Version classiqueVersion mobile

Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge

 | 
Panayota Volti

Chapitre premier. Les conditions spirituelles et sociales de l’établissement matériel

Texte intégral

1L’installation des frères mendiants dans des couvents destinés à abriter les multiples activités de chaque communauté était régie par des facteurs inhérents à la fois à la réglementation et au caractère spécifique de chaque ordre, et au contexte socio-religieux de l’endroit d’accueil. Ainsi, les textes législatifs, complétés par des écrits sur la spiritualité mendiante, se conjuguaient, dans la pratique architecturale, aux besoins concrets des offices liturgiques, de la prédication, de l’accueil des sépultures, et des tâches et occupations quotidiennes des frères. De plus, l’insertion des couvents dans un milieu urbain ordonné par ses propres lois et mœurs exigeait des prévisions matérielles spécifiques permettant le déroulement efficace de la prédication et de l’apostolat. Elle soumettait par ailleurs la communauté aux avantages ou aux aléas des rapports avec le pouvoir local civil et ecclésiastique. Mais ces paramètres d’établissement n’étaient pas envisagés dans leur totalité pour les branches féminines des ordres, étant donné que ces dernières vivaient en clôture absolue sans se livrer à l’exercice apostolique.

2Dans ce chapitre, nous ferons appel à des exemples tirés des divers territoires mendiants afin de mettre en exergue le caractère universel des conditions d’établissement et des affinités dans l’organisation des couvents. Évidemment, les couvents de la région sur laquelle porte notre étude serviront préférentiellement d’illustration à nos constatations.

Les textes fondamentaux

Réglementation

3Les textes constitutifs de la vie conventuelle abordèrent à plusieurs reprises le sujet de l’organisation et du fonctionnement des édifices, et, de manière généralement indirecte, traitèrent du mode d’insertion des couvents dans l’environnement urbain. Parallèlement à cela, certaines bulles ou décisions papales contribuèrent à la concrétisation des impératifs édilitaires mendiants.

  • 1 Koudelka, V., « Monumenta diplomatica sancti Dominici », M.O.P.H, 1966, 25, p. 71.
  • 2 Vicaire, M.-H., Histoire de saint Dominique, Paris, 1957, p. 249.

4Avant d’examiner, dans les différents textes légiférants de chaque ordre, les parties consacrées à l’établissement conventuel, il importe de signaler que l’ensemble des législations mendiantes portait les traces d’une nette influence dominicaine. En effet, l’ordre des Prêcheurs fut le premier à être doté, en 1216, des statuts de vie régulière, approuvés en décembre de la même année par le pape Honorius III, avec la bulle Religiosam vitam1. Cette consécration fut probablement à l’origine de l’ascendant des constitutions dominicaines sur celles des trois autres ordres mendiants2.

  • 3 Gratien, P., Histoire de la fondation et de l’évolution de l’ordre des Frères mineurs au xiiie sièc (...)
  • 4 Zimmerman, B.-M., Les saints déserts des Carmes déchaussés, Paris, 1927, p. 9-10. En effet, vers 12 (...)
  • 5 ID, Ibid., p. 251-252.

5L’harmonisation législative entre Mineurs et Prêcheurs fut progressivement établie entre 1220 et 12393. Par ailleurs, dès le milieu du xiiie siècle, les textes législatifs des Carmes étaient profondément inspirés de la règle dominicaine4. Quant aux constitutions des ermites de Saint-Augustin, successivement ratifiées par les chapitres de 1284, de 1287 et notamment par le chapitre de Ratisbonne de 1290, elles témoignaient aussi d’une concordance législative avec les constitutions des Prêcheurs5.

  • 6 « Liber Constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », A.S.O.F.P, 1897, 3, p. 337-348.
  • 7 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome et supplementum quattuor voluminum priorum, Claras Aquas, 1 (...)

6Les règles des Dominicaines6 et des Pauvres Clarisses7 furent calquées respectivement sur les prescriptions de la vie régulière des Prêcheurs et des Mineurs, avec bien évidemment l’introduction de clauses spécifiques garantissant la stricte clôture des sœurs.

Les Dominicains

  • 8 « Acta Canonizationis S Dominici, II, Testimonium Fratris Stefani », M.O.P.H., 1935, 16, p. 156-157 (...)

7L’attachement légendaire du fondateur de l’ordre à la pauvreté et à son application aux édifices conventuels8 fut scrupuleusement respecté dans les constitutions dominicaines, décrétées par les chapitres généraux ou provinciaux.

  • 9 Denifle, H., « Die Constitutionen des Prediger Ordens vom Jahre 1228 », A.L.K.M., 1885, 1, p. 225. (...)

8Le premier chapitre généralissime de 1228 fixa les hauteurs maximales des différentes parties du couvent, ainsi que leur mode de couvrement : « Que nos frères aient des demeures médiocres et humbles, de manière que le mur des bâtiments conventuels ne dépasse en hauteur 12 pieds sous la galerie ouverte (du premier étage) et 20 pieds avec cette galerie et que l’église, pouvant atteindre 30 pieds, ne soit pas voûtée à l’exception peut-être au-dessus du chœur et de la sacristie9. »

  • 10 Hodel, P.-B., « Les Constitutions primitives, un état des lieux », M.D., 1999, 13, p. 39.
  • 11 « Jordanus de Saxonia, Libellus de Principiis Ordinis Praedicatorum », M.O.P.H., 1935, 16, p. 84.

9L’évolution de l’ordre impliquait une certaine flexibilité et adaptabilité des impératifs de construction aux nouveaux besoins des communautés. Même saint Dominique s’était rendu à cette évidence. Il désirait organiser ses frères en un ordre religieux de prédicateurs à part entière et à vocation universelle, qui ne seraient ni chanoines réguliers liés à une église déterminée, ni moines10. Il évalua assez tôt le besoin de leur fournir une demeure apte à répondre à l’accroissement des effectifs et, par extension, à la densification des activités de la communauté : « À Bologne, le nombre croissant des frères rendit nécessaire l’agrandissement des bâtiments conventuels et de l’église », précise explicitement Jourdain de Saxe11.

  • 12 « Acta Capitulis Generalis Bononiae Celebrati Anno Domini MCCXL », ibid., 1898, 3, p. 17.
  • 13 « Acta Capitulis Generalis Barchinonam Celebrati Anno Domini MCCLII », ibid., p. 108.

10À partir de la troisième décennie du xiiie siècle, l’attention des législateurs se porta davantage sur l’aménagement des espaces intérieurs. L’objectif était de prévenir ou de fustiger tout excès susceptible de porter préjudice à la prescription incontournable de la sobriété architecturale. Cependant, les textes relatifs demeuraient vagues, offrant une marge d’interprétation et d’application. « Que les surabondances notables soient entièrement rétirées de nos chœurs et que dorénavant ne se fassent plus jamais d’autres au sein de notre ordre », précisa en 1240 le chapitre général de Bologne12. Douze ans plus tard, le chapitre général de Barcelone surenchérit : « [...] que ne se fassent pas dans nos demeures de surabondances et de curiosités notables en sculptures, peintures et pavements, ainsi qu’en d’autres éléments similaires qui déforment notre pauvreté13 ».

  • 14 Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs à l’égard des œuvres d’art », dans La Naissance et l’esso (...)
  • 15 Le souci de mettre en exergue le caractère spécifique de l’ordre par des éléments décoratifs, mais (...)

11Les deux termes employés, superfluitates et curiositates, embrassaient respectivement l’aspect économique et mystique de la pauvreté que les Prêcheurs opposaient à la fois au luxe et au divertissement14. Ainsi, seules les ornementations ostentatoires furent abolies, sans que l’église et les édifices conventuels soient démunis du mobilier et du décor reflétant le caractère sacré des lieux et la spiritualité propre aux Dominicains15.

  • 16 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle. Législation et pratique », A.F.P., 19 (...)
  • 17 « Acta Capitulis generalis apud Venetiam celebrati anno Domini MCCXCVII », M.O.P.H., 1898, 3, p. 28 (...)
  • 18 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, p. 175.

12Le besoin d’atténuer, voire d’abroger la règle précisant strictement les dimensions des édifices se fit sentir de manière pressante dans la seconde moitié du xiiie siècle1616, quand les maîtres généraux réalisèrent que les transgressions de cette loi obsolète étaient de plus en plus fréquentes au profit de l’intégration réussie des couvents dans des milieux diversifiés, tant du point de vue géographique que culturel. Aussi, le chapitre général de Venise décida, en 1297 : « Dans le chapitre relatif aux demeures où il est dit des demeurs médiocres etc. que tout ce qui suit soit effacé jusqu’à que ne se fassent pas dans nos demeures de curiosités17. » Les chapitres généraux de Metz et de Marseille abrogèrent à leur tour, en 1298 et 1300, les restrictions désuètes touchant à l’architecture18.

  • 19 Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordin (...)
  • 20 En effet, dans le prolongement du vaisseau principal fut construit un chevet de deux travées se ter (...)

13À partir de l’extrême fin du xiiie siècle, la chronique de Bernard Gui se fait le témoin d’une activité constructive intense dans les provinces méridionales, où les couvents rivalisent de beauté, de grandeur et de hauteur19. Le même esprit édilitaire animait par ailleurs les fondations septentrionales : le premier établissement des Dominicains de Valenciennes s’étant avéré trop petit pour l’accueil des fidèles, la communauté entreprit en 1252 l’érection d’un nouveau couvent. La nécessité d’agrandissement y imposa en 1275 la construction d’un nouveau chœur de dimensions imposantes20.

  • 21 « Fratris Gerardi de Fracheto o.p. Vitae Fratrum ordinis praedicatorum », M.O.P.H., 1894, 1, p. 269

14Cependant, dans la conscience collective de l’ordre, le devoir de sanctifier les ensembles conventuels par des proportions et des aménagements conformes à la spiritualité dominicaine se dissociait complètement de l’arrogante et excessive mise en valeur des édifices. Gérard de Frachet fit l’éloge de Guy, prieur du couvent de Lyon, qui veilla à tel point à l’embellissement spirituel et matériel de sa maison, que cette dernière était assimilée à Sion. Quant au prieur, après sa mort, il accéda directement à la Jérusalem céleste. En revanche, un supérieur du couvent de Bologne, aspirant avec superbe à la magnificence de son couvent, fut châtié post mortem21.

Les Franciscains

  • 22 Seraphici viri s. Francisci Asisiatis Vitae duae auctore B. Thoma de Celano ejus discipulo, éd. Rin (...)
  • 23 Voir Esser, K, Opuscula sancti patris Francisci Assisiensis, Grottaferrata, 1978, p. 312.

15La planification de l’établissement matériel des Mineurs rencontra l’indifférence, voire la méfiance de saint François, qui incitait les frères à adopter une vie érémitique22. Dans son testament, il exprima quasiment du mépris pour toute installation architecturale, suggérant que la communauté n’était point contrainte d’entreprendre des constructions ou de s’attacher à un couvent23.

  • 24 « À une époque, le vicaire de saint François commença à faire construire là une petite demeure où l (...)
  • 25 Hardick, L., Terschlüssen, J., Esser, K., La Règle des frères Mineurs. Étude historique et spiritue (...)
  • 26 Thomas d’Eccleston rapporte, avec la perspicacité d’un esprit critique, le malheureux exemple d’un (...)

16Pourtant, déjà du vivant du fondateur, ses vicaires eurent le souci de répondre aux besoins constructifs d’un ordre en pleine évolution24. De même, œuvrant en étroite dépendance avec la Curie romaine, ils entreprirent de substituer l’austérité protégée et contrôlée d’une grande communauté aux principes de la pauvreté spontanée d’un petit groupe de religieux25. Par ailleurs, l’expansion numérique et géographique des fondations fournissait des preuves indéniables du caractère utopique d’un rigide dépouillement architectural, qui ôtait aux édifices la souplesse nécessaire à leur adaptation et viabilité dans des milieux variés et souvent inconnus26.

  • 27 Fortia d’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, Paris-Bruxelles, 1832, t. XIV, chap. lxxi(...)

17L’évolution de la réglementation franciscaine au sujet de la conception des constructions conventuelles ressort clairement de l’exemple des Franciscains valenciennois. Installés depuis 1215 extra-muros, ceux-ci suivirent plus de dix ans les préceptes de leur fondateur, se contentant de demeures pauvres. L’insertion de la communauté en milieu urbain, incitée largement par les supérieurs administratifs de l’ordre, imposa la création d’un ensemble conventuel certes austère mais correspondant davantage au nouveau profil clérical des religieux27.

  • 28 Bihl, M., « Statuta generalia Ordinis edita in capitulis generalibus celabratis Narbonae an. 1260, (...)

18La version définitive de la règle franciscaine, promulguée en 1260 par le chapitre général de Narbonne, incluait des prescriptions précises sur l’architecture : « Étant donné que les curiosités et les surabondances s’opposent directement à la pauvreté, nous ordonnons que dans les édifices les curiosités dans les peintures, les couvrements, les fenêtres, les colonnes et les autres éléments de ce type, ainsi que la surabondance dans la longueur, la largeur et la hauteur soient strictement évitées. [...] Que par ailleurs les églises ne soient pas voûtées, à l’exception du chœur. Qu’en aucun endroit le clocher de l’église ne soit en forme de tour. De même, que nulle part soient installés de vitraux historiés ou décorés, à l’exception des grandes baies derrière l’autel majeur du chœur, qui peuvent comporter les images de la Crucifixion, de la Vierge, de saint Jean, de saint François et de saint Antoine28. »

19Ainsi, à l’instar de la règle dominicaine, l’accent fut mis sur la pérennisation d’un esprit de pauvreté apostolique fuyant les excès, mais capable de s’adapter aux particularités de chaque fondation conventuelle. Tout couvent était conçu comme une entité organique, composée d’éléments architecturaux et décoratifs, dont la fonctionnalité se conjuguait à la diffusion de la spiritualité de l’ordre.

  • 29 Hardick, L., Terschlüssen, J., Esser, K., La Règle des frères Mineurs, op. cit., p. 75-77.

20Les explications de la règle et des constitutions générales de Narbonne par Bonaventure de Bagnoregio conférèrent à la législation franciscaine la clarté nécessaire pour qu’elle soit appliquée sans mésinterprétations29.

  • 30 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

21En outre, le docteur séraphique confirma d’emblée la nécessité de l’installation des frères en milieu urbain, où les ensembles conventuels devaient s’insérer de manière évolutive, en adoptant les solutions constructives adéquates, proches de facto des principes de l’architecture civile : « Étant donné en effet qu’au sein de la ville, comme il a été déjà dit, les espaces sont plus chers nous ne pourrons pas disposer d’un espace suffisant afin que les locaux soient juxtaposés : il sera nécessaire, dans certains cas, qu’ils soient superposés en hauteur30. »

Les Carmes

  • 31 Baudry, J., « Le Carmel médiéval devant le choix "désert-ville", Carmel, 1977, 4, p. 294-296.

22Religieux mendiants a vocation à la fois contemplative et apostolique, et empreints des principes de leur vie érémitique, les Carmes n’optèrent pas aussitôt à leur arrivée en Occident en 1238 pour l’insertion en milieu urbain31.

  • 32 Francois de Saint-Marie, Les Plus Vieux Textes du Carmel, Paris, 1961 (2e éd.), p. 86-87.
  • 33 Id., ibid., p. 229-230.

23Le pape Innocent IV, avec la lettre Quae honorem du 1er octobre 1247, autorisa d’abord les frères à s’installer dans les cités ou dans les faubourgs32. En août 1253, il chargea le prieur général des Carmes de confier les ministères de la prédication et de la confession aux religieux qu’il jugeait suffisamment préparés. La demande officielle de fonder ou de transférer les couvents carmélites dans les villes fut la suite naturelle de cette initiative papale33.

24À cette époque, la pratique édilitaire des Prêcheurs et des Mineurs avait acquis une portée considérable et cohérente. Cet exemple, combiné aux rapports législatifs établis notamment avec les Dominicains, incita sans doute les Carmes à se conformer aux solutions architecturales adoptées par les deux principaux ordres mendiants.

  • 34 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick (...)

25Ainsi, les constitutions carmélites évitèrent les prescriptions détaillées quant à l’aspect des édifices, en imposant cependant le scrupuleux respect de la sobriété, tant constructive que décorative : « Que tous nos édifices soient construits avec dignité et qu’aucun ouvrage notable ne soit amorcé sous peine de coulpe grave34. »

Les Augustins

  • 35 Roth, F., « Cardinal Richard Annibaldi, First Protector of the Augustinian Order », A., 1952, 2, p. (...)

26Issu de l union des mouvements érémitiques des xiie et xiiie siècles, l’ordre des ermites de Saint-Augustin fut officiellement approuvé par le pape Alexandre IV en 1256, avec la bulle Licet Ecclesiae qui institua l’affiliation du nouvel ordre au mouvement mendiant. Ainsi, par volonté papale, les frères s’attelèrent à la prédication et la cura animarum afin de s’associer à la lutte contre les tendances spirituelles dissidentes35.

  • 36 Martin, T., « From Hermit to Friar. An Inquiry into Augustinian Spirituality », T.T., 1983, 29, fas (...)
  • 37 Roth, F., Teeuwen, N., Augustiniana, New York, 1956, p. 76.

27Cette « Grande union », ainsi nommée par les Augustins eux-mêmes36, impliquait évidemment l’insertion de leurs communautés dans le contexte urbain. La transition fut orchestrée par le Saint-Siège. En 1259, la bulle Iis qui relictis d’Alexandre IV exhorta les archevêques et les évêques à encourager l’établissement en ville des ermites de Saint-Augustin37.

28La nécessité d’une homogénéisation constructive des nouveaux couvents trouva son parfait repère dans les édifices des Franciscains et des Dominicains. De surcroît, les constitutions de ces derniers guidèrent à plusieurs reprises les travaux des commissions légiférantes augustiniennes.

  • 38 Voir, respectivement, A.D. Calvados, C 2331, 19, Proposition des Augustins de mettre leurs greniers (...)

29Ainsi, les textes normatifs des Augustins n’insistèrent pas sur les détails architecturaux de leurs demeures, et se limitèrent à inciter les communautés conventuelles à une conjonction de dépouillement et d’organisation réfléchie. Comme dans le couvent des Augustins de Bayeux, l’organisation spatiale des édifices claustraux obéissait sans doute aux mêmes principes de fonctionnalité appliqués auparavant dans le couvent des Franciscains bayeusains. D’après les documents d’archives de 1778, le Magasin militaire de Bayeux hésita pour le stockage de son fourrage entre les deux établissements, signe que ceux-ci présentaient vraisemblablement un aménagement analogue38.

