Version classiqueVersion mobile

Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge

 | 
Panayota Volti

Chapitre V. Macrotopographie : l’espace conventuel dans la ville

Texte intégral

1Outre par les critères relevant de la topographie naturelle, le choix de l’emplacement des enclos mendiants dans le milieu urbain était conditionné, de manière déterminante, par certains paramètres indispensables pour la vie des couvents, ainsi que pour la pratique et, a fortiori, pour la réussite de la mission apostolique des frères. Cela impliquait l’installation des communautés dans les secteurs de la ville qui, par leur profil monumental, leurs activités et la composition de leur population, offraient d’emblée des appuis à la pastorale ; celle-ci était de plus souvent étayée par des contacts avec les zones périurbaines, ce qui contribuait à l’élargissement de l’impact mendiant par le biais, parfois, d’un véritable réseau de relations régionales. Pour le domaine géographique que nous étudions, nous examinerons les différents processus et les diverses mises en œuvre de l’installation urbaine des religieux, ainsi que le rejaillissement de la présence des couvents sur le visage même des villes d’accueil. Les sources sur lesquelles nous fonderons notre enquête consistent tant en des relations historiques qu’en des cartes et plans : ceux-ci datent de la période post-médiévale, mais leur apport pour la période qui nous intéresse demeure fondamental.

L’insertion dans le tissu urbain

Les critères de choix et les lieux de prédilection

Paramètres urbains

  • 1 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)
  • 2 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 382.
  • 3 Metz médiéval : mises au jour, mise à jour, Metz, 1996, p. 19-21.
  • 4 Cailleaux, D., « L’implantation des frères Mineurs dans le diocèse de Sens au xiiie siècle », dans (...)

2Conscient de l’importance du profil urbain pour la réussite de l’implantation mendiante, Bonaventura de Bagnoreggio avait implicitement classé l’opulence des villes d’accueil parmi les principaux paramètres du choix des communautés : « Pourquoi les frères demeurent le plus souvent dans les cités et les villes : (...) en raison de la rareté des subsides, que nous n’aurions pas pu trouver dans les endroits déserts et qui nous auraient manqué tant pour les visiteurs que pour les résidents et les malades, tandis qu’ici les nécessaires pour l’existence nous sont donnés, car nous ne les possédons pas nous-mêmes1. » En effet, dans la région que couvre notre enquête, la prospérité des centres urbains élus par les religieux contribua sans doute à la longévité des couvents qui s’y étaient établis. Un grief, exprimé au xve siècle par les Dominicains douaisins, se fait l’écho de cette conviction : « La ville de Douai dans laquelle est situé le couvent ci-dessus en comparaison avec d’autres villes voisines, dans lesquelles se trouvent d’autres couvents de l’ordre, dispose de beaucoup moins de noblesse, de commerçants et de richesses2. » La fondation de cinq couvents mendiants à Metz était sans doute liée à la floraison économique de la ville : celle-ci, outre sa suprématie commerciale dans la région, connut une grande activité financière, entre 1200 et 1400, fondée principalement sur les prêts à intérêt3. Toutefois, les frères n’hésitaient pas non plus à s’installer dans les petites villes, à condition que celles-ci présentent un potentiel économique prometteur. C’était le cas de Provins et d’Étampes : leur importance commerciale et, a fortiori, économique se traduisit d’ailleurs dans chacune d’elles par la création d’un atelier de frappe de monnaie4.

  • 5 Notons que la puissance économique des villes allait de pair avec un seuil démographique relativeme (...)
  • 6 Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 135.
  • 7 ID., ibid., p. 135.
  • 8 Ganshof, F. L., Étude sur le développement des villes entre Loire et Rhin au Moyen Âge, Paris, 1943 (...)
  • 9 Id., ibid.

3Le critère démographique, en tant qu’indice du degré d’urbanisation des villes, était sans doute pris en compte en amont des fondations5. Mais le rapport entre la superficie des villes médiévales et leur population demeure encore mal connu6. Ainsi nous ne pouvons pas cerner avec certitude l’éventuel seuil démographique fixé par les ordres en vue de l’installation des religieux dans une ville. Néanmoins, nous savons qu’à Paris où se trouvaient quatre couvents mendiants, la population s’élevait à environ 90 000 personnes pour une superficie de 438 hectares7. De même, Bruges et Gand, dans lesquelles s’étaient établis les quatre ordres mendiants, devaient compter plus de 50 000 habitants au xve siècle8, tandis que leur superficie atteignait, respectivement, 449 et 644 hectares9.

Les pôles de pouvoir et d’influence

  • 10 Sur ce sujet, voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. (...)
  • 11 Entrèves, A.P. (d’) (éd.), dans « De Regimine Principum », Aquinas Selected Political Writings, Oxf (...)
  • 12 « En vue de la fondation d’un royaume, il est nécessaire de prévoir quels lieux sont adéquats pour (...)
  • 13 Pour une analyse des écrits de Thomas d’Aquin sur la ville confrontés à la littérature urbaine trad (...)
  • 14 En effet, en raison des mutations socio-politiques et des troubles guerriers de la fin du Moyen Âge (...)

4La suprématie économique et démographique des villes allait de pair avec le degré de conscience urbaine, concrétisé par des points de repère tant topographiques que monumentaux10. De par leur désir d’insertion active dans les villes, les communautés ont manifesté une ferme tendance de s’installer dans le voisinage d’un ou - le plus souvent - de plusieurs « lieux » urbains. Ce choix correspondait par ailleurs à la théorisation de l’urbanisation par Thomas d’Aquin11, qui concevait la ville non pas comme cité intérieure ou céleste mais comme une réalité concrète, avec une structuration formelle et fonctionnelle12 qui conditionnait aussi l’imaginaire urbain13. Certes, la nature et la date de chaque fondation, ainsi que les contingences spécifiques liées au caractère de l’endroit d’accueil et à la densité du tissu urbain14, influaient sur l’emplacement conventuel tant intra qu’extra-muros.

Les palais royaux et seigneuriaux

  • 15 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 25 (...)
  • 16 Rohault De Fleury, G., Gallia dominicana..., op. cit., t. 1, Évreux, s.p.
  • 17 D’après le plan de la ville à la fin du xvie siècle. Voir B.N. Estampes, Collection Topographie de (...)
  • 18 Pour le contexte de l’installation du couvent franciscain dans la ville, voir Saint-Denis, A., Apog (...)
  • 19 Meersseman, G., « Les débuts des frères Prêcheurs... », art. cité, p. 16.
  • 20 Opoix, C., Histoire et description de Provins, Provins-Paris, 1846, p. 354.

5Le pouvoir seigneurial et royal demeurait le dominium suprême des villes médiévales15. Assez souvent, les représentants de cette autorité manifestèrent leur faveur et leur soutien effectif à l’égard des communautés mendiantes. Par conséquent, le rapprochement des résidences ou des pôles du pouvoir royal et seigneurial conservait et intensifiait les liens entre les représentants de ceux-ci et les frères. Les Dominicains d’Évreux s’installèrent, par exemple, dans le domaine du château de leur protecteur Louis IX16. Le même souverain céda aux Franciscains de Vernon un terrain situé entre la demeure royale et les remparts17. Il ordonna l’érection du second couvent franciscain de Laon à la Vieille Cour du Roi, son ancienne résidence laonnoise18. Les Dominicains d’Ypres établirent leur demeure dans la mouvance de Zaalhof, le château yprois de la comtesse Jeanne de Flandre19 (fig. 61). Le second couvent des Franciscains troyens, bénéficiant de l’appui du comte Thibaut V, voisinait vers le nord avec l’ancien palais des comtes de Champagne. L’établissement des Dominicains provinois, fondé par le même comte, présentait une configuration analogue : établi à proximité immédiate du palais comtal, il servait aussi de lieu de conservation des chartes, titres et manuscrits relatifs à l’histoire de la ville de Provins20.

Les établissements religieux

Les cathédrales et les collégiales

  • 21 Toutefois, il convient de signaler qu’en France les Dominicains bénéficièrent de l’appui épiscopal (...)

6Le rapprochement des quartiers épiscopaux constituait une garantie de protection au regard du clergé local, souvent hostile aux nouveaux ordres. Les prélats favorables considéraient que les communautés mendiantes, en raison de leurs qualités intellectuelles et apostoliques, constituaient un environnement bénéfique pour le clergé des cathédrales21.

  • 22 Barthélemey, É. (de), Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne...., op. cit., p. 50.
  • 23 Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne..., op. cit., p. 102.
  • 24 Il s’agissait de la troisième demeure de la communauté rémoise.
  • 25 Lequeux, J. F. M., Antiquités religieuses du diocèse de Soissons et de Laon, Paris, 1859, t. 2, p. (...)
  • 26 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés..., t. XII, 3e partie, op. cit., p. 206.
  • 27 Il convient de signaler que l’évêque de Langres était le seul maître dans sa ville et qu’il y exerç (...)
  • 28 Id., ibid., p. 32.

7Ainsi, les couvents dominicain22 et franciscain23 de Châlons-en-Champagne furent érigés à proximité de la cathédrale et de l’évêché, car l’évêque Guillaume de Perche était à l’origine de l’installation des deux communautés dans sa ville. De même, le voisinage de la demeure des Dominicains rémois avec la cathédrale Notre-Dame résultait de l’initiative de l’archevêque Juhel de Mathefelon24. Les Dominicains saint-quentinois, appelés par Jean de Barastre, doyen de la collégiale Saint-Quentin, édifièrent leur couvent près de celle-ci25. L’inverse advint à Langres, où les Dominicains étaient placés sous la protection épiscopale de Hugues de Montréal. La fondation du couvent mendiant à l’écart de la cathédrale dans la partie septentrionale de la ville26, dépourvue de centres administratifs, soulignait là encore davantage les liens des frères avec le prélat27 : en effet, celui-ci avait symboliquement commis les Mendiants à la représentation de son pouvoir dans ce secteur urbain, en confiant aux frères l’ensemble des archives juridiques de l’évêché (à savoir, un « trésor » d’actes originaux d’une importance capitale pour la gestion et la défense de la seigneurie épiscopale28).

Les églises paroissiale

  • 29 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 222-225
  • 30 D’après des observations statistiques le « beau paysage paroissial » correspondait au « beau paysag (...)
  • 31 Il convient de signaler que l’association des établissements mendiants avec les églises paroissiale (...)
  • 32 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 227.
  • 33 Favier, J., xiveet xve siècles..., op. cit., p. 292.
  • 34 Il importe de souligner que, tandis que la prédication était l’apanage des ordres mendiants dès leu (...)

8L’omniprésence du sentiment religieux en milieu urbain était concrétisée par le réseau paroissial29, qui coïncidait souvent avec la sectorisation des villes et de leur périphérie30. Malgré la fréquente hostilité des représentants du clergé séculier à l’égard des Mendiants, ceux-ci n’hésitaient pas à s’installer à proximité d’églises paroissiales31. Cela à la suite, toujours, d’un accord au sujet des oblations et des sépultures. Ce voisinage permettait aux communautés d’établir des contacts directs avec les groupes de fidèles et de profiter des aumônes de ceux-ci, familiarisés avec les donations en faveur des institutions ecclésiastiques32. Ainsi, le réseau paroissial de la messe était doublé par le réseau mendiant de la prêche33 et, par la suite, de la confession et des sépultures34.

  • 35 Le droit de sépulture fut accordé au couvent mendiant en 1239 (quatorze ans après sa fondation) ave (...)
  • 36 Derheims, J., Histoire de Saint-Omer, op. cit., p. 582.
  • 37 La Rue (abbé de), Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, Caen, 1820, p. 189

9Nous pouvons renvoyer ici au cas des Franciscains beauvaisins, dont le couvent était séparé de la paroissiale Saint-Thomas par la rue du Sépulcre35. De même, les Carmes de Montreuil étaient installés au voisinage de l’église Saint-Nicolas. Les Clarisses verdunnoises s’établirent entre deux églises paroissiales : Saint-Victor et Saint-Pierre-le-Chevrier. Le couvent des Dominicaines de Saint-Omer, attenant à la paroissiale Sainte-Marguerite, prit également le vocable de celle-ci36. Il est probable que les sœurs, vivant cloîtrées et n’exerçant point d’activité apostolique, optèrent pour le vocable Sainte-Marguerite afin d’établir un lien implicite avec l’église paroissiale voisine et d’attirer les aumônes des fidèles qui la fréquentaient. Quant au couvent des Franciscains caennais, sa proximité avec Saint-Sauveur offrait un avantage supplémentaire pour l’exercice de l’apostolat des frères : un marché se tenait deux fois par semaine devant cette église paroissiale37.

Les couvents

  • 38 Par ailleurs, les supérieurs des ordres enjoignaient aux frères la fraternité et le soutien à l’éga (...)
  • 39 Ternick, A., Arras : Histoire de l’architecture..., op. cit., p. 128.
  • 40 Saint-Léger, A., Histoire de Lille des origines à 1789, Paris, 1993, p. 57.
  • 41 Id., ibid.
  • 42 Il importe de souligner que le béguinage de Lille était établi à l’instigation des Dominicains. Voi (...)

10Le voisinage avec un autre couvent mendiant était assez fréquent, notamment aux premières années de l’expansion des ordres. En effet, cette contiguïté assurait la solidarité des communautés38 et amplifiait l’impact de la pastorale mendiante. Citons, à titre d’exemple, le cas des Franciscains arrageois qui, installés extra-muros dans la paroisse Saint-Vincent et à proximité du couvent des Dominicains, firent usage du cimetière de ces derniers pendant plus de quarante ans, avant l’obtenir la permission d’aménager leur propre lieu sépulcral39. Malgré la pénurie des sources sur ce sujet, il est probable que des rapports analogues avaient été tissés entre les couvents voisins des Franciscains et des Dominicains de Beauvais (fig. 27) et de Châlons-en-Champagne. Par ailleurs, la contiguïté entre les couvents des branches féminines et masculines des ordres était d’autant moins évitée que les frères avaient en charge la direction spirituelle des religieuses. Ainsi, les Dominicaines de Lille furent établies en 1274 dans le faubourg Saint-Pierre au voisinage du couvent des Dominicains40, érigé à cet endroit cinquante ans auparavant. Le béguinage attenant41, placé également sous la houlette spirituelle des frères42, concourait encore à la consolidation de l’impact mendiant.

  • 43 A.D. Marne, 41 H 1, Cordeliers de Châlons. 5, Bulle du pape Clément IV en faveur des Mineurs de Châ (...)
  • 44 Emplacement élu probablement afin d’offrir aux religieuses une plus grande sécurité.
  • 45 D’après l’estimation des édifices au lendemain de la Révolution, une ruelle séparait le couvent des (...)

11Certes, l’évolution et la multiplication des ordres imposa la régulation des fondations dans le milieu urbain, afin d’obvier à la concurrence pour les aumônes et aux prédicateurs en surnombre : en 1265, Clément IV fixa expressément à 500 mètres la distance minimum entre les maisons religieuses. Ainsi, quand, en 1267, les Augustins de Châlons-en-Champagne voulurent fonder leur demeure à proximité de celle des Franciscains, ce même pontife le défendit43. Cependant, les dérogations à cet écartement obligatoire n’étaient pas exclues. Nous pouvons nous référer à l’exemple du couvent des Clarisses d’Arras : sa fondation au xve siècle et son emplacement dans le castrum44 limitait sans doute les choix de l’enclos ; ainsi, celui-ci était adjacent au couvent des Trinitaires45. Mais ce voisinage ne compromettait pas l’existence et la viabilité des deux communautés mendiantes, étant donné l’absence de rivalité directe entre elles. En effet, les sœurs vivaient cloîtrées et n’avaient aucune activité apostolique. Toutefois la distance impérative entre les couvents ne supprimait pas leur cohésion implicite, notamment quand la topographie du centre d’accueil s’y prétait. Ainsi, les établissements des Franciscains et des Dominicains troyens, érigés aux extrémités septentrionale et méridionale de la ville sur les rives opposées de la Seine, étaient comme des bastions sacrés qui balisaient et protégaient l’axe principal de Troyes.

  • 46 En effet, les établissements abandonnés étaient réhabilités notamment par les Augustins et les Carm (...)
  • 47 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse..., op. cit., p. 278.
  • 48 Parisse, M., « Remarques sur les fondations... », art. cité, p. 213.
  • 49 Béziers, M., Histoire sommaire de la ville..., op. cit., p. 135.

12Les établissements désaffectés des ordres religieux mendiants et traditionnels servirent de demeure initiale ou définitive aux religieux. Outre l’acquisition immédiate d’une infrastructure édilitaire46, les religieux tiraient également profit du patrimoine symbolique de ces édifices, qui étaient déjà ancrés dans les consciences des fidèles comme lieux de mémoire religieuse. Nous pouvons nous référer au cas des Augustins de Verdun, qui parvinrent à acquérir en 1316, sous forme de bail emphytéotique perpétuel, le couvent des Sachets détenu à l’époque par les Cisterciens de Châtillon47. De même, les Augustins de Metz s’installèrent en 1260 dans la chapelle des Templiers appartenant à l’abbaye de Sainte-Glossinde48, tandis que les Augustins bayesins se fixèrent dans la maison abandonnée par les Sachets49.

Les places communales

  • 50 Dès la fondation des ordres, les communes se sont montrées solidaires avec les frères : du vivant d (...)
  • 51 Au xiie et au xive siècle, les réunions du prévôt de Paris et de ses échevins furent abrités dans d (...)
  • 52 Id., ibid., p. 410.
  • 53 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 369.

La viabilité des couvents en milieu urbain dépendait grandement des rapports entre les religieux et les détenteurs du pouvoir communal50. La proximité des établissements mendiants et des pôles de l’administration municipale soudait davantage ces liens. Mais, lors de l’installation des frères dans les villes qui occupent notre recherche, les autorités locales ne disposaient guère d’une maison communale51. En revanche, les offices de la commune, tout comme les demeures des membres du consulat, étaient systématiquement installés sur le périmètre des places publiques52 qui revêtaient ainsi un caractère implicitement politique, tout en conservant leur fonction de lieu de rencontre de toutes les strates culturelles et sociales urbaines et périurbaines (notamment lors des fêtes, des foires et des marchés)53. Par conséquent, le voisinage de ces places offrait aux couvents un double avantage : la proximité du centre communal névralgique et le contact avec les divers groupes des fidèles, destinataires potentiels de l’apostolat mendiant.

