Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprentissage des langues

 | 
Michèle Kail
, 
Michel Fayol
, 
Maya Hickmann

II. L’acquisition de la langue maternelle : perspectives translinguistiques

6. Jugements de grammaticalité en temps réel : analyse comparative du français et du portugais1

Michèle Kail, Armanda Costa et Isabel Hub Faria

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ces recherches ont été financées par l'ACI Cognitique du Ministère de la Recherche.

1Depuis les travaux de Garrett (1990), un constat avéré du traitement des énoncés chez l'adulte normal souligne que les données recueillies post compréhension présentent des caractéristiques différentes de celles recueillies en temps réel. La compréhension des énoncés en temps réel chez l'enfant est encore un domaine en émergence, même si depuis fort longtemps, Tyler et Marslen-Wilson (1981) ont souligné tout l'intérêt théorique de travaux développementaux portant sur ce type de traitement. Sans doute la rareté de ces études est-elle liée aux difficultés méthodologiques comme l'indiquent Kail et Bassano (2003).

2Les recherches sur le traitement en temps réel des énoncés que nous avons réalisées partent de l'idée que le système de traitement de l'information linguistique s'engage dans le réajustement continuel des assignations des rôles thématiques de la phrase. Un tel système tend à combiner les différentes sources d'information linguistique en conférant le plus rapidement possible une signification aux indices de traitement, intégrant les fragments linguistiques dans des structures plus larges, compatibles avec l'information déjà traitée. Ce mode de traitement en parallèle optimise les rattachements locaux entre unités, assurant ainsi une moindre charge pour le processeur.

3Quelques travaux conduits chez l'adulte ont commencé à mettre ces hypothèses à l'épreuve dans différentes langues (Wulfeck, Bates & Capasso (1991) pour l'anglais et l'italien ; Wulfeck (1993) pour l'anglais ; Devescovi, D'Amico & Gentile (1999) pour l'italien ; Li, Bates & MacWhinney (1993) pour le chinois ; Mimica, Sullivan & Smith (1994) pour le serbo-croate ; Kail & Bassano (1997), Lambert & Kail (2001), Kail (2004) pour le français ; Kail & Diakogiorgi (1998) pour le grec ; Kempe & MacWhinney (1999) pour le russe et l'allemand ; Staron, Bokus & Kail (2005) pour le polonais ; Costa, Hub Faria & Kail (2004), Costa (2003) pour le portugais).

4Dans le domaine du traitement des phrases en temps réel chez l'enfant, les comparaisons interlangues systématiques sont encore très rares. On pourra néanmoins consulter quelques synthèses récentes de ce champ en pleine expansion (Bates, Devescovi & D'Amico, 1999 ; Bates, Devescovi & Wulfeck, 2001 ; Devescovi & D'Amico, 2005 ; Kail, 1999, 2000 ; Kempe & MacWhinney, 1999). D'autres travaux ont abordé ces traitements dans le cadre de développements langagiers atypiques comme ceux observés chez les enfants SLI (Wulfeck, Bates, Krupta-Kwiatkowski & Saltzman, 2004) ou les enfants atteints de lésions focales du cerveau (MacWhinney, Feldman, Sacco & Valdés-Pérez, 2000).

5Kail et collaborateurs ont entrepris de développer un programme international impliquant des langues choisies en raison des contrastes linguistiques pertinents eu égard aux spécificités du traitement en temps réel : français, anglais, suédois, grec, portugais, polonais. Parmi les paradigmes expérimentaux que nous avons retenus, l'un des plus productifs concerne les jugements de grammaticalité en temps réel (Wulfeck, 1993 ; Blackwell & Bates, 1995 ; Blackwell, Bates & Fisher, 1996 ; Kail & Bassano, 1997 ; Kail & Diakogiorgi, 1998). La capacité à réaliser des jugements de grammaticalité a été principalement étudiée dans le cadre du développement des habiletés métalinguistiques. La question centrale de ces études est de savoir à partir de quel moment les enfants deviennent capables de s'abstraire du contexte communicatif pour appréhender et manipuler les caractéristiques structurales du langage parlé. Le consensus qui émerge de travaux déjà anciens (Gombert, 1990 ; Pratt, Tunmer & Bowey, 1984 ; Tunmer & Grieve, 1984) indique une capacité qui n'est véritablement installée qu'au milieu de l'enfance. Outre cette progression développementale, les travaux mentionnent que les jeunes enfants sont plus réceptifs aux composantes sémantiques des énoncés et que les enfants plus âgés montrent une sensibilité croissante à l'égard des contraintes morphosyntaxiques de leur langue.

6Le but des recherches rapportées est de comparer le développement des capacités à détecter en temps réel des violations grammaticales d'accord ou d'ordre des mots dans deux langues romanes, le français et le portugais, choisies en raison de leur proximité typologique mais aussi pour l'existence de contrastes affectant la saillance perceptive de certains indices morphosyntaxiques. La recherche concernant le français a fait l'objet d'une précédente publication (Kail, 2004). Dans ce qui suit, c'est le portugais européen qui sera plus particulièrement traité dans une perspective de comparaison entre les deux langues. La question principale est en effet de savoir si la proximité typologique entre ces langues romanes est reflétée dans les procédures de traitement en temps réel. Ainsi par exemple, les contraintes phonologiques qui affectent les morphèmes flexionnels d'accord peuvent différer à l'intérieur d'une même famille de langues en modifiant le degré de perceptibilité des indices du langage oral.

