Version classiqueVersion mobile

Apprentissage des langues

 | 
Michèle Kail
, 
Michel Fayol
, 
Maya Hickmann

III. Bilinguisme et acquisition des langues secondes

3. Le lexique bilingue et l’acquisition du vocabulaire de la langue seconde

Jonathan Grainger, Katherine Midgley et Phillip J. Holcomb

Texte intégral

1Un vieux débat dans la littérature sur la compréhension du langage chez les bilingues concerne la perméabilité des représentations consacrées au traitement de chaque langue. Traditionnellement, ce débat a opposé deux hypothèses postulant, soit un accès sélectif aux représentations spécifiques à chaque langue, soit un accès non-sélectif à l’ensemble de représentations partagées par les deux langues. L’hypothèse d’une sélection par langue est typiquement associée à la notion d’un mécanisme de basculement qui guide l’input linguistique vers le bon ensemble de représentations lexicales d’une seule langue (Macnamara, 1967). Selon cette hypothèse, il ne devrait pas y avoir d’interférences entre langues lorsque la langue de l’information reçue est totalement prévisible (c’est-à-dire dans un contexte monolingue). Lorsque tel est le cas, l’information extraite du stimulus est envoyée directement au bon ensemble de représentations spécifiques à cette langue.

2En revanche, l’hypothèse de l’accès non-sélectif postule que l’ensemble des informations en provenance d’un stimulus linguistique peut entrer en contact avec des représentations lexicales des deux langues en fonction de leur recouvrement orthographique et phonologique avec le stimulus. Ce n’est qu’à la suite de cette étape non-sélective que les informations concernant la langue d’appartenance rentrent en jeu, facilitant la sélection de la bonne représentation lexicale. Dans une version de cette hypothèse, le modèle d’Activation Interactive Bilingue (Bilingual Interactive Activation, BIA, Grainger & Dijkstra, 1992 ; van Heuven, Dijkstra & Grainger, 1998), la sélection par langue s’effectue de manière « top-down », en augmentant le niveau d’activation des représentations dans une langue (et/ou par inhibition de celles dans l’autre langue). Des nœuds « langagiers » (language nodes) assurent cette fonction en intégrant l’information extraite du stimulus avec les informations contextuelles indiquant la probabilité que le stimulus en question appartienne à l’une ou l’autre langue. L’activation relative de ces nœuds langagiers indique la probabilité que le stimulus est un mot appartenant à une langue donnée. Ainsi, le modèle BIA introduit une sélection tardive par le biais d’un contrôle « top-down » depuis les nœuds langagiers vers les représentations au niveau des mots. En d’autres termes, après un temps de traitement du mot stimulus suffisamment long, seules les représentations associées à la bonne langue resteront activées. Le modèle est résumé dans la Figure 1.

Le modèle d’Activation-Interactive Bilingue (Bilingual Interactive Activation, BIA). Pour les langues qui partagent un même alphabet (ex : l’anglais et le français), la présentation visuelle d’un mot provoque une activation des représentations orthographiques dans les deux langues en fonction du niveau de recouvrement orthographique avec le stimulus. Toute représentation activée par le stimulus entre en compétition pour l’identification lexicale. La probabilité qu’un mot donné correspond au mot stimulus est modulée en fonction de la probabilité que le stimulus appartient à l’une ou l’autre langue (une information reflétée dans l’activation des nœuds langagiers).

3Cette approche particulière du traitement lexical des bilingues a deux conséquences importantes. Premièrement, il est impossible de « déconnecter » complètement la langue qui n’est pas appropriée au contexte. En vertu du principe d’activation « feedforward » indépendante de la langue, les deux langues sont toujours activées à un degré ou à un autre. Deuxièmement, les représentations co-activées de la langue qui n’est pas appropriée au contexte affectent le traitement de la langue cible. En vertu du principe d’inhibition latérale qui fonctionne entre toutes les représentations lexicales indépendamment de leur langue d’appartenance, les représentations de la langue non-cible qui sont activées par le mot stimulus participent à l’interférence dirigée vers la représentation de ce dernier.

