Version classiqueVersion mobile

Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge

 | 
Panayota Volti

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude, nous constatons que l’évaluation du faciès architectural et de l’insertion urbaine des complexes mendiants est indissociable du contenu et des processus de transmission de la spiritualité propre aux ordres. Car, à la fin du Moyen Âge, la religion et a fortiori la spiritualité que celle-ci véhiculait influaient de manière totalisante sur l’ensemble des composantes et des expressions de la vie quotidienne, tant dans les villes que dans la campagne. Les Mendiants, observateurs attentifs de leur entourage et intervenants dynamiques dans les manifestations qui l’animaient, ont su faire de leurs établissements la matérialisation symbolique d’un modèle de foi et le contrepoint édilitaire et topographique de l’intégration active et incisive des communautés dans leur milieu.

2La première étape vers cet objectif fut accomplie grâce au respect inventif dont la conception des couvents a fait preuve à l’égard des prescriptions édilitaires capitulaires. Outre l’adaptation de ces dernières à l’évolution et aux nouveaux besoins des ordres, les communautés elles-mêmes ont en effet su opérer une assimilation savante (pour des raisons notamment d’économie du chantier) aux contingences tectoniques et architecturales de la localité d’accueil. Ainsi, les établissements de la région que nous étudions tissaient entre eux (grâce à une recherche de similitude structurelle, esthétique et fonctionnelle) un réseau monumental à la fois intérieurement cohérent et syntone avec son entourage édilitaire urbain. De surcroît, cette fréquente recherche d’une redondance structurelle et esthétique entre les couvents établis dans la même ville érigeait ceux-ci en points de repère – à la fois individuels et complémentaires – du même modèle spirituel (et architectural).

  • 1 Au sujet de la présence et de l’impact des quartiers canoniaux dans la ville, voir Esquieu, Y., Qua (...)

3De par leurs dimensions et leur emplacement dans les secteurs urbains importants et sensibles, les complexes en devenaient des composantes dynamiques, des cellules évolutives qui conditionnaient à long terme leur environnement. La recherche de fonctionnalité de toutes les parties des ensembles conventuels imposait en effet une disposition calculée de édifices, de manière que ceux-ci puissent être aisément accessibles de l’intérieur mais aussi desservis de l’extérieur. Ainsi, s’instaurait une interaction entre toutes les parties des complexes et leur entourage urbain, amplifiée par la possibilité des fidèles de fréquenter non seulement l’église mais d’investir également (voir s’approprier en certaines occasions) les édifices conventuels. Cette transformation, pour ainsi dire, des couvents en édifices « publics » les soumettait au même rythme d’évolution architecturale et topographique que le reste du bâti urbain. Rares sont les complexes qui n’ont point évolué dès leur fondation. Dans la majorité des cas, les réaménagements édilitaires s’adaptaient aux besoins croissants d’accueil des fidèles, à l’augmentation des effectifs ou à l’élargissement des activités spirituelles et/ou intellectuelles de la communauté. Ainsi, les complexes tant masculins que féminins ont réalisé une sorte de mutation progressive, délibérément au diapason du développement urbain. À cet égard, malgré leur apparente similitude d’insertion directe dans le parcellaire urbain, nous pouvons situer les complexes mendiants aux antipodes des quartiers canoniaux. Ces derniers constituaient en effet des véritables territoires juridictionnels dans les villes. Malgré l’absence fréquente de clôture les délimitant, ils étaient dissociés de la vie urbaine quotidienne soulignant d’ailleurs volontiers leur suprématie au moyen de partis pris architecturaux un tant soit peu opulents1.

  • 2 Voir Benevolo, L., La Ville dans l’histoire européenne, Paris, 1993, p. 105-107.
  • 3 Voir sur ce sujet Nicholas, D., The Later Medieval City 1300-1500, Londres-New York, 1997, p. 13.
  • 4 Marot, P., « Sceau des Cordeliers et des Clarisses de Neufchâteau en Lorraine », R.H.F., 1924, 3, p (...)
  • 5 Cette information, contenue jadis dans les comptes de la ville aujourd’hui disparus, est rapportée (...)

