Version classiqueVersion mobile

Les arènes totalitaires

 | 
Daphné Bolz

Introduction

Texte intégral

  • 1 « Fédération de course Ancienne Prusse ».
  • 2 Sebastian Haffner, Histoire d’un Allemand. Souvenirs 1914-1933, Arles, Actes Sud, 2003 [2002], p. 6 (...)

1Dans sa magnifique Histoire d’un Allemand, publiée peu après sa mort, Sebastian Haffner raconte comment, durant la Première Guerre mondiale, le jeune enfant qu’il était suivait passionnément, chaque jour, l’avancée des troupes allemandes. Il ne doutait pas de la victoire finale et se permit même, à peine âgé de dix ans, de morigéner, dans une file d’attente, une dame proférant des propos défaitistes Dans le Berlin mouvementé de l’hiver 1918-1919, alors que la guerre avait cessé d’être le jeu abstrait ayant illuminé son enfance et que les bruits de la répression anti-spartakiste faisaient entendre leur rumeur, il se souvient également qu’il participait à un groupe de course à pied qui s’était donné le titre pompeux de « Rennbund Altpreussen1 et dont la devise, « Contre Spartacus, pour le sport et la politique », valait programme : « Notre occupation principale était le sport, écrit-il. Nous organisions des courses dans la cour de récréation ou dans les jardins publics, ce qui nous donnait le sentiment de nous opposer radicalement aux spartakistes, nous étions imbus de notre importance et de notre patriotisme et courrions pour la patrie. Quelle différence avec les futures Jeunesses hitlériennes2 ? »

2À lire ce témoignage direct de la vie enfantine à Berlin pendant la Première Guerre mondiale, le destin de l’Allemagne semblait pour ainsi dire tracé d’avance : il ne pouvait que conduire au nazisme. Non sans quelque paradoxe, l’auteur de ce témoignage, passé l’âge de l’enfance – cette formidable caisse de résonance des phénomènes collectifs –, fut l’un des rares à observer avec lucidité le processus de prise du pouvoir par les nazis, et à comprendre le mouvement de « décivilisation » qui était en train de s’opérer insidieusement.

  • 3 Cf. par exemple Detlev J. K. Peukert, La République de Weimar. Années de crise de la modernité, Par (...)
  • 4 Peter Gay, Le Suicide d’une république. Weimar 1918-1933, Paris, Gallimard, 1995 [1968], p. 26.

3La tendance historiographique consistant à réduire la République de Weimar à son début (l’accouchement dans le sang de la répression anti-spartakiste, et dans le « déshonneur » d’une défaite dont la caste militaire s’était déchargée sur le pouvoir politique) et à sa fin (l’arrivée d’Adolf Hitler aux commandes de l’Allemagne) a été à juste titre critiquée3. Il n’en reste pas moins que les premiers moments de Weimar, les grèves révolutionnaires, la proclamation précipitée et « burlesque4 » de la République, le double jeu des chefs militaires, l’incapacité des sociaux-démocrates à maintenir l’ordre sans l’aide des Freikorps, la division irréconciliable des socialistes, les semaines sanglantes de janvier 1919, l’odieux assassinat de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht, le « diktat » du traité de Versailles, etc., ont pesé lourd dans la balance.

4Au même moment, l’Italie sortait victorieuse de la guerre. Mais le bilan était douloureux six cent mille morts et un million de blessés. Un résultat d’autant plus difficile à digérer que le pays n’avait rejoint le conflit qu’en mai 1915, et que les négociations de paix n’accordèrent à l’Italie ni la côte dalmate, ni les possessions africaines perdues par l’Allemagne, sur lesquelles elle avait des vues. En quittant pour quinze jours les négociations de paix, le chef du gouvernement, Vittorio Emanuele Orlando, et son ministre des Affaires étrangères, Sydney Sonnino, s’enfoncèrent dans l’humiliation ; cette mise en scène n’apporta aucun bénéfice. Stigmatisant cette « victoire mutilée », les nationalistes décidèrent d’agir par la violence contre un gouvernement que la faiblesse semblait condamner.