  • 39 Ypma, E., « Le “Mare Magnum”. Un code médiéval du couvent augustinien de Paris », A., 1956, 6, p. 2 (...)
  • 40 Au lendemain du schisme, les ermites de Saint-Augustin se divisèrent en deux obédiences, dont la pl (...)
  • 41 Bibl. de l’Arsenal, Paris, ms.774.
  • 42 Ypma, E., « Les statuts pour le couvent des Augustins de Paris promulgués au xve siècle », A., 1983 (...)

30Cependant, l’évolution de l’ordre et la création des nouveaux besoins de la vie communautaire furent des paramètres essentiels pour toute réglementation édilitaire. Un exemple révélateur en est fourni par la gestion du couvent parisien. Vers 1354, le prieur général Thomas de Strasbourg rédigea le Mare Magnum, un code fusionnant les ordonnances de ses prédécesseurs et les décisions des chapitres généraux. Son dessein était de régler les différents aspects de la vie conventuelle, notamment celui des études39. Or, au milieu du xve siècle, la situation de l’établissement augustinien s’était radicalement modifiée. L’érection de nouveaux studia dans différents pays et le schisme d’Occident4040 diminuèrent notablement l’importance du couvent parisien. Les statuts rédigés par le prieur général Julien de Salemi en 1447 et les directives élaborées par le prieur Guillaume Becchi en 1463, s’adaptèrent aux nouvelles conjonctures4141. Cependant, dans sa préface, Julien de Salemi mit en exergue l’impact positif de la grandeur et de la beauté des édifices sur l’élan spirituel de la communauté42.

Les Dominicaines

  • 43 M.O.P.H., 1898, 3, p. 94-101.
  • 44 Raffin, P., « Brève histoire des constitutions des moniales de l’Ordre des Prêcheurs », M. D., 1999 (...)
  • 45 Creytens, R., « Les constitutions primitives des sœurs dominicaines de Montargis », A.F.P., 1947, 1 (...)

31Promulgué en 1259 par le chapitre général de Valenciennes comme loi unique et officielle43, le texte définitif des constitutions des sœurs Dominicaines était l’œuvre du maître Humbert de Romans44. Celui-ci consacra un chapitre aux édifices, en veillant à ce que les prescriptions prennent en compte l’organisation matérielle des couvents dans la perspective de l’essor numérique de la branche féminine de l’ordre45.

  • 46 Raffin, P., « Brève histoire des constitutions... », art. cité, p. 116.

32La parenté avec les constitutions des Prêcheurs est manifeste : les deux textes expriment une conception identique de la vie religieuse, et restituent un univers spirituel commun, malgré la différence des tâches incombant aux frères et aux sœurs46.

  • 47 Id, ibid., p. 113-114.
  • 48 Voir B.O.F.P., I, p. 481.
  • 49 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », A.S.O.F.P., 1897, 3, p. 346. De edificiis : (...)

33En 1267, et après de multiples tergiversations47, la direction des couvents féminins fut confiée, par une bulle de Clément IV aux frères48. Ceux-ci eurent sans doute le souci de préserver l’uniformité des principes architecturaux au sein des deux branches de l’ordre. Par ailleurs, l’esprit des constitutions féminines renforçait cette affinité, en insistant cependant sur l’application de la clôture absolue : « Que les édifices des sœurs soient humbles, exempts de toute curiosité et surabondance ; et qu’un soin particulier soit apporté à l’aménagement des locaux afin que les offices religieux puissent se dérouler de manière optimale. Qu’avant tout l’enceinte de clôture soit très haute et solide : afin que nulle entrée ou sortie soit possible49. »

Les Clarisses

34Les constitutions des Pauvres Clarisses, accordées par le pape Innocent IV en 1247, n’abordaient pas directement l’aspect des édifices. Cependant, l’absolue pauvreté qui ordonnait le moindre détail de la vie conventuelle ne pouvait s’accomoder que de lieux dépouillés. Étant donné que la direction spirituelle des sœurs, ainsi que leurs couvents, étaient confiés aux Franciscains, une filiation avec la tradition édilitaire de la branche masculine de l’ordre était incontestablement de rigueur.

Les instructions pontificales

  • 50 Voir, à titre indicatif, pour les Dominicains, Mortier, A., Histoire des maîtres généraux des maîtr (...)

35Dès leur fondation, les ordres mendiants ne cessèrent d’être étroitement suivis par le Saint-Siège qui, par des bulles, des lettres ou des canons conciliaires, s’appliqua à planifier les modalités des installations conventuelles, tout en demeurant en contact avec le déroulement de l’activité apostolique des frères50. Parmi les textes législatifs pontificaux, certains contribuèrent à façonner de manière décisive le profil et le rayonnement des établissements mendiants.

  • 51 Pour les Dominicains, voir B.O.F.P., 1, p. 28, Bulle Cum tamquam veri, anno 1228. Die 9 April. : «  (...)
  • 52 Meersseman, G., « L’Architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, p. 140.
  • 53 Bulle du 11 janvier 1221 en faveur du couvent des Prêcheurs de Sigtune, en Suède. Voir M.O.P.H., 19 (...)

36L’attribution de la qualité de « conventuelles » aux églises mendiantes51 consacra la vie communautaire des frères et annexa juridiquement les édifices claustraux à l’édifice cultuel52. Par extension, le cloître lui-même fut voué au culte : claustrum ipsum divino cultui dedicatum53. Ainsi, les lieux réguliers de frères revêtirent une sacralité officielle qui influa sur leur investissement quotidien par la communauté.

  • 54 B.O.F.P., 1, p. 466, Clemens IV, Anno IV, die 20 novembris.

37Mais la concentration dans un périmètre urbain parfois exigu des couvents mendiants obéissant aux mêmes modes d’organisation matérielle et voués, à l’exception des établissements féminins, à la tâche commune de la prédication et de la cura animarum, déclencha dès le milieu du xiiie siècle de nets signes de saturation territoriale. En 1265, Clément IV fixa expressément à 500 mètres la distance minima entre les maisons religieuses. L’argumentation papale s’appuyait sur une connaissance précise et une évaluation efficiente des faits, sans dissimuler une nette disposition protectrice envers les frères54

Les prescriptions théoriques

38L’univers mendiant fut, dès le xiiie siècle, foncièrement mû par le développement de la pensée théologique associée à la recherche philosophique. Les spéculations intellectuelles ne furent pas pour autant l’apanage d’une élite de maîtres isolée du corps principal des ordres. Au contraire, les religieux étaient formés pour la vie conventuelle dans une discipline réunissant la quête spirituelle et une vaste culture.

39Parallèlement à la réglementation officielle qui énonçait pour les établissements des règles précises sinon inconditionnelles, les communautés se forgeaient au quotidien, grâce aux écrits théoriques des érudits de leur ordre. Ces œuvres, de prime abord étrangères à l’activité constructive, tissaient néanmoins une solide trame discursive sur laquelle la conception architecturale trouvait un appui en vue de la matérialisation de l’idéal édilitaire mendiant.

  • 55 Alberti Magni, Super Dionysium de divinis nominibus, Münster, 1972, IV, 72 et 76 : Ad pulchritudine (...)
  • 56 F. Ioan. Duns Scoii Ordinis Minorum Quaestiones Quatutor Voluminum scripti Oxoniensis Super Sentent (...)

40La beauté corporelle, fondée, d’après le dominicain Albert le Grand, sur les bonnes proportions des membres rehaussés par leur couleur55, pouvait constituer un exemple pour l’aspect harmonieux d’un couvent, composé de différentes parties organiquement agencées et agrémentées d’ornements adaptés à l’esprit de l’ordre. Selon le franciscain Duns Scot, la beauté consistait en « grandeur, contour et couleur »56. Ces qualités présentaient des analogies intinsèques avec un ensemble conventuel exemplaire, conçu comme une entité organique, fonctionnelle et harmonieuse.

  • 57 Voir Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs... », art. cité, p. 97.
  • 58 Humberti de Romanis, Opera de vita regulari, éd. J. J. Berthier, Rome, 1889, 2, p. 158, ii.

41À cet égard, il importe de souligner que la beauté extérieure était parfaitement intégrée à la spiritualité mendiante en tant que guide vers la beauté intérieure57. Pour le ministre général des Dominicains Humbert de Romans, pourtant défenseur de l’austerité, « la beauté extérieure instruit de manière multiple sur la manière d’être du point de vue tant des vertus que des mœurs »58.

  • 59 Thomae Aquinatis, « Summa theologiae », dans Opera omnia, Rome, 1889, 5, I a, Quaestio XCI, art. II (...)
  • 60 Id., ibid., I a, Quaestio LXXIII, art. I, p. 186.
  • 61 Thomae Aquinatis, In librum beati Dionysii de divinis nominibus expositio, éd. Pera, C., Rome-Turin (...)

42Thomas d’Aquin n’exclut même pas le plaisir pur provoqué par la beauté sensitive : « L’homme se réjouit de la seule beauté sensitive59. » En outre, il fait appel au domaine architectural pour étayer sa conception de la perfection, dont la double nature tient d’une part à la forme et d’autre part à la fonctionnalité, en tant que qualités indissociables60. Dans la pensée thomiste, la comparaison de la structure de l’Univers avec une œuvre architecturale61 équivaut à la sacralisation de cette dernière. Évidemment, pour les religieux mendiants qui étudiaient ce texte, le parallélisme avec leur propre demeure était inévitable.

43De pareils énoncés constituaient implicitement des guides lors de l’implantation d’un couvent : matériaux, construction, organisation spatiale, fonctionnement, toutes les composantes d’un établissement mendiant étaient évoquées allusivement comme les parties organiques d’un microcosme tendant vers une analogie structurelle avec l’Univers.

  • 62 Creytens, R., « L’instruction des novices dominicains au xiiie siècle d’après le ms. Toulouse 418 » (...)

44L’organisation des édifices conventuels, intimement liée à la vie religieuse, fut en outre ingénieusement employée par un dominicain, maître des novices de la seconde moitié du xiiie siècle, pour l’instruction des nouvelles recrues62. Afin de familiariser les futurs Prêcheurs avec le dédale de la vie spirituelle, le maître assimila allégoriquement l’âme du religieux à la composition du cloître et à la réglementation de la vie communautaire.

  • 63 « Il s’agit de l’hospice de réception du divin, dans lequel Dieu est reçu par l’âme [...] Il sera d (...)
  • 64 M.O.P.H., 1898, 3, p. 221-226.

45Outre la mise en évidence des rapports fusionnels des frères avec leur maison, cet opuscule reflétait discrètement l’idéal architectural des lieux réguliers. À titre d’exemple, l’hospice, symbolisant le cœur des novices qui s’apprêtait à recevoir Dieu, fut décrit comme un édifice d’une beauté et d’une harmonie exemplaires63. L’approbation de ce Libellus de consolatione et instructione novitiorum par le chapitre général de Montpellier en 128364 présuppose que les autorités spirituelles de l’ordre aspiraient à cet archétype de perfection pour leurs couvents.

Les fonctions inhérentes

Les impératifs liturgiques

  • 65 L’étude de l’évolution liturgique et de son impact sur les établissement, sera centrée, notamment, (...)
  • 66 O’Carroll, M., « The Friars and the Liturgy in the Thirtheenth Century », dans La predicazione dei (...)
  • 67 Id., ibid., p. 196.

46La liturgie constituait naturellement une des principales composantes de la vie conventuelle mendiante65. Mais, lors des premières années de leur existence, les deux principaux ordres adoptèrent des attitudes divergentes. Pour les Dominicains, ordo canonicus, la célébration de l’office divin était une évidence. Pour les frères Mineurs, le déploiement de la liturgie à l’intention des fidèles ne faisait pas partie de la vie communautaire66. Mais l’accroissement des effectifs de l’ordre et, notamment, la volonté du Saint-Siège et des cardinaux protecteurs imposèrent l’introduction officielle de la liturgie dans les établissements franciscains67.

  • 68 Voir Mandonnet, R. P., Les frères Prêcheurs et le premier siècle de leur histoire. Analyse des leço (...)

47La plupart des couvents mendiants fondés dans le premier quart du xiiie siècle s’accomodèrent du mode de déroulement des offices du lieu d’accueil. La diversité liturgique qui s’ensuivit engendra rapidement des complications dans le fonctionnement des ordres. Les religieux, fréquemment déplacés d’un couvent à l’autre ou d’un pays à un autre pour des raisons d’études, de prédication et d’administration, étaient confrontés constamment à une diversité déconcertante des offices68.

  • 69 Pour le rapport entre ecclesia materialis et ecclesia spiritualis, voir Boesflug, D., « Telle églis (...)

48Ainsi, vers le milieu du xiiie siècle, les deux ordres s’attelèrent à l’uniformisation de leurs rites liturgiques, de façon concomitante à la concrétisation structurelle et formelle de leurs établissements. Cette conjonction s’imposa sans doute comme une évidence : l’église-édifice était indissociable de l’Église théologique, à savoir de l’assemblée pour la célébration divine. La matérialisation extrinsèque de l’espace ecclésial ne pouvait être conçue, ni dans son entité globale ni dans le détail de ses composantes indépendamment de sa fonction liturgique69.

  • 70 Dès 1221, Honorius III concéda aux Dominicains, à la suite de leur demande, la faculté de célébrer (...)

49Par ailleurs, la précellence du service divin sur l’église fut implicitement confirmée par les bulles pontificales qui permettaient aux Prêcheurs comme aux Mineurs de célébrer la liturgie sur des autels portatifs au cours de leurs déplacements ou dans le cas d’absence d’édifice cultuel conventuel70.

La séparation entre le chœur des religieux et la nef des fidèles

  • 71 Constituciones primaevae S. Ordinis Praedicatorum, Conventus S. Dominici de Faesulis, 1962, p. 6, I (...)
  • 72 B.F., 1, p. 296, Bulle Pio vestro collegio.
  • 73 Gratien, P., Histoire de la fondation..., op. cit., p. 168.

50Intégrée dans la vie religieuse communautaire, la liturgie ne fut pas favorisée outre mesure par rapport aux autres activités des frères. Au contraire, l’importance du temps consacré à l’étude entraîna la diminution de celui voué à la prière officielle. « Toutes les heures seront récitées de manière brève et succincte, afin que les frères ne negligent pas la dévotion mais ne soient pas non plus empêchés dans leurs études », était-il précisé déjà dans les constitutions primitives dominicaines71. Le ministre général franciscain Aymon de Faversham procéda à des corrections liturgiques approuvées en 1241 par Grégoire IX72, dans la perspective d’augmenter le temps réservé au travail intellectuel des religieux73.

  • 74 Bernadot, M. V., « La place de la liturgie dans la spiritualité dominicaine », L.V.S., 1921, 4, p. (...)

51De même, étant donné l’importance de la vocation évangélique des frères mendiants, la majorité des offices fut conçue et orchestrée comme un moyen d’apostolat fondé sur l’accent théologique dominant dans les textes liturgiques74. Néanmoins, l’intérieur de l’église fut partagé en espace des frères et espace des fidèles, tant pour assurer l’intimité de la communauté pendant le déroulement des offices, que pour mettre à la disposition des ouailles un lieu sacré, destiné à leur dévotion collective ou privée.

  • 75 « Que les cloisons qui existent dans nos églises entre les séculiers et les frères soient disposées (...)
  • 76 Fratres praedicatores ceperunt celebrare post completorium unam processionem de novo, exeuntes de c (...)

52Comme dans les églises séculières, la séparation des deux parties de l’édifice se matérialisait par une clôture assez élevée pour empêcher les fidèles de suivre des yeux les mouvements des frères dans le chœur. Cependant, afin que les ouailles puissent contempler le moment de l’élévation, des ouvertures étaient prévues dans la clôture75. Au milieu de celle-ci se trouvait en général une porte, par laquelle les frères, après complies, sortaient en procession dans la nef principale, en chantant le Salve Regina.La présence des laïcs pendant cette cérémonie n’était pas interdite76.

  • 77 Nous conservons le terme latin pontile pour le couloir de circulation aménagé au sommet de la clôtu (...)
  • 78 Mortier, A., Histoire des maîtres généraux....op. cit., p. 575.

53Le sommet de la clôture, relativement large, était appelé pontile77. Accessible depuis le choeur par un escalier, il servait à l’installation de l’ambon, d’où les frères chantaient les leçons78.

  • 79 Fratris Gerardi de Fracheto Vitae fratrum ordinis Praedicatorum, éd. B. M. Reichert, Louvain, 1896, (...)

54Gérard de Frachet, relatant une apparition miraculeuse de la Vierge au moment où Jourdain de Saxe lisait une leçon sur le pontile du couvent dominicain de Paris, offre un temoignage textuel de cet aménagement, au xiiie siècle79. Or, un tableau anonyme d’origine flamande (fig. 3) fournit la preuve visuelle de l’immuabilité de ce dispositif de séparation jusqu’à la fin du Moyen Âge.

Le fonctionnement liturgique du chœur

  • 80 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, Litterae encycl, p. 503.
  • 81 Id., ibid., p. 170.
  • 82 Fratris Gerardi de Fracheto Vitae fratrum ordinis Praedicatorum, op cit., p. 97 : Cum recedens ab a (...)

55Suivant l’exemple des édifices cultuels séculiers, l’extrémité absidiale du chœur, le presbyterium, était souvent surélevé de quelques degrés et réservé au grand autel. Celui-ci disposait de ses propres livres sacrés80 et abritait le saint sacrement81. La solennité du chœur était accentuée par une lampe installée dans son milieu82.

  • 83 Ypma, E., « Les statuts pour le couvent... », art. cité, p. 293, De officio divino et cultu vero De (...)
  • 84 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, De officio cantons, p. 241-246. Gratien, P., Hi (...)

56En vue de la célébration liturgique, les religieux prenaient place dans un ordre hiérarchique83. Les stalles étaient suffisamment espacées, afin de permettre la circulation du chantre qui, chargé de l’office, devait suivre son déroulement84.

  • 85 Humberti de Romanis, Opera de vita...,op. cit., 2, p. 242.
  • 86 Constituciones primaevae S. Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 6, II.

57L’espace des frères était destiné uniquement aux religieux. Les étrangers, notamment les laïcs, n’y accédaient qu’exceptionnellement85. Quant aux femmes, elles ne pouvaient pénétrer dans le chœur que le vendredi saint, avant le début de l’office86.

Autels secondaires et chapelles latérales

  • 87 Mortier, A., Histoire des maîtres...,op. cit., p. 576.
  • 88 C’était le cas du couvent dominicain de Langres, dès le Moyen Âge. Voir Mémoire du Père Jantet, Pri (...)
  • 89 Masetti, Monumenta et Antiquitates veteris disciplinae Ordinis Praedicatorum, Rome, 1864, I, p. 64.