Quelques propriétés du portugais européen et du français

7Une description détaillée des spécificités du français étant présentée dans Kail (2004), nous insistons surtout sur les propriétés du portugais (Mateus et al., 2003).

— Ordre des mots dans la phrase

8L'ordre canonique est SVO dans les phrases déclaratives transitives simples dans les deux langues. Toutefois, le portugais européen est une langue à sujet nul, autorisant des phrases sans sujet lexicalisé et des phrases déclaratives avec sujet postverbal (1) à (3) :

9(1) O professor escreveu o sumário (SVO)

10Le professeur a écrit le sommaire

11(2) Escreveu o sumário o professor (VOS)

12(3) Escreveu o professor o sumário (VSO)

— Ordre des mots dans le groupe nominal

13Si les articles définis sont placés avant le nom dans les deux langues, des différences existent quant aux positions d'autres éléments. Contrairement au français, les pronoms possessifs peuvent apparaître avant (plus fréquent) ou après le nom (moins fréquent), et peuvent être précédés par d'autres déterminants tels que des articles ou démonstratifs :

14(4) Os livros de filologia românica

15Les livres de philologie romane

16(5) Os meus livros de filologia românica

17Les mes livres

18(6) Estes meus livros de filologia românica

19Ces mes livres

20(7) Estes livros meus de filologia românica

21Ces livres miens

22Des noms à déterminant nul sont possibles (8) ainsi que des noms propres précédés d'articles définis (9) :

23(8) Livros de filologia românica, tenho imensos.

24Livres de philologie romane, j'ai beaucoup

25(9) A Maria comprou livros de filologia românica La Marie a acheté livres de philologie romane

26C'est aussi une particularité du portugais que l'existence d'infinitif fléchi (10) :

27(10) O rapaz afirmou estarem[infinitif, 3e pluriel]os colegas[3e pluriel] na biblioteca

28Le garçon a dit être les collègues à la bibliothèque

29‘Le garçon a dit que les collègues sont à la bibliothèque’

— Clitiques

30Les deux langues possèdent un riche et complexe système de pronoms clitiques fléchis. En portugais européen, l'article défini, le clitique démonstratif et le pronom personnel accusatif ont la même réalisation (o 3e/masc/sing ; a 3e/fem/sing ; os 3e/masc/pl ; as 3e/fem/pl) (Mateus et al., 2003). Un phénomène comparable concerne l'identité des pronoms clitiques accusatifs et des articles en français (le (masc/sing) ; la (fem/sing) et les (pl)).

31(11) O[art déf masc] livro de filologia românica, dei-o[pron acc]à Maria, o[pron démonst] de fonética dei-o à Joana.

32Le livre de philologie romane je l'ai donné à Marie, celui de phonétique, je l'ai donné à Jeanne.

33Il faut noter qu'en raison de contextes syntaxiques différents, les clitiques en portugais européen peuvent être placés avant le verbe, comme en français, ou après le verbe (12) :

34(12) O osso não está lá. A menina escondeu[V]-o[pron acc]. O cão não o[pron acc] comeu [V].

35L'os n'est pas là. La fille l'a caché. Le chien ne l'a pas mangé.

— Accords morphologiques nominaux et verbaux

36Pour l'essentiel, les deux langues possèdent des phénomènes d'accords très voisins en termes morphosyntaxiques comme le montre le tableau résumé ci-dessous.

Portugais européen et français, deux langues romanes : similitudes et différences

Propriétés

Portugais

Français

Langue SVO

x

x

Langue à sujet nul

x

Sujet postverbal autorisé dans les phrases déclaratives

x

Pronom possessif placé avant ou après le nom

x

Articles définis placés devant les noms propres

x

Articles définis placés devant les possessifs

x

Clitiques placés avant le verbe

x

x

Clitiques placés après le verbe

x

Noms sans déterminants (Bare nouns)

x

x

Accord verbal en personne et en nombre avec le sujet

x

x

Adjectif prédicatif accordé en genre et nombre avec le sujet

x

x

Adjectif épithète accordé en genre et nombre avec le nom

x

x

Articles accordés en genre et nombre avec le nom

x

x

Quantificateurs accordés en genre et nombre avec le nom

x

x

Pronoms clitiques fléchis (1e, 2e, 3e sing/pl

x

x

Même réalisation des clitiques accusatifs et des articles

x

x

Même réalisation des clitiques acc, articles et démonstratifs

x

Infinifi fléchi

x

37Toutefois, des différences notables concernent d'une part les formes phonétiques des articles qui ne sont pas comparables dans les deux langues : en portugais et français les formes des articles sont des monosyllabes, mais en portugais elles sont réduites à un noyau vocalique (V), tandis qu'en français elles sont constituées d'une consonne et d'une voyelle (CV) (13-14) :

38(13) O livro ; os livros

39Le livre ; les livres

40(14) A menina ; as meninas

41La fille ; les filles

42Cela pourrait expliquer des effets de co-articulation qui contribuent à un marquage du portugais moins perceptible auditivement. Il pourrait donc y avoir une compétition dans le traitement en temps réel entre la régularité du marquage morphosyntaxique qui confère un haut degré de validité à la morphologie portugaise et la faible perceptibilité auditive de ces indices.