5Bien que placées durant le conflit dans les deux camps opposés, l’Allemagne et l’Italie connaissaient donc des remous comparables ; batailles et expéditions punitives ensanglantaient autant les rues berlinoises que les campagnes et les villes italiennes. La fondation des Fasci di combattimento, en mars 1919, et de la Nsdap, en février 1920, s’inscrit naturellement dans ce cadre social explosif.

6Des ‘‘révolutionnaires”, prenant les noms de « fascistes en Italie et de « nationaux-socialistes » en Allemagne, refusèrent donc « le déshonneur national », et prônèrent une action concrète de régénération pour donner un nouvel avenir à leur pays. Ces hommes, décidés à renverser l’ordre ancien pusillanime, avaient pour programme commun de lutter contre une ‘‘dégénérescence” à la fois physique et morale. Comme le saisissant témoignage de Haffner le fait aisément comprendre, ils purent trouver dans l’activité sportive une très précieuse ressource pour parvenir à leurs fins.

7C’est ce que l’on tentera de montrer dans le présent livre, en nous fondant sur l’étude des lieux du sport que les régimes fasciste et nazi édifièrent afin d’encadrer leur population et de mettre en scène la supériorité de leur doctrine.

L’avènement du fascisme et du nazisme

8En quelques années, voire en quelques mois, le fascisme italien et le national-socialisme allemand modifièrent structurellement le champ politique de leur pays. Le Parti national fasciste, fondé le 7 novembre 1921, s’engagea dans l’activité politique légale avec la même violence et la même conviction dont firent preuve ses partisans lors des expéditions punitives qui avaient marqué son entrée sanglante dans la vie sociale italienne. Mussolini se résolut à prendre le pouvoir en octobre 1922 ; alors qu’il voulait lancer ses troupes dans une bataille pour prendre Rome (la fameuse « Marche sur Rome » du 28 octobre 1922), le roi Victor Emmanuel III refusa de décréter le siège de la ville et lui proposa dès le lendemain le poste de chef du gouvernement.

9La révolution fasciste pouvait s’accomplir. Elle comblait une sorte de quête nationaliste diffuse et jamais vraiment mise en forme. L’unité de l’Italie au xixe siècle devait être le premier pas vers une ‘‘révolution” nationale engendrant une « troisième Italie », après celles de l’Empire et de la Renaissance. Mais malgré l’uniformisation de l’administration, la modernisation du territoire, la réforme scolaire et le service militaire obligatoire, le sentiment national ne s’était guère emparé des masses. Autrement dit, bien qu’ayant « fait  l’Italie » on avait échoué à « faire les Italiens » selon une célèbre formule.

  • 5 Emilio Gentile, Il culto del littorio, Rome-Bari, Laterza, 2001 [1993], p. 10.
  • 6 Ibid., p. 7-8.

10De cette période d’unité, il ne restait donc qu’un mythe : « Le mythe du Risorgimento comme ‘‘révolution nationale incomplète” parce que l’unité morale autour d’une foi commune faisait défaut à l’unité politique5. » Ce mythe prit, après la Première Guerre mondiale, des proportions démesurées, accrues par l’expérience des tranchées l’affirmation de l’Italie comme grande puissance devint une véritable obsession pour les dirigeants politiques, et les fascistes poussèrent à l’extrême cette volonté d’achever la « révolution » et la « régénération morale6 ».

  • 7 Norbert Elias, Studien über die Deutschen. Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhu (...)
  • 8 Cf. Nobert Elias, Humana conditio. Osservazioni sullo sviluppo dell’umanità nel quarantesimo annive (...)