58Étant donné que la célébration de messes privées était exclue sur l’autel majeur, des autels secondaires étaient adossés à la clôture, vers la nef des fidèles. Si la clôture avait une porte centrale, celle-ci était flanquée de deux petits autels87. Dans le cas, plus rare, de deux portes latérales, un seul autel se dressait au milieu88. L’adjonction de chapelles latérales dans la nef des fidèles avait lieu, en général, après la fondation de l’église, tant par la volonté des confréries, que pour répondre au besoin croissant de la célébration de messes privées89.

La célébration des offices et le mobilier liturgique

  • 90 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 1, p. 158 ; 2, p. 240.
  • 91 Gratien, P., Histoire de la fondation, op. cit., p. 172. Chronica Fratris Salimbene da Parma, éd. O (...)
  • 92 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 158.

59Les offices étaient soit lus, mais d’une lecture chantée sur le mode récitatif, soit chantés90. Les religieux étaient conscients de l’attrait qu’opérait sur les fidèles la célébration chantée des offices91 de la même façon que la splendeur des habits sacerdotaux éveillait leur dévotion92.

  • 93 Chronica Fratris Salimbene da Parma, op. cit., p. 425.
  • 94 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, De officio sacriste, p. 232 : Sacristia debet e (...)

60Conjointement, le mobilier liturgique, sobre mais imposant, densifiait la sacralité du lieu. Les frères devaient veiller scrupuleusement à la dignité des ornements sacerdotaux, ainsi qu’à la sécurité de leur conservation93. Par conséquent, la sacristie était particulièrement soignée et de construction solide94. Ainsi meublé et investi, l’espace ecclésial devenait un tant soit peu le cadre d’une « mise en scène » sacrée, rendant principalement gloire à Dieu, mais sollicitant aussi le sentiment religieux des ouailles.

Le rôle du cloître dans la liturgie

  • 95 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 151. Pour les Carmes, l’usage du clocher pou (...)
  • 96 Id., ibid., p. 150 et sq.
  • 97 Id., ibid., p. 170.

61Le lien indissociable entre l’église et le cloître était souligné par la succession presque ininterrompue des offices, qui, annoncés par le modeste clocher du couvent95, animaient l’espace sacré le jour comme la nuit96. L’accès au chœur s’effectuait directement depuis le cloître97.

  • 98 « Vetera monumenta legislativa sacri ordinis Praedicatorum », A.S.O.F.P., 1897, 3, p. 36 : Audito p (...)
  • 99 Humberti de Romanis, Opera de vita.. op. cit., 2, p. 70-72.
  • 100 M.O.P.H., 1898, 3. « Acta capituli generalis apud Mediolanum celebrati anno Domini MCCLXX », p. 150 (...)
  • 101 Mortier, A., Histoire des maîtres..., op. cit., p. 585.

62La sacralité de celui-ci était, par ailleurs, mise en évidence dans les couvents dominicains : au premier son des matines, les frères se levaient et récitaient l’office de la Vierge, à deux ou à trois, tout en s’habillant98. Cet usage, analysé longuement par Humbert de Romans99, fut légèrement modifié en 1270, quand le chapitre général de Milan imposa constitutionnellement que les frères soient vêtus avant de réciter, debout, l’office de la Vierge100. Ensuite, ils gagnaient le chœur pour les matines et les laudes101.

Les aménagements liturgiques dans les couvents féminins

  • 102 L’espace des religieuses était vraisemblablement aménagé en fonction de l’agencement du cloître par (...)

63L’aménagement intérieur des églises des branches féminines des ordres fut conditionné par l’observance de la clôture absolue, et surtout par le fait que les sœurs ne célébraient pas elles-mêmes l’office eucharistique. Par conséquent, un chœur destiné aux religieuses fut aménagé dans l’espace ecclésial. Son emplacement n’était pas précisé par les statuts des ordres102.

  • 103 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, p. 346, De edificiis : uigesimum (...)

64Néanmoins, les règles insistent sur l’austérité de la séparation de l’espace des sœurs, au moyen de barres de fer : « Que dans l’église même, à l’endroit de séparation entre les sœurs et l’extérieur, soit opérée une fenêtre de dimensions convenables, protégée par des barres de fer, à travers laquelle soient prononcés les sermons », précisait la reglémentation dominicaine103.

  • 104 Ibid., p. 337-348.

65La règle des Clarisses s’attardait tout particulièrement sur le mode d’isolement des religieuses : « Nous souhaitons encore que dans le mur qui sépare les sœurs de l’église soit installée une grille en fer de dimensions convenables fermée vers l’intérieur par un rideau en tissu noir [...] que du côté des sœurs soit installée une porte en bois, munie de serrures et de clés en fer, qui restera toujours fermée et vérouillée et qui ne sera ouverte que lors de la célebration de l’office divin ou afin de permettre d’écouter les sermons prononcés dans l’église104. »

  • 105 Ibid., p. 346, De edificiis : uigesimum octauum capitulum.
  • 106 Ibid. : Pro communione autem certis temporibus recipienda, ubi necesse fuerit, fenestra parvula fia (...)

66Sur le mur de séparation entre l’espace des sœurs et l’église, des ouvertures spéciales étaient prévues pour le ministère de la confession105 et pour la communion106.

La prédication et les confessions

67Indissociable de l’existence même des ordres mendiants, la prédication conditionna l’organisation administrative et l’établisement des frères dès les premières années de leur activité.

  • 107 Alberigo, G., Dossetti, J. A., Joannou, P. P., et al. (èd.), Conciliorum oecumenicorum decreta, Bol (...)
  • 108 Jοrdanus de Saxonia, Libellus de principiis ordinis praedicatorum, op. cit., p. 56-58 : Instituimus (...)
  • 109 Jordanus de Saxonia, Libellus de principiis ordinis praedicatorum, op. cit., p. 46.

68En 1215 le quatrième concile de Latran caractérisa la prédication le « pain spirituel » indispensable au salut et chargea les prélats de confier la charge homélitique , « mais encore l’audition des confessions, l’injonction des pénitences et toutes œuvres relatives au salut des âmes » à des hommes « capables, puissants en œuvres et en paroles »107 : le profil correspondait parfaitement aux Mendiants. La même année, l’évêque de Toulouse, Foulque, accorda juridiquement le statut de prédicateur au frère Dominique et à ses compagnons108. À la suite de la confirmation pontificale de leur ordre, les Dominicains se résolurent à ne pas posséder de biens-fonds, mais uniquement des revenus, afin que la gestion des affaires temporelles n’entrave pas le ministère de la prédication109.

  • 110 Hardick, L., Terschlüssen, J., Esser, K., La règle des frères Mineurs...,op. cit., p. 28.

69En outre, l’octroi de la tonsure aux Franciscains et leur incorporation dans le clergé furent orchestrés par le Saint-Siège qui désirait affilier à l’Église les concepteurs d’une prédication proche de la prédication laïque, dont l’impact avait atteint, à l’époque, une grande envergure110.

  • 111 Second Annual Course on Augustinian Spirituality, Rome, 1976, p. 114.
  • 112 Roth, F., « Cardinal Richard Annibaldi, First Protector of the Augustinian Order », Augustiniana, 1 (...)

70Malgré leur vie érémitique, les Augustins n’étaient pas étrangers à la prédication111. Ainsi, leur installation en milieu urbain, à l’instigation papale, fut principalement motivée par l’exercice des ministères de la prédication et de la confession, activités complémentaires dans le cadre de la cura animarum112.

71Ces deux activités furent également assignées de manière officielle aux Carmes, par le pape Innocent IV.

  • 113 B.F., 3, p. 480. Voir aussi Gratien, P., Histoire de la fondation..., op. cit., p. 339-345. Cependa (...)
  • 114 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 218.
  • 115 Id., ibid.
  • 116 Id., ibid.

72Par la suite, la pratique de la prédication et de la confession fut consolidée comme privilège incontestable des frères mendiants. En 1281, la bulle Ad fructus uberes de Martin IV permit aux religieux de prêcher et de confesser partout, sans la permission préalable des évêques et des curés paroissiaux113. Avec la bulle Super cathedram114, de 1300, Boniface VIII stipula que les frères qui étaient légitimement habilités par leur ordre à confesser avaient les mêmes pouvoirs que les curés, malgré une éventuelle hostilité épiscopale à leur égard115. Quant à la prédication, ils pouvaient prêcher dans leurs églises et couvents, ainsi que sur les places publiques, à condition toutefois de respecter la préséance des prélats locaux. Pour la prédication dans les églises paroissiales, l’accord du curé était indispensable116.

La formation des prédicateurs

  • 117 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, ix, De excellentia praedicationis super alia op (...)
  • 118 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle ».... op. cit., 1946, p. 178, n. 107. (...)

73Dans le cadre de la vie conventuelle quotidienne, la pratique de la prédication et la formation de ceux qui s’y destinaient, occupaient une place prépondérante : « Parmi les œuvres de l’Ordre, la prédication est une occupation fructueuse et d’excellence117. » Ainsi, fut prévu dans les couvents le praedicatorium, pièce destinée aux exercices de prédication des religieux, devant un auditoire composé uniquement de religieux118.

Prêcher en milieu urbain

  • 119 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, ix, De excellentia praedicationis super alia op (...)
  • 120 Id., ibid., p. 32 : Item, pro nullo alio officio expectatur tam excellens remuneratio, quia praeter (...)

74Sur le plan spirituel, le don de la prédication était censé découler de Dieu119. Mais, pour les communautés parfaitement adaptées au rythme de vie de leur temps, la rétribution matérielle du prédicateur n’était pas négligeable120.

  • 121 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

75Ainsi, l’examen préalable et le contrôle des conditions d’établissement constituait une garantie pour l’efficacité des sermons. L’association quasi exclusive, entre prédication et milieu urbain — intra ou extra-muros — imposa l’établissement des frères dans les villes ou dans leur périphérie proche. Bonaventure de Bagnoregio justifia longuement les raisons de ce choix. Il démontra ainsi qu’il s’agissait d’une option réfléchie, dictée intrinsèquement par le caractère des ordres, et extrinsèquement par l’adaptation de ceux-ci aux conjonctures socio-économiques et religieuses de leur époque121.

La prédication à l’intérieur des églises

  • 122 Cet usage découlait de l’homélie explicative du texte sacré que les évêques adressaient aux fidèles (...)
  • 123 Id., ibid.

76Le lieu habituel pour le déroulement de la prédication était l’église. Les sermons intervenaient pendant l’office, après la lecture de l’Évangile122. À la suite de l’initiative de Jourdain de Saxe et à l’instar des sermons du matin, sermones in mane, furent institués les sermons du soir, les collationes123.

  • 124 Dierexens, J.C., Antverpia Christo nascens et crescens, Anvers, 1773, 1, p. 253, cité dans Meerssem (...)

77L’optimisation de l’impact de la prédication influa sur la conception des édifices cultuels mendiants. Les grandes dimensions constituèrent le premier impératif architectural imposé. En 1243, le sous-prieur du couvent dominicain de Louvain fut chargé de l’acquisition d’un terrain pour l’établissement des Prêcheurs à Anvers. L’admonition du provincial de Teutonie fut explicite sur le sujet : « Cherche à obtenir un endroit qui puisse offrir suffisamment d’espace pour l’accueil des fidèles lors des prédications124. »

  • 125 Bihl, M., E sermonibus Friderici de Vicecomitibus, archiep. Pisani, de S. Francisco (1263-1267), A. (...)

78Quelques années plus tard, la relation entre l’efficacité de la prédication et les dimensions et l’aménagement de l’espace ecclésial préoccupa l’archevêque de Pise, Federico Visconti125, qui proposa comme exemple l’église de Saint-François d’Assise : « Et telles devraient être les églises des autres saints, afin que l’âme se délecte en y allant, en y demeurant et en y retournant encore souvent. » Et il enchaîna sur le risque de compromettre l’efficacité de la prédication à cause de l’exiguïté de l’espace, en s’appuyant sur le cas de l’église franciscaine de Pise : « Si en effet (les églises) sont exiguës comme celle-ci, les hommes ne s’y rendent pas volontiers pour écouter la parole divine et y retournent difficilement en se disant mutuellement : je ne veux pas m’y rendre, parce que l’autre jour je m’y suis senti opprimé et que jusqu’à ce moment j’ai mal à la tête ou aux pieds, et d’autres propos analogues. »

Les sermons en plein air

  • 126 Boesflug, D., « Telle église, telle parole »..., art. cité, p. 28.
  • 127 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome...,op. cit., p. 218, bulle Super cathedram.

79Malgré son insertion dans l’office, l’homélie au peuple demeurait un appendice pédagogique apposé de l’action liturgique126. D’ailleurs, les Mendiants ont souvent prêché à l’extérieur, sur des chaires adossées à leur propre église ou érigées dans les places publiques127.

  • 128 Rusconi, R., « Le pouvoir de la parole. Représentation des prédicateurs dans l’art de la Renaissanc (...)
  • 129 Quant le prédicateur passionnait les fidèles, ces derniers lui érigaient une chaire monumentale que (...)

80Cette pratique fut immortalisée dans la peinture italienne du xve siècle, inspirée directement des modalités effectives de la prédication128. Les représentations des sermons en plein air de saint Pierre Martyr et de Vincent Ferrier, peints respectivement par Fra Angelico et par l’atelier des Erri, restituent le contexte religieux et social de tels événements129.

L’investissement des espaces conventuels par les prédications

  • 130 Mortier, A., Histoire des maîtres....op. cit., p.510.

81Dans l’église, la chaire était souvent placée devant la clôture du chœur130, afin de permettre l’association des messages visuels et auditifs perçus par les fidèles au cours de l’office. Cet emplacement offrait, en outre, une meilleure acoustique, notamment dans les églises à nef unique.

  • 131 Boesflug, D., « Telle église, telle parole... », op. cit., p. 28.

82La pratique des sermons indépendamment de la liturgie permet de supposer que l’aménagement de l’espace ecclésial ne favorisait pas la seconde aux dépens des premiers. Par ailleurs, l’hypothèse du dédoublement éventuel de la nef principale en raison de la prédication131 est confortée par le témoignage de certaines enluminures de la fin du Moyen Âge.

  • 132 B.N.F., ms. fr. 166, f°47, f°62, f°112.
  • 133 L’habitude de recouvrir de lambris les murs du chœur et des nefs n’est pas inconnue dans les couven (...)

83Dans une Bible moralisée du xve siècle132 sont représentés un Carme et deux Franciscains en train de prêcher devant des assemblées de fidèles, hommes et femmes, pieusement assis en face du prédicateur. Dans tous les cas, les chaires à prêcher sont simples, probablement en bois, et de facture relativement légère, vraisemblablement pour permettre leur déplacement en fonction des besoins de l’auditoire. Dans une des scènes, l’espace où se déroule la prédication évoque nettement l’intérieur d’une église : les grandes fenêtres en arc brisé, cantonnées de colonnes engagées qui reçoivent les retombées du voûtement, ne laissent aucun doute quant à la sacralité du lieu, soulignée en outre par le tissu orné qui recouvre le devant de la chaire. La clôture du chœur n’étant pas visible derrière le prédicateur, celui-ci est sans doute installé dans le vaisseau latéral de l’église. Dans les deux autres cas, le sermon est prononcé dans un endroit indéfinissable car neutre. Les murs tapissés de lambris d’une hauteur importante et le pavement recouvert de carreaux bicolores pourraient aussi bien appartenir à une nef latérale133 ou à un autre espace du couvent, prévu pour la prédication, notamment celle à laquelle assistaient des femmes.

  • 134 Constituciones primaevae S. Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 6, II, De mulieribus non intromitte (...)

84Les constitutions dominicaines faisaient allusion à cet endroit, sans préciser son emplacement ni son aménagement : « Mais dans l’église des laïcs ou à l’extérieur, à l’endroit prévu, le prieur peut les entretenir au sujet de Dieu et des sujets spirituels134. » De même, Boniface VIII, dans sa bulle Super cathedram, reconnut de facto que certains lieux réguliers des couvents mendiants étaient investis par les prédicateurs et leur auditoire : « Les frères de ces ordres dans leurs églises et dans leurs locaux ainsi que dans les places publiques peuvent prêcher librement au clergé et aux laïcs. »

  • 135 B.M. de Valenciennes, Jean Gerson, Sermons sur la Passion, v. 1480.

85Le déroulement de prédications dans les couvents mendiants, et plus particulièrement dans la galerie claustrale, figure sur une enluminure de la fin du xve siècle, illustrant les sermons de Jean Gerson sur la Passion135. Le prédicateur franciscain, installé sur une chaire en bois mobile parée d’un tissu rebrodé, s’adresse à une nombreuse assemblée d’hommes et de femmes, qui ont envahi la galerie et le terrain compris entre le chevet de l’église et la clôture conventuelle.

Le déroulement des confessions

  • 136 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)
  • 137 Vicaire, M.-H., « Le financement des Jacobins de Toulouse. Conditions spirituelles et sociales des (...)

86Induite, voire imposée par la prédication, la pénitence sacramentelle à laquelle les prédicateurs invitaient les fidèles se matérialisait par la confession. Celle-ci avait sans doute lieu dans l’église. Mais les textes constitutionnels ne précisent pas l’endroit ni les modalités de ce ministère : « Que les confesseurs écoutent les confessions à certaines heures précisées expressément par le chapitre provincial [...] De même, que nul frère à l’occasion d’une confession [...] ne se tienne ou ne soit assis près d’une femme, sauf à un endroit où lui et son compagnon puissent sans obstacle se voir mutuellement136. » Les confessions des femmes avaient probablement lieu dans les chapelles latérales où les fidèles étaient visibles mais suffisamment isolées pour que leurs paroles ne soient pas entendues137.

La prédication et la confession dans les couvents féminins

  • 138 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 246.
  • 139 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Peaedicatorum », art. cité, p. 346.

87La prédication à l’intention des Dominicaines138 et des Clarisses139 avait lieu dans l’église, mais les soeurs demeuraient confinées derrière leur clôture.

  • 140 Ibid.

88Les constitutions des Dominicaines faisaient explicitement mention du déroulement des confessions : « Et qu’un endroit adéquat (existent) deux petites fenêtres, protégées par des barreaux de fer, d’où les confessions puissent être entendues140. » Cet endroit, dont l’emplacement n’est pas précisé dans la règle, était probablement aménagé dans une des extrémités du chœur des religieuses.

L’accueil des sépultures

  • 141 La fête des Défunts le 2 novembre fut, légéndairement, instituée par saint Odilon. Voir Le Goff, J. (...)
  • 142 Labrot, J., « La mort, les religieux, les méreaux obituaires et les chanoines », dans Moines et mon (...)
  • 143 Id., ibid.

