Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprentissage des langues

 | 
Michèle Kail
, 
Michel Fayol
, 
Maya Hickmann

II. L’acquisition de la langue maternelle : perspectives translinguistiques

4. Le langage de l’espace en hongrois : acquisition et handicap1

Csaba Pléh

Texte intégral

  • 1 La majeure partie des recherches rapportées ici ont été menées en collaboration avec Ágnes Lukács, (...)

1Selon le modèle de Landau et Jackendoff (1992 ; Jackendoff, 1992 ; Talmy, 2000), il existe des distinctions universelles dans les langues en matière d’espace, et elles sont en relation avec l’organisation de la cognition spatiale dans cerveau. Cependant, d’importantes différences dans ce domaine sont enregistrées entre les langues, comme le souligne, entre autres, Bowerman (1996). Le langage spatial en hongrois a joué un rôle intéressant dans l’élaboration des premières théories concernant les relations entre cognition et langage. Melanie Mikes (1967) a montré dans ses études des enfants bilingues serbo-hongrois de 2-3 ans que l’utilisation des suffixes de lieu apparaît plus tôt dans le discours en hongrois qu’en serbe. Dans l’interprétation de Slobin (1973 ; Johnston & Slobin, 1979) ceci s’explique par le fait qu’en slave l’enfant doit coordonner deux éléments linguistiques, la préposition et la marque casuelle, alors qu’en hongrois le codage se fait uniquement à la fin du mot par la marque casuelle. Ainsi, le développement du langage spatial implique à la fois le rôle déterminant de la cognition et l’indépendance relative de facteurs linguistiques spécifiques. En hongrois, un système assez formellement homogène est utilisé pour exprimer des relations cognitives variées. « Les flexions en hongrois présentent peu de différences de complexité formelle. Donc, les différences dans leur émergence peuvent être attribuées à des facteurs pragmatiques-sémantiques. » (MacWhinney, 1976, p. 409).

2Dans le langage spatial en hongrois, deux systèmes de marqueurs sont utilisés avec les expressions nominales. Les relations simples sont exprimées en agglutinant des suffixes de cas (dans, sur, à), alors que des postpositions sont utilisées pour coder des relations cognitivement plus complexes (sous, parmi, derrière, etc.). Ce système pour chacune des relations spatiales est complexifié par la prise en considération des aspects dynamiques du codage du lieu et de la trajectoire. Il existe une forme statique pour chaque relation, et deux formes dynamiques : une où le lieu codé, à savoir l’objet de référence (Jackendoff, 1994), est la cible (la fin de la trajectoire) et une autre, où il s’agit de la source (l’origine de la trajectoire). En ajoutant les relations de contenance, de surface et de voisinage, on obtient un système bi-dimensionnel entièrement symétrique aux marqueurs de cas spatiaux, avec neufs marques casuelles. (Pour une description détaillée, voir Király, Pléh & Racsmány, 2001 ; Lukács, 2005.) Nos études sur le hongrois ont d’abord tenté de confirmer certaines tendances générales de l’usage courant quant à la primauté de la relation et de la direction.

Préférence pour la cible dans l’usage précoce

3Pléh, Vinkler et Kálmán (1997, voir aussi Pléh, 1998) ont analysé l’usage des expressions spatiales aux stades précoces de l’apprentissage de la langue, en particulier en ce qui concerne les différences contenance-surface et l’importance de la direction. Nous avons analysé les observations recueillies par MacWhinney (1995) comprenant 612 suffixes spatiaux produits par 5 enfants entre 1 ; 8 et 2 ; 4 ans. Le Tableau 1 montre la distribution de toutes les marques casuelles spatiales en pourcentages bruts.

4Le type de relation de lieu ainsi que la direction ont un effet significatif. On enregistre une préférence nette pour les relations de contenance, conformément aux données expérimentales obtenues par Clark (1973) et par Johnston et Slobin (1979). En ce qui concerne la direction, 80 % de tous les marqueurs indiquent la cible, 13 % sont statiques et 7 % seulement indiquent la source. Ainsi, l’effet principal de la direction montre essentiellement une préférence écrasante pour le codage de la cible des actions intentionnelles. En hongrois, tous ces marqueurs sont d’une même complexité linguistique et ils figurent déjà dans le répertoire actif des enfants dès le plus jeune âge. Landau et Zukowski (2003) ont observé des résultats similaires sur le problème posé par la source en anglais et ils ont souligné que cette difficulté pourrait être liée aux contraintes imposées par la mémoire de travail spatiale.

