Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprentissage des langues

 | 
Michèle Kail
, 
Michel Fayol
, 
Maya Hickmann

V. Les troubles du langage

2. Développement du langage chez les enfants présentant des lésions cérébrales précoces1

Judy S. Reilly

Texte intégral

  • 1 Ces travaux ont été en partie subventionnés par une bourse du NIH P50 NS 22343 « Centre d’études de (...)

1Au cours des dernières décennies, les travaux concernant la cartographie des relations cerveau-comportement chez les adultes ont fait des progrès remarquables, et cent-soixante années de recherche ont confirmé les découvertes princeps de Paul Broca : chez la grande majorité des adultes, les aspects centraux du langage (la phonologie, la morphologie et la syntaxe) sont traités par l’hémisphère gauche. Les adultes souffrant de lésions de l’hémisphère gauche (LHD) présentent des déficits lexicaux et morpho-syntaxiques spécifiques (aphasie fluente et non-fluente). Cependant, certaines questions sont encore ouvertes concernant la manière dont cette organisation se développe : jusqu’à quel point l’hémisphère gauche est-il dédié au langage de façon innée ? Jusqu’à quel point de flexibilité le cerveau en développement peut-il s’adapter ? Ces quarante dernières années, de nombreux travaux ont étudié le développement du langage chez des enfants normaux et atteints de divers troubles neuro-développementaux pour mieux comprendre le processus de développement du langage et ses substrats neuronaux. À partir de leurs premières observations d’adultes devenus aphasiques suite à une attaque à l’hémisphère gauche, Basser (1962) et Lenneberg (1967) ont fait apparaître que les enfants victimes de lésions cérébrales ne présentaient pas les mêmes dommages irréversibles que les adultes atteints des mêmes lésions. Ceci a conduit Lenneberg à faire l’hypothèse que les deux hémisphères du cerveau en développement sont équipotentiels pour la prise en charge des fonctions langagières. Une littérature croissante confirme l’observation de Lenneberg : les enfants victimes de lésions cérébrales précoces ont de bien meilleurs résultats à des tâches de performance langagière que les adultes (Bates, Vicari & Trauner, 1999 ; Bates et al., 2001 ; Eisele & Aram, 1995 ; Vargha-Khadem, Isaacs & Muter, 1994 ; Vicari et al., 2000 ; Weckerly, Wulfeck & Reilly, 2004 ; Wulfeck, Bates, Krupa-Kwiatkowski & Saltzman, 2004 ; Reilly, Losh, Bellugi & Wulfeck, 2004 ; Feldman, 2005). Néanmoins, les résultats sont mitigés dans les études impliquant des enfants victimes de lésions après leur premier anniversaire, c’est-à-dire une fois entamé le processus d’acquisition du langage : certaines études ne montrent aucune différence significative dans les performances langagières selon l’emplacement de la lésion (voir Vargha-Khadem et al., 1994) alors que d’autres enregistrent des déficits subtils persistants chez les enfants avec des lésions gauches précoces ou une hémi-décortication gauche (Dennis & Whitaker, 1976 ; Vargha-Khadem, O’Gorman & Watters, 1985 ; Eisele & Aram, 1995). Un moyen efficace de déterminer dans quelle mesure certaines zones du cerveau sont spécifiques au langage et quelles sont les capacités d’adaptation du cerveau en développement est de mener une étude prospective du développement d’enfants victimes de lésions cérébrales périnatales (PL), c’est-à-dire de lésions intervenues avant l’acquisition des fonctions cognitives supérieures. Ce groupe d’enfants rares (1 sur 4000, Lynch & Nelson, 2001) comprend des enfants atteints de lésion cérébrale unilatérale localisée, soit prénatale, soit intervenue moins d’un mois après la naissance. C’est ce type de projet que nous avons mené à San Diego et nos travaux sur les enfants atteints de PL visent à aborder les questions concernant la neuro-plasticité et la spécification des fonctions comportementales. Dans cette optique, nous avons voulu répondre aux questions suivantes :

  1. Les enfants présentent-ils des déficits langagiers spécifiques ?

  2. Ces déficits correspondent-ils à ceux des adultes présentant des lésions comparables ?

  3. déficits persistent-ils ?

