Version classiqueVersion mobile

Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge

 | 
Panayota Volti

Chapitre III. Microtopographie : l’espace conventuel

Texte intégral

1Outre les contingences purement architectoniques, la configuration naturelle du site avait des conséquences sur les aménagements architecturaux des ensembles mendiants. La cohérence structurelle et spatiale, ainsi que la fonctionnalité des édifices, nécessitaient des terrains appropriés. Mais, le plus souvent, l’acquisition de ceux-ci dépendait des libéralités des fidèles ou des puissants protecteurs. Les sources relatives à la région qui occupe notre recherche ne précisent que rarement la marge de choix accordée aux frères.

  • 1 Voir Meiss, P. (von), De la cave au toit. Témoignage d’un enseignement d’architecture, Lausanne, 19 (...)
  • 2 Voir Bachelard, G., La Poétique de l’espace, Paris, 1998 (2e éd.), p. 192-195.

2Néanmoins, les évocations descriptives des couvents et les documents iconographiques (malgré leur date généralement tardive) reflètent la gestion spatiale du terrain au Moyen Âge en vue des constructions conventuelles. Outre l’aménagement initial, étant donné que la vie des édifices dépasse la destination circonstancielle de l’instant de leur genèse1, il incombait aux communautés de réorganiser leurs sites à la suite des transferts ou des agrandissements des couvents ; et ce, en se pliant aux contingences de l’environnement urbain et en respectant l’équilibre de la réciprocité fonctionnelle du « dedans » et du « dehors »2, à savoir des espaces bâtis et de l’espace naturel, composantes fondamentales de tout ensemble conventuel. Les solutions adoptées n’étant pas régies par des réglementations incontournables, la gestion des terrains s’adaptait aux besoins spécifiques de chaque installation sans toutefois transgresser l’harmonisation générique de l’ensemble des couvents.

L’acquisition de l’enclos

3À la fois support et cadre de toute réalisation architecturale, le terrain conventuel était d’une importance capitale pour l’implantation et, ensuite, pour l’activité de la communauté mendiante. Toutefois, le laconisme des sources ne nous permet pas d’établir un bilan précis de la procédure d’acquisition des enclos. Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure d’évaluer l’interférence effective des religieux dans l’entrée en possession des terrains. Néanmoins, même si le choix de l’enclos ne relevait pas des frères souvent tributaires des largesses des donateurs, il est très probable que les communautés exprimaient au préalable leurs desiderata quant aux principales caractéristiques du site, afin que celui-ci corresponde aux besoins précis de chaque futur couvent et, a fortiori, aux principes généraux des ordres. Ces démarches intervenaient tant lors de l’installation initiale que lors des déménagements a posteriori.

La première installation

Les terrains mis en possession des religieux

4Dans la région qui fait l’objet de notre étude, la majorité des couvents furent établis sur des terrains offerts par des donateurs bienveillants. Toutefois, pour le faible pourcentage des sites dont le mode d’acquisition n’est pas précisé par les sources, il serait intéressant d’examiner dans quelle mesure ils furent, eux aussi, offerts aux communautés.

  • 3 Voir Notice historique sur Compiègne et Pierrefonds, Compiègne, 1836, p. 35.
  • 4 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse d’Évreux, Paris, 1933, t. 1, p. 54.
  • 5 Saint-Denis, A., Apogée d’une cité, Laon et les Laonnois aux xiie et xiiie siècles, Nancy, 1994, p. (...)

5Dans le cas des donations royales ou princières, la munificence des donateurs garantissait des terrains suffisamment grands pour accueillir l’ensemble conventuel. Ainsi, en 1258, les Dominicains de Compiègne furent dotés par Louis IX d’un nombre important de terres ayant appartenu au domaine castrai de Charles le Chauve3. Malgré l’ampleur des édifices et l’essor de la communauté aux siècles suivants, l’agrandissement du site initial ne fut pas jugé indispensable. Le couvent dominicain d’Évreux était placé également sous les auspices de Louis IX4. En 1268, le roi céda aux religieux une partie de la basse-cour de son château ébroïcien et chargea Robert le Portier, alors bailli de Gisors et de Verneuil, d’acheter certaines maisons et jardins attenants afin d’élargir la superficie du futur enclos. L’opération dura deux ans et en 1270 les frères étaient en possession d’un terrain imposant. De même, les Franciscains laonnois, désireux de s’établir intra-muros, obtinrent en 1269 de Louis IX la Vieille Cour du Roi, ancienne résidence royale laonnoise, ainsi qu’un groupe de maisons contiguës, aliénées en vue de l’installation mendiante5. D’une étendue et d’une valeur considérables, le nouveau clos suscita la réaction véhémente de l’abbaye de Saint-Jean car le futur couvent était situé dans sa censive, mais également des bourgeois qui spéculaient sur des investissements fonciers à cet endroit.

  • 6 Vimont, E., Le Vieil Argentan, ses rues, ses fortifications, ses monuments et ses juridictions, Arg (...)
  • 7 Richard, C. L., Histoires du couvent de Dominicains de Lille en Flandre et celui des dames Dominica (...)

6Dans le cadre des donations foncières princières, le couvent des Clarisses d’Argentan6, érigé au début du xvie siècle sur un site offert par Marguerite de Lorraine, veuve du duc René d’Alençon, ne nécessita pas d’agrandissement postérieur. Ce fut également le cas pour les Dominicaines d’Arras, établies en 1324 sur un clos acheté en vue de la fondation du couvent par la comtesse Mahaut d’Artois7. À la fin du Moyen Âge, les sœurs avaient considérablement étendu leur temporel dans les faubourgs arrageois et les villages voisins au moyen d’acquisitions foncières, mais les sources ne font pas état d’un élargissement du terrain initial.

  • 8 Toussaint, J., Coutances des origines à la Révolution, op. cit., p. 90.
  • 9 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., p. 289.
  • 10 Vimont, E., Le Vieil Argentan, ses rues, ses fortifications, ses monuments et ses juridictions, op. (...)
  • 11 Gobillot, R., Falaise et la vallée de l’Orne, 1909, p. 37.
  • 12 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. T. XII, Province ecclésiastique (...)
  • 13 Musset, L., « L’église et le couvent des Carmes de Caen et l’inscription obituaire de Jean d’Estout (...)

7Les donations de terrains par les seigneurs et les bourgeois locaux étaient parfois insuffisantes pour répondre aux besoins fonciers souvent croissants de la communauté. Certes, dans certains cas, les dimensions initiales du clos étaient en adéquation avec l’évolution du couvent. Par exemple, les Dominicains de Coutances, installés dès 1232, ne furent jamais contraints d’agrandir leur terrain, qui leur avait été offert par le gouverneur de la ville, Foulques Paisnel8. De même, la superficie du clos franciscain verdunnois, cédé aux religieux par la puissante famille de la Porte9, ne fut pas augmentée depuis le début du xiiie siècle. En revanche, à Argentan, en 1290, le marchand Raoul d’Osbery et sa femme Alice offrirent aux Dominicains un terrain situé entre les deux enceintes de la ville10. Le couvent aussitôt établi, Philippe le Bel concéda aux frères les fossés situés au sud-est de l’enclos ainsi qu’une parcelle attenante. Ces deux donations, faites en 1294, constituent une preuve a silentio que les dimensions initiales de l’enclos n’étaient pas suffisantes pour le fonctionnement de l’ensemble conventuel. Nous pouvons également citer ici l’exemple des Franciscains de Falaise. Dotés en 1223 par Pierre du Pont d’Ouilly, maire de la ville et descendant d’une des puissantes familles bourgeoises, d’un terrain attenant aux remparts (fig. 20), ils obtinrent bientôt une parcelle voisine offerte par Raoul, frère du premier donateur. Ensuite, le terrain conventuel fut encore agrandi grâce à la générosité de Louis IX11. Le clos des Franciscains baralbins connut une évolution analogue12. La parcelle initiale donnée en 1284 aux religieux par la bourgeoise Émeline de la Porte fut augmentée l’année suivante par la même bienfaitrice avec la cession d’un jardin attenant. En 1287, une généreuse donation de Jeanne de Navarre, épouse de Philippe le Bel et dernière descendante des comtes de Champagne, permit à la communauté d’agrandir davantage son enclos. De même, les Carmes caennais acquirent en 1278 un terrain offert par le bourgeois Jean Pillet13, mais l’édification du couvent ne put être entreprise qu’à la suite de l’agrandissement du clos obtenu grâce aux libéralités des fidèles.

  • 14 Voir à ce sujet Freigang, C., « Les rois, les évêques et les cathédrales de Narbonne, de Toulouse e (...)
  • 15 Barthélemy, É. (de), Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses institutions depuis son or (...)
  • 16 Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments depuis son origine jusqu’ (...)
  • 17 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. T. XII, Province ecclésiastique (...)
  • 18 L’Archéologie de beauvais ou d’une ville, op. cit., p. 47.
  • 19 Neveux, F., Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, 1996, p (...)
  • 20 Pomarède, F., Reims : Panorama monumental et architectural des origines à 1914, Strasbourg, 1985, p (...)
  • 21 Moorman, J. H. R., Medieval Franciscan Houses, New York, 1983, p. 299.

8Lorsqu’un archevêque ou un évêque sont cités comme étant les donateurs du terrain conventuel, il convient de nuancer cette indication par la nature juridique même du pouvoir épiscopal. Le droit canonique imposait en effet aux prélats de confirmer par une dotation la fondation de toute nouvelle église14. Les couvents mendiants ne s’inscrivent certes pas dans le cadre des édifices cultuels séculiers, mais, étant donné leur caractère à la fois religieux et apostolique, il est certain qu’ils attiraient la bienveillance épiscopale, doublée souvent par des indulgences pontificales. En effet, outre les donations sporadiques de clos par les évêques, l’appui de ceux-ci déterminait souvent la procédure d’acquisition des terrains mendiants. Ainsi, en 1220 et 1224 respectivement, les Dominicains15 et les Franciscains16 de Châlons-en-Champagne reçurent leurs clos du prélat châlonnais lui-même, Guillaume de Perche. Les Dominicains langrois s’installèrent en 1232 sur des terres achetées par l’évêque Hugues de Montréal17. En revanche, les démarches d’acquisition furent différentes pour les Franciscains de Beauvais, qui reçurent de l’évêque Milon de Nanteuil une maison et la vieille chapelle du Saint-Sépulcre, situées dans le secteur oriental de la ville. Par la suite, les libéralités des fidèles permirent aux religieux d’agrandir leur clos initial afin d’y édifier, en 1233, leur propre église18. L’exemple du couvent franciscain de Bayeux est également caractéristique. En 1220, les frères furent invités par l’évêque Robert d’Ablèges qui leur céda la chapelle Sainte-Marguerite dans le suburbium oriental de la ville. Deux ans plus tard, la communauté acquit, dans le faubourg Saint-Loup-Sur, une grande parcelle offerte par le chanoine Jean d’Arry. L’appartenance directe du donateur à la mouvance épiscopale incita sans doute le seigneur de Campigny, Guillaume Hamon, de qui relevait le terrain, à exonérer les religieux de toutes les redevances qui lui étaient dues19. Nous pouvons encore citer les cas des Clarisses de Reims, qui, invitées vers 1220 par l’archevêque Guillaume de Joinville, s’installèrent aussitôt dans un vaste terrain offert par l’abbaye de Saint-Denis20. Il convient de signaler ici que dès lors qu’une autorité religieuse, autre qu’épiscopale, manifestait sa bienveillance, le processus d’acquisition des terrains mendiants était analogue. Les Franciscains de Metz, établis en 1230 à l’initiative du provincial d’Allemagne, Jean de Plancarpin, obtinrent en 1243 un clos de dimensions convenables pour l’érection de leur couvent, grâce à la donation d’Odile Belgrée, veuve du maître-échévin de la ville Simon Belgrée21.

  • 22 Trénard, L., Histoire de Cambrai, Lille, 1982, p. 99.
  • 23 Id., Ibid., p. 103.
  • 24 Id., Ibid.
  • 25 L’emplacement privilégié du couvent est parfaitement visible sur les plans de la ville du xviie siè (...)

9Le mode de prise de possession de certains terrains n’est pas spécifié par les sources. Néanmoins, les évocations historiques nous permettent de déduire avec une relative certitude que certains des sites firent l’objet de donations en faveur des religieux. Ce fut sans doute le cas du clos des Clarisses cambrésiennes. Arrivées en 1493, les soeurs furent accueillies solennellement par l’évêque Henri de Berghes et les représentants de tous les établissements religieux et des paroisses de la ville22. Une manifestation d’une telle ampleur, conjuguée au sentiment général que la nouvelle communauté était dépositaire d’une renaissance spirituelle23, supposent que les religieuses bénéficièrent de la générosité des fidèles pour l’acquisition de leur terrain. Par ailleurs, il est probable que celui-ci fut mis à la disposition de Clarisses dès leur arrivée, étant donné que celles-ci vivaient en clôture absolue et qu’elles firent leur entrée à Cambrai protégées des regards dans un chariot couvert24. Les sources demeurent également muettes au sujet de la prise de possession du clos dominicain de Toul25. Cependant, l’emplacement privilégié de celui-ci, au centre de la ville et à proximité de deux grandes places, suggère que les frères jouirent de la bienveillance d’un donateur puissant.

Les choix directs de la communauté

  • 26 L’investigation préliminaire afin de canaliser les volontés des donateurs était appliquée aussi par (...)
  • 27 Chapotin, M.-D, Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 196.
  • 28 Dès le xie siècle les teintureries, les tisserands et les moulins à foulon étaient solidement insta (...)
  • 29 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., t.1, p. 301.
  • 30 L’attachement des fidèles et des puissantes familles verdunnoises aux Dominicains et les Franscisca (...)
  • 31 Notons que l’affiliation de la future communauté à l’ordre des Sœurs Mineures en 1293 fut obtenue g (...)

10Les donations des clos aux communautés mendiantes alternaient avec le libre choix des sites par les religieux eux-mêmes. Toutefois, ce dernier mode d’acquisition foncière était moins fréquent et, d’après les sources, les communautés ne s’engageaient pas obligatoirement à verser la somme nécessaire mais elles guidaient la décision de donateurs éventuels, à la suite sans doute d’une enquête préalable sur les terrains26. L’exemple des Dominicains beauvaisiens est à cet égard caractéristique. Les frères arrivèrent à Beauvais en 1225. En 1233, le châtelain et les bourgeois de la ville, ainsi que les seigneurs de la région, financèrent l’acquisition de la parcelle qui reçut ensuite le couvent27. Les huit ans écoulés avant la prise de possession du terrain permirent sans doute aux religieux d’examiner les diverses possibilités d’établissement. Le site précis, sur lequel se fixa leur choix, répondait vraisemblablement aux besoins intérieurs et à l’activité apostolique de la communauté. L’hypothèse du retardement de l’acquisition foncière dominicaine faute de donateurs peut être écartée. En effet grâce à son opulence économique due notamment sur l’essor de la draperie28, la ville de Beauvais était un endroit favorable aux installations mendiantes. Les Franciscains, arrivés en 1225, jouissaient de l’appui épiscopal de Milon de Nanteuil et, au terme de quatre ans, ils obtinrent leur parcelle initiale, agrandie par la suite grâce à la munificence des fidèles. Nous pouvons citer aussi le cas du couvent des Clarisses verdunnoises, fondé en 1292 à la suite de la requête de quatre femmes pieuses auprès du prélat Jacques de Revigny29, dans une ville où le clergé manifestait à la fin du xiiie siècle son désagrément à l’égard des installations mendiantes30. La permission épiscopale aurait difficilement été accordée si la fondation n’avait pas été le corollaire d’un site disponible, repéré au préalable. Cependant, il est peu probable que l’acquisition du terrain ait été prise en charge financièrement par la future communauté. Cette initiative aurait en effet dérogé à l’identité de Pauvres Clarisses à laquelle aspiraient les religieuses. Néanmoins, celles-ci étaient vraisemblablement appuyées par de puissants protecteurs31, qui sans doute assumèrent les frais de la transaction.