89Le rôle des communautés ecclésiastiques comme intercesseurs, par le moyen des prières pour le repos des âmes des défunts avait été ritualisé chez les moines de Cluny141. Puis, à partir du xiiie siècle notamment, les prières d’intercession en faveur des défunts devinrent, dans la conscience collective religieuse, le corollaire des pénitentiels, où chaque péché était évalué et les pénitences tarifées, en conséquence, aux vivants142. Ainsi, de façon concomitante à la consolidation du pouvoir de la classe marchande, se développa une véritable comptabilité de l’au-delà. La part de paradis, ainsi que les prières, pouvaient être « achetées » au préalable143.

  • 144 Les démêlés avec les autorités ecclésiastiques au sujet des cimetières mendiants étaient fréquents, (...)
  • 145 B.O.F.P., 1, p. 25, Gregorius IX, Anno 1227, Die 30 Novembr. Sepulturam in Ecclesiis Fratrum libera (...)

90Cette conjoncture, religieuse et socio-économique à la fois, fut à l’origine de l’hostilité du clergé local vis à vis du droit des ordres mendiants à accueillir des sépultures144, accordé par le pape à ceux-ci dès 1227 : « Adhérant avec bienveillance à vos justes requêtes, nous décidons que la sépulture dans vos églises sera libre, afin que nul puisse s’opposer à la dévotion et à la dernière volonté de ceux qui souhaitent se faire inhumer en cet endroit145. »

  • 146 B.M. de Bayeux, ms. 48, f°180. Voir in extenso, Martin, H., « Deux prédicateurs du xve siècle parle (...)
  • 147 Dans le cadre de la vie conventuelle également, la symbolique de la mort n’était pas absente. Chez (...)

91Le désir des ouailles d’élire sépulture dans les couvents mendiants fut largement motivé par la réflexion sur la mort physique élaborée par les frères. Ces derniers, par le biais de leurs prédications, introduisirent en effet une nouvelle approche du sujet, à la fois intellectuelle et spirituelle, et induisirent les fidèles à éprouver le sentiment de responsabilité personnelle vis-à-vis de l’état post mortem. À titre d’exemple, les sermons pour le carême de l’augustin de Bayeux Simon Cupersli146 établissaient, au milieu du xve siècle, un triple clivage dans la conception de la mort, qui était corporelle, mais aussi spirituelle et infernale et qui devait à ce titre être méditée, évitée et redoutée147.

Les dispositifs conventuels pour la sépulture des frères

  • 148 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 307-308. Si le religieux malade ne pouvait p (...)
  • 149 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis Bononie celebrati anno Domini MCCLII », p. 64.
  • 150 Ces documents, quoique rarement conservés pour la région et la période que nous étudions, fournisse (...)

92L’attitude active et attentive face à la mort était institutionnalisée au sein même des communautés mendiantes. Humbert de Romans exposa en détail les soins matériels et les consolations spirituelles qui devaient accompagner les frères mourants148. Dans son propre couvent, le défunt avait également droit à un nombre précis d’offices et prières commémoratifs : « Pour nos frères défunts soient célébrées vingt-cinq messes149. » Par ailleurs, les trépassés étaient inscrits dans l’obituaire conventuel, avec l’indication précise de l’emplacement de leurs tombes150.

93Celles-ci, en dehors du cimetière conventuel, étaient disposées majoritairement dans l’église, suivant une répartition hiérarchique. L’emplacement à l’intérieur du chœur, et a fortiori à proximité de l’autel majeur, était en principe reservé aux frères les plus illustres. En outre, les caveaux funéraires, creusés le plus souvent sous le vaisseau principal de l’église, assuraient l’ensevelissement de nombreux membres de la communauté religieuse.

  • 151 C’était le cas, en 1291, du prieur du couvent dominicain de Perpignan. Voir Bernardus Guidonis, De (...)

94Parmi les lieux réguliers, la salle capitulaire, par excellence sacrée, accueillait les éminents défunts du couvent151. Dans la galerie claustrale, les sépultures étaient fréquentes, et la communauté veillait à ce que la mémoire de celles-ci soit conservée, en dépit des aménagements architecturaux postérieurs.

Les sépultures des fidèles

  • 152 B.O.F.P., 1, Gregorius IX, Anno 1228, Die 9 April. : « Vous accordant l’autorité de disposer librem (...)

95Le privilège de sépulture dans l’enceinte sacrée des couvents s’étendit rapidement non seulement aux parents des frères152, mais également aux bienfaiteurs laïcs de la communauté. Ces derniers, grâce à leurs donations, étaient devenus les garants de la subsistance, voire de l’existence des couvents. Empreints de l’esprit du temps, ils étaient convaincus que leurs bienfaits matériels étaient un gage pour le salut de leurs âmes.

  • 153 Même placés sous la protection archiépiscopale, les Dominicains de Reims se trouvaient, au milieu d (...)
  • 154 Entre autres, Simon Cupersli, au xve siècle, suggérait aux fidèles l’échange des biens matériels co (...)
  • 155 A.F.H., 1909, 2, « Constitutiones generales ordinis fratrum minorum, a Capitulo Perpiniani anno 133 (...)

96Il importe aussi de souligner que les indulgences plénières accordées par le Saint-Siège à de nombreux fondateurs et bienfaiteurs de couvents mendiants153, ainsi que les discours des prédicateurseux-mêmes154, inculquaient aux fidèles l’idée du rachat. Par ailleurs, les nombreux offices et prières institués capitulairement en faveur des donateurs motivèrent sans doute davantage la générosité de ces derniers à l’égard des frères : « Que l’office pour nos défunts frères et bienfaiteurs, et pour ceux qui sont ensevellis dans nos cimetières soit celebré trois fois par an [...] Qu’un office similaire soit celebré pour les pères et les mères des frères155. »

  • 156 Les chanoines, issus en général de la noblesse ou la bourgeoisie, introduisirent d’abord, discrètem (...)
  • 157 Quand les fondations des chapelles coïncidaient chronologiquement, les travaux d’agrandissement éta (...)

97À l’instar des collégiales156, les églises mendiantes vouèrent d’abord leurs nefs à l’accueil des sépultures. Mais le choix de l’emplacement des tombes faisant partie des prérogatives des bienfaiteurs, ces derniers ne tardèrent pas à fonder leurs propres chapelles. En conséquence, l’agrandissement des églises conventuelles, avec l’adjonction d’un ou deux bas-côtés, s’imposa157. Parfois même, les fondations spontanées, encouragées par la tolerance des frères, furent à l’origine des greffages consécutifs, le long des flancs des églises mendiantes, de chapelles pas nécessairement homogènes. De surcroît, les donateurs les plus puissants eurent l’avantage d’annexer au chœur des chapelles privées, ou même d’ériger des édifices funéraires complétement indépendants du corps de l’église.

  • 158 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis Parisius celebrati anno Domini MCCXLVI », p. 37.
  • 159 Voir Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae (...)

98Les communautés cédèrent aux sépultures des bienfaiteurs d’exception des emplacements a priori reservés aux religieux. Le soin de ne pas entraver le déroulement liturgique guidait en général la disposition des tombeaux : « Nous enjoignons au prieur de Rodez, si cela est possible, de transférer le tombeau qui se trouve dans le chœur des frères et, à défaut, de l’installer dans un coin de l’église158. » Ainsi, à titre d’exemple, déjà au xiiie siècle, la fondatrice du couvent de Condom reposa avec son père au chevet de l’église159.

Les monuments funéraires

  • 160 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis Coloniae celebrati anno Domini MCCXLV », p. 32.
  • 161 Voir Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs à l’égard des œuvres d’art », dans La Naissance et l (...)
  • 162 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis apud Venetiam celebrati anno Domini MCCXCVII », p. 28 (...)

99Au sujet de la taille et de 1 aspect des monuments funéraires qui, évidemment, influaient sur l’aménagement intérieur de l’église, les réglementations concilaires mendiantes étaient formelles : « Que dans nos églises ne se fassent pas faire de sépultures accompagnées de grandes sculptures et celles qui sont déjà installées soient rétirées160. » Néanmoins, les exceptions à cette règle ne faisaient pas défaut : saint François et saint Dominique, en tant que fondateurs vénérés des Mendiants, eurent droit à des monuments funéraires impressionants, finement décorés. Lors de la translation des reliques de saint Dominique à Bologne, en 1267, Barthélemy de Bragance proclama que le tombeau du saint avait reçu « la bénédiction du décor, émanant des sculptures et des ciselures »161. En 1297, le chapitre général de Venise encouragea les frères dominicains de Milan à magnifier la tombe de saint Pierre de Vérone : « Construire une œuvre somptueuse162. »

  • 163 Voir Vauchez, A., Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris, 199 (...)

100La même prolifération de décor envahit progressivement les monuments funéraires des laïcs. En dehors de la mise en valeur personnelle, le désir des fidèles de communier un tant soit peu à la sainteté les incita probablement à imiter sur leurs propres tombeaux la magnificence des sépultures sacrées. L’assimilation dans l’artifice décoratif devenait ainsi une marque d’appartenance post mortem à la famille spirituelle des saints mendiants. Il importe de noter que, justement sous l’influence de la spiritualité mendiante, la beata stirps s’était substituée, à la fin du Moyen Âge, aux traditionnels groupes lignagers163. Conçus et perçus sous cet angle, les fastueux tombeaux des laïcs, situés souvent dans le chœur même des églises, ne heurtaient pas les convenances décoratives mendiantes.

La vie conventuelle au quotidien

101Axées sur les besoins liturgiques et la prédication, les constitutions mendiantes ne négligeaient pas pour autant les diverses obligations quotidennes des frères et sœurs. Chaque jour, les activités religieuses ou spirituelles alternaient avec les tâches pratiques indispensables pour le fonctionnement interne et les contacts externes de la communauté. En outre, une grande partie de la réglementation conventuelle était appelée à gérer, de manière à la fois ferme et sensible, certains paramètres inhérents à la nature humaine.

  • 164 Hefele, Leclercq, Histoire des conciles, op. cit., vol. 5, t. II, p. 1343, « Concile de Latran IV » (...)

102Il convient de souligner que la fonctionnalité des édifices conditionnait, voire modelait le déroulement efficace de la vie communautaire. Évidemment, le fonctionnement conventuel cistercien, consacré en 1215 par le Concile de Latran IV164, servit de trame générique aux établissements mendiants. Mais les particularités spirituelles et structurelles des ordres imprégnèrent aussi de manière prééminente, dès les premières années, le cadre architectural de la vie conventuelle.

  • 165 « Cependant il ordonna que les frères de l’ordre [...] aient de demeures frustes ». M.O.P.H., 1897, (...)
  • 166 Ibid.
  • 167 Ibid.
  • 168 Ibid, 1217, 17.
  • 169 A.F.H., 1909, 2, « Constitutiones generales ordinis fratrum minorum, a Capitulo Perpiniani anno 133 (...)

103Le couvent dominicain primitif de Toulouse, entrepris sous la houlette du fondateur de l’ordre, prenait en compte, en dépit de son extrême simplicité165, trois pôles importants de la vie conventuelle. L’étude, composante indispensable de la formation des prédicateurs et de la recherche spirituelle de tous les frères, intervenait de façon décisive à l’aménagement des cellules166. Les officinae167 abritaient la substructure et le déroulement du travail manuel, tandis que les concertations spirituelles, catalyseurs de la cohésion communautaire étaient accueillies dans le locutorium168. Chez les frères Mineurs, l’exécution de travaux manuels, éminemment édifiante pour les religieux d’après saint François169, présupposait la présence de lieux adéquats dans le couvent.

  • 170 Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordin (...)

104Dans la pratique, la construction d’édifices conventuels opérationnels s’avéra être, parfois, une priorité par rapport à l’achèvement de l’église. L’exemple du couvent dominicain de Brives, à la fin du xiiie siècle, en témoigne : « Du temps de son priorat (de Jean de Chastanc), presque au début de son mandat en l’an 1279, fut fondé le grand bâtiment de l’infirmerie. Ensuite, la même année, fut commencée et fondée l’église170. »

Les principes d’organisation des lieux réguliers

105La nature, l’importance et la fréquence des activités de la communauté dictaient l’emplacement des bâtiments qui les accueillaient. Les édifices conventuels, en règle générale, s’élevaient sur deux ou trois étages, choix architectural imposé par l’exiguïté des terrains en milieu urbain. La disposition des lieux réguliers respectait le degré de sacralité ou d’importance de chaque pièce.

  • 171 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 8, XII, « De magistro nouicioru (...)

106Dans le carré claustral, les pièces du rez-de-chaussée étaient, en général, vouées à l’usage commun, car faciles d’accès depuis la galerie du cloître. Celle-ci, en raison des processions qui s’y déroulaient171, mais également à cause des sépultures qu’elle accueillait, conférait une certaine gravité à l’ensemble.

La salle du chapitre

  • 172 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 5, I, « De matutinis » : Et fin (...)
  • 173 Ibid, p. 6 : [...] Postea egredientur novicii.
  • 174 Ibid. : « resident fratres. »
  • 175 Ibid.

107Après les matines, les religieux se rassemblaient dans la salle du chapitre172. Le besoin d’y accéder rapidement, ainsi que le caractère particulièrement sacré du lieu, imposèrent que cette pièce soit placée à proximité de l’église. Le chapitre accueillait les frères et, pour une partie uniquement de la réunion, les novices173. Afin que toute la communauté puisse s’asseoir174 et avoir, en même temps, une vue sur les officiants du lieu, à savoir le lecteur et le supérieur175, des bancs ou des sièges ceignaient les murs. Cette disposition nécessitait une salle de grandes dimensions, selon l’importance numérique de la communauté.

Le réfectoire

  • 176 Au milieu du réfectoire, isolés du reste de la communauté, prenaient place pendant les repas les fr (...)
  • 177 Ibid., p. 7, VI, « De prandio ».
  • 178 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 156.
  • 179 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 7, VI, « De prandio ».
  • 180 À titre d’exemple, citons le lavabo aménagé à l’extrémité nord de la galerie claustrale orientale d (...)

108Situé également au rez-de-chaussée, le réfectoire accueillait toute la communauté pour les repas. Les tables étaient alignées le long des murs, de sorte que le milieu de la pièce restât vide176. Évidemment, cet aménagement supposait une pièce de grandes dimensions. Pour convier les frères à rejoindre le réfectoire, le sacristain sonnait d’abord une cloche extérieure, puis une cymbale intérieure quand le repas était prêt177. L’importance des signaux internes par le moyen de cloches et clochettes imposait l’installation de ces dispositifs à des endroits précis dans tous les couvents178. Pour l’ablution des mains, obligatoire avant le repas179, un lavabo était installé à proximité de l’entrée du réfectoire, dans le couloir claustral180.

L’oratoire et le parloir

  • 181 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick (...)

109L’oratoire et le parloir des frères étaient des lieux réguliers collectifs d’une importance majeure. Leur emplacement n’était pas précisé explicitement dans les constitutions mendiantes. Mais la présence de l’oratoire au même niveau que les cellules des religieux offrait l’avantage de l’accessibilité à toute heure de la journée181.

Les lieux des études

  • 182 Doctoris Seraphici S. Banaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)
  • 183 Id., ibid., De aliis locorum diversitatibus, p. 224.
  • 184 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 5, « Prologus ».

110Des salles spéciales, animées par des maîtres qualifiés, étaient prévues pour le déroulement efficace des études, condition incontournable pour l’exercice de la prédication, ainsi que pour la formation spirituelle des frères : « [...] l’exercice de la prédication est associé à la profession régulière de l’Ordre et à la confession, lesquelles nécessitent la connaissance des saintes Écritures : à plusieurs endroits celles-ci ont besoin d’explications subtiles afin que nous n’enseignions pas, par inexpérience, d’erreurs sur la vérité ; il est nécessaire que nous ayions des écoles et des maîtres pour les saintes Écritures182. » La fréquentation du lieu des études était particulièrement conseillée aux jeunes religieux : « Qu’ils pratiquent avec grand plaisir ces endroits, tels les écoles, où ils peuvent entendre des choses utiles183. » Par ailleurs, le supérieur de la communauté avait le pouvoir de dispenser un religieux de certaines tâches au profit du travail intellectuel184.

  • 185 Locus collationum. Voir Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xii, « De aliis locorum (...)
  • 186 Id., ibid., p. 21, xxix, « De dispensacione studencium ».

111L’organisation intérieure des studia n’était pas précisée dans la réglementation conventuelle, sans doute afin de permettre l’adaptation aux particularités spatiales de chaque couvent. Néanmoins, le maître des études avait le droit de réserver une salle spéciale185, où les étudiants réunis pouvaient lui poser leurs questions ou exprimer leurs doutes, en dehors des cours réguliers186.

  • 187 Doctoris Seraphici S. Banaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

112En outre, l’encadrement intellectuel était assuré par la présence de bibliothèques communes et des scriptoria, placés sous le contrôle et la tutelle des Ministres de l’ordre : « Qu’aucun frère écrive ou fasse écrire des livres dans le but de les vendre [...] Que personne ne conserve les livres qui lui ont été cédés, car ils appartiennent entièrement à l’Ordre, et ne peuvent être librement donnés ou transportés que par les Ministres187. »

  • 188 « En effet, à côté de l’église Saint-Romain a été construit un cloître disposant au-dessus de cellu (...)
  • 189 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 21, XXIX, De dispensacione stud (...)
  • 190 Humberti de Romanis, Opera de vita.... op. cit., 2, p. 190 et 253. Il importe de signaler que quelq (...)

113Le privilège de prolonger l’étude dans la cellule, institué pour les Prêcheurs par saint Dominique dès 1216188, s’affirma au milieu du xiiie siècle de façon concomitante au grand essor des études dans tous les ordres mendiants. Les étudiants les plus brillants et studieux avaient droit à une cellule fermée189, au même titre que le maître général et les lecteurs en fonction190.

  • 191 M.O.P.H., 1899, 4, « Hec sunt acta Capituli Generalis apud Bononiam celebrati anno Domini MCCCXV », (...)
  • 192 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, 1946, p. 188.

114L’affluence des religieux d’autres communautés aux couvents d’études, conjuguée à l’augmentation générale du nombre des étudiants, nécessita la prise de mesures capitulaires au début du xive siècle. En 1315, le chapitre général de Bologne décréta que tous les étudiants, qu’ils soient intranei ou extranei, étaient prioritaires dans l’attribution des cellules indépendantes191. En fonction de leurs besoins et de l’étendue de leur terrain, les communautés procédèrent à des solutions individuelles. Ainsi, en 1320, au couvent de Milan, fut construite une aile à deux étages, destinée au logement des étudiants, conventuels ou étrangers192.

  • 193 Il convient de souligner que dans les constitutions du chapitre général de Ratisbonne, tenu en 1290 (...)
  • 194 Ypma, E., La Formation des professeurs chez les Ermites de saint Augustin, 1256-1354, Paris, 1956, (...)
  • 195 Ypma, E., « Les études des Augustins et leur installation dans le Midi », dans Les Mendiants en pay (...)