5Tableau 1. Distribution des marques casuelles spatiales dans le discours précoce chez des enfants hongrois entre 1 ; 5 et 2 ; 4 ans.

RELATIONSHIP

STATIC

GOAL

SOURCE

ALL

IN

39 (9,4 %)

355 (86 %)

19 (4,6 %)

413 (68 %)

ON

27 (22,7 %)

86 (72,3 %)

6 (5 %)

119 (19 %)

AT

11 (13,8 %)

48 (60 %)

21 (26,3 %)

80 (13 %)

Total

77 (12,6 %)

489 (79,9 %)

46 (7,5 %)

612

Préférence pour la cible dans l’apprentissage de marqueurs spatiaux artificiels

6Une sérieuse limitation des études basées sur l’usage préférentiel chez les enfants est que les résultats peuvent refléter les statistiques d’usage chez les adultes plutôt qu’un principe cognitif. C’est pourquoi, à la suite de Landau (1994), nous avons étudié l’apprentissage d’expressions spatiales artificielles qui suivent les schémas morphologiques réels des expressions spatiales du hongrois. Des résultats montrant une préférence pour la direction de la cible, même avec des expressions spatiales artificielles, fourniraient une confirmation forte de la préférence pour la cible en tant que biais cognitif dans le système de codage spatial.

7Une série de trois études a été menée dans lesquelles on a présenté à des enfants âgés de 3 ; 6 à 5 ; 6 ans des configurations comme celle de la Figure 1 ainsi que des phrases décrivant les relations de l’objet cible avec l’objet de référence sous trois formes différentes. Des suffixes artificiels (doboz-par, füzet-per boîte-suffixe, livret-suffixe) étaient utilisés avec une harmonie de voyelles indiquant que la fin absurde était un suffixe. Des noms de parties semblables aux constructions du type « au sommet de la colline » étaient aussi utilisés, par exemple a dobozveker-én « Sur-non-mot de la boîte ». Finalement, des postpositions étaient utilisées dans lesquelles le radical absurde de la postposition était combiné avec une fin de postposition typique pour indiquer à l’enfant que le mot était un moyen de codage spatial ; par exemple, a doboz gán-ott « la boîte non-mot-sur », dans lequel la combinaison voyelle-tt est le signe d’une postposition statique.

Figure 1. Configurations classiques utilisées dans le paradigme des marqueurs spatiaux artificiels

8Globalement, pour les enfants hongrois, l’acquisition des marques casuelles semble plus facile que celle des noms de parties et des postpositions. En ce qui concerne les relations, la verticale est la plus facile à apprendre et la diagonale est pratiquement impossible. Les résultats les plus intéressants relatifs à la présente discussion sont consignés dans la Figure 2.

Figure 2. Préférence pour la cible obtenue aussi avec des marqueurs spatiaux artificiels

9L’acquisition des formes liées à la cible s’avère être la plus facile dans chaque condition, renforçant l’hypothèse que la prédominance de la cible est écrasante. Puisque dans notre étude les marques casuelles spatiales et les postpositions étaient toutes de formes simples, comme dans les expressions hongroises réelles, et qu’il n’y avait pas d’effet de fréquence, nos résultats nous autorisent à faire l’hypothèse que la préférence pour la cible dans la cognition humaine constitue un mécanisme cognitif d’initialisation (bootstrapping) important dans l’acquisition du langage spatial (Racsmány, Lukács, Pléh & Király, 2001).

Le langage spatial dans une population avec handicap spatial : le syndrome de Williams

10Nos études sur le syndrome de Williams, menées conjointement avec Ágnes Lukács, ont apporté certaines précisions concernant l’interface langage-cognition. Ce trouble se caractérise par de graves limitations dans la cognition spatiale, liées à un développement insuffisant des zones pariétales postérieures (sur le profil dans ce cadre, voir Bellugi, Lichtenberger, Jones & Lai, 2000 ; Farran & Jarrold, 2003, et sur les lésions pariétales Reiss et al., 2004 ; Eckert et al., 2005). Conformément aux lésions neurocognitives, le langage spatial de ces sujets semble très limité au regard de leur niveau général en morphologie grammaticale (Lukács, Pléh & Racsmány, 2004). Cependant, dans des comparaisons détaillées, aucune différence n’est apparue dans le profil qualitatif de réussites et d’erreurs dans l’usage du langage spatial. Il semble que les limitations de la cognition spatiale entravent l’usage du langage spatial dans ce groupe, mais en même temps que le type de « stratégies » utilisées par le système limité, telles qu’on peut les observer dans l’usage de ce langage, soit identique.