4Étant donné leur ampleur, leur besoin aigu de fonctionnalité et leur impact (effectif et symbolique) sur le parcellaire, les couvents mendiants ont souvent été à l’origine de nouveaux modes de mise en œuvre constructive et d’aménagement topographique du terrain. À partir de la fin du xive siècle se trouvera concrétisé un nouveau visage urbain, ancré dans l’imaginaire collectif qui assimilait souvent le paysage monumental et le paysage mental2, voire spirituel. Étant donné leur emprise considérable sur les manifestations dévotionnelles et collectives des fidèles, les couvents sont devenus naturellement des édifices hautement représentatifs de cette tendance. Par ailleurs, l’indispensable présence d’espaces naturels d’« aération » dans les complexes (consistant en jardins cultivés ou en parterres aménagés) correspondait au développement, dans la conscience urbaine de la fin du Moyen Âge, de la notion et du besoin d’espaces publics ouverts3. À cet égard, la présence mendiante a concouru de façon déterminante au remodelage du paysage des villes et, a fortiori, à la genèse de la ville moderne. Il n’est sans doute pas fortuit que, sur le sceau des gardiens Franciscains neufchâtelois, figurait un frère prosterné devant la Vierge à l’enfant et entouré de deux tours héraldiques, qui étaient le symbole officiel de la ville de Neufchâteau4, à laquelle donc le supérieur franciscain et, par extension, son couvent se présentaient intimement associés. Le rattachement volontaire et actif des complexes aux destinées urbaines était sans doute ressenti et encouragé par les autorités communales : celles-ci, le cas échéant, concouraient à l’image des établissements, notamment lors de certaines occasions solennelles qui « exposaient » les religieux aux représentants du clergé séculier. En 1477, les magistrats yprois financèrent et confièrent au peintre verrier de la ville Pauwels Cryket la restauration des verrières du réfectoire des Franciscains qui allait accueillir le consistoire de la cour spirituelle de Thérouanne5.

  • 6 Cette tendance, particulièrement accentuée dans les villes flamandes, est analysée par Nicholas, D. (...)

5Il importe de souligner que la concordance entre l’étendue du réseau de l’influence mendiante et le développement des intérêts urbains ne se limitait point à l’intérieur des villes. Dans notre région, les communautés ont fait preuve d’une nette tendance à se rapprocher du centre urbain sans pour autant se dissocier des zones périurbaines et de la périphérie rurale. Ainsi, l’implantation extra-muros de certains couvents, les contacts entretenus avec les enclos primitifs situés à l’extérieur de l’enceinte, l’organisation des prédications de manière à couvrir un large rayon autour des pôles urbains, étaient en correspondance avec les investissements tant fonciers qu’industriels opérés à la fin du Moyen Âge par les détenteurs du pouvoir communal et économique dans les campagnes voisines6. Bien que les Mendiants ne se soient pas effectivement associés à ces spéculations, ils y ont indirectement contribué, au moyen notamment de la constitution d’une infrastructure paroissiale.

  • 7 Nous renvoyons à cet égard aux nombreuses approches de la question proposées dans Religion et socié (...)
  • 8 Rappellons à cet égard la chapelle des Morts aménagée dans l’église dominicaine de Metz et destinée (...)
  • 9 Sur ce sujet, la carence documentaire ne permet guère une étude systématique pour notre région. Nou (...)
  • 10 Voir Chiffoleau, J., La Comptabilité et l’au-delà. Les Hommes, la mort et la religion dans la régio (...)

6Si le cadre urbain suscitait, un tant soit peu, des modalités spécifiques de religiosité7, les Mendiants ont su répondre à ces besoins. Les communautés ont structuré et diffusé de nouvelles formes de ritualisation dévotionnelle, et proposaient leur propre vie et leurs activités comme modèle opératoire. Par conséquent, les couvents devinrent les vecteurs spatiaux de pratiques spirituelles auxquelles aspirait la société citadine du Moyen Âge tardif en vue de l’obtention du salut. Étant donné que l’espoir de la rédemption était indissociable de la mort même, l’organisation des sépultures dans les couvents, de manière à assimiler presque les fidèles aux religieux8, offrait un moyen d’appartenance à une communauté spirituelle indépendante des clivages sociaux et familiaux traditionnels9. Cela correspondait parfaitement à la composition de la société urbaine de la fin du Moyen Âge, marquée par un pourcentage élevé d’étrangers, de citadins par exogamie ou de personnes « de passage » dont la translation post mortem au lieu d’origine était problématique10.