  • 32 Menche De Loisne, A., Inscriptions et sépultures des anciennes églises de Béthune, Arras, 1896, p. (...)
  • 33 Simons, W., Bedelordekloosters in het graafschap Vlaanderen..., op. cit., p. 112.

11Dans de rares cas, les frères versaient eux-mêmes le montant pour le terrain qu’ils avaient choisi. À titre d’exemple, citons les Franciscains de Béthune qui, en 1259, achetèrent à l’abbaye de Saint-Vaast l’enclos qui reçut ultérieurement leur demeure32. Les sources du xvie siècle font état de la générosité des fidèles qui avait permis aux religieux d’agrandir leur enclos. Mais il s’agit là de parcelles jointes a posteriori au noyau initial choisi et payé directement par les frères. Évoquons aussi les Carmes de Bruges qui, en 1264, choisirent et achetèrent eux mêmes leur terrain situé dans les abords septentrionaux de la ville, et qui fut englobé ensuite dans l’enceinte urbaine33.

Les transferts des enclos

12Au cours des trois siècles de leur existence médiévale, maints clos mendiants changèrent d’emplacement pour des raisons variées. Une étude de celles-ci nous permettra de définir si les religieux procédèrent aux déménagements de leur propre initiative (en raison, par exemple, d’une inadéquation du terrain initial) ou s’ils y furent contraints pour des raisons indépendantes de leur volonté. De plus, nous examinerons dans quelle mesure le choix des clos ultérieurs appartenait aux communautés.

  • 34 Rohault De Fleury, G., Gallia dominicana..., op. cit., t. 1, Lille, Monastère des Dominicaines d’Ab (...)

13Les Dominicaines de Lille, installées dès 1274 dans le faubourg de Saint-Pierre, furent confrontées au xive siècle à la destruction de leur couvent lors des conflits qui opposaient le royaume de France à la Flandre34. La permission de leur transfert intra-muros obtenue, les sœurs, généreusement dotées par leur fondatrice Marguerite de Flandre et leurs bienfaiteurs postérieurs, achetèrent en 1341 à Baudouin, sire d’Auberchicourt, un terrain situé dans la partie orientale de la ville. Ce site constitua le noyau primitif du second couvent dominicain, qui ne tarda pas de s’élargir considérablement et de prospérer. Il est donc certain que les Prêcheresses n’entreprirent pas leur transfert en raison d’une insuffisance de leur clos initial. Quant au choix du deuxième terrain, il ne subsiste guère de doute sur le fait qu’il appartenait aux religieuses, car elles en assumèrent entièrement les frais d’acquisition.

  • 35 La Ville de Noyon, op. cit., p. 182.
  • 36 Ibid., p. 40.

14Nous pouvons également citer le cas des Franciscains de Noyon dont l’ensemble conventuel, établi en 1230 dans le faubourg de Wez, subit des graves dégâts en 1552, lors de la lutte de François II contre la maison d’Autriche35. Par mesure de sécurité et à cause des importants dommages qu’avait subis leur maison, les religieux entreprirent en 1553 l’enquête foncière en vue de leur transfert intra-muros. Leur intention d’acquérir la vieille maison d’Ange, contiguë à l’Hôtel de ville, se heurta à l’opposition des chanoines et du conseil de la ville, et échoua. Le choix des frères se porta alors vers le terrain de l’ancien hôtel de la Croix de Jérusalem, où ils s’installèrent en 1554. Les sources ne précisent pas si l’achat du second clos incomba aux religieux, mais ils est peu probable que les Noyonnais aient pu financer cette acquisition, étant donné qu’ils étaient déjà astreints à la reconstruction de leurs habitations et des fortifications urbaines, mises à sac par les troupes de Marie d’Autriche36.

  • 37 Gonzague, F.-S. (de), De origine Seraphicae Religionis Franciscanae ejusque progressibus, de Regula (...)
  • 38 Id., ibid.

15Les vicissitudes de la guerre de Cent Ans obligèrent également les Franciscains soissonnais à transférer leur couvent qui, érigé en 1228 dans le faubourg de Saint-André, fut complètement détruit en 141437. Avec l’appui royal de Charles VI, les frères obtinrent aussitôt la propriété confisquée à Anselme Bajonnel, bourgeois soissonnais exécuté pour crime de lèse-majesté. Il est possible que ce choix fut guidé par les religieux qui, depuis 136338, possédaient un refuge intra-muros : ainsi, ils avaient sans doute eu l’occasion de repérer les sites susceptibles d’accueillir leur couvent en cas de déménagement forcé.

  • 39 Status prioris ecclesie Fratrum Minorum Recolletorum Insulensis, B.M. Lille, ms. 746.
  • 40 Id., ibid.

16En revanche, l’évolution interne des ordres imposait parfois les transferts. Ainsi, la tendance des Franciscains à une cléricalisation systématique, à l’instigation du frère Élie, fut à l’origine du déménagement du premier couvent lillois. Les frères, installés en 1226 extra-muros, y suivaient avec rigueur les préceptes de saint François en refusant tout privilège39. Toutefois, incités sans doute par les admonitions de leurs supérieurs, ils obtinrent en 1249 un nouvel enclos situé dans le secteur nord-est de Lille. Le laconisme des sources quant au mode d’acquisition de ce terrain ne permet pas de confirmer l’hypothèse d’un choix guidé par les religieux. Mais, étant donné que tant le premier que le second enclos dépendaient de la juridiction des chanoines de Saint-Pierre, il est possible que les frères aient pu exprimer leurs préférences lors des négociations foncières, secondés sans doute par le magistrat lillois qui confirma administrativement la transaction40.

  • 41 Voir Ypma, E., La Formation des professeurs..., op. cit., p. 63.
  • 42 A.N. L 921, Grands Augustins. Établissement des Augustins. Construction du grand couvent. Bulles et (...)

17Dans le cas des Augustins, l’aspiration à une organisation systématique des études et, par extension, la nécessité de former des maîtres capables de guider la spiritualité de l’ordre41 furent à l’origine du transfert du couvent parisien primitif. Celui-ci, situé extra-muros, était éloigné de la mouvance théologique de l’Université parisienne. Alors, pour s’en rapprocher, la communauté entreprit en 1287 de déménager dans le quartier du Chardonnet d’abord et ensuite, en 1293, sur la rive gauche de la Seine, à l’emplacement de l’ancien couvent des Sachets42 (fig. 21). Ce troisème enclos fut sans doute attentivement choisi par les frères, qui avaient auparavant évalué leurs besoins fonciers et leurs priorités topographiques.

  • 43 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 89.
  • 44 Id., ibid., p. 80-81.

18L’augmentation des effectifs de la communauté et l’affluence croissante des fidèles constituaient également une raison de transferts. Et là non plus il n’existe aucun indice écartant l’hypothèse que le choix du nouveau site ait émané des religieux. Citons ici l’exemple de deux couvents valenciennois. À la suite de l’incendie qui détruisit leur couvent en 1290, les Carmes optèrent pour un autre terrain, de dimensions plus importantes, contigu cependant au clos primitif43. Vraisemblablement, l’endroit conservait toujours les avantages qui motivèrent le choix initial des frères lors de leur arrivée en ville. De leur côté, les Dominicains, bénéficiant de la munificence comtale de Marguerite de Flandre, ne cherchèrent pas à déménager et se limitèrent à agrandir le noyau conventuel lorsque celui-ci s’avéra être trop exigu pour les besoins de la communauté44.

  • 45 Fortia D’Urban, Histoire de Hainaut parJacques de Guise, op. cit., chap. lxxxi.
  • 46 Id., ibid., chap. lxxxi.

19En effet, rares étaient les cas où le transfert conventuel échappait complètement à la gestion des frères. L’exemple des Franciscains valenciennois est à cet égard caractéristique. En 1226, l’érection d’un couvent intra-muros fut orchestrée par la comtesse Jeanne de Flandre avec l’appui du frère Élie45. L’opposition des frères à ce projet fut tenace, leurs principaux arguments portant sur les désavantages du terrain choisi46. Ils réussirent même à différer leur déménagement jusqu’en 1250, avant de gagner finalement le nouvel enclos.

Les caractéristiques de l’enclos

  • 47 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

20Indépendamment du mode d’acquisition de leur terrain, tant au moment de la première installation que lors des transferts ultérieurs, les religieux étaient conscients des principaux impératifs d’espace auxquels leurs clos devaient s’accorder. Bonaventure de Bagnoreggio, dans son analyse explicative de la réglementation franciscaine, a exposé de manière succincte le cadre normatif fondamental des enclos mendiants : « Car si nous habitons intra-muros, où en raison de l’affluence de la population les terrains sont plus coûteux, il est opportun que nous aussi ayons des enclos plus chers, afin qu’ils suffisent pour l’aménagement d’un cloître, d’un oratoire et d’officines convenables pour le couvent, les hôtes et les malades, ainsi que pour l’aménagement d’un jardin planté autant pour les récoltes que pour la pureté de l’air47. » Ces principes généraux furent en effet respectés dans la pratique, adaptés cependant à chaque fondation et à son environnement d’accueil.

  • 48 Les cartes munies d’une échelle offrent indubitablement les renseignements les plus précis quant au (...)
  • 49 Pour la région qui occupe notre recherche les plans en relief susceptibles de fournir des renseigne (...)
  • 50 En effet, si les images des villes médiévales sont largement codifiées jusqu’au xive siècle, à part (...)

21Les informations sur les caractéristiques des clos sont livrées par quelques documents d’archives postérieurs au xvie siècle et, majoritairement, par les procès verbaux révolutionnaires contenant l’estimation foncière et l’exposition sommaire de la topographie conventuelle. Malgré leur date relativement tardive, ces données reflètent toutefois l’état des terrains à la fin du Moyen Âge. D’après les évocations historiques des couvents, peu nombreux sont les cas où les clos subirent des modifications radicales après le xvie siècle. Pour cette raison même, les cartes48, les vues panoramiques et les plans en relief des villes49 offrent un moyen fiable pour appréhender l’aspect et l’organisation des terrains mendiants à la fin de l’époque médiévale50.

Les dimensions

  • 51 Les structures sociales et urbaines furent bouleversées par la crise politique et démographique qui (...)

22De par les conditions d’acquisition, l’étendue des terrains conventuels était variable et, généralement, elle connut des augmentations à partir du xiiie siècle, mais la pénurie documentaire ne permet pas un examen systématique de cette évolution. Il importe de souligner ici encore que la date tardive des sources disponibles ne discrédite pas les renseignements que celles-ci nous apportent pour l’époque médiévale. En effet, les concomitances historiques à partir du milieu du xve siècle n’ont pas favorisé l’expansion des noyaux conventuels implantés en milieu urbain51, et si un calcul exact de la superficie n’est pas possible dans tous les cas, nous tenterons du moins d’établir une « fourchette » de dimensions des enclos au Moyen Âge.

  • 52 A.D. Somme, Fonds Diocésain, DA 267, Dominicains.
  • 53 A.D. Seine-Maritime, 68 HP 31, Couvent des Emmurées, n° 100, Déclaration du temporel du monastère d (...)
  • 54 Lamiray, H., Promenades historiques et anecdotiques dans Évreux, Évreux, 1927 (réimpr. Ain, 1995), (...)
  • 55 Atlas historique des villes de France : Étampes, Essonne : plan et notice, Paris, 1989.
  • 56 A.D. Marne, 59 H 19, Augustins de Reims, Reims : maisons et jardins, 1321-1788.
  • 57 Vimont, E., Le Vieil Argentan. Ses rues, ses monuments, ses fortifications, ses juridictions, op. c (...)
  • 58 Béziers, M., Histoire sommaire de la ville de Bayeux, op. cit., p. 140.

23Il est certain que l’emplacement du terrain avait souvent des répercussions sur son étendue. Pour les clos situés extra-muros, la possibilité d’élargissement ultérieur était plus aisée. En revanche, les enclos établis en ville étaient soumis aux conditionnements de surface imposés par le tissu urbain préexistant ou aménagé par la suite. Ainsi, le terrain des Dominicains d’Amiens52, situé à l’extérieur des remparts et jouxtant l’angle sud-est de ceux-ci, avait atteint au xve siècle la superficie considérable de 60 000 mètres carrés. Il conserva ses dimensions après son inclusion dans la nouvelle enceinte urbaine au xvie siècle. De même, le clos des Dominicaines rouennaises, situé dans le faubourg Saint-Sever au Sud de la ville, mesurait initialement 52 000 mètres carrés et fut bientôt élargi par l’acquisition de deux parcelles attenantes, destinées à l’aménagement des dépendances53. Nous pouvons également citer le cas des Franciscains de Sézanne. Établis en 1224 à l’intérieur de la ville dans des locaux civils, ils furent transférés en 1263 extra-muros afin de s’installer dans un vaste terrain de 40000 mètres carrés. Les Dominicains ébroïciens disposaient d’un clos de 25 369 mètres carrés situé à l’extérieur des remparts54. La possibilité de disposer de vastes terrains était également offerte aux communautés installées dans des secteurs de la ville éloignés du centre et, a fortiori, pas encore entièrement intégrés aux projets urbains. La faible valeur des surfaces bâties et la disponibilité des parcelles permettaient alors l’acquisition de vastes clos. Ainsi, le clos des Franciscains étampois, établi dans la partie méridionale de la ville dans une zone en cours d’urbanisation55, mesurait-il 30 000 mètres carrés. Citons aussi le cas des Augustins rémois qui s’installèrent en 1320 dans un secteur récemment urbanisé56. Leur clos, agrandi en 1344, atteignit 20 000 mètres carrés. Cependant, certains terrains situés extra-muros se limitaient à des dimensions plus modestes, mais toutefois suffisantes pour le déploiement de l’ensemble conventuel. L’enclos des Dominicains d’Argentan, sis entre les deux enceintes de la ville57, mesurait seulement 10 000 mètres carrés. De même, le terrain des Franciscains bayaisins (fig. 22), situé dans le faubourg Saint-Loup-Sur, n’excédait pas les 9 600 mètres carrés après son dernier agrandissement au xive siècle58.

  • 59 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790. Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins(...)
  • 60 Kalas, E., « Ancien couvent des Cordeliers », art. cité, p. 66.
  • 61 D’après les plans des couvents conservés dans la bibliothèque municipale de Verdun, Fonds iconograp (...)
  • 62 D’après le plan du couvent conservé dans la bibliothèque municipale de Verdun, Fonds iconographique(...)
  • 63 D’après le plan du couvent conservé dans la bibliothèque municipale de Verdun, Fonds iconographique(...)
  • 64 D’après le plan de l’enclos en 1785. Voir Sevray, abbé, Les Cordeliers de Séez, op. cit., p. 12.
  • 65 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 36, Estimation des édifices des Dominicaines de Saint-Omer.
  • 66 Derheims, J., Histoire de Saint-Omer (Saint-Omer, 1843), rééd. Marseille, 1976, p. 587.