  • 54 Un quartier dans la ville : la Ville vieille de Nancy, Nancy, 1973, p. 35.
  • 55 Cette charte conférait à Valenciennes une autonomie étendue, qui la singularisait des autres villes (...)
  • 56 Id., ibid. Il convient de souligner que les beffrois, dressés dès la fin du xiie siècle dans les vi (...)

13De fait, plusieurs couvents de la région que nous étudions étaient contigus à des places communales ou directement reliés à elles. La seconde demeure des Dominicaines nancéiennes était installée sur la place du Chastel qui, de caractère aristocratique, accueillait le tribunal du bailliage54 et communiquait directement avec deux autres grandes places de la ville, Saint-Épure et Notre-Dame. Le couvent des Dominicains toulois était situé au centre de la ville, entre deux grandes places. La maison des Franciscains de Saint-Quentin voisinait avec une grande place. La place centrale de Valenciennes était bordée par la « maison de la Paix » (nom évoquant la charte communale accordée à la ville en 1114 par le comte Baudouin III de Hainaut)55 et comportait un beffroi, érigé au début du xiiie siècle56. La fondation du couvent dominicain à proximité de ce pôle urbain était sans doute délibérée.

Les halles, les marchés et les quartiers artisanaux

  • 57 Ce phénomène était omniprésent surtout en Flandre. Cependant, les halles ne pouvaient pas être qual (...)
  • 58 Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 149.

14Le profil économique des villes d’accueil étant fondamental pour l’existence des couvents, ceux-ci étaient systématiquement installés à proximité des marchés publics et des halles. Outre leur fonction marchande, ces dernières étaient souvent investies d’un usage politique, puisqu’elles accueillaient souvent les assemblées du corps communal57. Les marchés, se déroulant le plus souvent sur des espaces aménagés dans le tissu urbain (au fur et à mesure du développement des échanges) ou dans des places créées à cet effet58 présentaient, de par leur caractère de rassemblement économique, un intérêt particulier pour les religieux : ceux-ci pouvaient y obtenir des aumônes mais, avant tout, prendre contact avec toutes les catégories socio-professionnelles auxquelles s’adressait leur pastorale.

  • 59 Atlas historique des villes de France : Étampes, Essonne : plan et notice, Paris, 1989.
  • 60 Wingler, C., Jour de marché. Le Commerce à Étampes sous l’Ancien Régime, Étampes, 1997, p. 17.
  • 61 Bruelle, A., Dictionnaire topographique de l’arrondissement de Cambrai, géologie, archéologie, hist (...)
  • 62 Gamma, F., Document d’évaluation du patrimoine..., op. cit., p. 57.

15Dans la région qui nous intéresse, les exemples des établissements mendiants voisinant des halles et des marchés sont nombreux. Une raison capitale pour l’installation des Franciscains dans le quartier étampois de Saint-Gilles59 était son marché prospère, qui lui permit de s’ériger en paroisse en 125060. À Arras, le second couvent des Franciscains voisinait avec le marché au poisson vers l’ouest et le « petit marché » vers le nord-est. Les Carmes de la même ville pouvaient accéder directement à ces deux marchés au moyen des grands axes routiers, qui se croisaient à l’angle nord-ouest de l’enclos. La rue des Bouchers reliait directement le couvent des Augustins bayesins à la place du marché extra-muros ; la demeure des Clarisses de Cambrai voisinait le marché au poisson61 ; les halles de Compiègne s’étendaient à courte distance au nord-est du couvent des Dominicains ; les halles d’Argentan se trouvaient à proximité, vers le nord-ouest, de l’établissement dominicain ; outre le parvis de l’église Saint-Sauveur sur lequel se tenait le marché deux fois par semaine, les Franciscains caennais avaient aussi les halles dans leur voisinage ; à Douai, le couvent dominicain était proche du marché aux poissons (vers le nord) et du marché des volailles, de la halle des bouchers et des hallettes au pain (vers le nord-est) ; la maison des Dominicains rouennais était contiguë au « vieux marché » ; les Augustins verdunnois s’étaient établis à proximité du grand marché de Mazel62. À Valenciennes, la demeure des Dominicaines voisinait avec le marché aux bêtes vers le nord-ouest, et le couvent franciscain était proche du « grand marché » et du marché aux filets.

  • 63 Il convient de signaler que ceux-ci étaient systématiquement regroupés et à l’écart du centre urbai (...)
  • 64 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 215. À tit (...)
  • 65 La proximité du couvent au canal de Robec est parfaitement visible sur les vues de Rouen de 1525 pa (...)
  • 66 Mollat, M. (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, 1979, p. 82-83.
  • 67 Id., ibid., p. 83.
  • 68 Voir Benoît, P., Lardin, Ph., « Les élites artisanales au service de la ville. Le cas de Paris et d (...)

16L’installation dans les quartiers artisanaux63 offrait aux Mendiants une alternative à la pénurie d’espace libre dans le tissu urbain, souvent saturé à la fin du Moyen Âge. Ces nouvelles agglomérations, outre leur peuplement par une catégorie de fidèles avec laquelle les frères n’entraient pas souvent en contact dans le centre de la ville, avaient une fonction économique et sociale incontestable64. Nous pouvons renvoyer ici à l’exemple caractéristique des Augustins rouennais : leur couvent était érigé en face du canal de Robec65, bordé d’ateliers de tissage (fig. 37). Ceux-ci y étaient établis dès avant la fin du xiie siècle et, à l’époque de l’installation du couvent mendiant dans leur voisinage, ils étaient considérés, tout comme l’ensemble de l’industrie drapière, comme une alternative économique prometteuse face au commerce défaillant66. Par ailleurs, les ouvriers du textile constituaient une strate sociale suffisamment affirmée et puissante67. En outre, les contacts étroits qu’entretenaient les Augustins avec les maçons rouennais étaient sans doute bénéfiques pour la communauté. En effet, les artisans du bâtiment formaient une « élite » artisanale qui, à défaut de participer activement à la vie politique, fréquentait du moins les détenteurs du pouvoir administratif et financier de la ville68.

Les universités

  • 69 Malgré la provenance diversifiée des étudiants et leur appartenance temporaire aux corporations uni (...)
  • 70 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 365.
  • 71 Id., ibid.
  • 72 Voir Paul, J., « Le contraste culturel entre le Nord et le Midi dans la France médiévale », dans Ég (...)
  • 73 Il s’agit du couvent des Augustins qui, fondé initialement extra-muros, était éloigné de la mouvanc (...)
  • 74 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 352.

17En dépit des litiges qui les opposèrent a la corporation séculière des Universités69, les Mendiants s’étaient directement associés à ces foyers d’érudition et de diversité intellectuelle, qui véhiculaient la nouvelle culture urbaine fondée sur l’alphabétisation et l’enseignement70. Dans la région que nous étudions, l’Université de Paris compta parmi ses illustres enseignants des sommités intellectuelles mendiantes, comme Thomas d’Aquin, Bonaventura de Bagnoreggio et Albert le Grand71. En effet, la nature même de l’enseignement universitaire (destiné à développer une capacité de raisonnement à la fois théorique, conditionnant un savoir théologique argumenté, et démonstratif72) correspondait parfaitement aux aspirations éducatives et culturelles mendiantes. Ainsi, les quatre couvents parisiens étaient fondés (ou avaient été transférés73) dans le quartier universitaire de la rive gauche, dominé par les maîtres et les étudiants et animé par la ferveur intellectuelle74.

  • 75 En effet, la fondation des Universités méridionales de Montpellier et de Toulouse coïncida à la mis (...)
  • 76 Il convient de signaler que, lors du renouvellement des statuts de la faculté des arts toulousaine (...)
  • 77 Paul, J., « Le contraste culturel entre le Nord et le Midi dans la France médiévale », dans Église (...)
  • 78 Désert, G. (dir.), Histoire de Caen, op. cit., p. 100-101.
  • 79 Dancoisne (abbé), « Mémoires sur les établissements... », art. cité, p. 506-507.

18Cependant, contrairement au sud de la France où l’institution universitaire se diffusa rapidement75 tout en conservant une étroite collaboration avec les ordres mendiants76, la suprématie de la faculté parisienne retarda considérablement la création d’autres universités dans la région septentrionale77. Toutefois, la proximité topographique entre Facultés et établissements mendiants fut respectée lors de la fondation de l’Université de Caen dans le voisinage du couvent franciscain en 143278. De même, la faculté douaisienne fut érigée, en 1562, à proximité de la maison dominicaine79.

Les murailles

  • 80 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 328-329.
  • 81 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, Rennes, 1984, p. 48.
  • 82 D’après les archives municipales de l’ouest et du centre de la France, la largeur de ces passages o (...)
  • 83 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 350.

19Protégeant et déterminant, tant symboliquement que matériellement, l’espace urbain, les murailles étaient aussi un moyen d’affirmation de l’autorité seigneuriale ou communale qui les avait érigées et qui se chargeait de leur entretien80. Par extension, la zone en bordure de l’enceinte revêtait le caractère de « marge » protectrice. Des voies étaient spécialement conçues pour desservir le secteur des remparts81, tandis qu’au pied des murailles et le long des fossés étaient aménagés des passages relativement larges82, exempts de toute décharge parasitaire afin de permettre, le cas échéant, la circulation de l’armée83. Ces conditions assuraient un environnement idoine pour les couvents qui, assez souvent, étaient érigés près des remparts. Nous pouvons évoquer, à titre d’exemple, les établissements des Franciscains et des Dominicains beauvaisins (fig. 27), des Clarisses de Bar-le-Duc (fig. 26), des Carmes caennais et des Franciscains vernoliens.

  • 84 Vimont, E., Le vieil Argentan.... op. cit., p. 25.
  • 85 Beaumont-Maillet, L., Le Grand Couvent..., op. cit., p. 327-328.
  • 86 Gobillot, R., Falaise et la vallée..., op. cit., p. 37.
  • 87 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique.... op. cit., p. 150.

20De surcroît, les souverains ou les autorités communales accordaient fréquemment aux frères l’usage des fossés et de l’espace libre en bordure de l’enceinte. Ceci permettait l’agrandissement du terrain conventuel, comme pour les Dominicains argentanais auxquels le roi Philippe le Bel concéda en 1294 les fossés situés au sud-est de leur enclos84. Dans d’autres cas, ce privilège impliquait l’appropriation des tours défensives attenantes. Nous pouvons citer ici l’exemple des Franciscains parisiens, desquels dépendaient trois des six tours érigées entre les portes Saint-Michel et Saint-Germain. La première jouxtant l’infirmerie du couvent, servait d’annexe à l’apothicairie conventuelle ; une autre accueillait la boulangerie. L’usage de la troisième tour n’est pas précisée par les sources85. Les Franciscains falaisiens disposaient de la tour d’Ogise, attenante à la porte homonyme, (fig. 20), offerte à la communauté par Raoul, frère du fondateur et maire de la ville, Pierre du Pont d’Ouilly86. Par ailleurs, les religieux n’hésitaient pas à exploiter le secteur des remparts afin de subvenir aux divers besoins de la communauté : les Franciscains rouennais, dotés par Louis IX d’une partie des anciens fossés de la ville, cédèrent ceux-ci à des particuliers en échange de donations pour l’achèvement du couvent87.

Les relais de circulation urbains et régionaux

21Le déroulement efficace de l’activité apostolique des frères supposait la communication avec tous les secteurs urbains et périurbains. En outre, les nombreux déplacements des religieux à l’occasion des chapitres de l’ordre et des études, ou lors des missions diplomatiques auprès du Siège pontifical et des escortes spirituelles des cours seigneuriales, imposaient le voisinage des principaux dispositifs de circulation urbaine et dia-urbaine. Certes, l’emplacement des couvents (intra- comme extra-muros) ne s’accordait pas toujours à cela. Toutefois, les établissements de la région que nous étudions étaient attenants, tout du moins, à un relais de communication routière ou fluviale.

Les routes et les rues

  • 88 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 209.

22Jouant un rôle primordial pour la communication et les déplacements, les routes balisaient en outre les limites de l’espace urbain88. Par conséquent, l’appartenance des couvents à celui-ci était soulignée par leur proximité avec les grands axes de circulation ou avec les chemins conduisant aux paroisses de la périphérie. Cette dernière spécificité topographique concernait notamment les établissements situés extra-muros ou attenants aux remparts. Quant aux enclos établis dans le centre urbain, la voirie leur permettait l’accès rapide aux noyaux vitaux de la ville. Dans les deux cas, le voisinage des artères de grande ou moyenne portée facilitait sans doute, voire dirigeait, le cheminement des fidèles vers les établissements mendiants.

23Quant à la proximité des routes qui conduisaient vers l’extérieur des villes, nous pouvons renvoyer à certains exemples caractéristiques : le couvent dominicain de Compiègne, situé au revers des remparts méridionaux de la ville, était contigu aux voies qui conduisaient à Noyon et à Clermont ; le clos des Clarisses d’Argentan se trouvait au croisement des chemins qui reliaient la ville à sa périphérie méridionale ; la maison franciscaine de Bayeux était cernée d’un réseau de grandes et petites routes, qui unissaient la ville à ses faubourgs méridionaux (fig. 22) ; il en allait de même pour le couvent dominicain d’Évreux ; les Franciscains de Hesdin, installés près de la partie septentrionale des remparts, étaient proches des voies qui conduisaient au faubourg de Saint-Leu, à Saint-Omer et à Grigny, tandis que les Franciscains de Béthune, établis sur le périmètre méridional de la ville, voisinaient avec les chemins qui desservaient les faubourgs de Saint-Pié et de Notre-Dame, ainsi qu’avec les routes conduisant à Lille et à Arras.

  • 89 Baudry, P., Le Monastère des Emmurées..., op. cit., p. 6.

24Par ailleurs, le voisinage avec les artères qui reliaient le centre urbain et l’extérieur conférait souvent aux établissements mendiants le rôle de relais entre les régions voisines et la ville d’accueil. Nous pouvons nous référer ici au cas caractéristique du couvent des Dominicaines de Rouen : situé dans le faubourg Saint-Sever et au bord de la route qui unissait celui-ci à la ville, il servait, à la fin du Moyen Âge, de station religieuse pour les illustres dépouilles à destination de la cathédrale rouennaise89.

  • 90 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, op. cit., p. 11-12.
  • 91 Id., ibid.

25Contribuant à la structuration du paysage urbain, les rues établissaient aussi les principales liaisons avec les places, les édifices publics, les portes et les poternes, les quais et les ponts90. Ainsi, l’installation des couvents sur une de ces artères était d’une importance primordiale pour le déroulement des activités de la communauté. Toutefois, étant donné la fluctuation de la largeur des rues médiévales (variant de 10 à 12 mètres pour les rues maîtresses et de 2 à 4 mètres pour les rues communes91), tous les couvents de la région qui nous intéresse n’étaient certes pas érigés en bordure de grandes voies, mais ils étaient tous au moins desservis par une rue de largeur moyenne.

26Ainsi, le couvent des Franciscains de Vernon était bordé par deux rues qui, s’embranchant directement sur les grands axes de la ville, reliaient l’établissement mendiant tant avec les églises Sainte-Geneviève et Saint-Jacques, qu’avec l’Hôtel-Dieu et les halles. Les deux larges rues qui se croisaient à l’angle nord-ouest de l’enclos des Carmes arrageois conduisaient au « petit marché » et au marché au poisson. La grande artère qui longeait le second enclos des Franciscains cambrésiens permettait l’accès direct à la cathédrale Notre-Dame et l’église Saint-Aubert et aboutissait à la place du « grand marché ». Le couvent des Dominicains messins était également bordé par une rue assez grande, qui menait à la cathédrale.

  • 92 Il convient de signaler que nous examinerons dans une perspective diachronique les divers aménageme (...)
  • 93 Id., ibid., p. 66.
  • 94 La première ville à être équipée de pavage fut Paris, à la fin du xiie siècle, sous Philippe August (...)
  • 95 Demolon, P., Louis, E., Douai, une ville face à son passé, Douai, 1982, p. 44.
  • 96 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 150.

27Outre la circulation aisée dans la ville, la proximité des principales artères comportait des avantages concrets pour les couvents92. Dès le xiiie siècle, l’entretien des rues devint une des principales préoccupations de l’administration municipale93. Maintes villes de la région que couvre notre recherche possédaient un pavage au xive siècle94 ou disposaient à tout le moins de chaussées soignées. Ces aménagements rendaient l’accès aux édifices riverains - et donc aux couvents - plus commode. Nous pouvons nous référer, à titre d’exemple, à l’établissement dominicain de Douai. Les fouilles, entreprises en 1978 et 1979 dans le secteur du couvent, ont mis au jour la substructure des rues qui le bordaient : construites par ordre échevinal à la fin du Moyen Âge, elles se composaient de planches jointives posées sur des rondins longitudinaux95. De même, au xive siècle, des travaux de pavement furent entrepris sur la rue qui longeait l’enclos franciscains de Rouen96.

  • 97 Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 146. Cependant, l’entretien de l’ (...)
  • 98 Voir A.D. Eure, H 1150, Cordeliers de Bernay, 1495-1788, Copie d’une délibération des habitants de (...)

28Un soin analogue, plus organisé encore, était accordé à la propreté des principales voies urbaines. Dans certaines villes comme Valenciennes, Tournai, Lille, Saint-Omer, l’enlèvement des ordures était imposé dès avant le xive siècle97. Ainsi, les établissements installés à la lisière des grands artères bénéficiaient sans doute d’un cadre relativement salubre. De fait, les sources font rarement état de plaintes des religieux au sujet de l’hygiène douteuse de leur environnement urbain. Un exemple a contrario en est fourni par les archives du couvent franciscain de Bernay : au xviie siècle les religieux protestèrent avec véhémence au sujet d’une ruelle infestée d’immondices, qui longeait leur clos vers le nord98 (fig. 36). Vraisemblablement, leur grief remontait au Moyen Âge, mais concernait un petit chemin et non une rue moyenne ou grande.

Les ponts

  • 99 Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale... », art. cité, p. 927.
  • 100 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 207-208
  • 101 Citons, à titre d’exemple, le cas de Valenciennes. Le paramètre déterminant de la floraison économi (...)
  • 102 Voir Suttor, M., « Ponts, débarcadères et moulins : les équipements fluviaux des villes mosanes des (...)
  • 103 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 208.
  • 104 Suttor, M., « Ponts, débarcadères et moulins : les équipements fluviaux des villes mosanes des orig (...)
  • 105 Voir Mesqui, J., Le Pont en France..., op. cit., p. 108-114.

