Version classiqueVersion mobile

Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge

 | 
Panayota Volti

Chapitre II. Le projet d’implantation

Texte intégral

1Le respect des impératifs architecturaux statutaires et des objectifs spirituels des ordres présupposait l’établissement d’un projet rigoureux pour l’implantation de chaque couvent. D’ailleurs, l’organisation administrative centralisatrice et les contrôles hiérarchiques réguliers assuraient l’unicité identitaire des choix architecturaux.

2Dans la pratique cependant, l’intégration des communautés imposait la coordination des paramètres matériels de la construction en accord avec les conditions locales. Cela présentait l’avantage d’alléger considérablement le coût du chantier et d’accélérer l’exécution des édifices. À cet égard, la générosité des donateurs constituait un facteur d’une importance capitale. De même, l’attitude des détenteurs du pouvoir local infléchissait les projets mendiants à la fois pour la planification chronologique et pour le financement. Les solutions adoptées individuellement pour chaque couvent introduisaient donc davantage de nuances dans le cadre normatif des constructions. Néanmoins, la cohésion architecturale fut préservée, voire renforcée, grâce à l’instauration d’un réseau d’échanges interconventuels sous la houlette des supérieurs des ordres.

3L’étude systématique de toutes les facettes des projets architecturaux mendiants nécessite la confrontation rigoureuse des documents d’archives et des éléments iconographiques avec les informations fournies par les bâtiments eux-mêmes. Dans le cas des couvents de l’aire géographique que couvre notre recherche, ces sources capitales se révèlent souvent extrêmement lacunaires, et parfois absentes. Pourtant, certaines données – inégales, certes, et d’importance variable – permettent de reconstituer les lignes directrices de la matérialisation des ensembles conventuels.

Les paramètres factuels du chantier

4La conjonction de certains facteurs indépendants de la construction elle-même était indispensable pour qu’un chantier conventuel soit amorcé. En premier lieu, l’entreprise d’édification d’un couvent devait être justifiée par le potentiel de la future communauté. Par ailleurs, outre l’acquisition d’un terrain propice, l’obtention de l’appui administratif, ecclésiastique ou simplement laïc était indispensable, ne fût-ce que pour assurer le financement de la construction. Évidemment, toutes ces conditions n’étaient pas systématiquement remplies, et cela avait des répercussions plus ou moins importantes sur le déroulement des travaux.

L’importance de la communauté

  • 1 Barthélemy, É. (de), « Les archives de Bar-sur-Aube », Mémoires de la Société archéologique de l’Au (...)
  • 2 Voir Meersseman, G., « Les débuts de l’ordre des frères Prêcheurs dans le comté de Flandres », art. (...)

5L’envergure des futurs couvents était calculée de manière relativement précise avant la date de leur fondation. Cette estimation permettait des constructions correspondant à l’impact escompté par les frères et à leur nombre futur – dépendant de l’essor spirituel de la communauté et devant être effectivement, le plus souvent, croissant. Ainsi, la décision du général de l’ordre Artolitus de Prato de fonder un couvent franciscain à Bar-sur-Aube en 1284 était étayée par la certitude du succès de la future communauté. Celle-ci, ne comptant cependant que quatre religieux, fut placée sous la houlette du père Samson, prédicateur de renom ayant déjà conquis nombre de Baralbins1. De même, en 1245, la fondation d’un couvent dominicain à Bergues fut motivée par les contacts positifs que les frères lillois avaient établis en amont avec la ville. En outre, le choix de religieux de langue thioise constituait une garantie supplémentaire pour l’impact de la communauté dans la région. De fait, le nombre des Prêcheurs de Bergues s’éleva très rapidement à soixante-dix2.

  • 3 Voir Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments depuis son origine j (...)
  • 4 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, Marseille, 1978 (réi (...)

6Dans le cas de fondations sollicitées directement auprès des ordres par les représentants du pouvoir local, les effectifs et l’infrastructure de la future communauté étaient parfois calculés à l’avance. Ainsi, le couvent des Dominicains de Châlons-en-Champagne fut construit avant même l’arrivée des frères parce que, en 1220, l’installation des Prêcheurs avait été demandée par le prélat châlonnais Guillaume de Perche à saint Dominique en personne, dans la perspective de leur confier la prédication ainsi que l’assistance spirituelle des pauvres3. En outre, l’accroissement de la communauté et, par extension, de ses besoins d’accueil imposait souvent, a posteriori, la fondation d’un nouvel ensemble ou l’agrandissement du noyau d’origine. Ce fut le cas du couvent dominicain de Valenciennes : fondé en 1233, il devient bientôt trop petit par rapport aux effectifs conventuels et à l’afflux des fidèles. Ainsi, grâce à la munificence de la comtesse Marguerite de Flandre, un nouvel ensemble, construit à proximité, fut consacré en 1252. Les édifices conventuels étaient spacieux et la nouvelle église Saint-Paul, agrandie encore en 1275, comportait un vaisseau principal et deux bas-côtés capables de recevoir les nombreuses ouailles qui se trouvaient vraisemblablement à l’étroit dans Saint-Martin, l’église exiguë primitive4.

Les appuis fondateurs

  • 5 Martin, H., Mentalités médiévales, Paris, 1998 (2e éd.), p. 237.

7Le dessein des religieux mendiants de s’installer en milieu urbain se heurta souvent à la géographie religieuse des derniers siècles du Moyen Âge. En effet, le quadrillage paroissial et, par extension, le réseau d’encadrement spirituel des fidèles étaient déjà serrés dès le xiiie siècle5. Par conséquent, l’installation des frères nécessitait souvent un soutien de la part des autorités politiques, administratives et ecclésiastiques. Dans la région que couvre notre recherche, la majorité des fondations conventuelles étaient appuyées par des protecteurs puissants. Dans le cas contraire, la future communauté aurait vu ses projets entravés, voire annulés. Il importe en effet de souligner que cette dernière éventualité était souvent due à l’hostilité manifeste d’un ou plusieurs représentants du pouvoir local.

Le pouvoir bienveillant

  • 6 Citons, à titre d’exemple, les couvents des Franciscains et des Dominicains valenciennois fondés pa (...)
  • 7 Richard, C. L., Histoires du couvent des Dominicains de Lille en Flandre, et de celui des dames Dom (...)
  • 8 Simons, W., Bedelordekloosters in het graafschap Vlaanderen. Chronologie en topographie van de bede (...)
  • 9 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 21, XXVII : Item ecclesias q (...)
  • 10 Les prérogatives dominicaines, au sujet des conditions de fondation, sont exposées succinctement da (...)

8Les couvents de la Flandre médiévale constituent des exemples éminemment représentatifs de l’importance du soutien politique à la fondation. Appuyées dans leur quasi-totalité par la famille comtale6, les communautés mendiantes de cette région bénéficièrent de commodités aussi bien pour l’acquisition du terrain conventuel que pour la construction de leurs ensembles. En outre, les manifestations d’hostilité sporadiques du clergé local furent assez facilement estompées par la conclusion d’accords bilatéraux, arbitrés par les comtes eux-mêmes ou par des prélats bienveillants. Ainsi, au début du xive siècle, la comtesse de l’Artois Mahaut sollicita la fondation d’un couvent de Dominicaines à Arras directement auprès de la province de France. Celle-ci se chargea de la constitution de la communauté qui fut logée dans les établissements comtaux en attendant l’achèvement du couvent. Par ailleurs, la consécration de ce dernier fut marquée par des processions solennelles à travers la ville, orchestrées évidemment par la fondatrice7. Outre l’appui comtal, l’installation des Prêcheurs à Gand nécessita également l’intervention épiscopale. En 1228 fut attribué aux frères l’hôpital Notre-Dame, dans la paroisse de Saint-Michel. D’après l’acte de donation, les fondateurs, la comtesse Jeanne et le comte Ferrand, avaient rendu les bâtiments disponibles en transférant l’hôpital à la Byloke, aux portes de la ville8. Auparavant, l’évêque de Tournai, Gauthier de Marvis, avait obtenu, moyennant une somme importante, l’accord des cisterciens de Baudeloo et des cisterciennes du Nouveau-Bois, auxquelles appartenaient le terrain et les bâtiments hospitaliers. De même, il convainquit l’abbé de Saint-Bavon, patron de la chapelle de l’ancien hôpital, d’accepter le transfert de sa chapellenie au nouvel hôpital. En conséquence, la future église dominicaine était libre de toute cura animarum, cela conformément aux constitutions de l’ordre9, et n’était ni soumise à un patron ni contrainte à des obligations juridiques10.

  • 11 A. D. Marne, 41 H 1, Cordeliers de Châlons. Indulgences et bulles pontificales, xiiie-xvie siècle.
  • 12 Moorman, J. R. H., Medieval Franciscan Houses, New-York, 1983, p. 418.

9L’appui épiscopal, conjugué à l’autorité pontificale, fut à l’origine du couvent franciscain de Châlons-en-Champagne. Les frères, invités en 1224 à la ville par l’évêque Guillaume de Perche, furent installés provisoirement par le même prélat au béguinage, situé près de la cathédrale. Mais l’érection de l’ensemble conventuel ne fut amorcée qu’en 1254, grâce à l’intervention d’Innocent IV qui accorda des indulgences aux fidèles qui financeraient les travaux11. Dans le cas également des Franciscains de Rouen, l’appui archiépiscopal d’Eudes Rigaud permit à la communauté de s’installer, en 1249, intra-muros, sur un terrain dépendant du chapitre cathédral, alors que l’opposition tenace de ce dernier aux projets des frères avait auparavant retardé pendant presque vingt ans leur emménagement à l’intérieur de la ville12.

  • 13 Id., ibid., p. 124.
  • 14 Clouet, A., Histoire de Verdun et du pays verdunnois, Verdun, 1867-1870, réimpr. Marseille, 1977, t (...)
  • 15 Toussaint, J., Coutances des origines à la Révolution, Coutances, 1979, p. 90.

10On peut encore renvoyer au cas de Châteuvillain, où le sire Jean Ier l’Aveugle prit l’initiative et se chargea de l’implantation d’un couvent franciscain ; les frères, arrivés en 1286, furent installés dans leur ensemble conventuel l’année suivante13. De même, les Cordeliers arrivés à Verdun au début du xiiie siècle eurent la possibilité de fonder leur couvent en 1255 grâce au soutien du puissant lignage de La Porte14. Les Dominicains, eux aussi, s’installèrent à Coutances à la suite de l’initiative du gouverneur Foulques Paisnel qui, en 1232, s’adressa à cet effet au Général de l’ordre, Jourdain de Saxe15.

  • 16 Moorman, J. R. H., Medieval Franciscan Houses, op. cit., p. 64.
  • 17 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France. Le siècle des fondations, Rouen (...)
  • 18 Chapotin, M.-D., Étude historique sur la province dominicaine de France : le couvent royal de Saint (...)

11La volonté royale de Philippe III le Hardi permit l’installation des Franciscains à Bernay, en 127516. Évidemment, outre l’appui royal, l’accord, voire le soutien de la fondation par la hiérarchie ecclésiastique était indispensable. Ainsi, le roi Louis IX poursuivit pendant un an des négociations avec le pape Alexandre IV et la province dominicaine de France avant de fonder un couvent de Prêcheurs à Compiègne en 125817. De même, l’appui de ce souverain conjugué au soutien épiscopal de Philippe de Chaource permit l’installation des Dominicains à Évreux en 129618.

Les entraves aux fondations

  • 19 Delmaire, B., Le Diocèse d’Arras de 1093 au milieu du xive siècle. Recherches sur la vie religieuse (...)
  • 20 A.D. Nord, 127 H 8, Dominicains de Lille. Privilèges accordés par les souverains, 1327-1652.
  • 21 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 107-108

12En revanche, l’opposition plus ou moins véhémente des détenteurs du pouvoir affecta souvent les fondations conventuelles. En 1230, la volonté de la veuve Chrétien de fonder un couvent dominicain à Saint-Omer se heurta à l’opposition violente du doyen et des chanoines de la ville. Ceux-ci, appuyés par l’official de Thérouanne, excommunièrent la future fondatrice, qui sollicita la bienveillance pontificale. Mais, défiant l’intervention de Grégoire IX en faveur des frères, le chapitre de Saint-Omer ordonna en 1233 la démolition du chantier conventuel en cours. De fait, les Prêcheurs n’entreprirent la fondation de leur couvent audomarois qu’un siècle plus tard19. À Lille, en 1300, l’opposition obstinée du Magistrat à l’installation du couvent dominicain intra-muros exposa ce dernier aux mésaventures de la guerre de Cent Ans. Et malgré les graves dommages que subirent les bâtiments conventuels, l’admission des religieux en ville ne fut accordée qu’en 136820. Les opposants aux fondations mendiantes n’hésitèrent pas non plus à intervenir lors de la construction des couvents. Ainsi, à Valenciennes, le supérieur de l’abbaye de Saint-Saulve, patron de nombreuses paroisses locales, imposa la destruction du clocher de l’église franciscaine et exigea son remplacement par un autre de moindre taille21.

Le financement de la construction

  • 22 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

13Les fondations mendiantes, gérées de manière centralisée par les ordres, ne s’inscrivaient pas dans les programmes de construction ecclésiastiques de chaque région. En outre, l’implantation conventuelle était entreprise dans une optique spirituelle et apostolique. Les moyens financiers de l’établissement n’étaient pas alors envisagés en priorité. Évidemment, l’installation systématique en milieu urbain intégrait les frères dans une structure socio-économique fondée sur la charge de revanche. Bonaventure de Bagnoreggio mit l’accent sur les avantages qu’offraient les villes aux religieux en matière de subsistance. Mais, tout en demeurant évasif, il n’exclut pas le financement des constructions au moyen des temporalia octroyés par les fidèles en échange des prédications et de la cura animarum22. En effet, les supérieurs des ordres étaient parfaitement conscients de l’importance de l’infrastructure architecturale pour le déroulement efficace de l’activité apostolique des religieux, et ce dès le xiiie siècle.

Les difficultés financières

  • 23 La Rue (abbé de), Nouveaux essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, contenant (...)
  • 24 Bruelle, A., Dictionnaire topographique de l’arrondissement de Cambrai, géologie, archéologie, hist (...)
  • 25 Marlot (dom.), Histoire de la ville, cité et université de Reims, Reims, 1843-1846, t.4, p. 38-39.
  • 26 Desportes, P., Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, 1979, p. 176-177.

14Dans la pratique, le financement des chantiers mendiants n’était pas toujours aisé. Les Carmes caennais entreprirent à la fin du xiiie siècle l’agrandissement du cloître et la construction d’une nouvelle église capable d’accueillir les nombreux fidèles. Mais, vraisemblablement, les aumônes de ceux-ci ne suffisaient pas pour achever l’œuvre. Ainsi, la construction du nouvel édifice cultuel se prolongea pendant une grande partie du xive siècle ; en 1369, le réfectoire n’était pas encore aménagé23. De même, les Franciscains de Cambrai24 et les Carmes de Reims25 furent confrontés à un retard important du chantier, faute de fonds. Mais, même dans le cas où les subventions étaient assurées, des fluctuations pouvaient survenir, comme pendant la construction du couvent dominicain rémois. Celui-ci fut amorcé en 1246 et malgré la double protection épiscopale et pontificale, ne fut achevé qu’en 1280 ; cela parce que le chantier était tributaire de la générosité des fidèles, déjà largement sollicités pour la réalisation des grands programmes édilitaires de leur ville26.

Les subventions

  • 27 A.D. Seine-Maritime, 68 HP 31, Couvent des Emmurées, n° 21, Lettre de fondatrion de saint Louis, ao (...)
  • 28 Parisse, M., « Remarques sur les fondations monastiques à Metz au Moyen Âge », A.E., 1979, 81, p. 2 (...)
  • 29 A.D. Marne, 41 H 1, Cordeliers de Châlons, Indulgences et bulles pontificales, xiiie-xvie siècle.
  • 30 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’égli (...)

15Néanmoins, la présence d’un puissant fondateur allait le plus souvent de pair avec un suivi financier conséquent. Citons, pour ne prendre que quelques exemples, le couvent des Dominicaines rouennaises placé sous l’égide de Louis IX et de l’archevêque Eudes Rigaud et bénéficiant aussi de la protection pontificale27. Le financement fut également bien assuré pour les couvents des Dominicains de Metz et des Franciscains de Châlons-en-Champagne. Les premiers étaient appuyés par l’évêque Conrad de Scharfeneck et bénéficièrent de l’aide financière de l’ancien maître-echévin René Tigniane28. Quant aux seconds, soutenus par le prélat Guillaume de Perche et, ensuite, par Innocent IV, ils furent généreusement subventionnés par le riche bourgeois Michel Papelard29. D’après un devis de 128330, c’est grâce au financement du bourgeois Jacques Julian que la construction de la nouvelle église des Cordeliers de Provins fut opérée en trois ans seulement.

  • 31 A.D. Ardennes, ms. E 1784, Remarques des véritables antiquités de la ville de Mézières.
  • 32 Milard, A., Histoire de Sézanne, Paris, 1992, p. 88.

16La munificence des fondateurs ou donateurs était souvent à l’origine d’une certaine préciosité dans la construction. Ainsi, le couvent franciscain de Bérthaucourt, fondé en 1342 par Louis de Nevers, comte de Flandre et de Rethel, comportait des éléments architecturaux en marbre de grande qualité, lesquels, à la suite de la destruction du couvent en 1521, furent réemployés dans le cloître de Saint-Étienne de Mézières31. De même, le couvent franciscain de Sézanne, fondé en 1256 par le comte de Champagne et roi de Navarre Thibaut V, comportait deux carrés claustraux construits en grès, matériau conférant plus de solidité aux édifices32.

Planification et matérialisation de la construction

17Outre la conception structurelle et formelle des ensembles conventuels, l’exécution matérielle de ceux-ci nécessitait une organisation rationnelle et efficace du chantier. Ce dernier, placé sous la supervision du maître d’œuvre, était mené par diverses catégories d’ouvriers et d’artisans spécialisés dans la mise en œuvre des différents matériaux et techniques. L’ensemble était orchestré, pour l’essentiel, selon les directives de l’Ordre. Celles-ci ne réglaient cependant pas l’ensemble des détails. La marge de souplesse ainsi créée encourageait une gestion individuelle – et par conséquent plus efficace – de chaque construction.

18La pénurie de documentation sur les chantiers mendiants ne permet malheureusement pas de cerner de façon concrète toute leur organisation. Mais la confrontation et l’association des données disponibles permettent du moins une reconstitution « générique » du chantier et de ses variantes.

Les maîtres d’œuvre

  • 33 Chapelot, O., « Quelques réflexions sur les chantiers de construction en France dans les deux derni (...)

19À la fin du Moyen Âge, et indépendamment de l’importance du chantier, variable selon l’ampleur des édifices, le maître d’œuvre assurait le passage de la conception intellectuelle à la réalisation matérielle. Une seule personne assumait en effet les responsabilités d’architecte et de surintendant de la construction. Ainsi, le maître d’œuvre réalisait les plans et les devis, négociait avec les fournisseurs de matériaux et les représentants des corps de métier et surveillait attentivement les travaux. L’ensemble de ces responsabilités étant difficilement gérable. C’est pourquoi certaines tâches étaient déléguées à des assistants33.

L’attribution institutionnelle des responsabilités architecturales

  • 34 « Monemus item quod priores caveant fabricas notabiles et sumptuosas et superfluas. » Douais, C., A (...)
  • 35 Denifle, H., « Die Constitutionen des Prediger Ordens vom Jahre 1228 », op. cit., p. 225 : Item in (...)
  • 36 Ypma, E., « Le "Mare Magnum” ». Un code médiéval... », art. cité, p. 301, 21m capitulum.