  4. Si oui, demeurent-ils stables ou évoluent-ils au cours du développement ?

2Dans ce chapitre, nous allons passer en revue les résultats de nos travaux et de ceux de nos collègues concernant le développement du langage chez les enfants atteints de PL, depuis l’enfance jusqu’à l’adolescence, pour mieux comprendre quelles régions du cerveau peuvent être très tôt spécifiques des fonctions langagières et dans quelle mesure le cerveau en développement peut mettre en place des organisations alternatives.

L’émergence du langage

3Plusieurs groupes de recherche sur le développement précoce du langage chez les enfants PL ont remarqué un retard initial dans le démarrage du langage, suivi de progrès respectant la progression typique du développement langagier. Contrairement aux adultes victimes d’attaques plus tardivement dans leur vie, le retard du groupe PL est caractéristique d’enfants atteints de lésions aux hémisphères droit ou gauche indifféremment. Marchman, Miller et Bates (1991) ont suivi le développement phonologique d’un petit groupe d’enfants PL, et ils ont trouvé que le début du babillage était retardé, mais qu’une fois entamé, le développement respectait la trajectoire de celui des bébés normaux. Dans une vaste étude transversale sur l’émergence du langage, Bates et ses collègues (Bates et al., 1997) ont utilisé l’Inventaire de la Communication de MacArthur, un questionnaire aux parents (MCDI, Fenson et al., 1993), pour établir l’évolution du développement précoce du langage. Ils signalent que le groupe PL dans son ensemble (ceux avec lésions droite [RPL] ou gauche [LPL]) présente un retard dans l’émergence du langage. Dans ce contexte de retard, ils ont observé que dans le groupe des enfants PL entre 8 et 16 mois, ce sont les enfants atteints de lésion précoce à l’hémisphère droit (RPL) qui présentent les plus importants déficits dans la compréhension et les gestes, contrairement au profil adulte. Cependant, entre 19 et 31 mois, c’est le groupe atteint de lésion temporale gauche qui présente les plus grands retards dans la production du vocabulaire ; on trouve aussi un effet frontal bilatéral temporaire. Pour mesurer la production langagière de manière plus détaillée, ils ont aussi analysé des corpus de productions spontanées et ont trouvé un profil similaire pour la longueur moyenne des énoncés (MLU) : les enfants atteints de lésion postérieure gauche utilisent des phrases plus courtes que les contrôles ou que les enfants atteints de lésions dans d’autres zones du cerveau. Ces résultats ont été largement confirmés par d’autres groupes, y compris ceux qui ont étudié des langues autres que l’anglais. Avec la version italienne du MCDI, Vicari et al. (2000) ont aussi observé des retards précoces dans le début du langage avec des profils spécifiques aux zones lésées : les enfants avec une lésion LH présentent un retard plus important que ceux avec une lésion RH. L’étude de Chilosi (Chilosi, Cipriani, Bertuccelli, Pfanner & Cioni, 2001 ; Chilosi et al., 2005) sur des enfants PL italiens a trouvé des résultats du même ordre.

4Dans leurs analyses longitudinales de l’émergence du vocabulaire productif dans un petit groupe d’enfants PL, Feldman et al. (Feldman, Holland, Kemp & Janosky, 1992 ; Feldman, 1994) ont observé un retard initial du groupe dans son ensemble, ainsi qu’une grande variabilité entre des enfants dans la norme et d’autres en retard. Cependant, après un retard initial, chez la plupart des enfants, les progrès ont été réguliers. Dans l’échantillon longitudinal, les performances au IPSYN, qui mesure la syntaxe émergente, montrent que la moitié du groupe avec une lésion LH est bien en dessous de la norme, ainsi que la moitié de ceux qui ont une lésion RH. L’étude longitudinale de Thal, Reilly, Seibert, Jeffries et Fenson (2004) sur des données de production libre rapporte les mêmes résultats. Ceux-ci sont corroborés et complétés par une vaste étude longitudinale de 40 enfants PL (Brasky, Nikolas, Meanwell, Levine & Goldin-Meadow, 2005 ; Levine, Kraus, Alexander, Suriyakham & Huttenlocher, 2005) dans laquelle les chercheurs ont trouvé un retard global de l’émergence du langage, avec une modulation de la trajectoire développementale pour la production du vocabulaire et la syntaxe, en fonction de la taille de la lésion et non de son emplacement. Tous ces résultats suggèrent que les lésions cérébrales précoces, quel que soit l’hémisphère, retardent l’émergence du langage et que l’acquisition ultérieure sollicite les deux hémisphères cérébraux, contrairement sans doute au maintien d’un système langagier adulte.