29Le dessein des Mendiants de s’installer dans des lieux d’accueil prospères et bénéficiant d’un réseau de liaisons dia-régionales99 incluait également les villes traversées par des rivières. En effet, celles-ci, tout comme les grandes routes, constituaient un élément important de la communication urbaine, facilitaient les échanges commerciaux et humains100 et, par conséquent, contribuaient à l’essor économique de la ville101. Cependant, pour la topographie urbaine, la rivière était aussi un obstacle à franchir : ainsi les ponts, relevant à la fois de l’infrastructure fluviale et routière102, occupaient une place de choix parmi les constructions publiques103. Outre leur rôle symbolique et fonctionnel de maillons entre les deux rives, les ponts determinèrent souvent la naissance et le développement de noyaux commerçants à leurs abords104. Par ailleurs, ils étaient fréquemment placés sous la protection divine au moyen de chapelles ou de croix érigées dans leur voisinage105.

  • 106 Barbat, L., Histoire de la ville..., op. cit., p. 155.

30Dans la région que nous étudions, l’ensemble de ces traits fut sans doute à l’origine de l’intérêt que suscitaient les ponts lors de la fondation ou du transfert des couvents. Ainsi le pont de Talence, situé à la limite septentrionale de l’enclos franciscain d’Abbeville, permettait aux religieux d’accéder rapidement à la rive orientale de la ville et au marché. À Châlons-en-Champagne, le côté oriental de l’enclos franciscain était balisé par deux ponts : vers le sud le pont du Marché et vers le nord le pont des Juifs, le plus vieux de la ville106. De même, le second couvent des Franciscains noyonnais bénéficiait de la proximité immédiate de deux ponts qui, enjambant la rivière de la Versette, conduisaient directement au marché au blé (fig. 62). À Troyes, le couvent des Dominicains et celui des Franciscains, situés au bord de la Seine, jouxtaient un pont leur permettant de gagner le rivage d’en face (fig. 4, 35). Le couvent des Augustins de Verdun (fig. 24) était lui aussi contigu à un pont.

  • 107 Sevray (abbé), Les Cordeliers de Séez, op. cit., p. 12, n. 1. Il convient de signaler que cette ini (...)
  • 108 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 370.

31Dans certains cas, c’est l’installation mendiante même qui engendra la construction de ponts, destinés primordialement à l’usage des religieux. Nous pouvons renvoyer ici au cas du couvent franciscain sagien : dans la première moitié du xiiie siècle les frères construisirent un pont au-dessus de l’Orne107, qui bordait leur enclos vers le sud. Par ailleurs, l’établissement des Dominicains de Lisieux sur l’Île de Putangle en 1248 motiva la construction, en 1256, d’un pont établissant la liaison entre le couvent et la ville108.

Les ports

  • 109 Les villes portuaires britanniques, ayant fait l’objet de nombreuses campagnes archéologiques, en f (...)
  • 110 Voir Verhaeghe, F., « L’espace civil et la ville », dans Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (d (...)

32L’installation mendiante dans des villes traversées par des rivières offrait la possibilité aux couvents de se rapprocher et de nouer des liens avec les ports fluviaux. Outre leur rôle capital dans la communication locale et régionale, ceux-ci accueillaient des entrepôts commerciaux, des chantiers de construction navale ainsi que des divers artisanats109. Par ailleurs, dans la mesure où ces zones bénéficiaient souvent d’interventions collectives de réaménagement du fait de l’envergure des activités fluviales, les ports revêtaient une importance particulière tant pour l’infrastructure économique que pour l’habitat et l’environnement urbain individuel et collectif110.

  • 111 En effet, le parcellaire riverain était souvent occupé dès avant le xiiie siècle en imposant, assez (...)
  • 112 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 152.

33Malgré l’absence de sources mentionnant explicitement l’intérêt des Mendiants pour les ports fluviaux, nous supposons que ceux-ci attirèrent l’attention des frères en raison de la concentration dans leur espace de certaines composantes essentielles de la population et des activités urbaines. Les exemples de couvents avoisinant les ports fluviaux ne sont pas nombreux111, mais leur configuration topographique atteste des contacts avec ces secteurs. L’enclos intra-muros des Dominicains berguois était situé dans la proximité immédiate du port fluvial de la ville et communiquait directement avec lui par la porte de Dunkerque. La rue qui longeait le côté septentrional de l’enclos des Dominicains douaisins conduisait directement aux débarcadères voisins. À Rouen, d’après le registre de l’Échiquier de 1395, un passage reliait le couvent des Franciscains à la rivière112. Cet aménagement est illustré clairement dans le manuscrit de Jacques le Lieur, datant de 1525. Plus qu’un simple passage, mais une rue assez large relie directement le côté méridional de l’enclos à un port rouennais foisonnant de circulation fluviale (fig. 29). Nous pouvons conjecturer que l’usage fréquent du passage initial par les frères (entre autres) imposa son élargissement.

Les portes

  • 113 Chédeville, A., Le Goff, Rossiaud, J., La ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 206-207.
  • 114 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 331.
  • 115 Il est probable que, souvent, le choix de s’établir sur le périmètre des villes était partiellement (...)
  • 116 Fortiad’Urban, Histoire de Hainaut..., op. cit., chap. lxxxvii.

34Charnières de la communication des villes avec leur périphérie et les régions plus lointaines, les portes revêtaient, tant symboliquement que matériellement, une importance capitale pour le paysage et le fonctionnement urbains. De surcroît, les villes médiévales conféraient un caractère sacré à leurs portes113 : celles-ci étaient souvent accompagnées de chapelles qui, au moyen d’offices, scellaient l’union religieuse et la solidarité entre les habitants du voisinage114. Manifestement, la tendance des couvents mendiants à s’établir à proximité des portes (intra115ou extra-muros) était sans doute fondée sur l’ensemble de ces critères, amplifiés par l’avantage du contact constant avec les personnes circulant sur les moyennes et grandes routes, canalisées obligatoirement vers les portes urbaines. D’après le chroniqueur franciscain du xive siècle, Jacques de Guise, les Franciscains de Valenciennes, installés extra-muros près de la porte Notre-Dame, refusèrent de se transférer, en 1226, à l’intérieur de l’enceinte urbaine sur le site de l’ancien donjon comtal. Ils s’appuyaient, entre autres, sur l’argument que leur emplacement initial leur permettait d’être en contact avec et d’accueillir les religieux, les pèlerins et les pauvres116. L’affluence de ces personnes dans leur couvent était manifestement liée au voisinage de la porte.

  • 117 Voir, respectivement, B.N. Estampes, Collection Topographie de la France, Va 62, t. 5, Arras, 1589 (...)
  • 118 Bruelle, A., Dictionnaire topographique de l’arrondissement... op. cit., p. 104.
  • 119 Trésors de l’église de l’l’arrondissement... op. cit., p. 19.
  • 120 Derheims, J., Histoire de Saint-Omer, op. cit., p. 583.
  • 121 Ganiage, J. (dir.), Histoire de Beauvais et du Beauvaisis, Toulouse, 1987, p. 68.

35En effet, nombre des couvents de la région que nous étudions étaient établis dans la proximité immédiate des portes. Nous pouvons citer ici certains exemples caractéristiques : les Franciscains abbevillois étaient installés près de la porte Saint-Jean (fig. 25) ; la demeure des Dominicains d’Argentan voisinait vers le nord avec la porte des Telliers et vers le sud avec la porte des Deux Postes ; les couvents des Dominicains et des Franciscains d’Arras, fondés dans la même paroisse extra-muros, étaient contigus à la porte Saint-Nicolas117 ; les deux demeures consécutives des Franciscains de Cambrai, intra et extra-muros, étaient proches de la porte de Cantimpré118 ; le couvent des Dominicains langrois se trouvait dans le voisinage de la Longue Porte ; à Saint-Omer, les demeures intra-muros des Dominicains119 et des Clarisses120 jouxtaient, respectivement, les portes de Boulogne et d’Arras. Par ailleurs, outre l’importance de leur communauté, la proximité à la porte de Paris (fig. 27) permit, en 1420, aux Franciscains beauvaisins d’accueillir, en tant que représentants de la ville, le nouvel évêque Pierre Cauchon121.

  • 122 Voir Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale... », art. cité, p. 9 (...)
  • 123 German, P., Histoire de Falaise, Condé-sur-Noireau, 1983, p. 147.
  • 124 A.D. Yvelines, 29 H 1, Cordeliers de Mantes, 1251-1738.
  • 125 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 336. Ainsi, au xive siècle à Langre (...)

36L’hypothèse suivant laquelle le contrôle des portes était parfois confié aux Mendiants122 est confortée, dans notre région, par l’exemple du couvent franciscain de Falaise. Le dynamisme apostolique de la communauté et l’emplacement stratégique du couvent au revers des remparts, à proximité immédiate de la porte d’Ogise (fig. 20), incitèrent Louis IX à confier la responsabilité de celle-ci aux frères. Cette autorisation, datant de 1256 fut confirmée par Philippe le Bel en 1288123. Nous supposons une situation analogue à Mantes : en 1265, la commune décida de construire la porte Basse dans la partie occidentale des remparts, afin de faciliter l’accès dans la ville aux Franciscains établis extra-muros. Lors des entreprises guerrières du xive siècle, cette porte fut condamnée, mais, à la requête des religieux, Charles VI ordonna sa réouverture en 1358 en la plaçant vraisemblablement sous la responsabilité du couvent. En 1466, les Franciscains demandèrent en effet à la commune la consolidation de cette porte au moyen d’une huisserie124. Toutefois, le voisinage immédiat des portes impliquait, un tant soit peu, le resserrement des liens entre les couvents et les autorités communales Celles-ci procédaient souvent à un découpage topographique de la ville conditionné par l’emplacement des portes et soumis à des structures administratives et politico-sociales émergentes, offrant donc à ces secteurs urbains sensibles une alternative au pouvoir traditionnel des groupes aristocratiques125.

Investissement actif de l’espace de la ville

  • 126 Au sujet des « pratiques contractuelles et des relations formelles » en tant que facteurs d’intégra (...)
  • 127 Au sujet de l’impact mendiant sur les mouvements dévotionnels de la fin du Moyen Âge, voir Meerssem (...)

37Outre le rapprochement topographique et l’établissement de liens avec les « lieux » de pouvoir symbolique ou effectif, l’implantation mendiante impliquait la participation des communautés au réseau des pratiques et des relations126 – traditionnelles ou innovatrices – desquelles dépendait largement la réussite de l’insertion dans les villes d’accueil. En effet, la pastorale mendiante, fondée sur la parole et appuyée sur la spiritualité de l’époque127, employa la trame urbaine comme cadre et support de ses diverses activités. À cet égard, les couvents de notre région ont su mettre en œuvre les principes fondamentaux de leur mission apostolique, tout en les adaptant aux particularités spécifiques de leurs centres d’accueil.

Les prédications en dehors des églises conventuelles

  • 128 En effet, la prédication mendiante coïncida et s’intégra à l’essor de la prise de parole collective (...)
  • 129 En fait, en adoptant cette habitude, les frères pérennisèrent la tradition des premiers religieux q (...)
  • 130 Il convient de souligner qu’avec l’émergence de la conscience urbaine, à partir notamment de la fin (...)

38La volonté de s’adresser à un grand nombre de fidèles (qui dépassait souvent la capacité d’accueil des églises, malgré les agrandissements de celles-ci), mais aussi l’association volontaire de la prédication à la « parole nouvelle » des groupes sociaux émergents128, incitèrent les frères à prononcer leurs sermons dans des lieux publics129 tels que les places, les marchés, les cimetières130, les églises séculières et les établissements caritatifs.

  • 131 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 38 (...)
  • 132 À propos de l’expansion de ce dispositif topographique en Italie, voir Heers, J., La Ville au Moyen (...)
  • 133 Voir A.D. Vosges, XXII H 9, Cordeliers de Neufchâteau. Procès, suppliques et requêtes, 1472-1741.
  • 134 Dancoisne (abbé), « Mémoires sur les établissements... », art. cité, p. 494-495.
  • 135 Id., ibid., p. 450-451.
  • 136 Neveyx, F., Bayeux et Lisieux..., op. cit., p. 354. Manifestement, étant donné le nombre impression (...)

39Dans les villes septentrionales que nous étudions, la forte cohésion du système urbain131 se reflétait sur les nombreux (et actifs) espaces collectifs. Ainsi, les frères ont pu se dispenser de recourir à l’aménagement de places pour la prédication devant la façade et sur le flanc de leurs églises132. Mais les sources ne précisent pas systématiquement les endroits publics préexistants investis par les religieux en vue de leurs prédications. Toutefois, certains exemples représentatifs nous permettent d’établir le schéma général de cette « occupation » ponctuelle de l’espace urbain. Ainsi, les Franciscains neufchâtelois se servaient pour leurs prédications d’une halle établie dans la place qui jouxtait le couvent133. Les Dominicains de Douai se rendaient souvent sur les grandes places pour s’adresser aux fidèles, qui accouraient nombreux afin de profiter de la parole mendiante134. Au début du xvie siècle, les Franciscains de la même ville (à l’occasion des visites des maîtres généraux ainsi que des assemblées provinciales tenues dans le couvent) prononçaient leurs sermons sur une estrade érigée à cet effet dans le « grand marché », situé à proximité de l’enclos135. À Lisieux, au milieu du xve siècle, le lecteur dominicain attirait avec ses sermons des foules pouvant atteindre quatre mille personnes. En 1444, il demanda au chapitre d’accueillir les fidèles dans la cathédrale, mais la réponse fut négative. Le prédicateur se contenta donc d’un sermon en plein air prononcé depuis la chaire du cimetière Saint-Pierre. Cependant, la proximité de la cathédrale et de la populeuse place du marché déclenchèrent la réaction immédiate du représentant de l’official du doyen, qui interdit au lecteur de prêcher136.

  • 137 Baroth, N., « L’église des Cordeliers... », art. cité, p. 10.
  • 138 A.G.O.P. Rome, K 483, Fondation du couvent des frères Prescheurs de Reims, en Champagne, de la prov (...)
  • 139 Voir Martin, H., Le Métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge, 1350-1520(...)
  • 140 Cet usage fut généralisé dans les grandes cités (telles que Metz, Troyes et Amiens) comme dans les (...)
  • 141 L’association intime, depuis le concile de Latran IV (1215), des sermons du carême aux indispensabl (...)
  • 142 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse..., op. cit., p. 148.
  • 143 Lecoy de La Marche, A., La Chaire française au Moyen Âge, spécialement au xiiie siècle, Paris, 1868 (...)
  • 144 Lecesne, E., Histoire d’Arras..., op. cit., t. 2, p. 56. Il convient de signaler que le second couv (...)
  • 145 Voir A.D. Pas-de-Calais, 35 H 1, Cordeliers de Béthune. Vie spirituelle et privilèges, xvie et xvii(...)

40Outre les prédications dans des espaces ouverts, les Mendiants avaient souvent la possibilité d’utiliser les édifices cultuels séculiers pour leur activité homélitique. Cependant, il convient d’introduire une nuance entre la prédication dans les églises paroissiales lors de la première période de l’établissement dans une ville et les sermons mendiants prononcés dans ces édifices au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Dans le premier cas, il s’agissait d’une solution offerte aux frères par les autorités communales ou ecclésiastiques afin de pallier l’absence d’une église conventuelle. Ainsi, en 1266, le magistrat de Sarrebourg céda aux Franciscains, pour leur besoins liturgiques et apostoliques, une église paroissiale tombée en désuétude depuis 1256, à cause de sa proximité avec la collégiale Saint-Etienne137. À Reims, la pastorale dominicaine fut accueillie pendant presque trente ans d’abord dans l’église paroissiale Saint-Étienne, puis dans la chapelle Saint-André, avant que les frères soient munis, grâce à la protection épiscopale, de leur propre église138. En revanche, à la fin du Moyen Âge, les prédications mendiantes dans les églises séculières s’inscrivaient dans l’institutionnalisation de la parole sacrée dans les villes à partir notamment du xve siècle139. En effet, les autorités communales versaient une gratification pour les sermons du carême et de l’avent140, dont les Mendiants avaient quasiment le monopole141. La portée « urbaine » que revêtaient ainsi les prédications mendiantes trouvait souvent son cadre approprié dans les cathédrales et dans les églises paroissiales. Nous pouvons évoquer les Franciscains ébroïciens, qui prononçaient parfois leurs sermons pour l’avent et le carême dans la cathédrale142. À Paris, les chaires de maintes églises paroissiales étaient fréquemment cédées aux Franciscains et aux Dominicains de la ville même en vertu de bulles pontificales143. Dès leur installation intra-muros au XVe siècle, et avec l’accord du curé de l’église paroissiale de la Madeleine, les Franciscains d’Arras y assurèrent la célébration de la messe et la prédication certains jours de fête144. D’après les archives du xvie siècle du couvent franciscain de Béthune, le marchand Eustache Legrand confia aux frères les prédications de la fête de saint Joseph et du carême dans la chapelle Saint-Nicolas, qu’il venait de fonder dans la ville avec l’accord préalable de l’église paroissiale Saint-Vaast145. Ainsi, la possibilité de prêcher dans les édifices cultuels séculiers amplifiait la présence mendiante qui s’ancrait donc, au moyen de la parole, dans les pôles vitaux de la religiosité urbaine.

  • 146 Simons, W., Stad en apostolaat : de Vestiging van de Bedelorden in het graafschap Vlaanderen : ca. (...)
  • 147 Gennevoise, J., Monographie de la ville du Quesnoy, Dunkerque, 1932, p. 10-11.
  • 148 Meersseman, G., « Les débuts de l’ordre... », art. cité, p. 14.
  • 149 Voir Simons, W., Stad en apostolaat : de Vestiging van de Bedelorden..., op. cit., p. 249.

41Cet effet était souvent doublé par les sermons prononcés dans les établissements caritatifs. Nous pouvons citer l’exemple des Dominicains de Douai, qui prêchaient souvent dans les hôpitaux de leur ville146. Dès 1240, les Dominicains de Valenciennes réorganisèrent un hôpital de moniales près de la ville147, tandis qu’en 1248, la comtesse Marguerite confia au prieur dominicain berguois la réforme et la rédaction d’une règle pour un établissement hospitalier de la paroisse Saint-Martin148. L’élaboration des règles des institutions hospitalières par les Mendiants allait en effet souvent de pair, dans notre région, avec la prise en charge des prédications149.