20Les chantiers mendiants n’innovèrent pas quant à la gestion hiérarchique de la construction. Initialement, des prescriptions précises attribuaient la maîtrise d’œuvre à un seul frère, de préférence détenteur d’un statut important. Ainsi, les premières fondations conventuelles furent intimement associées, voire identifiées à la personne du prieur. Les abus découlant de cette centralisation du pouvoir34 imposèrent d’ailleurs l’encadrement du chantier par un comité restreint de religieux possédant une formation adéquate35. À ce propos, les statuts du couvent des Augustins de Paris se font l’écho de l’expertise confirmée des frères élus tous les ans à la charge de maîtres d’œuvre : « De même nous nous stipulons que dans le couvent parisiens soient élus tous les ans deux frères experts maîtres d’œuvre36. »

  • 37 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick (...)

21Les compétences architectoniques et les responsabilités élargies des maîtres d’œuvres conventuels sont également soulignées dans les constitutions des Carmes : « Que dans toutes les provinces soient nommés par le prieur provincial et les définiteurs du chapitre provincial trois frères ayant les compétences de diriger les chantiers, et selon les conseils et la supervision de ceux-ci soient dirigés les nouveaux bâtiments ou le remaniement des anciens et soient guidés les chantiers importants et amorcés et construits des édifices durables37. »

  • 38 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., XXXV, « De officio praefecti operum », p. 331 et 3 (...)

22Humbert de Romans explicita davantage la tâche du maître d’œuvre en exposant les obligations de celui-ci, notamment en ce qui concerne sa collaboration étroite avec la main-d’œuvre et les assistants religieux : « Praefectus operum s’appelle le frère qui statue sur l’exécution de ce que le supérieur du conseil des ouvriers décide, si le chantier est grand, ou encore, si celui-ci est petit, sur ce qui est décidé sans l’avis du conseil. [...] Si encore dans le couvent se trouve un frère qui sache diriger ce type de travaux, et s’il y participe, il doit obéir à ce responsable, et l’aider dans tout ce qu’il dit, à moins qu’il ne soit pas nommé lui-même à cette tâche38. »

La contribution effective des religieux

  • 39 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse d’Évreux, Paris, 1933, vol. 1, p. 57.
  • 40 De Pue, J. P., Geschiedenis van het oud-dominikanenklooster te Brugge (1233-1769), Louvain, 1981, p (...)
  • 41 Milard, A., Histoire de Sézanne, op. cit., p. 88.

23Dans la pratique mendiante, la personnalité des supérieurs des communautés était étroitement liée à l’architecture conventuelle. Ainsi, après l’incendie qui détruisit en 1290 le couvent des Franciscains d’Évreux, l’élaboration des plans et l’organisation de l’exécution des nouveaux bâtiments furent prises en charge par le gardien et architecte François-Nicolas Crataire. L’investissement de celui-ci fut sans doute assez efficace et concluant pour avoir motivé le financement du chantier par les fidèles. En 1306, la consécration de l’église par l’évêque du diocèse Matthieu d’Essarts couronna l’œuvre de l’approbation hiérarchique et religieuse39. En 1396 les aménagements des édifices conventuels des Dominicains brugeois étaient dirigés par le prieur Frans Niger et son assistant, le frère Jan Hugheman de Casdandt, qui avait le titre de magister fabricae40. Dans des circonstrances analogues, mais à l’extrême fin du Moyen Âge, le gardien de la custodie de Champagne, frère Louis Privey, orchestra la reconstruction du couvent franciscain de Sézanne, gravement endommagé à la suite du siège de la ville par les protestants en 1566 et 156741. Le financement des travaux par les fidèles unanimes constitue un indice révélateur de leur confiance en l’expérience architecturale du gardien des Cordeliers.

24Pourtant, les sources ne s’attardent pas sur les tâches précises des prieurs ou gardiens dont l’activité s’exerça pour l’établissement architectural des ensembles mendiants. Ainsi, il n’est pas possible de savoir si les supérieurs conventuels étaient à l’origine uniquement de la conception intellectuelle des édifices, ou s’ils en élaboraient aussi les plans et géraient les constructions. Néanmoins, leur rôle s’avéra être décisif dans la détermination du caractère spécifique de certains couvents.

  • 42 Longpré, P. E., « La chapelle de la Passion des Cordeliers de Troyes », A.F.H., 1934, 27, p. 326-32 (...)

25À cet égard, l’exemple de la chapelle de la Passion des Franciscains troyens est caractéristique. Cet édifice, entrepris en 1459 et annexé au corps conventuel principal, fut conçu par Nicolas Guiotelli, profès du couvent et, à l’époque, ministre de la province de France. Les travaux, financés par les fidèles à l’instigation papale de Sixte IV, furent supervisés à partir de 1486 par le provincial Regnault de Marescot42. La contribution concrète des deux religieux à l’élaboration des plans de la chapelle ne peut pas être démontrée, faute de sources. Il est néanmoins très probable que la conception du bâtiment dans ses moindres détails architecturaux et décoratifs fut l’œuvre des deux illustres Franciscains. L’association dans un seul édifice d’un espace cultuel et d’une bibliothèque était la concrétisation architecturale de la spiritualité même des Franciscains, investie autant dans la religiosité que dans les études. D’autre part, les ensembles décoratifs étaient orchestrés de façon à mettre en exergue les credo franciscains et les liens étroits du couvent avec la ville de Troyes. Une telle traduction de la quintessence de la communauté dans les structures d’un édifice conventuel ne semble pouvoir être imputée qu’à des religieux profondement pénétrés de leur doctrine. Par ailleurs, l’appui papal corrobore le caractère « officiel » du dessein architectural, sans doute entièrement pensé et contrôlé par la hiérarchie de l’ordre.

  • 43 Roserot, A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale, Langres, 1945, p. 1634.

26Dans la même ville, la communauté dominicaine fit preuve d’une gestion édilitaire analogue. À la fin du xive siècle, Pierre de Villiers, ancien profès du couvent et par la suite évêque de Troyes, dota la maison des Prêcheurs d’une vaste bibliothèque enrichie par Charles V, et à l’incitation du prélat, d’une collection de manuscrits rares43. La part de collaboration effective de Pierre de Villiers à la construction de la bibliothèque demeure inconnue. Cependant, il est fort probable que celui-ci conçut et dirigea les travaux afin de souligner la place prééminente des études dans son ordre. Ainsi, non seulement l’aile de la bibliothèque conventuelle était quasiment autonome par rapport au carré claustral (fig. 4), mais encore sa salle principale fut entièrement voûtée, dispositif relativement rare dans les couvents mendiants (à l’exception, bien entendu, des espaces revêtant un caractère sacré).

27L’ascendant spirituel des branches masculines sur les couvents féminins influait également sur l’architecture de ceux-ci. Par conséquent, la surintendance des travaux par les frères garantissait non seulement l’application de la réglementation mendiante, mais elle conduisait aussi vers une conception uniforme des ensembles conventuels.

  • 44 B.M. Verdun, Fonds iconographique, ER 232, Aubert, J., Abbaye de saincte Claire, 1699.
  • 45 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, 1888, t.1, p. 290.

28Ainsi, au couvent des Clarisses de Verdun, fondé à la fin du xiiie siècle, la sacristie n’était pas intégrée dans l’aile claustrale mais greffée à l’extrémité orientale du chœur sans qu’un impératif topographique impose cet aménagement44. Mais, au couvent des Franciscains verdunois, ce même dispositif architectural avait été appliqué dès le début du xiiie siècle pour des raisons de temporisation de la construction. Le cloître franciscain ne devant être érigé qu’au xive siècle45 les religieux étaient alors obligés d’annexer la sacristie à l’est du chœur (fig. 5) pour ne pas enfreindre le déroulement liturgique réglementaire. Manifestement, la maîtrise d’œuvre de la maison des Clarisses était assurée par les Franciscains de Verdun qui appliquèrent à l’église des sœurs l’organisation structurelle de leur propre église, malgré le caractère inusité de celle-ci.

La collaboration avec des architectes indépendants

29Parallèlement aux initiatives architecturales des religieux eux-mêmes, la contribution d’architectes extérieurs aux communautés n’était pas exclue. Évidemment, le coût de ces collaborations présupposait une conjoncture de financement particulièrement favorable.

  • 46 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 107-109
  • 47 Fortia d’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., chap. lxxxvii : « Quod Johanna (...)
  • 48 Mortet, V., Deschamps, P., Recueil de textes relatifs à l’histoire et à la condition des architecte (...)

30Au début du xiiie siècle, ce fut le cas du couvent franciscain de Valenciennes fondé par la comtesse Jeanne de Flandre et de Hainaut avec l’appui du général de l’ordre, frère Élie46. Confrontée au refus de la communauté franciscaine primitive d’emménager intra-muros, la fondatrice confia entièrement l’exécution du couvent à des architectes lillois47, chargés vraisemblablement des chantiers comtaux. Les détails de l’expertise du terrain et de l’élaboration des plans du couvent furent rapportés au xive siècle par le chroniqueur franciscain Jacques de Guise. Ce dernier expose l’entreprise constructive de manière précise, ce qui nous permet de supposer qu’il consulta l’original du rapport des experts48, vraisemblablement conservé dans les archives du couvent de Valenciennes.

  • 49 Boinet, A., Le vieux Metz. Histoire et description de ses monuments, Paris, 1923, p. 77.

31À la fin du xive siècle, les Carmes de Metz firent appel à un architecte laïc pour le remaniement de leur église. Construite à la fin du xiiie siècle, celle-ci nécessitait probablement des modifications, étant donné l’essor de la communauté et l’affluence croissante des fidèles. La planification de ces travaux fut confiée à l’architecte Pierre Perrat, décédé en 1400, quinze ans avant l’achèvement du chantier. Cependant, les religieux durent respecter fidèlement le projet initial, car leur seconde église s’associa pour la postérité au nom de l’architecte49.

Le contrôle centralisé des constructions conventuelles

  • 50 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

32Indépendamment de l’identité du maître d’œuvre, les constructions mendiantes étaient placées sous l’égide des ministres provinciaux50 et des chapitres généraux des ordres. Le suivi de ce contrôle était assuré par la mise en place d’un réseau de visiteurs, à savoir des religieux délégués à vérifier la bonne observance de la règle et des prescriptions architecturales dans les couvents d’une circonscription définie. Ensuite, les comptes rendus de ces visites étaient soumis aux chapitres généraux qui se chargeaient de prendre les mesures nécessaires en cas d’écart.

  • 51 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta capitulis generalis Bunonie celebrati anno Domini MCCLII », p. 64.

33Les visiteurs n’étaient donc pas des maîtres d’œuvre à part entière. Cependant, ils complétaient en aval le travail de ceux-ci et avaient le pouvoir d’imposer des modifications architecturales in situ : « Que les visiteurs de cette année previennent s’ils rencontrent quelques curiosités dans le couvrement [...] et qu’ils corrigent et rectifient vigoureusement tout excès relatif à celui-ci51. » Par conséquent, ils possédaient sans doute des connaissances solides sur les procédés de construction.

  • 52 A.D. Eure, H 1152, Cordeliers de Bernay, 1690-1729. Procès verbaux des visites du couvent des Corde (...)

34Ainsi, en 1696 le rapport de la visite du couvent des Franciscains de Bernay contenait un repérage minutieux des dégâts des édifices et de la clôture conventuelle accompagné de suggestions de réparation52. La date de ce document est certes tardive mais, étant donné qu’il n’existe pas de modification capitulaire concernant les tâches des visiteurs, nous supposons que ceux-ci accomplissaient les mêmes fonctions à la période médiévale.

La main-d’œuvre

35Facteur constitutif incontournable de tout chantier, la main-d’œuvre regroupait l’ensemble des intervenants manuels à la réalisation ou aux restaurations de la construction. Composé d’ouvriers et artisans soit permanents soit chargés de tâches ponctuelles, cet effectif humain nécessitait une gestion méthodique.

36En règle générale, le recrutement était fait en fonction du potentiel local, à la fois numérique et technique. Mais le recrutement d’artisans dans d’autres régions n’était pas exclu. Toutefois, la rapidité et la qualité de l’exécution conjuguées au coût modéré de l’œuvre étaient les objectifs recherchés.

Les mesures prescrites par les textes fondateurs mendiants

37La multiplicité des paramètres relatifs à la main-d’œuvre ainsi que l’importance capitale de celle-ci pour la construction et l’éventuelle remise en état des édifices attirèrent l’intérêt des législateurs mendiants.

  • 53 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 331.
  • 54 Douais, C., Acta capitulorum provincialium..., op. cit., p. 425, « Chapitre provincial de Cahors, 1 (...)

38Humbert de Romans souligna ainsi la nécessité d’une collaboration étroite entre le praefectus operum et le conseil des ouvriers. La qualité de l’encadrement de ces derniers était également prise en compte : « Il faudrait également, si possible, que cette tâche soit assignée à un frère possédant de bonnes compétences en la matière, et qui puisse se concerter avec dignité et tranquillement avec les ouvriers et les autres séculiers53. » Par ailleurs, les statuts capitulaires interdisaient la participation et même l’accès des femmes au clos conventuel à l’occasion des travaux architecturaux : « De même quand, en vue d’un chantier, il est nécessaire d’introduire des ouvriers dans nos couvents, nous défendons que les femmes y aient accès d’une manière ou d’une autre54. »

La collaboration avec la main-d’œuvre locale

  • 55 L’affirmation des institutions municipales dans le domaine constructif découla principalement des c (...)

39La réalisation des constructions mendiantes était généralement confiée à la main-d’œuvre locale. Cette solution s’offrait d’emblée pour les fondations dans les villes, où les chantiers urbains rivalisaient en dynamisme avec les chantiers domaniaux et religieux ; cela parce que la consolidation des institutions municipales aux derniers siècles du Moyen Âge était intimement liée aux programmes monumentaux à échelle urbaine55. La réalisation de ces projets architecturaux, civils ou défensifs, dépendait d’un réseau étoffé d’artisans et ouvriers qualifiés qui résidaient de préférence dans la proche région.

  • 56 « [...] maistre Jehan Denouet, et maistre Erars, et maistre Giles, demourant à Provins ». Voir Mort (...)
  • 57 Ces comptes ont été publiés dans Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Pa (...)
  • 58 Id., ibid., p. 360-361 et 363.

40D’après le devis descriptif de 1283 relatif à l’érection de la nouvelle église franciscaine de Provins, les trois maîtres-maçons chargés de l’ouvrage habitaient la ville56. Les comptes des travaux entrepris au couvent augustinien de Paris entre 1299 et 130157 citent de manière nominale les ouvriers spécialisés. Les noms les plus récurrents sont ceux du maître maçon Robert et de son fils Guillaume, ainsi que du maçon Régnault58, tous les trois parisiens.

  • 59 Pour un aperçu global de l’organisation et de l’activité des métiers de construction valenciennois, (...)
  • 60 Cosse-Durlin, J., « L’admission à la bourgeoisie de Valenciennes au xive siècle », dans Recueil d’é (...)

41L’exemple de Valenciennes est également révélateur59. Bénéficiant, grâce à son emplacement, de contacts fluviaux et routiers avec la France et le Brabant, la ville eut également l’avantage de sortir indemne de le guerre de Cent Ans. Ainsi, l’essor économique ininterrompu combiné à une structure urbaine puissante favorisa les entreprises architecturales qui furent confiées aux maçons et artisans de la ville et de la proche région. Au xive siècle même, la considération à l’égard de cette main-d’œuvre fut à l’origine de l’accès de nombreux artisans au rang de bourgeois60. Dans une telle conjoncture, il est manifeste que les chantiers mendiants valenciennois furent confiés aux constructeurs locaux. Certes, Jacques de Guise, dans son récit détaillé de l’édification du couvent franciscain, cita les architectes lillois qui conçurent l’ensemble, mais il ne précisa pas l’origine des exécuteurs de l’œuvre. Ceux-ci étaient à l’évidence issus de la « pépinière » locale, et pour cette raison le chroniqueur jugea inutile de le signaler aux lecteurs familiers des us architecturaux de la région.

  • 61 Gamma, F., Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France : Verdun, Paris, (...)
  • 62 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., respectivement, p. 289 et 274.
  • 63 Gamma, F., Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France : Verdun, op. cit (...)
  • 64 Aimond, C., L’Église Saint-Antoine de Bar-le-Duc et l’ancien couvent des Augustins, Bar-le-Duc, 196 (...)

42À Verdun, la concomitance des constructions du xiiie et du xive siècle permet de supposer que la main-d’œuvre locale assura la construction des couvents mendiants. Les travaux d’édification de l’enceinte urbaine dès le début du xiiie siècle, les opérations systématiques de lotissement sur les propriétés des maisons canoniales et la multiplication des établissements marchands61 présupposaient la présence d’un effectif important de maçons et d’artisans du bâtiment. Les couvents des Franciscains et des Dominicains furent financés par les puissantes familles des lignages verdunois62 dont les spéculations foncières influaient sur la topographie des espaces bâtis de la ville63. Il est donc certain que les fondateurs eurent recours pour la réalisation des édifices conventuels à la main-d’œuvre qui était déjà chargée des constructions urbaines. Dans un contexte analogue fut construit le couvent des Augustins de Bar-le-Duc. Fondé au xive siècle par le duc Robert, il fut implanté à la Neuve Ville, quartier constitué à l’initiative du même duc et qui était à cette époque en cours d’urbanisation. Les sources attestent que les travaux de voierie et de fortification de ce nouveau quartier avaient été confiés entièrement à la main-d’œuvre locale, motivée sans doute par la générosité ducale. Ce potentiel artisanal fut probablement chargé de l’érection du couvent, financée par le duc Robert. À cet égard, l’accord passé en 1375 entre ce dernier et le clergé local au sujet des droits paroissiaux en vue de l’installation mendiante contient une phrase explicite : « Le même souverain a commencé à faire construire et ériger cette église par ses propres sujets64. »

  • 65 Desportes, P., Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, op. cit., p. 176-177.
  • 66 A.G.O.P. Rome, K 483, Fondation du couvent des frères Prescheurs de Reims en Champagne, de la Provi (...)
  • 67 Prentout, H., Caen et Bayeux, Paris, 1909, p. 32.
  • 68 Pour une présentation succincte des fluctuations de la création architecturale caennaise à la fin d (...)

43Au milieu du xiiie siècle, le chantier du second couvent des Dominicains de Reims s’inscrivit dans le cadre d’une intense activité architecturale urbaine65. De surcroît, le soutien dynamique de l’archevêque Jean de Courtenay pour l’achèvement des travaux66 constitue un indice probant que la main-d’œuvre chargée des chantiers religieux sous la houlette du prélat contribua également à la construction de la demeure dominicaine. En 1578, la réparation des dégâts provoqués au couvent franciscain de Caen lors des guerres de religion fut confiée à Abel le Presle, maître maçon caennais renommé67. Il est fort probable qu’on avait déjà eu recours à la main-d’œuvre locale pour des constructions ou des réparations conventuelles dans les siècles précédents, à la faveur de l’activité architecturale caennaise68. Cependant, la pénurie documentaire ne nous permet pas d’établir avec certitude le bilan de ces éventuelles collaborations.

