Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprentissage des langues

 | 
Michèle Kail
, 
Michel Fayol
, 
Maya Hickmann

I. L’acquisition du langage

3. Initialiser l’acquisition précoce du langage

Anne Christophe, Séverine Millotte et Savita Bernal

Texte intégral

1Les enfants qui apprennent leur langue maternelle font face à une tâche difficile : ils doivent acquérir la phonologie de cette langue, construire leur lexique, et découvrir les règles syntaxiques qui agencent les mots dans les phrases. L’apprentissage de chacune de ces composantes pourrait être facilité si l’on suppose des connaissances préalables au niveau des autres composantes : par exemple, puisque la syntaxe définit les relations entre les mots dans les phrases, il semble logique de supposer que les enfants devraient avoir accès aux mots et à leur signification pour pouvoir apprendre la syntaxe de leur langue maternelle. Réciproquement, découvrir le sens des mots pourrait être facilité si les enfants avaient accès à certains aspects de la structure syntaxique des phrases (Gillette, Gleitman, Gleitman & Lederer, 1999 ; Gleitman, 1990). Ces problèmes de circularité, ou problèmes d’initialisation, pourraient être en partie résolus si les enfants pouvaient apprendre certains aspects de la structure de leur langue maternelle grâce à une analyse purement phonologique, de bas niveau, du signal de parole auquel ils sont exposés (hypothèse d’initialisation phonologique, Morgan & Demuth, 1996).

2Dans ce chapitre, nous allons nous centrer sur le début de l’acquisition du langage, et plus spécifiquement sur l’acquisition de la syntaxe. Nous examinerons plus particulièrement le rôle de deux sources d’information qui sont directement accessibles dans le signal de parole et auxquelles les enfants ont très rapidement accès : la prosodie des phrases et les mots grammaticaux.

3La prosodie peut être définie comme le rythme et la mélodie des phrases. L’hypothèse d’initialisation prosodique postule que les enfants pourraient utiliser les caractéristiques prosodiques des phrases pour apprendre certains aspects de leur langue maternelle, et en particulier sa syntaxe (Christophe, Guasti, Nespor & van Ooyen, 2003 ; Gleitman & Wanner, 1982 ; Morgan, 1986). Nous nous sommes intéressées à des unités prosodiques de taille intermédiaire, les groupes phonologiques : ce sont des unités qui dépendent fortement de la structure syntaxique des phrases, et qui contiennent typiquement un ou deux mots de contenu, plus les mots grammaticaux qui leur sont associés (Nespor & Vogel, 1986). Les groupes phonologiques sont typiquement marqués par un allongement final et un renforcement du phonème initial ; on trouve généralement un seul contour intonatif par groupe phonologique, avec une discontinuité possible de la courbe de fréquence fondamentale à la frontière entre deux unités (voir Shattuck-Hufnagel & Turk, 1996, pour une revue détaillée).

Modèle d’acquisition par le nourrisson et du traitement par le locuteur adulte (premières étapes de la perception de la parole).

4La seconde source d’informations concerne les mots grammaticaux, c’est-à-dire les articles, pronoms, auxiliaires... Les enfants pourraient les découvrir relativement aisément dans le signal de parole, car ce sont des syllabes extrêmement fréquentes qui apparaissent généralement en bordure d’unités prosodiques. Ces mots grammaticaux ont aussi des caractéristiques acoustiques, phonologiques et statistiques qui pourraient être utilisées par les enfants pour les extraire des phrases et les différencier des mots de contenu (Shi, Morgan & Allopenna, 1998).