11En Allemagne, la défaite de 1918 n’avait pas été acceptée par une majorité de la population. Comme l’écrit Norbert Elias, « beaucoup de membres des classes moyennes et supérieures – peut-être une large majorité – avaient le sentiment qu’ils ne pouvaient vivre avec une telle humiliation », et qu’ils devaient se préparer pour la prochaine guerre7. L’incapacité à voir la réalité en face se cristallisa dans le mythe du « coup de poignard dans le dos », qui fit florès : l’Allemagne ne pouvait avoir perdu la guerre qu’à la suite d’une trahison de ses élites8. L’insatisfaction des populations face à la « fut encore aggravée par la crise économique de 1929. Les valeurs nazies, ancrées dans la tradition et les mythes nationalistes, furent érigées en obstacle ultime face aux malheurs s’abattant sur l’Allemagne.

  • 9 Renzo De Felice, Le interpretazioni del fascismo, Rome-Bari, Laterza, 1995 [1969], p. xv.

12L’arrivée et le maintien des fascismes au pouvoir se fondent donc tout à la fois sur une ambition déraisonnable nourrie de ressentiments, et puisant dans le passé ses éléments mythologiques, et sur des conditions historiques exceptionnelles, en particulier la guerre et la crise économique9.

  • 10 Robert O. Paxton, Le Fascisme en action, Paris, Seuil, 2004 [2004], p. 23.
  • 11 Ibid.

13Selon l’historien américain Robert Paxton, « au pouvoir, le fascisme a […] réalisé des changements suffisamment profonds pour [qu’on] puisse le taxer de ‘‘révolutionnaire”, à condition de donner à ce mot un sens particulier10 ». Il cite comme exemples le bouleversement des frontières entre public et privé, la restructuration des relations entre l’individu et la collectivité, la transformation de la citoyenneté, l’augmentation du pouvoir de l’exécutif jusqu’au contrôle total et l’expression d’émotions agressives11.

14La ‘‘révolution” les fascistes italiens et les nazis est à prendre au sens premier du terme proposant un abandon radical de la situation dégradante présente et son remplacement par une structure sociale et politique nouvelle, mais renouant avec un passé mythifié, avec une essence raciale ou nationale éternelle, transcendante, avec une vision cyclique de l’histoire – le passé révolu ne cessant de revenir à la surface, sous une forme sans cesse renouvelée, mais toujours conforme au « génie » de la race.

Fascismes, sport moderne et architecture sportive

  • 12 Comme le note Marie-Anne Matard-Bonucci : « L’idée que la santé morale allait de pair avec l’activi (...)

15Dans ce contexte d’incertitude et de frénésie nationaliste, façonner l’Homme nouveau constitue l’horizon politique suprême des régimes italien et allemand. En même temps, l’engouement massif des populations pour le sport témoigne des profondes mutations culturelles en cours. C’est ici un point commun à bien des pays européens, y compris démocratiques12. Le sport, en pleine expansion dans l’entre-deux-guerres, représente un enjeu d’autant plus crucial pour les sociétés de l’époque qu’elles vivent – ou pensent vivre – un bouleversement « moral » et politique.

  • 13 Pierre Milza, Les Fascismes, Paris, Seuil, 1991 [1985], p. 18-20.

16D’un point de vue idéologique, le sport s’inscrit dans l’anti-intellectualisme propre aux fascismes et participe de l’exaltation de la force et de la pureté raciale13. Modelable à souhait, il devient immédiatement un moyen de ‘‘redressement”, moral autant que physique, et le symbole de la renaissance du peuple. En Italie, les futuristes sont les précurseurs de la théorisation idéologique de la vitesse, du mouvement, et finalement du sport. En Allemagne, l’évolution est différente. Si le sport, sous la République de Weimar, relève majoritairement du domaine privé, il n’en est pas moins utilisé pour canaliser les sentiments des masses ; la pratique sportive est ainsi instituée en un acte patriotique qui remplace fonctionnellement le service militaire. À leur arrivée au pouvoir, les nazis ne feront que s’emparer d’un mouvement sportif déjà bien développé et peu critique face à l’idéologie nationale-socialiste.

  • 14 Marie-Anne Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau sous le fascisme italien », art. cit. (...)
  • 15 Cf. Norbert Elias, Eric Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 (...)

