Version classiqueVersion mobile

Carl Menger entre Aristote et Hayek

 | 
Gilles Campagnolo

Chapitre III. Carl Menger dans la « Querelle des Méthodes »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Faire de l’économie science exacte

Avec les Principes d’économie politique de 1871, Menger avait donné sa théorie économique « pure ». Il entendait commencer à constituer une « économie théorique générale » (allgemeine theoretische Wirtschaftslehre).

Menger voulait faire de l’économie politique une science moderne au même titre que les sciences de la nature, véritablement théorique, pouvant prétendre à une portée et une validité générales par des relations typiques qu’elle rend manifestes entre les phénomènes.

Cette volonté de réforme de la pensée économique fut le véritable enjeu du Methodenstreit, la « Querelle des méthodes ». Menger s’y trouva engagé durant deux décennies suite à la parution de ses Principes reçus peu favorablement dans l’Université allemande. Les économistes allemands de l’École historique « jeune », sous la houlette de Schmoller, parlaient, eux aussi, de « réforme ». Ils n’avaient même, ironisait Menger, que ce mot à la bouche alors qu’ils répétaient les mêmes err...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search