4Donc, selon cette approche théorique, on devrait pouvoir observer des interférences inter-langues, même dans les situations de traitement les plus monolingues (par exemple, la lecture d’un livre écrit dans une langue). Cependant, la plupart des résultats des toutes premières études sur les interactions inter-langues allaient dans le sens de l’hypothèse d’un accès sélectif par langue. Ceux-ci ont été obtenus par des expériences de basculement de langue (Macnamara & Kushnir, 1972 ; Soares & Grosjean, 1984 ; Grainger & Beauvillain, 1987 ; Thomas & Allport, 2000 ; Alvarez, Holcomb & Grainger, 2003) qui montrent que le basculement d’une langue à l’autre engage un coût de traitement par rapport à une situation sans basculement. Ainsi, par exemple, dans l’étude de Grainger et Beauvillain (1987), les réponses de décision lexicale à des mots dans une langue sont plus lentes lorsque le mot de l’essai précédent appartient à l’autre langue que lorsqu’il appartient à la même langue. Bien que ces coûts de basculement (switch costs) aient traditionnellement été considérés comme favorables à l’hypothèse de l’accès sélectif par langue, Grainger et Dijkstra (1992) ont proposé une interprétation dans le cadre du modèle BIA (un modèle d’accès non-sélectif). Dans les listes où les langues sont mélangées, l’activation des nœuds langagiers est déterminée par la langue du mot de l’essai précédent. Quand il s’agit d’un mot de l’autre langue, l’activation des nœuds langagiers est donc initialement incompatible avec la cible actuelle et elle entrave le traitement. Donc, les coûts des basculements d’une langue à l’autre ne constituent pas nécessairement des résultats favorables à un accès sélectif par langue.

5Par contre, il existe des résultats empiriques en faveur d’un accès non-sélectif. Notamment, les résultats d’expériences mettant en évidence une interférence inter-langues à partir de versions bilingues de la tâche de Stroop (Dyer, 1973) ou de la tâche de Flanker (Guttentag, Haith, Goodman & Hauch, 1984), et les expériences montrant une coactivation de représentations appartenant à la langue non-cible lors du traitement d’homographes inter-langues (Beauvillain & Grainger, 1987 ; de Groot, Delmaar & Lupker, 2000 ; Dijkstra, Grainger & van Heuven, 1999 ; Dijkstra, Timmermans & Schriefers, 2000) et d’homophones inter-langues (Brysbaert, Van Dyck & Van de Poel, 1999 ; Nas, 1983 ; Dijkstra et al., 1999). Ces influences inter-langues ont généralement été interprétées comme montrant l’incapacité des bilingues à bloquer les interférences en provenance de la langue non-cible. Cependant, les tenants de l’accès sélectif soutiennent que la simple présence d’un mot dans la langue non-cible (comme dans le cas des expériences d’interférence dans la tâche de Stroop ou de Flanker) suffit à empêcher le traitement dans un mode purement « monolingue » (Grosjean, 1988). Cette même critique peut être adressée aux recherches qui examinent le traitement des homographes et homophones inter-langues, puisque ces stimuli sont aussi des mots de l’autre langue. Pour obtenir des résultats plus convaincants en faveur de l’accès non-sélectif, les interférences inter-langues doivent être démontrées dans des conditions ne faisant intervenir aucune activation explicite de la langue non-cible.

6Ces conditions ont été respectées dans les expériences rapportées par van Heuven et al. (1998). Contrairement à toutes les recherches précédentes, ces auteurs n’ont pas explicitement manipulé la présence ou l’absence de stimuli de l’autre langue, mais plutôt l’interférence inter-langues potentielle sous la forme de mots de l’autre langue orthographiquement semblables aux mots cibles (appelés « voisins orthographiques » : Coltheart, Davelaar, Jonasson & Besner, 1977). Des travaux antérieurs ont montré que les manipulations intra-langue de cette variable affectent significativement la performance des sujets dans des tâches classiques de reconnaissance de mots (voir Andrews, 1989 ; Carreiras, Perea & Grainger, 1997 ; Grainger, 1990 ; Grainger, O’Regan, Jacobs & Segui, 1989). Van Heuven et al. (1998) ont trouvé un effet significatif du nombre de voisins orthographiques à la fois intra-langue et inter-langues chez les participants bilingues (voir aussi Grainger & Dijkstra, 1992). Il est important de noter que ces effets de voisinage inter-langues disparaissent lorsque l’on teste le même matériel avec des participants monolingues. Donc, conformément au modèle BIA, l’effet de voisinage inter-langues rencontré chez les participants bilingues suggère que le traitement d’un mot donné (dans une liste de mots issus d’une seule langue) déclenche l’activation de mots orthographiquement semblables, non seulement dans cette langue, mais aussi dans l’autre connue du sujet. Un même type d’effets a été observé à partir de données électrophysiologiques dans l’étude de Midgley, Holcomb, van Heuven et Grainger (2008, soumis). Ces auteurs ont aussi manipulé de nombreux de voisins orthographiques interlangues des mots cibles dans une expérience avec des participants bilingues. Les mots ayant plusieurs voisins inter-langues ont provoqué une onde ERP plus négative dans la fenêtre N400 que ceux qui n’en avaient pas. Les résultats des recherches comportementales et ERP s’accordent donc sur un modèle de traitement du langage chez les bilingues qui initialement n’opère pas de sélection par la langue. Cette étape initiale non-sélective est suivie par une convergence rapide vers la représentation lexicale appropriée dans la langue appropriée par l’opération conjointe de mécanismes “top-down” (des nœuds langagiers vers les représentations lexicales) et de l’inhibition latérale (entre représentations lexicales). Dans une telle approche, les mots des deux langues entrent en compétition au cours des processus de reconnaissance au sein d’un réseau lexical intégré.