Les processions et les manifestations solennelles

  • 150 Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, op. cit., p. 222. Pour les processions sacrées médiévales, voir (...)
  • 151 Les Processions à saint-Omer avant 1770, Saint-Omer, 1864, p. 5, 10, 15. Il convient de signaler qu (...)
  • 152 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse..., op. cit., p. 54. Rappelons que la cathédral (...)

42Dans les fréquentes processions, « déambulations sacrées »150 suivant un itinéraire défini qui reliait les principaux noyaux de la vie religieuse et communautaire urbaine, les couvents mendiants de notre région avaient souvent une place de choix. Ils faisaient partie des stations procéssionnelles, en tant que complexes représentatifs, manifestement, de la religiosité urbaine. Nous pouvons évoquer le couvent des Dominicains de Saint-Omer, compris dans l’itinéraire de la procession de Sainte-Catherine au xvie siècle151. À Évreux, les couvents des Dominicains et des Franciscains étaient sans doute des stations éminentes dans les processions générales qui clôturaient les célébrations de l’avent et du carême. En effet, pendant ces périodes de l’année liturgique les sermons étaient le plus souvent prononcés, alternativement, dans les églises des deux communautés mendiantes152.

  • 153 Dancoisne (abbé), « Mémoire sur les établissements... », art. cité, p. 501.
  • 154 Id., ibid., p. 450.
  • 155 Richard, C. L., Histoires du couvent des Dominicains..., op. cit., p. 36. L’impact de cette process (...)
  • 156 Voir A.D. Nord, 127 H 24, Dominicains de Lille, Offices, cérémonies et prières, xve-xviie siècle.
  • 157 Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne..., op. cit., p. 103.
  • 158 Id., ibid.

43Par ailleurs, à maintes reprises, les communautés organisaient des processions « individuelles » afin de célébrer un événement ou une fête propres à leur ordre. À ces occasions, la topographie urbaine était entièrement investie par les religieux, qui ceignaient la ville au moyen d’un itinéraire sacré dont leurs couvents étaient l’épicentre. Nous pouvons citer ici les grandes processions orchestrées par les Dominicains douaisins au xive et au xvie siècle, à l’occasion des chapitres provinciaux qu’ils accueillirent153. En 1437, les Franciscains de la même ville célébrèrent le déroulement, dans leur couvent, du chapitre général de l’ordre par une procession solennelle, encadrée de nombreux sermons154. En 1324, lors de l’installation de la clôture du couvent des Dominicaines d’Arras, les religieuses furent conduites en procession dans leur nouvelle demeure. Cette cérémonie fut également l’occasion d’exposer les précieux ornements religieux et reliques, qui, offerts par la fondatrice, la comtesse Mahaut d’Artois, furent portés pendant la procession par tous les membres de la nouvelle communauté155. Depuis leur installation dans la ville, à la fin du xive siècle, les Dominicains lillois organisèrent des processions pour la fête de saint Dominique156. Les Franciscains châlonnais instaurèrent, au début du xve siècle, une grande procession annuelle le premier dimanche après la fête de sainte Claire. Tout le clergé et les confréries de la ville défilaient de la cathédrale jusqu’à l’église franciscaine, où était célébrée une messe solennelle157. Cette manifestation avait un caractère urbain fortement accusé, étant donné qu’elle commémorait la participation active des frères à la défense de la ville contre les Anglais, en 1429158. Par ailleurs, l’association de cette manifestation à la fête de sainte Claire avait sans doute un impact sacré considérable. Elle permettait en effet d’affilier, un tant soit peu, la religiosité urbaine à l’ordre des Clarisses, qui ne disposaient pas de couvent dans la ville.

  • 159 Le Boucq, S., Histoire de la ville et du comté..., op. cit., p. 111-112.
  • 160 Voir Dérens, J.-A., « La prédication et la ville : pratiques de la parole et “religion civique” à M (...)

44Les établissements mendiants assumaient également, de manière solennelle, leur rôle de pôles religieux lors de manifestations somptueuses occasionnelles. Ainsi, en 1233, la comtesse Jeanne de Flandre fit célébrer une messe commémorative pour son mari, Ferrand de Portugal, dans l’église franciscaine de Valenciennes, dont elle était la fondatrice159. De même, à la suite du décès de la reine Jeanne de Navarre à Évreux en 1373, les gouverneurs, les officiers du roi, les consuls et l’Université organisèrent trois messes funéraires dans les deux couvents mendiants de la ville, en confiant aux frères, bien évidemment, la charge des sermons160. À ces occasions manifestement, les couvents sanctionnaient la collaboration des « pouvoirs » et se transformaient en centres sacrés de la communauté urbaine.

Le recrutement des communautés

  • 161 Il convient de signaler qu’il ne s’agit pas ici d’un phénomène régional : une tendance analogue éta (...)
  • 162 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 31.
  • 163 Pomarède, F., Reims : panorama monumental..., op. cit., p. 175.
  • 164 Bourel de La Roncière, CH., Coulon, A., Registres d’Alexandre IV, n° 911.
  • 165 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 733.

45Pour la région que nous étudions, les sources ne font pas systématiquement état de l’origine des religieux. Nous constatons toutefois que, souvent, les « recrutements » s’effectuaient spontanément dans la ville d’accueil161. Dans le couvent des Dominicains messins les frères étaient issus majoritairement des puissantes familles de la ville162. De même, les Franciscains de Reims provenaient principalement des familles bourgeoises locales163. Dans le couvent des Clarisses de la même ville, l’affluence des postulantes rémoises était telle qu’en 1255, par décision pontificale, le nombre maximal de religieuses fut fixé à quarante164. Une composition quasi exclusivement nancéienne caractérisait aussi la communauté des Dominicaines de Nancy165.

  • 166 Voir Martin, H., Mentalités médiévales..., op. cit., p. 440.
  • 167 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen-Âge, op. cit., p. 123. Par ailleurs, un exemple caractéristique (...)

46Cette tendance, suscitée sans doute par l’impact de la pastorale des frères, consacrait l’enracinement des couvents dans le paysage urbain. Car le phénomène de xénophobie n’était pas inconnu dans les villes médiévales, et la désignation d’« étranger » était souvent attribuée aux personnes provenant d’un autre centre urbain ou d’une autre région166. De même, la provenance « étrangère » entraînait parfois des ségrégations territoriales dans le tissu urbain : les populations immigrées assimilées ou non avaient tendance à se regrouper dans des secteurs de la ville relativement isolés167. À l’inverse, il est probable que l’origine principalement autochtone des communautés infléchissait indirectement sur l’impact des couvents : ceux-ci devenaient des îlots sacrés représentatifs du potentiel humain de la ville qui, par conséquent, les intégrait pleinement.

Incidences sur les divers aspects du faciès urbain

47La présence des complexes conventuels dans les villes influait - directement ou indirectement – sur l’organisation urbaine : les dimensions considérables des enclos ainsi que les aménagements opérés par les communautés sur leur entourage immédiat (topographique, monumental ou humain) déterminèrent immanquablement certaines mutations urbaines, qui s’imprimèrent sur la trajectoire évolutive des villes et, souvent même, de la région d’accueil.

Les répercussions sur le parcellaire et la voirie

  • 168 Verhaeghe, F., « L’espace civil et la ville », dans Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (dir.), (...)
  • 169 Voir supra, p. 97-99.
  • 170 En effet, l’encadrement architectural des rues, considéré dans son intégralité et non isolément, re (...)
  • 171 Rohault de Fleury, G., Gallia dominicana..., op. cit., t. 1, Évreux, s.p.
  • 172 Voir A.D. Nord, 130 H 5-7, Lille Abbiette, Privilèges accordés par les comtes de Flandre et de Hain (...)
  • 173 Willesme, J.-P., « Les Jacobins de la rue Saint-Jacques... », op. cit.
  • 174 La Ville de Noyon, op. cit., p. 182.

48D’après les sources médiévales, à partir du xiiie siècle, les réorganisations du parcellaire urbain n’affectaient que les zones bâties circonscrites par les rues : seuls les grands complexes avaient des incidences sur le tracé de celles-ci168. Mais malgré leurs dimensions considérables169, les enclos mendiants n’ont pas engendré systématiquement de modifications de la voirie existante. Cependant, la fondation des couvents eut du moins pour conséquence l’aliénation de maisons ou de lotissements en vue de l’obtention de grands terrains. Ces opérations, effectuées lors de l’établissement de la communauté ou par la suite, sans donc altérer la structure globale du parcellaire, agissaient sur la nature de celui-ci170. C’était sans doute le cas de l’enclos des Dominicains d’Évreux dont le noyau initial consistait en une partie de la basse cour du château royal, que Robert le Portier, bailli de Gisors et de Verneuil, fit agrandir en procédant à l’achat des maisons et jardins attenants, afin de pourvoir les frères d’un terrain assez grand pour contenir le complexe et le cimetière conventuels171. De même, à la suite de leur installation intra-muros en 1341, les Dominicaines lilloises élargirent leur terrain initial en y ajoutant des terrains attenants, pour occuper entièrement une parcelle urbaine au xvie siècle172. Nous pouvons également évoquer l’enclos dominicain de Paris qui, pendant trois siècles, ne cessa d’être agrandi de part et d’autre de l’enceinte de Philippe Auguste173. En 1554, l’installation du couvent des Franciscains noyonnais intra-muros, dans un cadre urbain déjà structuré, entraîna le rétrécissement de la rue des Planquettes, qui bordait le côté oriental de l’enclos (fig. 62). À la fin du xvie siècle, certaines maisons du ressort de l’Hôtel Dieu furent également démolies, afin de permettre l’agrandissement du terrain et des édifices conventuels174.

  • 175 Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 147.
  • 176 A.D. Nord, 126 H 1, Rapports avec l’echévinage de Douai.

49L’impact de ces amplifications territoriales sur le paysage urbain se fit sans doute sentir dès le Moyen Âge. Ainsi, en 1278 à Douai, la commune – particulièrement attentive à la surveillance de l’état général des rues175 – interdit les agrandissements du terrain dominicain. Cette règle fut enfreinte seulement à deux reprises (au xive et ensuite au xvie siècle) quand les religieux, avec l’accord échevinal, achetèrent un terrain, une maison et une ruelle attenants à l’enclos afin de préserver l’intimité de leur vie conventuelle, par trop exposée dans un quartier animé176.

  • 177 Billard, M., Églises et chapelles d’Étampes autour de Notre-Dame, Étampes, 1988, p. 79-80.
  • 178 Voir Atlas Historique des villes de France : Étampes, Essonne..., op. cit.
  • 179 En effet, au Moyen Âge, les rues droites étaient l’apanage des villes neuves ou des secteurs tardiv (...)
  • 180 Il convient de signaler que le tracement de rues droites était souvent le corollaire de l’installat (...)
  • 181 R.A. Brugge, Invenatris van de verzameling oorkonden met blawe nummer. T 37, n° 7352, Construction (...)

50La redéfinition du parcellaire urbain et le tracement de nouvelles rues au moment de l’établissement mendiant coïncidaient souvent avec des entreprises d’urbanisation déjà amorcées à cet endroit. Nous pouvons évoquer ici l’enclos des Franciscains étampois, situé dans le secteur méridional de la ville, en cours d’urbanisation177. Le terrain était bordé vers le nord par la rue des Cordeliers qui, tracée au moment de l’installation des frères178, était rectiligne179. De même, la courte et droite rue conduisant à l’entrée occidentale du couvent des Augustins rémois, fut probablement ouverte à la suite de l’installation de la communauté dans cette partie de la ville récemment urbanisée180. Quant à la création de nouvelles voies dans un système de circulation urbaine déjà cristallisé les frères faisaient preuve d’une parfaite adaptation à ce dernier. Ainsi, les Augustins brugeois, après avoir emménagé intra-muros au bord d’un canal, décidèrent de construire un pont devant leur église. En 1294, les échevins accordèrent leur autorisation à condition que ce nouveau pont soit de la même hauteur que les autres (déjà construits sur le canal) afin de permettre le passage de bateaux même chargés. La ville s’accorda le droit de détruire le pont des Augustins si bon lui semblait181.

  • 182 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen-Âge, op. cit., p. 35.
  • 183 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 151.
  • 184 Louandre, F.-C., Histoire d’Abbeville..., op. cit., p. 461.

51Les Mendiants mirent également en œuvre des voies subsidiaires, qui étaient en usage dans les villes médiévales. Assez souvent, la liaison entre les deux côtés d’une rue était établie par des galeries suspendues perpendiculaires à la chaussée182. Les communautés, dont les acquisitions foncières étaient parfois distribuées de part et d’autre d’une rue, eurent recours à ce dispositif de communication. Nous pouvons évoquer ici les Franciscains de Rouen, qui accédaient au jardin qu’ils possédaient en face du côté méridional de leur enclos au moyen d’une galerie aérienne, construite avec l’accord communal183 (fig. 29). Les Franciscains abbevillois gagnaient leur jardin méridional par une galerie couverte, construite en travers de la rue qui séparait en deux la propriété conventuelle184. À Metz, au xive siècle, les Franciscains construisirent sur le côté oriental de l’enclos une passerelle enjambant la rue des Murs et permettant la communication avec un petit terrain situé en face, où étaient aménagées des latrines.

L’implication dans le système défensif

  • 185 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 199.
  • 186 Gosselin, L., « L’ancien mur d’enceinte de Caen et les vestiges qui en subsistent », B.S.A.N., 1952 (...)
  • 187 vPar l’aménagement des celliers et des ouvertures, ce réseau souterrain s’apparentait au système dé (...)
  • 188 Au sujet de la participation des frères, le cas échéant, aux entreprises belliqueuses, citons l’exe (...)
  • 189 Duclos, G., « Les souterrains de l’ancien couvent des Cordeliers de Pontoise », B.C. A.A., 1944, 52 (...)
  • 190 Voir Plouvier, M. (dir.), Laon, une acropole à la française, Amiens, 1995, p. 90.

52L’intensification du système défensif, notamment sous la menace de la guerre de Cent Ans, s’inscrivait dans les projets urbains majeurs tant par sa fonctionnalité immédiate que par son caractère symbolique185. Dans notre région, d’après les sources, les Franciscains caennais ont manifestement collaboré activement à la mise en œuvre de la défense urbaine à la fin du xive siècle186. Au milieu du xixe siècle, sur le site du complexe conventuel, fut mis au jour un réseau de salles voûtées et de couloirs souterrains , datant des xive et xve siècles : il reliait le couvent aux remparts, en correspondance avec la Tour de Sully. Soigneusement aménagé, ce système souterrain était muni d’ouvertures dans sa partie contiguë à l’enceinte187. La cession d’une partie de l’enclos pour la construction des remparts à la fin du xive siècle, et le remboursement des religieux qui s’ensuivit, supposent la collaboration des frères à la réalisation de cette infrastructure défensive souterraine à cet endroit188. À Pontoise, au début du xxe siècle, fut découvert, sous l’emplacement de l’ancien cloître franciscain, un ensemble de galeries datant de la fin du Moyen Âge. Aménagé à 7 mètres sous le sol, ce réseau souterrain était haut de 2, 20 mètres et sa largeur atteignait par endroits les 2, 30 mètres. Accessible par un escalier à vis en pierre, il était maçonné et voûté en plein cintre tandis que ses intersections étaient couvertes de croisées d’ogives. Les relations étroites qu’entretenaient les frères provinnois avec les autorités civiles et le pouvoir royal, ainsi que la proximité du couvent avec les remparts, le grand vicariat et l’hôtel de-Poix-et-d’Orgemont supposent que ces galeries souterraines ont été opérées par la communauté afin de compléter le système défensif de la ville189. Une participation analogue des Minimes de Laon à la défense urbaine conforte cette hypothèse190.

L’impact sur le développement d’espaces naturels

  • 191 Voir Comba, R., « La città come spazio vissuto : l’Italia centro-settentrionale fra xii e xve secol (...)
  • 192 Les jardins sont cités dans les chartes dès le xiiie siècle, tandis que les relations du xve siècle (...)
  • 193 En effet, cette enceinte avait été abandonnée au début du xviie siècle. Guillaume, J., La Ville de (...)
  • 194 A.D. Vosges, XXII H 9, Cordeliers de Neufchâteau. Procès, suppliques et requêtes, 1472-1741.

53L’attention portée par les Mendiants à l’aménagement naturel de leurs enclos, conjuguée aux dimensions considérables de ceux-ci, influait de manière positive sur le cadre naturel urbain. En effet, à la fin du Moyen Âge, l’affermissement du pouvoir communal se traduisait par la volonté d’embellir les villes, en y introduisant une alternance de parcelles bâties et d’espaces découverts191. Parallèlement, à une échelle plus réduite, les habitants procédaient à l’aménagement de jardins, où les fleurs voisinaient les potagers192. Ainsi, les jardins (cultivés et aménagés) mendiants participaient pleinement à cette tendance urbaine dominante, tout en l’amplifiant. Nous pouvons citer ici l’aménagement naturel du quartier des Dominicains douaisins, qui figure sur le plan en relief de la ville : le grand jardin conventuel fait écho aux autres « espaces verdoyants » qui constituent le centre de certaines parcelles urbaines bordées par des habitations serrées (fig. 13). Certes, il s’agit ici de l’aménagement urbain post-médiéval. Cependant, il est probable que celui-ci fut amorcé dès la fin du Moyen Âge. Citons à cet égard l’exemple des Franciscains de Neufchâteau qui, dès l’époque médiévale , avaient aménagé un jardin extra-muros, attenant à la muraille qui bordait leur enclos vers le nord (fig. 63). Cet espace servait de lieu de promenade aux étudiants mais point aux novices car il était dépourvu de clôture. En 1729, les frères proposèrent aux autorités civiles de détruire les anciens remparts à cet endroit193 et d’en réemployer les matériaux afin de ceindre le jardin des étudiants194. Il s’agissait là d’une intervention active sur la physionomie de la ville tant du point de vue topographique que symbolique étant donné la place prépondérante qu’occupaient les murailles dans le paysage urbain. Si la date de la requête des frères est tardive, l’aménagement du jardin dans un endroit généralement laissé en friche, à savoir la zone des remparts, date bien de l’époque médiévale. Les frères ont du évidemment attendre une conjoncture favorable pour officialiser, pour ainsi dire, leur initiative d’aménagement naturel extra-muros.

Le conditionnement des bâtiments voisins

  • 195 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 88.
  • 196 Vraisemblablement, la tendance de contrôler les habitations voisines était courante dans les couven (...)
  • 197 A.D. Nord, 130 H 297, Lille Abbiette, Maison et cour rue de l’Égypte, 1536-1771.
  • 198 Toutes les mesures prises par les Franciscains sont soigneusement exposées dans les archives conven (...)

