Version classiqueVersion mobile

La ville et le rail au Japon

 | 
Natacha Aveline

Remerciements

Texte intégral

1À Anouk.

2Ce livre a pris forme au terme de deux séjours au Japon. J’ai d’abord été accueillie, de septembre 1998 à juillet 1999, au Département d’économie de l’université de Kyôto où j’ai engagé des recherches sur les stratégies foncières des compagnies ferroviaires privées. Je tiens à exprimer ma reconnaissance au professeur Fujita Masahisa pour son accueil, ainsi qu’à la Fondation Cannon Europe pour son soutien financier.

3Je suis ensuite retournée au Japon pour une période de deux ans, de septembre 2000 à août 2002, en tant que chercheur-pensionnaire à la Maison franco-japonaise. Mon projet de recherche portait sur la comparaison des cycles fonciers et immobiliers en Asie du Nord-Est, mais j’ai tiré parti de mon séjour à Tôkyô pour approfondir l’enquête auprès des compagnies ferroviaires et compléter mes recherches bibliographiques. J’exprime ma profonde gratitude au ministère des Affaires étrangères et au bureau français de la Maison franco-japonaise pour m’avoir offert des conditions idéales de travail.

4Le texte de cet ouvrage n’aurait pas, par ailleurs, été compréhensible sans l’apport des documents graphiques. Je n’ai pas eu les moyens financiers de confier cette tâche à un spécialiste – ce qui explique la piètre qualité de certains documents – mais l’assistance technique de mon époux François Aveline m’a été très précieuse, tout comme celle de ma collègue Françoise Desbordes.

5Mes remerciements s’adressent également à tous ceux dont la lecture a contribué à améliorer les versions précédentes du livre : Guy Jalabert, Vincent Renard et les quatre rapporteurs anonymes pour leurs commentaires ; Clément Bonnier pour la correction des erreurs de transcription et de typographie.

6Il me reste enfin à remercier les personnes qui ont accepté de me rencontrer et celles qui m’ont introduite auprès de leur réseau, en particulier Ishida Yorifusa, Hasegawa Tokunosuke, Sumida Shunsuke, Suga Tatsuhiko et Yokobori Hajime.

7Nota bene : Les valeurs sont généralement exprimées en yens. Toutefois, pour faciliter la lecture, nous indiquons autant que possible l’équivalent en euros. Pour simplifier, nous avons retenu partout le taux de change de mai 2002, soit 0,008583 euro pour un yen.

8Par ailleurs, les noms propres japonais sont donnés dans l’ordre inverse du français : le patronyme précède le prénom. Exemple : Ishida (nom de famille) Yorifusa (prénom). La transcription des termes est effectuée selon le système Hepburn.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search