  • 69 Babeau, A., Un bas-relief de l’ancien couvent des Cordeliers de Troyes, et le sculpteur Jubert, Tro (...)
  • 70 A.M. Troyes, B 53, Comptes de la ville de 1498.
  • 71 Arnaud, A. E., Antiquités de la ville de Troyes et vues pittoresques de ses environs, Paris, 1822, (...)
  • 72 Vandenpeerenboom, A., Les Frères mineurs franciscains, leur couvent et leur église à Ypres, Bruges, (...)

44Au couvent des Franciscains de Troyes, la signature Jubert sur un chapiteau de la bibliothèque au premier étage de la chapelle de la Passion69 témoigne de la contribution des artistes locaux aux travaux conventuels du xve siècle. Dans les comptes de la ville de 1498, ce nom est attribué à une famille de paveurs troyens70. On peut présumer que ces artisans étaient vraisemblablement spécialisés dans divers domaines de la construction et qu’ils collaborèrent probablement, non seulement à l’exécution du décor sculpté, mais aussi à la confection du pavement qui recouvrait le sol de la bibliothèque et de la chapelle71. D’après les comptes de la ville d’Ypres du xve siècle, les magistrats financèrent la restauration des vitraux du réfectoire des Franciscains en 1477 et confièrent le travail au peintre verrier de la ville, Pauwels Cryket72. Les religieux ne choisirent sans doute pas eux-mêmes cet artisan, mais ils acceptèrent toutefois son travail, ce qui indique qu’ils avaient l’habitude de s’adresser à la main-d’œuvre locale.

Le concours des artisans et artistes non locaux

  • 73 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 332.

45Les admonitions d’Humbert de Romans à l’égard du surintendant des constructions conventuelles induisaient aussi la collaboration avec une main-d’œuvre extrarégionale : « Il incombe aussi à celui-ci de rassembler les ouvriers [...] et si quelques uns d’entre eux doivent, à certaines occasions, passer la nuit dans le couvent qu’il organise le lieu et les lits, selon les indications du supérieur conventuel73. »

  • 74 Il importe de souligner qu’assez souvent la structure socio-économique même de l’artisanat local ex (...)

46Mais, pour la région du nord-est de la France et pour la Flandre, la documentation sur le sujet demeure pratiquement inexistante. Ceci ne permet pas l’étude systématique ni, a fortiori, la reconstitution d’une éventuelle circulation inter-régionale de la main-d’œuvre à destination des chantiers mendiants. Cependant, le souci de s’adapter et de minimiser les coûts constituant deux composantes capitales dans tout projet architectural mendiant, nous supposons que les édifices conventuels étaient majoritairement confiés aux ouvriers locaux74.

  • 75 Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris au xiiie et xive siècles, op. (...)
  • 76 Id., ibid., p. 363.
  • 77 Id., ibid., p. 360 et 363.

47Néanmoins, les frères faisaient également appel de façon ponctuelle à une main-d’œuvre spécialisée de provenance non locale. Preuve en est fournie par le mémoire des travaux exécutés au couvent des Augustins de Paris pendant la période 1299-130175. Le registre des rémunérations des employés du chantier fait état de quatre maçons provenant de la proche région, Regnault, Jehennot et Denis de Senlis et de Jean de Meudon76. Pour la taille des pierres, qui nécessitait une main-d’œuvre très experte, les frères firent appel aux artisans picards Gileberto de Soissons et Jehan de Saint-Quentin77.

  • 78 Au sujet de la mise en place des tombeaux dans les couvents mendiants, voir supra, p. 34-36.

48Des collaborations analogues étaient en vigueur pour l’exécution des monuments funéraires et, par extension, pour le mobilier sculpté. Ces travaux se rattachent bien à l’architecture conventuelle, dans la mesure où ils contribuent au façonnement du caractère particulier de chaque édifice. Il est important de souligner que la volonté des donateurs eut un rôle significatif à cet égard. Les fidèles qui avaient élu sépulture chez les mendiants sollicitèrent fréquemment des artistes et artisans étrangers pour l’exécution de leurs tombeaux, sans doute soumis à l’approbation des religieux78. Il est vraisemblable que cette main-d’œuvre étrangère participa également à la réalisation de certains éléments sculptés des églises conventuelles, surtout en cas d’absence d’un foyer actif de sculpteurs locaux. Mais la pénurie de preuves textuelles et monumentales, due à la perte des séries comptables des couvents et à la destruction massive de la production plastique médiévale, ne permet pas de confirmer cette hypothèse.

  • 79 Les conclusions des fouilles sont présentées dans Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent do (...)
  • 80 Id., ibid., p. 110.
  • 81 À titre indicatif, pour le couvent franciscain de Valenciennes, voir Le Boucq, S., Histoire ecclési (...)
  • 82 Baron, F., Nys, L., « La sculpture valenciennoise aux xive et xve siècles », dans Nys, L., Salamagn (...)
  • 83 Pour l’emplacement exact et une brève description de ces sépultures comtales voir Le Boucq, S., His (...)
  • 84 Baron, F., Nys, L., « La sculpture valenciennoise aux xive et xve siècles », dans Nys, L., Salamagn (...)
  • 85 Monuments funéraires xiiie-xviiie siècle : collection du musée d’Arras, Arras, 1993, p. 7.
  • 86 Ibid.

49Dans certains cas cependant, comme celui des établissements valenciennois, les monuments funéraires ou quelques éléments sculptés constituent un indice a silentio de la collaboration avec des ateliers étrangers. Les vestiges d’un mobilier liturgique sculpté découverts lors des fouilles du couvent des Prêcheurs79 sont en pierre d’Écaussines, matériau travaillé quasi exclusivement par les ateliers de la ville homonyme, de Soignies et de Mons80. Par ailleurs, les aperçus descriptifs des sépultures accueillies chez les frères mentionnent fréquemment les matériaux81 des tombeaux, cette information facilitant l’attribution de chaque œuvre à son atelier d’origine82. Ainsi, nous constatons que tous les membres de la famille comtale inhumés chez les Dominicains83 reposaient sous des tombeaux tournaisiens. Dans l’église des Franciscains, les somptueux monuments de la famille comtale et de la noblesse hennuyère provenaient également des mêmes ateliers84. Les couvents mendiants de la ville d’Arras avaient sans doute développé le même type d’échanges avec les artistes tournaisiens. Certes, les vestiges en sont faibles mais indicatifs. Les commandes conservées dans les archives tournaisiennes attestent en effet l’exportation à Arras de nombreux monuments et dalles funéraires85. Parmi les sépultures médiévales accueillies dans les couvents mendiants arrageois, une seule dalle de provenance tournaisienne a été conservée, celle qui ornait le tombeau de Willaume de Blarville dans le cimetière des Cordeliers86. Datant du xiiie siècle, elle constitue une preuve, même infime, que le travail d’artistes non locaux eut sa place dans les couvents mendiants dès la fondation de ceux-ci dans la ville.

L’apport manuel des frères

  • 87 Humberti de Romanis, Opéra de vita..., op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 331. Not (...)
  • 88 « De même que les charpentiers et les autres artisans emmènent avec eux les outils qu’ils ont pris (...)

50La participation des religieux à l’exécution de la construction n’était pas exclue : « Cependant si certains de ces travaux peuvent être exécutés par l’application et le labeur des frères, il faut solliciter à ce sujet le preaelatus pour que le travail soit fait diligemment et au moment opportun87. » De même, les ordres disposaient d’une main-d’œuvre conventuelle spécialisée dans des travaux nécessitant une élaboration intellectuelle ou une capacité artistique spécifique. Ces frères, munis d’outils appartenant à l’ordre, se déplaçaient d’un couvent à l’autre au gré des besoins88.

  • 89 A.D. Nord, 127 H 8, Dominicains de Lille. Privilièges accordés par les souverains, 1327-1652.
  • 90 Dancoisne (abbé), « Mémoire sur les établissements du clergé séculier et du clergé régulier qui ont (...)

51Les informations dont nous disposons pour la région et la période que nous étudions ne mentionnent malheureusement pas ce genre d’activités. Néanmoins, les données historiques combinées à la distinction des phases constructives des ensembles conventuels permettent la formulation de certaines hypothèses sur le sujet. Les entreprises guerrières de la fin du Moyen Âge ainsi que certains accidents ont souvent infligé des dégâts importants aux couvents mendiants. Dans de nombreux cas, la générosité des fidèles et le soutien des détenteurs du pouvoir ecclésiastique ou laïc permirent aux frères d’engager des ouvriers afin de reconstruire rapidement leurs demeures. Ainsi, en 1344, le roi Philippe VI ordonna aux receveurs de Lille de verser cent livres tournois aux Dominicains afin que ceux-ci puissent réparer rapidement leurs édifices endommagés lors des expéditions françaises89. De même, en 1284, les dégâts provoqués par la foudre au couvent franciscain de Douai furent réparés avec célérité grâce aux aumônes des douaisiens incités par les indulgences pontificales de Nicolas IV90.

  • 91 Rohault de Fleury, Gallia Dominicana. Les Couvents de saint Dominique au Moyen Âge, Paris, 1903, s. (...)
  • 92 Id., ibid, Lisieux (Notre-Dame-de-Pré).

52Cependant, les évocations historiques à partir du xviie siècle font état de maints établissements mendiants qui, ravagés notamment lors des guerres, ne purent être totalement reconstruits que quelques décennies plus tard. À titre d’exemple, le couvent dominicain de Coutances, incendié en 1563 lors des guerres de religion, ne fut réparé qu’en 1579, grâce à l’aide financière du chapitre cathédral et des bourgeois coutançais91. Les Dominicains de Lisieux, quant à eux, durent attendre un siècle avant de pouvoir reconstruire leur maison, rasée en 1562 par les protestants92. Dans des situations analogues, il est peu vraisemblable que les communautés se soient résignées à investir des édifices ruinés, inaptes de facto au déroulement de la liturgie autant que de la vie quotidienne. Nous supposons alors que ceux des frères possédant une aptitude constructive s’attelèrent à réparer, ne serait-ce que sommairement, les bâtiments endommagés. Ainsi, les activités conventuelles pouvaient se poursuivre en attendant un financement permettant la restauration complète des édifices.

  • 93 Voir Clouet, A., Histoire de Verdun et du pays verdunnois, op. cit, t. 1, p. 496. Par ailleurs, au (...)

53De même, les communautés mendiantes démunies se chargeaient probablement elles-mêmes de l’entretien et des travaux de modification des édifices. L’aspect un tant soi peu désordonné du bas-côté de l’église des Augustins verdunnois (fig. 6) est évidemment dû à l’échelonnement chronologique des travaux entrepris à la fin du xive siècle afin d’agrandir l’espace destiné aux fidèles. Mais l’absence d’unification esthétique et de finitions soignées peut également induire la prise en charge de la construction par les religieux eux-mêmes. Ceux-ci étaient parmi les plus indigents de la ville93 et, par conséquent, n’auraient pas pu engager des ouvriers specialisés.

  • 94 Ce procédé, évitant aux religieux d’engager des transporteurs professionnels, était de toute éviden (...)

54En outre, la présence de terres cultivées dans presque tous les couvents suppose la possession d’un train d’attelage qui aurait pu servir également au transport par la communauté elle-même des matériaux de construction94.

Les matériaux

55La quasi-absence de vestiges architecturaux et le laconisme des archives conventuelles conservées ne permettent pas de cerner de manière précise l’éventail des matériaux employés pour les différentes parties des établissements mendiants. De même, les documents comptables ne remontent pas au delà du xvie siècle.

  • 95 Étant donnée la fréquente exiguité de l’arrière-plan financier des constructions le réemploi de cer (...)
  • 96 Il s’agit notamment des aquarelles de l'Album de Croÿ et des plans en relief de certaines villes.

56Cependant, ces éléments associés aux évaluations des couvents au lendemain de la Révolution éclairent, par analogie, la situation médiévale. En outre, les descriptions des édifices par les historiens du xviiie et du xixe siècle, fondées principalement sur des documents d’archives médiévaux aujourd’hui disparus, complètent les renseignements et permettent de dresser la trame générale des matériaux employés95, illustrée parfois d’exemples précis. À cet égard, les rares découvertes archéologiques ainsi que des documents iconographiques ou visuels qui nous sont parvenus96 constituent des sources précieuses.

La pierre

  • 97 Saint Francois plus particulièrement prescrivait uniquement le bois et la boue pour les constructio (...)
  • 98 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et res (...)

57En dépit de l’hostilité primitive mendiante à l’égard de la pierre97, celle-ci fut rapidement conseillée par les législateurs comme le matériau de prédilection pour la construction des couvents : « Où nous pouvons, construisons de demeures en pierre afin qu’elles ne se détruisent pas facilement ni par le feu ni par la vetusté98. »

  • 99 Recht, R., « Sur quelques aspects de la construction médiévale », dans Les Bâtisseurs du Moyen Âge. (...)
  • 100 Froidevaux, Y.-M., Techniques d’architecture ancienne. Construction et restauration, Liège, 1993 (3(...)
  • 101 Musset, L., « La pierre de Caen : extraction et commerce, xie-xve siècle », dans Chapelot, O., Beno (...)
  • 102 Musset, L., « L’église et le couvent des Carmes de Caenet l’inscription obituaire de Jean d’Estoute (...)
  • 103 Cette période couvre cinq siècles depuis le xie jusqu’au xve, voire le xvie siècle. À l’usage local (...)
  • 104 Beaussart, Ph., Hardy, A., « Peintures et sculptures gothiques du couvent des dames de Beaumont à V (...)
  • 105 Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainau (...)

58Dans la totalité des établissements documentés de la région que couvre notre étude, la pierre était mise en œuvre en priorité pour la construction des églises et d’une grande partie des bâtiments conventuels. Évidemment, l’économie de la construction exigeait que le matériau employé soit extrait des carrières les plus proches du chantier99. Étant donné par ailleurs que la carte géologique de la France présente une suite ininterrompue de calcaire jurassique du Nord au Sud100, nous supposons que le terme générique « pierre » employé dans la majorité des sources relatives aux couvents mendiants fait allusion à cette qualité. Il apparaît que le calcaire de Caen, facile à extraire et à tailler101, fut l’unique matériau utilisé pour les maçonneries comme pour les éléments moulurés de l’église des Carmes caennais102. En outre, les deux principales phases de construction de l’édifice coïncidèrent avec la période d’apogée de l’exploitation de cette pierre103. De même, les statues du xve siècle qui ornaient vraisemblablement la clôture du chœur de l’église des Dominicaines de Beaumont, à Valenciennes104, sont sculptées dans la pierre blanche locale extraite de carrières situées à moins d’un kilomètre du centre urbain105. Au xive siècle, le même matériau avait servi à la construction des caveaux funéraires découverts en 1973 sous la nef des Dames de Beaumont.

  • 106 La pierre bleue-noire tournaisienne était largement utilisée pour les fondations et les soubassemen (...)
  • 107 Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent des Dominicains de Valenciennes, op. cit., p. 51.
  • 108 Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainau (...)
  • 109 Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent des Dominicains de Valenciennes, op. cit., p. 110.
  • 110 Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainau (...)
  • 111 A.C. Sarrebourg, 2M1(1), boîte 1946-1977, Démolition de la caserne Richepanche. Restauration de la (...)
  • 112 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’égli (...)
  • 113 L’Archéologie à Beauvais ou mémoire d’une ville, Beauvais, 1994, p. 50.
  • 114 Lardin, Ph., « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », dans Les B (...)
  • 115 A.N., L 927, Carmes de la place Maubert. Objets généraux, bulles, Lettres patentes. 1256-1772. Pièc (...)

59Les propriétés physiques de chaque type de pierre étaient naturellement prises en compte. L’usage de qualités différentes dans le même édifice n’était donc aucunement exclu, surtout quand l’approvisionnement était aisé ou quand la construction bénéficiait des largesses de puissants donateurs. Ainsi, les fondations de l’église des Franciscains valenciennois étaient en pierre de Tournai106 tandis que l’élévation était en pierre blanche locale. La pierre tournaisienne fut également mise en œuvre pour les fondations de l’église des Dominicains de Valenciennes, mais c’est le grès qui servit pour l’élévation de l’édifice107. Ce matériau local provenait des carrières voisines du mont d’Anzin108. En outre, certains éléments sculptés de l’église dominicaine109 furent exécutés en pierre bleue d’Écaussines, qui parvenait à Valenciennes par les rivières de Mons et de Condé110. L’adoption d’une qualité spécifique de pierre était aussi dictée par la volonté de mettre en valeur un endroit ou un élément architectural précis des édifices. Par exemple, l’emploi du grès de Vosges pour les piédroits de l’arc triomphal du chœur des Franciscains sarrebourgeois111 relève d’un choix esthétique destiné à magnifier cette partie de l’église qui marquait la séparation entre la nef des fidèles et l’espace sacré des frères. De la même façon, dans l’église franciscaine de Provins, l’emploi de liais parisien pour les contours des fenêtres et les grandes arcades de la nef révèle le souci de mettre en valeur certaines éléments du bâtiment, construit pour l’essentiel en pierre provinnoise112. Au contraire, le souci de réduire le coût de la construction fut parfois à l’origine de l’usage d’un type de pierre moins « performant ». Ainsi, l’aile orientale du cloître des Cordeliers de Beauvais était en craie113 bien que celle-ci soit un matériau gélive qui se délite rapidement114. Mais cette roche, constituant le sous-sol fondamental de la région, était manifestement le choix le plus économique à ce stade précis du chantier. De même le réemploi n’était pas exclu. D’après les archives conventuelles des Carmes parisiens, ceux-ci convinrent avec l’acquéreur de leur demeure primitive de récupérer les pierres et les autres matériaux de leur église afin de les employer pour la construction de leur second édifice ecclésial115.

  • 116 A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux. Dominicains de Langres, 1807.
  • 117 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xvi (...)
  • 118 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 24, Estimation des matériaux du couvent des Pauvres Clarisses, 179 (...)
  • 119 Ibid.

60Employée dans les travaux de maçonnerie, la pierre servait aussi pour le pavage, selon le caractère et l’usage des différentes parties des édifices. Au couvent des Prêcheurs langrois, le couloir claustral abritant les escaliers de communication entre les étages était pavé de pierres116. Ce matériau renforçait la résistance du sol de la galerie qui était empruntée à plusieurs reprises dans la journée par tous les membres de la communauté. La pierre était également utilisée pour le pavement des couloirs claustraux, du réfectoire et de la cuisine des Dominicaines de Nancy117. Outre sa solidité, le matériau choisi conférait sans doute plus de grandeur aux deux premiers endroits, éminemment représentatifs de la vie conventuelle. Mais dans le cas de la cuisine, il est évident que seule la fonctionnalité dicta l’emploi de la pierre pour le revêtement du sol. Le même motif incita sans doute les Clarisses de Saint-Omer à paver de pierres la cuisine et l’infirmerie de leur couvent118. L’emploi de la pierre pour le pavement des églises réduisait les risques d’usure tout en magnifiant l’édifice. C’est pourquoi les Clarisses de Saint-Omer, sans abandonner pour autant leur statut de « pauvres », optèrent pour le pavage en marbre de leur église119.

  • 120 L’Archéologie à Beauvais ou mémoire d’une ville, op. cit., p. 52.

61Les contructeurs avaient également recours à la pierre pour certaines installations spécifiques dont la fonction imposait un matériau solide. Au couvent des Franciscains de Beauvais, l’égout collecteur qui desservait les latrines et traversait le terrain vers l’est était enduit d’argile sur pratiquement toute sa longueur. Mais la partie de ce dispositif contiguë au couvent était construite en pierres120, par mesure d’hygiène.