17Sous les régimes du fascisme italien et du national-socialisme, le sport devient ainsi une technique privilégiée pour uniformiser les pensées et les comportements des masses. Son importance, autant pratique que symbolique, est telle qu’il peut servir de miroir aux deux doctrines. Est en jeu, ni plus ni moins, le contrôle du « corps social par la régie des corps en mouvement14 ». Il faut cependant rejeter l’idée d’une assimilation totale du sport au fascisme. Si le sport est né dans un contexte socioculturel précis (l’État parlementaire anglais, les boarding schools, etc.)15, il a rapidement perdu ses caractéristiques premières pour se diversifier tant dans ses modalités de pratique que dans son organisation. Son éclatement est la preuve d’une absence d’essence ‘‘sportive”.

18Loin de défendre la thèse que « sport est fasciste nous nous efforcerons, dans ce livre, de replacer l’histoire du sport dans le contexte singulier de l’entre-deux-guerres en Italie et en Allemagne, et de mettre à jour, en partant de l’architecture sportive, les terrains d’entente qui ont pu être trouvés entre les sphères sportives et politiques afin de favoriser, entre elles, un processus de soutien et de renforcement mutuels.

19Car c’est un fait que l’autonomie présumée du domaine sportif s’effondre à partir du moment où l’idéologie politique s’en empare. Si le sport est un domaine particulièrement choyé par les idéologies en tous genres, c’est précisément parce qu’il présente toutes les apparences de l’indépendance et du désintéressement. Pour cette raison, l’idéologie s’exprime dans le sport sous son aspect le plus efficace : l’imperceptibilité. L’idéologie se donnant comme une évidence, le sport contribue à renforcer cette évidence derrière des « principes humanistes » indiscutables et indiscutés, ceux de « l’éthique sportive ».

20Les espaces du sport sont souvent perçus comme des espaces purement fonctionnels, et, pour cette raison, on considère qu’ils sont peu révélateurs des grands débats idéologiques des années mouvementées de l’entre-deux-guerres. En réalité, le sport et les constructions pour le sport sont deux lieux d’expression concrète du politique, et l’architecture sportive – considérée autant du point de vue de sa configuration englobante que des symboles qu’elle comporte à foison – constitue un terrain de recherche idéal pour mettre en valeur l’obsession unitaire des fascismes.

  • 16 Catherine Brice, « Architecture et homme nouveau dans l’Italie fasciste », inMarie-Anne Matard-Bonu (...)

21Comme le note très justement Catherine Brice, l’architecture présente « une spécificité par rapport aux autres formes artistiques telles que la peinture, la sculpture, voire la photographie. L’architecture dispose d’une fonctionnalité qui va au-delà de la propagande visuelle : elle est destinée à être habitée, vécue, utilisée tout en étant vue, lue et éventuellement décryptée. Autrement dit, l’architecture fasciste contribue d’une part à façonner l’homme fasciste, puis l’Homme nouveau par la pratique politique qui s’inscrit dans les bâtiments, et d’autre part à le représenter à des fins d’autolégitimation et de pédagogie16 ». L’architecture sportive réunit de façon privilégiée ces deux éléments, car le sport est à la fois pratique et représentation, façonnement physique des corps individuels et légitimation spirituelle du corps social.

  • 17 Ibid.

22De sorte que la question du sens politique de l’architecture, c’est-à-dire de son « efficacité symbolique17 » sur les destinataires, n’a presque pas à se poser s’agissant de l’architecture sportive : elle est transcendée par la subordination des équipements à la pratique sportive elle-même et au rituel collectif qui l’accompagne.

  • 18 Volker Kluge, Olympiastadion Berlin. Steine beginnen zu reden, Berlin, Parthas, 1999 Wolfgang Schäc (...)
  • 19 En voici quelques exemples. Sur le stade de Bologne : Nazario Sauro Onofri, Vera Ottani (dir.), Dal (...)
  • 20 Comitato dei monumenti moderni, Il Foro italico, Catalogue d’exposition, Rome, Clear, 1990 Memmo Ca (...)