24Les clos établis intra-muros pouvaient également présenter des écarts considérables quant à leur superficie, celle-ci était donc très sensiblement inférieure à celle des terrains situés en dehors des remparts ou en périphérie urbaine. Nous citerons ici quelques exemples qui confortent ce point. L’enclos des Dominicains compiégnois59 mesurait environ 7 800 mètres carrés. Le clos des Franciscains de Reims60 atteignait les 7 000 mètres carrés. Les Dominicains (fig. 23) et les Franciscains verdunnois (fig. 5)61 occupaient des terrains d’une superficie respective de 15 000 et de 12 000 mètres carrés. Dans la même ville, les Clarisses62 s’étaient établies sur un enclos d’environ 10 000 mètres carrés, tandis que les Augustins63 (fig. 24) disposaient d’une parcelle de 3 500 mètres carrés. Le terrain des Franciscains de Sées64 n’excédait pas les 3 000 mètres carrés, et le clos des Dominicaines audomaroises65 mesurait environ 4 500 mètres carrés. Le cas de l’enclos des Dominicains de Saint-Omer66, atteignant les 30 000 mètres carrés, était exceptionnel parmi les couvents établis intra-muros.

La configuration au sol

25Les agrandissements ou les amputations ultérieurs ne permettent pas la reconstitution de la forme initiale des terrains. En outre, les modifications de celle-ci s’adaptaient à la configuration de l’environnement urbain, qui empêchait souvent l’obtention de terrains parfaitement réguliers. Cependant, d’après les sources, la caractéristique récurrente des clos à la fin du Moyen Âge evient à un équilibre entre la longueur et la largeur et, par extension, à l’obtention d’une surface se prêtant à l’enclavement des édifices conventuels de manière fonctionnelle.

26Ainsi, le terrain des Carmes d’Arras était en forme de trapèze dont la hauteur était presque égale à la petite base dans une configuration analogue aux enclos des Franciscains beauvaisiens, des Dominicains berguois et des Franciscains châlonnais. Quant au clos des Franciscains étampois, il était de forme trapézoïdale mais assez proche d’un carré. Les terrains polygonaux étaient assez fréquents. Toutefois, la recherche de régularité amenait aussi à des configurations où tous les angles du clos se trouvaient à distance presque égale du centre. Citons les exemples des Dominicains de Châlons-en-Champagne et de Langres, des Franciscains laonnais, valenciennois et sagiens, ainsi que des Augustins de Verdun (fig. 24). Les formes irrégulières n’étaient pas absentes. Cependant, dans tous les cas, il s’agissait d’un noyau central géométriquement équilibré sur lequel se greffaient une ou plusieurs petites parcelles. Nous pouvons nous référer aux clos verdunnois des Franciscains (fig. 5), des Dominicains (fig. 23) et des Clarisses, ainsi qu’au terrain des Dominicains rémois. Dans le cas des enclos triangulaires ou quadrilatéraux étroits, une surface importante permettait malgré tout l’exploitation topographique. L’enclos des Dominicains coutançais et le premier terrain des Dominicains lillois en constituent, respectivement, des exemples caractéristiques.

Les qualités naturelles du site

  • 67 Meiss, P. (von), De la forme au lieu. Une introduction à l’étude de l’architecture, Lausanne, 1993 (...)
  • 68 « Il est donc nécessaire que le dirigeant de la cité et du royaume choisisse d’abord un lieu conven (...)

27L’intérêt manifesté – dans la mesure du possible – par les religieux pour la structure formelle du site conventuel s’étendait également aux données topographiques naturelles. En effet, les conditions de salubrité et de confort telles que l’absence d’humidité, la protection contre les vents puissants, un microclimat stable et ensoleillé en hiver constituaient des facteurs capitaux pour le choix d’un terrain67. Thomas d’Aquin présente ces caractéristiques parmi les critères qu’un souverrain devrait prendre en compte pour la fondation d’une cité68. Nous supposons que les communautés étaient sensibles aux mêmes qualités naturelles du site de leur futur couvent. Les sources écrites détaillant la prise en compte de ces critères par les communautés font évidemment défaut, mais certaines informations historiques, ainsi que l’examen de l’emplacement des enclos permettent de compenser ce manque.

  • 69 Fortia D’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., chap. lxxxii.
  • 70 Roserot, A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale, op. cit., p. 1630.

28D’après la chronique de Jacques de Guise, la première communauté franciscaine de Valenciennes, refusant de s’installer dans le couvent projeté intra-muros par la comtesse Jeanne de Flandre, présentait comme arguments l’aridité et l’aspérité du nouveau terrain, et l’air fétide qui l’entourait. En revanche, les frères vantaient les qualités de leur propre terrain, et notamment son environnement vivifiant69. Aussi, en 1247, les Franciscains troyens sollicitèrent leur installation dans un quartier urbain parce que leur clos initial situé extra-muros, au nord de la ville, était excessivement humide70.

  • 71 Cochet, (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, op. cit., p. 378.
  • 72 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. t. XII, Province ecclésiastique (...)
  • 73 Il s’agit du second enclos des Dominicains de Metz.

29En effet, les enclos mendiants étaient rarement situés dans les secteurs septentrionaux des villes ou des zones suburbaines. Ainsi, les terrains des Dominicains et des Franciscains d’Amiens, des Clarisses d’Argentan et des Dominicaines rouennaises71 se trouvaient au sud des centres urbains d’accueil. Un emplacement dans les parties méridionales intra-muros était réservé, entre autres, aux clos des Clarisses et des Franciscains d’Arras, des Carmes caennais, des Dominicains et des Franciscains de Compiègne, des Franciscains étampois et ébroïciens, des Augustins messins, des Dominicains rouennais et des Clarisses de Verdun. Dans le secteur urbain oriental étaient établis les enclos des Franciscains abbevillois (fig. 25), des Clarisses barisiennes (fig. 26), des Dominicains et des Franciscains de Beauvais (fig. 27), des Franciscains rémois, des Carmes de Montreuil et des Dominicaines de Valenciennes. Vers l’est, mais extra-muros, était situé le terrain des Franciscains de Bar-sur-Aube72 et le premier clos des Augustins de Thionville. Les enclos des Franciscains châlonnais et toulois, des Dominicains coutançais et messins73 se trouvaient dans la partie occidentale des villes d’accueil, tandis que les Dominicains toulois et valenciennois jouissaient d’un emplacement au centre ville. Notons cependant que les terrains situés dans les secteurs septentrionaux étaient plus rares mais non inexistants : nous pouvons citer les exemples des Franciscains de Caen et des Clarisses de Cambrai. Mais un emplacement au nord pouvait être contrebalancé par certains avantages topographiques, comme c’était le cas pour le terrain dominicain de Lisieux, sur l’île de Putangle, bordé par les deux bras de la rivière Touques.

L’accessibilité

  • 74 A.D. Pas-de-Calais, 35 H 6, Cordeliers de Béthune. Bâtiments et meubles du couvent, 1543-1546.

30Étant donné le caractère apostolique des installations mendiantes, la facilité d’accès à l’enclos était primordiale pour le déroulement des activités intra et extra-communautaires des frères comme pour l’accueil des fidèles. Cette importance accordée par les communautés à l’accessibilité du clos n’est pas non plus mentionnée explicitement dans les sources écrites. Nous disposons néanmoins d’un renseignement pour le xvie siècle. D’après les archives conventuelles74, lors de l’érection des nouveaux remparts de Béthune, le terrain franciscain subit dans sa partie méridionale une amputation qui compromit vraisemblablement son accessibilité. Afin de compenser ce désagrément, Charles Quint ordonna en 1543 la cession d’une ruelle pour que le clos puisse être desservi depuis le nord. Outre cet exemple, un examen des documents figurés nous permettra de constater dans quelle mesure les religieux étaient soucieux de faciliter l’accès à leurs terrains.

31En effet, les enclos extra-muros comme les installations intra-muros étaient quasi exclusivement bordés d’une voie au moins sur l’un de leurs côtés. Nous pouvons citer à ce sujet les exemples des Clarisses d’Arras et de Verdun, des Dominicains verdunnois (fig. 23) et audomarois ainsi que des Carmes caennais. Il est certain que les agrandissements du noyau initial y facilitaient davantage l’accès en étendant les limites conventuelles jusqu’à une seconde, voire une troisième voie. Mais la pénurie documentaire ne permet pas de reconstituer les étapes de cette évolution topographique, et les exemples que nous présenterons ici ne font état que de la situation des clos à la fin du Moyen Âge. Certains terrains étaient bordés de deux rues. C’était le cas du clos des Franciscains bayesins (fig. 22), châlonnais, douaisins (fig. 7) et cambraisins, et de celui des Dominicains coutançais et de celui des Dominicaines nancéiennes. Trois voies délimitaient les enclos des Dominicains messins et des Carmes arrageois, tandis que les cas de clos entourés de rues, de manière à former des îlots urbains existaient aussi : citons les terrains des Dominicains langrois ainsi que ceux des Franciscains rémois et sarrebourgeois.

  • 75 Voir Suttor, M., « Ponts, débarcadères et moulins : les équipements fluviaux des villes mosanes des (...)
  • 76 Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, 1990, p. 324.
  • 77 Keelhoff, A., Histoire de l’ancien couvent des ermites de saint Augustin à Bruges, Bruges, 1869, p. (...)
  • 78 Voir Vermeersch, V., Bruges. Mille ans d’art. De l’époque carolingienne au néogothique. 875-1875, A (...)

32Il importe de souligner que les voies navigables en bordure des enclos constituaient, potentiellement, un mode d’accès supplémentaire. En tout cas, l’importance de l’infrastructure fluviale pour le fonctionnement des agglomérations urbaines75 conjuguée aux interventions fréquentes du pouvoir ecclésiastique et des ordres religieux au sujet de l’acheminement des eaux dans la ville76 permettent de supposer que les religieux mendiants ont su profiter de la proximité des rivières ou des canaux pour desservir un tant soit peu leurs clos. Citons, à titre d’exemple, le cas des Augustins de Bruges établis vers 1286 au bord d’un canal77. Étant donnée l’importance du réseau fluvial pour le fonctionnement de la trame urbaine brugeoise78, il est certain que les frères ont tiré profit de la circulation sur ce canal et de la présence du quai en bordure méridionale de leur clos (fig. 28). De même, les Augustins verdunnois se sont sans doute servi pour leurs déplacements du bras de la Meuse qui bordait au sud leur enclos (fig. 24). Nous supposons un usage analogue de la voie fluviale attenante par les Dominicains lexoviens, dont le terrain était encerclé par deux bras de la Touques.

L’exploitation des potentialités de l’enclos

33Sur le champ bien délimité du clos, les couvents constituaient des ensembles architecturaux issus de programmes répondant à des exigences structurelles, formelles et fonctionnelles définies a priori. Ces trois facteurs s’adaptaient aux conditions offertes par chaque terrain qui, malgré ses particularités topographiques parfois coercitives, constituait le cadre dans lequel devait s’opérer l’unification de composantes hétérogènes, par définition et par fonction. Ainsi, il incombait aux religieux de développer une stratégie de groupement ou de juxtaposition, fondée sur les connexions et les différences de diverses unités conventuelles. Les éléments naturels étaient également pris en compte afin de façonner l’encadrement de l’ensemble et de servir aux besoins quotidiens de la communauté.

L’organisation structurelle du terrain

La disposition et l’orientation des édifices

L’église et le cloître

  • 79 Sur ce point, les Mendiants suivirent la pratique édilitaire des monastères cisterciens.
  • 80 Voir Roserot, A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale, op. cit., 1631. A. Roserot a (...)

34L’organisation des différentes parties de l’ensemble conventuel obéissait à la hiérarchie intrinsèque des bâtiments eux-mêmes. Ainsi l’église, le cloître et les dépendances formaient trois entités distinctes malgré leur proximité spatiale, voire leur contiguïté. Mais la suprématie indubitable du carré claustral impliquait son emplacement dans une partie de l’enclos facilement accessible et topographiquement avantageuse. Par conséquent, l’église et le cloître, accolés ou immédiatement attenants l’un à l’autre79, étaient très souvent disposés dans un angle du terrain. Mentionnons les cas des Carmes arrageois, des Clarisses de Bar-le-Duc (fig. 26), des Augustins bayesins et verdunnois (fig. 24), des Dominicains berguois et compiégnois, des Franciscains messins et rouennais (fig. 29). Certes, l’emplacement du carré claustral au milieu du clos n’était pas exclu, mais cette organisation supposait un terrain initial de dimensions importantes, permettant le déploiement aisé de l’ensemble des édifices conventuels. Ce fut, entre autres, le cas du couvent des Franciscains de Châteauvillain et de Sarrebourg, des Dominicains châlonnais et des Augustins rouennais. Les sources ne mentionnent pas les avantages topographiques comme critère pour l’élection de l’emplacement du carré claustral. Cependant, d’après les relations historiques80, les Franciscains troyens érigèrent l’église et le cloître dans l’extrémité méridionale de leur second clos, car cet endroit était ensoleillé et protégé des vents. Étant donné l’uniformité fondamentale recherchée dans la réalisation des constructions mendiantes, nous supposons que cet exemple n’était pas exceptionnel.

  • 81 Citons, à titre d’exemple, le cas du couvent des Carmes caennais : à la fin du xiiie siècle, ils en (...)

35Au sein même du carré claustral, l’église revêtait de par sa fonction le caractère de noyau symbolique de la communauté : lieu à la fois de la célébration liturgique et des prédications, accueillant les chapelles de dévotion privée et les sépultures, elle cristallisait la quintessence même des ordres mendiants. Par ailleurs, lors de la réalisation des projets conventuels, l’érection de l’église précédait en règle générale la construction des autres parties du couvent81. Ainsi, la disposition de cet édifice focal conditionnait l’organisation des autres bâtiments. Son orientation généralement à l’Est introduisait une restriction supplémentaire quant à l’aménagement du cloître. Dans la région que couvre notre recherche, l’emplacement de l’église le long du côté septentrional du carré claustral est récurrent. Les sources ne précisent pas s’il s’agissait d’un choix délibéré, mais la fréquence de cette disposition permet de supposer qu’elle offrait un moyen de protéger le cloître de la rigueur climatique, c’est-à-dire d’abriter la partie habitée du couvent. Parmi les communautés ayant adopté cet aménagement, citons les Franciscains abbevillois (fig. 25), les Dominicains et les Franciscains d’Amiens, les Franciscains arrageois, bayesins (fig. 22) ébroïciens, laonnais, sagiens et vernonnais, les Carmes caennais, les Augustins de Reims, les Dominicains toulois, troyens (fig. 4) et valenciennois.