La brique

  • 121 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 36.
  • 122 Peirs G., « En Europe du Nord », dans Le Patrimoine en briques, M.H., janvier-février 1993, n° 185, (...)

62Utilisée en principe dans les régions dépourvues de pierres comme la Flandre121, elle fut abondamment mise en œuvre dans les ensembles mendiants du nord et du nord-est de la France. La raison en était sans doute l’absence de produits concurrentiels : le rapport qualité-prix de la brique n’avait pas d’équivalent sur le marché122.

  • 123 Arnaud, A. F., Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l’Aube et dans l’ancien d (...)

63Cependant, sa réputation de matériau « pauvre » était sans doute ancrée dans les valeurs architecturales. Ainsi, d’après les sources disponibles, la brique était généralement exclue de la construction des églises, et était rarement employée pour les cloîtres. Néanmoins, elle fut mise en œuvre dans la totalité des bâtiments claustraux des Franciscains douaisiens (fig. 7) ainsi que dans l’aile occidentale du cloître des Dominicains de Troyes123. Dans ce dernier cas, la présence de tuileries florissantes dans la région a probablement influé sur le choix du matériau.

  • 124 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 55 3/7, Estimation de la maison des Carmes rue St.-Jean de Roanville.
  • 125 La brique foraine, proche de la romaine, mesurait vingt-cinq centimètres vingt-trois, pour une faib (...)

64En règle générale, la brique s’adaptait parfaitement aux bâtiments des dépendances comme au couvent des Carmes d’Arras124. Elle fut également utilisée pour un des édifices auxiliaires de Dominicaines de Valenciennes (fig. 8), pour le noviciat et les appartements des tourettes des Prêcheresses de Lille (fig. 9), ainsi que pour les murs de clôture de ces deux couvents. Les briques employées étaient de couleur rouge ou rosée d’après les documents iconographiques précités. Mais le nombre restreint de ce type d’informations ne permet pas d’appliquer cette constatation à l’ensemble des couvents mendiants. D’après le plan en relief de Douai (fig. 7), les briques du cloître des Cordeliers étaient de grande taille, correspondant manifestement aux dimensions de la brique foraine125 largement employée au Moyen Âge. Pourtant, l’absence d’indications analogues pour les autres couvents n’autorise pas la généralisation de cette information.

  • 126 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xvi (...)

65Thermorésistantes et accumulant la chaleur, les briques servaient également à la construction des cheminées. Celle de la laverie des Dominicaines de Nancy, purement fonctionnelle126, datait sans doute du xiiie siècle. Quant aux foyers installés au fur et à mesure dans les lieux réguliers, ils étaient probablement eux aussi en briques.

Le bois

  • 127 Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens et les fouilles qui s (...)
  • 128 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 57, Administrations et liquidation des créances, 1790. Travaux de charpen (...)
  • 129 Plouvier, M. (dir.), Laon, belle île en terre, Amiens, 1996, p. 199.
  • 130 L’absence de contreforts sur le pourtour de l’église (telle qu’elle figure sur la vue de Vernon par (...)
  • 131 A.D. Oise, 1 Q 2 1602, Dominicains, Déclaration des revenus, inventaire du mobilier, titres et papi (...)
  • 132 Une charpente coiffait la totalité de l’édifice ecclésial à la suite des réparations de la fin du x (...)
  • 133 D’après un compte-rendu des dépenses du couvent au xviiie siècle, la nef comme le chœur étaient cou (...)
  • 134 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France. Le siècle des fondations, op. c (...)
  • 135 La répartition des contreforts (d’après la représentation du couvent dans A.D. Marne, Fonds iconogr (...)

66Dans les édifices mendiants, majoritairement dépourvus de voûtement, le bois constituait le principal matériau de couvrement. Ainsi, chez les Cordeliers d’Amiens127, de Compiègne128, de Laon129, de Vernon130, chez les Dominicains de Beauvais131, de Coutances132 et d’Évreux133, chez les Prêcheresses de Nancy134, les charpentes coiffaient la totalité de l’espace ecclésial. L’association d’un voûtement au-dessus du chœur et d’une charpente sur la nef et les collatéraux constituait une autre variante de couvrement où le bois était mis en œuvre. C’était le cas de l’église des Franciscains135 de Châlons-en-Champagne et de celle des Dominicains de

  • 136 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins
  • 137 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 97.
  • 138 A.D. Nord, 132 H, Couvent de Beaumont, 58, Bâtiments et mobilier.

67Compiègne136. Par ailleurs, la légéreté des constructions en bois était appréciée dans la réalisation des clochers. Nous renvoyons ici aux exemples des églises des Carmes137 et des Dominicaines138 de Valenciennes.

  • 139 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 58, Administration et liquidation des créances, 1790. Menuiserie.
  • 140 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins
  • 141 Kalas, E., « Ancien couvent des Cordeliers », dans Bulletin de la Société des Amis du Vieux Reims, (...)
  • 142 Bouteiller, E. (de), « Notice sur les monastères de l’ordre de saint François à Metz », dans Mémoir (...)
  • 143 Le Port, M., « La charpente du xie au xve siècle. Aperçu du savoir du charpentier », dans Barral., (...)
  • 144 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins
  • 145 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 124.

68Dans les édifices claustraux, ipso facto plus sobres que l’église, un nombre restreint de lieux réguliers recevait une charpente. Chez les Franciscains de Compiègne, la salle du chapitre, la bibliothèque, ainsi que les cellules de l’aile claustrale orientale étaient munies de charpentes soignées139. Les Dominicains de Compiègne appliquèrent le même principe pour leur bibliothèque et pour les cellules de l’aile nord du cloître140. Les Franciscains rémois portèrent une attention particulière aux charpentes de la salle des bourgeois et de la bibliothèque141, tandis que la galerie claustrale des Cordeliers messins était également charpenté142. Les sources précisent rarement le type de bois utilisé pour ces constructions. Cependant, étant donné la prédominance attestée du chêne pour les charpentes médiévales143, nous pouvons supposer que ce type de bois était employé de manière préférentielle dans les couvents mendiants. Dans l’estimation révolutionnaire de l’établissement dominicain de Compiègne, il est cependant précisé que la charpente de l’église était en châtaignier144. Étant donné que le couvent était une fondation royale de Louis IX, il est possible que ce bois d’excellente qualité, résistant mieux à l’humidité que le chêne et ne possédant pas de maille145, fut choisi afin de magnifier davantage l’édifice.

  • 146 Citons les cas des planchers entre les étages au cloître des Franciscains de Compiègne (A.D. Oise, (...)
  • 147 Coët, E., Histoire de la ville de Roye, Paris, 1880, t.2, p. 261.
  • 148 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 2, 29 novembre 1790. Procès verbal de l’apposition de scellés aux Jacobin (...)

69Dans les bâtiments claustraux et les dépendances, le bois servait aussi à la fabrication des planchers séparant les étages146. Néanmoins, l’emploi de ce matériau à des fins décoratives n’était pas exclu. Ainsi, à la fin du Moyen Âge, des lambris en bois revêtaient les murs de la nef des Franciscains de Roye147 et tapissèrent à hauteur d’appui le pourtour de la salle capitulaire des Dominicains de Compiègne148.

  • 149 Dubosc, E., Petite méthode de construction. Logique du chantier. Logique de mise en œuvre, Paris, 1 (...)
  • 150 Rohault de Fleury, G., Galia Dominicana. Les Couvents de saint Dominique au Moyen Âge, op. cit., Be (...)
  • 151 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins

70Par ailleurs, les constructeurs mendiants n’ignoraient manifestement pas les avantages qu’offrent des bâtiments construits en bois. En effet, quand il est suffisamment massif, le bois oppose une résistance satisfaisante au feu, procure une isolation thermique et acoustique et fait preuve d’une bonne résistance mécanique latérale et verticale149. Pour ces qualités, mais aussi pour des raisons économiques, certaines dépendances des Dominicains de Beauvais150 et de Compiègne151 étaient entièrement bâties en bois.

  • 152 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’égli (...)

71Par ailleurs, le bois était aussi employé pour la construction des échafaudages indispensables à toute œuvre de maçonnerie et explicitement cités dans certains devis descriptifs, comme dans celui de la nouvelle église des Cordeliers provinnois, datant de la fin du xiiie siècle152.

Le métal

  • 153 Benoît, P., « Métal et construction en France au Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), (...)
  • 154 « Et leur doit l’an livrer sur le leu [...] plon de fer pour la massonnerie. ».
  • 155 Benoît, P., « Métal et construction en France au Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), (...)

72L’emploi du métal dans les édifices mendiants est souvent passé sous silence dans les sources. En effet, ce matériau, tantôt dissimulé dans l’épaisseur des murs ou des charpentes, tantôt disparu avec le temps, est souvent difficile à déceler dans une construction153. Néanmoins, dans le devis descriptif de 1283 pour la nouvelle église franciscaine de Provins, le plomb est cité parmi les matériaux indispensables à la maçonnerie de l’édifice154. Il servait vraisemblablement au scellement des crampons de fer dans la pierre155. Il est probable que ce procédé constructif était appliqué aussi dans les autres chantiers mendiants.

  • 156 Voir A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments a (...)
  • 157 Voir A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807. L’approv (...)
  • 158 Citons, à titre d’exemple, les vitraux des églises des Dominicains d’Évreux et de Rouen ainsi que c (...)

73L’utilisation du fer pour la confection de grilles est quant à elle certaine. Ces dispositifs étaient imposés par les législateurs mendiants dans les établissements féminins afin d’assurer l’isolement des sœurs. D’autre part, des barreaux métalliques protégeaient les ouvertures exposées vers l’extérieur. Ce fut le cas des soupiraux qui donnaient le jour à la cave aménagée sous le chœur des religieuses au couvent dominicain de Nancy156. De même, les treize grandes fenêtres qui permettaient l’éclairage du rez-de-chaussée du cloître dominicain langrois étaient également munies de barreaux157. Des barres métalliques horizontales et verticales protégeaient aussi les panneaux vitrés. Le plomb était par ailleurs indispensable pour sertir les verres des vitraux dont étaient décorées nombre d’églises mendiantes158.

  • 159 Les balustrades et les rampes d’escalier se sont très rarement conservées. En Flandre méridionale, (...)
  • 160 A.D. Meuse, Q 816, Inventaire des Pères Cordeliers de Ligny du 2 avril 1790.

74Les escaliers de communication entre les étages du cloître étaient munis de balustrades, dont certaines étaient sans doute métalliques159, mais les sources ne sont pas explicites sur ce point. Cependant, la présence de balustrades et de rampes de fer au couvent des Franciscains observants de Ligny160 permet de supposer que ces dispositifs métalliques étaient courants dans les couvents mendiants.

  • 161 Voir Stroobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen (...)

75Un exemple de la fonction étayante du métal dans la construction est offert par l’église de Carmes de Gand, dans laquelle une colonne de fer fut employée pour la consolidation d’une clef de voûte à l’extrême fin du Moyen Âge161. Fonctionnel, cet élément fut agrémenté d’une base et d’un chapiteau profilés, faisant ainsi montre d’une certaine recherche esthétique.

  • 162 C’était le cas dans les couvents des Dominicains de Reims et de Verdun. Voir, respectivement, A. D (...)
  • 163 Pour la présence d’une serrure permettant l’isolement du dortoir des Augustins parisiens, voir Ypma(...)
  • 164 C’était le cas dans le couvent des Dominicains verdunnois. Voir A.D. Meuse, 21 H 1, Dominicains, co (...)
  • 165 C’était le cas dans le couvent des Augustins de Paris. Voir Ypma, E., « Le “Mare Magnum”. Un code m (...)
  • 166 Les trois entrées du couvent dominicain remois fermaient par des portes munies de serrures. Voir A. (...)
  • 167 Voir Stoobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen  (...)
  • 168 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xvi (...)
  • 169 À titre indicatif, notons que les travaux effectués entre 1477 et 1482 au couvent des Célestins de (...)

76Les serrures et les clés métalliques sont fréquemment mentionnées dans les archives conventuelles. Elles étaient employées à profusion afin d’assurer la sécurité de pièces ou d’espaces comme la sacristie162, le dortoir163, le clocher164, les caves165, et le terrain conventuel lui-même166. Les clous métalliques étaient indispensables pour la consolidation de toutes sortes d’assemblages en bois, notamment pour la fixation des charpentes. Le comble des grands bâtiments, des églises et des ailes claustrales des ensembles mendiants, nécessitait quelques centaines de milliers de clous à ardoises167. Les devis descriptifs des réparations effectuées au couvent des Dominicaines de Nancy au xviiie siècle font état d’un nombre impressionnant de clous en plomb168. Il est probable qu’une quantité équivalente de clous avait été mise en œuvre pour la construction du couvent169.

  • 170 Voir Benoît, P., « Le plomb dans le bâtiment en France à la fin du Moyen Âge : l’apport des comptes (...)
  • 171 A.D. Eure, H 1152, Cordeliers de Bernay, 1690-1729. Procès verbaux des visites du couvent des Corde (...)
  • 172 Au xive et au xve siècle, à Paris, dans le Châtillonnais et en Flandre, les salaires de ces artisan (...)
  • 173 A.D. Seine-Maritime, 36 HP 37, Cordeliers de Rouen. Conctruction de fontaines dans le couvent des C (...)
  • 174 Ibid.

77L’emploi du plomb pour les canalisations était également courant. Les gouttières étaient fabriquées soit en plomb massif, soit en bois revêtu de plomb170. La présence d’une gouttière au couvent des Franciscains de Bernay171 n’est probablement pas un cas isolé. De même, l’attribution du titre de « plombier et fontainier »172 aux artisans spécialisés dans les canalisations est indicatif de l’essor considérable de l’emploi du plomb dans l’infrastructure d’approvisionnement en eau. Les établissements mendiants, dans lesquels les installations hydrauliques étaient de règle, avaient sans doute recours à ce matériau. Le cas des Franciscains de Rouen à cet égard est très représentatif. Grâce à la mise en place d’une canalisation souterraine depuis la fontaine Caalor, le couvent fut approvisionné en eau dès 1257173. En 1456, les religieux eurent également le droit d’utiliser les eaux de la fontaine échevinale. À cette occasion, les archives conventuelles mentionnent la contribution d’un plombier174.

  • 175 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 79.
  • 176 Béziers, M., Histoire sommaire de la ville de Bayeux, Caen, 1773, p. 142.
  • 177 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 78 et Stroobants, A., « L (...)
  • 178 Id., ibid.

78Dès le xiie siècle, mais surtout à partir du xiiie siècle, le plomb travaillé en feuilles appelées « tables » était souvent employé pour les couvertures175. Une telle toiture recouvrait dès l’époque médiévale le clocher de l’église franciscaine de Bayeux176. De même, les girouettes qui, d’après les documents graphiques du xixe siècle, surmontaient les clochers des églises des Augustins et des Franciscains (fig. 10) de Reims étaient sans doute métalliques. En effet, les épis de faîtage et les girouettes en métal, modelés à la main et pouvant atteindre en hauteur 75 centimètres, sont attestés à partir du xiiie siècle177. Les deux exemples mendiants ci-dessus datent vraisemblablement du xive siècle, époque à laquelle apparurent les girouettes figurées178.

Les ardoises

  • 179 Parmi les régions du nord et nord-est de la France riches en ardoises citons les Ardennes, l’Ille-e (...)

79Matériau de couverture noble, l’ardoise était utilisée au Moyen Âge dans les régions mêmes de production ou dans les villes approvisionnées par voie fluviale179. Dans le cas des ensembles mendiants, le coût élevé de leur mise en œuvre fut sans doute à l’origine de l’emploi parcimonieux des ardoises. En effet, celles-ci ne recouvraient que les édifices ou les parties architecturales les plus importants.

  • 180 L’archéologie de Beauvais ou mémoires d’une ville, op. cit., p. 47.
  • 181 A.D. Marne, 60 H 18, Carmes de Reims, n° 87, Traité entre les Carmes de Reims et l’architecte Franç (...)
  • 182 D’après une gravure post-médiévale représentant le couvent, publiée dans Coêt, E., Histoire de la v (...)
  • 183 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 24, Estimation des matériaux du couvent des Pauvres Clarisses, 179 (...)
  • 184 Duvosquel, J. M. (dir.), Albums de Croÿ, Bruxelles-Lille, 1986, t. 14, Couvent des Dames de Beaumon (...)

80Ainsi, l’église des Franciscains de Beauvais était recouverte de tuiles. Les ardoises furent employées uniquement pour le clocher180. Ce même matériau couvrait le toit de la nef principale de l’église des Carmes rémois, tandis que les collatéraux reçurent une simple couverture de tuiles181. Par ailleurs, l’emploi des ardoises pour les toitures des édifices claustraux était rare. Dans certains cas isolés, ce matériau fut choisi pour couvrir les ailes abritant les lieux réguliers primordiaux. Au cloître franciscain de Roye, par exemple, l’aile de la salle du chapitre était couverte d’ardoises182. Celles-ci revêtaient également la galerie claustrale du couvent des Clarisses de Saint-Omer183. Quand l’établissement bénéficiait d’un financement généreux, l’emploi des ardoises était appliqué sur l’ensemble du cloître, comme au couvent des Dominicaines de Beaumont, à Valenciennes184 (fig. 8).

Les tuiles

  • 185 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 74.

81Matériau de couverture dont l’usage date de l’Antiquité, les tuiles constituaient un mode de couvrement peu onéreux. La multiplication des tuileries à partir du xiie siècle, ainsi que le perfectionnement de leur fabrication185, rendaient l’approvisionnement aisé et encourageaient sans doute la formation de couvreurs spécialisés. Ainsi, l’omniprésence des toitures de tuiles dans les couvents mendiants s’inscrit parfaitement dans le paysage architectural des derniers siècles du Moyen Âge.

  • 186 Citons, à titre d’exemple, les églises dominicaine et franciscaine de Compiègne, le noviciat et le (...)
  • 187 D’après une gravure post-médiévale du couvent, publiée dans Barbat, L., Histoire de la ville de Châ (...)
  • 188 Voir A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.
  • 189 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 71.
  • 190 Id., ibid., p. 74. Quant aux tuiles écailles, employées abondamment en Alsace et en Lorraine, nous (...)

82Mais les sources ne précisent que rarement le type de tuiles utilisées pour le couvrement des églises, des édifices claustraux et des dépendances des Mendiants186. Toutefois, des tuiles creuses couvraient le cloître franciscain de Châlons-en-Champagne187 et celui des Dominicains langrois188. Dans les deux cas, le choix fut vraisemblablement conditionné par la production locale ; les tuiles creuses, répandues principalement dans tout le midi de la France, connurent en effet également un essor dans les régions de la Champagne et des Ardennes189. Néanmoins, nous supposons que dans la majorité des couvents mendiants de la région que couvre notre enquête, la tuile plate était la plus courante. Celle-ci dominait dans le Nord, dans l’Est et en Bourgogne, où elle convenait parfaitement à un climat froid et humide190.

  • 191 Ce type de tuiles apparut en France vers le xiiie siècle, en même temps que le vernis plombifère, q (...)
  • 192 Ce couvrement a été représenté au xixe siècle par A. Gaussin, Les Cordeliers vus du cloître, B.M. T (...)
  • 193 Citons les exemples de l’Hôtel de Vogué et de Sainte-Bégnine à Dijon, ainsi que l’Hôtel-Dieu de Bea (...)
  • 194 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 75-76.
  • 195 Les crêtes en terre cuite se composaient de plusieurs morceaux assemblés sur la faîtière elle-même. (...)

