Version classiqueVersion mobile

Les arènes totalitaires

 | 
Daphné Bolz

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le régime fasciste italien et le régime nazi ont été incontestablement, dans les années 1920 et 1930, les premiers véritables artisans de la politisation du sport – une politisation extrême, totale, à l'image du caractère « totalitaire » de ces régimes, visant à éduquer et à mobiliser les masses, dans une perspective belliciste de plus en plus évidente, tout en donnant la meilleure image possible du pays sur la scène internationale.

Peu après leur arrivée au pouvoir, les fascistes italiens repensent l'organisation sportive dans son ensemble et mettent progressivement en place un programme de construction d'équipements sportifs. Dans les années 1920, les stades construits en Italie fasciste frappent les observateurs par leurs innovations multiples, c'est-à-dire par leur architecture souvent d'avant-garde et par le projet pédagogique d'union du peuple par le sport qui les sous-tendent. L'Italie rattrape ainsi progressivement son retard sur l'Allemagne, dont la tradition des Leibesübung...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search