Performances langagières à l’école

5Vers l’âge de quatre ans, les enfants normaux maîtrisent la majeure partie des structures grammaticales de leur langue ; outre un vocabulaire de plus en plus important, le développement du langage après 5 ans reflète une utilisation de plus en plus flexible de ces structures grammaticales en fonction des différents genres discursifs. À partir d’un entretien biographique, Bates et al. (2001) ont comparé la production du langage chez des enfants PL âgés de 5 à 8 ans et chez des adultes atteints de lésions comparables. Dans ce contexte discursif particulier, dans lequel les enfants (ou les adultes) doivent répondre aux questions de l’expérimentateur, les adultes présentent le profil attendu : les adultes avec LHD présentent des profils de déficits contrastés (parmi lesquels les différences classiques entre aphasie avec fluidité verbale ou non) ; les adultes avec RHD (ainsi que trois adultes non-aphasiques avec LHD) présentent un discours fluide, mais désinhibé, et parfois dépourvu de sens. En revanche, chez les enfants PL aucune de ces déviations qualitatives ou quantitatives n’a été observée. Leur langage spontané est comparable à celui des contrôles en ce qui concerne les erreurs de morphologie (très peu nombreuses) et leur utilisation de la syntaxe complexe ; en outre, il n’y a pas de différences en fonction de l’hémisphère atteint. En tant que telles, les différences antérieures qui étaient spécifiques à la localisation se sont résorbées et, en ce qui concerne la grammaire, le langage du groupe PL est comparable à celui de leurs pairs normaux (TD) au même âge. Dans ce même ensemble de données, nous avons examiné l’anaphore, ou l’utilisation des pronoms, puisque les adultes atteints de lésions à l’hémisphère droit (RHD) ont souvent des difficultés de cohérence discursive, et que les pronoms constituent un des moyens linguistiques de connexion entre les énoncés (Halliday & Hasan, 1976), qui entretiennent des liens avec des expressions nominales précédentes. Lorsque l’on examine l’utilisation des pronoms par ces enfants (Dardier, Reilly, Bates, Delaye & Laurent-Vannier, 2005), une observation intéressante est que tous les enfants, PL ou TD, produisent de nombreux pronoms dont le référent n’est pas clair. Cependant, comme on le voit sur la Figure 1, chez les enfants plus jeunes (5-6 ans), les RPL utilisent significativement plus de pronoms ambigus que les LPL ou les TD.

6Ces résultats suggèrent que, contrairement au profil des adultes, l’acquisition des structures linguistiques sollicite un réseau cérébral bilatéral et que le groupe PL progresse nettement dans l’acquisition de ces structures. Par contre, il se peut que chez ces enfants l’utilisation et la mobilisation de ces structures pour le discours s’effectuent par l’intermédiaire de l’hémisphère droit, conformément au modèle adulte.

7Afin de poursuivre les recherches sur la production langagière chez les enfants d’âge scolaire, Reilly et ses collègues (Reilly, Bates & Marchman, 1998 ; Reilly et al., 2004) se sont intéressés aux récits, genre discursif plus stimulant. Dans une étude transversale importante portant sur 53 enfants PL, ils ont demandé aux enfants de raconter une histoire à partir du livre d’images, Grenouille, où es-tu ? (Mayer, 1969). Ils ont trouvé que, chez les plus jeunes enfants (4-6 ans), ceux du groupe PL racontaient des histoires plus courtes, faisaient davantage d’erreurs morphologiques et utilisaient moins de phrases complexes d’une moins grande diversité syntaxique que les contrôles, et ceci indépendamment de la localisation ou de l’hémisphère atteint. Il est important de remarquer que les erreurs morphologiques des enfants PL étaient semblables à celles des sujets contrôles les plus jeunes. Parmi les enfants en école primaire, les performances du groupe PL étaient dans la norme basse pour toutes les mesures morphosyntaxiques et narratives, y compris le nombre d’épisodes dans leurs récits ou la déduction du thème de l’histoire. Bien qu’aucune différence hémisphérique significative ne soit attestée dans les mesures morphosyntaxiques de cette importante étude transversale, on observe une tendance à l’utilisation moins fréquente des phrases complexes chez les RPL, par rapport aux LPL (voir Figure 2).

Figure 1. Référence pronominale dans les entretiens biographiques.