Structure des énoncés et hypothèses de traitement

43Les phrases présentées auditivement correspondent au croisement de divers facteurs affectant l'efficacité du traitement en temps réel. Certains de ces facteurs sont supposés intervenir de manière uniforme à travers les langues. Tel est le cas des deux premiers facteurs examinés. D'autres facteurs au contraire interviennent en fonction des spécificités des langues : ainsi, les langues varient en fonction du poids respectif des indices morphologiques et de l'ordre des mots.

44En premier lieu, les recherches présentées s'attachent à évaluer le rôle des informations contextuelles dans les processus d'anticipation des sujets au cours du traitement lui-même. L'examen des effets de la position de la violation dans la phrase, précoce vs tardive, sur les capacités de détection des violations morphosyntaxiques constitue une bonne approche de ce facteur. Les recherches qui, en anglais et en italien, ont étudié ce facteur ont montré que, toutes choses égales par ailleurs, et quelle que soit la nature des violations, les violations qui interviennent tardivement dans la phrase sont plus rapidement détectées que les violations précoces tant chez les sujets normaux que les sujets aphasiques (Wulfeck et al., 1991 ; Wulfeck, 1993). Ces données ont été confirmées dans nos travaux en grec moderne (Kail & Diakogiorgi, 1998), en français et en anglais (Kail, 2004a ; 2004b). Cet effet a été interprété comme témoignant de la capacité des sujets à utiliser leur savoir grammatical pour construire des hypothèses sur le processus d'intégration de l'information linguistique en cours de traitement.

45En second lieu, on suppose que les processus de traitement on-line sont affectés par les contraintes structurales qui lient les éléments internes de la phrase. Ainsi, dans toutes les langues, on s'attend à ce que les violations qui concernent des éléments internes à un même syntagme (par exemple, en français ou en portugais une violation de genre entre l'article ou l'adjectif et le nom) soient plus facilement et rapidement détectées que des violations affectant des éléments issus de syntagmes distincts (par exemple une violation de nombre dans l'accord verbal). En effet, l'identité d'appartenance peut faciliter la comparaison immédiate entre la forme attendue et la forme présentée en réduisant les problèmes de charge en mémoire de travail impliqués par une violation entre des constituants distincts. En français, Kail (2004) a montré que la prise en compte de ce facteur structural, dit cible de la violation, est effective chez les sujets adultes et chez les enfants à partir de 10 ans. Ce résultat est venu confirmer les résultats d'une recherche précédente (Lambert & Kail, 2001) montrant que les violations de l'accord nominal sont détectées plus rapidement que celles de l'accord verbal.

46Enfin, le dernier facteur que nous examinons concerne le type de la violation et indique comment les indices morphologiques d'accord et les indices d'ordre des mots sont intégrés en temps réel dans les deux langues. L'hypothèse est la suivante : jusqu'à un certain point, la capacité des sujets à détecter des violations affectant certains indices devrait être reliée à la validité et au poids de ces indices dans la langue considérée. Une série de recherches représentant un large éventail de langues (plus d'une vingtaine) a révélé une étroite corrélation entre la validité des indices et leur poids dans le traitement des phrases. Les principes de validité des indices (Bates & MacWhinney, 1989), de coût de leur traitement (Kail, 1989), de compétition (MacWhinney, 1987), de canonicité (Kail, 1989) qui organisent le traitement off-line sont modulés par les limitations perceptives et mnémoniques du système de traitement envisagé dans son développement.

47C'est ainsi que Costa (2003) a montré que les indices morphologiques d'accord ont un poids dominant dans le traitement off-line des énoncés en portugais européen. Comme en français, leur violation devrait être mieux détectée en temps réel que des violations concernant l'ordre des mots. Toutefois, d'une manière générale, il convient de rappeler que cette détection n'est pas une fonction simple de la validité. Elle dépend aussi des relations globales entre morphologie et ordre des mots dans la langue considérée, et de la probabilité que les indices d'ordre et les indices morphologiques puissent intervenir ensemble dans l'assignation des fonctions.

48En résumé, trois facteurs sont analysés : la position de la violation (précoce vs tardive), la cible de la violation (intrasyntagme vs intersyntagme) et le type de violation (accord morphologique vs ordre des mots).

49Exemple : violation d'accord verbal, tardive, et intersyntagme :

50(16) Chaque samedi, après avoir été au marché, la voisine rempli

ssentle frigo

51Aos sábados, depois de ir ao mercado, a vizinha enchem a despensa.

52Exemple : violation d'accord nominal, précoce, et intrasyntagme :

53(17) Chaque semaine, levoisine remplit le frigo, après les courses au marché.

54Aos sábados, a vizinha enche a despensa depois de ir ao mercado.

Méthode

55Dans chacune des deux langues, 360 phrases ont été élaborées comprenant 40 phrases grammaticales et 320 phrases agrammaticales de même contenu que les grammaticales. 8 listes de 40 phrases grammaticales et de 40 agrammaticales ont été construites. Pour un contenu sémantique donné, chaque liste contient une violation différente de la phrase grammaticale. Chaque sujet est assigné à une liste et entend 80 phrases auxquelles sont adjointes 32 phrases de remplissage.

56En portugais, les violations de l'ordre des mots qui sont intersyntagmes conduisent à une inversion de l'ordre Sujet-Verbe en Verbe

57Sujet qui ne rend pas agrammaticales les phrases 7 et 8 comme elles le sont en français (7 : Chaque samedi, remplit la voisine le frigo après avoir été au marché ; 8 : Chaque samedi, après avoir été au marché, remplit la voisine le frigo). Pour cette raison, l'analyse en portugais n'inclut pas ces phrases et ne porte donc que sur six structures, soit 30 phrases agrammaticales.