36Pourtant, la disposition de l’église – le plus souvent orientée à l’est – sur le côté méridional du carré claustral n’était pas exclue, notamment si cet emplacement facilitait l’accès à l’édifice cultuel. Citons à cet égard l’exemple des Franciscains caennais. Leur terrain, ceint par les remparts vers le nord, était desservi vers le sud par la rue des Cordeliers. L’érection de l’édifice cultuel le long de cette voie permettait aux fidèles d’y accéder aisément, mais imposait l’implantation du cloître vers le nord. Les Dominicains de Châlons-en-Champagne furent confrontés à une configuration de terrain similaire. La principale artère dans le voisinage du couvent, la rue de Grève, longeait le côté méridional du clos, lequel était encadré vers le nord et vers l’est par des propriétés privées, et vers l’ouest par l’étroite rue de la Poterne, vraisemblablement moins propice à accueillir l’entrée principale conduisant à l’église. La concomitance de ces facteurs incita sans doute les Dominicains châlonnais à édifier leur église au sud du cloître. En effet, les exemples analogues ne font pas défaut comme le couvent dominicain compiégnois, érigé sur un clos confiné entre des parcelles privées et les remparts et plus facilement accessible au sud ou comme la seconde demeure des Dominicaines de Lille, installées au xive siècle intra-muros sur un terrain englobé dans le tissu urbain et bordé d’une voie sur son côté méridional (fig. 9) ou encore comme le deuxième clos des Augustins bayesins entouré de propriétés privées et accessible au sud.

37Il convient aussi de signaler que, dans certains cas, la disposition de église ne respectait pas l’orientation à l’est, ce qui permettait au cloître d’être lui-même tourné vers l’orient ou l’occident et de profiter ainsi des avantages d’un microclimat clément. Les motifs de cette organisation du carré claustral étaient vraisemblablement topographiques. L’église des Dominicains argentanais était orientée au nord et était accompagnée vers l’est par le cloître : cet aménagement avait sans doute été dicté par l’emplacement du couvent, situé entre les deux enceintes urbaines et ne disposant par conséquent que d’une accessibilité réduite. Quant aux Clarisses d’Arras, elles ont probablement décidé de disposer leur église dans l’axe nord-sud afin de n’exposer que son petit côté sur la rue qui longeait le clos vers l’est, et de préserver ainsi davantage l’intimité de leurs offices.

  • 82 À titre d’exemple mentionnons les églises franciscaines de Bayeux, d’Évreux, de Laon et de Caen ; c (...)
  • 83 L’organisation des édifices dans l’Abbiette, le premier clos des Dominicaines lilloises, ne peut êt (...)
  • 84 A.D. Nord, 130 H 3, Lille Abbiette, Privilèges pontificaux, 1479-1781.
  • 85 Regnault-Warin, J. J., Lille ancienne et moderne, Lille, 1803, p. 61-62.

38En effet, malgré l’absence d’une réglementation spécifique quant à la disposition des églises des sœurs, nous pouvons constater qu’il existait une différenciation tacite entre les couvents masculins et féminins : les églises des frères étaient de préférence parallèles et contiguës à une rue82 et par conséquent déployées entièrement aux yeux des fidèles. Il s’agissait vraisemblablement d’un moyen de souligner que ces édifices cultuels étaient ouverts aux ouailles tant pour les offices que pour la prédication et l’accueil des sépultures. En revanche, les sœurs, vivant en clôture absolue, n’exposaient vers les fidèles que le pignon de leur église. Elles mettaient ainsi en exergue la sacralité de l’édifice tout en le protégeant des regards. L’église devenait ainsi le symbole de la dualité spirituelle des religieuses : celles-ci s’installaient en milieu urbain sans pour autant s’y exposer. Nous pouvons illustrer cette constatation avec l’exemple des Dominicaines rouennaises (fig. 30), nancéïennes, messines (fig. 31) et valenciennoises (fig. 8), ainsi que des Clarisses de Bar-le-Duc (fig. 26), de Reims et de Verdun. Il est à cet égard intéressant de relever que, dans leur second clos83, les Dominicaines lilloises érigèrent l’église conventuelle parallèle à la rue principale qui longeait leur terrain (fig. 9). Mais cette communauté avait énergiquement manifesté son indépendance à l’égard des frères et affirmé son affranchissement de la clôture absolue. Les sœurs étaient donc autorisées à recevoir des visites ; elles assuraient une formation religieuse pour les novices et participaient au choix du prieur et du confesseur ainsi qu’à l’administration du couvent84. De plus, leur importante activité caritative85 leur permettait sans doute d’avoir des contacts avec les fidèles.

Les dépendances

  • 86 La possession d’animaux n’était pas interdite, à condition que les frères ne se les approprient pas (...)
  • 87 Rappelons que les Cisterciens, vivant de labore manuum, de cultu terrarum, de nutrimento pecorum, e (...)
  • 88 En fait, l’organisation des commanderies du Temple et de l’Hôpital suivait le schéma des grandes fe (...)

39Malgré leur installation en milieu urbain, les Mendiants étaient soucieux de conserver leur autosuffisance quant aux aspects pratiques de la vie conventuelle. Cela impliquait une infrastructure édilitaire propre aux différents travaux manuels, mais également au stockage du bois et l’élaboration et la conservation de certains subsides. Ces bâtiments se complétaient par des écuries86 et des latrines. Étant donné que les ensembles mendiants n’étaient pas régis par les principes domaniaux des abbayes cisterciennes87 et des établissements templiers et hospitaliers88, la disposition des dépendances était variable, adaptée aux besoins spécifiques de chaque couvent et aux particularités topographiques de l’enclos.

  • 89 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xvi (...)
  • 90 Rohault De Fleury, Gallia dominicana, op. cit., t.1, Lille, Monastère des Dominicaines de l’Abbiett (...)
  • 91 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 95.
  • 92 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins(...)

40Les archives conventuelles s’attardent rarement sur les dépendances qui sont mentionnées dans les procès verbaux révolutionnaires, mais sans l’indication systématique de leur emplacement exact. Néanmoins, l’étude des sources graphiques ainsi que les résultats des certaines fouilles permettent de reconstituer dans ses grandes lignes le système d’organisation des bâtiments auxiliaires dans les enclos mendiants. Il convient cependant d’examiner les fonctions de ces édifices afin de mieux cerner les éventuels motifs de leur emplacement. Nous pouvons ainsi nous référer, à titre indicatif, aux archives des Dominicaines de Nancy89. On y apprend que le couvent était muni d’une laiterie, d’une laverie, d’une boulangerie, de celliers, d’un poulailler, et de latrines. Tous ces espaces étaient regroupés dans deux longs édifices bordant le clos au sud et au nord. Les dépendances pouvaient contenir également une brasserie, comme c’était le cas dans le second couvent des Dominicaines lilloises90 et des Carmes valenciennois91, et même une écurie comme dans le couvent dominicain de Compiègne92. Les religieux se rendaient sans doute quotidiennement et plusieurs fois par jour aux dépendances, étant donné le caractère foncièrement utilitaire de celles-ci. Ainsi, le voisinage des édifices auxiliaires et du noyau principal du couvent représentait un avantage pour la gestion efficace du temps journalier de la communauté. En effet, dans la majorité des couvents de la région que nous étudions, les dépendances étaient abritées dans des édifices indépendants du carré claustral, sans pour autant en être éloignées. En outre, ces bâtiments – isolés, regroupés en ligne ou disposés en angle — étaient généralement adossés au mur de clôture afin de ne pas empiéter sur les espaces de circulation du clos. Nous pouvons citer ici le couvent dominicain d’Amiens, où les trois édifices des dépendances étaient aménagés dans l’angle sud-ouest du clos. Chez les Dominicains d’Argentan et de Beauvais, chez les Augustins châlonnais ainsi que chez les Franciscains bayesins (fig. 22), les bâtiments auxiliaires étaient alignés le long d’un des côtés de l’enclos. L’association des deux dispositions précédentes fut adoptée par les Franciscains rémois et sarrebourgeois. Dans tous les cas, le rassemblement des édifices auxiliaires et leur ressemblance structurelle était un moyen efficace d’unification qui permettait en fait la juxtaposition des dépendances au carré claustral sans nuire à la cohésion hiérarchisée de l’ensemble.

  • 93 La partie des dépendances attenante à l’église accueillait sans doute des activités appropriées au (...)
  • 94 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins(...)
  • 95 Cet édifice fut découvert lors des fouilles entreprises au site du couvent en 1992. Voir L’Archéolo (...)

41Cependant, les activités qui se déroulaient dans ces bâtiments annexes faisaient partie intégrante de la vie conventuelle : ainsi les communautés n’hésitaient pas à accoler les dépendances au corps principal du cloître, comme au couvent des Dominicains rémois. De même, chez les Dominicaines valenciennoises (fig. 8), les bâtiments auxiliaires se substituaient à une partie de la clôture conventuelle occidentale et étaient ainsi contigus à la nef de l’église conventuelle93. Aussi, dans certains cas, dépendances et lieux réguliers étaient-ils réunis dans le même édifice. C’était le cas du bâtiment qui prolongeait l’aile occidentale du cloître des Dominicains de Compiègne94, ainsi que du long édifice qui prenait naissance perpendiculairement à l’aile orientale du cloître des Franciscains beauvaisins95

Les espaces découverts

42L’accès aux édifices conventuels depuis l’extérieur ainsi que la communication entre les groupes architecturaux qui composaient le couvent nécessitaient l’aménagement d’espaces de circulation communs et découverts. Certains étaient accessibles aux fidèles, d’autres étaient réservés à l’usage de la communauté. Des cours, des passages et des cimetières conventuels accompagnaient ainsi les différentes parties du couvent et articulaient l’enclos de manière fonctionnelle. Le parti esthétique n’était pas pour autant complètement négligé.

Les cours

  • 96 Citons, à titre d’exemple, l’église des Franciscains de Sarrebourg.

43À la fois surfaces de transition et seuils spatiaux, les cours, selon leur emplacement, revêtaient un rôle fonctionnel mais aussi protecteur et symbolique. Les deux derniers caractères étaient surtout évoqués par les espaces découverts précédant les églises : là, les cours marquaient la limite entre l’intérieur sacré et l’extérieur et invitaient indirectement les fidèles à adopter le comportement adapté à la sacralité de l’édifice. Ainsi, à l’exception de certaines églises s’ouvrant directement sur la rue96, la plupart étaient majoritairement précédées d’une cour dont l’aménagement se conformait aux spécificités du clos.

  • 97 Notons que le couvent des Dominicaines de Rouen, fondé et doté par Louis IX, jouissait d’un prestig (...)

44L’espace aménagé devant l’église dominicaine d’Argentan offre un exemple caractéristique : la cour d’entrée, de forme polygonale, suivait les contours de l’angle nord-ouest du terrain et était isolée du reste de l’enclos par des murs percés de portes, afin de préserver efficacement l’intimité des lieux réguliers. Le terrain étant sans doute déclive à cet endroit, une large volée de marches conduisait à l’entrée de l’édifice cultuel. Un procédé analogue fut adopté par les Franciscains de Metz : la cour polygonale précédant leur église était située au pied de quelques marches surmontées du portail principal du clos. Dans le couvent des Dominicaines rouennaises, une grande et longue cour s’ouvrait derrière le portail oriental de l’établissement (fig. 30). L’entrée de l’église desservait la partie est de l’édifice, seule accessible aux laïcs : cependant la cour se prolongeait vers l’Ouest et flanquait tout le côté septentrional de l’église afin que celle-ci soit déployée dans toute sa grandeur devant les yeux des fidèles97. Par ailleurs, malgré les contraintes spatiales de certains enclos, la cour demeurait le préambule à l’entrée de l’église. Citons le couvent des Dominicaines de Nancy où la petite cour carrée conduisant à l’église était confinée entre les corps des bâtiments attenants (fig. 32). De même les Augustins de Rouen, malgré la proximité immédiate de la rue et de leur église, aménagèrent devant le portail occidental de celle-ci une cour exiguë trapézoïdale (fig. 33).

45En dehors des principales cours d’entrée, la création d’espaces découverts entre les édifices étaient de règle dans les clos mendiants. La taille et la forme de ces cours secondaires étaient variables et s’adaptaient aux contingences topographiques et architecturales de l’enclos. Dans le couvent dominicain de Valenciennes, trois petites cours triangulaires et une cour polygonale s’intercalaient entre les corps des bâtiments conventuels tout en respectant les irrégularités du tracé occidental du terrain. Les Dominicaines de Metz disposaient d’une cour secondaire destinée vraisemblablement aux visiteurs et conduisant aux bâtiments des tourières et au cloître ainsi que d’une cour de service contiguë à l’angle nord-ouest des bâtiments conventuels. Au couvent des Clarisses verdunnoises, quatre cours secondaires, polygonales et dissymétriques, permettaient la circulation entre les bâtiments conventuels les dépendances et les jardins.

Les passages

46Couloirs de circulation extérieurs, les passages permettaient d’établir la liaison entre les différentes parties du couvent sans occuper une grande surface du terrain (souvent de dimensions limitées car enclavé dans le tissu urbain). Chez les Franciscains messins, un passage percé entre un jardin et l’extrémité occidentale de l’église conduisait depuis la cour d’entrée jusqu’au au cloître, en contournant les deux chapelles greffées sur le flanc méridional de la nef.

  • 98 A.D. Oise, 1 Q 2 1590, Couvent des Cordeliers de Compiègne. Estimation des immeubles. Inventaire de (...)

47En outre, des passages conduisant directement au portail de l’église se substituaient parfois aux cours d’entrée. Dans certains cas, comme chez les Clarisses de Reims et les Franciscains de Châlons-en-Champagne, cette solution était adoptée en raison de la topographie restrictive du terrain. Ailleurs, quand le clos était suffisamment vaste pour avoir permis l’aménagement d’une cour, il s’agissait vraisemblablement d’un choix délibéré. Cette hypothèse est d’ailleurs corroborée par la présence de deux rangées d’arbres de part et d’autre du passage, qui se transformait ainsi en une allée agréable. C’était le cas dans le couvent des Carmes rémois où, depuis le portail du clos, un large passage délimité par des murets et bordé d’arbres conduisait directement à l’entrée de l’édifice cultuel. De même, d’après le procès verbal révolutionnaire, une allée bordée d’ormes permettait l’accès à l’entrée de l’église des Franciscains de Compiègne98. Quant aux passages qui desservaient le portail principal des églises des Franciscains sagiens et des Augustins châlonnais, il est probable qu’ils étaient agrémentés d’une manière analogue. En effet, ces deux chemins traversaient les terrains sur une assez grande longueur. Au-delà de son caractère attractif, une bordure d’arbres constituait un écran entre les regards des visiteurs et le paysage conventuel.

Les cimetières conventuels

  • 99 Voir Montagnes, B., « Comment meurent les Prêcheurs méridionaux d’après les Vitae Fratrum », dans L (...)
  • 100 Voir à ce sujet, dans ibid., Picard, D., « Les suffrages prescrits pour les défunts par les chapitr (...)
  • 101 Citons, à titre d’exemple, le cas des Franciscains d’Arras : installés en 1230, ils insistèrent fer (...)
  • 102 Canel, A., Histoire de la ville de Pont-Audemer, Brione, 1980 (rééd.), t. 2, p. 145.