23Pourtant, l’étude de l’architecture sportive est un champ historiographique presque complètement délaissé. Pour aucun des deux régimes, il n’existe d’étude globale sur le sujet. En Allemagne, deux monographies consacrées au Reichssportfeld des Jeux olympiques de 1936 ont été publiées18. De même, en Italie, l’architecture sportive n’a fait l’objet que de quelques publications spécifiques portant en particulier sur des stades19 ou sur le forum Mussolini (appelé désormais « forum italien »)20.

  • 21 Alain Ehrenberg, en identifiant l’éducation et la mobilisation des masses comme deux techniques d’e (...)

24Or, par l’étude de l’architecture des équipements sportifs, il est possible de mettre en valeur les stratégies d’encadrement des masses et de mise en scène communautaire initiées par les régimes fasciste et nazi en mêlant le sport et l’art21. L’intérêt des régimes fascistes pour l’architecture n’est pas seulement justifié par l’usage propagandiste qu’on lui associe spontanément. De manière générale, les arts sont considérés en Italie fasciste et en Allemagne nazie comme l’expression d’une spécificité nationale. Mais la particularité de l’architecture est qu’en alliant fonction et art, elle s’impose au public et s’avère être, par là même, un formidable outil de communication. De nombreux ouvrages ont étudié ce mécanisme de représentation du pouvoir. Mais l’architecture sportive est doublement intéressante en alliant l’art et le sport, elle rassemble en quelque sorte les deux éléments de prédilection présidant à l’affirmation idéologique des fascismes.

  • 22 Philippe Burrin, Fascisme, nazisme, autoritarisme, Paris, Seuil, 2000, p. 55.

25L’architecture et le sport, mêlés, répondaient idéalement à ce fantasme des dirigeants fascistes et nazis : modeler les « masses en leur donnant une identité22 ». C’est ce que le présent travail entend démontrer.

Plan et sources

26Le régime fasciste et le régime nazi ont clairement pris appui sur le développement du sport afin de favoriser le façonnage et l’endoctrinement de leurs populations ; ils ont tenté, à des degrés divers, mais dans un sens ‘‘guerrier” convergeant, d’encadrer et de subordonner à leurs visées idéologiques la pratique sportive de leurs sujets ; ils voulaient créer un « nouvel Homme » pourvu des vertus « fascistes » ou « nazies ».

27Dans une première partie, nous analyserons l’effort considérable de ces régimes, sur un plan financier, matériel et organisationnel, qui a été fourni pour permettre la formation des citoyens et l’accueil de grandes rencontres sportives internationales.

  • 23 Renzo De Felice, Intervista sul fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2001 [1975], p. 53.

28« L’idée que l’État, à travers l’éducation, peut créer un nouveau type de citoyen » est certes « une idée typiquement démocratique, classique des Lumières, une manifestation de caractère rousseauiste23 ». Mais l’éducation fasciste défend volontairement une éducation totale qui ne tolère pas de déviation et qui concerne tous les individus. Si elle ne se limite pas au sport, le rôle de ce dernier est néanmoins essentiel, car on lui assigne un objectif qui détermine tous les autres : celui de renforcer la race. Il s’agit de former l’Homme nouveau et de modeler les masses.

29Le sport n’a cependant pas seulement une fonction d’éducation. En Italie fasciste et en Allemagne nazie, le sport est aussi un outil de mise en scène des nouveaux héros de la patrie et de mobilisation des masses. On observe sous ces régimes une même politisation des manifestations sportives. Les cérémonies sportives orchestrées par le régime permettent de réunir les individus – disparaissant littéralement dans la masse – dans une célébration politique régulière tout en mettant en scène, sur (ou plutôt pour) le théâtre international, le bon fonctionnement du pays. La Coupe du Monde de football de 1934 en Italie et les Jeux olympiques de Berlin en 1936 sont emblématiques de ce type de propagande. Les nouveaux lieux du sport qui accueillent les rencontres témoignent de l’évolution du sport vers un spectacle toujours plus impressionnant ; le monumentalisme architectural est mis au service du prestige international.