5Ces deux sources d’informations peuvent être intégrées dans un modèle d’acquisition du langage : la première caractéristique importante de ce modèle est que les enfants pourraient construire, à partir du signal acoustique, une représentation prélexicale (sous forme de syllabes par exemple) segmentée en unités prosodiques. Les frontières prosodiques pourraient être directement utilisées pour guider l’analyse syntaxique des phrases (nous aborderons cette question dans la première partie de ce chapitre). Dans cette représentation prélexicale, les syllabes les plus fréquentes situées aux bords des unités prosodiques pourraient être extraites du signal et intégrées dans un lexique des mots grammaticaux. Ce lexique spécial pourrait lui aussi informer le traitement syntaxique des phrases (ce que nous verrons dans la deuxième partie de ce chapitre). Notre hypothèse de recherche sur l’acquisition de la syntaxe est que les enfants pourraient construire une première ébauche de la structure syntaxique des phrases qu’ils entendent en utilisant à la fois les indices prosodiques et les mots grammaticaux : les frontières prosodiques seraient utilisées pour placer les frontières des constituants syntaxiques, tandis que les mots grammaticaux permettraient d’identifier la nature de ces unités syntaxiques. Si l’on prend par exemple la phrase « le petit garçon a mangé une pomme », l’enfant pourrait élaborer une représentation syntaxique initiale de forme [le xxx]GN [a xx]GV [une x]GN , dans laquelle les frontières syntaxiques seraient données par la prosodie et où la nature des unités syntaxiques (groupe nominal, groupe verbal) serait donnée par les mots grammaticaux situés au début des unités prosodiques. Cette structure syntaxique initiale pourrait être construite même sans connaître les mots de contenu qui composent la phrase (dans notre exemple, les mots sont simplement représentés sous forme de syllabes, représentées par des x). Cette hypothèse sera développée dans la troisième partie de ce chapitre.

La prosodie des phrases contraint l’analyse syntaxique des phrases

6Les frontières de groupes phonologiques correspondent typiquement à des frontières de constituants syntaxiques ; il semble donc logique de supposer qu’elles pourraient être utilisées (par les enfants, mais aussi par les adultes) pour contraindre l’analyse syntaxique des phrases. Pour tester cette hypothèse, nous avons créé des phrases françaises temporairement ambiguës, en utilisant des homophones qui appartenaient à des catégories syntaxiques différentes, comme dans : Phrase Adjectif : « [le petit chien mort] [sera enterré] [demain]... » Phrase Verbe : « [le petit chien] [mord la laisse] [qui le retient]... »

7Ces paires de phrases ont d’abord été enregistrées par une locutrice experte qui essayait de marquer clairement les frontières de groupes phonologiques, puis par des locuteurs naïfs qui n’étaient pas conscients du problème d’ambiguïté testé. Ces phrases ont ensuite été coupées à la fin du mot ambigu, et présentées à des adultes français dans une tâche de complétion de phrases (les sujets entendaient le début des phrases et devaient les compléter à l’écrit). Les résultats sont indiqués dans la figure 2.

8Nous avons observé que les participants arrivaient à distinguer le début de ces paires de phrases qui ne se différenciaient pourtant que par leurs structures prosodique et syntaxique : avant d’avoir accès à l’information lexicale désambiguïsante, ils ont donné significativement plus de réponses adjectif aux phrases adjectif qu’aux phrases verbe, et vice-versa pour les réponses verbe. Ce résultat a été mis en évidence, que les locuteurs soient experts et conscients du problème d’ambiguïté (partie gauche du graphique) ou complètement naïfs (partie droite du graphique, voir Millotte, Wales & Christophe, 2007). Ces résultats ont aussi été répliqués dans une tâche de détection de mot mesurant le traitement syntaxique réalisé en temps réel (Millotte, René, Wales & Christophe, 2008). Ces expériences montrent donc que les frontières de groupes phonologiques sont produites spontanément, interprétées comme des frontières syntaxiques et utilisées pour guider l’analyse syntaxique des phrases.

Les mots grammaticaux informent sur la catégorie syntaxique des mots suivants

9Dans notre modèle d’acquisition syntaxique, la première étape consiste à identifier les frontières prosodiques et à les interpréter comme des frontières syntaxiques (hypothèse qui est parfaitement plausible au vu des résultats adultes obtenus dans les expériences précédentes). Les enfants doivent ensuite trouver la nature syntaxique de ces unités : pour ce faire, nous faisons l’hypothèse que les enfants peuvent utiliser la présence et la nature des mots grammaticaux, et inférer par exemple qu’une unité commençant par un article est un groupe nominal. Ceci suppose que les enfants doivent avoir identifié une liste des mots grammaticaux de leur langue (hypothèse soutenue par les résultats de différentes études, telles que Hallé, Durand & de Boysson-Bardies, 2008 ; Shady, 1996 ; Shafer, Shucard, Shucard & Gerken, 1998 ; Shi, Werker & Cutler, 2006) ; mais les enfants doivent aussi avoir appris la corrélation existant entre telle catégorie de mots grammaticaux et telle catégorie syntaxique (par exemple entre un article et un nom, et entre un pronom et un verbe). Pour tester cette hypothèse, nous avons exploité le fait que les noms tendent à représenter des objets, alors que les verbes tendent à représenter des actions. Nous avons utilisé une tâche d’apprentissage de nouveaux mots auprès d’enfants de 23 mois : on leur présentait des vidéos mettant en scène un objet (par exemple, une pomme) qui réalisait une action (par exemple, tourner sur soi). Face à cette vidéo, les enfants de la condition Verbe apprenaient un verbe nouveau en entendant des phrases telles que « Regarde, elle dase ! ». Pour tester leur compréhension, on présentait ensuite aux enfants deux images de l’objet familier (la pomme), l’une avec l’action présentée en familiarisation (tourner sur soi), l’autre avec une action nouvelle (rebondir). Les enfants devaient pointer vers une image après avoir entendu la consigne « Montre-moi celle qui dase ! ».