48Dans la spiritualité mendiante, tout comme dans celle des ordres religieux traditionnels, la mort d’un membre de la communauté ne marquait pas la fin de son appartenance à celle-ci et, a fortiori, à l’ordre99. Au contraire, de forts liens étaient tissés entre l’en-deçà et l’au-delà : les religieux offraient le secours de leurs suffrages aux défunts100, lesquels intercédaient en retour pour leur obtenir des bienfaits. La présence d’un cimetière conventuel dans l’enclos était l’expression tangible de cette conviction. En effet, lors des installations mendiantes, l’aménagement d’un espace destiné aux sépultures conventuelles faisait partie des principales négociations avec les autorités ecclésiastiques locales101. De même, l’organisation du cimetière faisait parfois partie des concessions royales en faveur des Mendiants. Ce fut le cas en 1318, quand Philippe le Long amortit un terrain en faveur des Carmes pontaudemériens en vue de l’aménagement du cimetière conventuel102.

  • 103 C’est le cas, entre autres, des Franciscains de Bayeux, d’Arras, de Beauvais et d’Étampes, ainsi qu (...)
  • 104 Collet, C., Leroux, P., Marin, J. Y., Caen, cité médiévale : bilan d’archéologie et d’histoire, Cae (...)
  • 105 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2644, Dominicaines de Nancy. Déclaration des Religieuses, 1770.
  • 106 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. t. XII, Province ecclésiastique (...)
  • 107 Jeanmaire, A., Vieux Metz autour de Saint-Arnould, Metz, 1975, p. 102.
  • 108 D’après la lithographie du couvent dans Coêt, E., Histoire de la ville de Roye, op. cit., t. 2, Cou (...)
  • 109 A.D. Nord, Q 649, Estimation de la maison des Dominicains de Valenciennes.
  • 110 Baroth, N., L’église des Cordeliers de Sarrebourg », dans Cahiers Lorrains, n.s., 1958, 10, p. 13.
  • 111 Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens..., op. cit., p. 18.
  • 112 A.D. Eure, H 1173, Inventaire des Jacobins, 1790.
  • 113 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 90.
  • 114 Maliet, V., Gabriel, M., « Le couvent des dames de Beaumont à Valenciennes : notes à propos d’une t (...)
  • 115 Plouvier, M. (dir.), Laon, belle île en terre, op. cit., p. 198.

49Les sources attestent fréquemment la présence d’un lieu destiné aux sépultures de la communauté, mais les renseignements quant à l’étendue et à l’emplacement de ces cimetières font souvent défaut103. Néanmoins certains exemples documentés nous permettent de cerner leur organisation générale. Ainsi, chez les Franciscains de Caen104 et les Dominicaines de Nancy105 le cimetière conventuel était aménagé, respectivement, dans la partie septentrionale et dans l’extrémité méridionale de leurs vastes enclos. Au couvent dominicain langrois, un petit cimetière entouré d’une clôture était organisé dans le secteur occidental du terrain106. Les Dominicains messins avaient établi leur cimetière dans la partie orientale de l’enclos107 tandis que, chez les Franciscains de Roye, une portion du clos jouxtant vers le nord l’entrée principale du couvent accueillait les sépultures des frères108. Par ailleurs, les cas où l’espace destiné aux défunts de la communauté était aménagé à proximité du chevet étaient fréquents. Le voisinage avec celui-ci, partie par excellence sacrée de l’église, offrait sans doute un environnement des plus appropriés. Aux couvents des Dominicains de Valenciennes109 et des Franciscains de Sarrebourg110, le cimetière conventuel s’étendait au sud du chevet ; vers le nord de celui-ci était aménagé le cimetière des Franciscains sagiens. Chez les Franciscains d’Amiens, les frères défunts étaient ensevelis à l’est du chevet111. D’après l’inventaire révolutionnaire, un emplacement analogue et une protection par une grille étaient réservés post mortem aux Dominicains ébroïciens112. La certitude mendiante que les membres trépassés de la communauté faisaient toujours partie de celle-ci était manifeste dans les cas des cimetières conventuels aménagés dans une étroite portion de terrain situé entre l’église et le cloître : là, les morts reposaient, flanqués des deux pôles majeurs de la vie conventuelle. Nous pouvons nous référer aux exemples des couvents valenciennois des Carmes113 et des Dominicaines114 (fig. 34). D’après les indications sur la superficie des cimetières strictement conventuels, il résulte que ceux-ci étaient de dimensions restreintes, étant donné qu’ils ne constituaient pas le seul endroit de sépulture des religieux. En effet, les membres de la communauté étaient également ensevelis dans l’église et le cloître. En revanche, les cimetières étaient de grandes dimensions s’ils accueillaient aussi les dépouilles des fidèles. Citons l’espace cimétérial aménagé à l’ouest de l’église des Franciscains laonnois : de grandes dimensions, il servait à l’ensevelissement des frères autant que des fidèles. Ces derniers protestèrent avec véhémence quand ce cimetière fut en partie amputé en 1658 au profit du logis du gardien construit contre la façade occidentale de l’église115.

Les entrées

  • 116 Fortia D’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., chap. lxxxvii.
  • 117 A.D. Somme, Fonds diocésain, DA 267, Dominicains.
  • 118 Rohault De Fleury, Gallia dominicana, t. 2, Caen, Saint-Jacques, s.p.

50L’accessibilité constituant une des principales qualités de la topographie conventuelle, les religieux ont veillé à ce que des entrées fonctionnelles desservent toutes les parties du clos abritant les centres des diverses activités de la communauté. Le portail principal de l’ensemble conventuel était celui qui permettait d’accéder à l’église. La sacralité de l’édifice ainsi que le fait que les fidèles et les visiteurs empruntaient quasi-exclusivement cette entrée expliquent l’attention particulière portée à ce portail. Citons le cas du second couvent franciscain valenciennois qui était bordé à l’ouest par une rivière qui, d’après le chroniqueur franciscain Jacques de Guise, entravait la construction d’un portail occidental conduisant à l’église. La fondatrice, la comtesse Jeanne de Hainaut, procéda à l’acquisition des parcelles jouxtant le terrain au sud afin d’y aménager l’entrée principale du couvent116. Quant aux soins apportés à la construction même du portail majeur, nous pouvons mentionner, à titre d’exemple, celui des Dominicains amiénois bâti entièrement en pierres de taille blanches117. De même, chez les Dominicains caennais, d’après les évocations historiques du xixe siècle, le portail principal était surmonté d’une niche ayant probablement abrité une statue à l’époque médiévale et portait, gravée sur un des montants, l’inscription Positus Sum Praedicator118.

  • 119 Renseignement fourni par les archives conventuelles : A.D. Seine-Maritime, 36 HP 14, Dominicains de (...)
  • 120 Cette information est contenue dans le mémoire d’estimation du couvent au lendemain de la Révolutio (...)
  • 121 Le renseignement est fourni par les archives conventuelles. A.D. Seine-Maritime, 32 HP 1, Carmes de (...)
  • 122 Thiriot, G., Obituaire du couvent des Prêcheresses de Metz, Metz, 1921, p. 10.
  • 123 L’information provient de l’inventaire du couvent en 1790. Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1588, liasse 1, Co (...)
  • 124 Ce renseignement est fourni par les archives conventuelles relatives aux réparations entreprises au (...)

51Un ou deux portails secondaires desservaient généralement les dépendances et les jardins. La taille et l’aménagement de ces entrées s’adaptaient à la fonction à laquelle elles étaient destinées. L’enclos dominicain de Reims était muni de deux portes de service : l’une, plus importante, conduisait à la grande cour orientale du couvent tandis que l’autre, de taille réduite, donnait accès à l’enclos depuis le nord119. Le plus souvent, les entrées secondaires étaient de grandes dimensions afin de permettre le passage des véhicules chargés. C’était le cas de l’entrée méridionale du couvent des Carmes arrageois120, du portail septentrional du clos des Carmes rouennais121 et de l’entrée occidentale qui conduisait dans la cour secondaire des Dominicaines messines122. Dans ces trois cas, il s’agissait de portes cochères. L’aspect des ces portails variait : chez les Franciscains de Beauvais, il était sans doute suffisamment profond pour permettre l’aménagement d’un grenier au-dessus123; quant à la porte charretière des Dominicaines de Nancy, nous savons qu’elle était également assez large124.

  • 125 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790. Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins(...)

52Les contingences topographiques de l’enclos imposaient parfois la juxtaposition du portail principal et des entrées secondaires. Chez les Dominicains compiégnois, dont le terrain était bordé par les remparts sur deux côtés, une porte bâtarde et une porte cochère ouvraient sur le côté méridional du clos. La première conduisait à la cour principale et à l’église, tandis que la seconde était vraisemblablement aménagée pour desservir les écuries installées dans l’angle nord-ouest de la cour125. Une organisation analogue fut choisie par les Dominicaines lilloises. Leur second clos, inséré au xive siècle dans le tissu urbain, était bordé d’un axe de circulation uniquement sur un côté, où furent ouvertes les cinq entrées du couvent. Celles-ci, de tailles différentes, étaient vraisemblablement destinées, entre autres fonctions, à desservir les différents édifices conventuels (fig. 9).

L’enceinte conventuelle

53Moyen de délimitation du clos en tant que cellule indépendante du parcellaire urbain, l’enceinte conventuelle unifiait les composantes architecturales du couvent tout en leur conférant une intimité protectrice. Les textes fondamentaux mendiants définissaient les caractères généraux et la fonction de la clôture. Dans ces cadres, les communautés devaient façonner la structure même de l’enceinte en fonction de la topographie de leur enclos et des contingences édilitaires propres à leur couvent.

  • 126 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., t. 1, p. 278.
  • 127 Il convient de signaler que, même après la réorganisation du xviie siècle, seul le chevet de l’égli (...)
  • 128 Notons, cependant, que le bas-côté fut érigé à l’époque médiévale mais a posteriori ; ainsi, faute (...)
  • 129 Adeline, J., Rouen au xvie siècle d’après le manuscrit de Jacques le Lieur (1525), Rouen, 1892, s.p

54À titre d’exemples, citons le cas des Dominicains d’Argentan et de Compiègne ainsi que celui des Clarisses de Bar-le-Duc (fig. 26). Ces couvents, érigés à la lisière des centres urbains d’accueil, utilisèrent les remparts comme enceinte sur deux côtés de leurs clos. Un aménagement différent fut adopté par les Augustins verdunnois. D’après une gravure post-médiévale (fig. 6), les frères ne disposaient pas de clôture autour de leur église jusqu’au milieu du xviie siècle, quand le père Carré entreprit la restructuration générale du couvent126. Étant donné que la communauté était une des plus indigentes de la ville, vraisemblablement faute de moyens, seuls le cloître et les jardins conventuels étaient ceints d’un mur pendant la période médiévale. Par ailleurs, de par sa fonction apostolique, l’église n’avait pas particulièrement besoin d’être protégée derrière une enceinte127. Les Franciscains messins avaient uniquement compris dans la clôture conventuelle le chevet de leur église, tandis que le bas-côté septentrional était directement exposé vers la rue attenante128. De même, l’aile occidentale du second cloître des Dominicains douaisiens qui était bordée par un canal n’était pas, de surcroît, doublée par un mur de clôture (fig. 13). En effet, le choix d’attribuer le rôle d’enceinte conventuelle aux corps des bâtiments érigés en bordure du terrain permettait d’économiser le coût d’une construction mais également d’exploiter au maximum le terrain disponible. Sur une partie de leur enclos, les Dominicaines valenciennoises remplacèrent ainsi la clôture par les bâtiments des dépendances, en prenant néanmoins la précaution de supprimer les fenêtres donnant vers l’extérieur sur toute la hauteur des édifices ou simplement au rez-de-chaussée (fig. 8). Mais, le plus souvent, une enceinte indépendante enclavait le noyau conventuel principal et les dépendances, comme dans le couvent des Franciscains rouennais, d’après un dessin du premier quart du xvie siècle129 (fig. 29).

La gestion des agrandissements ultérieurs

55L’amplification du clos initial à la suite de donations ou à l’initiative des religieux s’accompagnait souvent de l’adjonction de certains édifices. Ces constructions, entreprises généralement pour répondre aux nouveaux besoins de la communauté, s’adaptaient à la géométrie du clos sans perturber la structure hiérarchique des groupes architecturaux du couvent.

  • 130 Baudry, P., Le Monastère des Emmurées, monographie rouennaise, Rouen, 1848, p. 4.

56Ainsi les bas-côtés, érigés souvent a posteriori, étaient majoritairement construits dans les portions de terrain qui séparaient l’église de la clôture. Ce fut le cas chez les Dominicains (fig. 4) et les Franciscains (fig. 35) troyens : les bas-côtés, ajoutés aux édifices cultuels au xive siècle, occupèrent presque entièrement l’espace disponible entre la nef et l’enceinte conventuelle. En outre, au moment de l’érection du collatéral septentrional, les Franciscains messins exploitèrent la totalité du terrain disponible, en imposant même une légère déformation au bas-côté dont l’extrémité orientale, suivant fidèlement le tracé du clos à cet endroit, n’était pas rectangulaire mais trapézoïdale. Lorsque l’érection d’un second cloître était jugée indispensable, celui-ci était construit dans le prolongement du carré claustral initial afin de ne pas perturber la disposition initiale et la hiérarchie interne du noyau conventuel. Nous pouvons mentionner ici les exemples des couvents des Franciscains de Bayeux (fig. 22) et des Dominicains de Douai (fig. 13) ainsi que la demeure des Dominicaines de Nancy. Quant au prédicatoire des Franciscains troyens (fig. 35), composé d’une chapelle-bibliothèque et d’un cloître destiné aux prédications, il constituait un second carré claustral qui formait l’équivalent intellectuel et spirituel du noyau conventuel initial, vecteur, quant à lui, de la pure religiosité de l’ordre. Ces deux carrés claustraux, se faisant face de part et d’autre de l’axe de l’entrée du couvent, avaient leurs composantes disposées en diagonale. Les deux binômes ainsi formés – « église-chapelle » d’un côté et « lieux réguliers-cloître de prédication » de l’autre – investissaient le terrain d’une manière dynamique, qui matérialisait la dualité intrinsèque de l’ordre où l’activité apostolique découlait indissociablement de la religion et de l’étude. L’adjonction de nouveaux bâtiments des dépendances n’était pas régie avec rigueur, étant donné que la nature même de ces édifices permettait leur libre disposition dans l’enclos ou dans de nouvelles parcelles. Ainsi, l’essor du couvent des Dominicaines rouennaises permit aux sœurs d’aménager les dépendances dans un terrain indépendant, annexé néanmoins au clos conventuel principal130. Au xive siècle, les Franciscains messins entrèrent en possession d’une petite parcelle à l’est de leur terrain, séparée de celui-ci par la rue de Murs. Dans cet espace, ils aménagèrent un bâtiment de latrines auquel ils accédaient au moyen d’une passerelle enjambant la chaussée.

Le « paysage » conventuel

57Le besoin d’agrémenter les édifices d’un environnement naturel soigneusement étudié, ainsi que la nécessité d’organiser des cultures en vue de l’approvisionnement (ne serait-ce que partiel) de la communauté en produits végétaux étaient préconisés dans les écrits tant d’Humbert de Romans que de Bonaventure de Bagnoreggio. Dans la pratique, chaque couvent adoptait ses propres solutions, induites ou imposées par les spécificités du terrain. Toutefois ces aménagements s’adaptaient aux nouvelles contingences qui s’ensuivaient aux – fréquents – agrandissements ultérieurs des clos. En outre, l’eau étant indispensable pour l’organisation et l’entretien du paysage conventuel, les religieux attachaient une importance primordiale à l’établissement de réseaux hydriques dans leurs clos.