  • 24 Cf. en particulier Bruno Zevi, Saper vedere l’architettura, Turin, Einaudi, 2000 [1948] et Steen Ei (...)

30Dans une seconde partie, nous nous pencherons précisément sur l’étude de l’architecture même des équipements sportifs. Les styles architecturaux sous le fascisme italien et le national-socialisme sont composés d’éléments ayant une haute valeur symbolique, que nous nous attacherons à restituer. Concrètement, nous dégagerons trois grands thèmes de l’architecture sportive fasciste et nazie : l’utilisation des techniques modernes et leur effet sur le style architectural ; le rapport à l’Antiquité ; la tendance au monumentalisme. En distinguant et analysant ces trois thèmes, on s’efforcera de mettre en valeur la façon dont les mythes du totalitarisme national – parfaitement hétérogènes à les considérer isolément – ont été exprimés uniment par l’architecture sportive et transcendés par la fonction sportive et d’incarnation du corps social des lieux considérés. Pour ce faire, on aura notamment recours à la méthodologie utilisée pour l’analyse architecturale24.

31L’ensemble du travail s’appuie, pour l’essentiel, sur l’exploitation des sources d’archives produites par deux États « totalitaires » : l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie. Si les discours et les écrits sur le sport sont caractérisés sous ces régimes par un investissement idéologique particulièrement important, il n’en va pas différemment pour les documents techniques relatifs aux équipements sportifs qui nous ont intéressés – recommandations architecturales, codifications, devis, bilans, projets de construction, échanges de lettres au sujet des constructions, etc. Nous avons d’autant plus eu le souci d’en tenir compte que le présent travail postule une corrélation forte entre les idéologies fascistes et les productions architecturales.

  • 25 Les clubs de football de Florence et de Gênes, par exemple, ne possèdent plus de traces de la const (...)
  • 26 Les archives de l’Académie fasciste d’éducation physique auraient été brûlées à la chute du fascism (...)

32Une autre difficulté a résidé dans les lacunes fréquentes ou le mauvais état des archives. En effet, le sport de l’entre-deux-guerres, dominé par une culture orale, constitue une pratique ‘‘jeune”, en pleine expansion, qui se soucie essentiellement d’évoluer. Rares sont les clubs sportifs qui ont tenu et préservé leurs archives25. De plus, l’effondrement politique et militaire des fascismes, de 1943 à 1945, a entraîné des pertes nombreuses, soit en raison des bombardements, soit par des actes symboliques de destruction des documents26.

33En Italie, où les Archives centrales d’État (Archivio Centrale dello Stato) se sont rapidement révélées insuffisantes, il a été nécessaire de consulter d’autres fonds archivistiques, choisis parmi les villes sportives les plus importantes. Pour ce faire, nous nous sommes orientés vers les villes ayant participé à l’organisation de la Coupe du monde de football en 1934. En effet, même si dans ces communes les stades ne furent pas construits expressément pour cet événement – ils furent néanmoins agrandis, rénovés, voire entièrement reconstruits –, ces constructions ont indéniablement marqué l’architecture sportive de l’entre-deux-guerres. Nous avons donc pu constituer un panel relativement complet de données (documents techniques, plans, projets architecturaux, devis, directives ministérielles, etc.) ce qui a nécessité, de notre part, des déplacements aux archives municipales de Trieste, Bologne, Florence, Turin, Milan et Gênes.

34Une autre source importante, pour l’Italie, a été les archives du Coni – Comité olympique national italien –, récemment retrouvées et qui n’avaient jusqu’ici pas été utilisées de manière approfondie. Les procès-verbaux du conseil du Coni se sont révélés d’une grande richesse, éclairant notamment la gestion fasciste du sport entre 1933 et 1939 sous la houlette du secrétaire du Parti national fasciste – également président du Coni –, Achille Starace.