Résultats d’une tâche de complétion dans laquelle les participants écoutaient le début de phrases ambiguës, coupées juste après la fin du mot ambigu. Les sujets ont donné plus d’interprétations adjectif lorsqu’ils écoutaient le début d’une phrase adjectif, et plus de réponses verbes pour les phrases verbes. Les mêmes résultats sont obtenus lorsque les phrases ambiguës ont été produites par des locuteurs naïfs (barres de droite ; figure adaptée de Millotte et al., 2007).

Résultats d’une expérience d’apprentissage de mot nouveau avec 32 nourrissons français de 23 mois. Les nourrissons qui ont appris un nouveau verbe pointent significativement plus souvent vers l’action familière, tandis que ceux qui ont appris un nouveau nom pointent significativement plus vers l’action nouvelle (préférence classique pour la nouveauté, en l’absence de contrainte linguistique ; figure adaptée de Bernal, Lidz, Millotte & Christophe, 2007).

10Les résultats indiqués dans la Figure 3 montrent que les enfants de 23 mois qui ont appris un nouveau verbe dans la phase de familiarisation, pointent ensuite plus souvent vers l’image de l’action familière que vers l’image de l’action nouvelle. Pour être sûr que ce comportement reflétait bien une analyse syntaxique des phrases (c’est-à-dire l’utilisation d’un pronom pour inférer que le mot suivant est un verbe et se rapporte à une action) plutôt qu’une tendance à choisir l’image familière, nous avons familiarisé un autre groupe d’enfants avec un nom nouveau (face aux mêmes vidéos) en lui faisant entendre « Regarde la dase ! ». Les enfants de la condition Nom entendaient ensuite la consigne « Montre-moi la dase ! », c’est-à-dire une question idiote puisque les deux objets présentés en test étaient identiques (même s’ils faisaient une action différente). Dans cette situation, contrairement aux enfants de la condition Verbe, les enfants ont pointé significativement plus souvent vers l’objet réalisant la nouvelle action (reflétant un effet classique de préférence pour la nouveauté).

11Ces résultats montrent que les enfants français de 23 mois sont donc capables d’utiliser les mots grammaticaux pour réaliser une analyse syntaxique de phrases courtes et pour inférer la catégorie syntaxique de mots de contenu inconnus, ainsi que leur possible signification (objet versus action).

Construire une première ébauche de la structure syntaxique des phrases avec les indices prosodiques et les mots grammaticaux

12Notre hypothèse de recherche est que les enfants pourraient utiliser conjointement les mots grammaticaux et les indices prosodiques pour élaborer une première représentation syntaxique des phrases qu’ils entendent. Pour tester la plausibilité de cette hypothèse, nous avons réalisé une expérience avec des adultes français devant analyser syntaxiquement des phrases présentées en « jabberwocky », dans lesquelles tous les mots de contenu sont remplacés par des non-mots alors que sont préservés les mots grammaticaux et les informations prosodiques. Les participants devaient identifier la catégorie syntaxique (nom ou verbe) de certains mots cibles. Nous avons utilisé deux conditions expérimentales : une dans laquelle le mot cible est immédiatement précédé par un mot grammatical (noms précédés par un article, verbes précédés par un pronom), et une autre dans laquelle les mots cibles n’étaient pas directement précédés par un mot grammatical, et où une analyse plus complexe mettant en jeu les informations prosodiques et les mots grammaticaux était nécessaire pour réaliser la tâche. Des exemples de phrases expérimentales sont indiqués ci-dessous (« bamoule » est le mot cible ; une traduction française possible pour chaque phrase en jabberwocky est indiquée) :