58Ci-dessous un exemple de phrase variant en fonction des trois facteurs :

59Aos sábados, a vizinha enche a despensa depois de ir ao mercado

601. Aos sábados, o vizinha enche a despensa depois de ir ao mercado

61 2. Aos sábados, depois de ir ao mercado,o vizinha enche a despensa

62 3. Aos sábados, a vizinha enche ma despensa depois de ir ao mercado

634. Aos sábados, depois de ir ao mercado, a vizinha enchema despensa

64 5 .Aos sábados, vizinha a enche a despensa, depois de ir ao mercado

65 6 .Aos sábados, depois de ir ao mercado, vizinha a enche a despensa

667. Aos sábados, enche a vizinha a despensa, depois de ir ao mercado

678. Aos sábados, depois de ir ao mercado, enche a vizinha a despensa

68Les sujets monolingues sont répartis en 4 groupes de 16 sujets dans chaque langue. Les âges moyens sont 6 ;8 ans ; 8 ;6 ans ; 10 ; 10 ans ainsi qu'un groupe d'adultes étudiants de l'Université à Paris et à Lisbonne.

69Les jugements de grammaticalité et les temps de détection mesurés à partir du point logique de l'erreur (offset de la violation) sont traités par le logiciel expérimental PsyScope (Cohen, MacWhinney, Flatt & Provost, 1993). Les phrases sont enregistrées en français et en portugais, en respectant les contours intonatifs appropriés, par deux locutrices de langue maternelle française et portugaise. La durée moyenne des phrases est homogénéisée dans chaque langue par le logiciel Sound Edit Pro. L'enregistrement des phrases en portugais effectué au Laboratoire de Psycholinguistique de la Faculté de Lettres de l'Université de Lisbonne a fait l'objet de contrôles particuliers (spectrogrammes) en raison des problèmes de coarticulation dans les phrases agrammaticales avec inversion de l'ordre article-nom. Dans la séquence expérimentale vizinha a (a vizinha est le contrôle canonique), il y a un doublement de la voyelle [ɐ], le morphème féminin à la fin du nom et l'article féminin en position post nominale ; cela donne lieu à deux possibilités de réalisation phonétique : [ɐ/ɐ] ou à une voyelle allongée [ɐ/ɐ].

70Les sujets sont testés individuellement dans une séance d'environ 20 minutes. Après 8 phrases d'entraînement, 112 phrases (phrases expérimentales et phrases de remplissage) leur sont présentées dans un ordre aléatoire sans qu'une phrase incorrecte ne soit précédée ou suivie de sa contrepartie correcte. Les sujets doivent décider le plus rapidement possible si la phrase est correcte (appui du bouton vert) ou incorrecte (appui du bouton rouge). Ils sont prévenus de mobiliser leur attention car les phrases ne sont présentées qu'une seule fois.

Résultats

71Dans les deux langues, dès 6 ans, les enfants sont capables de réaliser la détection de violations grammaticales montrant des jugements différant du hasard. Un effet développemental global est attesté par une diminution significative des erreurs avec l'âge dans les deux langues : en français, 25.3 % à 6 ;8 ans ; 19.9 % à 8 ;6 ans ; 17.9 % à 10 ;10 ans et 3.7 % chez les adultes ; en portugais, 41 % à 6 ;8 ans ; 28.2 % à 8 ;6 ans ; 21.4 % à 10 ;10 ans et 11 % chez les sujets adultes. On remarquera que les sujets portugais ont un taux d'erreurs plus élevé à tous les âges.

72Comme on peut le voir sur la Figure 1, l'analyse qualitative des erreurs en fonction de chaque structure (8 structures en français et 6 en portugais) révèle la systématicité des erreurs à travers les âges dans les deux langues. Certaines structures entraînent plus d'erreurs de détection que d'autres : ce sont celles qui impliquent des violations intersyntagmes (c2) dont la détection sollicite la mémoire de travail.

Pourcentages d'erreurs en fonction de l'âge et de la structure.

73Bien évidemment, dans cette tâche de décision, il faut prendre en considération le compromis classique entre exactitude et rapidité. En ce qui concerne les temps de détection des violations grammaticales, l'effet développemental est beaucoup plus marqué en français qu'en portugais. En français, les temps moyens de détection sont les suivants : 2 594 ms à 6 ;8 ans ; 1 992 ms à 8 ;6 ans ; 1 131 ms à 10 ;10 ans et 791 ms à l'âge adulte. En portugais, les temps moyens de détection sont les suivants : 2 301 ms à 6 ;8 ans ; 2 241 ms à 8 ;6 ans ; 2 192 ms à 10 ;10 ans et 1 288 ms chez les sujets adultes. L'effet de l'âge est peu marqué entre les enfants portugais les plus jeunes et les plus âgés. De façon inattendue, la différence entre les deux langues tend à augmenter avec l'âge.

74L'analyse globale des temps de détection des violations par structure dans chacune des langues révèle toute l'importance de la position de la violation : toutes les structures impliquant une violation apparaissant tardivement dans la phrase entraînent des temps de détection plus rapides ainsi qu'on peut le voir sur la Figure 2.

Temps de réaction (ms) en fonction de l'âge et de la structure.