Figure 1. Référence pronominale dans les entretiens biographiques.

Il faut noter que tous les groupes d’enfants utilisent les pronoms de façon ambiguë. Cependant, ceux dont le référent est clair ne représentent que 20% des cas chez les enfants RPL les plus jeunes. Dans le groupe plus âgé, les performances des enfants RPL sont identiques à celles des autres.

Figure 2. Fréquence de la syntaxe complexe dans les récits : Grenouille, où es-tu ? (données transversales).

Figure 2. Fréquence de la syntaxe complexe dans les récits : Grenouille, où es-tu ? (données transversales).

Tandis que les enfants plus âgés LPL et contrôles utilisent une syntaxe plus complexe, les enfants RPL présentent un profil plat.

Figure 3. Fréquence de la syntaxe complexe dans les récits : Grenouille, où es-tu ? (données longitudinales).

Figure 3. Fréquence de la syntaxe complexe dans les récits : Grenouille, où es-tu ? (données longitudinales).

La tendance repérée dans les données transversales est confirmée par l’étude longitudinale qui montre que le développement des enfants RPL ne s’accompagne pas d’une plus grande utilisation des phrases complexes.

8En complément de ces données narratives transversales, les données longitudinales de 8 enfants LPL et de 8 enfants RPL enregistrées à trois reprises avec l’histoire de la Grenouille, confirment cette tendance, comme on le voit dans la Figure 3 ; les enfants RPL utilisent une syntaxe moins complexe que les enfants LPL (Reilly, Stiles, Fenson & Nass, 2005).

9Parmi les fonctions des phrases complexes dans une narration, l’une d’entre elles consiste à relier explicitement les épisodes de l’histoire, par exemple ‘pendant que le petit garçon dormait, la grenouille s’est échappée !’ Une autre de leurs fonctions est l’intégration d’un événement local en cours avec le thème de l’histoire, dans ce cas la recherche de la grenouille perdue, par exemple, ‘il est monté sur le rocher pour essayer de trouver sa grenouille’. Nous faisons l’hypothèse qu’à l’instar de l’emploi plus fréquent de pronoms ambigus par les jeunes enfants RPL dans les entretiens, l’emploi moins fréquent de phrases complexes dans leurs récits est le reflet d’un déficit dans l’utilisation du langage pour la cohésion discursive. Bien que plus subtil, ce profil est comparable à celui des adultes RHD. Cependant, chez les enfants, le déficit pronominal précoce semble se résorber avec l’âge et l’on s’attend à ce qu’il en soit de même avec la syntaxe complexe.

10Lorsqu’ils racontent une histoire ou qu’ils répondent à des questions lors d’un entretien, les enfants ont le choix du vocabulaire et des structures linguistiques utilisées ; en tant que tels, les résultats peuvent surestimer les compétences langagières de l’enfant. D’autres méthodes d’évaluation du langage sont possibles au moyen de tests standardisés et de mesures en temps réel de la compréhension et de la grammaticalité, sans doute plus sensibles dans l’évaluation des compétences morphosyntaxiques. Deux études de ce type (MacWhinney, Feldman, Sacco & Valdés-Pérez, 2000 ; Ballantyne, Spilkin & Trauner, 2007) ont utilisé l’Évaluation Clinique des Fonctions Langagières (CELF), test langagier standardisé pour l’anglais. L’étude de Ballantyne portait sur des enfants entre 5 et 16 ans et celle de MacWhinney sur des enfants entre 5 et 12 ans. Ces deux études ont montré que les enfants PL avaient des résultats globalement moins bons que leurs pairs normaux du même âge. Cependant, dans certains subtests, MacWhinney et al. ont trouvé que les performances des enfants LPL étaient comparables à celles des normaux, et Ballantyne et al. rapportent que les performances des enfants victimes d’attaques étaient significativement plus faibles que celles des autres enfants dans le groupe PL. Le facteur « attaque » comme médiateur de la performance langagière et cognitive a aussi été souligné par d’autres chercheurs (voir Vargha-Khadem et al., 1992 ; Dall’Oglio, Bates, Volterra, Di Capua & Pezzini, 1994).