115Chez les Augustins, à la fin du xiiie siècle, l’organisation systématique des études193 et, par conséquent, la formation de maîtres capables de suppléer aux besoins spirituels de l’ordre194, conditionna l’emplacement du couvent parisien primitif. Ce dernier, à cause de son exiguïté, était incapable d’accueillir le nombre croissant des étudiants qui y affluaient. De plus, situé hors de la porte de Saint-Eustache, il était trop éloigné de l’Université, le foyer principal des études théologiques. Ainsi, en 1287, les frères acquirent un vaste terrain et deux maisons dans le quartier du Chardonnet pour s’y installer en 1289, avant de procéder au transfert définitif de leur couvent sur la rive gauche de la Seine en 1293195.

Les dortoir et les cellules

  • 196 L’utilisation de matelas était interdite. Seuls les lits de paille et les nattes de laine étaient a (...)
  • 197 « Dans les cellules, il est possible de lire, d’écrire, de prier, de dormir et de veiller la nuit — (...)
  • 198 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 272-273. « À lui incombe donc de fermer et d (...)

116Lors des premières années d’existence des ordres, dans le dortoir commun, installé à l’étage du cloître, les lits des frères196 n’avaient d’autre séparation qu’une courte cloison. Cependant, assez rapidement, chaque frère disposa de sa propre cellule, afin qu’il puisse étudier de nuit comme de jour197. Ces petits espaces n’étaient pas pour autant isolés. Ils étaient simplement fermés par un rideau, de manière à ce que le gardien du dortoir puisse surveiller, et fermer ou ouvrir les fenêtres198.

  • 1
  • 200 Le prieur général du couvent parisien, Guillaume de Cremone, appliqua ce principe dès 1328. Voir «  (...)
  • 201 Voir Ypma, E., « Les statuts pour le couvent des Augustins de Paris... », art. cité, p. 299. Dans l (...)

117L’attribution des cellules relevait de l’autorité du prieur conventuel199. Chez les Augustins, à partir du début du xive siècle l’installation de portes munies de grandes ouvertures, probablement vitrées, pour isoler les cellules fut une solution palliative pour satisfaire d’une part le besoin de lumière et de silence necessaires au recueillement et à l’étude, et d’autre part pour permettre la surveillance du dortoir par le gardien200. Le privilège de posséder une chambre indépendante, réservé auparavant uniquement au maître général, fut étendu, à partir du milieu du xiiie siècle, aux lecteurs et aux étudiants les plus studieux. Par ailleurs, afin que les frères ne puissent pas quitter la messe pour regagner le dortoir, la porte extérieure de ce dernier était fermée à clé durant tout l’office201.

Les appartements des novices

  • 202 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 1, XV, « De modo faciendi professi (...)
  • 203 Ibid.
  • 204 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 534.
  • 205 Id., ibid., p. 536.

118Dans la mesure de la capacité spatiale des couvents, les novices disposaient généralement d’appartements indépendants202. De toute manière, l’accès aux cellules des frères et a fortiori aux chambres des profès leur était strictement interdit203. En outre, les novices n’avaient pas droit à des cellules fermées : « Le dortoir est la cellule du novice204. » Leurs occupations spirituelles, telles que l’oraison, la lecture, l’écriture, ou le récit des psaumes avaient lieu « à côté du lit »205.

L’infirmerie

  • 206 Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordin (...)
  • 207 Ibid., p. 83, « Fundation conventus Burdegalensis » : « D. Guillaume Raymond Colombe, soldat excell (...)
  • 208 Ibid., p. 302 et 319.
  • 209 Mortier, A., Histoire des maîtres....op. cit., p. 594-595.

119Parmi les lieux réguliers, l’infirmerie recevait un soin particulier. Elle occupait souvent un bâtiment indépendant206 accompagné d’une chapelle207 et disposant de ses propres réfectoire et dortoir208. L’ensemble était aménagé de manière à fournir un certain confort aux frères souffrants209.

Les ateliers

  • 210 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

120L’accomplissement de travaux manuels était imposé dans tous les couvents : « Ainsi que le dit la règle “Les frères auxquels Dieu a donné la grâce de travailler, qu’ils travaillent avec fidelité et dévotion” nous ordonnons que les frères, tant religieux que laïcs, soient incités par leurs supérieurs à l’écriture, à l’étude et aux autres travaux selon leurs compétences. Et si quelqu’un se montre particulièrement paresseux, qu’il soit isolé des autres – selon la règle des apôtres — jusqu’à ce qu’il donne entière satisfaction210. »

  • 211 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xii, « De aliis locorum diversitatibus ».
  • 212 Id., ibid., p. 327, xxxiii, « De officio sartoris » : « Tailleur s’appelle le frère convers qui con (...)
  • 213 Id., ibid., xxxiii : « De officio sartoris » : « Pour ce type d’occupation il convient d’avoir un é (...)

121En règle générale, des officines spéciales était prévues pour chaque type de travail. Elles étaient, soit intégrées dans le corps claustral, soit, assez fréquemment, reléguées dans des bâtiments indépendants. Bien que l’occupation manuelle ait été conseillée aux frères pour son impact bénéfique sur l’âme211, la répartition des travaux se conformait à la prépondérance des études ou de la prédication. Ainsi, certaines tâches étaient assignées à des frères convers ou laïcs212. Les prescriptions relatives à l’organisation des officines révélaient une parfaite connaissance des particularités de chaque occupation213.

Les hospices

  • 214 Id., ibid., xxix, « De officio receptoris hospitum », p. 310.
  • 215 Id., ibid., « Cette tâche consiste aux soins apportés à l’édifice pour les hôtes, ou aux édifices s (...)
  • 216 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 1, p. 7, VI, « De prandio » : « Da (...)
  • 217 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xxix, « De officio receptoris hospitum », p. 31 (...)

122L’hébergement occasionnel de fidèles dans le couvent imposait l’aménagement de locaux pour accueillir les hôtes, confiés à l’attention vigilante de l’hôtelier, qui pouvait être un frère laïc214. Souvent abrités dans des bâtiments indépendants, ces hospices étaient soigneusement conçus et aménagés afin que le séjour y soit confortable215. En l’absence d’un édifice indépendant, l’emplacement des chambres des hôtes ne devait pas compromettre l’intimité des cellules. De leur côté, les frères étaient libres de prendre leurs repas dans le réfectoire des hospiti216. Pour le séjour des femmes, une maison voisine du couvent était mise à disposition217.

L’accueil des visiteurs

  • 218 Id., ibid., p. 277 : « De officio portarii ».
  • 219 Id., ibid. : « S’ils sont des visiteurs de choix, qu’ils soient conduits dans le chapitre. »
  • 220 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick (...)

123À l’exception des femmes, les visiteurs de passage étaient accueillis dans une pièce particulière, située près de l’entrée principale du couvent218. Ils pouvaient y rester pour s’entretenir avec un frère, ou, de là, accéder à l’église ou à la salle capitulaire. Cette dernière possibilité était néanmoins réservée aux personnes les plus illustres219. Habituellement, dans les couvents des Carmes, la chambre du prieur était située à proximité de la pièce d’accueil, afin qu’il puisse contrôler aisément la qualité des visiteurs220.

L’aménagement des jardins

  • 221 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)
  • 222 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xxxvi, « De officio hortulani », p. 333 : « Que (...)

124La disposition du carré claustral et des divers bâtiments indépendants prenait impérativement en compte l’aménagement de jardins plantés ou cultivés, indispensables au ressourcement tant physique que psychologique des religieux : « [...] il convient que nous nous procurions des terrains plus chers afin qu’ils soient suffisamment grands pour l’aménagement du couvent [...] et du jardin planté, tant pour les cultures que pour la fraîcheur de l’air ; ainsi les malades pourront se rétablir, ceux qui sont en bonne santé le resteront, et ceux qui sont fatigués par le travail intellectuel se reposeront221. » Par ailleurs, le choix attentif et la planification des cultures apportaient des récoltes capables de couvrir, même partiellement, les besoins alimentaires de la communauté222.

L’enceinte claustrale

  • 223 Id., ibid. : « Il faut prévoir que près de la clôture n’existent point de grands arbres, par lesque (...)

125La clôture de l’ensemble conventuel était élevée de manière à empêcher les intrusions, mais aussi les sorties subreptices. En outre, par sécurité, la présence de hauts arbres près de l’enceinte conventuelle était défendue223.

Les couvents féminins

126La vie quotidienne dans les branches féminines des ordres ne présentait pas, pour l’essentiel, de grandes différences avec celle des couvents des frères. Naturellement, la vigilance sur le respect absolu de la clôture, ainsi qu’une austerité accentuée, notamment chez les Clarisses, imposaient des aménagements architecturaux particuliers.

  • 224 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, p. 346, De edificiis : « Il peut (...)
  • 225 Ibid. : « Que par la grande fenêtre de l’église même puissent se dérouler des conversations avec de (...)

127Depuis le parloir, les sœurs avaient la possibilité de communiquer avec des personnes extérieures au couvent. À cet effet était prévue une fenêtre protégée par des barres de fer et fermée à clé, de manière à éloigner toute possibilité de contact entre les interlocuteurs224. Souvent, l’espace des religieuses dans l’église faisait également office de parloir, avec toujours le même soin d’isoler efficacement les sœurs225.

  • 226 Id., ibid., p. 243.
  • 227 Id., ibid. : « Que le lit de l’abesse soit installé à un endroit d’où elle puisse, si possible, sur (...)
  • 228 Id., ibid. : « Qu’une lumière suspendue au milieu du dortoir soit laissée allumée toute la nuit. »

128Le dortoir commun, sans séparation ni cloison entre les lits, était courant chez les Clarisses : « Toutes les sœurs en bonne santé, ainsi que leur abesse, sont tenues à s’accomoder d’un dortoir commun226. » La supérieure, dont le lit était placé à un endroit permettant le contrôle des sœurs, était responsable du dortoir227, qui devait être éclairé en permanence, ce qui imposait l’installation d’une lampe au milieu de la pièce228.

  • 229 Id., ibid. : « Que les malades disposent de leur propre édifice, s’il est possible d’en aménager un (...)
  • 230 Id., ibid., p. 242-243 : « Que de soins soient apportés avec grande diligence aux malades, dans la (...)

129Comme dans les couvents des frères, l’infirmerie était souvent autonome par rapport aux autres lieux réguliers229. Mais un confort supplémentaire était prévu dans l’aménagement des locaux et dans les soins octroyés aux sœurs malades230.

  • 231 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, De modo laborandi : uigesimum ca (...)

130En dehors de leurs devoirs liturgiques et spirituels, les religieuses se consacraient également à l’étude. Celle-ci se déroulait évidemment dans des salles spéciales. Des locaux adéquats étaient aussi prévus pour les travaux manuels, conseillés comme remède à l’oisiveté, génératrice de vices231.

  • 232 Ibid., De edificiis : uigesimum octauum capitulum, p. 346.
  • 233 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 244-245 : « Que dans chaque couvent existe (...)
  • 234 Id., ibid., p. 245
  • 235 Id., ibid.

131L’observance de la clôture absolue impliquait des mesures supplémentaires quant à la façon de cerner l’ensemble conventuel : « Qu’il soit dit avant tout que l’enceinte de clôture doit être très haute et solide232. » Dans la clôture s’ouvrait une porte principale233. Pour les couvents des Clarisses, il était conseillé que l’entrée soit accessible au moyen d’une échelle amovible. Ainsi, la communauté pouvait empêcher l’accès au couvent en dehors des heures réglementaires234. Une sœur âgée et pieuse tenait les clés de la porte et était responsable du contôle des entrées ou des sorties235.

  • 236 Id., ibid. : « Dans certains couvents, à un endroit adéquat, soit une roue en fer, suffisamment lar (...)
  • 237 La Règle de s. Augustin et les constitutions des religieuses de l’Ordre de s. Dominique, avec les d (...)

132Dans certains cas, l’installation d’une grande roue permettait d’introduire au couvent des provisions ou des objets236. Cette rota (sorte d’armoire pivotante autour d’un axe vertical), appelé aussi « tour »237, donna par la suite son nom aux sœurs tourières qui étaient généralement des religieuses converses. Elles logeaient dans des appartements adjacents à l’entrée du couvent et étaient chargées des contacts avec l’extérieur.

Le rayonement extérieur

L’apostolat

  • 238 Rappelions que le mot « apostolat » provient du verbe grec ὰποστέλλειν, qui signifie envoyer en mis (...)

133Parallèlement aux prédications urbaines, les frères avaient la charge de l’apostolat au sens étymologique du terme238. L’activité apostolique fut l’objet de réglementations spécifiques au sein des ordres mendiants, dès la seconde moitié du xiiie siècle.

Les limites conventuelles et provinciales

  • 239 M.O.P.H., 1941, 20, « Acta capitulorum provincialium provinciae Romanae (1243-1344), Urbeveteri 126 (...)
  • 240 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta capitulis generalis apud Treverim celebrati anno Domini MCCXLIX », p. 46  (...)
  • 241 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick (...)

134La délimitation précise du ressort territorial urbain de chaque couvent, en matière de prédication mais également de quêtes, garantissait la cohabitation paisible des communautés mendiantes à l’intérieur d’une même ville. Par mesure de précaution, l’activité apostolique dans la région extra-urbaine fut strictement bornée par les termini conventi239. Ces limites conventuelles complétaient les limites provinciales instituées dès 1249240. La transgression des termini du couvent ou de la province entraînait de sévères sanctions, comme celles exposées dans les constitutions des Carmes : restitution obligatoire de toute quête obtenue, et peine gravions culpe, fixée à vingt jours pour le prieur du couvent241. En conséquence, toute nouvelle implantation était conditionnée par la géographie des praedicationes, fiefs apostoliques des autres couvents de l’ordre.

  • 242 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France. Le Siècle des fondations, Rouen (...)
  • 243 Id., ibid., p. 380.
  • 244 Meersseman G., « Les débuts de l’ordre », art. cité, p. 26.

135Dans le cas des communautés dominicaines du nord de la France, l’antériorité de la praedicatio du couvent de Lille fut un facteur décisif pour fixer le rayon d’activité apostolique du couvent de Gand en 1255242, et de Bergues en 1273243. Les Dominicains lillois cédèrent aux nouvelles maisons certaines paroisses, en préservant cependant leur suprématie. Ils accordèrent à la communauté de Bergues la charge apostolique auprès de onze localités du doyenné d’Hesdin, mais ils conservèrent toutes les autres paroisses et le chef-lieu, la ville de Hesdin. En 1273, le chapitre provincial d’Auxerre, chargé d’établir l’accord entre les couvents de Lille et de Bergues, fut également appelé à délimiter la praedicatio des religieux d’Ypres. Ces derniers reçurent, en 1274, toutes les paroisses du diocèse de Thérouanne, ayant jusqu’alors appartenu au couvent de Bruges. Celui-ci, en 1336, à l’instigation du provincial de France Pierre de Palma, rétrécit de nouveau ses limites apostoliques au profit des frères yprois244.

  • 245 Id., ibid., p. 25.

136L’importance de l’étendue du territoire apostolique, garantissant l’emprise religieuse sur les fidèles, mais aussi des quêtes fructueuses, fut à l’origine de négociations économiques entre les couvents. Ainsi, en 1336, les dominicains brugeois cedèrent leurs termini zélandais au couvent de Zierikzee, moyennant une somme de quatre-vingts florins245.

  • 246 A.F.H., 1909, 2, « Constitutiones generales ordinis fratrum minorum, a capitulo Perpiniani anno 133 (...)
  • 247 Constitutiones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 22, XXXII, « Ubi non audeant (...)

137Indépendamment des praedicationes en vigueur dans chaque ordre, les frères respectaient également les circonscriptions ecclésiastiques séculières, afin que leur activité apostolique ne s’oppose pas à l’autorité épiscopale. En 1331, le chapitre général de Perpignan attira la vigilance des Franciscains à ce sujet, en invoquant les exhortations du fondateur même de l’ordre : « Saint François dans la Règle : que les frères ne prêchent pas dans l’évêché d’un évêque, si celui-ci s’y oppose246. » Les constitutions dominicaines étaient également intansigeantes sur ce sujet. Elles incitaient même les religieux à suivre les indications spirituelles des évêques afin d’assurer l’efficacité de leur mission247. Évidemment, ces prescriptions reflétaient l’influence majeure du pouvoir épiscopal sur les fondations des couvents et, par conséquent, sur l’apostolat des frères.

L’infrastructure d’accueil pour les déplacements apostoliques

  • 248 Sevray (abbé), Les Cordeliers de Séez, op. cit., p. 6.

138Les déplacements des frères pour des prédications extra-urbaines étaient fréquents. Le Carême, animé quasi exclusivement par les prédications mendiantes, n’était pas le seul moment de l’année liturgique à être encadré par l’apostolat. Les frères, soucieux de toucher la religiosité locale, s’adaptaient aux fêtes importantes de chaque ville ou région. Ainsi, les Franciscains de Sées, chargés de l’apostolat dans les paroisses de Courtommer et d’Écouen, y prêchaient, alternativement, le vendredi saint et le jour de la fête de saint Jacques248.

  • 249 Constitutiones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 22, XXXIV, « De itinerantibu (...)
  • 250 M.O.P.H., 1941, 20, « Acta capitulorum provincialium provinciae Romanae (1243-1344), Senis, 1295 », (...)
  • 251 La roncière, Ch. (de), « Présence et prédication des Dominicains dans le contado florentin (1280-13 (...)
  • 252 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res (...)

139Il importe de souligner que la présence d’un logement dans la région de l’apostolat était indispensable. En effet, même itinérants, les religieux étaient soumis à des obligations précises, aussi bien liturgiques que spirituelles249, et ils ne pouvaient pas les accomplir dans des lieux d’hébergement inadaptés250. En conséquence, des hospices destinés aux frères mendiants furent construits dans chaque praedicatio, de préférence à l’intérieur de bourgades affectant un tant soit peu une structure urbaine251. Mais les religieux chargés des missions apostoliques étaient exhortés à s’installer aussi dans des agglomérations moins importantes, afin de se conformer davantage à l’idéal des apôtres252.

Contacts et échanges avec les instances du pouvoir local

140La nature même des ordres mendiants induisait l’entretien de rapports constants avec les représentants du pouvoir, spirituel ou temporel, principalement dans les endroits d’accueil. Ces relations étaient le corollaire du caractère spirituel et social de l’activité mendiante, ainsi que de l’intégration quasi impérative des ordres en milieu urbain.

Rapports avec les autorités ecclésiastiques

  • 253 Rusconi, R., « Predicatori e predicazione (secoli IX-XVIII) », dans Storia d’Italia. Annali 4 : Int (...)

