, A.Z., White, D.A., Chapman, L., et al. (2000). Neural correlates of recovery from aphasia after damage to left inferior frontal cortex. Neurology, 55 (12), 1883-1894.

Small, S.L., Flores, D.K. & Noll, D.C. (1998). Different neural circuits subserve reading before and after therapy for acquired dyslexia. Brain and Language, 62 (2), 298-308.

St George, M., Kutas, M., Martinez, A. & Sereno, M.I. (1999). Semantic integration in reading : Engagement of the right hemisphere during discourse processing. Brain, 122 (Pt 7), 1317-1325.

Thompson, C.K.(2000). Neuroplasticity : Evidence from aphasia. Journal of Communication Disorders, 33 (4), 357-366.

Thulborn, K.R., Carpenter, P.A. & Just, M.A. (1999). Plasticity of language-related brain function during recovery from stroke. Stroke, 30 (4), 749-754.

Warburton, E., Price, C.J., Swinburn, K. & Wise, R.J. (1999). Mechanisms of recovery from aphasia : Evidence from positron emission tomography studies. Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry, 66 (2), 155-161.

Weiller, C., Isensee, C., Rijntjes, M., Huber, W., Muller, S., Bier, D. et al. (1995). Recovery from Wernicke’s aphasia : A positron emission tomographic study. Annals of Neurology, 37 (6), 723-732.

Whatmough, C., Chertkow, H., Murtha, S. & Hanratty, K. (2002). Dissociable brain regions process object meaning and object structure during picture naming. Neuropsychologia, 40 (2), 174-186.

Table des illustrations

Légende Figure 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search