54Malgré l’absence de sources explicites, il est certain que l’attention portée par les religieux à l’intimité des couvents avait des incidences sur l’aménagement des édifices civils attenants. D’après les relations, c’était le cas du couvent intra-muros des Carmes rouennais. Installé dans la partie septentrionale de la ville, près des remparts, il avoisinait les habitations destinés aux démunis, érigées dans les anciens fossés et financées par Blanche de Castille, qui avait enjoint que ces maisons fussent basses et sans cheminées, afin de ne pas incommoder le dortoir conventuel situé en face195. Manifestement, la reine, grande protectrice des Mendiants, exprima par cet ordre la volonté des religieux, inscrite sans doute dans le cadre des prérogatives urbaines mendiantes196. Un exemple analogue en est fourni par le couvent des Dominicaines lilloises, installé dans un quartier relativement pauvre. D’après les archives conventuelles du xvie siècle, les religieuses demandèrent, et obtinrent, que les habitations privées attenantes à leur demeure fussent rasées, afin d’assainir le quartier197. Très caractéristiques sont également les mesures coercitives appliquées par les Franciscains neufchâtelois sur les édifices attenants au couvent et à la place qui jouxtait celui-ci (et dont la communauté jouissait au même titre que la ville) ou bordant la ruelle qui y menait depuis la rue Neuve (fig. 63)198. En 1278, les frères ont exigé l’installation d’une gouttière sur le toit d’une maison afin que les eaux de pluie ne se deversent pas sur la place et ont demandé un aménagement analogue pour une maison contiguë à leur jardin. En 1449, ils ont imposé la fermeture d’une porte donnant sur la ruelle qui conduisait à la place et, en 1529, ils ont demandé au duc de Lorraine d’ordonner le démolition d’une autre porte ouverte sur cette même rue. En 1548, ils ont exigé l’obturation des fenêtres d’une vieille tour établie sur la place car ces jours avaient une vue sur le jardin conventuel. En 1535 l’administration urbaine projeta la construction sur la place d’une halle qui devait servir de magasin d’artillerie. Les religieux ont accepté, à condition que l’endroit soit entretenu, que cet édifice ne donne pas sur le jardin du couvent, qu’il n’en facilite l’accès clandestin, et que la ville se charge de la restauration de la vieille halle (sise sur la place) dont les religieux se servaient pour leurs prédications. De même, en 1597, le duc Charles III interdit à Jean d’Houdreville, procureur général de Vosges, de continuer la construction d’un bâtiment touchant la place du couvent.

L’adaptation aux processus d’urbanisation

  • 199 L’évolution topographique de l’enclos dominicain ainsi que spéculations foncières des religieux son (...)
  • 200 Pour l’attribution nominative de ces lotissements, voir A.N., S 4238, f°77,82,89.
  • 201 Pour la construction étaient recommandés la « bonne » pierre et les moellons, ainsi que le plâtre, (...)
  • 202 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 423. (...)
  • 203 À ce sujet, voir Pesez, J.-M., Le Roy Ladurie, E., « Le cas français : vue d’ensemble », dans Villa (...)
  • 204 Voir Willesme J.P., « Les Jacobins de la rue saint-Jacques... », art. cité, p. 148.

55Intégrés délibérément dans le cadre urbain, les couvents en suivaient les mutations, dues souvent aux tendances générales de la gestion foncière et immobilière. Certes, de par les dimensions considérables des enclos et l’ampleur des propriétés conventuelles, les répercussions de ces mouvements spéculatifs sur le paysage urbain étaient considérables. Nous pouvons nous référer ici à l’exemple caractéristique du couvent des Dominicains parisiens199, qui, désirant obtenir une compensation pour les terrains qui leur avaient été enlevés lors des travaux défensifs de la fin du xive siècle, obtinrent, en 1546, l’accord de François Ier de lotir leur propriété, située au-delà de l’enceinte urbaine, entre les portes Saint-Michel et Saint-Jacques200. Ainsi, à la place des vignes et des jardins conventuels, mesurant environ 3, 5 hectares, furent créés soixante-treize petits terrains de dimensions définies, baillés à titre de cens et rentes à des particuliers, à condition que ceux-ci y bâtissent des maisons201. En effet, surtout depuis le xve siècle, l’immeuble urbain était le support privilégié des crédits : les rentes, garanties par la valeur de la maison, étaient vendues par les propriétaires, qui en profitaient pour développer davantage leur capital immobilier202. Par ailleurs, la cession de la vigne conventuelle s’inscrivait dans l’abandon progressif de la viticulture dans la région parisienne, à partir du xvie siècle203. Ainsi, les frères, sensibles sans doute aux mutations et aux genèses de la topographie parisienne à l’extrême fin du Moyen Âge, en suivirent les tendances ; de par la surface importante du terrain loti et par les consignes précises quant au mode d’exploitation de celui-ci, ils contribuèrent au façonnement d’un nouveau paysage urbain. Celui-ci, en remplacement des jardins et des vignes, se composait d’environ soixante-dix maisons étroites, avec les pignons dressés sur la rue et séparées entre elles par des murets. Il importe de signaler que cet aménagement perdura jusqu’au xviiie siècle204 (fig. 41).

L’instauration d’une infrastructure paroissiale

  • 205 Voir Picard, J.-Ch., « L’espace religieux dans la ville médiévale (viiie-xiiie siècle) », dans Demo (...)
  • 206 Id., ibid., p. 119.
  • 207 Voir Desportes, P., « Villes et paroisses en France du Nord au Moyen Âge », H.E.S., 1965, 4, p. 163 (...)
  • 208 Picard, J.-Ch., « L’espace religieux dans la ville médiévale (viiie-xiiie siècle), dans Demolon, P. (...)
  • 209 Les exemples de paroisses créées par des communautés religieuses traditionnelles sur les domaines q (...)
  • 210 Par ailleurs, malgré les privilèges pontificaux qui leur furent accordés au sujet des sépultures, l (...)
  • 211 En effet, la prédication mendiante incitait à la confession et à la communion annuelles, stipulées (...)

56La fonction religieuse étant, au même titre que l’activité économique et l’organisation municipale, une des composantes principales des villes médiévales205, l’organisation paroissiale constituait un moyen d’encadrement civique et administratif des habitants, tant du centre urbain que du suburbium206. Dans la région que nous étudions, le phénomène paroissial – plus fréquent que dans le midi de la France207 – était le corollaire de la croissance urbaine208 ; celle-ci étant un des critères fondamentaux de l’implantation mendiante. Il serait intéressant d’examiner dans quelle mesure la présence des frères opéra la transition vers une structuration paroissiale de certains groupes de fidèles. Certes, de par leur caractère séculier209 et leur vocation apostolique, les couvents n’aspiraient aucunement au rôle de noyaux officiels d’une paroisse210. Néanmoins, la pastorale mendiante, fondée principalement - selon les prescriptions du concile de Latran IV - sur une cura animarum conséquente et efficace211, pouvait suppléer un cadre paroissial défaillant, voire déterminer la formation de paroisses.

  • 212 Au sujet du rôle de l’action mendiante à Ypres en amont des fondations, voir Meersseman, G., « Les (...)
  • 213 Voir Mus, O., « Rijkom en armoede. Zeven eeuwen leven en werken te Ieper », dans Van Houtte, H., Mu (...)
  • 214 En effet, la population active dans le textile représentait entre 48, 3 % et 64, 2 % de la populati (...)
  • 215 En 1247, la commune yproise déplora auprès des autorités ecclésiastiques le manque d’églises et de (...)
  • 216 Pour l’historique de l’installation des communautés mendiantes yproises, voir Simons, W., Bedelorde (...)
  • 217 Prevenier, W., « La bourgeoisie en Flandre au xiiie siècle », R.U.B., 1978, p. 407-428. Pour l’impl (...)
  • 218 Ces quatre établissements ont été fondés dans la seconde moitié du xiiie siècle.
  • 219 Mus, O., Trio, P., « L’implantation des ordres mendiants dans l’agglomération yproise durant le xii (...)
  • 220 Saint-Léger, A., Histoire de Lille..., op. cit., p. 60.
  • 221 Le béguinage de Lille fut érigé dès 1244, grâce au financement de la comtesse Jeanne de Flandre ; i (...)
  • 222 Saint-Léger, A., Histoire de Lille..., op. cit., p. 60.
  • 223 Trénard, L., Histoire de Lille. Des origines..., op. cit., p. 339.
  • 224 Aimond, C., L’Église Saint-Antoine..., op. cit., p. 15.
  • 225 Pour le contexte de fondation du couvent augustinien, voir Aimond, C., Histoire de Bar-le-Duc, op. (...)

57L’exemple d’Ypres est à cet égard caractéristique212. La floraison économique de la ville dans la seconde moitié du xiiie siècle213, due au renouveau de l’industrie drapière, était le corollaire d’un essor démographique « artificiel ». La production drapière étant désormais implantée sur les domaines des entrepreneurs, situés dans les faubourgs de la ville, un nombre important d’ouvriers s’installèrent à proximité de leur lieu de travail214. Mais en raison de cette concentration, le manque d’infrastructure paroissiale et d’encadrement spirituel s’y fit sentir de manière urgente215. L’installation des quatre ordres mendiants près ou dans les faubourgs d’Ypres, entre 1249 et 1269216, coïncide bien évidemment avec l’essor économique de ceux-ci. Néanmoins, il est probable que l’arrivée des frères et leur établissement dans la périphérie urbaine, furent entreprises avec l’accord (voire à l’incitation) des autorités communales et du patriciat, qui, assez souvent dans les villes flamandes, s’associaient pour garantir un climat social pacifique217. En l’occurrence, les quatre couvents mendiants, encadrés de deux béguinages, d’un couvent de Clarisses urbanistes et d’un établissement des religieuses du Tiers Ordre franciscain218, offraient aux fidèles la cura animarum, des secours matériels et une forme élémentaire d’instruction219 (et donc les prémices d’une structuration paroissiale et, par extension, urbaine). Une opération mendiante analogue, due manifestement à l’initiative des frères, avait été réalisée auparavant à Lille. L’installation, dans le faubourg Saint-Pierre, entre 1224 et 1274, des couvents des Dominicains et des Dominicaines220, ainsi que d’un béguinage221, contribua manifestement à l’essor spirituel et à la cohésion sociale de cet endroit, qui fut érigé rapidement en paroisse222. Par ailleurs, étant donné les contacts étroits qu’entretenaient les Dominicains lillois avec la ville d’Ypres, où ils avaient une intense activité apostolique dans le cadre de leur praedicatio223, il est probable que les autorités yproises appuyèrent l’établissement des Mendiants dans leurs faubourgs, « inspirées » en cela par l’exemple de Lille. Nous pouvons également évoquer l’exemple des Augustins de Bar-le-Duc, dont le couvent fut fondé à la fin du xive siècle, par le duc Robert et son épouse Marie de France, dans la Neuve Ville. Ce secteur, situé à l’est du bourg, était en cours d’urbanisation à l’initiative ducale. Il n’est donc pas fortuit qu’à la même époque le duc Robert ait décidé d’y établir le couvent augustinien. Le nouveau quartier dépendait de la paroisse Notre-Dame dont l’emplacement dans un faubourg éloigné, en dehors de l’enceinte fortifiée (fig. 26), n’encourageait pas les fidèles à s’y rendre, surtout en période d’hostilités guerrières224. Cependant, les habitants de la Neuve Ville, appartenant majoritairement à la classe artisanale, avaient sans doute besoin d’un encadrement spirituel adéquat. Le financement intégral de la construction du couvent augustinien par le couple ducal et l’appui de cette fondation par le pape Grégoire IX supposent que l’établissement des frères et leur pastorale furent jugés nécessaires et urgents. D’autant plus que ceux-ci étaient installés dans la région dès la fin du xiiie siècle et avaient déjà gagné la dévotion des fidèles et attiré le soutien des gouverneurs barrois225.

Liens par-delà les limites de la ville

L’activité et l’infrastructure pastorales régionales

  • 226 À cet égard, les exemples de Lille et d’Ypres sont flagrants.
  • 227 Citons, à ce propos, les admonitions de Bonaventura de Bagnoreggio : « Étant donné que la doctrine (...)
  • 228 En effet, au xiiie siècle notamment, les villes étaient peuplées de paysans récemment urbanisés. Vo (...)
  • 229 Expression employée dans id., ibid., p. 199.

58L’établissement en dehors de l’enceinte urbaine tissait naturellement des liens étroits entre les religieux, les habitants des faubourgs et ceux de la proche campagne226. Toutefois, suivant les prescriptions de leur ordre227, les couvents intra-muros entretenaient aussi des rapports étroits avec la région environnante au moyen des prédications et de la célébration des principaux offices. À cet égard, la mise en œuvre du réseau territorial des praedicationes, conjuguée à la prospection attentive de chaque fondation, motivaient la délégation, à certains couvents, de la charge pastorale de régions plus ou moins vastes. Outre son efficacité pour la planification de la mission mendiante, ce système s’adaptait à l’identité implicite des villes médiévales, qui, malgré la dissociation théorique entre urbs et rus, ont su conserver une affinité topographique et socio-économique228 avec la campagne environnante et s’apparentaient souvent à des « villes champêtres »229. Toutefois, la pastorale dans le cadre régional amplifiait l’impact des couvents urbains, renforcé par la présence d’établissements subsidiaires pour la praedicatio. Par ailleurs, le succès auprès des fidèles de certaines localités enclenchait la création de nouveaux couvents. Ce système d’échanges - religieux et spirituels tout du moins - entre les villes et leur proche région respectait les conjonctures humaines et politiques locales.

  • 230 À propos du rôle de la langue comme facteur de cohésion psychologique et, a fortiori, spirituelle, (...)
  • 231 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 346.
  • 232 Voir A.D. Nord, 127 H 10, Dominicains de Lille, Rapports avec le couvent des Dominicains de Saint-O (...)
  • 233 A.D. Nord, 127 H 30, Dominicains de Lille, Donations, 1232-1623.
  • 234 Adélaïde de Renaix et de Lessines, dame d’honneur de la reine Blanche de Castille et épouse d’Arnou (...)
  • 235 La baronnie de Lessines, appelée aussi « terre de débat », était revendiquée tant par la Flandre qu (...)
  • 236 De Pue, J. P., Geschiedenis van het Oud-Domininikanen klooster te Ieper (1263-1797), Louvain, 1982, (...)

59Nous pouvons évoquer les Dominicains berguois, d’expression thioise, qui étendirent leur praedicatio sur un rayon de 9 kilomètres vers le nord, où était parlé le thiois. L’affinité linguistique amplifiait sans doute l’impact de la pastorale230 dans les cinquante paroisses desservies par les frères, notamment les dimanches et les jours de fête231. Les Dominicains de Lille, s’exprimant aussi bien en langue picarde qu’en langue thioise, exerçaient avec succès leur pastorale dans un grand secteur autour de Lille, et notamment à Ypres232, où l’efficacité de leur action enclencha la fondation du couvent local. Au début du xvie siècle, les frères acquirent à Courtrai une maison, afin d’y loger lors des prédications. Cette possession fut confirmée définitivement par Charles Quint en 1550233. Car, à l’instar des couvents, les établissements mendiants auxiliaires étaient conditionnés, un tant soit peu, par les contingences politiques de leur région. Ainsi, tant les Franciscains que les Dominicains valenciennois avaient la possibilité d’être logés à Lessines234, qui, tout comme Valenciennes, relevait du comté de Hainaut235. Citons aussi le couvent dominicain d’Ypres, disposant de maisons dans trois villes (Nieuwpoort, Dixmude et Roeselare) dépendant de sa praedicatio236.

  • 237 Clouet, A., Histoire de Verdun..., op. cit., t. 1, p. 496.

60Quant à l’impact diachronique de la pastorale régionale mendiante, l’exemple du couvent des Augustins verdunnois est caractéristique. À la suite de la dissolution de la communauté au lendemain de la Révolution, l’évêque Aubry eut le dessein de conserver l’église conventuelle pour la convertir en chapelle épiscopale desservant le faubourg voisin du Pré-l’Évêque237. Ce projet ne fut pas accepté, mais l’intention épiscopale suppose que les ouailles de la région suburbaine étaient déjà attachées à l’église augustinienne par le biais de la pastorale : ainsi, malgré sa transformation en chapelle paroissiale, cet édifice, ancré dans la religiosité collective, aurait pu attirer les fidèles plus facilement.

Les repères religieux extra-muros

  • 238 Nous pouvons citer ici le cas des Dominicains de Valenciennes, qui conservèrent jusqu’au xviiie siè (...)

61Tout au long de leur existence dans les lieux d’accueil, les religieux eurent toujours soin de préserver les vestiges et la mémoire des différentes étapes de leur évolution. Les chapelles primitives des communautés étaient souvent conservées, et systématiquement intégrées dans l’enclos238. Ce procédé était relativement aisé dans le cas des couvents ayant gardé leur emplacement initial. Cependant, malgré les contraintes topographiques, les établissements transférés intra-muros entretenaient aussi des attaches avec le « lieu » du noyau conventuel initial qui revêtait ainsi le caractère de contrepoint spirituel extra-muros du couvent, et pérennisait l’impact de la présence des frères dans la zone périurbaine en question. Par ailleurs, l’investissement fréquent de l’établissement primitif par les religieux activait l’interaction religieuse entre la ville et sa périphérie.

  • 239 Lecesne, E., Histoire d’Arras depuis les temps..., op. cit., p. 32.
  • 240 id., ibid.
  • 241 Voir A.D. Oise, H 6535, Cordeliers de Noyon, Ancien emplacement de l’église et du couvent au faubou (...)

62Ainsi, dès lors qu’ils furent installés intra-muros au début du xvie siècle, les Franciscains arrageois instituèrent une procession annuelle, le jour des Défunts, vers leur ancien enclos, situé à l’extérieur de l’enceinte urbaine239. Étant donné que le second couvent de la communauté fut consacré la semaine de la Toussaint de 1524240, nous supposons que les religieux ont volontairement choisi d’honorer leur site primitif au jour anniversaire de la consécration de leur seconde demeure, afin de rendre indissociables les deux étapes de leur vie conventuelle. En outre, cette bipolarité conventuelle inscrivait définitivement la présence mendiante dans la topographie tant urbaine que périurbaine. Nous pouvons évoquer ici le cas similaire des Franciscains de Noyon. Après leur établissement intra-muros en 1554, ils ont continué à se rendre à leur ancien enclos. En raison de la fréquence et, probablement, de la solennité de ces visites, les religieux demandèrent et obtinrent, en 1615, le tracement d’une ruelle qui, bordant le côté septentrional de l’enclos intra-muros, conduisait aux remparts (fig. 62), où fut également ouverte une porte, permettant le passage des religieux241.