141La prérogative de la prédication et, par conséquent, de la cura animarum, impliquait des contacts avec le clergé local, auquel les frères suppléaient, voire se substituaient fréquemment253, en monopolisant l’attachement des fidèles et les démonstrations matérielles de leur dévotion. C’est pourquoi les ecclésiastiques séculiers s’opposaient souvent à l’installation des mendiants.

  • 254 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capituli Generalis Bononie celebrati anno Domini MCCLII », p. 63 : « Admo (...)
  • 255 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 22, XXXIII, « De scandalo pr (...)

142Cependant, la réglementation de ceux-ci introduisait des admonitions précises afin d’assurer une coexistence paisible avec le clergé local. Le chapitre général de Bologne, en 1252, incitait les Dominicains à fortifier le respect des ouailles envers leur paroisse254. En outre, les constitutions de l’ordre mettaient les frères en garde contre d’éventuelles impétuosités verbales vis-à-vis du clergé local, même dans le cadre de la prédication255.

  • 256 Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs à l’égard des œuvres d’art », dans La Naissance et l’esso (...)

143Dans le domaine édilitaire, l’attribution d’un seul — et modeste — clocher aux églises mendiantes était perçue comme un signe extérieur de respect à l’égard de la hiérarchie ecclésiastique. Les églises conventuelles revêtaient le caractère d’oratoires publics et ne devaient aucunement rivaliser avec l’architecture des abbatiales ou des paroissiales256.

144Dans la réalité architecturale, en effet, les dimensions de l’unique clocher mendiant furent souvent l’objet de fermes négociations avec les instances ecclésiastiques.

  • 257 Declerck, P., « Gauthier de Marvis, évêque de Tournai (1219-1252) et les frères Prêcheurs », A. F. (...)

145La clémence ou l’hostilité du pouvoir épiscopal et a fortiori archiépiscopal influait directement sur la possibilité et les modalités de l’installation. À maintes reprises, les prélats soutinrent les ordres mendiants en évaluant l’impact considérable sur leurs diocèses des nouveaux idéaux religieux véhiculés par les frères. Évidemment, les mesures adoptées ne devaient nullement affecter les privilèges de la hiérarchie ecclésiastique préexistante257. Ainsi, les démarches épiscopales étaient attentivement orchestrées afin d’exclure, en amont, toute inimitié locale à l’égard des frères mendiants.

Contacts avec le pouvoir temporel

  • 258 Martin, H., « Crise de la chrétienté et approfondissement de la vie religieuse (1250-1500) », dans (...)

146L’enracinement volontaire des frères en milieu urbain témoignait de leur intérêt pour les affaires du siècle, aussi bien ecclésiastiques que civiles et intellectuelles. Prédicateurs et directeurs de conscience accomplis, les Mendiants devinrent, d’un point de vue social, les médiateurs entre la culture savante et la conscience collective populaire258. En outre, leurs rapports privilégiés avec les nouvelles couches sociales, à savoir les artisans et les commerçants, les consacrèrent comme médiateurs entre les tendances souvent antagonistes au sein des centres urbains et des zones périurbaines. Sensibles à cette réalité, les détenteurs du pouvoir temporel incitèrent ou favorisèrent les implantations des communautés mendiantes dans leurs cités. En revanche, l’hostilité de l’administration urbaine nuisit souvent à l’évolution, voire à la sécurité des couvents.

Liens avec les classes émergeantes

147Les rapports des religieux avec les classes commerçantes et artisanales influèrent indirectement sur l’architecture des couvents. L’attachement des confréries des métiers aux communautés mendiantes favorisa la prolifération des chapelles latérales. De surcroît, les assemblées bourgeoises ou corporatives se réunissaient volontiers dans les salles conventuelles.

148Au terme des premières années d’existence des ordres mendiants, durant lesquelles les frères, et particulièrement les Franciscains, tentèrent l’expérience de l’exemple évangélique des apôtres, s’imposa la nécessité d’une gestion rationnelle et de préférence homogène des communautés. Le caractère universel des ordres, leur affiliation au Saint-Siège, leur tendance affirmée vers une administration centralisée, ainsi que les aspirations tant religieuses que spirituelles et intellectuelles des frères, constituaient déjà le cadre structurel commun de l’implantation mendiante.

149Matériellement, la fonctionnalité, la viabilité et l’efficacité des installations présupposaient un système normatif à la fois précis et souple, composé aussi bien des réglementations officielles et des admonitions contextuelles que des incontournables références littéraires de la spiritualité mendiante. Cet ensemble permettait l’adaptation de chaque fondation à son environnement, tout en préservant les affinités interconventuelles, voire interprovinciales, qui affirmaient la puissance des ordres.

150Ceux-ci surent harmoniser leurs procédés fondateurs sur la base d’une complémentarité fédératrice. Bien évidemment, les particularités furent conservées, principalement en ce qui concerne les branches féminines. Les sœurs, vivant en clôture et ne pratiquant pas de prédications, adoptèrent leurs propres normes architecturales, tout en conservant la communauté spirituelle avec les frères.

151L’insertion quasi exclusive en milieu urbain se révéla un facteur capital pour toute installation. Les frères, réguliers d’office mais séculiers de vocation, s’attachèrent aux ministères de la prédication, de l’apostolat et de la confession, sans se plier aux clivages sociaux. Leurs rapports avec les fidèles, fondés sur l’échange plutôt que sur l’intimidation, leur assurèrent un ascendant spirituel confirmé par la prolifération de sépultures dans leurs couvents et les aumônes monétaires ou frumentaires, indispensables pour leur existence.

152Naturellement, les réactions de la part du clergé local furent mitigées. À côté des évêques, en général favorables, les curés paroissiaux et les chanoines optèrent pour une hostilité calculée, très souvent prohibitive, à l’égard des fondations conventuelles. En outre, l’attitude fluctuante des représentants du pouvoir temporel au sujet de l’installation mendiante constitua un paramètre supplémentaire que les frères étaient censés, sinon prévoir et planifier, au moins maîtriser in situ et, éventuellement, optimiser.

153Appelés à concilier cet ensemble de conditions relevant des principes édilitaires et de la spiritualité mendiants ou du contexte socio-religieux de l’endroit d’accueil, les ordres optèrent pour une gestion dynamique de leur architecture. Ainsi, l’évolution des ensembles mendiants devança ou généra de nouvelles réglementations officielles de construction. En outre, les infléchissements architecturaux adoptés individuellement par les couvents étaient dictés par la volonté de mieux accomplir les fonctions religieuses et apostoliques des frères sans déroger aux principes fondamentaux mendiants. Entre le xiiie et le xvie siècle, ces derniers furent enrichis en conférant au système générique des complexes conventuels un caractère diachronique fondé non pas sur l’immuabilité mais sur la pérennisation évolutive.

Notes

1 Koudelka, V., « Monumenta diplomatica sancti Dominici », M.O.P.H, 1966, 25, p. 71.

2 Vicaire, M.-H., Histoire de saint Dominique, Paris, 1957, p. 249.

3 Gratien, P., Histoire de la fondation et de l’évolution de l’ordre des Frères mineurs au xiiie siècle, Paris, 1928, p. 68, 71, 72, 109, 126, 132, 148-155, 168. Les constitutions franciscaines de 1239, qui ne nous sont pas parvenues, étaient sans doute beaucoup plus proches du droit et de la forme de vie dominicains que les constitutions de Narbonne de 1260 (ID, ibid., p. 148).

4 Zimmerman, B.-M., Les saints déserts des Carmes déchaussés, Paris, 1927, p. 9-10. En effet, vers 1247, les Carmes, sous la direction de leurs correcteurs dominicains, Hugues de Saint-Cher et Guillaume d’Anthérade adoptèrent les principes législatifs des Prêcheurs. Voir Vicaire, M.-H., Histoire de saint Dominique, op. cit., p. 260.

5 ID, Ibid., p. 251-252.

6 « Liber Constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », A.S.O.F.P, 1897, 3, p. 337-348.

7 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome et supplementum quattuor voluminum priorum, Claras Aquas, 1908, p. 241-246.

8 « Acta Canonizationis S Dominici, II, Testimonium Fratris Stefani », M.O.P.H., 1935, 16, p. 156-157 : « Et il voulait qu’ils aient des demeures frustes et exiguës... ».

9 Denifle, H., « Die Constitutionen des Prediger Ordens vom Jahre 1228 », A.L.K.M., 1885, 1, p. 225. Les hauteurs maximales donc des édifices conventuels étaient : environ quatre mètres et demi pour le rez-de-chaussée, environ sept mètres et demi pour l’ensemble rez-de-chaussée et premier étage, et entre dix mètres et demi et onze mètres quarante pour l’église.

10 Hodel, P.-B., « Les Constitutions primitives, un état des lieux », M.D., 1999, 13, p. 39.

11 « Jordanus de Saxonia, Libellus de Principiis Ordinis Praedicatorum », M.O.P.H., 1935, 16, p. 84.

12 « Acta Capitulis Generalis Bononiae Celebrati Anno Domini MCCXL », ibid., 1898, 3, p. 17.

13 « Acta Capitulis Generalis Barchinonam Celebrati Anno Domini MCCLII », ibid., p. 108.

14 Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs à l’égard des œuvres d’art », dans La Naissance et l’essor du gothique méridional au xiiie siècle, C. de F., 1974, 9, p. 94.

15 Le souci de mettre en exergue le caractère spécifique de l’ordre par des éléments décoratifs, mais néanmoins attentivement prescrits, fut exprimé au chapitre provincial tenu à Rome en 1247 : « Que tout prieur qui étudie ait une image de saint Dominique dans sa demeure. » « Acta capitulorum provincialium provinciae Romanae, Romae, MCCXLVII », M.O.P.H., 1941, 20, p. 7.

16 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle. Législation et pratique », A.F.P., 1946, 16, p. 175.

17 « Acta Capitulis generalis apud Venetiam celebrati anno Domini MCCXCVII », M.O.P.H., 1898, 3, p. 283.

18 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, p. 175.

19 Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordinis Praedicatorum, éd. P. A. Amargier, Rome, 1961, p. 83 (fondation du couvent de Bordeaux) ; p. 94 (fondation du couvent de Perpignan) ; p. 164-165 (fondation du couvent de Brives).

20 En effet, dans le prolongement du vaisseau principal fut construit un chevet de deux travées se terminant par une abside à cinq pans. Voir Maliet, V., Histoire et Archéologie du couvent dominicain de Valenciennes, Valenciennes, 1995, p. 53-55.

21 « Fratris Gerardi de Fracheto o.p. Vitae Fratrum ordinis praedicatorum », M.O.P.H., 1894, 1, p. 269.

22 Seraphici viri s. Francisci Asisiatis Vitae duae auctore B. Thoma de Celano ejus discipulo, éd. Rinaldi, P., Rome, 1806, p. 29 : « Sorti de la ville, il se mit en chemin avec ses compagnons vers la vallée de Spolète [...] cet endroit était très éloigné de toute habitation d’homme. »

23 Voir Esser, K, Opuscula sancti patris Francisci Assisiensis, Grottaferrata, 1978, p. 312.

24 « À une époque, le vicaire de saint François commença à faire construire là une petite demeure où les frères puissent se recueillir et prier, car en raison du grand nombre des frères qui arrivaient à cet endroit les religieux n’avaient plus de place pour célébrer l’office. » Sabatier, P. (éd.), Speculum perfectionis seu S. Francisci Assisiensis legenda antiquissima, auctore fratre Leone, Paris, 1898, p. 18.

25 Hardick, L., Terschlüssen, J., Esser, K., La Règle des frères Mineurs. Étude historique et spirituelle, Paris, 1961, p. 60-61.

26 Thomas d’Eccleston rapporte, avec la perspicacité d’un esprit critique, le malheureux exemple d’un ministre provincial desireux d’introduire en Angleterre les principes de pauvreté en vigueur en Italie : « Près de Salisbury [...] les murs du dortoir en pierre furent abbatus et reconstruits en pisé avec une dévotion et une bienveillance admirables et moyennant de très grands frais. » Thomaed’Eccleston, Tractatus de adventu Fratrum minorum in Angliam, éd. Little, A.G., Manchester, 1951, col. IV, « De adeptione locorum », p. 23.

27 Fortia d’Urban, Histoire de Hainaut par Jacques de Guise, Paris-Bruxelles, 1832, t. XIV, chap. lxxi.

28 Bihl, M., « Statuta generalia Ordinis edita in capitulis generalibus celabratis Narbonae an. 1260, Assisii an. 1279 atque Parisiis an. 1292 », A.F.H., 1941, 34, p. 45-46. La conformité à cette règle est illustrée par l’église des Franciscains de Sées, où seule la verrière axiale du chœur était historiée. Les fenêtres du collatéral étaient serties de verres blancs, probablement dès la période médiévale. Voir Sevray, (abbé), Les Cordeliers de Séez, Alençon, 1886, p. 14-15.

29 Hardick, L., Terschlüssen, J., Esser, K., La Règle des frères Mineurs, op. cit., p. 75-77.

30 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, Ad Claras Aquas, Quarrachi, 1898, 8, Opusculum XIII, Determinationes quaestionum, Pars I., Quaestio VI, p. 341.

31 Baudry, J., « Le Carmel médiéval devant le choix "désert-ville", Carmel, 1977, 4, p. 294-296.

32 Francois de Saint-Marie, Les Plus Vieux Textes du Carmel, Paris, 1961 (2e éd.), p. 86-87.

33 Id., ibid., p. 229-230.

34 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick de Saint-Joseph et Marie-Joseph du Sacré-Cœur, s.l.n.d., p. 20-21.

35 Roth, F., « Cardinal Richard Annibaldi, First Protector of the Augustinian Order », A., 1952, 2, p. 232-233.

36 Martin, T., « From Hermit to Friar. An Inquiry into Augustinian Spirituality », T.T., 1983, 29, fasc.2, p. 197.

37 Roth, F., Teeuwen, N., Augustiniana, New York, 1956, p. 76.

38 Voir, respectivement, A.D. Calvados, C 2331, 19, Proposition des Augustins de mettre leurs greniers à la disposition du Magasin militaire de Bayeux, 30 octobre 1778, et A.D. Calvados, C 2331, 18, Magasin militaire de Bayeux, Lettre du 25-10-1778.

39 Ypma, E., « Le “Mare Magnum”. Un code médiéval du couvent augustinien de Paris », A., 1956, 6, p. 275-321.

40 Au lendemain du schisme, les ermites de Saint-Augustin se divisèrent en deux obédiences, dont la plus importante demeura dans la mouvance de la papauté romaine. Le chapitre général de l’ordre, tenu à Wurzburg en 1391, interdit aux frères d’intégrer le studium parisien, ou d’y obtenir un grade sans l’autorisation spéciale du prieur général ou du chapitre général. Voir « Acta Capituli Generalis MCCCXC », A. A., 1913-1914, 5, p. 99.

41 Bibl. de l’Arsenal, Paris, ms.774.

42 Ypma, E., « Les statuts pour le couvent des Augustins de Paris promulgués au xve siècle », A., 1983, 33, p. 291.

43 M.O.P.H., 1898, 3, p. 94-101.

44 Raffin, P., « Brève histoire des constitutions des moniales de l’Ordre des Prêcheurs », M. D., 1999, 13, p. 115.

45 Creytens, R., « Les constitutions primitives des sœurs dominicaines de Montargis », A.F.P., 1947, 17, p. 62.

46 Raffin, P., « Brève histoire des constitutions... », art. cité, p. 116.

47 Id, ibid., p. 113-114.

48 Voir B.O.F.P., I, p. 481.

49 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », A.S.O.F.P., 1897, 3, p. 346. De edificiis : uigesimum octauum capitulum.

50 Voir, à titre indicatif, pour les Dominicains, Mortier, A., Histoire des maîtres généraux des maîtres des frères Prêcheurs, Paris, 1903, p. 183-185. Pour les Franciscains, voir Gratien, P., Histoire de la fondation et de l’évolution..., op. cit., p. 173-199. Pour les Carmes et les Augustins, voir Hefele, Leclercq, Histoire des conciles, Paris, 1911, vol. 6, p. 201-202, Concile de Lyon II, canon XXIII.

51 Pour les Dominicains, voir B.O.F.P., 1, p. 28, Bulle Cum tamquam veri, anno 1228. Die 9 April. : « Inclinés à vos supplications nous décidons par la présente que toutes vos églises, là où existent des couvents, soient appelées conventuelles. » Pour les Franciscains, voir Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 53, BulleCum tamquam veri et fideles Christi ministri, 5 avril 1250  : « Qu’il soit accordé aux frères Mineurs que toutes leurs églises, là où existent des couvents, soient appelées conventuelles. »

52 Meersseman, G., « L’Architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, p. 140.

53 Bulle du 11 janvier 1221 en faveur du couvent des Prêcheurs de Sigtune, en Suède. Voir M.O.P.H., 1934, 15, p. 145.

54 B.O.F.P., 1, p. 466, Clemens IV, Anno IV, die 20 novembris.

55 Alberti Magni, Super Dionysium de divinis nominibus, Münster, 1972, IV, 72 et 76 : Ad pulchritudinem corporis requiritur, quod sit proportio debita membrorum et quod color supersplendeat eis.

56 F. Ioan. Duns Scoii Ordinis Minorum Quaestiones Quatutor Voluminum scripti Oxoniensis Super Sententias, éd. S. Bartoluci, Venise (impr. A. Menasoli), 1680, 1, 17, 3, p. 509-510.

57 Voir Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs... », art. cité, p. 97.

58 Humberti de Romanis, Opera de vita regulari, éd. J. J. Berthier, Rome, 1889, 2, p. 158, ii.

59 Thomae Aquinatis, « Summa theologiae », dans Opera omnia, Rome, 1889, 5, I a, Quaestio XCI, art. III, p. 394.

60 Id., ibid., I a, Quaestio LXXIII, art. I, p. 186.

61 Thomae Aquinatis, In librum beati Dionysii de divinis nominibus expositio, éd. Pera, C., Rome-Turin, 1950, Cap. IV, Lectio VI, p. 118-119 : Sicut multi lapides conveniunt ad invicem ex quibus consituitur domus et similiter omnes partes universi conveniunt in ratione existendi : et hoc ideo dicit, quia non solum ex pulchro sunt mansiones rerum in seipsis, sed etiam communiones omnium in omnibus secundum proprietatem uniuscuiusque [...] sicut tectus et paries sustentatur in fundamento et tectum cooperit parietem et fundamenta... Partibus ergo sic dispositis, sequitur earum compositio in toto, secundum quod ex omnibus partibus universi constituitur una rerum universitas.

62 Creytens, R., « L’instruction des novices dominicains au xiiie siècle d’après le ms. Toulouse 418 », A.F.P., 1950, 20, p. 115-153.