11Puisque les mesures en temps réel évaluent non seulement la précision mais aussi le temps de réaction, de tels tests fournissent une mesure du temps de traitement qui apporte une nouvelle dimension à notre compréhension des aptitudes linguistiques des enfants. Mac-Whinney et ses collègues (MacWhinney et al., 2000) ont utilisé une batterie de tests pour mesurer en temps réel la détection, la reconnaissance, la répétition de mots et la dénomination d’images, et montré que le groupe PL présentait globalement des déficits légers et des temps de réaction plus lents que les contrôles, bien que ces différences s’atténuent avec l’âge. Etudiant le langage plus complexe, Dick, Wulfeck, Krupa-Kwiatkowski et Bates (2004) ont évalué l’interprétation des phrases complexes chez des enfants PL ; les stimuli étaient des phrases actives, passives, clivées-sujet ou -objet. Avec les phrases actives et clivées-sujet, les performances des enfants PL sont les mêmes que celles des contrôles, tandis qu’ils sont moins précis pour les phrases passives et de façon significative avec les phrases clivées-objet ; ce profil est également attesté par leurs temps de réaction. Une étude complémentaire a porté sur les connaissances des enfants d’âge scolaire en matière de langue. On a demandé aux enfants de porter des jugements de grammaticalité sur des phrases grammaticales et agrammaticales incluant des violations de déterminant ou d’auxiliaire (Wulfeck et al., 2004). La sensibilité grammaticale du groupe PL s’est avérée un peu inférieure à celle des contrôles, mais supérieure au hasard, et de même que chez les normaux, elle s’améliore avec l’âge. Dans leur ensemble, ces études présentent un bilan des enfants PL montrant des déficits subtils dans le traitement du langage et des déficits plus importants en relation avec des structures plus difficiles ; la plupart des différences se résorbent avec l’âge, ce qui suggère qu’ils se rattrapent dans des aspects particuliers de l’apprentissage langagier. Il est intéressant de noter que les performances des sujets PL sont semblables à celles des sujets sains plus jeunes dans ces tâches en temps réel, comme c’est également le cas pour les études de production. Cette ressemblance avec les enfants normaux plus jeunes dans les patrons d’erreurs en production et narration libres, ainsi que dans les patrons de réponses aux tests en temps réel, suggère que tous ces enfants abordent l’acquisition du langage de la même manière, bien que différentes aires du cerveau soient mobilisées. Ces résultats indiquent également l’existence de contraintes dans le processus même de l’acquisition du langage.

Le langage à un âge plus avancé et la litéracie

12L’apprentissage des correspondances entre le langage oral et sa contrepartie visuelle constitue un défi linguistique important pour les enfants d’âge scolaire. Nous avons commencé à suivre le développement de la langue écrite chez un groupe de 18 enfants PL entre 8 et 16 ans (Reilly, 2005) en leur demandant d’abord « de raconter une période où ils ont eu un problème à la maison ou à l’école, comment ça a commencé, ce qui s’est passé et comment ça s’est fini. » On a demandé à l’enfant de raconter une histoire, puis d’écrire l’histoire qu’ils venaient de raconter et enfin, de relire l’histoire écrite. Comme on l’a vu avec l’histoire de la Grenouille, les enfants PL les plus jeunes présentent des déficits dans les mesures grammaticales et narratives. Cependant, dans cette tâche plus difficile où il faut créer sa propre histoire et où les enfants sont plus âgés, on ne trouve aucune différence significative dans les récits oraux entre les enfants PL et les normaux en ce qui concerne la longueur de l’histoire (nombre de propositions), la fréquence des phrases complexes, la complexité de la syntaxe utilisée, pas plus que dans la structure des récits, bien qu’en tant que groupe, les enfants PL aient besoin de davantage d’encouragements pour apporter une solution à leur histoire orale.

13Lorsque l’on examine les textes dans leur ensemble, les différences les plus frappantes apparaissent dans la comparaison entre les versions orales et écrites de ces récits personnels. Alors que les récits oraux des deux groupes ne sont pas significativement différents, les récits écrits des deux groupes sont plus courts qu’à l’oral, mais ceux du groupe PL sont significativement plus courts que ceux des enfants normaux (voir Figure 4).