Acquisition de la langue seconde

7L’approche théorique dominante concernant l’acquisition du vocabulaire de la langue seconde est le modèle hiérarchique révisé (« revised hierarchical model » RHM) de Kroll et Stewart (1994). Il s’agit d’un modèle d’apprentissage de la langue seconde chez des apprenants tardifs, et les données qui corroborent le modèle ont généralement été recueillies auprès d’étudiants dans des phases relativement précoces de l’acquisition de la langue seconde. Selon ce modèle, avec la maîtrise croissante de la L2 s’opère un transfert graduel d’un accès indirect au sens par l’intermédiaire des équivalents de traduction de la L1 à des connexions directes entre mots L2 et concepts (voir Figure 2). Kroll et Stewart ont demandé à des apprenants d’une langue seconde de traduire des mots qui leur étaient présentés dans des listes comprenant des mots d’une seule catégorie sémantique (par exemple, bras, tête, jambes – pour la catégorie « parties du corps ») et des listes de catégories mixtes (par exemple, chemise, évier, pomme). Conformément au RHM, ils ont trouvé que la traduction dans le sens L2 vers L1 (version) était plus rapide et plus précise que la traduction dans le sens L1 vers L2 (thème), et que seule cette dernière était influencée par la nature des listes.

Le modèle RHM (Revised Hierarchical Model) illustrant la connectivité entre les représentations formelles des mots en L1 et L2 et le concept qui correspond à ces mots. Les lignes pleines représentent des connexions plus fortes que les lignes pointillées.

8Ainsi selon le modèle RHM, les asymétries observées dans les temps de traduction en fonction de la direction de traduction (thème ou version), ainsi que la sensibilité de la tâche de traduction aux informations sémantiques, peuvent s’expliquer par l’asymétrie dans la force des connexions du modèle. Il existe des connexions plus fortes entre les représentations lexicales de la L2 et leurs traductions correspondantes en L1 par rapport aux connexions entre les représentations lexicales de la L2 et la sémantique, tandis que les représentations de la L1 ont des connexions plus fortes avec la sémantique qu’avec les traductions correspondantes en L2.

9Selon le modèle RHM, il existe des connexions excitatrices entre les représentations lexicales des traductions. D’après ce postulat, on devrait pouvoir observer des effets d’amorçage entre les équivalents de traductions, et plus particulièrement lorsque l’amorce est en L2 et la cible en L1. Cependant, plusieurs études n’ont trouvé aucun effet d’amorçage par équivalent de traduction pour les mots non-cognats (par exemple, Finkbeiner, Forster, Nicol & Nakamura, 2004 ; Grainger & Frenck-Mestre, 1998 ; Voga & Grainger, 2007). Par exemple, dans le paradigme d’amorçage masqué combiné avec la tâche de décision lexicale, Grainger et Frenck-Mestre (1998) n’ont pas trouvé d’effet significatif de l’amorçage par équivalent de traduction non-cognat avec les amorces en L2 et les cibles en L1. Cependant, la même étude a montré que des effets d’amorçage par équivalent de traduction sont observés dans une tâche de catégorisation sémantique. Ainsi, lorsque les participants doivent utiliser des informations sémantiques pour réussir la tâche, on observe des effets d’amorçage par traduction pour les non-cognats. Puisque la décision lexicale ne nécessite pas nécessairement un accès à l’information sémantique, la performance des sujets peut se fonder sur l’information concernant uniquement la forme, et l’absence d’amorçage par équivalent de traduction montrerait ainsi l’absence de connexions excitatrices entre les représentations de la forme des traductions.