7Les affinités et la concordance entre la pastorale mendiante et les attentes spirituelles de la société médiévale, ainsi que la familiarisation des fidèles avec les édifices conventuels, créaient pour ces derniers un solide ancrage dans le paysage monumental urbain et suburbain. De surcroît la simplicité structurelle et constructive des couvents de notre région en a fait des modèles architecturaux fonctionnels, de mise en œuvre aisée et peu coûteuse. Étant donné que ces qualités caractérisaient tant les églises que les bâtiments conventuels, le modèle architectural mendiant fut diffusé, adapté et reproduit dans le cadre aussi bien des édifices ecclésiaux que de l’habitat civil.

  • 11 Au sujet de la diversité des modalités d’implantation mendiante, nous pouvons citer deux exemples c (...)

8Il serait sans doute intéressant de pouvoir procéder à une comparaison avec d’autres ensembles régionaux mendiants à échelle internationale. Mais l’absence d’études comportant une analyse conjointe de l’architecture, de la topographie et du fonctionnement urbain des quatre principaux ordres rend cette démarche malaisée. Il reste que l’approche ainsi élargie des modalités d’intégration des communautés dans les différentes sociétés citadines, ainsi que l’impact de ce processus sur la configuration et l’organisation conventuelles, pourraient permettre de mieux cerner la dimension universelle et les reliefs humain et édilitaire du paysage conventuel à la fin du Moyen Âge11.

  • 12 En s’identifiant à l’exemple apostolique, modèle de pauvreté par excellence, les frères ont probabl (...)
  • 13 Pour une approche succincte de ce sujet, voir Vermeersch, V. (dir.), Bruges et l’Europe, Anvers, 19 (...)

9Quant à certaines projections (dont l’analyse systématique dépasse le cadre de notre recherche) suggérées par la présence architecturale mendiante dans le milieu urbain, nous avons constaté que, dans la région étudiée tout du moins, il existait une remarquable analogie entre les édifices sacrés des béguinages et les églises conventuelles. Étant donné l’ascendant spirituel des religieux sur les mulieres religiosae et leur association effective dans les pratiques dévotionnelles urbaines, il est probable que les Mendiants exerçaient un contrôle édilitaire sur les églises béguinales, tout autant que sur la disposition topographique et le fonctionnement des demeures des femmes dévotes. La pénurie documentaire et la destruction de nombre de béguinages rendrait toutefois cette recherche particulièrement ardue. Nous avons aussi détecté la volonté de certaines communautés de diffuser, parallèlement à leur parole, une iconographie mendiante éloquente ayant pu fonctionner comme une « propagande ». Citons le cas des Dominicains gantois qui, à l’occasion d’une réunion du clergé flamand en 1376 dans leur réfectoire, y ont fait exécuter une fresque monumentale représentant la Cène mais dont les protagonistes étaient saint Dominique et ses disciples. Le message, destiné sans doute aux ecclésiastiques, était explicite et consolidait le caractère apostolique de l’action mendiante, que les religieux ne manquaient pas de souligner12. Dans ce même registre de mise en exergue de l’image et de l’activité mendiantes s’inscrit manifestement l’essor de la production des psautiers enluminés à Bruges à partir du milieu du xiiie siècle13. L’augmentation de la demande était sans doute en corrélation avec le renouveau spirituel sous la houlette des religieux : car ceux-ci figuraient sur de nombreuses miniatures à pleine page représentant des scènes de prédication.