83Au xve siècle, des tuiles vernissées191 furent employées pour le couvrement de la chapelle de la Passion du couvent franciscain de Troyes192. Motivé par la volonté de mettre en exergue cet édifice particulièrement soigné, le recours à ce matériau de couvrement raffiné fut sans doute induit par les exemples architecturaux de la Bourgogne voisine193. Les sources ne précisent pas les couleurs des tuiles mises en œuvre dans l’édifice troyen. Cependant, la combinaison du jaune avec le vert foncé, ou bien des tonalités de rouge, de noir et de brun sont les plus probables. Ces associations étaient en effet les plus courantes à l’époque médiévale194. De même, la crête qui soulignait le faîte de la toiture de la chapelle de la Passion était vraisemblablement en terre cuite. Ce procédé décoratif, qui relevait également de la tuilerie, fut développé en France à partir du xive siècle195.

Les carreaux de pavement

  • 196 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », (...)
  • 197 Norton, Ch., Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1992, p. 59.
  • 198 Id., ibid. Pour un aperçu global de la production champenoise voir Calvet, M. F., Chevrier, B., Mai (...)
  • 199 Chapelot, O., « La tuilerie de Montcenis », Milieux, 1980, n° 3-4, p. 29-39, et Pinette, M., Les Ca (...)
  • 200 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », (...)
  • 201 Voir Norton, Ch., « The medieval paving tiles of Winchester College », dans Proceedings of the Hamp (...)
  • 202 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », (...)

84Étant donné que les sols en terre battue étaient encore en usage jusqu’au xive siècle, les carreaux en terre cuite constituaient un matériau relativement luxueux196. Néanmoins, ce mode de pavage connut une large diffusion dès le xiiie siècle, notamment grâce à son emploi dans les abbayes cisterciennes. En effet, le caractère à la fois centralisé et international de celles-ci permit la circulation des techniques et, entre autres, des décors des carreaux en terre cuite197. Des fabricants spécialisés ne tardèrent pas à s’implanter en différents lieux, près de Troyes198, en Bourgogne199, en région parisienne, et à partir de la fin du xiiie siècle en Champagne, près d’Épernay, ainsi qu’en Normandie dans le voisinage de Rouen200. Toutefois, le coût du transport pour une distance supérieure à trente-cinq kilomètres pouvant atteindre la moitié du prix des carreaux eux-mêmes201, ceux-ci étaient employés vers la fin du Moyen Âge principalement dans les grands édifices religieux et les ensembles monastiques importants ou dans les riches demeures bourgeoises202.

  • 203 Voir Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris aux xiiie et xive siècle (...)
  • 204 Les carreaux à décor incisé à la main à l’aide d’une pointe étaient surtout caractéristiques des ab (...)
  • 205 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », (...)

85L’utilisation des carreaux de terre au xiiie siècle est attestée pour le couvent des Augustins de Paris. Les comptes des travaux effectués entre 1291 et 1301 mentionnent des carreaux d’argile ornés d’incisions203, type de décor connu dès avant la fin du xiiie siècle204. En outre, il est vraisemblable que le chantier mendiant bénéficia de la production parisienne, encore florissante à cette époque205. La provenance des autres carreaux de terre cuite mentionnés dans les couvents mendiants n’est pas précisée par les sources. Cependant, étant donné que les établissements concernés se situaient dans des régions productrices de ce matériau, nous supposons que les maîtres d’œuvre eurent recours aux fabricants locaux. La construction de ces pavages datait pour l’essentiel de la fin du Moyen Âge.

  • 206 Voir Arnaud, A. F., Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l’Aube et dans l’anc (...)
  • 207 La grande tradition ainsi que la maîtrise des matières premières et des techniques permirent aux fa (...)
  • 208 Le Clert, L., Musée de Troyes. Carrelages vernissés, incrustés, historiés et faïencés. Catalogue, T (...)
  • 209 A.D. Marne, 60 H 18, Carmes de Reims, n° 87, Traité entre les Carmes de Reims et l’architecte Franç (...)
  • 210 A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.
  • 211 A.D. Oise, 1 Q 2 1590, Couvent des Cordeliers de Compiègne. Estimation des immeubles. Inventaire de (...)
  • 212 La production de la région est illustrée surtout par le pavement de la salle du trésor de l’ancienn (...)
  • 213 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 24, Estimation des matériaux du couvent des Pauvres Clarisses.
  • 214 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 36, Estimation des édifices des Dominicaines de Saint-Omer.
  • 215 Il s’agissait de carreaux vernissés ornés de motifs géométriques, végétaux ou d’animaux héraldiques (...)
  • 216 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », (...)
  • 217 Beaussart, Ph., « L’archéologie des lieux de culte à Valenciennes », dans L’Archéologie en Hainaut, (...)
  • 218 Beaussart, Ph., « Les pavements », dans Richesses des anciennes églises de Valenciennes, Valencienn (...)
  • 219 Voir Beaussart, Ph., Patrimoine archéologique du Valenciennois, Valenciennes, 1987, p. 131.

86Ainsi, au xve siècle, des carreaux vernissés rouges et jaunes couvraient le sol la chapelle de la Passion des Cordeliers troyens. De mêmes carreaux historiés, alternés avec des carreaux monochromes, rouges, noirs et blancs, étaient utilisés pour la bibliothèque du premier étage206 (fig. 11). L’emploi abondant et sophistiqué de ce matériau est sans doute justifié par le soin particulier apporté à l’édifice, mais également par la riche production de la région de Troyes207. En effet, dès le xive siècle, l’église dominicaine de la ville était elle aussi pavée de carreaux vernissés et historiés rouges et jaunes208. En outre, les tuileries champenoises approvisionnèrent sans doute les couvents mendiants de toute la région, probablement par la voie fluviale de la Marne. À Reims, le sol de l’église des Carmes était entièrement tapissé de carreaux de terre cuite209. Ceux-ci couvraient une partie du couloir claustral des Dominicains langrois210 ainsi que le réfectoire pour les hôtes des Franciscains de Compiègne211. Les ateliers artésiens, actifs dès le xiiie siècle212, furent sans doute à l’origine des carreaux qui revêtaient le sol du bâtiment des converses dans le couvent des Clarisses de Saint-Omer213, ainsi que dans les dépendances des Dominicaines de la même ville214. De même, les carreaux vernissés de l’église franciscaine d’Amiens215 étaient vraisemblablement fournis par des fabricants picards, actifs dès le xive siècle216. Quant aux carreaux découverts en 1944 dans l’église des Franciscains valenciennois217, ils datent certes du xvie siècle mais reflètent vraisemblablement le mode de pavage de l’édifice au xiiie siècle. Les carreaux employés pour celui-ci étaient sans doute de production locale, comme d’ailleurs les carreaux glaçurés jaunes et verts du xive siècle, découverts dans la nef des Dominicaines de Beaumont218. À cet égard, il est important de souligner que, dès le xive siècle, l’artisanat de la terre cuite comptait à Valenciennes un nombre important d’ateliers spécialisés219.

Le verre

  • 220 Citons à titre d’exemple les églises franciscaines d’Amiens, de Vernon et de Sées et les églises de (...)

87La présence de vitraux dans nombre d’églises mendiantes220 suppose que les maîtres d’œuvre prévoyaient de s’approvisionner de préférence dans la région même, du fait de l’extrême fragilité du matériau.

  • 221 Lionnois, J. J., Histoire des villes vieilles et neuves de Nancy, Nancy, 1805, p. 269.

88Mais outre les vitraux, qui nécessitaient un matériau premier plus élaboré, les couvents employaient sans doute le verre incolore pour les multiples fenêtres qui permettaient l’éclairage naturel des bâtiments claustraux comme des églises. Les ouvertures de celles-ci étaient en effet souvent dépourvues de vitraux pour s’en tenir à des vitres translucides. C’était le cas dans l’église des Dominicaines de Nancy221. Pour les bâtiments conventuels, par souci de luminosité, on généralisa l’emploi du verre. L’exemple du couvent des Augustins parisiens est à cet égard caractéristique. Dès 1328, le prieur général Guillaume de Crémone introduisit les portes vitrées pour la fermeture des cellules. Les frères disposaient ainsi de la lumière autant que du silence nécessaires à l’étude et au recueillement, tandis que le gardien du dortoir pouvait surveiller aisément tous les membres de la communauté.

La chaux et le sable

  • 222 «…il incombe à lui de refléchir et de prévoir au sujet des matériaux nécessaires, et de les apporte (...)
  • 223 Voir Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris aux xiiie et xive siècle (...)
  • 224 « 140 pièces de marrien [...] délivré aux Augustins de Bar, pour finir II chaufours fais pour leur (...)

89Cités par Humbert de Romans parmi les principaux matériaux que le praefectus operum devait prévoir pour le chantier222, la chaux et le sable, mélangés à proportions égales, donnaient le mortier, liant indispensable pour la maçonnerie. Dans les comptes des travaux des Augustins parisiens à la fin du xiiie siècle sont en effet fréquemment mentionnés le cementum et la chaux223. L’importance de celle-ci ainsi que du sable pour la construction imposaient vraisemblablement un approvisionnement dans le voisinage du couvent. Il est possible aussi que des fours à chaux aient été construits dans le chantier même afin d’éviter les transports et d’en épargner ainsi le coût tout en gagnant du temps. Citons le cas des Augustins barrois qui, en 1373, passèrent une commande de bois dans la région afin de construire deux fours à chaux destinée aux travaux de l’église224.

La mise en œuvre

90Rares sont les renseignements explicites sur les modes de construction mis en œuvre dans les ensembles mendiants. Les quelques devis descriptifs qui nous sont parvenus se limitent à l’évaluation du coût de construction. Les points techniques étaient soit discutés in vivo, soit relevaient entièrement de la responsabilité du maître d’œuvre et des ouvriers. Néanmoins, les inventaires révolutionnaires, les descriptions historiques à partir du xvie siècle et les documents visuels qui nous sont parvenus donnent une idée assez précise des procédés de matérialisation des édifices conventuels. On avait recours aux techniques courantes de l’époque, qu’on adaptait au caractère des bâtiments et, par extension, aux prérogatives fondamentales de l’architecture mendiante.

91Nous étudierons les techniques constructives appliquées par les Mendiants tant du point de vue de la structure que du point de vue de l’enveloppe des édifices. Nous examinerons ensuite les systèmes porteurs - vertical et horizontal - des différents bâtiments, ainsi que leurs couvrements et leurs revêtements.

La maçonnerie

  • 225 Information contenue dans le procès verbal de vente des domaines nationaux. Voir A.D. Haute-Marne, (...)
  • 226 Ce bâtiment fut découvert lors des fouilles opérées dans le site du couvent en 1992. Voir L’Archéol (...)
  • 227 C’était le cas de l’église des Dominicains de Reims.
  • 228 Voir A.D Oise, 1 Q 2 1590, Couvent des Cordeliers de Compiègne. Estimation des immeubles. Inventair (...)
  • 229 Voir Froideveaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 34.
  • 230 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’égli (...)

92D’importance capitale à cause de leur fonction structurante, les parties maçonnées des ensembles mendiants faisaient aussi preuve d’une certaine recherche esthétique conférant aux différents édifices ou pièces un caractère particulier. Ainsi, d’après les archives conventuelles et les résultats de certaines fouilles, les moëllons étaient employés uniquement pour les parties dissimulées des bâtiments. Ce fut le cas dans les vastes caves du couvent dominicain langrois, construites en « moellons de pierre et en mortier de chaux et sable »225. De même, les pierres irrégulières étaient utilisées pour la maçonnerie de certaines dépendances, comme le bâtiment des latrines du couvent franciscain de Beauvais226. D’après les documents iconographiques des xvie et xviie siècles et les procès verbaux révolutionnaires, le moyen appareil régulier était en revanche de règle pour les bâtiments en pierre, pour les soubassements et les murs comme pour les contreforts et les rares arcs-boutants227. Ce fut le cas dans l’église et le cloître des Franciscains de Roye, dans l’église des Franciscains de Compiègne228, dans celle des Clarisses de Cambrai, des Carmes de Caen (fig. 12), et dans celles des Dominicains (fig. 13) et des Franciscains de Douai (fig. 7). Ce dernier édifice était renforcé de chaînes, appareillées en assises alternativement longues et courtes, aux interfaces de la nef, des collatéraux et du cloître. Une chaîne d’encoignure en pierres, de la même facture, consolidait aussi l’angle méridional du cloître, offrant un contraste de couleurs avec les murs en brique. Dans le même édifice, un effet analogue était produit au niveau des fenêtres, dont les contours étaient en pierres. Afin de renforcer la résistance interne de certaines parties maçonnées, les constructeurs ménagaient également les pierres en boutisse229. Ce principe fut appliqué à la fin du xiiie siècle autour de la voussure du grand portail de la seconde église des Franciscains provinnois230.

  • 231 B.N. ms. n.a.fr. 11133, f° 25-26. Rôle du receveur d’Évreux.
  • 232 La Ville de Noyon, Amiens, 1987, p. 183.
  • 233 Par ce terme sont désignées les constructions où un parti esthétique est recherché dans la mise en (...)
  • 234 Id., ibid., 75-76.
  • 235 Voir Delacroix-Vandalle, C., Laget, P.-L. (et al), Flandre, entre Yser et canal de Furnes. Nord et (...)

93Il convient de souligner que l’association de la pierre et de la brique pour les maçonneries pleines n’était pas absente dans les ensembles mendiants. D’après une gravure de Tassin, l’aile méridionale du cloître franciscain d’Évreux, et probablement tout le carré claustral, étaient construits en assises alternées de pierre et de briques. Cette maçonnerie remonte vraisemblablement à la fin du xve siècle, quand le couvent fut entièrement restauré à la suite des dégâts occasionnés pendant la guerre de Cent Ans231. De même, pour l’agrandissement de leurs édifices claustraux au xviie siècle, les Franciscains de Noyon utilisèrent la pierre et la brique232, matériaux vraisemblablement employés initialement dans la construction de l’ensemble au xvie siècle. Dans tous les cas, il s’agit d’une adaptation au contexte constructif de l’époque : l’architecture « brique et pierre »233 médiévale connut en effet son essor du début du xve aux premières décennies du xvie siècle234. En Flandre notamment l’association de la pierre calcaire et de la brique était courante dans les édifices de la fin du Moyen Âge235. L’église des Augustins gantois était construite essentiellement en calcaire. La partie orientale du collatéral septentrional était appuyée sur un solin de pierre bleue (il s’agit vraisemblablement de calcaire carbonifère de Tournai) (fig. 14), alors que le mur oriental et les contreforts du flanc méridional de l’église étaient en brique. De même, d’après le plan en relief d’Audenarde, toutes les ailes claustrales du couvent franciscain étaient construites en appareil mixte de brique et de pierre (fig. 15).

  • 236 Dossier Guillaume du Cercle archéologique de Valenciennes.
  • 237 La « fondation sur piles » (terme adopté par J.-M. Pérouse de Montclos, Principes d’analyse scienti (...)
  • 238 Fortia d’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., t. XIV, chap. lxxxvii.

94Outre les techniques de maçonnerie courantes les chantiers mendiants adoptèrent également les particularités constructives locales, notamment quand celles-ci étaient dictées par les spécificités du terrain. Ainsi, lors de terrassements réalisés en 1964236 dans la partie orientale de l’église des Franciscains de Valenciennes, il fut constaté que les bâtisseurs avaient eu recours à la fondation sur arcades pour l’agrandissement du chœur à la fin du xiiie siècle. Cette technique, consistant en l’établissement d’une série d’arcs de portée variable retombant sur des piédroits solides, était couramment employée dans les anciens Pays-Bas, en particulier dans la construction des dispositifs défensifs237. Elle présentait en effet un double avantage : la rapidité d’exécution et une grande capacité de déformation élastique. Cette seconde qualité était indispensable pour assurer la stabilité du couvent franciscain, qui était édifié sur un terrain remblayé238.

  • 239 Voir Delacroix-Vandalle, C., Laget, P.-L. (et al), Flandre, entre Yser et canal de Furnes. Nord et (...)

95Dans le cadre de l’adoption de principes constructifs et esthétiques locaux s’inscrit l’application dans certains bâtiments claustraux mendiants des pignons à redents, éléments caractéristiques des édifices civils flamands à la fin du Moyen Âge239. Citons les exemples des couvents franciscains d’Ypres et de Tournai, ainsi que du couvent dominicain de Gand (fig. 16).

Les supports

96Les supports assuraient la stabilité de la structure horizontale des édifices. Engagés ou libres, ils étaient intimement liés à la couverture et aux séparations entre les étages. En outre, les piliers ou les colonnes avaient pour fonction de délimiter les différentes parties des grands espaces conventuels. Ils devaient par conséquent non seulement être solides et fonctionnels mais faire aussi preuve d’une recherche esthétique.

  • 240 M.P., A.M.H., Nord, Valenciennes, St.-Géry, n° 1893.
  • 241 Benoît, A., « Les Cordeliers de Sarrebourg », Journal de la Société d’Archéologie et du Comité du M (...)

97Étant donné que, dans la région que nous étudions, les églises mendiantes comportaient, à quelques exceptions près, plus d’un vaisseau, la présence de supports y était de règle. Ceux-ci, quand l’approvisionnement en matière première le permettait, pouvaient être monolithes. Dans le cas de l’église franciscaine de Valenciennes, il s’agit de fûts cylindriques en pierre bleue de Tournai, dont les chapiteaux étaient conçus en fonction du couvrement de l’édifice. Les huit premiers supports de l’édifice à l’ouest, y compris les deux piliers engagés qui flanquent l’entrée, comportent des tailloirs à douze pans et des chapiteaux à corbeille animés d’un décor végétal. Les quatre derniers supports délimitaient jadis les travées du chœur primitif. Ce sont des piles composées d’un noyau carré et de demi-colonnes engagées, qui recevaient vraisemblablement les retombées des voûtes240. De même, dans l’église des Cordeliers de Sarrebourg, les deux piédroits de l’arc triomphal séparant le chœur de la nef sont faits d’un seul bloc de grès des Vosges. Mais, à l’intérieur du chœur, les supports furent conçus en fonction du voûtement. Celui-ci, au dessus de l’abside et de la première travée du chœur, consiste en une voûte cinqpartite, dont les nervures, profilées à cinq pans droits, retombent sur six fines colonnes engagées cylindriques à tambours. Les chapiteaux de ces supports présentent des tailloirs à cinq pans, correspondant aux nervures de la voûte241.

  • 242 Carnandet, J., Notes et documents pour servir à l’histoire de Châteauvillain s.l.n.d., p. 119.
  • 243 Benoît, M., « Le couvent des Dames Prêcheresses à Metz », dans Mémoires de l’Académie de Metz, 1897 (...)
  • 244 L’emploi également d’un unique support central au chapitre des Célestins de Metz indique que ce cho (...)

98Pour les pièces de dimensions réduites, les constructeurs optèrent pour un seul support central recevant le voûtement. Ce fut le cas dans la sacristie du couvent franciscain de Châteauvillain242. Néanmoins, le même principe fut aussi employé dans des espaces plus grands, comme la salle capitulaire du couvent des Dominicaines messines243. Le pilier central de cette pièce était muni d’un pupitre destiné à la personne qui présidait les assemblées plénières des sœurs. Fonctionnel, ce dispositif permettait en outre une meilleure visibilité d’ensemble pour toutes les religieuses. Il est probable qu’il s’agissait aussi d’un parti-pris symbolique : l’unique pilier central représentait la cohésion et, par extension, la solidité de la communauté244.