75Comme dans d'autres travaux utilisant le même paradigme, on note qu'exactitude et temps sont affectés différemment par les facteurs.

1. Contexte et traitement en temps réel : rôle de la position de la violation

76En accord avec les résultats obtenus en anglais (Wulfeck, 1993) et en français (Kail, 2004), la sensibilité des sujets portugais aux violations grammaticales n'est pas non plus affectée par la position de la violation. En d'autres termes, les violations intervenant tardivement dans la phrase ne sont pas mieux détectées que celles intervenant précocement, quel que soit l'âge des sujets.

77En revanche, conformément à nos prédictions, lorsque les violations sont correctement détectées, les violations tardives sont détectées significativement plus rapidement que les violations précoces. Un tel résultat très robuste concerne les deux langues pour chaque niveau d'âge ainsi que l'indique le Tableau 1. Ces meilleures performances sont le signe de la capacité des sujets à intégrer efficacement les informations véhiculées par le contexte au fur et à mesure du traitement.

78Tableau 1. Temps de détection (ms) en fonction de la position de la violation (V)

* Différences significatives (F1 & F2).

79Alors qu'en français il n'y a pas d'interaction entre ce facteur et les autres, en portugais, il interagit avec la cible de la violation à chaque niveau d'âge, comme nous le verrons dans l'analyse qui suit.

2. Contraintes structurales et traitement en temps réel : rôle de la cible de la violation

80En français, un effet général important de la cible de la violation indique une sensibilité plus grande aux violations intrasyntagmatiques (impliquant article et nom, ordre et accord) qu'aux violations intersyntagmatiques (impliquant sujet et verbe) tant pour les violations d'accord morphologiques que pour les violations d'ordre des mots. Une interaction importante existe entre la cible et l'âge des sujets : en effet, si la détection des violations intrasyntagmatiques est meilleure que celle des violations intersyntagmatiques chez les enfants, cette supériorité disparaît à partir de 10 ;10 ans (cf. Kail, 2004 pour une analyse détaillée du français).

81En portugais, l'analyse des erreurs corrobore globalement les résultats du français puisque les violations intrasyntagmes y sont mieux détectées que les violations intersyntagmes à tous les âges. Rappelons toutefois que les modifications de l'ordre Sujet-Verbe en Verbe-Sujet ne constituent pas une agrammaticalité en portugais. L'effet de la cible qui n'est pas en interaction avec l'âge apparaît comme relativement robuste en portugais.

82Cependant, l'analyse des temps de détection des sujets portugais fait apparaître des phénomènes en contradiction avec les résultats relatifs à l'exactitude des détections. En effet, à tous les âges, à l'exception des sujets adultes, les violations intrasyntagmatiques sont détectées moins rapidement que les violations intersyntagmatiques. Un tel résultat va à l'encontre des hypothèses formulées pour le portugais à partir des données off-line (Costa, 2003) et des données recueillies tant en français (Kail, 2004) qu'en anglais (Wulfeck et al., 1991 ; Wulfeck, 1993 ; Kail, 2004b).

83Tableau 2. Temps de détection (ms) en fonction de la cible de la violation (V).

* Différences significatives (F1 & F2).

84Pour comprendre ce paradoxe, il faut examiner les propriétés acoustico-phonétiques de l'inversion Article – Nom des violations intra-syntagmatiques de l'ordre des mots. Ainsi par exemple, a vizinha [ɐvi'ziŋɐ] devient vizinha a [vi'ziŋɐɐ]. En dépit des contrôles effectués lors de l'enregistrement des phrases (analyse des spectrogrammes), ce type de configuration avec redoublement de la voyelle à la fin du nom par l'article postposé a pu susciter une interprétation initiale en termes de pause pleine et retarder l'identification de la violation de l'ordre des mots. Ce problème de perceptibilité ne se pose pas en français, où l'article au lieu d'être réalisé par une voyelle est réalisé par un groupe consonantique « la voisine » vs « voisine la ». D'autre part, même quand l'ordre Article-Nom est respecté mais qu'il y a une violation morphologique de genre (o[masc]vizinha[fém] au lieu de a[fém] vizinha[fém] ), le faible poids phonétique de l'article réduit au noyau vocalique peut créer des conditions de traitement qui empêchent la perceptibilité de l'agrammaticalité.

85L'interaction significative à tous les âges entre la cible de la violation (intra vs intersyntagme) et sa position dans la phrase (précoce vs tardive) révèle que seules les violations précoces sont concernées par la nature de la cible, avec des temps plus courts pour celles qui sont intersyntagmes.

86Ces résultats conduisent à reconsidérer dans ce paradigme, d'une part le poids relatif des contraintes grammaticales liées aux propriétés des indices d'ordre des mots et d'accord dans la langue et, d'autre part, les contraintes liées à la perceptibilité des violations.

3. Validité des indices et traitement en temps réel

87Si en français, on ne note pas d'effet du type des violations – morphologie vs ordre des mots – sur l'exactitude de leur détection, en revanche, en portugais, les violations de l'ordre article – nom sont mieux détectées que les violations morphologiques au sein du groupe nominal. Ce résultat est lié à la difficulté perceptive des violations morphologiques.

88Comme nous l'avons déjà mentionné, il existe d'importantes variations à l'intérieur même d'une langue, ou interlangues entre les données relatives à l'exactitude de la détection des violations et celles relatives à leur temps de détection. Une nouvelle illustration de ces décalages est fournie par l'analyse des effets du type de violation qui contraste violations morphologiques d'accord et violations de l'ordre des mots.