Les acquisitions dans le secteur périurbain

  • 242 En effet, les riches citadins, procédant à des investissements fonciers dans la campagne, obtenaien (...)
  • 243 id., ibid.
  • 244 Il convient de signaler qu’un effet similaire était probablement produit avec les possessions intra (...)

63L’attachement des fidèles aux Mendiants se manifestait matériellement par de nombreuses donations foncières, situées souvent dans les villages voisins ou à la périphérie de la ville d’accueil. En effet, dans la région que nous étudions, la majorité des couvents disposaient – en plus de leurs acquisitions urbaines – de nombreuses possessions dans la proche région. Celles-ci étaient souvent dues aux donations des habitants du secteur périurbain, touchés sans doute par la pastorale mendiante. Mais, il s’agissait aussi des dons de la part des citadins ayant investi dans la campagne voisine. Car, aux derniers siècles du Moyen Âge, le déséquilibre entre les charges seigneuriales et le prix de location de la terre fit de celle-ci un placement intéressant, qui attira nombre des citadins détenteurs de capitaux242. Ce phénomène était plus prononcé dans la périphérie de grandes villes comme Lille, Rouen ou Caen243. Ainsi, avec leurs possessions périurbaines, les religieux s’inscrivaient indirectement dans le mouvement économique et les spéculations foncières de leur région. Par ailleurs, leurs acquisitions, qui marquaient à plusieurs endroits la topographie de la campagne, rappelaient constamment la présence mendiante244.

  • 245 Information fournie par les archives conventuelles du xvie siècle. Voir A.D. Marne, 39 H 2, Dominic (...)
  • 246 Renseignement livré par les archives de la communauté. Voir A.D. Marne, 41 H 8, Cordeliers de Châlo (...)
  • 247 Les possessions des religieux sont dénombrées dans les archives conventuelles. Voir A.D. Marne, 38 (...)
  • 248 Outre les possessions dans la ville de Thionville, les archives conventuelles du xve siècle font ét (...)
  • 249 Voir A.D. Nord, 130 H 21-23, Lille Abbiette, Donations et fondations, 1276-1462 et A.D. Nord, 130 H (...)
  • 250 La liste détaillée des possessions foncières des religieuses est fournie par les archives conventue (...)
  • 251 Id., ibid.

64Nous pouvons citer, à titre d’exemple, les Dominicains245 et les Franciscains246 de Châlons-en-Champagne, qui possédaient des prés et fermes dans les villages voisins. Les Augustins de la même ville disposaient de nombreuses terres et des baux de dîmes dans la région suburbaine247. C’était également le cas des Augustins de Thionville, disposant de possessions foncières dans plusieurs villages de la région248. Depuis le xiiie siècle, les archives des Dominicaines de Lille recensent les nombreuses terres, maisons, rentes et dîmes que les religieuses possédaient dans la proche région249. Les Dominicaines rouennaises, ayant bénéficié de dons et d’aumônes dès le début du xive siècle, constituèrent un patrimoine foncier important, consistant en manoirs, jardins et pâturages, tant dans le faubourg Saint-Sever, où était établi le couvent, que dans la région voisine, dépendant des diocèses d’Évreux et de Sées250 ; la communauté disposait aussi de maisons dans la ville251.

65Établis délibérément en milieu urbain, les Mendiants étaient conscients du fait que leur intégration ne dépendait pas uniquement de leur impact pastoral. Par leur taille considérable et par leurs multiples activités, les couvents constituaient des cellules urbaines à part entière, dont la prospérité et, a fortiori, la suprématie spirituelle ne pouvaient être garanties que par l’adaptation dynamique au fonctionnement social et politico-économique du centre d’accueil. Ainsi, dans la région étudiée, les enclos avoisinaient, à tout le moins, un pôle de pouvoir effectif ou symbolique et jouxtaient les principales artères de communication intra- ou extra-muros. Quant à leur temporel, les religieux firent preuve de souplesse et de réceptivité par rapport aux tendances économiques et foncières de leur région. De même, ils s’imprégnèrent de la gestion spatiale et des mutations urbaines ambiantes, de manière à se synchroniser aux pratiques topographiques locales, voire à les devancer.

  • 252 À cet égard les couvents reflétaient - adaptées bien évidemment aux particularités locales – les th (...)

66À l’égard de leur mission primordiale, les religieux ne se sont pas limités aux villes d’accueil. Ils établirent des contacts fréquents avec les localités voisines, ayant au préalable étudié les spécificités des différents groupes de fidèles, mais aussi les contingences politiques de chaque région, afin de ne pas heurter le pouvoir. Ainsi, les enclos, s’inscrivant franchement dans le paysage des villes tout en activant les échanges avec la région environnante, constituaient des véritables condensations actives de tous les aspects officiels de la vie urbaine252.

Notes

1 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XIII, Determinationes quaestionum. Pars I., Quaestio V, p. 340.

2 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 382.

3 Metz médiéval : mises au jour, mise à jour, Metz, 1996, p. 19-21.

4 Cailleaux, D., « L’implantation des frères Mineurs dans le diocèse de Sens au xiiie siècle », dans Études bourguignonnes. Finance et vie économique dans la Bourgogne médiévale. Linguistique et toponymie bourguignonnes. Actes du cixe congrès national des sociétés savantes (Dijon, 1984), Paris, 1987, p. 269.

5 Notons que la puissance économique des villes allait de pair avec un seuil démographique relativement élevé, qui offrait un vaste et varié support pour la pastorale des frères. Au sujet de l’importance des critères quantitatifs urbains pour l’implantation mendiante, voir Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale... », art. cité, p. 937-941.

6 Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 135.

7 ID., ibid., p. 135.

8 Ganshof, F. L., Étude sur le développement des villes entre Loire et Rhin au Moyen Âge, Paris, 1943, p. 59-60.

9 Id., ibid.

10 Sur ce sujet, voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 189-225.

11 Entrèves, A.P. (d’) (éd.), dans « De Regimine Principum », Aquinas Selected Political Writings, Oxford, 1948, p.8.

12 « En vue de la fondation d’un royaume, il est nécessaire de prévoir quels lieux sont adéquats pour la fondation de villes, de palais ou de châteaux, où peuvent s’organiser les bâtiments pour les études, pour les exercices militaires, pour les réunions des négociants, et ainsi pour tous les autres éléments indispensables à la perfection le royaume. De même, pour le fonctionnement des institutions urbaines, il convient de prévoir quel lieu sera sacré, quel autre sera consacré au déroulement de la justice, et quel sera assigné aux différents artisanats. » Entrèves, A.P. (d’) (éd.), dans « De Regimine Principum », Aquinas Selected Political Writings, op. cit., p. 70.

13 Pour une analyse des écrits de Thomas d’Aquin sur la ville confrontés à la littérature urbaine traditionnelle des Pères de l’Église, voir Ansay, P., Schoonbrodt, R., Penser la ville. Choix de textes philosophiques, Bruxelles, 1989, p. 58-59.

14 En effet, en raison des mutations socio-politiques et des troubles guerriers de la fin du Moyen Âge, à l’urbanisation « sauvage » antérieure au xiiie siècle se substitua « l’urbanisation de remplacement et de complément », établie entre les mailles du tissu urbain préexistant. Voir Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale... », art. cité, p. 932.

15 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 255-256.

16 Rohault De Fleury, G., Gallia dominicana..., op. cit., t. 1, Évreux, s.p.

17 D’après le plan de la ville à la fin du xvie siècle. Voir B.N. Estampes, Collection Topographie de la France, Va 27, t. 7, Plan de Vernon de 1593.

18 Pour le contexte de l’installation du couvent franciscain dans la ville, voir Saint-Denis, A., Apogée d’une cité..., op. cit., p. 358-360.

19 Meersseman, G., « Les débuts des frères Prêcheurs... », art. cité, p. 16.

20 Opoix, C., Histoire et description de Provins, Provins-Paris, 1846, p. 354.

21 Toutefois, il convient de signaler qu’en France les Dominicains bénéficièrent de l’appui épiscopal les premiers, car leur structure cléricale correspondait aux consignes du concile de Latran IV relatives à l’encadrement pastoral et apostolique des évêques. Les Franciscains, en raison de la pérégrination apostolique de leurs débuts, durent attendre le pontificat de Grégoire IX (et plus particulièrement la bulle Nimis iniqua de 1231) avant d’obtenir la faveur des prélats. Voir Rusconi, R., « I Francescani e la confessione nel secolo XIII », dans Francescanesimo e vita religiosa dei laici nell’200..., op. cit., p. 267-268. Pour la bulle Nimis iniqua de Grégoire IX qui consacra le droit des Franciscains à la pratique de la confession et à l’accueil des sépultures, voir Eubel, Bullarii franciscani epitome, op. cit., p. 231-232.

22 Barthélemey, É. (de), Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne...., op. cit., p. 50.

23 Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne..., op. cit., p. 102.

24 Il s’agissait de la troisième demeure de la communauté rémoise.

25 Lequeux, J. F. M., Antiquités religieuses du diocèse de Soissons et de Laon, Paris, 1859, t. 2, p. 285.

26 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés..., t. XII, 3e partie, op. cit., p. 206.

27 Il convient de signaler que l’évêque de Langres était le seul maître dans sa ville et qu’il y exerçait des droits relevant du pouvoir comtal. Voir Wilsdorf-Colin, O., « Langres, ville frontière et capitale administrative (xiiie-xve siècle) », L.C.H.M., 1997, 210-211, p. 26.

28 Id., ibid., p. 32.

29 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 222-225.

30 D’après des observations statistiques le « beau paysage paroissial » correspondait au « beau paysage urbain » à la fin du Moyen Âge. Voir Martin, H., Mentalités médiévales..., op. cit., p. 49.

31 Il convient de signaler que l’association des établissements mendiants avec les églises paroissiales était induite par la fréquente cession de celles-ci aux communautés (notamment en vue des prédications) lors de leur arrivée dans une ville. Citons, à titre d’exemple, l’église rémoise Sainte-Étienne qui fut mise à la disposition des Dominicains, ainsi que l’église paroissiale désaffectée (dédiée à la Vierge) qui fut cédée aux Franciscains sarrebourgeois.

32 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 227.

33 Favier, J., xiveet xve siècles..., op. cit., p. 292.

34 Il importe de souligner que, tandis que la prédication était l’apanage des ordres mendiants dès leur fondation, le droit d’entendre des confessions et de recevoir des sépultures dans les couvents fut souvent contesté avec véhémence par le clergé séculier. Citons, à titre d’exemple, le cas des Franciscains d’Arras : en 1230, ils fondèrent leur couvent extra-muros dans la paroisse Saint-Vincent. Le droit d’aménager leur propre cimetière ne leur fut accordé qu’en 1271. Voir Moorman, J. R. H., Medieval Franciscan Houses, op. cit., p. 32.

35 Le droit de sépulture fut accordé au couvent mendiant en 1239 (quatorze ans après sa fondation) avec l’accord du curé de Saint-Thomas et des chanoines de Saint-Vaast. Voir Moorman, J. R. H., Medieval Franciscan Houses, op. cit., p. 59.

36 Derheims, J., Histoire de Saint-Omer, op. cit., p. 582.

37 La Rue (abbé de), Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, Caen, 1820, p. 189.

38 Par ailleurs, les supérieurs des ordres enjoignaient aux frères la fraternité et le soutien à l’égard des autres Mendiants. Voir Humberti De Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, Epistolae beati Humberti de Romanis ex capitulis generalibus ad ordinem scriptae, p. 494-500, « Cum Minoribus servande charitas fraterna », 1255.

39 Ternick, A., Arras : Histoire de l’architecture..., op. cit., p. 128.

40 Saint-Léger, A., Histoire de Lille des origines à 1789, Paris, 1993, p. 57.

41 Id., ibid.

42 Il importe de souligner que le béguinage de Lille était établi à l’instigation des Dominicains. Voir Meersseman, G., « Les frères Prêcheurs et le mouvement dévot en Flandre au xiiie siècle », A.F.P., 1948, 18, p. 89.

43 A.D. Marne, 41 H 1, Cordeliers de Châlons. 5, Bulle du pape Clément IV en faveur des Mineurs de Châlons contre les religieux de saint Augustin, 1267.

44 Emplacement élu probablement afin d’offrir aux religieuses une plus grande sécurité.

45 D’après l’estimation des édifices au lendemain de la Révolution, une ruelle séparait le couvent des Clarisses du jardin des Trinitaires. Voir A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 60 4-9, 11 octobre 1792. Estimation de la maison des sœurs Clarisses.

46 En effet, les établissements abandonnés étaient réhabilités notamment par les Augustins et les Carmes qui, arrivés tardivement dans les villes, n’ont pas toujours bénéficié de la première ferveur donatrice des fidèles, qui a entouré souvent l’installation des Franciscains et des Dominicains.

47 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse..., op. cit., p. 278.

48 Parisse, M., « Remarques sur les fondations... », art. cité, p. 213.

49 Béziers, M., Histoire sommaire de la ville..., op. cit., p. 135.

50 Dès la fondation des ordres, les communes se sont montrées solidaires avec les frères : du vivant de François d’Assise, la commune de cette ville décida d’édifier une maison pour les frères et par délibération communale prit en charge la réparation du toit de cet édifice. Voir Desbonnets, T., Vorreux, D., Saint François d’Assise. Documents écrits..., op. cit., « Legenda perugina », p. 11. Par ailleurs, dans la région que nous étudions, le pouvoir communal manifesta souvent son soutien et, le cas échéant, son secours en faveur des communautés mendiantes. Citons, à titre d’exemple, l’approvisionnement en eau du couvent des Franciscains rouennais, obtenu grâce au consentement échevinal. Une subvention échevinale fut accordée en 1437 aux Franciscains douaisins pour l’organisation du chapitre général de l’ordre dans leur couvent. L’aide communale, aussi, permit aux Carmes valenciennois d’acquérir un nouveau terrain, à la suite de l’incendie qui détruisit leur premier établissement. Voir, respectivement, A.D. Seine-Maritime, 36 HP 37, Cordeliers de Rouen, Construction de fontaines dans le couvent des Cordeliers (xiiie, xve, xviiie siècle) ; Dancoisne (abbé), « Mémoire sur les établissements... », art. cité, p. 449-450 ; Le Boucq, S., Histoire de la ville..., op. cit., p. 90.

51 Au xiie et au xive siècle, les réunions du prévôt de Paris et de ses échevins furent abrités dans divers endroits, élus au gré de la disponibilité des édifices. En Flandre, la construction des hôtels de ville débuta au xive siècle. Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 405. À Reims, en l’absence d’un hôtel de ville, les archives du conseil communal étaient conservées dans le couvent franciscain, tandis que les réunions électorales ou délibératoires des bourgeois y avaient lieu dans une grande salle aménagée à cet effet dans le cloître.

52 Id., ibid., p. 410.

53 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 369.

54 Un quartier dans la ville : la Ville vieille de Nancy, Nancy, 1973, p. 35.

55 Cette charte conférait à Valenciennes une autonomie étendue, qui la singularisait des autres villes du Hainaut. Voir Platelle, H. (dir.), Histoire de Valenciennes, Lille, 1982, p. 28-32.

56 Id., ibid. Il convient de souligner que les beffrois, dressés dès la fin du xiie siècle dans les villes du Nord et notamment en Flandre, affirmaient la présence d’un pouvoir communal. Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 401.

57 Ce phénomène était omniprésent surtout en Flandre. Cependant, les halles ne pouvaient pas être qualifiées d’édifices communaux, étant donné que les guildes marchandes qui accueillaient dans leur espace les assemblées municipales ne s’identifiaient pas obligatoirement avec le gouvernement communal. Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 402.

58 Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 149.

59 Atlas historique des villes de France : Étampes, Essonne : plan et notice, Paris, 1989.

60 Wingler, C., Jour de marché. Le Commerce à Étampes sous l’Ancien Régime, Étampes, 1997, p. 17.

61 Bruelle, A., Dictionnaire topographique de l’arrondissement de Cambrai, géologie, archéologie, histoire, Cambrai, 1862, p. 99.

62 Gamma, F., Document d’évaluation du patrimoine..., op. cit., p. 57.

63 Il convient de signaler que ceux-ci étaient systématiquement regroupés et à l’écart du centre urbain afin de préserver, un tant soit peu, les mesures de salubrité. Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 142-143.

64 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 215. À titre indicatif, nous pouvons citer une étude qui explore la puissance artisanale à Douai (représentative des « bonnes villes » de la fin du Moyen Age) et son impact sur l’économie et la société urbaines : Howell, M., « Achieving the guild effect without guilds : crafts and craftsmen in late medieval Douai », dans Les Métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, (1993), Louvain-la-Neuve, 1994, p. 109-128.

65 La proximité du couvent au canal de Robec est parfaitement visible sur les vues de Rouen de 1525 par Jacques le Lieur. Voir Adeline, J., Rouen au xvie siècle..., op. cit., s.p.

66 Mollat, M. (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, 1979, p. 82-83.

67 Id., ibid., p. 83.

68 Voir Benoît, P., Lardin, Ph., « Les élites artisanales au service de la ville. Le cas de Paris et de Rouen à la fin du Moyen Âge », dans Les Élites urbaines au Moyen Âge, xxviie congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, (Rome, 1996), Paris, 1998, p. 289 et 303.

69 Malgré la provenance diversifiée des étudiants et leur appartenance temporaire aux corporations universitaires, celles-ci étaient calquées sur le modèle des corporations artisanales. Les Mendiants ont manifesté une solidarité partielle à cette organisation universitaire. En effet, leur refus de percevoir des honoraires et le respect de la hiérarchie interne des ordres, qui plaçait la volonté des supérieurs au-dessus des décisions de l’Université, provoquèrent des conflits intestins qui entraînèrent la fermeture de l’Université parisienne dans la seconde moitié du xiiie siècle. Voir Fumagalli-beonio-brocchieri, M., « L’intellectuel », dans Le Goff, J. (dir.), L’Homme médiéval, Paris, 1989, p. 213-215.

70 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 365.