63 « Il s’agit de l’hospice de réception du divin, dans lequel Dieu est reçu par l’âme [...] Il sera donc demontré que cette demeure doit être belle, et ce du point de vue des matériaux, de la forme, du couvrement et du décor peint. De même elle doit être construite en hauteur. Et elle doit être grande, solide, sacrée et propre, pacifique, réculée, pourvue de grandes fenêtres, pleine de toute sorte de belles choses, et parfaite, parfumée, comme entourée d’un paradis embaumé ». Id, ibid., p. 126.

64 M.O.P.H., 1898, 3, p. 221-226.

65 L’étude de l’évolution liturgique et de son impact sur les établissement, sera centrée, notamment, sur le cas des Prêcheurs et des Mineurs, en raison de la prolifération documentaire sur ces deux premiers ordres mendiants. Or, les textes traitant de la liturgie des Carmes et des Augustins corroborent la constatation que ces « plus jeunes » ordres mendiants calquèrent leur vie conventuelle, et, par conséquent, la célébration liturgique, sur l’exemple de leurs devanciers. Plus particulièrement pour les Carmes, ayant maintenu sans déviation notable la ligne de la liturgie romaine primitive. Voir Zimmerman, B., Ordinaire de Notre-Dame du Mont-Carmel, Paris, 1910, p. 145-160.

66 O’Carroll, M., « The Friars and the Liturgy in the Thirtheenth Century », dans La predicazione dei frati dalla mettà del’200 alla fine del’300, Atti del XXII Convegno internazionale di studi francescani, Assise, 1994, Spolète, 1995, p. 195-196.

67 Id., ibid., p. 196.

68 Voir Mandonnet, R. P., Les frères Prêcheurs et le premier siècle de leur histoire. Analyse des leçons données à l’Institut catholique de Paris du 9 janvier au 27 mars 1917, Semur, 1918, p. 44.

69 Pour le rapport entre ecclesia materialis et ecclesia spiritualis, voir Boesflug, D., « Telle église, telle parole. Remarques sur l’emplacement de la chaire à prêcher dans les lieux de culte », dans Liturgie et espace liturgique, Paris, 1987, p. 21-22.

70 Dès 1221, Honorius III concéda aux Dominicains, à la suite de leur demande, la faculté de célébrer l’office sur autel portatif : Postulastis a nobis, ut cum extra civitates & villas frequentius existatis, nec vobis expediat per hujusmodi loca dicurrere pro Divinis Officiis audiendis, celebrandi vobis, ubi Conventus de Ordine vestro fuerit, super Altare portatile licentiam preberemus. Nos autem id vestris postulationibus inclinati concedimus sine juris prejudicio alieni, B.O.F.P., 1, p. 14. Le même privilège fut accordé aux Franciscains par Innocent IV, en 1250 : Eisdem concedit licentiam celebrandi missas, ubi conventus eorum fuerint, super altari portatili (bulle Postulastis a nobis). Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 53.

71 Constituciones primaevae S. Ordinis Praedicatorum, Conventus S. Dominici de Faesulis, 1962, p. 6, III.

72 B.F., 1, p. 296, Bulle Pio vestro collegio.

73 Gratien, P., Histoire de la fondation..., op. cit., p. 168.

74 Bernadot, M. V., « La place de la liturgie dans la spiritualité dominicaine », L.V.S., 1921, 4, p. 385, 394.

75 « Que les cloisons qui existent dans nos églises entre les séculiers et les frères soient disposées de manière que les frères entrant et sortant du chœur ne puissent voir les séculiers ni être vus par eux. Il est pourtant possible que quelques fenêtres soient opérées : elles pourraient être ouvertes au moment de l’élévation », M.O.P.H., 3, p. 47, « Acta Capitulis generalis apud Treverim celebrati anno Domini MCCXLIX ».

76 Fratres praedicatores ceperunt celebrare post completorium unam processionem de novo, exeuntes de choro in medio ecclesiae cantando « salve Regina  », et multi de populo currebant ex devotione ad videndum et audiendum. Chron. Bursellii, Ms. Arch. général., 1.qq., cité dans Mortier, A., Histoire des maîtres généraux..., op. cit., p. 575.

77 Nous conservons le terme latin pontile pour le couloir de circulation aménagé au sommet de la clôture, afin de distinguer ce dispositif de l’ensemble de la structure du jubé.

78 Mortier, A., Histoire des maîtres généraux....op. cit., p. 575.

79 Fratris Gerardi de Fracheto Vitae fratrum ordinis Praedicatorum, éd. B. M. Reichert, Louvain, 1896, p. 120.

80 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, Litterae encycl, p. 503.

81 Id., ibid., p. 170.

82 Fratris Gerardi de Fracheto Vitae fratrum ordinis Praedicatorum, op cit., p. 97 : Cum recedens ab altari, videns quasdam immundicias circa lampadem in medio chori [...].

83 Ypma, E., « Les statuts pour le couvent... », art. cité, p. 293, De officio divino et cultu vero Deo exhibendo ab omnibus in eadem religionem vocatis. Évidemment, les membres du clergé tant dans les cathédrales que dans les collégiales se disposaient de la même manière dans le chœur.

84 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, De officio cantons, p. 241-246. Gratien, P., Histoire de la fondation..., op. cit., p. 171.

85 Humberti de Romanis, Opera de vita...,op. cit., 2, p. 242.

86 Constituciones primaevae S. Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 6, II.

87 Mortier, A., Histoire des maîtres...,op. cit., p. 576.

88 C’était le cas du couvent dominicain de Langres, dès le Moyen Âge. Voir Mémoire du Père Jantet, Prieur du couvent de Langres, envoyé au Général de l’Ordre en 1760, Ms. Arch. Ord., L.H.h.h., p. 151.

89 Masetti, Monumenta et Antiquitates veteris disciplinae Ordinis Praedicatorum, Rome, 1864, I, p. 64.

90 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 1, p. 158 ; 2, p. 240.

91 Gratien, P., Histoire de la fondation, op. cit., p. 172. Chronica Fratris Salimbene da Parma, éd. O. Holder-Egger, dans M.G.H., Scriptores, 32, Hanovre, 1905-1908, p. 422, 425.

92 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 158.

93 Chronica Fratris Salimbene da Parma, op. cit., p. 425.

94 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, De officio sacriste, p. 232 : Sacristia debet esse fortis in ostiis, et fenestris, et clavibus.

95 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 151. Pour les Carmes, l’usage du clocher pour annoncer les services divins était une tradition : « Ces frères expriment le désir de posséder des cloches qui leur permettront de se rassembler pour l’office divin ». Lettre Frequens paganorum incursus d’Innocent IV, 1er octobre 1247, dans The Rule of Saint Albert, éd. Bede Edwards, Aylesford-Kensington, 1973, p. 64.

96 Id., ibid., p. 150 et sq.

97 Id., ibid., p. 170.

98 « Vetera monumenta legislativa sacri ordinis Praedicatorum », A.S.O.F.P., 1897, 3, p. 36 : Audito primo signa surgant Fratres dicendo matutinas de Beata Virgine pro tempore. Les constitutions primitives des Dominicaines de Montargis introduisirent des oraisons privées à l’heure du lever, par analogie au petit office de la Vierge chanté par les Dominicains à ce moment. Les nouvelles constitutions des sœurs, révisées par Humbert de Romans, prescrivaient que l’oraison des sœurs eût lieu après matines et après complies. Voir Raffin, P., « Brève histoire des constitutions »..., art. cité, p. 116.

99 Humberti de Romanis, Opera de vita.. op. cit., 2, p. 70-72.

100 M.O.P.H., 1898, 3. « Acta capituli generalis apud Mediolanum celebrati anno Domini MCCLXX », p. 150 : In capitulo de officio ecclesiae. ubi dicitur. surgant fratres dicendo officio in beata virgine. deleatur, dicendo. et dicatur sic. surgant fratres. et stando dicant officium de beata virgine.

101 Mortier, A., Histoire des maîtres..., op. cit., p. 585.

102 L’espace des religieuses était vraisemblablement aménagé en fonction de l’agencement du cloître par rapport à l’église et de la disposition de cette dernière par rapport à l’entrée principale du couvent.

103 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, p. 346, De edificiis : uigesimum octauum capitulum.

104 Ibid., p. 337-348.

105 Ibid., p. 346, De edificiis : uigesimum octauum capitulum.

106 Ibid. : Pro communione autem certis temporibus recipienda, ubi necesse fuerit, fenestra parvula fiat cum ostiolo de lamina ferrea sera et clavi semper firmato, per quam calix possit dari congrue et ministrari Dominici Corporis sacramentum ; et tantum distet a terra, quod sacerdos commode illud ministerium inde valeat exhibere.

107 Alberigo, G., Dossetti, J. A., Joannou, P. P., et al. (èd.), Conciliorum oecumenicorum decreta, Bologne, 1973, (3e éd.), p. 239-240, Constitutio X. Au sujet du rôle du canon 10 de Latran IV à la formation spirituelle des fidèles, voir Longère, J., « La prédication et l’instruction des fidèles selon les conciles et les statuts synodaux depuis l’antiquité tardive jusqu’au xiiie siècle », dans L’Encadrement religieux des fidèles au Moyen Âge et jusqu’au concile de Trente. 109e Congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, Paris, 1985, 1, p. 399-400.

108 Jοrdanus de Saxonia, Libellus de principiis ordinis praedicatorum, op. cit., p. 56-58 : Instituimus praedicatores in episcopatu nostro fratrem Dominicum et socios eius, qui in paupertate evangelica pedites proposuerunt incedere et veritatis evangelice verbum predicare.

109 Jordanus de Saxonia, Libellus de principiis ordinis praedicatorum, op. cit., p. 46.

110 Hardick, L., Terschlüssen, J., Esser, K., La règle des frères Mineurs...,op. cit., p. 28.

111 Second Annual Course on Augustinian Spirituality, Rome, 1976, p. 114.

112 Roth, F., « Cardinal Richard Annibaldi, First Protector of the Augustinian Order », Augustiniana, 1953, 3, p. 21.

113 B.F., 3, p. 480. Voir aussi Gratien, P., Histoire de la fondation..., op. cit., p. 339-345. Cependant, afin de se conformer au canon Omnius utriusque sexus du IVe concile de Latran, les frères étaient obligés d’inciter les fidèles à se confesser au moins une fois par an au curé paroissial. Voir idem, p. 340-341. Le pouvoir d’exercer le ministère de la confession conjointement à la prédication fut accordé aux frères Mineurs en 1237 par le pape Grégoire IX. Or, les Dominicains possédaient ce double privilège dès la décennie précédente. Voir Rusconi, R., « I francescani e le confessione nel secolo XIII », dans Francescanesimo e vita religiosa dei laici nel’200, Atti dell’VIII Convegno Internazionale di Studi francescani, (Assise, 1980), Rimini, 1982, p. 275-277.

114 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 218.

115 Id., ibid.

116 Id., ibid.

117 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, ix, De excellentia praedicationis super alia opera, p. 31.

118 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle ».... op. cit., 1946, p. 178, n. 107. Il est probable que cette salle servait également de lieu de conférences pour une élite de laïcs.

119 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, ix, De excellentia praedicationis super alia opera, p. 34.

120 Id., ibid., p. 32 : Item, pro nullo alio officio expectatur tam excellens remuneratio, quia praeter auream debetur aureola praedicationi.

121 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XIII, Determinationes quaestionum, Pars II, Quaestio XIX, p. 370 : « Dans les cités et les villes, où les victuailles abondent, de nombreuses personnes peuvent affluer et mieux se nourrir et, de la part de plusieurs, il y a espoir de plus de revenus ; car ceux-ci nous administreront plus de biens sous forme d’aumônes et demanderont en échange l’octroi de dons spirituels. »

122 Cet usage découlait de l’homélie explicative du texte sacré que les évêques adressaient aux fidèles. Voir Mortier, A., Histoire des maîtres..., op. cit., p. 508.

123 Id., ibid.

124 Dierexens, J.C., Antverpia Christo nascens et crescens, Anvers, 1773, 1, p. 253, cité dans Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, p. 159-160.

125 Bihl, M., E sermonibus Friderici de Vicecomitibus, archiep. Pisani, de S. Francisco (1263-1267), A.F.H., 1908, 1, p. 652-655.

126 Boesflug, D., « Telle église, telle parole »..., art. cité, p. 28.

127 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome...,op. cit., p. 218, bulle Super cathedram.

128 Rusconi, R., « Le pouvoir de la parole. Représentation des prédicateurs dans l’art de la Renaissance en Italie », dans Dessi, R. M., Lauwers, M. (dir.), La Parole du prédicateur, ve-xve siècle, Nice, 1997, p. 445-446.

129 Quant le prédicateur passionnait les fidèles, ces derniers lui érigaient une chaire monumentale que l’on roulait à travers la ville. Voir Mortier, A., Histoire des maîtres..., op. cit., p. 510. Par ailleurs, les prédicateurs de renom, comme Bonaventure de Bagnoregio, prononçaient souvent deux ou trois sermons par jour, notamment à l’occasion des grandes fêtes. Voir Paul, J., « La prédication de saint Bonaventure dans le Midi », dans La Prédication en Pays d’Oc (xiie-début xve siècle), C.F., 1997, 32, p. 136.

130 Mortier, A., Histoire des maîtres....op. cit., p.510.

131 Boesflug, D., « Telle église, telle parole... », op. cit., p. 28.

132 B.N.F., ms. fr. 166, f°47, f°62, f°112.

133 L’habitude de recouvrir de lambris les murs du chœur et des nefs n’est pas inconnue dans les couvents mendiants, particulièrement à la fin du Moyen Âge.

134 Constituciones primaevae S. Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 6, II, De mulieribus non intromittendis.

135 B.M. de Valenciennes, Jean Gerson, Sermons sur la Passion, v. 1480.

136 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., 8, Opusculum XVIII, Constitutiones Narboneneses, Pars I., Rubr. VI, p. 456.

137 Vicaire, M.-H., « Le financement des Jacobins de Toulouse. Conditions spirituelles et sociales des constructions, (1229ca-1340) », dans La Naissance et l’essor du gothique méridional, op. cit., p. 238. Nous pouvons citer aussi les peintures qui ornent le chapitre du couvent dominicain de Santa Maria Novella, à Florence : parmi les scènes du ministère des Prêcheurs figure la confession.

138 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 246.

139 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Peaedicatorum », art. cité, p. 346.

140 Ibid.

141 La fête des Défunts le 2 novembre fut, légéndairement, instituée par saint Odilon. Voir Le Goff, J., La Naissance du purgatoire, Paris, 1974, p. 172.

142 Labrot, J., « La mort, les religieux, les méreaux obituaires et les chanoines », dans Moines et moniales face à la mort. Actes du colloque de Lille 1992. H.M.A., 1993, 6, p. 293.

143 Id., ibid.

144 Les démêlés avec les autorités ecclésiastiques au sujet des cimetières mendiants étaient fréquents, et parfois houleux : à Abbeville, les chanoines de Saint-Vulfran, s’insurgèrent, au xvie siècle, contre les Franciscains, à cause du nombre élevé des sépultures que ceux-ci accueillaient dans leur couvent. Le chapitre cathédral d’Arras attendit quarante et un ans, avant de permettre aux Franciscains de la ville d’aménager leur cimetière indépendant. Voir respectivement, Louandre, F.-C., Histoire d’Abbeville et du comté de Ponthieu, Paris-Abbeville, 1984, réimpr. Marseille, 1976, p. 178 et A. D. Pas-de-Calais, 3G Jacobins.

145 B.O.F.P., 1, p. 25, Gregorius IX, Anno 1227, Die 30 Novembr. Sepulturam in Ecclesiis Fratrum liberam esse sacit. Le prélat veilla néanmoins à ce que les droits du clergé paroissial ne fussent pas bafoués. Ibidem.

146 B.M. de Bayeux, ms. 48, f°180. Voir in extenso, Martin, H., « Deux prédicateurs du xve siècle parlent de la mort », dans La Mort au Moyen Âge, Colmar, 1977, p. 103-124.

147 Dans le cadre de la vie conventuelle également, la symbolique de la mort n’était pas absente. Chez les Carmes, le frère pénitent fautif devait se présenter au réfectoire sans son capuchon, avec un petit scapulaire portant une croix ou une tête de mort : crucem mortuive caput. Moulin, L., La Vie quotidienne des religieux au Moyen Âge, xe-xve siècle, Paris, 1978, p. 64-65.

148 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 307-308. Si le religieux malade ne pouvait pas assister à la messe, un frère récitait l’office avec ou près de lui. Quant la dernière heure arrivait, toute la communauté accourait au chevet de l’agonisant en recitant le Credo. La règle des sœurs Dominicaines prescrivait également des mesures précises pour les sœurs mourantes : « À l’heure de la communion et de l’extrême onction une sœur porte la croix et un frère octroie la sainte onction : premièrement a lieu la communion et ensuite l’onction. Et à ces occasions la communauté reste toujours dans l’infirmerie jusqu’à la fin de l’office. » Voir « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, p. 347 : De ingressu et egressu domorum : uigesimum nonum capitulum.

149 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis Bononie celebrati anno Domini MCCLII », p. 64.

150 Ces documents, quoique rarement conservés pour la région et la période que nous étudions, fournissent indirectement des informations précieuses sur la topographie conventuelle. Pour le couvent franciscain de Metz, voir A.D. Moselle, H 3772, Cordeliers de Metz, Décès et Sépultures.

151 C’était le cas, en 1291, du prieur du couvent dominicain de Perpignan. Voir Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 94.

152 B.O.F.P., 1, Gregorius IX, Anno 1228, Die 9 April. : « Vous accordant l’autorité de disposer librement de cimetières dans vos églises à l’usage des frères et de vos familles. »

153 Même placés sous la protection archiépiscopale, les Dominicains de Reims se trouvaient, au milieu du xiiie siècle, dans l’impossibilité d’achever leur nouveau couvent. L’intervention du pape Innocent IV, et les indulgences qu’il accorda aux futurs bienfaiteurs, s’avérèrent être particulièrement efficaces. Voir A.G.O.P., Rome, K 483, Fondation du couvent des frères Prescheurs de Reims en Champagne, de la Province de France.

154 Entre autres, Simon Cupersli, au xve siècle, suggérait aux fidèles l’échange des biens matériels contre le salut.

155 A.F.H., 1909, 2, « Constitutiones generales ordinis fratrum minorum, a Capitulo Perpiniani anno 1331 celebrato editae », p. 287, De divino officio.

156 Les chanoines, issus en général de la noblesse ou la bourgeoisie, introduisirent d’abord, discrètement, les sépultures de leurs familles dans l’enceinte sacrée des églises. Par la suite, soucieux de la prospérité de leurs établissements religieux, ils accueillirent des défunts laïcs, recrutés dans toutes les catégories sociales aisées. Voir Labrot, J., « La mort, les religieux, les méreaux obituaires et les chanoines », dans Moines et moniales face à la mort, op. cit., p. 292.