  • 27 En particulier ceux des Archives fédérales de Coblence et du Berlin Document Centre.

35En Allemagne, les Archives fédérales (Bundesarchiv) de Berlin ont centralisé la plupart des fonds nationaux depuis la réunification27. Elles nous ont donc fourni l’essentiel des informations pour la partie allemande du travail. Nous y avons trouvé nombre de documents importants et inédits sur les programmes de construction d’équipements pour la pratique sportive. En particulier, nous y avons découvert l’intérêt – jusqu’à présent très peu connu – porté par les dirigeants sportifs nazis pour la construction de piscines à la fin des années 1930. En leur sein, le fonds d’archives du Deutscher Gemeindetag – l’institution faisant le relais entre le gouvernement et les communes sous le nazisme –, très peu utilisé par les historiens, nous a également apporté un grand nombre d’informations techniques sur les constructions sportives initiées par les communes allemandes dans les années 1930. Nous avons enfin pu consulter les documents relatifs à l’organisation des Jeux olympiques de 1936. Comme le Comité d’organisation des Jeux olympiques (Cojo) travaillait en tandem avec les structures de l’État hitlérien (chancellerie, ministères de l’Intérieur, des Finances, de la Propagande, etc.), ces archives conservent en effet l’essentiel des documents historiques sur la rencontre berlinoise de 1936. Par ailleurs, les archives de Carl Diem – pilier du mouvement sportif allemand et l’un des principaux artisans de la candidature allemande aux Jeux olympiques de 1936 –, rassemblées à Cologne, nous ont permis, de par leur extrême richesse, d’apporter quelques précieux compléments. Les Jeux olympiques dépendant avant tout du Comité international olympique, nous avons aussi prospecté dans les archives de cette organisation internationale – rassemblées à Lausanne – et recherché tout ce qui y concerne les préparatifs de la manifestation, les constructions olympiques et, surtout, le soutien apporté par le CIO aux Jeux olympiques du régime d’Adolf Hitler.

36En plus des archives nationales et communales, nous nous sommes également rendue aux archives cinématographiques fédérales, pour y visionner des documents relatifs aux manifestations sportives organisées sous le nazisme. Enfin, nous avons trouvé dans les publications de l’époque – livres, périodiques spécialisés, presse, etc. – de très riches éléments pour illustrer notre propos.

Notes

1 « Fédération de course Ancienne Prusse ».

2 Sebastian Haffner, Histoire d’un Allemand. Souvenirs 1914-1933, Arles, Actes Sud, 2003 [2002], p. 60-1.

3 Cf. par exemple Detlev J. K. Peukert, La République de Weimar. Années de crise de la modernité, Paris, Aubier, 1995 [1987].

4 Peter Gay, Le Suicide d’une république. Weimar 1918-1933, Paris, Gallimard, 1995 [1968], p. 26.

5 Emilio Gentile, Il culto del littorio, Rome-Bari, Laterza, 2001 [1993], p. 10.

6 Ibid., p. 7-8.

7 Norbert Elias, Studien über die Deutschen. Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1990 [1989], p. 14.

8 Cf. Nobert Elias, Humana conditio. Osservazioni sullo sviluppo dell’umanità nel quarantesimo anniversario della fine di una guerra, Bologne, Il Mulino, 1987 [1985], p. 33-41.

9 Renzo De Felice, Le interpretazioni del fascismo, Rome-Bari, Laterza, 1995 [1969], p. xv.

10 Robert O. Paxton, Le Fascisme en action, Paris, Seuil, 2004 [2004], p. 23.

11 Ibid.

12 Comme le note Marie-Anne Matard-Bonucci : « L’idée que la santé morale allait de pair avec l’activité sportive s’imposa dans d’autres contextes politiques européens, y compris démocratiques ». Cf. Marie-Anne Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau sous le fascisme italien », in Marie-Anne Matard-Bonucci, Pierre Milza (dir.), L’Homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945). Entre dictature et totalitarisme, Paris, Fayard, 2004, p. 151.