11Dans nos études, nous avons généralement testé 15 à 20 participants atteints du syndrome de Williams, âgés de 6 à 20 ans. Comme groupe contrôle verbal, nous avons utilisé des sujets appariés sur le vocabulaire des images, ainsi que d’autres appariés sur l’âge ou les compétences spatiales. Comme le montre la Figure 3, conformément aux données de la littérature (Farran & Jarrold, 2003), nos sujets atteints du syndrome de Williams font preuve de limitations sévères de leur mémoire de travail spatiale, tandis que leur mémoire verbale est relativement intacte (Racsmány et al., 2001).

Figure 3. Limitations de l’empan de la mémoire de travail spatiale chez les sujets atteints du syndrome de Williams

12Comme d’autres chercheurs, nous voulions aussi observer l’organisation du langage spatial en relation avec les limitations cognitives présentes dans le syndrome de Williams. Comme le résume la Figure 4, leur performance globale en morphologie spatiale (marques casuelles et postpositions) est beaucoup plus faible qu’en morphologie non-spatiale (pluriels et accusatifs) dans une tâche de production induite.

Figure 4. Limitations de la morphologie spatiale comparée à d’autres aspects de la morphologie chez les sujets atteints du syndrome de Williams

13En ce qui concerne les différences de trajectoire, les sujets atteints du syndrome de Williams éprouvent des difficultés particulières avec l’origine, comme le montre la Figure 5 (Pléh, Lukács & Racsmány, 2002 ; Lukács, 2005).

Figures 5. Les sources présentent de grosses difficultés aux sujets atteints du syndrome de Williams lors de la production de postpositions

14Ces données étayent l’hypothèse de Landau et Zukowski (2003) selon laquelle la difficulté à retenir des informations en mémoire peut rendre compte des difficultés particulières que rencontrent les porteurs du syndrome de Williams avec la notion de source. Ce schéma est semblable à ce que l’on observe dans le développement normal à des stades plus précoces. Il est intéressant de remarquer avec Racsmány et al. (2001) que l’utilisation correcte des suffixes spatiaux est liée à des différences individuelles dans la mémoire de travail. Le modèle général de régression multiple avec les suffixes spatiaux comme variables dépendantes s’avère significatif (F = 48,66, p < 0,001, R2 = 0,93). Les deux variables prédictrices ont un effet significatif : blocs de Corsi (mémoire de travail visuelle) 1,62 ; p < 0,001 ; empan numérique (mémoire de travail verbale) 0,78 ; p < 0,02.

15Ainsi, les suffixes spatiaux dépendent à la fois de la mémoire de travail verbale et de la mémoire de travail spatiale, mais la composante spatiale est la plus forte.

16Pour approfondir l’étude du déficit du langage spatial chez les personnes atteintes du syndrome de Williams, nous avons eu recours à une tâche de complètement de phrases visant à comparer l’utilisation des suffixes spatiaux dans leur sens spatial ainsi que dans leur sens mental ou abstrait.

17Pour donner quelques exemples, voici les phrases a) et b) ci-dessous :

18Pisti tanult a balesetből

19Pisti a appris [quelque chose] l’accident-DE.

20Pisti a appris [quelque chose] de l’accident.

21Az oroszlán megszökött a ketrecből.

22Le lion s’est échappé la cage-DE.

23Le lion s’est échappé de la cage.

24Alors que dans la phrase (a), le suffixe est sélectionné par le verbe, dans la phrase (b) le verbe megszökik ‘s’échapper’ne requiert qu’un suffixe du type source sur le nom. Cette information se combine avec les spécifications fournies par le nom ketrec ‘cage’ qui est un contenant, conduisant sans ambiguïté au choix de l’élatif comme suffixe correct.

25On peut faire l’hypothèse que les personnes atteintes du syndrome de Williams pourraient avoir des difficultés à choisir le suffixe correct dans le cas de significations spatiales ainsi que non-spatiales. Les erreurs d’utilisation spatiale peuvent être la conséquence de leur déficit spatial, bien que l’on ignore dans quelle mesure les locuteurs s’appuient sur des représentations spatiales lorsqu’ils utilisent des termes spatiaux du langage sans référence directe à une configuration spatiale actuelle du monde réel, par exemple dans des phrases telles que Le lion s’est échappé de la cage en réponse à la question Qu’est-ce qui a rendu le directeur du zoo si nerveux ? On peut s’attendre également à des erreurs d’utilisation spatiale s’il existe réellement un déficit sélectif de termes spatiaux au sein du langage. Par ailleurs, la séquence concret – abstrait ou métaphorique peut être correcte chez tous les locuteurs, indépendamment de leur handicap spatial.

