Version classiqueVersion mobile

Les arènes totalitaires

 | 
Daphné Bolz

Partie II. Les arènes de l’Homme nouveau. Caractères et symbolique de l’architecture sportive

Chapitre V. Une architecture de l’apparence : l’Antiquité réinventée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour les fascistes, comme pour les nazis, l’Antiquité est un univers de références privilégié. Mythifiée, elle représente un monde dans lequel les deux idéologies peuvent transposer leurs propres aspirations.

En se présentant comme les héritiers de la Rome antique, les fascistes italiens croyaient pouvoir justifier historiquement leurs ambitions : il s’agissait de recréer l’Empire romain. Quant aux nazis, ils voyaient dans les anciens Grecs un peuple cousin, dont la perfection des créations artistiques témoignait en dernier ressort de la supériorité de la « race aryenne ».

L’architecture sportive, dans une telle optique, devait parvenir à illustrer la quête fasciste et nazie d’une synthèse entre leur grandeur propre, projetée dans l’avenir, et la grandeur antique passée, à imiter. D’où la définition d’un néo-classicisme non exempt d’ambiguïtés, et ayant pour ambition d’a...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search