14En ce qui concerne l’utilisation des phrases complexes, nous avons trouvé que les histoires des enfants PL présentaient un pourcentage de syntaxe complexe dans la norme basse. Lorsque nous avons répertorié les types de structures syntaxiques complexes utilisées par les deux groupes, nous n’avons trouvé aucune différence inter-goupes, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Enfin, nous avons analysé la structure narrative, c’est-à-dire le degré d’inclusion des composantes narratives de base dans les récits construits par les enfants. Les histoires ont reçu un point pour chacune des composantes suivantes : contexte, conflit ou problème, complication ou élaboration du conflit, tentative de résolution, résolution, et finalement évaluation, avec un total de 6 points pour un récit complet. Comme l’indique la Figure 5, aucun des groupes ne raconte ou ne rédige des histoires comprenant toutes les composantes ; cependant, à l’oral, les histoires des enfants PL ne diffèrent pas de façon significative de celles des enfants normaux.

Figure 4. Longueur des récits personnels à l’écrit et à l’oral.

Figure 4. Longueur des récits personnels à l’écrit et à l’oral.

En utilisant le nombre de propositions comme indice de longueur, les enfants PL et normaux racontent des histoires plus courtes à l’écrit et à l’oral.

Figure 5. Structure narrative à l’oral et à l’écrit.

Figure 5. Structure narrative à l’oral et à l’écrit.

Alors que le groupe contrôle semble tirer parti de la modalité écrite pour composer des récits plus complets, le groupe PL présente des récits moins complets à l’écrit.

15Par contre, à l’écrit, les performances des enfants normaux sont un peu supérieures à celles du groupe clinique, ce qui illustre le défi que représente l’écrit pour ces derniers. Ainsi, alors que l’écrit en tant que processus permet la planification et la révision, sans la pression de l’oral en temps réel, il semble que seuls les enfants normaux soient capables de profiter de ces possibilités offertes par la modalité écrite. Plusieurs études ont souligné l’écart grandissant entre les performances des groupes PL et normaux à mesure qu’ils approchent l’adolescence (Levine et al., 2005 ; Weckerly et al., 2004). Plus qu’un déclin des performances, cette trajectoire plus plate est considérée comme un ralentissement du développement, et il se peut que les histoires écrites des enfants PL illustrent ce phénomène.

16En résumé, en comparaison avec les adultes atteints de lésions comparables, les enfants victimes de lésions cérébrales localisées précoces parviennent à des résultats étonnamment bons dans l’acquisition des structures grammaticales de leur langue. Contrairement aux adultes avec des lésions semblables, on observe un retard initial chez des enfants atteints à l’hémisphère droit ou à l’hémisphère gauche, ce qui indique que l’acquisition du langage sollicite les deux hémisphères. Cependant, après l’émergence du langage, les structures langagières s’alignent selon les mêmes profils repérés chez les enfants normaux. Les profils antérieurs spécifiques à la localisation disparaissent, et à l’âge de l’école primaire, les enfants PL présentent des performances qui se situent dans la norme basse, indépendamment de la localisation de la lésion. Cependant, l’acquisition du langage n’est pas simplement affaire de « rattrapage » ; à chaque nouveau niveau de défi linguistique, on observe plutôt un retard initial suivi d’un développement de la maîtrise des structures grammaticales. Si l’on s’intéresse au développement de la pragmatique, ou à la manière dont les enfants PL utilisent le langage, on commence à se rendre compte que l’hémisphère droit doit sans doute jouer un rôle plus tôt dans l’intégration du discours. À ce niveau, les enfants RPL présentent un profil comparable à celui des adultes atteints de lésions RH, mais dans une moindre mesure. Les déficits subtils dans l’intégration du discours rappellent le déficit d’intégration observé chez ces mêmes enfants RPL en cognition spatiale (Stiles, Paul & Hesselink, 2006). A la fois dans l’analyse du discours et dans l’analyse visuo-spatiale, on observe un profil récurrent dans lequel les déficits précoces se résorbent avec l’âge pour refaire surface dans des contextes plus exigeants.

Références

17Ballantyne, A.O., Spilkin, A.M. & Trauner, D.A. (2007). Language outcome after perinatal stroke : Does side matter ? Child Neuropsychology, 13 (6), 494-509.

18Basser, L.S. (1962). Hemiplegia of early onset and the faculty of speech with special reference to the effects of hemispherectomy. Brain, 85, 427-460.

19Bates, E., Reilly, J., Wulfeck, B., Dronkers, N., Opie, M., Fenson, J., et al. (2001). Differential effects of unilateral lesions on language production in children and adults. Brain and Language, 79 (2), 223-265.