10Il est donc évident que l’impact de l’implantation mendiante dans la région septentrionale française et flamande ne peut être évalué uniquement par la configuration architecturale et l’organisation topographique des couvents. Du moins, la focalisation que nous avons ici effectuée sur ces derniers aspects nous a permis d’en dégager la véritable dimension historique. Cadrés de l’action pastorale et de l’exemple de vie des religieux, ces ensembles apparaissent comme des modèles édilitaires fonctionnels, compréhensibles et appropriables. Mais davantage encore, ils s’avèrent avoir constitué des pôles absolument majeurs dont la longévité, et a fortiori l’institutionnalisation urbaine, n’étaient guère imposées par les communautés, mais bien plutôt suscitées et consacrées par l’attachement spontané des fidèles.

Notes

1 Au sujet de la présence et de l’impact des quartiers canoniaux dans la ville, voir Esquieu, Y., Quartier cathédral. Une cité dans la ville, Paris, 1994. À propos de leur « ostentantion » architecturale, voir id., ibid., notamment p. 63.

2 Voir Benevolo, L., La Ville dans l’histoire européenne, Paris, 1993, p. 105-107.

3 Voir sur ce sujet Nicholas, D., The Later Medieval City 1300-1500, Londres-New York, 1997, p. 13.

4 Marot, P., « Sceau des Cordeliers et des Clarisses de Neufchâteau en Lorraine », R.H.F., 1924, 3, p. 364-367.

5 Cette information, contenue jadis dans les comptes de la ville aujourd’hui disparus, est rapportée par Vandenpeereboom, A., Les frères Mineurs franciscains..., op. cit., p. 32.

6 Cette tendance, particulièrement accentuée dans les villes flamandes, est analysée par Nicholas, D., The Later Medieval City, 1300-1500, op. cit., p. 87-95.

7 Nous renvoyons à cet égard aux nombreuses approches de la question proposées dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, Paris, 2000.

8 Rappellons à cet égard la chapelle des Morts aménagée dans l’église dominicaine de Metz et destinée aux défunts laïcs.

9 Sur ce sujet, la carence documentaire ne permet guère une étude systématique pour notre région. Nous renvoyons donc à l’exemple caractéristique du cimetière dominicain de Bologne, dont l’organisation (qui reflète la proposition aux fidèles d’une nouvelle autonomie par rapport aux usages funéraires familiaux) est étudiée par Gaulin, J.-L., « Le cimetière du couvent Saint-Dominique de Bologne au xiiie siècle », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, op. cit., p. 283-299.

10 Voir Chiffoleau, J., La Comptabilité et l’au-delà. Les Hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320-vers 1480), Rome, 1980, p. 298.

11 Au sujet de la diversité des modalités d’implantation mendiante, nous pouvons citer deux exemples caractéristiques. Dans le domaine de l’architecture, l’ouvrage de Manso Porto, C.,Arte Gotico en Galicia  : Los Dominicos, La Coruna, 1993, démontre que les couvents dominicains médiévaux du nord-ouest de l’Espagne n’étaient point soumis à la simplicité structurelle et à l’épuration formelle prescrites par l’ordre. Quant à l’intégration des ordres dans le cadre urbain (réussie et dynamique dans des nombreux pays) l’étude de De Cevins, M.-M., « Moines et mendiants dans les villes hongroises », R.M., n.s., 1998, 9, t. 70, p. 107-122, introduit une nuance significative. En effet, dans les villes médiévales hongroises, les Mendiants n’ont pas toujours réussi de s’imposer ni d’attirer la dévotion et les faveurs des citadins.

12 En s’identifiant à l’exemple apostolique, modèle de pauvreté par excellence, les frères ont probablement voulu mettre l’accent sur leur différence avec les ecclésiastiques qui, dans le cadre urbain de la fin du Moyen Âge, étaient systématiquement assimilés aux nobles. Au sujet de la dimension sociale du clergé urbain, voir Dutour, Th., « Les ecclésiastiques et la société laïque en ville. Le cas de Dijon à la fin du Moyen Âge », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, op. cit., p. 81-94.

13 Pour une approche succincte de ce sujet, voir Vermeersch, V. (dir.), Bruges et l’Europe, Anvers, 1992, p. 231.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search