  • 245 Des supports en pierre soutenaient la charpente du vaisseau principal et des collatéraux de l’églis (...)
  • 246 M.P., A.M.H., n° 2189bis. Paris. Les Cordeliers. Ancien réfectoire. Aménagement. Y. Boiret, archite (...)

99L’association des supports en pierre avec un couvrement en charpente n’était pas exclue, surtout dans les églises. Il est certain que les sources ne précisent pas souvent le matériau des supports des vaisseaux charpentés. Mais étant donné que le lieu cultuel se différenciait un tant soit peu des autres espaces conventuels par sa facture constructive, il est probable que les supports séparant la nef des collatéraux étaient, le plus souvent, en pierre. Celle-ci optimisait la résistance et garantissait la viabilité des éléments porteurs sur lesquels reposait la couverture de l’édifice, en général de grandes dimensions245. En revanche, des supports en bois étaient mis en œuvre dans les salles charpentées où le dépouillement ne dérogeait pas à la sacralité du lieu. C’était le cas dans le réfectoire des Cordeliers de Paris246. Comme le rez-de-chaussée, le premier étage ainsi que le second aménagé sous les combles étaient divisés dans leur longueur par une file médiane de poteaux de bois soutenant les poutres transversales des deux plafonds et, au sommet, de la charpente. Ces supports de bois, dissimulés au xixe siècle derrière des cloisons maçonnées ou des couches de peinture, subsistent encore aujourd’hui. De section octogonale, les poteaux prennent appui sur de simples plinthes et sont renforcés au sommet, de part et d’autre, par deux consoles soutenant les poutres du plafond (fig. 17).

La charpente

  • 247 Nous nous référons à la période située entre le xiiie siècle et le xvie siècle. Outre la coïncidenc (...)

100Le principe fondamental de la charpente médiévale247 était la bonne répartition, sur toute la longueur des murs, des charges tant de la structure de la toiture que de celle du couvrement. Les surcharges du vent et de la neige étaient prises également en compte malgré leur caractère occasionnel. Dans la région que couvre notre recherche, les exemples de charpentes d’édifices mendiants ayant survécu jusqu’à nos jours sont quasi absents. Néanmoins, certains documents photographiques du xxe siècle conservent la mémoire de quelques charpentes mendiantes. De même, les dessins de Rohault de Fleury, malgré leur caractère souvent aléatoire, fournissent des éléments supplémentaires. Quant aux sources écrites, qui consistent pour l’essentiel en procès verbaux révolutionnaires et descriptions historiques à partir du xviie siècle, elles offrent un aspect général des charpentes des ensembles mendiants, en insistant toutefois davantage sur le revêtement intérieur que sur la structure de celles-ci.

  • 248 Pour les caractéristiques de la charpente entre le xiie et le xvie siècle, voir Id., ibid., p. 96-9 (...)

101Avant d’aborder certains exemples précis, nous devons souligner le fait que la fonctionnalité même des charpentes ne permettait pas de grandes déviations par rapport aux principes structurels et formels de l’époque. Ainsi, sans doute, dans les charpentes des édifices mendiants, la pente des chevrons était d’environ 45 degrés ; la liaison des fermes entre elles s’effectuait par des pièces de sous-faîtage reliant les entraits retroussés et bien étrésillonnés afin d’assurer la triangulation ; les entraits étaient soulagés par le poinçon maintenu par les arbalétriers, tandis qu’à partir de la fin du xiiie siècle le faîtage se généralisa248.

  • 249 Beaumont-Maillet, L., Le Grand Couvent des Cordeliers de Paris. Étude historique et archéologique d (...)
  • 250 Id., ibid.

102La charpente des dix premières travées du réfectoire des Cordeliers parisiens249 offre encore, malgré les restaurations postérieures, une idée assez concrète de son état médiéval. La structure des fermes est extrêmement simple : les contrefiches rejoignent les poinçons un peu en-dessous des entraits dissimulés dans le plancher. Afin d’assurer le contreventement de l’ensemble, des aisseliers établissent la jonction entre le poinçon et le sous-faîte, puis, entre celui-ci et le faite. Dans la tourelle occidentale du même édifice250, la charpente est formée de deux poutres croisées en angle droit et consolidées à mi-longueur par quatre puissants étrésillons formant un carré (fig. 18) du milieu duquel partent des madriers alternés de poutrelles aboutissant contre les parois de la tourelle. Malgré sa grande simplicité, cette charpente, qui s’adapte parfaitement à la forme octogonale de l’édicule, n’est pas complètement dépourvue de souci esthétique. Les poutres rayonnantes autour du noyau carré de la structure répondent en effet au déploiement en spirale de l’escalier en vis abrité dans la tourelle.

  • 251 Kalas, E., « Ancien couvent des Cordeliers », art. cité, p. 68.
  • 252 La structure de la charpente du couvent franciscain remois suivait le schéma courant des charpentes (...)
  • 253 Les sculpteurs opérant sur les charpentes travaillaient en collaboration étroite avec les charpenti (...)

103Un cliché photographique de la salle des assemblées du couvent franciscain rémois offre une vue de la charpente du xve siècle251 (fig. 19). En forme de berceau brisé, celle-ci s’élevait à une grande hauteur au-dessus des entraits apparents de section octogonale. Des entraits retroussés assuraient le passage du triangle des chevrons à l’arc de la voussure dont le sommet était relié à la panne faîtière par des poinçons252. L’ensemble s’inscrivait dans la tendance médiévale à traiter avec le même soin toutes les parties de la charpente, visibles ou dissimulées. Une ornementation sculptée253 était cependant de préférence conférée aux éléments visibles de la charpente, comme dans le prédicatoire dominicain de Beauvais, où la partie des poinçons comprise entre les entraits et le sommet de la voûte en berceau brisé était ciselée en écailles et articulée d’anneaux moulurés. Le même traitement ornemental était appliqué aux entraits.

  • 254 Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens et les fouilles qui s (...)
  • 255 Terme plus proche de la structure réelle de l’ouvrage que « charpentes lambrissées ». Voir Le Port, (...)
  • 256 Cochet (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, 1872, p. 379.
  • 257 A.D. Oise, 1 Q 2 1602, Dominicains. Déclaration des revenus, inventaire du mobilier, titres et papi (...)
  • 258 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 57, Administrations et liquidation des créances, 1790. Travaux de charpen (...)
  • 259 Cochet (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, op. cit., 380.
  • 260 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’égli (...)
  • 261 C’était le cas dans le couvent franciscain de Châteauvillain. Voir Carnandet, J., Notes et document (...)
  • 262 Citons l’exemple du couvent franciscain de Compiègne. Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 39, Administra (...)
  • 263 Nous pouvons renvoyer ici à l’exemple de la salle des assemblées bourgeoises du couvent franciscain (...)

104Du reste, les sources écrites font état, dans les édifices mendiants, de charpentes tant à fermes triangulaires que voûtées. La première catégorie pouvait s’appliquer également aux églises, comme au couvent franciscain d’Amiens254. Les charpentes voûtées255 se présentaient dans leur majorité en forme de berceau brisé, comme chez les Carmes de Rouen256 et les Dominicains de Beauvais257. La charpente en croisées ogives qui couvrait l’église franciscaine de Compiègne258 était un dispositif plus recherché et, par conséquent, plus rare. En outre, l’association structurelle de la charpente avec des éléments architecturaux en pierre n’était pas exclue. Par exemple, dans l’église des Augustins de Rouen, les entraits de la charpente apparente étaient portés pas des consoles en pierres sculptées, placées dans l’axe des fenêtres259. De même, dans la seconde église des Cordeliers provinnois, construite à la fin du xiiie siècle, la charpente reposait sur un entablement maçonné en saillie sur le sommet des murs gouttereaux260. Parmi les lieux réguliers, le chapitre261, la bibliothèque262 et les salles des assemblées263 recevaient de manière préférentielle un couvrement en charpente.

Les planchers et les plafonds

  • 264 Ce dispositif évitait les encastrements profonds dans les murs, pouvant compromettre la bonne conse (...)
  • 265 Les solives, simplement placées sur les poutres, étaient maintenues par des petites entretoises en (...)

105Les lieux réguliers qui ne recevaient pas une charpente étaient couverts de plafonds. De plus, étant donné que les édifices conventuels s’élevaient en règle générale à deux, voire trois étages, la même structure servait de plafond pour le niveau inférieur et de plancher pour l’étage supérieur. Les descriptions des planchers et plafonds des couvents mendiants font défaut. Mais ces constructions en bois suivaient sans doute les principes en vigueur à l’époque médiévale. Aussi, les plafonds se composaient de poutres et de solives apparentes simplement équarries. La mise en œuvre s’adaptait à la forme et la superficie de la pièce à couvrir. Si celle-ci était étroite, on utilisait des solives allant d’un mur à l’autre et reposant, le plus souvent, sur une sablière en bois ou une moulure saillante en pierre264. Si la pièce était longitudinale, on associait des poutres et des solives265.

  • 266 A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.
  • 267 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 58, Administrations et liquidation des créances, 1790, Menuiserie.
  • 268 L’Archéologie de Beauvais ou mémoire d’une ville, op. cit., p. 51.
  • 269 Il s’agissait de trois édifices indépendants comportant deux étages séparés par des planchers. Voir (...)
  • 270 Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 39, Administrations et liquidation des créances, 1790, Charpenterie.

106Dans le cloître, outre les pièces situées à l’étage266, certains lieux réguliers du rez-de-chaussée recevaient un plancher comme la salle du chapitre du couvent franciscain de Compiègne267. Des planchers délimitaient également les étages dans les bâtiments des dépendances dans le couvent des Franciscains de Beauvais268 et des Dominicaines de Saint-Omer269. Quant au clocher des Franciscains de Compiègne, il comportait deux niveaux séparés par un plancher270. Malgré le caractère lacunaire des informations sur la présence de planchers et de plafonds dans les couvents mendiants, il est certain que ce système fonctionnel de délimitation des étages était largement appliqué dans les édifices conventuels.

Le revêtement des toitures

  • 271 Du fait de la surface rugueuse et de l’épaisseur inégale des ardoises, la pluie ou la neige remonta (...)
  • 272 Id., ibid., p. 68.
  • 273 Id., ibid., p. 66.

107Si les sources mentionnent fréquemment le matériau qui servit au revêtement du toit des ensembles mendiants, elles ne précisent pas pour autant quelle technique fut employée pour cela. Les artisans eurent probablement recours aux principes en vigueur à l’époque médiévale. Ainsi, sur tous les bâtiments mendiants révêtus d’ardoises, celles-ci étaient sans doute clouées sur de solides voliges avec des clous en fer forgé271. Une attention accrue était évidemment conférée aux noues, à savoir les interfaces entre deux rampants, qui exigeaient une parfaite étanchéité272. Les ardoises étaient le plus souvent de forme rectangulaire. Les pièces en écailles arrondies étaient également fréquentes et avaient l’avantage de diminuer la prise du vent273. D’après le plan en relief de Douai, des ardoises en écailles arrondies étaient employées pour le revêtement de l’aile claustrale occidentale du couvent des Franciscains (fig. 7).

  • 274 Pour des plus amples informations sur la mise en œuvre des tuiles, voir Froidevaux, Y.-M., Techniqu (...)

108Dans le cas de revêtement en tuiles, celles-ci étaient posées sur des lattis. Les tuiles plates y étaient accrochées au moyen des ergots ou des rebords dont chaque pièce était munie. La mise en œuvre des tuiles creuses était simple : les pièces, semi-cylindriques et légèrement coniques, s’emboîtaient les unes dans les autres, en formant alternativement des canaux et des couvre-joints. Pour les noues, les artisans utilisaient des tuiles creuses plus épaisses, fabriquées spécialement à cet effet274.

Les pavages

109La construction des pavages, tant en pierres qu’en carreaux de terre cuite, ne nécessitait pas une technique de pointe. Évidemment, les choix décoratifs de la disposition des carreaux, et les agencements étudiés de leurs motifs et couleurs, conféraient un caractère particulier aux pavements et, par extension, à l’édifice que celui-ci ornait. Citons, à titre d’exemple, la chapelle de la Passion des Franciscains de Troyes, dont les pavements en terre cuite faisaient preuve d’une sensibilité décorative et chromatique exceptionnelle, fondée sur un solide savoir-faire et parfaitement adaptée à la spécificité de chaque étage du bâtiment (fig. 11).

110Entreprises dans la perspective de l’expansion apostolique des ordres, les implantations mendiantes étaient pourtant soumises aux mêmes contingences matérielles que les autres chantiers médiévaux. Dès le xiiie siècle, la première étape du projet consistait à évaluer avec une relative précision l’envergure des effectifs et des activités de chaque future communauté. Cette tâche relevait des supérieurs des ordres, qui avaient au préalable cerné les particularités de chaque région. La présence d’un ou de plusieurs fondateurs pouvant assurer le bon déroulement des travaux, ainsi que la garantie de leur financement, constituaient des paramètres capitaux pour l’activité édilitaire mendiante. Cependant, ces deux facteurs ne constituaient pas le sine quibus non de l’implantation, mais ils pouvaient accélérer, différer ou retarder l’entreprise constructive. Il importe de souligner que le soutien à la fondation et le financement étaient des paramètres qui n’intervenaient pas uniquement au moment de la fondation première, mais également lors des projets postérieurs d’agrandissement ou de modification des édifices.

111Quant à la matérialisation des ensembles conventuels, la désignation des maîtres d’ouvrage, le recrutement de la main-d’œuvre, l’approvisionnement en matériaux et le choix des techniques étaient gérés individuellement pour chaque chantier. Ceci, tout en respectant les principes architecturaux mendiants, permettait l’adaptation aux spécificités constructives de chaque région et assurait, à long terme, l’intégration du couvent dans son environnement d’accueil – les édifices conventuels comportaient en effet une structure fondamentale familière aux constructeurs locaux. Les restaurations urgentes, souvent imposées par les conjonctures guerrières de l’époque en étaient aussi plus aisées, ainsi que les remaniements de l’ensemble conventuel selon les besoins de la communauté.

Notes

1 Barthélemy, É. (de), « Les archives de Bar-sur-Aube », Mémoires de la Société archéologique de l’Aube, 1885, 49, p. 306.

2 Voir Meersseman, G., « Les débuts de l’ordre des frères Prêcheurs dans le comté de Flandres », art. cité, p. 13-14.

3 Voir Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments depuis son origine jusqu’en 1855 (Châlons-sur-Marne, 1864, 2e éd.), réimpr. Roanne, 1979, p. 98-100.

4 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, Marseille, 1978 (réimpr. de l’édition du ms. 673 [datant de 1650] de la B.M. de Valenciennes par A. Prignet, Valenciennes, 1844), p. 80-81.

5 Martin, H., Mentalités médiévales, Paris, 1998 (2e éd.), p. 237.

6 Citons, à titre d’exemple, les couvents des Franciscains et des Dominicains valenciennois fondés par la comtesse Jeanne de Flandre ; le couvent dominicain d’Arras, placé sous la protection du comte d’Artois, Robert Ier, et celui de Bergues projeté par la comtesse Jeanne et fondé par la comtesse Marguerite. Ces deux comtesses furent également à l’origine du couvent des Dominicaines lilloises.

7 Richard, C. L., Histoires du couvent des Dominicains de Lille en Flandre, et de celui des dames Dominicaines de la même ville dites de Sainte-Marie de l’Abbiette, Liège, 1781, p. 36.

8 Simons, W., Bedelordekloosters in het graafschap Vlaanderen. Chronologie en topographie van de bedelorden verspreiding voor 1350, Bruges, 1987, p. 72.

9 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 21, XXVII : Item ecclesias quibus annexa sit cura animarum non recipiant.

10 Les prérogatives dominicaines, au sujet des conditions de fondation, sont exposées succinctement dans Meersseman, G., « Jeanne de Constantinople et les frères Prêcheurs », A.F.P., 1949, 19, p. 125-126.

11 A. D. Marne, 41 H 1, Cordeliers de Châlons. Indulgences et bulles pontificales, xiiie-xvie siècle.

12 Moorman, J. R. H., Medieval Franciscan Houses, New-York, 1983, p. 418.

13 Id., ibid., p. 124.

14 Clouet, A., Histoire de Verdun et du pays verdunnois, Verdun, 1867-1870, réimpr. Marseille, 1977, t. 2, p. 370.

15 Toussaint, J., Coutances des origines à la Révolution, Coutances, 1979, p. 90.

16 Moorman, J. R. H., Medieval Franciscan Houses, op. cit., p. 64.

17 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France. Le siècle des fondations, Rouen, 1898, p. 499-500.

18 Chapotin, M.-D., Étude historique sur la province dominicaine de France : le couvent royal de Saint-Louis d’Évreux, Paris, 1890, p. 2-3.

19 Delmaire, B., Le Diocèse d’Arras de 1093 au milieu du xive siècle. Recherches sur la vie religieuse dans le nord de la France au Moyen Âge, Arras, 1994, p. 246.

20 A.D. Nord, 127 H 8, Dominicains de Lille. Privilèges accordés par les souverains, 1327-1652.

21 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 107-108.

22 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XVIII, Determinationes quaestionum, Pars II, Quaestio XIX, p. 370.

23 La Rue (abbé de), Nouveaux essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, contenant mémoires d’antiquités locales et annales militaires, politiques et religieuses de la ville de Caen et de la Basse Normandie, Caen, 1842, p. 222.

24 Bruelle, A., Dictionnaire topographique de l’arrondissement de Cambrai, géologie, archéologie, histoire, Cambrai, 1862, p. 104.

25 Marlot (dom.), Histoire de la ville, cité et université de Reims, Reims, 1843-1846, t.4, p. 38-39.

26 Desportes, P., Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, 1979, p. 176-177.

27 A.D. Seine-Maritime, 68 HP 31, Couvent des Emmurées, n° 21, Lettre de fondatrion de saint Louis, août 1269.

28 Parisse, M., « Remarques sur les fondations monastiques à Metz au Moyen Âge », A.E., 1979, 81, p. 212.

29 A.D. Marne, 41 H 1, Cordeliers de Châlons, Indulgences et bulles pontificales, xiiie-xvie siècle.

30 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’église des Cordeliers de Provins (1284) », B.M., 1897, 72, p. 232-243.

31 A.D. Ardennes, ms. E 1784, Remarques des véritables antiquités de la ville de Mézières.

32 Milard, A., Histoire de Sézanne, Paris, 1992, p. 88.

33 Chapelot, O., « Quelques réflexions sur les chantiers de construction en France dans les deux derniers siècles du Moyen Âge », dans Les Bâtisseurs du Moyen Âge : organisation et mode de construction. La pierre, le bois, le métal, Dossiers d’Archéologie, déc. 1996 - janvier 1997, 219, p. 36. L’organisation et l’évolution du chantier médiéval sont traitées in extenso dans Kimpel, D., « Structures et évolution des chantiers médiévaux », dans Aceto, F., Andaloro, M., Cassanelli, R. et al. Chantiers médiévaux, Paris et Saint-Léger-en-Vauban, 1996, p. 11-51.

34 « Monemus item quod priores caveant fabricas notabiles et sumptuosas et superfluas. » Douais, C., Acta capitulorum provincialium ordinis fratrum praedicatorum (1239-1302), Toulouse, 1894, p. 42-43, « Chapitre provincial tenu au Puy, 1251 ».

35 Denifle, H., « Die Constitutionen des Prediger Ordens vom Jahre 1228 », op. cit., p. 225 : Item in quolibet conventu tres fratres de discrecioribus eligantur, sine quorum consilio edificia non fiant.