13Condition « mot grammatical adjacent »

14Cible Nom : « [une bamoule] [dri se froliter] [dagou] »

15(« une expo doit se dérouler demain »)

16Cible Verbe : « [tu bamoules] [saman ti] [à mon ada] »

17(« tu travailles souvent trop à mon avis »)

18Condition « mot grammatical et prosodie »

19Cible Nom : « [une cramona bamoule] [camiche dabou] »

20(« une formidable expo commence demain »)

21Cible Verbe :« [une cramona] [bamoule muche] [le mirtou] »

22(« une étudiante travaille mieux le matin »)

23Des adultes français devaient réaliser une tâche de détection de mot abstrait (cible définie avec sa catégorie syntaxique, comme par exemple détecter « bamouler » pour le verbe et « une bamoule » pour le nom). A chaque fois que les participants devaient détecter une cible verbe, ils devaient alors répondre aux phrases contenant cette cible verbe, et se retenir de répondre pour les phrases contenant la cible nom (et vice-versa pour la détection d’un nom).

24Les résultats présentés dans la Figure 4 indiquent que les participants ont été parfaitement capables d’utiliser la présence d’un mot grammatical pour inférer la catégorie syntaxique du non-mot suivant (condition « mot grammatical adjacent ») : dans 90 % des cas, un non-mot précédé d’un article a été interprété comme un nom, alors qu’il a été considéré comme un verbe quand il était précédé par un pronom. L’utilisation conjointe des mots grammaticaux et des indices prosodiques a également été informative (condition « mot grammatical + prosodie ») : quand une frontière de groupe phonologique était placée avant le non-mot cible (phrases verbe), les participants ont donné 90 % de réponses verbe (ils ont répondu au hasard pour les phrases nom dans lesquelles le non-mot cible n’était pas précédé par une frontière prosodique).

Résultats d’une tâche de détection de mots abstraits avec des phrases en jabberwocky : les sujets ont correctement identifié la catégorie syntaxique d’un mot de contenu inconnu qui était immédiatement précédé par un mot grammatical ; au contraire, lorsqu’il y avait un autre mot de contenu entre le mot grammatical et le mot-cible, les sujets avaient d’excellentes performances pour les phrases verbes, lorsque le mot-cible était immédiatement précédé par une frontière de groupe phonologique, mais pas pour les phrases nom (figure adaptée de Millotte, Wales, Dupoux & Christophe, 2006)

25Dans cette expérience, les mots grammaticaux et les frontières de groupe phonologique ont permis aux auditeurs de construire une ébauche de la structure syntaxique des phrases qu’ils entendaient, même en l’absence d’informations sur le sens des mots qu’elles contenaient. Pour interpréter correctement les phrases verbe comme « [une cramona] [bamoule...] », les participants ont utilisé les frontières de groupes phonologiques pour délimiter les constituants syntaxiques ; ils ont ensuite utilisé la présence du mot grammatical « une » pour inférer que le premier constituant était un groupe nominal ; le plus logique était que ce groupe nominal soit suivi par un groupe verbal, d’où une interprétation massive du non-mot cible « bamoule » comme un verbe.

Conclusion

26Pour résumer les données présentées dans ce chapitre, nous avons proposé que les enfants pouvaient commencer à acquérir la syntaxe de leur langue maternelle en centrant leur attention sur deux sources d’informations qui peuvent être disponibles très précocement, même sans avoir encore beaucoup de connaissances sur sa langue maternelle : la prosodie des phrases et les mots grammaticaux. Nous avons montré que les adultes pouvaient exploiter la présence des frontières de groupes phonologiques pour contraindre en temps réel leur analyse syntaxique des phrases (Millotte et al., 2008). Ces résultats confirment l’hypothèse que les auditeurs calculent une représentation prélexicale segmentée en unités prosodiques, et qu’ils utilisent cette représentation pour l’analyse syntaxique des phrases.

27Concernant les mots grammaticaux, plusieurs études ont montré que les jeunes enfants avaient des connaissances sur les mots grammaticaux de leur langue maternelle à la fin de leur première année de vie (Hallé al., 2008 ; Shady, 1996 ; Shafer et al., 1998 ; Shi et al., 2006), et nous avons montré qu’ils pouvaient les utiliser pour inférer la catégorie syntaxique des mots suivants dans leur deuxième année de vie (Bernal, Lidz, Millotte & Christophe, 2007 ; voir aussi Höhle, Weissenborn, Kiefer, Schulz & Schmitz, 2004).