Les espaces naturels

Les jardins cultivés

58Selon les dimensions générales et la configuration des clos, les parties du terrain consacrées aux cultures présentaient des formes variables et étaient tantôt disposées en périphérie, tantôt aménagées à proximité des édifices. Dans le second cas, notamment, une attention particulière était accordée à la disposition des jardins, afin que leur présence et le déroulement des travaux à leur intérieur ne dérangent pas la vie conventuelle.

  • 131 Notons que la végétation figurant sur les plans en relief, pour des raisons de conventions de repré (...)
  • 132 Outre la vue cavalière de Bar-le-Duc (fig. 26) qui nous permet de constater la taille réduite du ja (...)
  • 133 Par ailleurs, la communauté a pu surmonter ses problèmes financiers, devenus particulièrement aigus (...)

59Par exemple, les Franciscains de Beauvais avaient aménagé des jardins en terrasses dans l’extrémité orientale du terrain. De même, d’après les aquarelles de l’Album de Croÿ, dans les vastes clos des Dominicaines de Lille (fig. 9) et de Valenciennes (fig. 8), les secteurs cultivés étaient éloignés du noyau claustral. En revanche, chez les Franciscains verdunnois, les jardins étaient contigus aux édifices conventuels mais séparés de ceux-ci par un canal (fig. 5). Cependant, ce dernier avantage topographique étant rare, les religieux délimitaient systématiquement par des murs les portions cultivées de leurs enclos : citons les exemples des Carmes et des Franciscains messins, ainsi que des Dominicains de Verdun (fig. 23), d’Amiens et de Douai (fig. 13). Notons pourtant que le voisinage immédiat entre les bâtiments conventuels et les jardins n’était pas proscrit. Ainsi, respectivement, d’après les plans en relief de Douai et de Cambrai131, dans les clos des Franciscains (fig. 7) et des Clarisses, les espaces plantés s’étendaient à la lisière de l’ensemble claustral sans aucune séparation construite. Toutefois, l’étendue des espaces cultivés variait en fonction de l’importance de la communauté. Chez les Clarisses de Bar-le-Duc, des jardins de taille moyenne132 bordaient l’aile orientale du cloître (fig. 26), tandis que le clos des Dominicains parisiens enclavait de vastes étendues cultivées133.

  • 134 En effet, les arbres hauts étaient sans doute plantés (conformément à l’admonition d’Humbert de Rom (...)
  • 135 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2710, Dominicaines de Nancy, 1767, Aménagement de la terasse qui mène au (...)
  • 136 A.D. Eure, H 1165, Cordeliers de Vernon, n° 3, Autorisation accordée aux Cordeliers en audience du (...)
  • 137 Ces informations proviennent du procès verbal révolutionnaire mais reflètent probablement la réalit (...)
  • 138 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 94, Administration et liquidation des créances, 1790. Travaux de vitrerie(...)

60La nature des cultures organisées dans les jardins n’intervenait certes pas directement à l’organisation générale du clos. Mais le caractère des plantations conférait, un tant soit peu, un trait particulier au paysage conventuel. D’après les sources, les grands arbres n’occupaient pas des surfaces importantes134. Des vignes étendues étaient plantées dans les clos des Dominicaines de Nancy135, des Franciscains de Vernon136 et des Dominicains amiénois, argentanais et compiégnois137, qui cultivaient en outre des arbres fruitiers et des plantes légumineuses. Quant aux Franciscains compiégnois, ils avaient aménagé une orangerie dans la partie méridionale de leur jardin138. Dans tous les cas, la conjonction de la disposition des jardins et de la nature des cultures assurait au couvent un environnement à la fois utile et agréable sans transgresser la hiérarchie intrinsèque de l’enclos, dans lequel les édifices étaient les éléments dominants.

Les parterres aménagés

  • 139 « De même, il disait au frère qui faisait le jardin de ne pas tout planter en légumes, mais de lais (...)
  • 140 Ce renseignement est fourni par M.-D Chapotin, qui a fondé son évocation historique et architectura (...)
  • 141 Parmi la documentation abondante sur ce sujet, citons Weber, G., Brunnen und Wasserkünste in Frankr (...)
  • 142 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xvi (...)
  • 143 Thiriot, G., Obituaire du couvent des Prêcheresses de Metz, op. cit., p. 12.

61En dehors des jardins de fonction frumentaire, les couvents étaient pourvus d’espaces verts aménagés, manifestement destinés à l’agrément de l’ensemble conventuel et au repos des membres de la communauté. Ces jardins, chers à François d’Assise139 et recommandés par Bonaventure de Bagnoreggio, ne sont pas mentionnés de manière spécifique dans les sources. Cependant, il est attesté que les Dominicains messins avaient aménagé un espace planté uniquement pour la récréation intellectuelle des religieux140. Nous pouvons en déduire qu’un bon nombre des couvents de la région qui occupe notre recherche disposait de parterres analogues. L’examen des sources iconographiques nous montre que ces espaces étaient organisés à proximité immédiate des édifices, comme dans le couvent des Dominicaines valenciennoises, bordé au sud par un vaste parterre soigneusement quadrillé (fig. 8). Ailleurs, les parterres étaient insérés entre les corps des bâtiments conventuels : il s’agit ici notamment du préau. Citons à cet égard le couvent des Dominicains amiénois : d’après le plan fourni par Rohault de Fleury (fondé sur les archives conventuelles) un grand parterre soigneusement planté était aménagé au sud du cloître. Celui-ci renfermait, selon l’usage, le préau dont l’aménagement ne figure pas avec précision sur le dessin. Sans doute cette parcelle « verte » était-elle agréablement ordonnée parce qu’encadrée par la galerie claustrale qui précédait les lieux réguliers et était, par définition, empreinte de gravité. D’après un plan du xviiie siècle, le préau du couvent des Dominicaines de Nancy était aménagé selon une géométrie rigoureuse (fig. 32) : manifestement, cette configuration, conforme aux principes du « jardin à la française »141, ne reflète aucunement la disposition médiévale. Cependant, nous supposons qu’au Moyen Âge aussi, le préau était attentivement disposé et pourvu d’une infrastructure d’entretien. Les archives conventuelles de 1720 mentionnent en effet le remplacement des dalles « taillées en rebords » qui, placées aux angles du préau, servaient à la collecte et la canalisation des eaux de pluie142. Nous pouvons supposer que ce dispositif était déjà mis en place au Moyen Âge. Les Dominicaines messines avaient traité également avec une attention particulière la spécificité topographique de leur préau qui, aménagé sur une parcelle déclive et surélevée par rapport au cloître143, était desservi par une volée de trois marches installée dans l’angle nord-est de la galerie claustrale (fig. 31).

L’élément aquatique

  • 144 Voir Sowina, U., « L’eau et les nouveautés techniques dans l’espace urbain et suburbain au Moyen Âg (...)
  • 145 Notons qu’il s’agissait là d’un des plus importants problèmes que se posaient les villes de l’Europ (...)
  • 146 Au sujet de cette habitude mendiante dans le contexte urbain italien, voir Heers, J., Espaces publi (...)
  • 147 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 314.
  • 148 Voir Id., ibid., p. 317.

62L’utilisation ou l’exploitation de l’eau dans l’espace urbain médiéval était un facteur capital de la qualité de la vie quotidienne, et les installations hydrauliques occupaient une place de choix au sein de l’infrastructure des villes144. De même, l’approvisionnement en eau, en quantité suffisante et de bonne qualité, était une des principales préoccupations des habitants145 et, par extension, des couvents mendiants. Ceux-ci, en tant que cellules actives du milieu urbain, réussissaient généralement à tirer profit des adductions d’eau146. Par ailleurs, agissant souvent en synergie avec les évêques et les autorités civiles, les frères prenaient en charge l’acheminement des eaux pour leur propre usage sans en revendiquer systématiquement l’exclusivité147. La nappe phréatique étant un bien public148, les voisins avaient fréquemment la possibilité de profiter des installations hydrauliques mendiantes. Nous nous proposons ici d’illustrer ces phénomènes avec des exemples puisés dans le cadre géographique de notre recherche, en mettant en exergue les infléchissements de la gestion de l’eau sur la topographie des clos conventuels.

Les cours d’eau

  • 149 Nous nous intéressons ici à des terrains mendiants directement bordés par des cours d’eau : ainsi c (...)
  • 150 D’après le plan de la ville d’Évreux par Monnier, en 1745. Voir B.N. Estampes, Collection Topograph (...)
  • 151 Notons que la proximité immédiate de cette rivière offrait aux Dominicains lillois le double avanta (...)
  • 152 De nombreuses enluminures de la fin du Moyen Âge se font l’écho de l’appréciation qu’a reservée l’i (...)
  • 153 Rohault Defleury, G., Galia dominicana, op. cit., t. 2, Lille. Monastère des Dominicaines de l’Abbi (...)
  • 154 Bourgueville, C. (de), Les Recherches et antiquités de la Ville & Université de Caen & lieux circon (...)
  • 155 À l’époque médiévale le surnom « Pissotte » ou « Pissellotte » était attribué à des sources et des (...)
  • 156 Rappelons que la procédure du déménagement intra-muros des frères valenciennois est relatée par le (...)

63L’exploitation de l’eau était naturellement plus aisée si une rivière ou un canal étaient à proximité immédiate. De nombreux enclos mendiants étaient longés par des cours d’eau de taille variable149. Par exemple, le terrain des Dominicains douaisins (fig. 13) était bordé à l’ouest et au sud par des canaux ; le clos des Franciscains étampois était délimité au sud par la rivière Chalouette ; l’enclos des Franciscains ébroïciens était encadré sur son côté méridional par le canal de la Reine-Jeanne150; les terrains des Franciscains (fig. 35) et des Dominicains (fig. 4) troyens étaient longés, respectivement, à l’ouest et à l’est par la Seine ; le clos primitif des Dominicains lillois était bordé à l’est par la rivière du Buquet151. Par ailleurs, outre les avantages pratiques qu’apportait leur voisinage, les cours d’eau conféraient une qualité topographique supplémentaire au paysage conventuel152. D’après les évocations historiques, le premier clos des Dominicaines lilloises (l’Abbiette) était particulièrement plaisant de par le soin architectural apporté aux édifices, mais aussi grâce à la présence de la Deule aux bords de laquelle était établi le couvent153. De même, les récits du xvie siècle soulignaient qu’un des attraits du terrain des Dominicains caennais était le voisinage immédiat de l’Orne154. Nous pouvons ajouter ici le cas similaire du premier clos des Franciscains valenciennois, situé en dehors de la ville, près de la porte Pissotte, à côté d’une source155. La présence de cet élément naturel fut un des principaux arguments avancés par les religieux pour refuser de s’installer intra-muros en 1226156.

  • 157 Aimond, C., Histoire de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc (1954), rééd, 1982, p. 79.
  • 158 D’après le Plan de Beauvais au xviie siècle. Voir B.N. Estampes, Collection Topographie de la Franc (...)
  • 159 Toussaint, J., Coutances des origines à la Révolution, op. cit., p. 90.
  • 160 Ce projet s’harmonisait avec la position de la ville à l’égard de l’eau, qui était l’élément domina (...)
  • 161 Ces renseignements, fournis par Simon le Boucq au xviie siècle, reflètent aussi la situation médiév (...)
  • 162 La fabrication de la bière nécessitait de l’eau libre d’impuretés et ayant un degré de dureté requi (...)

64Des avantages topographiques et pratiques analogues étaient aussi offerts par les cours d’eau traversant les clos mendiants. Ces rivières ou canaux étaient souvent en corrélation avec les cultures conventuelles. Nous pouvons mentionner les jardins des Clarisses barisiennes irrigués au moyen d’un système hydraulique alimenté par le canal qui bordait le clos à l’ouest157. De même, une petite rivière traversait la partie orientale des terrains des Franciscains et des Dominicains beauvaisins. Dans ces deux cas, les religieux exploitaient les eaux pour leurs cultures158. À Coutances, le protecteur des Dominicains, le gouverneur Foulques Paisnel, réhabilita le vieil aqueduc de la ville afin de pourvoir l’enclos conventuel d’un cours d’eau159. Par ailleurs, les réseaux d’exploitation hydrique installés par les religieux dans leurs enclos étaient souvent élaborés et suscitaient l’admiration du milieu urbain. Les Dominicains de Valenciennes, par exemple, aménagèrent dans leur jardin un système de canalisations superposées160 alimentées par la rivière attenante161 et destinées tant aux cultures qu’au fonctionnement de la brasserie conventuelle162.

65En raison sans doute de l’importance de l’élément aquatique, les cours d’eau voisinaient parfois immédiatement avec l’église, notamment quand les contingences topographiques et la volonté d’orienter l’édifice cultuel limitaient les choix d’emplacement de celui-ci. Nous pouvons évoquer ici le cas du clos des Franciscains de Bernay : traversé par le milieu et perpendiculairement par une rivière, il offrait peu d’alternatives quant à la disposition de l’ensemble conventuel. L’église fut donc construite au-dessus de ce cours d’eau qui, au moyen d’un canal souterrain, se déversait dans la rivière principale longeant au sud le chevet de l’édifice (fig. 36). Pareillement, l’église des Augustins de Bar-le-Duc était érigée perpendiculairement au dessus du canal qui traversait le terrain sur toute sa longueur à l’ouest (fig. 26).

Les fontaines

  • 163 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 16.
  • 164 A.D. Seine-Maritime, 36 HP 37, Cordeliers de Rouen. Construction de fontaines dans le couvent des C (...)
  • 165 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen. Revue de ses monume (...)
  • 166 Il importe de souligner que le couvent des Augustins était établi dans le voisinage immédiat des at (...)
  • 167 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xvi (...)
  • 168 Voir ibid.

66Dans la mesure où elles reflétaient l’existence d’une structure urbaine veillant à l’intérêt public et où elles concouraient à la sociabilité urbaine163, les fontaines constituaient un élément primordial de l’espace conventuel. Leur aménagement dépendait de la faveur épiscopale ou seigneuriale et leur fonctionnement était largement conditionné par la structure de l’ensemble du réseau hydrique urbain. Ainsi, la fontaine greffée vers le Sud à l’église des Franciscains de Rouen (fig. 29) était le résultat des démarches entreprises par les religieux auprès des instances locales. D’après les archives conventuelles, en 1257, l’archevêque Eudes Rigaud, avec l’accord de Louis IX et des échevins rouennais, achemina au couvent le cours de la fontaine Caalor. En 1456, des privilèges analogues furent accordés aux frères sur la fontaine échevinale164. De même, au début du xvie siècle, les Augustins rouennais aménagèrent une fontaine à l’extérieur de l’enceinte conventuelle méridionale165. Cette construction était sans doute alimentée par le canal de Robec, coulant à proximité du couvent166 (fig. 37). Les fontaines mendiantes rouennaises ainsi que celle des Dominicaines lilloises (fig. 9), de par leur installation à l’extérieur du clos, constituaient des éléments marquants du paysage conventuel. Exposées ouvertement aux regards, elles étaient surtout accessibles aux voisins et autres citoyens qui, en les utilisant, se les appropriaient au même titre que les biens communs. Ainsi, les fontaines mendiantes installées à l’intérieur du terrain demeuraient un des points focaux de l’enclos. Nous pouvons évoquer le cas du couvent des Dominicaines nancéiennes qui, d’après les archives conventuelles167, disposaient dès le xiiie siècle d’une fontaine, aménagée dans la partie occidentale du clos et offerte par le duc Ferry III au titre de donation irrévocable. Les passages qui conduisaient à ce point d’eau, ainsi que les canaux qui se dirigeaient de celui-ci vers les diverses cultures, étaient soigneusement pavés et maçonnés168. La fontaine devenait ainsi un des principaux éléments du terrain, car autour d’elle s’articulait la structure des jardins conventuels de manière à la fois centrifuge et centripète.