89En français, conformément à la validité des indices telle qu'elle a été étudiée dans le traitement off-line (Kail & Charvillat, 1988 ; Kail, 1989), à tous les âges les violations morphologiques d'accord sont beaucoup plus rapidement détectées que les violations d'ordre des mots. Cet effet est particulièrement marqué chez les sujets les plus âgés.

90Tableau 3. Temps de détection (ms) en fonction du type de violation.

* Différences significatives (F1 & F2).

91En portugais, les résultats ne sont pas conformes aux prédictions issues du traitement off-line (Costa, 2003). En effet, à l'exception des enfants de 8 ;6 ans pour lesquels la détection des violations morphologiques d'accord est plus rapide que celle de la violation de l'ordre des mots, dans les autres groupes d'âge, les différences ne sont que tendancielles. L'interaction type de violation et position qui est significative chez les sujets les plus âgés (10 ;10 ans et adultes) montre que les violations morphologiques plus que les violations de l'ordre des mots bénéficient de leur position tardive.

92L'examen du poids relatif des indices dans le processus de détection des violations fait apparaître en français des changements importants selon l'âge. À 6 ;8 ans et à 8 ;6 ans, l'indice le plus crucial est la position de la violation dans la phrase, laquelle détermine d'importantes variations : les violations tardives sont plus rapidement détectées que les violations précoces : 1 881 ms vs 3 306 ms (6 ;8 ans) et 1 488 ms vs2 495 ms (8 ;6 ans) Le second indice est le type de violation : les violations morphologiques sont détectées plus rapidement que les violations d'ordre : 2 356 ms vs 2 831 ms (6 ;8 ans) et 1 832 ms vs 2 150 ms (8 ;6 ans). À ces âges, l'indice structural que constitue la cible de la violation n'a pas d'effet significatif. À 10 ;10 ans, les temps de détection diminuent notablement et la hiérarchie des indices change. L'indice dominant devient le type de violation : les violations d'accord sont plus rapidement détectées que les violations d'ordre des mots (911 ms vs 1 350 ms) et le facteur structural devient relativement important : les violations intrasyntagmatiques sont détectées plus rapidement que les violations intersyntagmatiques (943 ms vs 1 319 ms). Contrairement aux résultats observés chez les plus jeunes enfants, la position n'a plus d'effet significatif. Les adultes français suivent la même hiérarchie : le type de violation demeure l'indice dominant (accord = 555 ms vs ordre des mots = 1 026 ms) suivi par la cible de la violation (intrasyntagme = 669 ms vs intersyntagme = 912 ms dans le même temps où la position de la violation demeure un indice important : (précoce = 902 ms vs tardive = 678 ms). La hiérarchie des indices semble traduire une dépendance croissante des traitements en temps réel à l'égard de la morphologie d'accord.

93En portugais, la hiérarchie des indices semble fixée dès 6 ans. À 6 ;8 ans, seule la position de la violation constitue un facteur qui affecte significativement le traitement, contrastant les violations tardives (2 004 ms) et les violations précoces (2 598 ms). À 8 ;6 ans, la position de la violation demeure l'indice principal (tardive = 2 583 ms vs précoce = 1 899 ms) et les deux autres indices, la cible de la violation (intrasyntagme = 2 322 ms vs intersyntagme = 2 079 ms) et le type de la violation (accord = 2 180 ms vs ordre des mots = 2 363 ms) interviennent de manière secondaire. À 10 ;10 ans, la position de la violation est l'indice crucial (tardive = 1 802 ms vs précoce = 2 582 ms) et la cible continue d'intervenir de manière paradoxale (intrasyntagme = 2 252 ms vs intersyntagme = 2 072 ms). À l'âge adulte, seule la position est pertinente (tardive = 1 098 ms vs précoce = 1 478 ms).

94Ces phénomènes développementaux ont donné lieu à une ANOVA spécifique dans chaque langue. Pour chaque groupe d'âge, on a estimé les pourcentages de variance expliqués par les trois facteurs, en incluant toutes les interactions (Ss Effet/SsTotal). Les résultats de ces analyses sont illustrés dans les Figures 3 et 4. En français, le changement fondamental intervient entre 8 ;6 ans et 10 ;10 ans, âge à partir duquel le facteur position de la violation cesse d'être dominant (passant de 85 % de la variance à 10 %) au profit principalement du type de violation (50 % à 60 %) puis de la cible de celle-ci (30 %). En portugais, à tous les âges, la position de la violation explique entre 80 et 90 % de la variance.

95Cette analyse qui permet de préciser la hiérarchie des indices en temps réel montre que français et portugais ne se comportent pas de la même manière, notamment en termes de hiérarchie des indices au cours du développement.

Temps de détection (ms) : % de variance issu de l'effet des différents facteurs.

Discussion

96Conformément à nos prédictions, dans chacune des langues et pour chaque niveau d'âge, les violations tardives sont détectées beaucoup plus rapidement que les violations précoces. Cet effet vaut aussi bien pour les violations d'ordre des mots que les violations morphologiques d'accord. Ce résultat suggère que les effets de facilitation, liés à la position tardive de la violation des indices qui empêche leur intégration en temps réel, présentent un haut degré de systématicité. Ce résultat est attesté dans les autres langues de notre programme (anglais, suédois, polonais) et vient confirmer des résultats antérieurs obtenus en italien (Wulfeck et al., 1991) indiquant que les locuteurs utilisent dès 6 ans leurs connaissances grammaticales pour construire des hypothèses tout au long de leur traitement, mettant à profit le contexte morphosyntaxique pour anticiper la suite à venir. Le traitement en temps réel semble donc gouverné par certaines contraintes universelles.