71 Id., ibid.

72 Voir Paul, J., « Le contraste culturel entre le Nord et le Midi dans la France médiévale », dans Église et culture en France méridionale (xiie-xive siècle), op. cit., p. 37.

73 Il s’agit du couvent des Augustins qui, fondé initialement extra-muros, était éloigné de la mouvance intellectuelle de l’Université. En 1287, la communauté décida de se transférer dans le quartier du Chardonnet et s’y installa en 1289, avant d’emménager (en 1293) dans l’ancien couvent des Sachets, situé dans la mouvance de l’Université.

74 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 352.

75 En effet, la fondation des Universités méridionales de Montpellier et de Toulouse coïncida à la mise en place des réseaux des studia mendiants. Voir Verger, J., « Le cadre institutionnel de l’essor universitaire : les statuts de Toulouse (v. 1300-1329) », dans Église et culture en France méridionale (xiie-xive siècle), op. cit., p. 51.

76 Il convient de signaler que, lors du renouvellement des statuts de la faculté des arts toulousaine au début du xive siècle, trois lecteurs provenant des établissements franciscain, dominicain et carmelite de la ville étaient nommés arbitres. Voir id., ibid., p. 54. Voir également Fournier, M., Les Statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, 1890, 1, p. 465 : « par suite, le recteur commissit diffiniendam et determinandam dictam dissensionem religiosis ac discretis viris lectoribus fratrum Predicatorum, fratrum Minorum et fratrum beate Marie de Carmelo. »

77 Paul, J., « Le contraste culturel entre le Nord et le Midi dans la France médiévale », dans Église et culture en France méridionale (xiie-xive siècle), op. cit., p. 20.

78 Désert, G. (dir.), Histoire de Caen, op. cit., p. 100-101.

79 Dancoisne (abbé), « Mémoires sur les établissements... », art. cité, p. 506-507.

80 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 328-329.

81 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, Rennes, 1984, p. 48.

82 D’après les archives municipales de l’ouest et du centre de la France, la largeur de ces passages oscillait entre deux mètres et demi et six mètres soixante. Voir id., ibid., p. 48-49. Nous supposons que ces dispositifs de circulation dans les villes de la région que nous étudions étaient de largueur analogue.

83 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 350.

84 Vimont, E., Le vieil Argentan.... op. cit., p. 25.

85 Beaumont-Maillet, L., Le Grand Couvent..., op. cit., p. 327-328.

86 Gobillot, R., Falaise et la vallée..., op. cit., p. 37.

87 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique.... op. cit., p. 150.

88 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 209.

89 Baudry, P., Le Monastère des Emmurées..., op. cit., p. 6.

90 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, op. cit., p. 11-12.

91 Id., ibid.

92 Il convient de signaler que nous examinerons dans une perspective diachronique les divers aménagements urbains qui ont eu des infléchissements positifs sur l’environnement des couvents. En effet, les sources livrent des indices à ce sujet mais ne précisent pas la date d’exécution des différents travaux. Toutefois, étant donné la relative lenteur de la mise en place des projets urbanistiques, nous supposons que rares étaient les établissements mendiants qui en profitèrent dès leur fondation. Cependant, dès lors, la préfiguration des restructurations de l’espace public présageait vraisemblablement l’évolution de l’environnement urbain immédiat des couvents. Au sujet de la lente concrétisation et réalisation des aménagements urbains, voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 352.

93 Id., ibid., p. 66.

94 La première ville à être équipée de pavage fut Paris, à la fin du xiie siècle, sous Philippe Auguste parmi d’autres villes, Amiens, Troyes, Douai, Gand et Bruges en possédaient déjà au xive siècle. Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 146.

95 Demolon, P., Louis, E., Douai, une ville face à son passé, Douai, 1982, p. 44.

96 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 150.

97 Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 146. Cependant, l’entretien de l’espace urbain ne faisait pas l’unanimité et était relativement négligé dans les petites villes comme Senlis. Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 306.

98 Voir A.D. Eure, H 1150, Cordeliers de Bernay, 1495-1788, Copie d’une délibération des habitants de la ville de Bernay au sujet de la cession, demandée par les Cordeliers d’une ruelle située rue de Lettre.

99 Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale... », art. cité, p. 927.

100 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 207-208.

101 Citons, à titre d’exemple, le cas de Valenciennes. Le paramètre déterminant de la floraison économique de la ville à la fin du Moyen Âge était sa localisation au point de départ de la navigabilité naturelle de l’Escaut. Ainsi Valenciennes fut classée parmi les riches villes du bassin scaldien (comme Bruxelles, Lille, Arras et Douai), car elle était située au point de rupture de charge entre les chariots et les bateaux. Voir Platelle, H. (dir.), Histoire de Valenciennes, op. cit., p. 54-68.

102 Voir Suttor, M., « Ponts, débarcadères et moulins : les équipements fluviaux des villes mosanes des origines à la fin du xvie siècle », dans Coulet, N., Guyotjeannin, O., La Ville au Moyen Âge..., op. cit., p. 98. Au sujet des ponts médiévaux, nous pouvons citer les ouvrages : Mesqui, J., Le Pont en France avant le temps des ingénieurs, Paris, 1986, et Maschke, E., « Die Brücke im Mittelalter », H.Z., 1977, 224, p. 265-292.

103 Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 208.

104 Suttor, M., « Ponts, débarcadères et moulins : les équipements fluviaux des villes mosanes des origines à la fin du xvie siècle », dans Coulet, N., Guyotjeannin, O., La Ville au Moyen Âge..., op. cit., p. 101.

105 Voir Mesqui, J., Le Pont en France..., op. cit., p. 108-114.

106 Barbat, L., Histoire de la ville..., op. cit., p. 155.

107 Sevray (abbé), Les Cordeliers de Séez, op. cit., p. 12, n. 1. Il convient de signaler que cette initiative était probablement appuyée par le roi Louis IX qui, disposé favorablement à l’égard des frères, leur céda, en 1259, la moitié de la rivière de l’Orne qui bordait leur enclos.

108 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 370.

109 Les villes portuaires britanniques, ayant fait l’objet de nombreuses campagnes archéologiques, en fournissent certains exemples caractéristiques qui peuvent s’appliquer, par analogie, aux villes françaises septentrionales et flamandes. Voir Milne, G., « Waterfront archeology in British towns », dans Schofield, J., Leech, R., Urban Archeology in Britain, Londres, 1987, p. 196-198.

110 Voir Verhaeghe, F., « L’espace civil et la ville », dans Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (dir.), Archéologie des villes dans le nord-ouest de l’Europe (viie-xiiie siècle). Actes du IV congrès international d’archéologie médiévale (1991), Douai, 1994, p. 161.

111 En effet, le parcellaire riverain était souvent occupé dès avant le xiiie siècle en imposant, assez fréquemment et surtout dans les villes néerlandaises, des « extensions internes » : les parcelles individuelles étaient étendues en direction de l’eau et les « fronts de rive » étaient consolidés par des revêtements en bois et, plus tardivement, en pierre. Voir id., ibid., p. 162.

112 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 152.

113 Chédeville, A., Le Goff, Rossiaud, J., La ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 206-207.

114 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 331.

115 Il est probable que, souvent, le choix de s’établir sur le périmètre des villes était partiellement imposé par la dense occupation du parcellaire urbain central. Toutefois, le voisinage des portes relevait sans doute de la décision délibérée des communautés.

116 Fortiad’Urban, Histoire de Hainaut..., op. cit., chap. lxxxvii.

117 Voir, respectivement, B.N. Estampes, Collection Topographie de la France, Va 62, t. 5, Arras, 1589 et Lecesne, E., Histoire d’Arras depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789 (Arras, 1880), réimpr. Marseille, 1976, t. 2, p. 54.

118 Bruelle, A., Dictionnaire topographique de l’arrondissement... op. cit., p. 104.

119 Trésors de l’église de l’l’arrondissement... op. cit., p. 19.

120 Derheims, J., Histoire de Saint-Omer, op. cit., p. 583.

121 Ganiage, J. (dir.), Histoire de Beauvais et du Beauvaisis, Toulouse, 1987, p. 68.

122 Voir Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale... », art. cité, p. 928.

123 German, P., Histoire de Falaise, Condé-sur-Noireau, 1983, p. 147.

124 A.D. Yvelines, 29 H 1, Cordeliers de Mantes, 1251-1738.

125 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident, op. cit., p. 336. Ainsi, au xive siècle à Langres, alarmés par l’issue de la bataille de Poitiers, les bourgeois et les habitants exposèrent à l’évêque dont ils relevaient) la gravité de la situation et proposèrent que quatre personnes « élues » parmi eux s’occupent de l’organisation de la défense. En effet, la garde de la ville fut confiée à des bourgeois notables et au prévôt épiscopal, tous chargés notamment de l’ouverture, de la fermeture et du contrôle des portes. Voir Wilsdorf-Colin, O., « La mise en défense de Langres au lendemain de la bataille de la bataille de Poitiers (1356) », dans Coulet, N., Guyotjeannin, O., La Ville au Moyen Âge..., op. cit., 174-175.

126 Au sujet des « pratiques contractuelles et des relations formelles » en tant que facteurs d’intégration urbaine, voir Ansay, P., Schoonbrodt, R., Penser la ville..., op. cit., 1989, p. 40-41.

127 Au sujet de l’impact mendiant sur les mouvements dévotionnels de la fin du Moyen Âge, voir Meersseman, G., « Les frères Prêcheurs et le mouvement dévot en Flandre au xiiie siècle », op. cit., p. 70. À propos du rapprochement entre la mystique et la théologie scolastique dans la pensée et, a fortiori, dans la pastorale mendiante, voir Michel, A. (éd.), Théologiens et mystiques au Moyen Âge. La Poétique de Dieu. ve-xve siècle, Paris, 1997, p. 68-71.

128 En effet, la prédication mendiante coïncida et s’intégra à l’essor de la prise de parole collective au sein du renouveau économique et intellectuel de la fin du Moyen Âge. Les « paroles nouvelles » à partir du xiiie siècle se faisaient surtout entendre dans les endroits urbains fréquentés par les Mendiants. Voir Vecchio, S., « Les langues de feu. Pentecôte et rhétorique sacrée dans les sermons des xiie et xiiie siècles », dans Dessi, R.-M., Lauwers, M. (dir.), La Parole du prédicateur..., op. cit., p. 267, ainsi que Le Goff, J., Schmitt, J.-C., « Au xiiie siècle, une parole nouvelle », dans Delumeau, J. (dir.), Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse, 1979, p. 257-279.

129 En fait, en adoptant cette habitude, les frères pérennisèrent la tradition des premiers religieux qui exerçaient leur pastorale in via, en se déplaçant dans des différents centres urbains où les lieux publics offraient une alternative efficace au fréquent manque d’un édifice ecclésial prêt à accueillir la parole mendiante. À propos des pérégrinations des frères, notamment des Franciscains, dans les premières années de l’existence des ordres, voir Le Goff, J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête », art. cité, p. 927.

130 Il convient de souligner qu’avec l’émergence de la conscience urbaine, à partir notamment de la fin du xiie siècle, les cimetières intra-urbains (symboles de collectivité socio-religieuse au-delà de la mort) devinrent des lieux de réunion et de sociabilité. Certains d’entre eux revêtirent même un caractère administratif, comme par exemple à Dijon où, au xiiie siècle, l’élection du maire de la ville se déroulait au cimetière Saint-Benigne. Pour le caractère urbain des cimetières, voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 216-217. Pour l’élection des maires dijonnais, voir Chevrier, G., « Les villes du duché de Bourgogne du xiiie à la fin du xve siècle. Organisation administrative et judiciaire », R.S.J.-B., 1954, 6, p. 407-443.

131 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge..., op. cit., p. 388.

132 À propos de l’expansion de ce dispositif topographique en Italie, voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 391-396. Pour une présentation de l’évolution diachronique de la « place à prêcher » du couvent dominicain de Bologne, voir Merlo, R., Archeologia medievale a Bologna. Gli scavi del convento di S. Domenico, Bologna, 1987, p. 127-130.

133 Voir A.D. Vosges, XXII H 9, Cordeliers de Neufchâteau. Procès, suppliques et requêtes, 1472-1741.

134 Dancoisne (abbé), « Mémoires sur les établissements... », art. cité, p. 494-495.

135 Id., ibid., p. 450-451.

136 Neveyx, F., Bayeux et Lisieux..., op. cit., p. 354. Manifestement, étant donné le nombre impressionnant des fidèles attirés par la prédication du lecteur dominicain, nous supposons que celui-ci prononçait souvent ses sermons dans les espaces publics de la ville. Par ailleurs, il est probable que, dans d’autres villes de la région étudiée, les frères prononçaient leurs sermons dans les cimetières urbains. C’était vraisemblablement le cas des Franciscains de Châteauvillain, dont l’enclos englobait le cimetière de la ville.

137 Baroth, N., « L’église des Cordeliers... », art. cité, p. 10.

138 A.G.O.P. Rome, K 483, Fondation du couvent des frères Prescheurs de Reims, en Champagne, de la province de France.

139 Voir Martin, H., Le Métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge, 1350-1520, Paris, 1988, p. 153. Il convient de signaler que la pratique de « planification » des sermons mendiants par les autorités civiles était d’usage aussi en Italie à partir du xve siècle. Voir Dessi, R. M., « La prophétie, l’Évangile et l’État. La prédication en Italie au xve et au début du xvie siècle », dans Dessi, R. M., et Lauwers, M. (dir.), La parole du prédicateur..., op. cit., p. 401.

140 Cet usage fut généralisé dans les grandes cités (telles que Metz, Troyes et Amiens) comme dans les centres urbains moyens (Évreux). Voir Martin, H., « Les prédicateurs franciscains dans les provinces septentrionales de la France au xve siècle », dans I Frati Minori tra’400 e’500. Atti del Convegno Internazionale di Studi Francescani (Assise, 1984), Assise, 1986, p. 239-240. Certains exemples de rétributions des sermons mendiants dans le Sud de la France sont cités dans Dérens, J.-A., « La prédication et la ville : pratiques de la parole et “religion civique” à Montpellier aux xive et xve siècles », dans La Prédication en Pays d’Oc (xiie-début xve siècle), op. cit., p. 356-358.

141 L’association intime, depuis le concile de Latran IV (1215), des sermons du carême aux indispensables confessions et communions pascales fut à l’origine du « monopole » mendiant, justifié bien évidemment par la solide formation des frères à la prédication. Voir Martin, H., Mentalités médiévales..., op. cit., p. 240.

142 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse..., op. cit., p. 148.

143 Lecoy de La Marche, A., La Chaire française au Moyen Âge, spécialement au xiiie siècle, Paris, 1868, p. 213.

144 Lecesne, E., Histoire d’Arras..., op. cit., t. 2, p. 56. Il convient de signaler que le second couvent franciscain était établi dans la paroisse de la Madeleine.

145 Voir A.D. Pas-de-Calais, 35 H 1, Cordeliers de Béthune. Vie spirituelle et privilèges, xvie et xviie siècles. L’initiative du marchand béthunois ainsi que la permission accordée par l’église Saint-Vaast supposent que, dès avant le xvie siècle, il existait dans la ville une tradition de prédications mendiantes dans les églises séculières.

146 Simons, W., Stad en apostolaat : de Vestiging van de Bedelorden in het graafschap Vlaanderen : ca. 1225-ca. 1350, Bruxelles, 1987, p. 249.

147 Gennevoise, J., Monographie de la ville du Quesnoy, Dunkerque, 1932, p. 10-11.

148 Meersseman, G., « Les débuts de l’ordre... », art. cité, p. 14.

149 Voir Simons, W., Stad en apostolaat : de Vestiging van de Bedelorden..., op. cit., p. 249.

150 Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, op. cit., p. 222. Pour les processions sacrées médiévales, voir id., ibid., p. 219-222.

151 Les Processions à saint-Omer avant 1770, Saint-Omer, 1864, p. 5, 10, 15. Il convient de signaler que l’implication active des frères dans les processions audomaroises datait des siècles précédents. À partir de 1405, en effet, les Dominicains et les Franciscains précédaient le clergé dans la procession du Saint-Sacrement.

152 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse..., op. cit., p. 54. Rappelons que la cathédrale était aussi mise à la disposition des frères à ces occasions.

153 Dancoisne (abbé), « Mémoire sur les établissements... », art. cité, p. 501.

154 Id., ibid., p. 450.

155 Richard, C. L., Histoires du couvent des Dominicains..., op. cit., p. 36. L’impact de cette procession à travers la ville était sans doute davantage amplifié par le déroulement, pendant la même période, du chapitre provincial de l’ordre dans le couvent des Dominicains arrageois. En fait, la fondatrice, Mahaut d’Artois, avait orchestré la concordance de ces deux événements majeurs et obtint également que les capitulants accompagnent les sœurs durant toute la procession.

156 Voir A.D. Nord, 127 H 24, Dominicains de Lille, Offices, cérémonies et prières, xve-xviie siècle.

157 Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne..., op. cit., p. 103.

158 Id., ibid.

159 Le Boucq, S., Histoire de la ville et du comté..., op. cit., p. 111-112.

160 Voir Dérens, J.-A., « La prédication et la ville : pratiques de la parole et “religion civique” à Montpellier aux xive et xve siècles », dans La Prédication en Pays d’Oc (xiie-début xve siècle), op. cit., p. 342.

161 Il convient de signaler qu’il ne s’agit pas ici d’un phénomène régional : une tendance analogue était également observée en Italie. À cet égard, et plus particulièrement pour la provenance florentine des Dominicains de Santa Maria Novella, voir La Roncière, Ch. M. (de), « Présence et prédication des Dominicains dans le contado florentin (1280-1350) », dans Dessi, R. M., et Lauwers, M. (dir.), La parole du prédicateur.,.,op. cit., p. 383-390.

162 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 31.

163 Pomarède, F., Reims : panorama monumental..., op. cit., p. 175.

164 Bourel de La Roncière, CH., Coulon, A., Registres d’Alexandre IV, n° 911.

165 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 733.

166 Voir Martin, H., Mentalités médiévales..., op. cit., p. 440.

167 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen-Âge, op. cit., p. 123. Par ailleurs, un exemple caractéristique de la marginalisation des étrangers dans le domaine du travail est fourni par la stricte organisation hiérarchique des métiers du bâtiment aux Pays-Bas à la fin du Moyen Âge. Voir Sosson, J.-P., « Structures associatives et réalités socio-économiques dans l’artisanat d’art et du bâtiment aux Pays-Bas (xive-xve siècle) », dans Barral Y Altet, X., Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge. I. Les Hommes, op. cit., p. 113-114.