20Bates, E., Thal, D., Trauner, D., Fenson, J., Aram, D., Eisele, J., et al. (1997). From first words to grammar in children with focal brain injury. In D.J. Thal & J.S. Reilly (Eds.), The origins of communication disorders. Developmental Neuropsychology, 13 (Special Issue 3), 275-343.

21Bates, E., Vicari, S. & Trauner, D. (1999). Neural mediation of language development : Perspectives from lesion studies of infants and children. In H. Tager-Flusberg (Ed.), Neurodevelopmental disorders (pp. 533-581). Cambridge, MA : MIT Press.

22Brasky, K., Nikolas, M., Meanwell, C., Levine, S.C. & Goldin-Meadow, S. (2005). Language development in children with unilateral brain injury : Effects of lesion size. The Symposium on Research in Child Language Disorders. Madison, WI.

23Chilosi, A.M., Cipriani, P., Bertuccelli, B., Pfanner, L. & Cioni, G. (2001). Early cognitive and communication development in children with focal brain lesions. Journal of Child Neurology, 16 (5), 309-316.

24Chilosi A. M., Pecini, C., Cipriani, P., Brovedani, P., Brizzolara, D., Ferretti, G. et al. (2005). Atypical language lateralization and early linguistic development in children with focal brain lesions. Developmental Medicine and Child Neurology, 47 (11), 725-730.

25Dall’Oglio, A.M., Bates, E., Volterra, V., Di Capua, M. & Pezzini, G. (1994). Early cognition, communication and language in children with focal brain injury. Developmental Medicine and Child Neurology, 36, 1076-1098.

26Dardier, V., Reilly, J., Bates, E., Delaye, C. & Laurent-Vannier, A. (2004). La cohésion du discours de chez les enfants et les adolescents cérébrolésés : Analyse de l’usage des pronoms et des conjonctions. Cahiers d’Acquisition et Pathologie du Langage (CALAP), 24, 101-114.

27Dennis, M. & Whitaker, H.A. (1976). Language acquisition following hemicortication : Linguistic superiority of the left over the right hemisphere. Brain and Language, 3, 404-433.

28Dick, F., Wulfeck, B., Krupa-Kwiatkowski, M. & Bates, E. (2004). The development of complex sentence interpretation in typically developing children compared with children with specific language impairments or early unilateral focal lesions. Developmental Science, 7 (3), 360-377.

29Eisele, J. & Aram, D. (1995). Lexical and grammatical development in children with early hemisphere damage : A cross-sectional view from birth to adolescence. In P. Fletcher & B. MacWhinney (Eds.), The handbook for child language (pp. 664-689). Oxford : Basil Blackwell

30Feldman, H.M. (1994). Language development after early brain injury : A replication study. In H. Tager-Flusberg (Ed.), Constraints on language acquisition : Studies of atypical children (pp. 75-90). Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

31Feldman, (2005). Language learning with an injured brain. Language Learning and Development, 1 (3&4), 265-288.

32Feldman, H.M., Holland, A.L., Kemp, S.S. & Janosky, J.E. (1992). Language development after unilateral brain injury. Brain and Language, 42 (1), 89-102.

33Fenson, L., Dale, P. S., Reznick, J.S, Thal, D., Bates, E., Hartung, J.P., et al. (1993). MacArthur Communicative Development Inventories : User’s guide and technical manual. San Diego, CA : Singular Publishing Group.

34Halliday, M.A.K. & Hasan, R. (1976). Cohesion in English. London : Longman.

35Lenneberg, E.H. (1967). Biological foundations of language. New York : John Wiley Publishers.

36Levine, S.C., Kraus, R., Alexander, E., Suriyakham, L.W. & Huttenlocher, P.R. (2005). IQ decline following early unilateral brain injury : A longitudinal study. Brain and Cognition, 59 (2), 114-123.

37Lynch, J.K. & Nelson, K.B. (2001). Epidemiology of perinatal stroke. Current Opinion in Pediatrics, 13, 499-505.

38MacWhinney, B., Feldman, H., Sacco, K. & Valdes-Pérez, R. (2000). Online measures of basic language skills in children with early focal brain lesions. Brain and Language, 71 (3), 400-431.

39Marchman, V.A., Miller, R. & Bates, E. (1991). Babble and first words in children with focal brain injury. Applied Psycholinguistics, 12, 1-22.

40Mayer, M. (1969). Frog, where are you ? New York : Dial Press.