36 Ypma, E., « Le "Mare Magnum” ». Un code médiéval... », art. cité, p. 301, 21m capitulum.

37 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick de Saint-Joseph et Marie-Joseph du Sacré-Cœur, op. cit., p. 21.

38 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., XXXV, « De officio praefecti operum », p. 331 et 333.

39 Bonnenfant (chanoine), Histoire générale du diocèse d’Évreux, Paris, 1933, vol. 1, p. 57.

40 De Pue, J. P., Geschiedenis van het oud-dominikanenklooster te Brugge (1233-1769), Louvain, 1981, p. 44.

41 Milard, A., Histoire de Sézanne, op. cit., p. 88.

42 Longpré, P. E., « La chapelle de la Passion des Cordeliers de Troyes », A.F.H., 1934, 27, p. 326-328.

43 Roserot, A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale, Langres, 1945, p. 1634.

44 B.M. Verdun, Fonds iconographique, ER 232, Aubert, J., Abbaye de saincte Claire, 1699.

45 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, 1888, t.1, p. 290.

46 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 107-109.

47 Fortia d’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., chap. lxxxvii : « Quod Johanna comitissa ab Insulis artifices misit pro novo conventu construendo. »

48 Mortet, V., Deschamps, P., Recueil de textes relatifs à l’histoire et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, xie-xiiie siècle, Paris, 1995, (2e éd.), p. 237.

49 Boinet, A., Le vieux Metz. Histoire et description de ses monuments, Paris, 1923, p. 77.

50 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XVIII, Constitutiones Narbonenses, Rubr. III, p. 432 : « Toutefois pour la construction des édifices, ainsi que pour le reaménagement ou l’agrandissement des bâtiments, nous interdisons fermement la conclusion d’une dette ou d’un emprunt, à moins que le Ministre provincial considère ceci nécessaire. »

51 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta capitulis generalis Bunonie celebrati anno Domini MCCLII », p. 64.

52 A.D. Eure, H 1152, Cordeliers de Bernay, 1690-1729. Procès verbaux des visites du couvent des Cordeliers de Bernay par les ministres de l’ordre de la province de France. Actes capitulaires et états du couvent des Cordeliers dressés annuellement pour être communiqués aux chapitres généraux.

53 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 331.

54 Douais, C., Acta capitulorum provincialium..., op. cit., p. 425, « Chapitre provincial de Cahors, 1298 ».

55 L’affirmation des institutions municipales dans le domaine constructif découla principalement des conjonctures politiques et guerrières de la fin du Moyen Âge et par conséquent du besoin de bâtir un système défensif efficace. Voir Contamine, Ph., « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge », dans R. Hist., 1978, 260, p. 23-47.

56 « [...] maistre Jehan Denouet, et maistre Erars, et maistre Giles, demourant à Provins ». Voir Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’église des Cordeliers de Provins (1284) », art. cité, p. 240.

57 Ces comptes ont été publiés dans Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris au xiiie et xive siècles, Paris-Genève, 1877, réimpr. Paris, 1975, p. 359-365.

58 Id., ibid., p. 360-361 et 363.

59 Pour un aperçu global de l’organisation et de l’activité des métiers de construction valenciennois, voir Salamagne, A., « Les chantiers de construction », dans Nys, L., Salamagne, A. (dir.), Valenciennes au xive et xve siècles. Art et Histoire, Paris, 1996, p. 105-125.

60 Cosse-Durlin, J., « L’admission à la bourgeoisie de Valenciennes au xive siècle », dans Recueil d’études d’histoire hainuyère offertes à M. A. Arnould, Mons, 1983, 1, p. 605.

61 Gamma, F., Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France : Verdun, Paris, 1997, p. 56.

62 Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., respectivement, p. 289 et 274.

63 Gamma, F., Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France : Verdun, op. cit., p. 56.

64 Aimond, C., L’Église Saint-Antoine de Bar-le-Duc et l’ancien couvent des Augustins, Bar-le-Duc, 1961, p. 12.

65 Desportes, P., Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, op. cit., p. 176-177.

66 A.G.O.P. Rome, K 483, Fondation du couvent des frères Prescheurs de Reims en Champagne, de la Province de France.

67 Prentout, H., Caen et Bayeux, Paris, 1909, p. 32.

68 Pour une présentation succincte des fluctuations de la création architecturale caennaise à la fin du Moyen Âge, voir Désert, G. (dir.), Histoire de Caen, Toulouse, 1981, p. 111-112.

69 Babeau, A., Un bas-relief de l’ancien couvent des Cordeliers de Troyes, et le sculpteur Jubert, Troyes, 1887.

70 A.M. Troyes, B 53, Comptes de la ville de 1498.

71 Arnaud, A. E., Antiquités de la ville de Troyes et vues pittoresques de ses environs, Paris, 1822, p. 39-40.

72 Vandenpeerenboom, A., Les Frères mineurs franciscains, leur couvent et leur église à Ypres, Bruges, 1882, p. 32.

73 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 332.

74 Il importe de souligner qu’assez souvent la structure socio-économique même de l’artisanat local excluait ou décourageait l’intégration d’ouvriers étrangers. L’exemple de Bruges à partir du xive siècle est à cet égard révélateur. Outre l’hérédité de droit ou de fait de la maîtrise, des barrages fiscaux impressionnants soulignaient l’infériorité statutaire de l’artisanat étranger face aux maîtres, fils de maître et compagnons natifs du comté de Flandres. Voir Sosson, J.-P., « Structures associatives et réalités socio-économiques dans l’artisanat d’art et du bâtiment aux Pays-Bas (xive-xve siècle) », dans Barral I Altet, X. (dir.), Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, I, Les Hommes, (Rennes, 1983), Paris, 1986, p. 113-114.

75 Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris au xiiie et xive siècles, op. cit., p. 359-365.

76 Id., ibid., p. 363.

77 Id., ibid., p. 360 et 363.

78 Au sujet de la mise en place des tombeaux dans les couvents mendiants, voir supra, p. 34-36.

79 Les conclusions des fouilles sont présentées dans Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent dominicain de Valenciennes, op. cit.

80 Id., ibid., p. 110.

81 À titre indicatif, pour le couvent franciscain de Valenciennes, voir Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., 113-120.

82 Baron, F., Nys, L., « La sculpture valenciennoise aux xive et xve siècles », dans Nys, L., Salamagne, A. (dir.), Valenciennes au xive et xve siècles..., op. cit., p. 131.

83 Pour l’emplacement exact et une brève description de ces sépultures comtales voir Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 83-85.

84 Baron, F., Nys, L., « La sculpture valenciennoise aux xive et xve siècles », dans Nys, L., Salamagne, A. (dir.), Valenciennes au xive et xve siècles..., op. cit., p. 132. Pour un aperçu global de la production plastique tournaisienne à destination funéraire, voir Nys, L., La production lapidaire des tombiers tournaisiens aux xiiie, xive et xve siècles, Thèse de doctorat inédite, Université Catholique de Louvain, 1990.

85 Monuments funéraires xiiie-xviiie siècle : collection du musée d’Arras, Arras, 1993, p. 7.

86 Ibid.

87 Humberti de Romanis, Opéra de vita..., op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 331. Notons que les moines Cisterciens aussi travaillaient activement dans les chantiers monastiques dès le xiie siècle. Voir Pressouyre, L., Le Rêve cistercien, Paris, 1996, p. 93.

88 « De même que les charpentiers et les autres artisans emmènent avec eux les outils qu’ils ont pris à l’Ordre, quand ils se déplacent d’un couvent à l’autre. » Voir, Douais, C., Acta capitulorum provincialium..., op. cit., p. 33, « Chapitre provincial tenu à Marseille, 1248 ».

89 A.D. Nord, 127 H 8, Dominicains de Lille. Privilièges accordés par les souverains, 1327-1652.

90 Dancoisne (abbé), « Mémoire sur les établissements du clergé séculier et du clergé régulier qui ont existé à Douai avant la Révolution », dans Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts du Nord, 1867-1869, 10, p. 441-442.

91 Rohault de Fleury, Gallia Dominicana. Les Couvents de saint Dominique au Moyen Âge, Paris, 1903, s.p., Coutances (Sainte-Élisabeth-de-Hongrie).

92 Id., ibid, Lisieux (Notre-Dame-de-Pré).

93 Voir Clouet, A., Histoire de Verdun et du pays verdunnois, op. cit, t. 1, p. 496. Par ailleurs, au milieu du xviie siècle, la remise en état des édifices fut jugée indispensable par les supérieurs de l’ordre ; voir Robinet, Gillant (abbés), Pouillé du diocèse de Verdun, op. cit., t. 1, p. 278.

94 Ce procédé, évitant aux religieux d’engager des transporteurs professionnels, était de toute évidence adopté par les Célestins de Sens au xve siècle. Voir Cailleaux, D., « Les comptes de construction des Célestins de Sens, 1477-1482 : édition et commentaire », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 142.

95 Étant donnée la fréquente exiguité de l’arrière-plan financier des constructions le réemploi de certains matériaux était officiellement conseillé : « De même nous voulons et mandons que le chantier de l’église de Pampelune soit commencé sur les vestiges de l’ancienne église et que ni les arcades ni les murs de celle-ci soient détruits ». Douais, C., Acta capitulorum provincialium..., op. cit., p. 608, « Chapitre provincial tenu à Pampelune, 1242 ».

96 Il s’agit notamment des aquarelles de l'Album de Croÿ et des plans en relief de certaines villes.

97 Saint Francois plus particulièrement prescrivait uniquement le bois et la boue pour les constructions conventuelles : « Saint François stipula que les les églises des frères soient petites et que leurs demeures soient construites uniquement en bois et en pisé en signe de pauvreté et d’humilité. » Sabatier, P. (éd.), Spéculum perfectionis..., op. cit., chap. xi, p. 26.

98 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., Opusculum XIII, Determinationes Quaestionum, Pars I, Quaestio VI, Cur Fratres habeant magnas et latas domos et oratoria sumtuosa et areas latas, p. 341.

99 Recht, R., « Sur quelques aspects de la construction médiévale », dans Les Bâtisseurs du Moyen Âge..., op. cit., p. 26.

100 Froidevaux, Y.-M., Techniques d’architecture ancienne. Construction et restauration, Liège, 1993 (3e éd.), p. 9.

101 Musset, L., « La pierre de Caen : extraction et commerce, xie-xve siècle », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 220.

102 Musset, L., « L’église et le couvent des Carmes de Caenet l’inscription obituaire de Jean d’Estouteville », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 1948-1951, 51, p. 181-182.

103 Cette période couvre cinq siècles depuis le xie jusqu’au xve, voire le xvie siècle. À l’usage local intensif s’ajoutaient des considérables exportations par voie maritime. Voir Musset, L., « La pierre de Caen : extraction et commerce, xie-xve siècle », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 225.

104 Beaussart, Ph., Hardy, A., « Peintures et sculptures gothiques du couvent des dames de Beaumont à Valenciennes », R.N., 1980, 247, p. 907-913.

105 Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainaut-Cambrésis, Douaisis et Tournaisis) au Moyen Âge », dans Lorenz, J. (dir.), Carrières et constructions en France et dans les pays limitrophes, III, Amiens, 1994, Paris, 1996, p. 88.

106 La pierre bleue-noire tournaisienne était largement utilisée pour les fondations et les soubassements des édifices. Ses carrières s’étendaient sur six kilomètres au Sud-Est de Tournai et constituaient le centre d’exploitation par excellence des Pays-Bas, étant donné que la commercialisation du matériau d’extraction s’effectuait sur une zone très étendue. En ce qui concerne l’approvisionnement des chantiers valenciennois, le transport de la pierre bleue s’effectuait par la voie navigable de l’Escaut. Voir Nys, L., La Pierre de Tournai. Son exploitation et son usage aux xiiie, xive et xve siècles, Tournai et Louvain-la-Neuve, 1993, p. 52. Voir aussi Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainaut-Cambrésis, Douaisis et Tournaisis) au Moyen Âge », dans Lorenz, J. (dir.), Carrières et constructions.... III, op. cit., p. 89 et 92.

107 Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent des Dominicains de Valenciennes, op. cit., p. 51.

108 Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainaut-Cambrésis, Douaisis et Tournaisis) au Moyen Âge », dans Lorenz, J. (dir.), Carrières et constructions..., III, op. cit., p. 88.

109 Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent des Dominicains de Valenciennes, op. cit., p. 110.

110 Salamagne, A., « Production et commercialisation de la pierre dans les Pays-Bas méridionaux (Hainaut-Cambrésis, Douaisis et Tournaisis) au Moyen Âge », dans Lorenz, J. (dir.), Carrières et constructions..., III, op. cit., Amiens, 1994, Paris, 1996, p. 94.

111 A.C. Sarrebourg, 2M1(1), boîte 1946-1977, Démolition de la caserne Richepanche. Restauration de la chapelle des Cordeliers.

112 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’église des Cordeliers de Provins (1284) », art. cité, p. 240.

113 L’Archéologie à Beauvais ou mémoire d’une ville, Beauvais, 1994, p. 50.

114 Lardin, Ph., « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », dans Les Bâtisseurs du Moyen Âge..., op. cit., p. 119.

115 A.N., L 927, Carmes de la place Maubert. Objets généraux, bulles, Lettres patentes. 1256-1772. Pièce n° 43, Contrat d’acquisition par Jacques Marcelli bourgeois de Paris de la maison, couvent et jardin des Carmes sur le bord de la Seine.

116 A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux. Dominicains de Langres, 1807.

117 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle.

118 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 24, Estimation des matériaux du couvent des Pauvres Clarisses, 1791.

119 Ibid.

120 L’Archéologie à Beauvais ou mémoire d’une ville, op. cit., p. 52.

121 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 36.

122 Peirs G., « En Europe du Nord », dans Le Patrimoine en briques, M.H., janvier-février 1993, n° 185, p. 14.

123 Arnaud, A. F., Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l’Aube et dans l’ancien diocèse de Troyes, op. cit., p. 234.

124 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 55 3/7, Estimation de la maison des Carmes rue St.-Jean de Roanville.

125 La brique foraine, proche de la romaine, mesurait vingt-cinq centimètres vingt-trois, pour une faible épaisseur de six centimètres. Voir Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 36.

126 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle.

127 Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens et les fouilles qui suivirent sa démolition, Amiens, 1891, p. 6.

128 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 57, Administrations et liquidation des créances, 1790. Travaux de charpentiers.

129 Plouvier, M. (dir.), Laon, belle île en terre, Amiens, 1996, p. 199.

130 L’absence de contreforts sur le pourtour de l’église (telle qu’elle figure sur la vue de Vernon par Chatillon en 1648) suppose un couvrement en charpente au-dessus de la nef et du chœur.

131 A.D. Oise, 1 Q 2 1602, Dominicains, Déclaration des revenus, inventaire du mobilier, titres et papiers, estimation de la maison et vente des meubles, 1790-1791.

132 Une charpente coiffait la totalité de l’édifice ecclésial à la suite des réparations de la fin du xvie siècle. Voir Rohault de Fleury, G., Gallia dominicana. Les Couvents de saint Dominique au Moyen Âge, op. cit., Coutances (Ste-Élisabeth-de-Hongrie). Cependant un couvrement analogue est probable pour les siècles précédents.

133 D’après un compte-rendu des dépenses du couvent au xviiie siècle, la nef comme le chœur étaient couverts en charpente. Voir Chapotin, M.-D., Étude historique sur la province dominicaine de France : le couvent royal de Saint-Louis d’Évreux, op. cit., p. 98. Un couvrement identique était vraisemblablement en vigueur dès le Moyen Âge.

134 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France. Le siècle des fondations, op. cit., p. 734.

135 La répartition des contreforts (d’après la représentation du couvent dans A.D. Marne, Fonds iconographique, 10047-2, Plan de la ville de Châlons-sur-Marne en 1755) permet de supposer un voûtement pour le chœur et une couverture en charpente pour la nef et le collatéral.

136 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

137 Le Boucq, S., Histoire ecclésiastique de la ville et du comté de Valenciennes, op. cit., p. 97.

138 A.D. Nord, 132 H, Couvent de Beaumont, 58, Bâtiments et mobilier.

139 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 58, Administration et liquidation des créances, 1790. Menuiserie.

140 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

141 Kalas, E., « Ancien couvent des Cordeliers », dans Bulletin de la Société des Amis du Vieux Reims, 1914, p. 68.

142 Bouteiller, E. (de), « Notice sur les monastères de l’ordre de saint François à Metz », dans Mémoires de l’Académie impériale de Metz, 1869, 50, p. 253.

143 Le Port, M., « La charpente du xie au xve siècle. Aperçu du savoir du charpentier », dans Barral., L, Altet, X. (dir.), Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, II, Commandes et travail (Rennes, 1983), Paris, 1987, p. 371.

144 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

145 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 124.

146 Citons les cas des planchers entre les étages au cloître des Franciscains de Compiègne (A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 58, Administrations et liquidations des créances, 1790, Menuiserie) et la séparation des étages au moyen de planchers dans les dépendances des Dominicains audomaroises (A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 36, Estimation des édifices des Dominicaines de Saint-Omer).

147 Coët, E., Histoire de la ville de Roye, Paris, 1880, t.2, p. 261.

148 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 2, 29 novembre 1790. Procès verbal de l’apposition de scellés aux Jacobins.

149 Dubosc, E., Petite méthode de construction. Logique du chantier. Logique de mise en œuvre, Paris, 1997, p. 66.

150 Rohault de Fleury, G., Galia Dominicana. Les Couvents de saint Dominique au Moyen Âge, op. cit., Beauvais (Sainte-Ursule).

151 A.D. Oise, 1 Q 2 1604, n° 63, 11 novembre 1790, Estimation de l’église, bâtiments, cours et jardins.

152 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’église des Cordeliers de Provins (1284) », art. cité, p. 241.

153 Benoît, P., « Métal et construction en France au Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment.... op. cit., p. 359.

154 « Et leur doit l’an livrer sur le leu [...] plon de fer pour la massonnerie. ».

155 Benoît, P., « Métal et construction en France au Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 340.

156 Voir A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle. L’installation des barres de protection dès la fondation du couvent est certaine étant donné que la mise en place des grilles de fenêtres est attestée dès la fin du xiie siècle. Voir Stroobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 281.

157 Voir A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807. L’approvisionement de la construction en fer était sans doute facilité par le grand essor de la métallurgie haut-marnaise au Moyen Âge. Sur ce point voir Alvès, G., André, L. (et al), La Métallurgie de la Haute-Marne du Moyen Âge au xxe siècle, Paris, 1997, p. 20-24.

158 Citons, à titre d’exemple, les vitraux des églises des Dominicains d’Évreux et de Rouen ainsi que celle des Franciscains de Sées et d’Amiens.

159 Les balustrades et les rampes d’escalier se sont très rarement conservées. En Flandre méridionale, une balustrade du xive subsiste actuellement à l’entrepôt de blé sur le quai aux Herbes de Gand. Voir Stroobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 281.

160 A.D. Meuse, Q 816, Inventaire des Pères Cordeliers de Ligny du 2 avril 1790.

161 Voir Stroobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), op. cit., p. 279.

162 C’était le cas dans les couvents des Dominicains de Reims et de Verdun. Voir, respectivement, A. D Marne, 61 H 4, Dominicains de Reims, n° 1, 2, 3. Bâtiments et mobilier : mémoire de serrurier et de couvreur, 1780-1791 et A.D. Meuse, 21 H 1, Dominicains, couvent de Verdun, n° 12-25, Mémoires concernant les réparations des bâtiments conventuels, 1688-1736.