26Les caractéristiques de la tâche peuvent aussi s’avérer riches en enseignements sur l’interface langage-cognition. La linguistique cognitive affirme que la compréhension sémantique du langage s’effectue par l’activation de modèles cognitifs non-linguistiques (Talmy, 2000), à savoir, dans le cas des termes spatiaux, l’activation de modèles mentaux spatiaux. Une question qui fait l’objet de débats est de savoir si ces modèles spatiaux sont activés lors de l’utilisation métaphorique des termes spatiaux ou uniquement lors de la compréhension de termes spatiaux concrets.

27Dans cette étude (Lukács, Pléh & Racsmány, 2007), on demandait aux sujets de finir des phrases par des suffixes, soit dans leur sens spatial littéral, soit dans leur sens mental abstrait. Comme le montre la Figure 6, le profil est étonnamment semblable dans les deux groupes. Les significations spatiales sont plus faciles à identifier que les significations non spatiales. Cependant, il ne faut pas oublier que cette tâche était entièrement linguistique (complètement de phrases) et n’impliquait donc pas nécessairement l’activation des représentations spatiales.

Figure 6. Performance des groupes WS et VC par types de trajectoires

28Les résultats suggèrent que, lorsque le langage spatial n’est pas mobilisé par le besoin de décrire les relations spatiales d’une scène, les difficultés particulières avec le langage spatial rencontrées par les personnes atteintes du syndrome de Williams disparaissent, et leurs performances sont en fait meilleures dans l’utilisation spatiale que dans l’utilisation non-spatiale de ces mêmes suffixes. Nous interprétons ces meilleures performances avec les suffixes dans leur sens spatial de la même manière que nous expliquons les difficultés spécifiques rencontrées avec certains types de relations spatiales ou de trajectoires, c’est-à-dire comme étant le reflet non pas de particularités propres à l’organisation de la cognition spatiale, mais plutôt de leur fréquence relative d’utilisation dans le langage adulte et de leur facilité d’acquisition. Le déficit spatial sévère chez les porteurs du syndrome de Williams n’interfère donc pas avec le langage lui-même, et ne conduit pas à un déficit sélectif des termes spatiaux au sein du langage.

29En résumé, la production du langage spatial est gravement perturbée dans le syndrome de Williams, mais son organisation est la même que dans le développement normal. Aucune différence qualitative n’est apparue entre développement normal et anormal. « Seul » l’espace computationnel disponible pour les « calculs » spatiaux est limité, ce qui réduit strictement l’usage du langage spatial, mais le langage spatial per se n’est pas affecté. Les difficultés rencontrées avec le langage spatial reflètent donc des déficits de cognition spatiale dans lesquels la variable médiatrice cruciale est la limitation de la mémoire de travail spatiale. Globalement, aussi bien dans le développement normal que dans les populations handicapées, nos données confirment l’effet de facteurs cognitifs universels sur le développement et l’organisation du langage spatial.

Références

30Bellugi, U., Lichtenberger, L., Jones, W. & Lai, Z. (2000). The neurocognitive profile of Williams syndrome : A complex pattern of strengths and weaknesses. Journal of Cognitive Neuroscience, 12, 7-29.

31Bowerman, M. (1996). Learning how to structure space for language : A crosslinguistic perspective. In P. Bloom, M. Peterson, L. Nadel & M.F. Garrett (Eds.), Language and space. Language, speech, and communication (pp. 385-436). Cambridge, MA : The MIT Press.

32Clark, E.V. (1973). Non-linguistic strategies and the acquisition of word meanings. Cognition, 2 (1), 1-182.

33Eckert, M.A., Hu, D., Eliez, S., Bellugi, U., Galaburda, A., Korenberg, J., et al. (2005). Evidence for superior parietal impairment in Williams syndrome. Neurology, 64 (1), 152-153.

34Farran, E.K. & Jarrold, C. (2003). Visuo-spatial cognition in Williams syndrome : Reviewing and accounting for the strengths and weaknesses in performance. Developmental Neuropsychology, 23, 173-200.

35Jackendoff, R. (1992). Languages of the mind : Essays on mental representation. Cambridge : MIT Press.