41Reilly, J., Losh, M., Bellugi, U. & Wulfeck, B. (2004). “Frog, where are you ?” Narratives in children with specific language impairment, early focal brain injury, and Williams syndrome. Brain and Language, 88 (2), 229-247.

42Reilly, J., Stiles, J., Fenson, J. & Nass, R. (2005). Speaking and writing : Later language development in children with early brain damage. Berlin, Tenth International Congress for the Study of Child language.

43Reilly, J.S., Bates, E.A. & Marchman, V.A. (1998). Narrative discourse in children with early focal brain injury. Brain and Language, 61 (3), 335-375.

44Reilly, J. S., Stiles, J., Wulfeck, B. & Nass, R. (2005). Language development in children with early focal brain damage : Is there a right hemisphere profile ? Journal of Cognitive Neuroscience Supplement, 229.

45Stiles, J., Paul, B. & Hesselink, J. (2006). Spatial cognitive development following early focal brain injury : Evidence for adaptive change in brain and cognition. In Y. Munakata & M. Johnson (Eds.), Processes of change in brain and cognitive development (Attention and Performance, vol. XXI, pp. 533-560). New York : Oxford University Press.

46Thal, D. J., Reilly, J., Seibert, L., Jeffries, R. & Fenson, J. (2004). Language development in children at risk for language impairment : Cross-population comparisons. Brain and Language, 88 (2), 167-179.

47Vargha-Khadem, F., O’Gorman, A.M. & Watters, G.V. (1985).Aphasia and handedness in relation to hemispheric side, age at injury and severity of cerebral lesion during childhood. Brain, 108 (3), 677-696.

48Vargha-Khadem, F., Isaacs, E. & Muter, V. (1994). A review of cognitive out-come after unilateral lesions sustained during childhood. Journal of Child Neurology, 9 (Suppl 2), 67-73.

49Vargha-Khadem, Isaacs, E., van der Werf, S., Robb, S. & Wilson, J. (1992). Development of intelligencee and memory in children with hemiplegic cerebral palsy. The deleterious consequences of early seizures. Brain, 115 (1), 315-329.

50Vicari, S., Albertoni, A., Chilosi, A.M., Cipriani, P., Cioni, G. & Bates, E. (2000). Plasticity and reorganization during language development in children with early brain injury. Cortex, 36 (1), 31-46.

51Weckerly, J., Wulfeck, B. & Reilly, J. (2004). The development of morphosyntactic ability in atypical populations : The acquisition of tag questions in children with early focal lesions and children with specific-language impairment. Brain and Language, 88 (2), 190-201.

52Wulfeck, B., Bates, E., Krupa-Kwiatkowski, M. & Saltzman, D. (2004). Grammaticality sensitivity in children with early focal brain injury and children with specific language impairment. Brain and Language, 88 (2), 215-228.

Notes

1 Ces travaux ont été en partie subventionnés par une bourse du NIH P50 NS 22343 « Centre d’études des bases neurales du langage et de l’apprentissage ». Tous nos remerciements aux enfants et à leurs familles pour leur participation.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Référence pronominale dans les entretiens biographiques.
Légende Il faut noter que tous les groupes d’enfants utilisent les pronoms de façon ambiguë. Cependant, ceux dont le référent est clair ne représentent que 20% des cas chez les enfants RPL les plus jeunes. Dans le groupe plus âgé, les performances des enfants RPL sont identiques à celles des autres.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Figure 2. Fréquence de la syntaxe complexe dans les récits : Grenouille, où es-tu ? (données transversales).
Légende Tandis que les enfants plus âgés LPL et contrôles utilisent une syntaxe plus complexe, les enfants RPL présentent un profil plat.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3. Fréquence de la syntaxe complexe dans les récits : Grenouille, où es-tu ? (données longitudinales).
Légende La tendance repérée dans les données transversales est confirmée par l’étude longitudinale qui montre que le développement des enfants RPL ne s’accompagne pas d’une plus grande utilisation des phrases complexes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 4. Longueur des récits personnels à l’écrit et à l’oral.
Légende En utilisant le nombre de propositions comme indice de longueur, les enfants PL et normaux racontent des histoires plus courtes à l’écrit et à l’oral.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 5. Structure narrative à l’oral et à l’écrit.
Légende Alors que le groupe contrôle semble tirer parti de la modalité écrite pour composer des récits plus complets, le groupe PL présente des récits moins complets à l’écrit.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540