Version classiqueVersion mobile

L’Armée française et les États du Levant

 | 
Maurice Albord

Introduction. L’établissement de la France au Moyen-Orient

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Levant dont rêvent les poètes, les écrivains et les archéologues, c’est principalement la Syrie ; le Liban, lui, est une construction politique résultant de l’âpreté des nations européennes à accélérer le déclin de l’Empire turc. En 1860, du fait de massacres de Chrétiens sur le territoire syrien, l’armée française fut chargée de remettre de l’ordre au Levant. Mais c’est aussi depuis l’expédition d’Égypte, un des lieux de rivalité franco-anglaise. Le 8 avril 1904, Freycinet a bien abandonné l’Egypte à l’Angleterre, lui laissant la libre route des Indes par le canal de Suez : la route maritime. La route par terre utilisait Bassora et Bagdad mais aussi Damas, Alep et Beyrouth.

La Commission internationale Syrie mit sur pied, en 1864, un « Règlement organique du Liban ». Ce document instituait le Liban province autonome de l’Empire turc administrée par un gouverneur turc chrétien, nommé par Constantinople, avec l’approbation des puissances signataires (Autriche, Angleterre, France, P...

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search