36Jackendoff, R. (1994). Patterns in the mind : Language and human nature. New York : Basic Books.

37Johnston, J.R. & Slobin, D.I. (1979). The development of locative expressions in English, Italian, Serbo-Croatian and Turkish. Journal of Child Language, 6, 529-545.

38Király, I., Pléh, Cs. & Racsmány, M. (2001). The language of space in Hungarian. In T.E. Németh (Ed.), Cognition in language use : Selected papers from the 7th international pragmatics conference (pp. 181-192). Antwerp : IprA.

39Landau, B. (1994). Where is what and what is where : The language of objects in space. In L. Gleitman & B. Landau (Eds.), The acquisition of the lexicon (pp. 259-296). Cambridge, Mass : MIT Press.

40Landau, B. & Jackendoff, R. (1993). « What » and « Where » in spatial language and spatial cognition. Behavioral and Brain Sciences, 16, 217-265.

41Landau, B. & Zukowski, A. (2003). Objects, motions, and paths : Spatial language in children with Williams Syndrome. Developmental Neuropsychology, 23, 105-137.

42Lukács, Á. (2005). Language abilities in Williams syndrome. Budapest : Akadémiai.

43Lukács, Á., Pléh, Cs. & Racsmány, M. (2004). Language in Hungarian children with Williams syndrome. In S. Bartke & J. Siegmüller (Eds.), Williams syndrome across languages (pp. 187-220). Amsterdam : John Benjamins.

44Lukács, Á., Pléh, Cs. & Racsmány, M. (2007). Spatial language in Williams syndrome : Evidence for a special interaction ? Journal of Child Language, 34 (2), 311-343.

45MacWhinney, B. (1976). Hungarian research on the acquisition of morphology and syntax. Journal of Child Language, 3, 397-410.

46MacWhinney, (1995). The CHILDES Project : Computational tools for analyzing talk. Hillsdale, NJ : Erlbaum.

47Mikes, M. (1967). Acquisition des catégories grammaticales dans le langage de l’enfant. Enfance, 20, 289-298.

48Pléh, Cs. (1998). Early spatial case markers in Hungarian children. In E.V. Clark (Ed.), The proceedings of the twenty-ninth annual child language research forum (pp. 211-219). Chicago, IL : Center for the Study of Language and Information.

49Pléh, Cs., Lukács, Á. & Racsmány, M. (2002). Residual normality and the issue of language profiles in Williams syndrome. Behavioral and Brain Sciences, 25, 766-767.

50Pléh, Cs., Vinkler, Zs. & Kálmán, L. (1997). Early morphology of spatial expressions in Hungarian children : A CHILDES study. Acta Linguistica Hungarica, 44 (1-2), 249-260.

51Racsmány, M., Lukács, A., Pléh, Cs. & Király, I. (2001). Some cognitive tools for word learning : The role of working memory and goal preference. Behavioral and Brain Sciences, 24, 1115-1117.

52Reiss, A.L., Eckert, M.A., Rose, F.E., Karchemskiy, A., Kesler, S., Chang, M., et al. (2004). An Experiment of nature : Brain anatomy parallels cognition and behavior in Williams Syndrome. Journal of Neuroscience, 24, 5009-5015.

53Slobin, D.I. (1973). Cognitive prerequisites for the development of grammar. In C.A. Ferguson & D.I. Slobin (Eds.), Studies of child language development (pp. 175-206). New York : Holt.

54Talmy, L. (2000). Toward a cognitive semantics. Cambridge, MA : MIT Press.

Notes

1 La majeure partie des recherches rapportées ici ont été menées en collaboration avec Ágnes Lukács, Ildikó Király et Mihály Racsmány, ainsi qu’avec l’aide d’Ilona Kovács pour les interprétations théoriques. Ces études sont actuellement subventionnées par l’OTKA (Fondation Nationale Hongroise pour les sciences) subvention n° TS 049840.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Configurations classiques utilisées dans le paradigme des marqueurs spatiaux artificiels
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure 2. Préférence pour la cible obtenue aussi avec des marqueurs spatiaux artificiels
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 3. Limitations de l’empan de la mémoire de travail spatiale chez les sujets atteints du syndrome de Williams
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 4. Limitations de la morphologie spatiale comparée à d’autres aspects de la morphologie chez les sujets atteints du syndrome de Williams
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figures 5. Les sources présentent de grosses difficultés aux sujets atteints du syndrome de Williams lors de la production de postpositions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 6. Performance des groupes WS et VC par types de trajectoires
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540