10La question suivante a donc guidé notre recherche : étant donné les résultats suggérant l’existence de connexions excitatrices entre les traductions dans les phases précoces de l’acquisition du vocabulaire de la langue seconde et les résultats suggérant l’absence de telles connexions chez les bilingues qui maîtrisent mieux la langue, comment un tel système peut-il passer du premier stade au second ? La Figure 3 décrit une première ébauche tentant de rendre compte d’une telle évolution. Cette figure décrit la séquence des changements dans la connectivité L1-L2 qui permettrait à un modèle initial RHM d’évoluer en modèle BIA. Le point de départ est un adulte ayant déjà acquis une bonne maîtrise d’une langue (sa langue maternelle, L1) et exposé à une deuxième langue (L2) ; donc cette approche concerne seulement les apprenants tardifs d’une L2. L’exposition initiale à la L2 crée des connexions entre les traductions qui se renforcent à mesure que l’exposition augmente, par un apprentissage hebbien par exemple. Parallèlement au renforcement de ces connexions entre traductions, des connexions directes commencent à se mettre en place entre les représentations lexicales de la L2 et les représentations sémantiques préexistantes appropriées. Jusque-là, le schéma de développement est tel que décrit dans le modèle RHM (Kroll & Stewart, 1994). Au fur et à mesure du renforcement des liens directs entre représentations lexicales L2 et représentations sémantiques, les connexions entre traductions se modifient, alors que les représentations lexicales L2 sont intégrées dans un réseau lexical unique pour les mots des deux langues, comme dans le modèle BIA. Ceci constitue le moment critique dans l’évolution de la maîtrise de la L2, indiqué par un point d’interrogation sur la Figure 3. Il pourrait très bien correspondre à ce que de nombreux bilingues vivent comme « l’instant magique » dans l’acquisition de la L2, quand soudain comprendre et produire des énoncés L2 devient nettement moins laborieux.

Une tentative d’unification des modèles RHM et BIA de la reconnaissance de mots chez le sujet bilingue. L1 et L2 sont les représentations formelles des mots en L1 et L2, et S fait référence aux représentations sémantiques partagées par ces représentations lexicales. Les flèches représentent des connexions excitatrices, les ronds pleins des connexions inhibitrices, et les lignes pleines indiquent des connexions plus fortes que les lignes pointillées.

11Ce changement qualitatif dans la connectivité entre les représentations de la forme des traductions de L1 et L2 est probablement lié à une amélioration du contrôle de l’activation linguistique de la L2 qui devient nécessaire lorsque s’étend le vocabulaire de la L2. Dans le modèle BIA, cette amélioration du contrôle correspond au développement de la capacité à inhiber globalement les représentations lexicales de la L2 lorsque l’on traite les stimuli de la L1, et vice versa. C’est là le rôle des nœuds langagiers dans le modèle BIA. Un tel mécanisme de contrôle est clairement incompatible avec les connexions excitatrices entre les représentations des équivalents de traduction en L1 et L2.

Perspectives de recherche actuelles

12La Figure 3 propose un modèle de travail de l’acquisition du vocabulaire de la L2 chez les apprenants tardifs et décrit un parcours précis de développement évoluant des phases initiales de l’acquisition de la L2 vers la maîtrise de celle-ci. Ce cadre prédit que plusieurs phénomènes critiques rapportés dans la littérature consacrée à la reconnaissance de mots chez les bilingues devraient être fortement influencés par le niveau de maîtrise de la L2. Deux exemples notables en sont l’amorçage par équivalent de traduction et le coût lié au basculement de langues. Nous menons actuellement des recherches utilisant des mesures comportementales et électrophysiologiques qui étudient l’évolution de ces deux phénomènes au cours de l’apprentissage de la langue seconde.

Références

13Alvarez, R.P., Holcomb, P.J. & Grainger, J. (2003). Accessing word meaning in two languages : An event-related brain potential study of beginning bilinguals. Brain & Language, 87 (2), 290-304.

14Andrews, S. (1989). Frequency and neighborhood effects on lexical access : Activation or search ? Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 15 (5), 802-814.

15Beauvillain, C. & Grainger, J. (1987). Accessing interlexical homographs : Some limitations of a language-selective access. Journal of Memory and Language, 26 (6), 658-672.

16Brysbaert, M., Van Dyck, G. & Van de Poel, M. (1999). Visual word recognition in bilinguals : Evidence from masked phonological priming. Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance, 25 (1), 137-148.

