Version classiqueVersion mobile

L’Armée française et les États du Levant

 | 
Maurice Albord

Chapitre V. L’échec de la France au Levant : 1945

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin de 1944, les positions françaises et syriennes sont figées. Les Français dont le pouvoir a repris possession de Paris semblent déterminés à rétablir la puissance française dans l’ensemble de l’Empire. Les Syriens ne veulent signer des engagements marquant une prééminence française, ce à quoi le mandat les contraint. Ils ont les pays arabes pour les soutenir dans cette attitude, avec en arrière fond l’URSS et les Etats-Unis et même la Chine. Dans une lettre de Mardam bey à Eden, il est précisé que les Syriens ont la ferme volonté « de maintenir une égalité complète dans leurs relations avec toutes les puissances étrangères. Nous ne pouvons pas tolérer que l’armée soit entre des mains étrangères et soit employée comme moyen de pression, pour obtenir une position que ni le Parlement syrien, ni le peuple syrien ne veulent concéder ».

A – MISE EN PLACE DES ANTAGONISMES

Stanislas Ostrorog, le plénipotentiaire français itinérant, chargé des problèmes du Moyen-Orient, rencontre le 7 ...

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search