97Dans les différentes langues que nous avons étudiées, les violations intrasyntagmatiques sont détectées significativement plus rapidement que les violations intersyntagmatiques. Un tel résultat souligne que le traitement en temps réel est dépendant des contraintes structurales des énoncés, lesquelles sollicitent de manière différenciée les capacités de la mémoire de travail et il indique que le coût du traitement de l'indice peut devenir plus déterminant que sa validité. L'influence globale de ce facteur est modulée selon les langues par des interactions avec les autres facteurs. Le résultat paradoxal du portugais nous semble lié aux difficultés de perceptibilité phonologique des violations dans la modalité orale. Le fait que ces violations soient presque imperceptibles peut rendre la détection de celles-ci particulièrement difficile, notamment pour les violations intrasyntagmatiques. Par ailleurs, le fait que les sujets portugais présentent des temps moyens de détection plus élevés que les sujets français, accompagnés d'un taux d'erreurs plus élevé à tous les âges, peut être lié à ce que l'école portugaise développe moins les capacités métalinguistiques dans les premiers degrés de scolarisation.

98Ces résultats nous conduisent aux remarques suivantes. En portugais, il conviendrait de recueillir des données sur des phrases qui permettent de limiter les difficultés spécifiques de perceptibilité auditive dans le traitement à l'oral. Il n'est cependant pas facile de répondre à cette exigence qui concerne des propriétés inhérentes à la langue elle-même. En effet, la fréquence des noms féminins terminés par « a » et précédés de l'article « a » et des noms masculins terminés par « o » précédés de l'article « o » est très élevée, de sorte que le choix des noms dans l'expérience est bien représentatif du lexique nominal portugais. Nous envisageons toutefois une expérience contrôle afin de mieux appréhender ce qui dépend du matériel linguistique utilisé et ce qui serait généralisable pour cette langue.

99La proximité typologique des deux langues, le poids de la morphologie dans le traitement off-line auraient permis d'attendre une grande proximité de résultats concernant le traitement en temps réel. Si la validité des indices morphologiques est un bon prédicteur pour le traitement en temps réel en français, en portugais, les résultats indiquent une certaine primauté de la morphologie à tous les âges mais qui n'atteint pas le seuil de significativité. Comme nous l'avons antérieurement montré pour le grec (Kail & Diakogiorgi, 1998), la validité des indices peut entrer en compétition avec leur perceptibilité lors du traitement en temps réel. De manière convaincante, Kempe et MacWhinney (1999) ont montré que des langues telles que l'allemand et le russe, qui présentent un parallélisme quant à la validité des indices morphologiques, peuvent susciter des traitements en temps réel relativement différents. À l'inverse, nous avons montré (Kail, 2004b) que des langues très contrastées (anglais et français) peuvent susciter des traitements en temps réel comparables. La réalité du traitement en temps réel des énoncés est complexe et les travaux encore largement pionniers. Certains principes sont actuellement proposés comme organisant la microstructure temporelle du traitement tels que l'assignabilité des indices (Kail, 1999), leur prédictibilité (Lambert & Kail, 2001), leur localité mais ils doivent être mis à l'épreuve en intégrant comme nous y invitent les résultats du portugais, toutes les composantes perceptives.

Références

100Bates, E., Devescovi, A. & D'Amico, S. (1999). Processing complex sentences : A cross-linguistic study. Language and Cognitive Processes, 14 (1), 69-123.

101Bates, E., Devescovi, A. & Wulfeck, B. (2001). Psycholinguistics : A cross-language perspective. Annual Review of Psychology, 52 , 369-398

102Bates, E. & MacWhinney, B. (1989). Functionalism and the competition model. In B. MacWhinney & E. Bates (Eds.), The cross-linguistic study of sentence processing (pp. 3-73). New York : Cambridge University Press.

103Blackwell, A. & Bates, E. (1995). Inducing agrammatic profiles in normals : Evidence for the selective vulnerability of morphology under cognitive resource limitation. Journal of Cognitive Neuroscience, 7 (2), 228-257

104Blackwell, A., Bates, E. & Fisher, D. (1996). The time course of grammaticality judgement. Language and Cognitive processes, 11, 337-406.

105Cohen, J., MacWhinney, B., Flatt, M. & Provost, J. (1993). PsyScope : An interactive graphic system for designing and controlling experiments in the psychology laboratory using MacIntosh computers. Behavior Research Methods, Instruments and Computers 25 (2), 257-271.

106Costa, A. (2003). Processamento de frases em Português Europeu. Lisboa : Fundação Gulbenkian (2005).

107Costa, A., Hub Faria, I.H. & Kail, M. (2004). Semantic and syntactic cues'interaction on pronoun resolution in European Portuguese. In A. Branco, T. McEnery & R. Mitkov (Eds.), DAARC 2004, 5th Discourse Anaphora Resolution Colloquium Proceedings (pp. 45-50). Lisboa : Ed. Colibri.

108Devescovi, A. & D'Amico, S. (2005). The competition model : Crosslinguistic studies of online processing. In M. Tomasello & D.I. Slobin (Eds.), Beyond nature-nurture. Essays in honor of Elizabeth Bates (pp. 165-191). Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum.