28Finalement, nous avons proposé que les auditeurs (adultes comme enfants) pouvaient construire une première ébauche de la structure syntaxique des phrases qu’ils entendent en considérant conjointement les informations apportées par ces deux indices : les frontières prosodiques donneraient l’emplacement des frontières syntaxiques, et les mots grammaticaux permettraient de trouver la nature de ces unités syntaxiques. Cette hypothèse est validée par les résultats obtenus dans notre dernière expérience.

29Les enfants de 18 mois semblent être dans une situation similaire à celle qu’ont vécue les participants de notre expérience en jabberwocky : ils ont accès aux mots grammaticaux de leur langue maternelle et sont sensibles aux indices prosodiques de groupes phonologiques. Ils devraient dont être capables de réaliser une analyse syntaxique des phrases similaire à celle qu’ont réalisée les adultes. Bien entendu, cette hypothèse doit maintenant être vérifiée expérimentalement auprès de jeunes enfants.

Bibliographie

Références

Bernal, S., Lidz, J., Millotte, S. & Christophe, A. (2007). Syntax constrains the acquisition of verb meaning. Language Learning and Development, 3, 325-341.

Christophe, A., Nespor, M., Guasti, M.T. & van Ooyen, B. (2003). Prosodic structure and syntactic acquisition : The case of the head-complement parameter. Developmental Science, 6, 213-222.

Gillette, J., Gleitman, H., Gleitman, L. & Lederer, A. (1999). Human simulations of vocabulary learning. Cognition, 73, 165-176.

Gleitman, L. (1990). The structural sources of verb meanings. Language Acquisition, 1, 3-55.

Gleitman, L. & Wanner, E. (1982). The state of the state of the art. In E. Wanner & L. Gleitman (Eds.), Language acquisition : The state of the art (pp. 3-48). Cambridge UK : Cambridge University Press.

Hallé, P., Durand, C. & de Boysson-Bardies, B. (2008). Do 11-month-old French infants process articles ? Language and Speech, 51, 45-66.

Höhle, B., Weissenborn, J., Kiefer, D., Schulz, A. & Schmitz, M. (2004). Functional elements in infants’speech processing : The role of determiners in the syntactic categorization of lexical elements. Infancy, 5, 341-353.

Millotte, S., René, A., Wales, R. & Christophe, A. (2008). Phonological phrase boundaries constrain the on-line syntactic analysis of spoken sentences. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 34 (4), 874-885.

Millotte, S., Wales, R., & Christophe, A. (2007). Phrasal prosody disambiguates syntax. Language and Cognitive Processes, 22, 898-909.

Millotte, S., Wales, R. Dupoux, E. & Christophe, A. (2006). Can prosodic cues and function words guide styntactic processing and aquisition ? In R. Hoffmann & H. Mixdorff (Eds.), Speech prosody : Third International Conference (Studientexte zur Sprachkommunikation ed., vol. 40). Dresden, TUD Press.

Morgan, J.L. (1986). From simple input to complex grammar. Cambridge Mass : MIT Press.

Morgan, J.L. & Demuth, K. (1996). Signal to syntax : An overview. In J.L. Morgan & K. Demuth (Eds.), Signal to syntax : Bootstrapping from speech to grammar in early acquisition (pp. 1-22). Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Nespor, M. & Vogel, I. (1986). Prosodic phonology. Dordrecht : Foris.

Shady, M. (1996). Infant’s sensitivity to function morphemes. Unpublished PhD Thesis, State University of New York, Buffalo.

Shafer, V.L., Shucard, D.W., Shucard, J.L. & Gerken, L. (1998). An electro-physiological study of infants’sensitivity to the sound patterns of English speech. Journal of Speech, Language and Hearing Research, 41, 874-886.

Shattuck-Hufnagel, S. & Turk, A.E. (1996). A prosody tutorial for investigators of auditory sentence processing. Journal of Psycholinguistic Research, 25, 193-247.

Shi, R., Morgan, J.L. & Allopenna, P. (1998). Phonological and acoustic bases for earliest grammatical category assignment : A cross-linguistic perspective. Journal of Child Language, 25, 169-201.

Shi, R., Werker, J., & Cutler, A. (2006). Recognition and representation of function words in English-learning infants. Infancy, 10, 187-198.

Table des illustrations

Légende Figure 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Figure 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 4.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540