157 Quand les fondations des chapelles coïncidaient chronologiquement, les travaux d’agrandissement étaient entrepris par les communautés elles-mêmes, afin d’assurer l’homogénéité architecturale de l’édifice cultuel.

158 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis Parisius celebrati anno Domini MCCXLVI », p. 37.

159 Voir Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 156. Cependant, la distribution des sépultures obéissait à une certaine hiérarchie, d’ordre tant spirituel que social.

160 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis Coloniae celebrati anno Domini MCCXLV », p. 32.

161 Voir Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs à l’égard des œuvres d’art », dans La Naissance et l’essor du gothique méridional, op. cit., p. 93.

162 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capitulis generalis apud Venetiam celebrati anno Domini MCCXCVII », p. 283.

163 Voir Vauchez, A., Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 75-77.

164 Hefele, Leclercq, Histoire des conciles, op. cit., vol. 5, t. II, p. 1343, « Concile de Latran IV », canon 12 : Hujusmodi vero capitulum aliquot certis diebus continue juxta morem Cisterciensis ordinis celebretur, in quo diligens habeatur tractatus de reformatione ordinis et observatione regulari.

165 « Cependant il ordonna que les frères de l’ordre [...] aient de demeures frustes ». M.O.P.H., 1897, 2, fasc. 1, p. 12. « Fratris Galvagni de la Flamma Chronica Ordinis Fratrum Praedicatorum », 1217, 16.

166 Ibid.

167 Ibid.

168 Ibid, 1217, 17.

169 A.F.H., 1909, 2, « Constitutiones generales ordinis fratrum minorum, a Capitulo Perpiniani anno 1331 celebrato editae », p. 413, De modo laborandi : « Saint François dans la Règle : Que ces frères, auxquels Dieu a donné la grâce de pouvoir travailler, travaillent avec foi et dévotion car, en chassant la paresse qui nuit à l’âme, ils n’épuisent pas pour autant le souffle de la sainte oraison et de la dévotion auxquelles ils doivent se consacrer le reste du temps. »

170 Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 165, « Fundatio conventus Brivensi. Priores in conventu Brivensi ».

171 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 8, XII, « De magistro nouiciorum ».

172 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 5, I, « De matutinis » : Et finitis matutinis tenetur capitulum.

173 Ibid, p. 6 : [...] Postea egredientur novicii.

174 Ibid. : « resident fratres. »

175 Ibid.

176 Au milieu du réfectoire, isolés du reste de la communauté, prenaient place pendant les repas les frères ayant commis une coulpe grave ou « plus grave ». Ibid., p. 13, XXII, « De graviori culpa ».

177 Ibid., p. 7, VI, « De prandio ».

178 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 156.

179 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 7, VI, « De prandio ».

180 À titre d’exemple, citons le lavabo aménagé à l’extrémité nord de la galerie claustrale orientale du couvent des Dominicaines messines.

181 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick de Saint-Joseph et Marie-Joseph du Sacré-Cœur, op. cit., p. 5, « De oratoriis » : « Pour des raisons de commodité, l’oratoire peut être construit au milieu des cellules. »

182 Doctoris Seraphici S. Banaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spactantia, op. cit., Opusculum XIII, Determinationes quaestionum, Pars I, Quaestio III, Cur Fratres intendant studio litterarum, p. 370. Sur ce sujet, Humbert de Romans s’exprima avec la même ferveur, en insistant sur l’association intime entre prédication et études : « Il est grandement nécessaire de prévoir que ni les lecteurs ni les prédicateurs manquent, car les lecteurs deviennent prédicateurs et non pas l’inverse. Ainsi, si le nombre des lecteurs baisse les prédicateurs manqueront. » Humberti de Romanis, Opera de vita...,op. cit., 2, p. 34.

183 Id., ibid., De aliis locorum diversitatibus, p. 224.

184 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 5, « Prologus ».

185 Locus collationum. Voir Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xii, « De aliis locorum diversitatibus », p. 224.

186 Id., ibid., p. 21, xxix, « De dispensacione studencium ».

187 Doctoris Seraphici S. Banaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., Opusculum XVIII, Constitutiones Narbonenses, Rubr. VI, p. 457, De libris scribendis et habendis.

188 « En effet, à côté de l’église Saint-Romain a été construit un cloître disposant au-dessus de cellulles convenables pour l’étude et le sommeil ». M.O.P.H., 1935, 16, « Jordanus de Saxonia. Libellus de principiis ordinis praedicatorum », p. 46.

189 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 21, XXIX, De dispensacione studencium : « Que des cellules ne soient pas assignées à tous les étudiants mais uniquement à ceux que le maître suggère [...] Dans les cellules il est possible de lire, de prier, de dormir et même de veiller la nuit pour étudier. »

190 Humberti de Romanis, Opera de vita.... op. cit., 2, p. 190 et 253. Il importe de signaler que quelques années auparavant, les lecteurs n’avaient pas droit en vertu de leur grade à une chambre indépendante. Voir M.O.P.H., 1898, 3, « Acta capitulis generalis Parisius celebrati anno Domini MCCXLVI », p. 37 : « Qu’aucun lecteur ne dispose d’une chambre spéciale sauf pour l’exercice de son lectorat. »

191 M.O.P.H., 1899, 4, « Hec sunt acta Capituli Generalis apud Bononiam celebrati anno Domini MCCCXV », p. 79.

192 Meersseman, G., « L’architecture dominicaine au xiiie siècle... », art. cité, 1946, p. 188.

193 Il convient de souligner que dans les constitutions du chapitre général de Ratisbonne, tenu en 1290, la partie consacrée aux études dépasse largement les autres sujets abordés par les capitulants. Voir Second Annual Course on Augustinian Spirituality, op. cit., p. 142.

194 Ypma, E., La Formation des professeurs chez les Ermites de saint Augustin, 1256-1354, Paris, 1956, p. 63.

195 Ypma, E., « Les études des Augustins et leur installation dans le Midi », dans Les Mendiants en pays d’Oc, C. de F., 1973, p. 116-117.

196 L’utilisation de matelas était interdite. Seuls les lits de paille et les nattes de laine étaient acceptées. Voir Constituciones antique Ordinis Fratrum Praedicatorum, op. cit., IX, p. 8, « De lectis ».

197 « Dans les cellules, il est possible de lire, d’écrire, de prier, de dormir et de veiller la nuit — ceux qui veulent — pour étudier ». Ibid.

198 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 272-273. « À lui incombe donc de fermer et d’ouvrir les fenêtres... et même celles des cellules individuelles en l’absence des frères. »

199 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick de Saint-Joseph et Marie-Joseph du Sacré-Cœur, op. cit., p. 5, « De cellulis ».

200 Le prieur général du couvent parisien, Guillaume de Cremone, appliqua ce principe dès 1328. Voir « Litterae prioris generalis Fr. Guillelmi de Cremona », A.A., 1911-1912, 4, p. 62.

201 Voir Ypma, E., « Les statuts pour le couvent des Augustins de Paris... », art. cité, p. 299. Dans le couvent des Augustins de Paris, un escalier intérieur permettait aux frères de gagner le dortoir depuis la sacristie, durant l’office, en cas d’urgence évidemment : « Si pourtant un frère a besoin de se rendre au dortoir, qu’il y aille par l’escalier de la sacristie. »

202 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 1, XV, « De modo faciendi professionem », p. 10.

203 Ibid.

204 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, p. 534.

205 Id., ibid., p. 536.

206 Bernardus Guidonis, De fundatione e prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordinis Praedicatorum, op. cit., p. 125, « Fundatio et priores conventus Montis Albani » : « Le frère Hélie Arnaldi, du diocèse de Limoges, succéda au frère Arnauld Pagani. À l’époque de celui-ci fut construit le nouvel édifice de l’infirmerie. »

207 Ibid., p. 83, « Fundation conventus Burdegalensis » : « D. Guillaume Raymond Colombe, soldat excellent, a fait faire à ses frais le réfectoire des frères et la chapelle de l’infirmerie. »

208 Ibid., p. 302 et 319.

209 Mortier, A., Histoire des maîtres....op. cit., p. 594-595.

210 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., Opusculum XVIII, Constitutiones Narbonenses, Rub. VI, « De occupationibus Fratrum », p. 455.

211 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xii, « De aliis locorum diversitatibus ».

212 Id., ibid., p. 327, xxxiii, « De officio sartoris » : « Tailleur s’appelle le frère convers qui connaît la technique de couper et de coudre » et xxxiv, « De officio sutoris » : « Cordonnier s’appelle le frère laïc qui connaît la technique de coudre le cuir. »

213 Id., ibid., xxxiii : « De officio sartoris » : « Pour ce type d’occupation il convient d’avoir un édifice isolé muni de grandes fenêtres, afin qu’il soit lumineux, et dans lequel soit aménagé un endroit pour découper, à savoir un établi en planches aplanies, suffisamment haut et commode pour la coupe » et xxxiii, De officio sutori : « Étant donné qu’il convient que le cordonnier partage le même édifice avec le tailleur, il faut prévoir une répartition de l’espace, afin que leurs travaux ne se trouvent pas mélangés. »

214 Id., ibid., xxix, « De officio receptoris hospitum », p. 310.

215 Id., ibid., « Cette tâche consiste aux soins apportés à l’édifice pour les hôtes, ou aux édifices s’ils sont plusieurs, à savoir la surveillance, l’ouverture et la fermeture aux heures prescrites, le nettoyage et la préparation convenable et confortable avec des images, des sièges, des tables et l’équipement analogue. »

216 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 1, p. 7, VI, « De prandio » : « Dans nos demeures il n’existe pas deux locaux [...] l’un pour la viande et l’autre pour les autres nourritures [...] Ainsi les frères prennent leurs repas soit dans le réfectoire commun soit dans la maison des hôtes. »

217 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xxix, « De officio receptoris hospitum », p. 316.

218 Id., ibid., p. 277 : « De officio portarii ».

219 Id., ibid. : « S’ils sont des visiteurs de choix, qu’ils soient conduits dans le chapitre. »

220 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick de Saint-Joseph et Marie-Joseph du Sacré-Cœur, op. cit., p. 5, « De cellulis » : « Que la cellule du prieur soit établie près de l’entrée de la demeure afin qu’il puisse veiller sur les entrées et les sorties. »

221 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., Opusculum XIII, Determinationes quaestionum, Pars I, Quaestio VI, p. 341.

222 Humberti de Romanis, Opera de vita..., op. cit., 2, xxxvi, « De officio hortulani », p. 333 : « Que de l’attention portée à ce qu’ils n’existent ni arbres, ni buissons, ni autres plantes inutiles, mais celles qui produisent des fruits utiles et abondants, selon la nature du sol, et variés, selon les saisons ; et surtout des fruits qui conviennent aux malades et ne sont pas à l’origine de maladies. »

223 Id., ibid. : « Il faut prévoir que près de la clôture n’existent point de grands arbres, par lesquels l’on puisse monter et descendre. »

224 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, p. 346, De edificiis : « Il peut exister aussi, dans un endroit convenable, un parloir pour les communications avec les personnes extérieures à la communauté. Qu’à cet endroit soit opérée une fenêtre protégée par des barreaux de fer, comme la fenêtre ci-dessus dans l’église [...] Que toutes ces fenêtres, grandes ou petites, soient munies de doubles serrures et de clés solides afin que ne nul contact puisse avoir lieu entre l’intérieur et l’extérieur. »

225 Ibid. : « Que par la grande fenêtre de l’église même puissent se dérouler des conversations avec des personnes externes, notamment quand il n’existe pas de parloir. » Des dispositions de protection analogues, sinon plus pointues, étaient prises dans les couvents des Clarisses. Voir Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 245 : « Que le parloir commun soit aménagé dans l’église ou, encore mieux, de manière confortable et honnête dans le cloître afin de ne pas déranger les prières. Que ce parloir soit protégé par une quantité suffisante de barres métalliques et de clés solides, afin que personne ne puisse l’ouvrir ; que la fenêtre soit couverte d’un voile noir afin que personne puisse voir ni être vue. »

226 Id., ibid., p. 243.

227 Id., ibid. : « Que le lit de l’abesse soit installé à un endroit d’où elle puisse, si possible, surveiller les autres lits sans obstacle. »

228 Id., ibid. : « Qu’une lumière suspendue au milieu du dortoir soit laissée allumée toute la nuit. »

229 Id., ibid. : « Que les malades disposent de leur propre édifice, s’il est possible d’en aménager un, afin qu’elles y demeurent séparées des sœurs en bonne santé et ne leur perturbent pas l’ordre et le calme. »

230 Id., ibid., p. 242-243 : « Que de soins soient apportés avec grande diligence aux malades, dans la mesure du possible, tant pour la nourrotire, quand leur maladie l’impose, que pour les autres choses nécessaires qui doivent être offertes avec bienveillance et sollicitude, dans une ferveur charitable. »

231 « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, De modo laborandi : uigesimum capitulum.

232 Ibid., De edificiis : uigesimum octauum capitulum, p. 346.

233 Eubel, C., Bullarii franciscani epitome..., op. cit., p. 244-245 : « Que dans chaque couvent existe une seule porte tant pour les entrées que pour les sorties. »

234 Id., ibid., p. 245

235 Id., ibid.

236 Id., ibid. : « Dans certains couvents, à un endroit adéquat, soit une roue en fer, suffisamment large et haute, d’où pourront s’effectuer les échanges matériels avec l’extérieur ». Voir aussi « Liber constitutionum Sororum Ordinis Praedicatorum », art. cité, De edificiis : uigesimum octauum capitulum, p. 346 : « Qu’à un endroit convenable de l’enceinte soit incorporé une installation circulaire que nous appelons rota : ainsi pourront être données et reçues les choses nécessaires sans que les personnes qui donnent ou reçoivent puissent se voir mutuellement. »

237 La Règle de s. Augustin et les constitutions des religieuses de l’Ordre de s. Dominique, avec les déclarations et les ordonnances des Chapitres généraux. Recueillies & mises en François par le R P. Jean Mahvet de l’Ordre des F. F. Prêcheurs, Avignon, éd. P. Offray, 1689, chap. vii, « Des bastimens », p. 209.

238 Rappelions que le mot « apostolat » provient du verbe grec ὰποστέλλειν, qui signifie envoyer en mission, notamment pour la transmission orale d’un message.

239 M.O.P.H., 1941, 20, « Acta capitulorum provincialium provinciae Romanae (1243-1344), Urbeveteri 1261 », p. 514 : « Nous exhortons que les frères ne soient pas envoyés en dehors des termes de leurs couvents. »

240 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta capitulis generalis apud Treverim celebrati anno Domini MCCXLIX », p. 46 : « Que les frères d’une province ne prêchent pas dans les termes d’une autre province, même s’ils y sont de passage. Qu’ils n’y fassent pas de quête sauf avec la permission du prieur provincial ou conventuel desquels dépendent les termes ci-dessus. Et s’ils font le contraire, qu’ils soient tenus à restituer au prieur conventuel ce qu’ils ont obtenu dans ses propres termes. »

241 Constitutions des Grands Carmes. Manuscrit de Lunel du xve siècle, transcription faite par Patrick de Saint-Joseph et Marie-Joseph du Sacré-Cœur, op. cit., p. 21, « Contra intrantes terminos alterius provincie vel conventus ».

242 Chapotin, M.-D., Histoire des Dominicains de la province de France. Le Siècle des fondations, Rouen, 1898, p. 379-380.

243 Id., ibid., p. 380.

244 Meersseman G., « Les débuts de l’ordre », art. cité, p. 26.

245 Id., ibid., p. 25.

246 A.F.H., 1909, 2, « Constitutiones generales ordinis fratrum minorum, a capitulo Perpiniani anno 1331 celebratae editae », p. 582.

247 Constitutiones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 22, XXXII, « Ubi non audeant predicare fratres ».

248 Sevray (abbé), Les Cordeliers de Séez, op. cit., p. 6.

249 Constitutiones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 22, XXXIV, « De itinerantibus fratribus ».

250 M.O.P.H., 1941, 20, « Acta capitulorum provincialium provinciae Romanae (1243-1344), Senis, 1295 », p. 119 : « Étant donné que les frères itinérants ne peuvent pas être logés dans des tavernes ou dans d’autres lieux inadaptés, nous voulons et nous enjoignons à leurs prieurs et leurs vicaires de soutenir avec sollicitude les frères auxquels le prieur provincial confie, dans diverses cités de sa province, la gestion des demeures ou des hospices destinés à l’accueil des frères itinérants. »

251 La roncière, Ch. (de), « Présence et prédication des Dominicains dans le contado florentin (1280-1350) », dans Dessi, R.-M., Lauwers, M. (dir.), La Parole du prédicateur, ve-xve siècle, op. cit., p. 365.

252 Doctoris Seraphici S. Bonaventurae S.R.E. Episc. Card. Opuscula varia ad Theologiam Mysticam et Res Ordinis Fratrum Minorum Spectantia, op. cit., Opusculum XIII, Determinationes quaestionum. Pars II, Quaestio XIX, p. 370 : « Il n’y a pas d’excuse pour la négligeance de ces prédicateurs et confesseurs qui, pour le confort, fréquentent les lieux où existent des bons hospices et ne veulent pas [...] faire un détour par les villes miséreuses au nom de la pauvreté du Christ. »

253 Rusconi, R., « Predicatori e predicazione (secoli IX-XVIII) », dans Storia d’Italia. Annali 4 : Intellettuali e potere, dir. Vivanti, C., Turin, 1981, p. 980.

254 M.O.P.H., 1898, 3, « Acta Capituli Generalis Bononie celebrati anno Domini MCCLII », p. 63 : « Admonitions. Que les frères soient attentifs de ne pas donner matière à troubles ou à scandales ni aux prélats ni au clergé. Mais qu’ils respectent et honorent ces derniers. Et qu’ils incitent la dévotion du peuple envers ceux-ci le mieux qu’ils peuvent. »

255 Constituciones primaevae sancti Ordinis Praedicatorum, op. cit., 2, p. 22, XXXIII, « De scandalo predicationis ».

256 Montagnes, B., « L’attitude des Prêcheurs à l’égard des œuvres d’art », dans La Naissance et l’essor du gothique..., C. de F., 1974, 9, p. 94.

257 Declerck, P., « Gauthier de Marvis, évêque de Tournai (1219-1252) et les frères Prêcheurs », A. F. P., 1950, 20, p. 330-331.

258 Martin, H., « Crise de la chrétienté et approfondissement de la vie religieuse (1250-1500) », dans J. Favier (dir.), xive et xve siècles. Crises et Genèses, Paris, 1996, p. 383.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search