67Compte tenu de son rôle de cadre pour l’ensemble conventuel, le terrain conditionnait topographiquement l’organisation des édifices mais était également le médiateur spatial entre ceux-ci et le tissu urbain. Les critères de sélection des clos étaient par conséquent définis à l’avance, mais étaient régis avec souplesse, ce qui permettait l’adaptation individuelle de chaque couvent dans son parcellaire d’accueil. Ainsi, indépendamment de leur mode d’acquisition, nous constatons que les enclos de la région que nous étudions répondaient majoritairement aux besoins des communautés : faciles d’accès et garantissant des qualités climatiques, ils étaient de superficie proportionnelle à la grandeur du projet édilitaire initial. Cependant, l’ensemble conventuel étant susceptible de s’amplifier ultérieurement, l’installation du carré claustral au milieu ou dans un angle du clos permettait aux bâtiments postérieurs de se greffer organiquement au noyau initial. Quant à la périphérie des enclos, elle était investie par des dépendances, des cours et des jardins, et demeurait en liaison directe et en contact constant avec les édifices principaux. Néanmoins, l’objectif de fonctionnalité n’excluait guère la volonté d’aménager de manière plaisante le paysage conventuel et les éléments naturels tels que les cours d’eau ou les espaces plantés n’étaient pas négligés et les particularités topographiques de la parcelle conventuelle étaient souvent respectées, voire exploitées. Ainsi le micro-environnement du couvent offrait un caractère d’agrément dont profitait la communauté autant que les visiteurs et, par extension, s’intégrait sans heurt dans le paysage urbain.

Notes

1 Voir Meiss, P. (von), De la cave au toit. Témoignage d’un enseignement d’architecture, Lausanne, 1995 (réimpr. de l’éd. de 1991), p. 21.

2 Voir Bachelard, G., La Poétique de l’espace, Paris, 1998 (2e éd.), p. 192-195.

3 Voir Notice historique sur Compiègne et Pierrefonds, Compiègne, 1836, p. 35.

4 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse d’Évreux, Paris, 1933, t. 1, p. 54.

5 Saint-Denis, A., Apogée d’une cité, Laon et les Laonnois aux xiie et xiiie siècles, Nancy, 1994, p. 358-360.

6 Vimont, E., Le Vieil Argentan, ses rues, ses fortifications, ses monuments et ses juridictions, Argentan, 1889, p. 45.

7 Richard, C. L., Histoires du couvent de Dominicains de Lille en Flandre et celui des dames Dominicaines de la même ville dites de Sainte-Marie d’Abbiette, op. cit., p. 5.

8 Toussaint, J., Coutances des origines à la Révolution, op. cit., p. 90.

9 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., p. 289.

10 Vimont, E., Le Vieil Argentan, ses rues, ses fortifications, ses monuments et ses juridictions, op. cit.,p. 122.

11 Gobillot, R., Falaise et la vallée de l’Orne, 1909, p. 37.

12 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. T. XII, Province ecclésiastique de Lyon, 3e partie, Diocèse de Langres et de Dijon, Ligugé-Paris, 1941, p. 200.

13 Musset, L., « L’église et le couvent des Carmes de Caen et l’inscription obituaire de Jean d’Estouteville », art. cité, p. 179-180.

14 Voir à ce sujet Freigang, C., « Les rois, les évêques et les cathédrales de Narbonne, de Toulouse et de Rodez », dans La cathédrale (xiie-xive siècle), C. de F., 1995, 30, p. 144-183, et plus particulièrement p. 154 et 174-175 ; voir aussi Vroom, W. H., « La construction des cathédrales au Moyen-Âge : une performance économique », dans Recht, R. (dir.), Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, Strasbourg, 1989, p. 82-84.

15 Barthélemy, É. (de), Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses institutions depuis son origine jusqu’en 1848 (Châlons-sur-Marne, 1883), rééd. Peronnas, 1994, p. 143.

16 Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments depuis son origine jusqu’en 1855, op. cit., p. 102-103.

17 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. T. XII, Province ecclésiastique de Lyon, 3e partie, Diocèse de Langres et de Dijon, op. cit., p. 205.

18 L’Archéologie de beauvais ou d’une ville, op. cit., p. 47.

19 Neveux, F., Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, 1996, p. 72.

20 Pomarède, F., Reims : Panorama monumental et architectural des origines à 1914, Strasbourg, 1985, p. 178.

21 Moorman, J. H. R., Medieval Franciscan Houses, New York, 1983, p. 299.

22 Trénard, L., Histoire de Cambrai, Lille, 1982, p. 99.

23 Id., Ibid., p. 103.

24 Id., Ibid.

25 L’emplacement privilégié du couvent est parfaitement visible sur les plans de la ville du xviie siècle.

26 L’investigation préliminaire afin de canaliser les volontés des donateurs était appliquée aussi par les Cisterciens, sans toutefois aboutir à des choix satisfaisants à long terme et, par conséquent, viables. Voir à ce sujet Locatelli, R., « Rappel des principes fondateurs de l’ordre cistercien. Aux origines du modèle domanial », dans Pressouyre, L. (dir.), L’Espace cistercien », Paris, 1994, p. 18-19.

27 Chapotin, M.-D, Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 196.

28 Dès le xie siècle les teintureries, les tisserands et les moulins à foulon étaient solidement installés à Beauvais ; au xiie siècle, les marchands beauvaisiens fréquentaient les grandes foires, et au xiiie siècle ils étaient déjà entrés dans la Hanse de Londres ; au xive siècle, ils exportaient à Rouen. Pour un aperçu diachronique succinct de l’activité drapière et marchande de Beauvais, voir Goubert, P., Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Paris, 1982, (réimpr. de la 1re éd. de 1960), p. 246-247.

29 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., t.1, p. 301.

30 L’attachement des fidèles et des puissantes familles verdunnoises aux Dominicains et les Fransciscains (installés dans la ville au premier quart du xiiie siècle) suscita la méfiance, voire l’hostilité, du clergé à l’égard des frères. Ceux-ci, en 1304, firent publier une bulle confirmant les privilèges de leurs ordres sur le jubé de la cathédrale, en présence des officiaux de l’évêché, des curés et de leur doyen. Voir Clouet, A., Histoire de Verdun et du pays verdunois, op. cit., t. 3, p. 38.

31 Notons que l’affiliation de la future communauté à l’ordre des Sœurs Mineures en 1293 fut obtenue grâce à l’intervention du cardinal Matthias de Sainte-Marie-du-Port. Voir Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., t.1, p. 301.

32 Menche De Loisne, A., Inscriptions et sépultures des anciennes églises de Béthune, Arras, 1896, p. 14.

33 Simons, W., Bedelordekloosters in het graafschap Vlaanderen..., op. cit., p. 112.

34 Rohault De Fleury, G., Gallia dominicana..., op. cit., t. 1, Lille, Monastère des Dominicaines d’Abbiette.

35 La Ville de Noyon, op. cit., p. 182.

36 Ibid., p. 40.

37 Gonzague, F.-S. (de), De origine Seraphicae Religionis Franciscanae ejusque progressibus, de Regularis Observanciae Institutione, forma administrationis ac legibus, admirabilique ejus propagatione, Rome, éd. D. Basa, 1587, p. 557.

38 Id., ibid.

39 Status prioris ecclesie Fratrum Minorum Recolletorum Insulensis, B.M. Lille, ms. 746.

40 Id., ibid.

41 Voir Ypma, E., La Formation des professeurs..., op. cit., p. 63.

42 A.N. L 921, Grands Augustins. Établissement des Augustins. Construction du grand couvent. Bulles et brefs des papes. 1259-1662, pièces 22-29.

43 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 89.

44 Id., ibid., p. 80-81.

45 Fortia D’Urban, Histoire de Hainaut parJacques de Guise, op. cit., chap. lxxxi.

46 Id., ibid., chap. lxxxi.

47 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XIII, Determinationes quaestionum, Pars I, Quaestio VI, p. 340.

48 Les cartes munies d’une échelle offrent indubitablement les renseignements les plus précis quant aux dimensions des clos.

49 Pour la région qui occupe notre recherche les plans en relief susceptibles de fournir des renseignements pour la fin du Moyen Âge concernent les villes de Cambrai, Douai et Metz.

50 En effet, si les images des villes médiévales sont largement codifiées jusqu’au xive siècle, à partir du siècle suivant les élements topographiques ou architecturaux transmis par les documents iconographiques peuvent être pris en compte, étant donné l’amorce des progrés cartographiques dès le xve siècle : les documents sur lesquels nous fondons notre enquête, datant pour l’essentiel des xvie et xviie siècles, constituent a fortiori des sources crédibles. Au sujet de la représentation cartographique et iconographique des villes médiévales voir : Martin, H., Mentalités médiévales, op. cit., p. 147-153 et Mane, P., « La maison à travers l’iconographie », dans Esquieu, Y., et Pesez, J.-M. (dir.), Cent maisons médiévales en France (du xiie au milieu du xvie siècle). Un corpus et une esquisse, Paris, 1998, p. 37.

51 Les structures sociales et urbaines furent bouleversées par la crise politique et démographique qui suivit la guerre de Cent Ans et les épidémies. En effet, le repeuplement, la hausse du prix du sol et des loyers incitèrent les plus favorisés à acheter dans le centre de la ville de vastes terrains afin d’édifier leurs hôtels. Fruit de l’expansion, le prix des terrains baillés quadrupla entre 1450 et 1470 : les maîtres du sol en profitèrent pour lotir et vendre à des prix élevés une partie des terrains achetés deux décennies auparavant. Ce mouvement se poursuivit au xvie siècle avec des grandes opérations de reconquête du centre par les financiers et les « honorables », les anciens occupants étant rejetés dans les faubourgs. Voir in extenso, Chédeville, A., Le Goff, J., Rossiaud, J., La Ville en France au Moyen Âge, Paris, 1998 (2e éd.), p. 480-486.

52 A.D. Somme, Fonds Diocésain, DA 267, Dominicains.

53 A.D. Seine-Maritime, 68 HP 31, Couvent des Emmurées, n° 100, Déclaration du temporel du monastère des Religieuses de Saint-Mathieu de l’ordre des frères Prêcheurs, 17août 1718.

54 Lamiray, H., Promenades historiques et anecdotiques dans Évreux, Évreux, 1927 (réimpr. Ain, 1995), p. 39.

55 Atlas historique des villes de France : Étampes, Essonne : plan et notice, Paris, 1989.

56 A.D. Marne, 59 H 19, Augustins de Reims, Reims : maisons et jardins, 1321-1788.

57 Vimont, E., Le Vieil Argentan. Ses rues, ses monuments, ses fortifications, ses juridictions, op. cit., p. 26.

58 Béziers, M., Histoire sommaire de la ville de Bayeux, op. cit., p. 140.

59 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790. Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

60 Kalas, E., « Ancien couvent des Cordeliers », art. cité, p. 66.

61 D’après les plans des couvents conservés dans la bibliothèque municipale de Verdun, Fonds iconographique, respectivement, ER 74, Aubert, J., Couvent des Frères prêcheurs, 1699 et ER 108, Aubert, J., Couvent des Récollets, 1699.

62 D’après le plan du couvent conservé dans la bibliothèque municipale de Verdun, Fonds iconographique, ER 232, Aubert, J., Abbaye de saincte Claire, 1699.

63 D’après le plan du couvent conservé dans la bibliothèque municipale de Verdun, Fonds iconographique, ER 65, Aubert, J., Couvent des Augustins, 1699.

64 D’après le plan de l’enclos en 1785. Voir Sevray, abbé, Les Cordeliers de Séez, op. cit., p. 12.

65 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 36, Estimation des édifices des Dominicaines de Saint-Omer.

66 Derheims, J., Histoire de Saint-Omer (Saint-Omer, 1843), rééd. Marseille, 1976, p. 587.

67 Meiss, P. (von), De la forme au lieu. Une introduction à l’étude de l’architecture, Lausanne, 1993 (2e éd.), p. 155-156.

68 « Il est donc nécessaire que le dirigeant de la cité et du royaume choisisse d’abord un lieu convenable qui par sa salubrité maintiendra les habitants en santé, par sa fecondité offrira une nourriture suffisante et par ses agréments réjouira » ; voir D’entrèves, A. P., Aquinas selected political writings, Oxford, 1948, De regimine principum, p. 70.

69 Fortia D’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., chap. lxxxii.

70 Roserot, A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale, op. cit., p. 1630.

71 Cochet, (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, op. cit., p. 378.

72 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. t. XII, Province ecclésiastique de Lyon. 3e partie, Diocèse de Langres et de Dijon, op. cit., p. 200.

73 Il s’agit du second enclos des Dominicains de Metz.

74 A.D. Pas-de-Calais, 35 H 6, Cordeliers de Béthune. Bâtiments et meubles du couvent, 1543-1546.

75 Voir Suttor, M., « Ponts, débarcadères et moulins : les équipements fluviaux des villes mosanes des origines à la fin du xvie siècle », dans Coulet, N., Guyotjeannin, O., La Ville au Moyen Âge. 120e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, (Aix-en-Provence, 1995), Paris, 1998, p. 106-109.

76 Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, 1990, p. 324.

77 Keelhoff, A., Histoire de l’ancien couvent des ermites de saint Augustin à Bruges, Bruges, 1869, p. 8.

78 Voir Vermeersch, V., Bruges. Mille ans d’art. De l’époque carolingienne au néogothique. 875-1875, Anvers, 1986, (2e éd.), p. 56-57.

79 Sur ce point, les Mendiants suivirent la pratique édilitaire des monastères cisterciens.

80 Voir Roserot, A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale, op. cit., 1631. A. Roserot a puisé cette information dans les archives révolutionnaires (A. D. Aube, A, I-687), qui se firent sans doute l’écho de l’appréciation du terrain dès la période médiévale.

81 Citons, à titre d’exemple, le cas du couvent des Carmes caennais : à la fin du xiiie siècle, ils entreprirent la construction d’une église plus grande, accompagnée d’un nouveau cloître. La priorité hiérarchique du lieu de culte conjuguée à l’absence d’un financement munificent retarda considérablement l’achèvement des lieux réguliers ; en 1369, en fait, le réfectoire n’était pas encore terminé.

82 À titre d’exemple mentionnons les églises franciscaines de Bayeux, d’Évreux, de Laon et de Caen ; celles des Dominicains de Châlons-en-Champagne et de Beauvais, ainsi que l’église des Carmes caennais et des Augustins verdunnois.