163 Pour la présence d’une serrure permettant l’isolement du dortoir des Augustins parisiens, voir Ypma, E., « Les statuts pour le couvent des Augustins de Paris promulgués au xve siècle », A., 1983, 33, p. 298-299.

164 C’était le cas dans le couvent des Dominicains verdunnois. Voir A.D. Meuse, 21 H 1, Dominicains, couvent de Verdun, n° 12-25, Mémoires concernant les réparations des bâtiments conventuels, 1688-1736.

165 C’était le cas dans le couvent des Augustins de Paris. Voir Ypma, E., « Le “Mare Magnum”. Un code médiéval du couvent augustinien de Paris », A., 1956, 6, p. 296.

166 Les trois entrées du couvent dominicain remois fermaient par des portes munies de serrures. Voir A. D Marne, 61 H 4, Dominicains de Reims, n° 1, 2, 3. Bâtiments et mobilier : mémoire de serrurier et de couvreur, 1780-1791.

167 Voir Stoobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 287.

168 A.D. Meurthe-et-Moselle, H 2645, Dominicaines de Nancy. Travaux effectués dans les bâtiments au xviiie siècle.

169 À titre indicatif, notons que les travaux effectués entre 1477 et 1482 au couvent des Célestins de Sens nécessitèrent plus de quatre-vingts mille clous ; nous supposons un chiffre analogue pour la majorité des couvents mendiants qui font l’objet de notre enquête. Pour le couvent des Célestins, voir Cailleaux, D., « Les comptes de construction des Célestins de Sens, 1477-1482 : édition et commentaire », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 117-156.

170 Voir Benoît, P., « Le plomb dans le bâtiment en France à la fin du Moyen Âge : l’apport des comptes de construction et de réparation », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 341.

171 A.D. Eure, H 1152, Cordeliers de Bernay, 1690-1729. Procès verbaux des visites du couvent des Cordeliers de bernay par les ministres de l’ordre de la province de France. Actes capitulaires et états du couvent des Cordeliers dressés annuellement pour être communiqués aux chapitres généraux.

172 Au xive et au xve siècle, à Paris, dans le Châtillonnais et en Flandre, les salaires de ces artisans étaient égaux à ceux des maçons, des couvreurs et des charpentiers. Voir Benoît, P., « Le plomb dans le bâtiment en France à la fin du Moyen Âge : l’apport des comptes de construction et de réparation », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 344.

173 A.D. Seine-Maritime, 36 HP 37, Cordeliers de Rouen. Conctruction de fontaines dans le couvent des Cordeliers (xiiie-xve-xviiie siècle).

174 Ibid.

175 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 79.

176 Béziers, M., Histoire sommaire de la ville de Bayeux, Caen, 1773, p. 142.

177 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 78 et Stroobants, A., « Le fer forgé dans l’architecture à Gand, Bruges et Anvers à la fin du Moyen Âge », dans Chapelot, O., Benoît, P. (dir.), Pierre et métal dans le bâtiment..., op. cit., p. 280.

178 Id., ibid.

179 Parmi les régions du nord et nord-est de la France riches en ardoises citons les Ardennes, l’Ille-et-Vilaine, la Meurthe-et-Moselle. Voir Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 64.

180 L’archéologie de Beauvais ou mémoires d’une ville, op. cit., p. 47.

181 A.D. Marne, 60 H 18, Carmes de Reims, n° 87, Traité entre les Carmes de Reims et l’architecte François Lefebvre au sujet des matériaux de démolition et d’abandon d’une portion du terrain.

182 D’après une gravure post-médiévale représentant le couvent, publiée dans Coêt, E., Histoire de la ville de Roye, op. cit., s.n.

183 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 24, Estimation des matériaux du couvent des Pauvres Clarisses, 1791.

184 Duvosquel, J. M. (dir.), Albums de Croÿ, Bruxelles-Lille, 1986, t. 14, Couvent des Dames de Beaumont.

185 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 74.

186 Citons, à titre d’exemple, les églises dominicaine et franciscaine de Compiègne, le noviciat et le bâtiment des tourettes du couvent des Dominicaines lilloises, le cloître, le bâtiment des sœurs converses et les dépendances du couvent des Clarisses de Saint-Omer, les dépendances des Dominicains de la même ville.

187 D’après une gravure post-médiévale du couvent, publiée dans Barbat, L., Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments depuis son origine jusqu’en 1855, Châlons-sur-Marne, 1864, (2e éd.), réimpr. Roanne, 1979.

188 Voir A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.

189 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 71.

190 Id., ibid., p. 74. Quant aux tuiles écailles, employées abondamment en Alsace et en Lorraine, nous supposons qu’elles n’étaient pas souvent mises en œuvre dans les ensembles mendiants. En effet, ce type de tuiles était surtout conçu pour des toitures circulaires, coniques et bulbeuses ; mais ces modes de couvrement n’apparaissent que rarement dans l’architecture mendiante. Pour les tuiles en écailles voir id., ibid., p. 75.

191 Ce type de tuiles apparut en France vers le xiiie siècle, en même temps que le vernis plombifère, qui, incolore, faisait ressortir la couleur du fond et garantissait une protection après cuisson. Voir id., ibid., p. 75.

192 Ce couvrement a été représenté au xixe siècle par A. Gaussin, Les Cordeliers vus du cloître, B.M. Troyes, n° inv.0.266.

193 Citons les exemples de l’Hôtel de Vogué et de Sainte-Bégnine à Dijon, ainsi que l’Hôtel-Dieu de Beaune. Pour ce dernier édifice il importe de souligner que si l’utilisation de tuiles vernissées est certaine dès le Moyen Âge, la date d’introduction de tuiles polychromes (actuellement restituées) demeure incertaine. Voir à ce sujet, Jugie, P., « L’Hôtel-Dieu de Beaune », C.A.F., Côte d’Or, Dijon, la Côte et le Val-de-Saône (1994), 1998, p. 206.

194 Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 75-76.

195 Les crêtes en terre cuite se composaient de plusieurs morceaux assemblés sur la faîtière elle-même. Les éléments rapportés était fixés par des goujons de fer. Voir Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 78.

196 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », dans Barral, I., Altet, X. (dir.), Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, III, Fabrication et consommation de l’œuvre (Rennes, 1983), Paris, 1990, p. 120.

197 Norton, Ch., Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1992, p. 59.

198 Id., ibid. Pour un aperçu global de la production champenoise voir Calvet, M. F., Chevrier, B., Maillard, H., Les Tuileries en Champagne méridionale au bas Moyen Âge, Mémoire de maîtrise. Université Paris I, 1974.

199 Chapelot, O., « La tuilerie de Montcenis », Milieux, 1980, n° 3-4, p. 29-39, et Pinette, M., Les Carreaux de pavage dans la Bourgogne médiévale, Autun, 1981.

200 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », dans Barral, I., Altet, X. (dir.), Artistes, artisans..., III, Fabrication et consommation de l’œuvre, op. cit., p. 105 et 107.

201 Voir Norton, Ch., « The medieval paving tiles of Winchester College », dans Proceedings of the Hampshire field Club and Archaeological Society, 1974, n° 31, p. 30.

202 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », dans Barral, I., Altet, X. (dir.), Artistes, artisans..., III, Fabrication et consommation de l’œuvre, op. cit., 1990, p. 102-103.

203 Voir Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris aux xiiie et xive siècles, op. cit., p. 359-361.

204 Les carreaux à décor incisé à la main à l’aide d’une pointe étaient surtout caractéristiques des abbayes cisterciennes à la fin du xiie et au début du xiiie siècle. Voir Norton, Ch., Carreaux de pavement..., op. cit., p. 35.

205 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », dans Barral, I., Altet, X. (dir.), Artistes, artisans..., III, Fabrication et consommation de l’œuvre, op. cit., p. 113.

206 Voir Arnaud, A. F., Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l’Aube et dans l’ancien diocèse de Troyes, Troyes, 137, p. 106, 108.

207 La grande tradition ainsi que la maîtrise des matières premières et des techniques permirent aux fabricants troyens du xvie siècle de produire des carreaux de dimensions supérieures à deux cents millimètres. Ceux-ci nécessitaient une fabrication attentive en raison des problèmes techniques qu’ils présentaient lors du séchage et de la cuisson. Voir Norton, Ch., Carreaux de pavement..., op. cit., 1992, p. 71.

208 Le Clert, L., Musée de Troyes. Carrelages vernissés, incrustés, historiés et faïencés. Catalogue, Troyes, 1892, p. 28.

209 A.D. Marne, 60 H 18, Carmes de Reims, n° 87, Traité entre les Carmes de Reims et l’architecte François Lefebvre au sujet des matériaux de démolition et d’abandon d’une portion du terrain.

210 A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.

211 A.D. Oise, 1 Q 2 1590, Couvent des Cordeliers de Compiègne. Estimation des immeubles. Inventaire des meubles et effets. Apposition et levée des scellés. 1790.

212 La production de la région est illustrée surtout par le pavement de la salle du trésor de l’ancienne cathédrale Notre-Dame de Saint-Omer. Voir Norton, Ch., Carreaux de pavement..., op. cit., 1992, p. 60.

213 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 24, Estimation des matériaux du couvent des Pauvres Clarisses.

214 A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 36, Estimation des édifices des Dominicaines de Saint-Omer.

215 Il s’agissait de carreaux vernissés ornés de motifs géométriques, végétaux ou d’animaux héraldiques. Voir Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens et les fouilles qui suivirent sa démolition, op. cit., 40-41.

216 Norton, Ch., « The production and distribution of medieval floor tiles in France and in England », dans Barral, I., Altet, X. (dir.) Artistes, artisans..., III, Fabrication et consommation de l’œuvre, op. cit., 1990, p. 113.

217 Beaussart, Ph., « L’archéologie des lieux de culte à Valenciennes », dans L’Archéologie en Hainaut, Cambrésis, Avesnois, Valenciennes, 1981, p. 41.

218 Beaussart, Ph., « Les pavements », dans Richesses des anciennes églises de Valenciennes, Valenciennes, 1988, p. 82.

219 Voir Beaussart, Ph., Patrimoine archéologique du Valenciennois, Valenciennes, 1987, p. 131.

220 Citons à titre d’exemple les églises franciscaines d’Amiens, de Vernon et de Sées et les églises des Dominicains de Caen, d’Évreux et de Rouen.

221 Lionnois, J. J., Histoire des villes vieilles et neuves de Nancy, Nancy, 1805, p. 269.

222 «…il incombe à lui de refléchir et de prévoir au sujet des matériaux nécessaires, et de les apporter au couvent, comme par exemple le bois, les pierres, les tuiles, le sable, la chaux et les matériaux similaires », Humberti de Romanis, Opera de vita.... op. cit., xxxv, « De officio praefecti operum », p. 331.

223 Voir Fagniez, G., Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris aux xiiie et xive siècles, op. cit., p. 359-362.

224 « 140 pièces de marrien [...] délivré aux Augustins de Bar, pour finir II chaufours fais pour leur ecclise ». Voir Aimond, C., L’Église Saint-Antoine de Bar-le-Duc et l’ancien couvent des Augustins, op. cit., p. 11.

225 Information contenue dans le procès verbal de vente des domaines nationaux. Voir A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.

226 Ce bâtiment fut découvert lors des fouilles opérées dans le site du couvent en 1992. Voir L’Archéologie de Beauvais ou mémoire d’une ville, op. cit., p. 51.

227 C’était le cas de l’église des Dominicains de Reims.

228 Voir A.D Oise, 1 Q 2 1590, Couvent des Cordeliers de Compiègne. Estimation des immeubles. Inventaire des meubles et effets. Apposition et levée des scellés. 1790.

229 Voir Froideveaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 34.

230 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’église des Cordeliers de Provins », art. cité, p. 238.

231 B.N. ms. n.a.fr. 11133, f° 25-26. Rôle du receveur d’Évreux.

232 La Ville de Noyon, Amiens, 1987, p. 183.

233 Par ce terme sont désignées les constructions où un parti esthétique est recherché dans la mise en œuvre de ces deux matériaux. Voir Sartre, J., « Origines de l’architecture “brique et pierre” », dans Le Patrimoine en briques, op. cit., p. 74.

234 Id., ibid., 75-76.

235 Voir Delacroix-Vandalle, C., Laget, P.-L. (et al), Flandre, entre Yser et canal de Furnes. Nord et Flandre occidentale, Paris, 1995, p. 82-83.

236 Dossier Guillaume du Cercle archéologique de Valenciennes.

237 La « fondation sur piles » (terme adopté par J.-M. Pérouse de Montclos, Principes d’analyse scientifique. Architecture, Méthode et Vocabulaire, Paris, 1972, t. 1, p. 66) ou « fondation sur arcades » (voir A. Salamagne, « La fondation sur arcades dans les anciens Pays-Bas », R.N., 1996, n° 318, p. 177-192) était mise en œuvre pour les enceintes urbaines des villes suivantes : Ath, Braine-le-Comte, Bruxelles, Enghien, Binche, Gand, Louvain, Mons, Soignies, Calais, Cambrai, Douai, Lille, Quesnoy.

238 Fortia d’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, op. cit., t. XIV, chap. lxxxvii.

239 Voir Delacroix-Vandalle, C., Laget, P.-L. (et al), Flandre, entre Yser et canal de Furnes. Nord et Flandre occidentale, op. cit., p. 40-41.

240 M.P., A.M.H., Nord, Valenciennes, St.-Géry, n° 1893.

241 Benoît, A., « Les Cordeliers de Sarrebourg », Journal de la Société d’Archéologie et du Comité du Musée lorrain, 1862, 11, p. 133.

242 Carnandet, J., Notes et documents pour servir à l’histoire de Châteauvillain s.l.n.d., p. 119.

243 Benoît, M., « Le couvent des Dames Prêcheresses à Metz », dans Mémoires de l’Académie de Metz, 1897-1898, p. 45.

244 L’emploi également d’un unique support central au chapitre des Célestins de Metz indique que ce choix constructif n’était pas démuni d’un caractère emblématique.

245 Des supports en pierre soutenaient la charpente du vaisseau principal et des collatéraux de l’église franciscaine de Valenciennes. C’était sans doute le cas de l’église dominicaine de la même ville, entièrement couverte de charpente, à l’exception du chœur ; (voir la reconstitution de l’intérieur de l’église dominicaine dans Maliet, V., Histoire et archéologie du couvent des Dominicains de Valenciennes, op. cit., p. 54).

246 M.P., A.M.H., n° 2189bis. Paris. Les Cordeliers. Ancien réfectoire. Aménagement. Y. Boiret, architecte en chef des Monuments Historiques, 1979.

247 Nous nous référons à la période située entre le xiiie siècle et le xvie siècle. Outre la coïncidence avec la fourchette chronologique de notre étude, le choix du terminus ante quem est également justifié par la modification profonde de la charpente à partir du xvie siècle. Voir Froideveaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 99.

248 Pour les caractéristiques de la charpente entre le xiie et le xvie siècle, voir Id., ibid., p. 96-97.

249 Beaumont-Maillet, L., Le Grand Couvent des Cordeliers de Paris. Étude historique et archéologique du xiiie siècle à nos jours, Paris, 1975, p. 355-356.

250 Id., ibid.

251 Kalas, E., « Ancien couvent des Cordeliers », art. cité, p. 68.

252 La structure de la charpente du couvent franciscain remois suivait le schéma courant des charpentes voûtées médiévales, où un réseau secondaire composé de jambes de force, de chevrons, d’aisseliers et de portions d’entraits retroussés solidarisait la structure triangulaire de la ferme aux arcs du voûtement. Voir Raynaud, M.-P., « La voûte en charpente : un exemple dans le Finistère », dans Barral, I., Altet, X. (dir.), Artistes et artisans..., II. Commande et Travail, op. cit., p. 393.

253 Les sculpteurs opérant sur les charpentes travaillaient en collaboration étroite avec les charpentiers. « En effet ceux-ci devaient, au taillage, faire des « réserves » dans l’équarissage des bois, renflements de la taille nécessaire [...] Les sculpteurs, présents au début du chantier afin de préciser au charpentier l’ampleur et la forme des réserves à faire, agissaient sur les échafaudages après le levage ». Id., ibid., p. 392.

254 Guyencourt, M. R. (de), Mémoire sur l’ancienne église des Cordeliers d’Amiens et les fouilles qui suivirent sa démolition, op. cit., p. 6.

255 Terme plus proche de la structure réelle de l’ouvrage que « charpentes lambrissées ». Voir Le Port, M., « La charpente du xie au xve siècle. Aperçu du savoir du charpentier », dans Barral, I., Altet, X. (dir.). Artistes et artisans..., II. Commande et travail, op. cit., 1987, p. 371-372.

256 Cochet (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, 1872, p. 379.

257 A.D. Oise, 1 Q 2 1602, Dominicains. Déclaration des revenus, inventaire du mobilier, titres et papiers, estimation de la maison et vente des meubles, 1790-1791.

258 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 57, Administrations et liquidation des créances, 1790. Travaux de charpentiers.

259 Cochet (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, op. cit., 380.

260 Mortet, V., Bellanger, J., « Un très ancien devis français. Marché pour la reconstruction de l’église des Cordeliers de Provins », art. cité, p. 240.

261 C’était le cas dans le couvent franciscain de Châteauvillain. Voir Carnandet, J., Notes et documents pour servir à l’histoire de Châteauvillain, op. cit., p. 120.

262 Citons l’exemple du couvent franciscain de Compiègne. Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 39, Administrations et liquidation des créances, 1790, Charpenterie.

263 Nous pouvons renvoyer ici à l’exemple de la salle des assemblées bourgeoises du couvent franciscain de Reims (fig. 19).

264 Ce dispositif évitait les encastrements profonds dans les murs, pouvant compromettre la bonne conservation du bois. Tous les renseignements sur la structure des planchers et plafonds médiévaux proviennent de Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 119-120.

265 Les solives, simplement placées sur les poutres, étaient maintenues par des petites entretoises en forme de clefs, fixées aux poutres par des chevilles. Voir Id., ibid.

266 A.D. Haute-Marne, 1 Q 32, Ventes de domaines nationaux, Dominicains de Langres, 1807.

267 A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 58, Administrations et liquidation des créances, 1790, Menuiserie.

268 L’Archéologie de Beauvais ou mémoire d’une ville, op. cit., p. 51.

269 Il s’agissait de trois édifices indépendants comportant deux étages séparés par des planchers. Voir A.D. Pas-de-Calais, 1 Q 1823, n° 36, Estimation des édifices des Dominicaines de Saint-Omer.

270 Voir A.D. Oise, 1 Q 2 1591, n° 39, Administrations et liquidation des créances, 1790, Charpenterie.

271 Du fait de la surface rugueuse et de l’épaisseur inégale des ardoises, la pluie ou la neige remontaient souvent par capillarité entre les éléments. Ce risque imposait le scellement des pièces entre elles. Cette méthode était courante sur les côtes de la Manche en Bretagne et dans le Cotentin. L’absence d’informations ne permet pas d’émettre d’hypothèses sur l’application de cette technique dans la région qu’occupe notre recherche. Pour les principes de couvrement en ardoises, voir Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 63-64.

272 Id., ibid., p. 68.

273 Id., ibid., p. 66.

274 Pour des plus amples informations sur la mise en œuvre des tuiles, voir Froidevaux, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne..., op. cit., p. 70-76.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search