109Devescovi, A., D'Amico, S. & Gentile, P. (1999). The development of sentence comprehension in Italian : A reaction time study. First Language, 19, 129-163.

110Garrett, M.F. (1990). Sentence processing. In D.N. Osherson & H. Lasnik (Eds.), An invitation to cognitive science (Volume 1 : Language, pp. 133-176). Cambridge MA : MIT Press.

111Gombert, J.E. (1990). Le développement métalinguistique. Paris : PUF.

112Kail, M. (1989). Cue validity, cue cost, and processing types in sentence comprehension in French and Spanish. In B. MacWhinney & E. Bates (Eds.), The crosslinguistic study of sentence processing (pp. 77-117). Cambridge, New York : Cambridge University Press.

113Kail, M. (1999). Linguistic variations and cognitive constraints in the processing and the acquisition of language. In C. Fuchs & S. Robert (Eds.), Language diversity and cognitive representations (pp. 179-194). Amsterdam : John Benjamins.

114Kail, M. (2004a). On-line grammaticality judgments in French children and adults : A crosslinguistic perspective. Journal of Child Language, 31, 713-737.

115Kail, M. (2004b). Le développement morphsyntaxique du langage : recherches interlangues. In M.N. Metz-Lutz (Ed.), Développement cognitif et troubles des apprentissages. (pp.123-150). Marseille : Edition Solal.

116Kail, M. & Bassano, D. (1997). Verb agreement processing in French : A study of on-line grammaticality judgments. Language and Speech, 40 (1), 25-46.

117Kail, M. & Bassano, D. (2003). Méthodes d'investigation et démarches heuristiques. In M. Kail & M. Fayol (Eds.), L'acquisition du langage (Vol.1, pp. 29-60). Paris : Presses Universitaires de France.

118Kail, M. Charvillat, A. (1988). Local and topological processing in sentence comprehension by French and Spanish children. Journal of Child Language, 15, 637-662.

119Kail, M. & Diakogiorgi, K. (1998). On-line integration of morpho-syntactic cues by Greek children and adults : A crosslinguistic perspective. In N. Dittmar & Z. Penner (Eds.), Issues in the theory of language acquisition (pp. 177-201). Bern : Peter Lang.

120Kempe, V. & MacWhinney, B. (1999). Processing of morphological and semantic cues in Russian and German. Language and Cognitive Processes, 14 (2), 129-171.

121Lambert, L. & Kail, M. (2001). Le traitement en temps réel des marques morphologiques d'accord dans les phrases en français. L'Année Psychologique, 101 (4) 561-592.

122Li, P., Bates, E. & MacWhinney, B. (1993). Processing a language without inflections : A reaction time study of sentence interpretation in Chinese. Journal of Memory and Language, 32, 169-192.

123MacWhinney, B. (1987). The competition model. In B. MacWhinney (Ed.), Mechanisms of language acquisition (pp. 73-136). Hillsdale, NJ : Erlbaum.

124MacWhinney, B., Feldman, H., Sacco, K. & Valdés-Pérez, R. (2000). Online measures of basic language skills in children with early focal brain lesions. Brain and Language, 71, 400-431.

125Mateus, M.H., Brito, A.M., Duarte, I., Hub Faria, I.H., et al. (2003). Grámatica da língua portuguesa (5a ediçao, revista e aumentada). Lisboa : Caminho.

126Mimica, I., Sullivan, M. & Smith, S. (1994). On-line study of sentence interpretation in native Croatian speakers. Applied Psycholinguistics, 15, 237-261.

127Pratt, C., Tunmer, W.E. & Bowey, J.A. (1984). Children capacity to correct grammatical violations in sentences. Journal of Child Language, 11, 129-141.

128Staron, M., Bokus, B. & Kail, M. (2005). On-line sentence processing in Polish children and adults. In B. Bokus (Ed.), Studies in the psychology of language (pp. 227-245). Varsaw : Matrix.

129Tunmer, W.E. & Grieve, R. (1984). Metalinguistic awareness in children. Berlin : Springer.

130Tunmer, W.E. & Grieve, R. (1984). Syntactic awareness in children. In W.E. Tunmer, C. Pratt & M.L. Herriman (Eds.), Metalinguistic awareness in children (pp. 2-11). Berlin : Springer Verlag.

131Tyler, L.K. & Marslen-Wilson, W.D. (1981). Children's processing of spoken language. Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, 20, 400-416.

132Wulfeck, B. (1993). A reaction time study of grammaticality judgments in children. Journal of Speech and Hearing Research, 36 (6), 1208-1215.

133Wulfeck, B., Bates, E. & Capasso, R. (1991). A crosslinguistic study of grammaticality judgments in Broca's aphasia. Brain & Language, 41, 311-336.

134Wulfeck, B., Bates, E., Krupa-Kwiatkowski, M. & Saltzman, D. (2004). Grammatical sensitivity in children with early focal brain injury and children with specific language impairment. Brain and Language, 88, 215-228.

Notes

1 Ces recherches ont été financées par l'ACI Cognitique du Ministère de la Recherche.

Table des illustrations

Légende Figure 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Temps de réaction (ms) en fonction de l'âge et de la structure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende * Différences significatives (F1 & F2).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende * Différences significatives (F1 & F2).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende * Différences significatives (F1 & F2).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540