Version classiqueVersion mobile

L’Armée française et les États du Levant

 | 
Maurice Albord

Chapitre III. La période des deux Frances au Levant 1940-1941

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La crise résultant de l’armistice commençait à s’estomper lorsque fut connue l’arrivée de la sous-commission italienne d’armistice. On avait pu tout craindre à l’annonce de la défaite. Or, en dehors des états d’âme militaires et des querelles internes entre responsables nationalistes, le Levant restait étonnament calme. La mise en place du TOMO, depuis un an, avait fait couler un pactole dans tout le pays. On n’avait jamais tant vu d’étrangers pourvus d’argent à héberger, à ravitailler, à distraire. L’humiliation infligée aux Français par la défaite et l’armistice, est peu perceptible dans les villages isolés et sous les tentes. Seuls les citadins savent et en prennent leur parti. L’expérience du passé a appris au Levant à ne pas trop se mêler de conflits qui risquaient de se vider sur leur territoire.

Cette sous-commission italienne était composée du général de Giorgis, président, de 3 officiers, 3 sous-officiers et 5 secrétaires. Elle sera complétée en novembre 1940 par l’adjonctio...

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search