17Carreiras, M., Perea, M. & Grainger, J. (1997). Effects of the orthographic neighborhood in visual word recognition : Cross-task comparisons. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 23 (4), 857-871.

18Coltheart, M., Davelaar, E., Jonasson, J.T. & Besner, D. (1977). Access to the internal lexicon. In S. Dornic (Ed.), Attention and performance (Vol. VI, pp. 535-555). London : Academic Press.

19de Groot, A.M., Delmaar, P. & Lupker, S.J. (2000). The processing of interlexical homographs in translation recognition and lexical decision : Support for non-selective access to bilingual memory. Quarterly Journal of Experimental Psychology A : Human Experimental Psychology, 53A (2), 397-428.

20Dijkstra, T., Grainger, J. & van Heuven, W.J.B. (1999). Recognition of cognates and interlingual homographs : The neglected role of phonology. Journal of Memory and Language, 41, 496-518.

21Dijkstra, T., Timmermans, M. & Schriefers, H. (2000). On being blinded by your other language : Effects of task demands on interlingual homograph recognition. Journal of Memory and Language, 42 (4), 445-464.

22Dyer, F.N. (1973). The Stroop phenomenon and its use in the study of perceptual, cognitive, and response processes. Memory & Cognition, 1, 106-120.

23Finkbeiner, M., Forster, K.I., Nicol, J. & Nakamura, K. (2004). The role of polysemy in masked semantic and translation priming. Journal of Memory and Language, 51, 1-22.

24Grainger, J. (1990). Word frequency and neighborhood frequency effects in lexical decision and naming. Journal of Memory and Language, 29 (2), 228-244.

25Grainger, J. & Beauvillain, C. (1987). Language blocking and lexical access in bilinguals. Quarterly Journal of Experimental Psychology A : Human Experimental Psychology, 39A (2), 295-319.

26Grainger, J. & Dijkstra, T. (1992). On the representation and use of language information in bilinguals. In R. J. Harris (Ed.), Cognitive processing in bilinguals. Advances in psychology (pp. 207-220). Amsterdam : North-Holland.

27Grainger, J. & Frenck-Mestre, C. (1998). Masked priming by translation equivalents in proficient bilinguals. Language and Cognitive Processes, 13 (6), 601-623.

28Grainger, J., O’Regan, K., Jacobs, A.M. & Segui, J. (1989). On the role of competing word units in visual word recognition : The neighborhood frequency effect. Perception & Psychophysics, 45 (3), 189-195.

29Grosjean, F. (1988). Exploring the recognition of guest words in bilingual speech. Language and Cognitive Processes, 3 (3), 233-274.

30Guttentag, R.E., Haith, M.M., Goodman, G.S. & Hauch, J. (1984). Semantic processing of unattended words by bilinguals : A test of the input switch mechanism. Journal of Verbal Learning & Verbal Behavior, 23 (2), 178-188.

31Kroll, J.F. & Stewart, E. (1994). Category interference in translation and picture naming : Evidence for asymmetric connection between bilingual memory representations. Journal of Memory & Language, 33 (2), 149-174.

32Macnamara, J. (1967). The linguistic independence of bilinguals. Journal of Verbal Learning & Verbal Behavior, 6 (5), 729-763.

33Macnamara, J. & Kushnir, S.L. (1972). Linguistic independence of bilinguals : The input switch. Journal of Verbal Learning & Verbal Behavior, 10 (5), 480-487.

34Midgley, K.J., Holcomb, P.J., van Heuven, W.J.B. & Grainger, J. (2008, soumis). An event-related potential investigation of cross-language effects of orthographic neighborhood.

35Nas, G. (1983). Visual word recognition in bilinguals : Evidence for a cooperation between visual and sound based codes during access to a common lexical store. Journal of Verbal Learning & Verbal Behavior, 22 (5), 526-534.

36Soares, C. & Grosjean, F. (1984). Bilinguals in a monolingual and a bilingual speech mode : The effect on lexical access. Memory & Cognition, 12(4), 380-386.

37Thomas, M.S. & Allport, A. (2000). Language switching costs in bilingual visual word recognition. Journal of Memory and Language, 43 (1), 44-66.

38Van Heuven, W.J., Dijkstra, T. & Grainger, J. (1998). Orthographic neighborhood effects in bilingual word recognition. Journal of Memory and Language, 39 (3), 458-483.

39Voga, M. & Grainger, J. (2007). Cognate status and cross-script translation priming. Memory & Cognition, 35 (5), 938-952.

Table des illustrations

Légende Figure 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Figure 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search