83 L’organisation des édifices dans l’Abbiette, le premier clos des Dominicaines lilloises, ne peut être reconstituée faute de sources.

84 A.D. Nord, 130 H 3, Lille Abbiette, Privilèges pontificaux, 1479-1781.

85 Regnault-Warin, J. J., Lille ancienne et moderne, Lille, 1803, p. 61-62.

86 La possession d’animaux n’était pas interdite, à condition que les frères ne se les approprient pas. Voir Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XVIII, Constitutiones Narbonenses, Rubr. IV, p. 453.

87 Rappelons que les Cisterciens, vivant de labore manuum, de cultu terrarum, de nutrimento pecorum, exploitaient intensément l’eau, le fer, le bois, la vigne et leurs granges étaient les corollaires des leurs abbayes. Voir Waddell, Chr., « The Cirstercian Institutions and their Early Evolution. Granges, Economy, Lay Brothers », dans Pressouyre, L. (dir.), L’Espace cistercien, op. cit., p. 29-30, et ibidem, Fossier, R., « Les déviations économiques des cisterciens », p. 42-43.

88 En fait, l’organisation des commanderies du Temple et de l’Hôpital suivait le schéma des grandes fermes d’origine monastique ou autre. Voir Miguet, M., Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, 1995, p. 87-88.

89 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle. Le document dans lequel nous puisons nos renseignements date du xviiie siècle mais reflète également la situation des dépendances au Moyen Âge étant donné que, d’après les sources, aucune modification ne fut apportée à ces édifices après la période médiévale.

90 Rohault De Fleury, Gallia dominicana, op. cit., t.1, Lille, Monastère des Dominicaines de l’Abbiette.

91 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 95.

92 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

93 La partie des dépendances attenante à l’église accueillait sans doute des activités appropriées au voisinage d’un édifice sacré.

94 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins et 1 Q 2, 1604, n° 2, 29 novembre 1790, Procès verbal de l’apposition de scellés aux Jacobins.

95 Cet édifice fut découvert lors des fouilles entreprises au site du couvent en 1992. Voir L’Archéologie de Beauvais ou mémoire d’une ville, op. cit., p. 48.

96 Citons, à titre d’exemple, l’église des Franciscains de Sarrebourg.

97 Notons que le couvent des Dominicaines de Rouen, fondé et doté par Louis IX, jouissait d’un prestige particulier.

98 A.D. Oise, 1 Q 2 1590, Couvent des Cordeliers de Compiègne. Estimation des immeubles. Inventaire des meubles et effets. Apposition et levée des scellés. 1790.

99 Voir Montagnes, B., « Comment meurent les Prêcheurs méridionaux d’après les Vitae Fratrum », dans La Mort et l’au-delà en France méridionale (xiie-xve siècle), C. de F., 1998, 33, p. 62.

100 Voir à ce sujet, dans ibid., Picard, D., « Les suffrages prescrits pour les défunts par les chapitres provinciaux des dominicains du Midi », p. 103-117.

101 Citons, à titre d’exemple, le cas des Franciscains d’Arras : installés en 1230, ils insistèrent fermement auprès du chapitre cathédral afin d’obtenir la permission d’aménager leur propre cimetière en 1271 ; cependant, entre temps, les défunts de la communauté étaient accueillis dans le cimetière des Dominicains arrageois. Moorman, J. R. H., Médieval Franciscan Houses, op. cit., p. 32.

102 Canel, A., Histoire de la ville de Pont-Audemer, Brione, 1980 (rééd.), t. 2, p. 145.

103 C’est le cas, entre autres, des Franciscains de Bayeux, d’Arras, de Beauvais et d’Étampes, ainsi que des Augustins et des Dominicains de Verdun.

104 Collet, C., Leroux, P., Marin, J. Y., Caen, cité médiévale : bilan d’archéologie et d’histoire, Caen, 1996, n° 1636.

105 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2644, Dominicaines de Nancy. Déclaration des Religieuses, 1770.

106 Laurent, J., Claudon, F., Abbayes et prieurés de l’ancienne France. t. XII, Province ecclésiastique de Lyon, 3e partie, Diocèse de Langres et de Dijon, op. cit.p. 206.

107 Jeanmaire, A., Vieux Metz autour de Saint-Arnould, Metz, 1975, p. 102.

108 D’après la lithographie du couvent dans Coêt, E., Histoire de la ville de Roye, op. cit., t. 2, Couvent des Cordeliers.

109 A.D. Nord, Q 649, Estimation de la maison des Dominicains de Valenciennes.

110 Baroth, N., L’église des Cordeliers de Sarrebourg », dans Cahiers Lorrains, n.s., 1958, 10, p. 13.

111 Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens..., op. cit., p. 18.

112 A.D. Eure, H 1173, Inventaire des Jacobins, 1790.

113 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 90.

114 Maliet, V., Gabriel, M., « Le couvent des dames de Beaumont à Valenciennes : notes à propos d’une trop brève intervention archéologique », dans V., 1989, 4, p. 61.

115 Plouvier, M. (dir.), Laon, belle île en terre, op. cit., p. 198.

116 Fortia D’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., chap. lxxxvii.

117 A.D. Somme, Fonds diocésain, DA 267, Dominicains.

118 Rohault De Fleury, Gallia dominicana, t. 2, Caen, Saint-Jacques, s.p.

119 Renseignement fourni par les archives conventuelles : A.D. Seine-Maritime, 36 HP 14, Dominicains de Rouen, Conduite des eaux d’une fontaine aux officines du couvent, 21 janvier 1403.

120 Cette information est contenue dans le mémoire d’estimation du couvent au lendemain de la Révolution. A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 55 3/7, Estimation de la maison des Carmes rue Saint-Jean de Roanville.

121 Le renseignement est fourni par les archives conventuelles. A.D. Seine-Maritime, 32 HP 1, Carmes de Rouen, Pièces relatives à la rente viagère du père Vigor, xv-xviie siècle.

122 Thiriot, G., Obituaire du couvent des Prêcheresses de Metz, Metz, 1921, p. 10.

123 L’information provient de l’inventaire du couvent en 1790. Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1588, liasse 1, Couvent des Cordeliers de Beauvais. Inventaire des meubles, titres et papiers. Compte des religieux, vente des meubles et effets. 1790, an II.

124 Ce renseignement est fourni par les archives conventuelles relatives aux réparations entreprises au couvent à l’époque post-médiévale. Voir A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle.

125 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790. Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

126 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., t. 1, p. 278.

127 Il convient de signaler que, même après la réorganisation du xviie siècle, seul le chevet de l’église fut compris dans l’enceinte conventuelle : le flanc septentrional de l’édifice cultuel demeura en bordure directe de la rue. Voir fig. 24.

128 Notons, cependant, que le bas-côté fut érigé à l’époque médiévale mais a posteriori ; ainsi, faute de sources, nous ne sommes pas en mesure de savoir si, auparavant, l’église était entièrement comprise dans l’enceinte conventuelle.

129 Adeline, J., Rouen au xvie siècle d’après le manuscrit de Jacques le Lieur (1525), Rouen, 1892, s.p.

130 Baudry, P., Le Monastère des Emmurées, monographie rouennaise, Rouen, 1848, p. 4.

131 Notons que la végétation figurant sur les plans en relief, pour des raisons de conventions de représentation, ne reflète qu’approximativement la composition et l’organisation des espaces verts des villes.

132 Outre la vue cavalière de Bar-le-Duc (fig. 26) qui nous permet de constater la taille réduite du jardin conventuel, l’information sur les moyennes dimensions de celui-ci est fournie par une monographie du couvent, datant du début du xxe siècle mais fondée sur des documents d’archives. Voir Vincent-Dubé, E., Le Monastère des Clarisses de Bar-le-Duc (1484-1792), Bar-le-Duc-Paris, 1912, p. 10.

133 Par ailleurs, la communauté a pu surmonter ses problèmes financiers, devenus particulièrement aigus à la fin du xvie siècle, en exploitant ses vastes jardins et vignes : ceux-ci, à cette époque et par grâce royale, furent divisés en petits lotissements et par la suite baillés à titre de cens et rentes. Voir A.N., S 4233, 1. Titres concernant l’acensement d’une vigne appartenant aux jacobins près de la porte Saint-Jacques (1546-1604).

134 En effet, les arbres hauts étaient sans doute plantés (conformément à l’admonition d’Humbert de Romans) en périphérie du clos afin d’empêcher les entrées et sorties clandestines. Par ailleurs le même type d’arbres était utilisé comme bordure aux allées principales de l’enclos.

135 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2710, Dominicaines de Nancy, 1767, Aménagement de la terasse qui mène aux vignes.

136 A.D. Eure, H 1165, Cordeliers de Vernon, n° 3, Autorisation accordée aux Cordeliers en audience du baillage de Gisors, 1505.

137 Ces informations proviennent du procès verbal révolutionnaire mais reflètent probablement la réalité médiévale étant donné que les besoins des communautés n’étaient pas sujets à des modifications radicales. Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790. Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

138 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 94, Administration et liquidation des créances, 1790. Travaux de vitrerie. Ce renseignement, contenu dans l’inventaire révolutionnaire, est probablement valable également pour le Moyen Âge. En effet les dimensions du clos n’ont pas subi de modifications depuis le xiiie siècle : les religieux ont vraisemblablement planifié dès lors dans leur clos l’espace occupé par chaque culture.

139 « De même, il disait au frère qui faisait le jardin de ne pas tout planter en légumes, mais de laisser une partie du terrain pour les plantes vivaces qui produiraient, en leur temps, nos sœurs les fleurs. Il disait même que le frère jardinier devrait réserver dans un coin l’emplacement d’un beau jardinet où il mettrait toutes sortes d’herbes aromatiques et de plantes à fleurs, afin qu’en leur saison elles invitent à la louange de Dieu tout homme qui les regarderait. » Desbonnets, Th. et Vorreux, D., Saint François d’Assise. Documents écrits et premières biographies, Paris, 1968, Légende de Pérouse, 51, p. 925-926.

140 Ce renseignement est fourni par M.-D Chapotin, qui a fondé son évocation historique et architecturale du couvent sur des sources conservées aux archives générales de l’ordre. Voir Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France..., op. cit., p. 670.

141 Parmi la documentation abondante sur ce sujet, citons Weber, G., Brunnen und Wasserkünste in Frankreich im Zeitalter von Louis XIV, Worms-sur-Rhin, 1985.

142 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle.

143 Thiriot, G., Obituaire du couvent des Prêcheresses de Metz, op. cit., p. 12.

144 Voir Sowina, U., « L’eau et les nouveautés techniques dans l’espace urbain et suburbain au Moyen Âge », dans L’Innovation technique au Moyen Âge. Actes du vie Congrès International d’Archéologie Médiévale, Paris, 1998, p. 81.

145 Notons qu’il s’agissait là d’un des plus importants problèmes que se posaient les villes de l’Europe préindustrielle, tant occidentale qu’orientale. Voir Id., ibid.

146 Au sujet de cette habitude mendiante dans le contexte urbain italien, voir Heers, J., Espaces publics, espaces privés dans la ville. Le “Liber terminorum” de Bologne (1294), Paris, 1984, p. 85-86.

147 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 314.

148 Voir Id., ibid., p. 317.

149 Nous nous intéressons ici à des terrains mendiants directement bordés par des cours d’eau : ainsi ceux-ci faisaient partie constitutive du paysage conventuel.

150 D’après le plan de la ville d’Évreux par Monnier, en 1745. Voir B.N. Estampes, Collection Topographie de la France, Va 27, t. 1.

151 Notons que la proximité immédiate de cette rivière offrait aux Dominicains lillois le double avantage de l’approvisionnement en eau et de l’utilisation (moyennant une redevance au chapitre de de Saint-Pierre) des pêcheries installées au sud de leur enclos. Voir Richard, C. L., Histoires du couvent des Dominicains de Lille en Flandre..., op. cit., p. 8.

152 De nombreuses enluminures de la fin du Moyen Âge se font l’écho de l’appréciation qu’a reservée l’imaginaire collectif médiéval à l’eau en tant que composante esthétique du paysage urbain. Voir à ce sujet, Gouédo-Thomas, C., « Les points d’eau en milieu urbain d’après l’iconographie des manuscrits à peintures du nord de l’Europe (xiiie-xvie siècle) », dans Coulet, N., Guyotjeannin, O. (dir.), La Ville au Moyen Âge..., op. cit., p. 67-75.

153 Rohault Defleury, G., Galia dominicana, op. cit., t. 2, Lille. Monastère des Dominicaines de l’Abbiette, s.p.

154 Bourgueville, C. (de), Les Recherches et antiquités de la Ville & Université de Caen & lieux circonvoisins les plus remarquables, Caen (impr. J. le Feure), 1588, p. 176.

155 À l’époque médiévale le surnom « Pissotte » ou « Pissellotte » était attribué à des sources et des fontaines dont le débit était assez faible à cause de l’étroitesse des canalisations. Voir, Guillerme, A., « Puits, aqueducs et fontaines : l’alimentation en eau dans les villes du nord de la France, xe-xiiie siècle », dans L’Eau au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1985, p. 191.

156 Rappelons que la procédure du déménagement intra-muros des frères valenciennois est relatée par le chroniqueur franciscain du xive siècle Jacques de Guise.

157 Aimond, C., Histoire de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc (1954), rééd, 1982, p. 79.

158 D’après le Plan de Beauvais au xviie siècle. Voir B.N. Estampes, Collection Topographie de la France, Va 60, t. 8.

159 Toussaint, J., Coutances des origines à la Révolution, op. cit., p. 90.

160 Ce projet s’harmonisait avec la position de la ville à l’égard de l’eau, qui était l’élément dominant du paysage urbain. En effet, l’importance économique de l’eau et son rôle primordial pour l’artisanat imposa à Valenciennes une politique de grands travaux de canalisations intra et extra-muros et façonna en grande partie la répartition des activités socio-professionnelles au sein de l’espace urbain. Voir Salamagne, A., Urbanisme et topographie de Valenciennes du xiiie au début du xvie siècle, V., 1988, 1, p. 39 et 42.

161 Ces renseignements, fournis par Simon le Boucq au xviie siècle, reflètent aussi la situation médiévale.

162 La fabrication de la bière nécessitait de l’eau libre d’impuretés et ayant un degré de dureté requis. Voir Sowina, U., « L’eau et les nouveautés techniques dans l’espace urbain et suburbain au Moyen Âge », dans L’Innovation technique au Moyen Âge..., op. cit., p. 81.

163 Voir Heers, J., La Ville au Moyen Âge en Occident..., op. cit., p. 16.

164 A.D. Seine-Maritime, 36 HP 37, Cordeliers de Rouen. Construction de fontaines dans le couvent des Cordeliers (xiiie, xve, xviiie siècle).

165 Périaux, N., Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen. Revue de ses monuments et de ses établissements publiques, Rouen, 1870, p. 15-16.

166 Il importe de souligner que le couvent des Augustins était établi dans le voisinage immédiat des ateliers d’artisanat textile, qui exploitaient d’office l’eau de manière exhaustive. À ce sujet voir Guillerme, A., Les Temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques dans le nord de la France fin iiie-début xixe siècle, Paris, 1990, p. 106-109.

167 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle. 1repartie.

168 Voir ibid.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search