Version classiqueVersion mobile

L’Armée française et les États du Levant

 | 
Maurice Albord

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« À Carlton Garden », raconte J. R. Tournoux, un capitaine ne cache pas son désaccord, après la proclamation de l’indépendance de la Syrie et du Liban : « De Gaulle est un bradeur1. » Que n’aura-t-on entendu cette interjection, depuis 1936, dans la bouche des militaires et aussi de Français de tous bords sur ce sujet.

En 1920, il semblait alors que le Mandat n’était pas l’administration directe. Clemenceau avait reconnu à l’émir Fayçal, par l’accord du 6 janvier 1920, un droit d’autorité sur toute l’étendue de la Syrie. C’est Millerand, aidé par les intrigues de De Caix, qui va permettre à l’armée commandée par le général Gouraud de détruire l’unité du Levant, son indépendance et mettre en cause sa personnalité. Et ce, face à une opposition syrienne à toute autorité de la France. C’est par moment par la lutte armée, c’est par instant par refus politique que les élites syriennes vont marquer avec l’appui des populations des villes et des étudiants, durant vingt-cinq ans, leur irréduct...

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search