13 Pierre Milza, Les Fascismes, Paris, Seuil, 1991 [1985], p. 18-20.

14 Marie-Anne Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau sous le fascisme italien », art. cit. p. 152.

15 Cf. Norbert Elias, Eric Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 [1986].

16 Catherine Brice, « Architecture et homme nouveau dans l’Italie fasciste », inMarie-Anne Matard-Bonucci, Pierre Milza (dir.), L’Homme nouveau dans l’Europe fasciste, op. cit., p. 281.

17 Ibid.

18 Volker Kluge, Olympiastadion Berlin. Steine beginnen zu reden, Berlin, Parthas, 1999 Wolfgang Schäche, Norbert Szymanski, Das Reichssportfeld. Architektur im Spannungsfeld von Sport und Macht, Berlin-Brandenburg, be.bra, 2001.

19 En voici quelques exemples. Sur le stade de Bologne : Nazario Sauro Onofri, Vera Ottani (dir.), Dal Littoriale allo stadio storiaper immagini dell’impianto sportivo bolognese, Bologne, Consorzio Cooperative Costruzioni, 1990. Sur le stade de Florence : Andrea Galluzzo, Carlo Battiloro, Francesco Varrasi, La grande vicenda dello stadio di Firenze, Florence, Edifir, 2000. Sur le stade de Turin Federica Montaldi, Roberta Motto, Lo stadio Mussolini a Torino. Architettura e tecnologia. Analisi del degrado e proposte di intervento, Tesi di laurea, Polytechnique de Turin, Faculté d’architecture, a.a. 1999/2000. Sur le stade San Siro de Milan : Silvana Sermisoni (dir.), San Siro. Storia di uno stadio, Fotografie di Vincenzo Castella, Milan, Electra, 1989.

20 Comitato dei monumenti moderni, Il Foro italico, Catalogue d’exposition, Rome, Clear, 1990 Memmo Caporilli, Franco Simeoni, Il Foro Italico e lo Stadio Olimpico, Rome, Tomo, 1990 ; Antonella Greco, Salvatore Santuccio, Foro italico, Rome, Multigrafica, 1991. Il faut aussi évoquer le travail de Francesco Maria Varrasi qui, dans un mémoire de maîtrise faisant référence sur l’économie, la politique et le sport en Italie entre 1925 et 1935, traite en grande partie des équipements sportifs : Francesco Maria Varrasi, Economia, politica e sport in Italia (1925-1935), Tesi di laurea in economia, Université de Florence, 1994/1995.

21 Alain Ehrenberg, en identifiant l’éducation et la mobilisation des masses comme deux techniques d’endoctrinement par le sport, fournit des pistes intéressantes de réflexions. Cf. Alain Ehrenberg, « Aimez-vous les stades ? Architecture des masses et mobilisation in Ehrenberg, Recherches, n° 43, avril 1980, « Aimez-vous les stades ? » p. 25-54.

22 Philippe Burrin, Fascisme, nazisme, autoritarisme, Paris, Seuil, 2000, p. 55.

23 Renzo De Felice, Intervista sul fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2001 [1975], p. 53.

24 Cf. en particulier Bruno Zevi, Saper vedere l’architettura, Turin, Einaudi, 2000 [1948] et Steen Eiler Rasmussen, Experiencing Architecture, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1964 [1959], p. 33.

25 Les clubs de football de Florence et de Gênes, par exemple, ne possèdent plus de traces de la construction de leur stade. Le stade Berta de Florence a heureusement été construit par la commune et sa construction a été un événement architectural qui a donné lieu à des publications diverses. Au contraire, pour le stade de Gênes, de construction privée, les documents d’époque ont été perdus et les archives communales ne conservent que des documents sur le stade après son rachat par la commune en 1935.

26 Les archives de l’Académie fasciste d’éducation physique auraient été brûlées à la chute du fascisme.

27 En particulier ceux des Archives fédérales de Coblence et du Berlin Document Centre.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search