168 Verhaeghe, F., « L’espace civil et la ville », dans Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (dir.), Archéologie des villes dans le nord-ouest de l’Europe..., op. cit., p. 170.

169 Voir supra, p. 97-99.

170 En effet, l’encadrement architectural des rues, considéré dans son intégralité et non isolément, relève de l’urbanisme. Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 145.

171 Rohault de Fleury, G., Gallia dominicana..., op. cit., t. 1, Évreux, s.p.

172 Voir A.D. Nord, 130 H 5-7, Lille Abbiette, Privilèges accordés par les comtes de Flandre et de Hainaut, 1251-1296.

173 Willesme, J.-P., « Les Jacobins de la rue Saint-Jacques... », op. cit.

174 La Ville de Noyon, op. cit., p. 182.

175 Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 147.

176 A.D. Nord, 126 H 1, Rapports avec l’echévinage de Douai.

177 Billard, M., Églises et chapelles d’Étampes autour de Notre-Dame, Étampes, 1988, p. 79-80.

178 Voir Atlas Historique des villes de France : Étampes, Essonne..., op. cit.

179 En effet, au Moyen Âge, les rues droites étaient l’apanage des villes neuves ou des secteurs tardivement urbanisés. Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 144.

180 Il convient de signaler que le tracement de rues droites était souvent le corollaire de l’installation d’une communauté religieuse dans un secteur peu urbanisé : citons l’exemple de la Villeneuve parisienne, aménagée par les Templiers dans le Marais, à partir de 1279. Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen Âge, op. cit., p. 44-45.

181 R.A. Brugge, Invenatris van de verzameling oorkonden met blawe nummer. T 37, n° 7352, Construction d’un pont devant l’église Saint-Nicolas, 1294.

182 Voir Leguay, J.-P., La Rue au Moyen-Âge, op. cit., p. 35.

183 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 151.

184 Louandre, F.-C., Histoire d’Abbeville..., op. cit., p. 461.

185 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 199.

186 Gosselin, L., « L’ancien mur d’enceinte de Caen et les vestiges qui en subsistent », B.S.A.N., 1952-1954, 52, p. 218-219 et Lecomte d’Ymouville, « Les Cordeliers et les Bénédictines du Saint-Sacrement à Caen, rue Élie de Beaumont », B.S.A.N., 1948-1951, 51, p. 393-397.

187 vPar l’aménagement des celliers et des ouvertures, ce réseau souterrain s’apparentait au système défensif établi à Lille, au milieu du xve siècle : celui-ci se composait de celliers voûtés, munis d’ouvertures servant d’« archères-canonières ». Voir Blieck, G., « La mise en défense de Lille en 1452-1453 », dans Coulet, N., Guyotjeannin, O., La Ville au Moyen Âge..., op. cit., 204-205.

188 Au sujet de la participation des frères, le cas échéant, aux entreprises belliqueuses, citons l’exemple des Franciscains châlonnais, qui ont participé activement à la défense de la ville contre les Anglais en 1429.

189 Duclos, G., « Les souterrains de l’ancien couvent des Cordeliers de Pontoise », B.C. A.A., 1944, 52, p. 40-45.

190 Voir Plouvier, M. (dir.), Laon, une acropole à la française, Amiens, 1995, p. 90.

191 Voir Comba, R., « La città come spazio vissuto : l’Italia centro-settentrionale fra xii e xve secolo », dans Spazi, tempi, misure e percorsi nell’Europa del bassomedioevo. Atti del XXXII Convegno Storico Internazionale (Todi, 1995), Spolète, 1996, p. 202-203.

192 Les jardins sont cités dans les chartes dès le xiiie siècle, tandis que les relations du xve siècle font état de la présence systématique de fleurs aux abords des habitations urbaines. Voir Lavedan, P., Hugueney, J., L’Urbanisme au Moyen Âge, op. cit., p. 143-144.

193 En effet, cette enceinte avait été abandonnée au début du xviie siècle. Guillaume, J., La Ville de Neufchâteau, Metz, 1994, p. 4.

194 A.D. Vosges, XXII H 9, Cordeliers de Neufchâteau. Procès, suppliques et requêtes, 1472-1741.

195 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique..., op. cit., p. 88.

196 Vraisemblablement, la tendance de contrôler les habitations voisines était courante dans les couvents d’obédience mendiante, au-delà même de la fin du Moyen Âge. Ainsi, d’après les archives des Franciscains rouennais, au début du xviie siècle, les particuliers dont les maisons donnaient sur la demeure des Clarisses urbanistes furent obligés d’obturer leurs fenêtres. De même, toute nouvelle construction attenante au couvent ne pouvait pas disposer de fenêtres dépassant en hauteur la clôture conventuelle. A.D. Seine-Maritime, 36 HP 43, Cordeliers de Rouen. Arrêtés du parlement de Rouen, xviie siècle.

197 A.D. Nord, 130 H 297, Lille Abbiette, Maison et cour rue de l’Égypte, 1536-1771.

198 Toutes les mesures prises par les Franciscains sont soigneusement exposées dans les archives conventuelles. Voir A.D. Vosges, XXII H 9, Cordeliers de Neufchâteau. Procès, suppliques et requêtes, 1472-1741 et A.D. Vosges, XXII H 14-19, Cordeliers de Neufchâteau. Biens du couvent, 1277-1745.

199 L’évolution topographique de l’enclos dominicain ainsi que spéculations foncières des religieux sont analytiquement exposées par J.-P. Willesme, « Les Jacobins de la rue saint-Jacques... », art. cité.

200 Pour l’attribution nominative de ces lotissements, voir A.N., S 4238, f°77,82,89.

201 Pour la construction étaient recommandés la « bonne » pierre et les moellons, ainsi que le plâtre, la chaux et le sable. Voir A.N., S4238, f°42,48.

202 Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 423. Au sujet de la gestion immobilière à Paris à la fin du Moyen Âge, voir Roux, S., « Être propriétaire à Paris à la fin du Moyen Âge », dans Le Sol et l’immeuble. Les Formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècle), Lyon, 1995, p. 71-83.

203 À ce sujet, voir Pesez, J.-M., Le Roy Ladurie, E., « Le cas français : vue d’ensemble », dans Villages désertés et histoire économique, xie-xviiie siècle, Paris, 1965, p. 203.

204 Voir Willesme J.P., « Les Jacobins de la rue saint-Jacques... », art. cité, p. 148.

205 Voir Picard, J.-Ch., « L’espace religieux dans la ville médiévale (viiie-xiiie siècle) », dans Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (dir.), Archéologie des villes dans le nord-ouest de l’Europe..., op. cit., p. 115.

206 Id., ibid., p. 119.

207 Voir Desportes, P., « Villes et paroisses en France du Nord au Moyen Âge », H.E.S., 1965, 4, p. 163-172.

208 Picard, J.-Ch., « L’espace religieux dans la ville médiévale (viiie-xiiie siècle), dans Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (dir.), Archéologie des villes dans le nord-ouest de l’Europe..., op. cit., p. 121.

209 Les exemples de paroisses créées par des communautés religieuses traditionnelles sur les domaines qu’elles possédaient, intra- et extra-muros, ne font pas défaut. Voir Demolon, P., Galinié, H., Verhaeghe, F. (dir.), Archéologie des villes dans le nord-ouest de l’Europe..., op. cit., p. 120. Pour la région étudiée, nous pouvons citer, à titre indicatif, la paroisse de l’abbaye Saint-Vaast d’Arras qui, au début du xiiie siècle, avait l’ascendant sur les paroisses environnantes, dépendant des chanoines de Notre-Dame. Voir, Berger, R., Littérature et société arrageoises au xiiie siècle. Les Chansons et dits artésiens, Arras, 1981, p. 37. Mais, les fondations mendiantes n’étaient pas régies par le système domanial et le clergé local contestait souvent les droits des frères aux oblations et à l’accueil des sépultures, afin d’abolir toute hypothétique revendication paroissiale.

210 Par ailleurs, malgré les privilèges pontificaux qui leur furent accordés au sujet des sépultures, les églises mendiantes conservaient leur caractère de « conventuelles ».

211 En effet, la prédication mendiante incitait à la confession et à la communion annuelles, stipulées par le concile Latran IV. Voir Martin, H., Mentalités médiévales..., op. cit., p. 240.

212 Au sujet du rôle de l’action mendiante à Ypres en amont des fondations, voir Meersseman, G., « Les débuts de l’ordre... », art. cité, p. 15.

213 Voir Mus, O., « Rijkom en armoede. Zeven eeuwen leven en werken te Ieper », dans Van Houtte, H., Mus, O. (dir.), Prisma van de geschiedenis van Ieper, Ypres, 1974, p. 1-27.

214 En effet, la population active dans le textile représentait entre 48, 3 % et 64, 2 % de la population yproise globale. Voir Prevenier, W., « La démographie des villes du comté de Flandre aux xive et xve siècles. État de la question. Essai d’interprétation », R.N., 1983, 257, p. 257-260.

215 En 1247, la commune yproise déplora auprès des autorités ecclésiastiques le manque d’églises et de couvents dans les faubourgs, ainsi que l’absence totale d’encadrement spirituel pour l’importante population de ceux-ci. Voir Carnier, M., « Het parochiewezen te Ieper tot 1300 », dans De Sint-Maartenskathedraal te Ieper. 60 jaar Kerkwejiding 1930-1990. Een bundel studies, Ypres, 1990, p. 107.

216 Pour l’historique de l’installation des communautés mendiantes yproises, voir Simons, W., Bedelordekloosters in het graafschap..., op. cit. (Augustins, p. 95-98 ; Carmes, p. 114-116 ; Dominicains, p. 80-81 ; Franciscains, p. 59-62).

217 Prevenier, W., « La bourgeoisie en Flandre au xiiie siècle », R.U.B., 1978, p. 407-428. Pour l’implication des mendiants dans l’établissement de la paix sociale, voir Paul, J., « La signification sociale du franciscanisme », dans Vauchez, A. (dir.), Mouvements franciscains et société française, xiie-xxe siècle, Paris, 1984, p. 9-25.

218 Ces quatre établissements ont été fondés dans la seconde moitié du xiiie siècle.

219 Mus, O., Trio, P., « L’implantation des ordres mendiants dans l’agglomération yproise durant le xiiie siècle », dans Les Moines dans la ville. Actes du colloque de Lille 1995, H.M.A., 1996, 7, p. 183-184.

220 Saint-Léger, A., Histoire de Lille..., op. cit., p. 60.

221 Le béguinage de Lille fut érigé dès 1244, grâce au financement de la comtesse Jeanne de Flandre ; il fut placé sous la direction des Dominicains en 1277. Voir Meersseman, G., « Les frères Prêcheurs et le mouvement dévot en Flandre au xiiie siècle », art. cité, p. 88.

222 Saint-Léger, A., Histoire de Lille..., op. cit., p. 60.

223 Trénard, L., Histoire de Lille. Des origines..., op. cit., p. 339.

224 Aimond, C., L’Église Saint-Antoine..., op. cit., p. 15.

225 Pour le contexte de fondation du couvent augustinien, voir Aimond, C., Histoire de Bar-le-Duc, op. cit., p. 56-57.

226 À cet égard, les exemples de Lille et d’Ypres sont flagrants.

227 Citons, à ce propos, les admonitions de Bonaventura de Bagnoreggio : « Étant donné que la doctrine du salut est tout aussi nécessaire pour les personnes qui habitent à la campagne et dans des endroits éloignés que pour ceux qui demeurent dans les villes, et afin qu’elle soit fructueuse à tous, vous êtes également appelés et chargés de l’édification de tous ceux-ci sans exception. » Voir Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XIII, Determinationes quaestionum, Pars II., Quaestio XIX, p. 370.

228 En effet, au xiiie siècle notamment, les villes étaient peuplées de paysans récemment urbanisés. Voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge.., op. cit., p. 198.

229 Expression employée dans id., ibid., p. 199.

230 À propos du rôle de la langue comme facteur de cohésion psychologique et, a fortiori, spirituelle, voir Toussaert, J., Le Sentiment religieux en Flandre à la fin du Moyen Âge, Paris, 1963, p. 12.

231 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 346.

232 Voir A.D. Nord, 127 H 10, Dominicains de Lille, Rapports avec le couvent des Dominicains de Saint-Omer et A.D. Nord, 127 H 11, Dominicains de Lille, Rapports avec divers couvents de Dominicains.

233 A.D. Nord, 127 H 30, Dominicains de Lille, Donations, 1232-1623.

234 Adélaïde de Renaix et de Lessines, dame d’honneur de la reine Blanche de Castille et épouse d’Arnoul, seigneur d’Audenarde, fonda, en 1255, un hôpital à Lessines et légua dix livres pour que les frères puissent y être accueillis lors de leurs prédications ou de leurs voyages. Voir Miraeus, A., Opera Diplomatica, Bruxelles, 1748, 3, p. 598-599, cité par Meersseman, G., « Les débuts des frères Prêcheurs dans le comté de Flandre »..., art. cité, p. 24, note 46.

235 La baronnie de Lessines, appelée aussi « terre de débat », était revendiquée tant par la Flandre que par le Hainaut. Elle échut finalement à ce dernier. Voir id., ibid., p. 24.

236 De Pue, J. P., Geschiedenis van het Oud-Domininikanen klooster te Ieper (1263-1797), Louvain, 1982, p. 65-68.

237 Clouet, A., Histoire de Verdun..., op. cit., t. 1, p. 496.

238 Nous pouvons citer ici le cas des Dominicains de Valenciennes, qui conservèrent jusqu’au xviiie siècle leur chapelle primitive, Saint-Martin, attenante au couvent. Les Carmes de Caen greffèrent à leur église leur chapelle initiale, Saint-Anne, en lui attribuant l’appellation « petit-chœur ». Les Franciscains de Beauvais conservèrent jusqu’à la Révolution leur oratoire primitif de Saint-Sépulcre, qui, transformé en bibliothèque, fut intégré activement dans la vie conventuelle.

239 Lecesne, E., Histoire d’Arras depuis les temps..., op. cit., p. 32.

240 id., ibid.

241 Voir A.D. Oise, H 6535, Cordeliers de Noyon, Ancien emplacement de l’église et du couvent au faubourg hors de la porte de Wez (Huez), 11 octobre 1615.

242 En effet, les riches citadins, procédant à des investissements fonciers dans la campagne, obtenaient aussi des avantages fiscaux : imposés dans leur lieu de résidence urbaine, ils ne participaient pas aux contributions réparties par les collecteurs des villages. À ce propos, voir Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, op. cit., p. 580-581.

243 id., ibid.

244 Il convient de signaler qu’un effet similaire était probablement produit avec les possessions intra-muros des religieux. Mais, en tant que « représentations » mendiantes, celles-ci étaient sans doute d’une portée relativement faible, comparées à la puissante présence des couvents et à l’impact de l’activité quotidienne des religieux, qui l’emportaient manifestement dans la conscience religieuse collective.

245 Information fournie par les archives conventuelles du xvie siècle. Voir A.D. Marne, 39 H 2, Dominicains de Châlons, 1-106, Biens, xvie-xviiie siècle et A.D. Marne, 39 H 3, Dominicains de Châlons, 1-139, Biens et titres de propriété.

246 Renseignement livré par les archives de la communauté. Voir A.D. Marne, 41 H 8, Cordeliers de Châlons, 16, Biens divers ; A.D. Marne, 41 H 9, Cordeliers de Châlons, Acquisition de terres ; A.D. Marne, 41 H 10, Cordeliers de Châlons, Acquisitions ; A.D. Marne, 41 H 11, Cordeliers de Châlons, Titres de propriété et donations, xvie siècle.

247 Les possessions des religieux sont dénombrées dans les archives conventuelles. Voir A.D. Marne, 38 H 1, Augustins de Châlons, Cartulaire : registre des copies des titres de propriété, des biens et des fondations, xviie siècle ; A.D. Marne, 38 H 4, Augustins de Châlons, 1-34, Biens, xve-xviiie siècle ; A.D. Marne, 38 H 5, Augustins de Châlons, 1-110, Biens, xvie-xviiie siècle.

248 Outre les possessions dans la ville de Thionville, les archives conventuelles du xve siècle font état d’acquisitions dans neuf villages de la région. Voir A.D. Moselle, H 2721 et 2728-2738, Augustins de Thionville, Biens dans Thionville et dans la région voisine.

249 Voir A.D. Nord, 130 H 21-23, Lille Abbiette, Donations et fondations, 1276-1462 et A.D. Nord, 130 H 40-121, Lille Abbiette, Domaines non fieffés.

250 La liste détaillée des possessions foncières des religieuses est fournie par les archives conventuelles. Voir A.D. Seine-Maritime, 68 HP 22, Couvent des Emmurées, Contrat de vente aux Emmurées d’une maison ; adjudication par décret de la terre de Fontenay, xvie-xviie siècle ; A.D. Seine-Maritime, 68 HP 24, Couvent des Emmurées, Titres et baux de maisons et prairies, xve-xviiie siècle ; A.D. Seine-Maritime, 68 HP 31, Couvent des Emmurées, n° 100, Déclaration du temporel du monastère des Religieuses de Saint-Matthieu de l’ordre des frères Prêcheurs, 17 août 1718.

251 Id., ibid.

252 À cet égard les couvents reflétaient - adaptées bien évidemment aux particularités locales – les théories urbaines des savants des ordres, comme Francesch Eximeniç. Ce Franciscain catalan, né au milieu du xive siècle et ayant entretenu des rapports étroits avec les communautés françaises, exposa dans le volume XII de son encyclopédie Crestià (1381-1386) le système urbain de la ville idéale : celle-ci devait comprendre, dans ces quatre principaux quartiers, quatre couvents mendiants, communiquant avec le centre religieux urbain (la cathédrale), jouxtant des belles places (peuplées et animées d’activités commerciales et économiques) et bénéficiant, sans doute, d’un accès facile aux portes (dont devait être pourvu chaque quartier urbain). En fait, malgré son excessive schématisation théorique, cette conception de l’organisation de la ville correspond au processus d’insertion urbaine mis en œuvre par les couvents de notre région. Au sujet des théories urbaines d’Eximeniç, voir Puig Y Cadafalch, J., « Idees tèoriques sobre urbanisme en el segle XIV : un fragment d’Eiximenis », E.U.C., 1936, 21, p. 1-2.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search