Version classiqueVersion mobile

La démocratie est-elle soluble dans l’islam ?

 | 
Abdellah Hammoudi
, 
Denis Bauchard
, 
Rémy Leveau

Deuxième partie. L’État dans les sociétés musulmanes : sécularisation et références islamiques

Volonté de réformes et changements, le modèle de Bonaparte à Bush

Henry Laurens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un récent numéro de Foreign Affairs1, Bernard Lewis affirme que les élections irakiennes de janvier 2005 pouvaient représenter un tournant historique de l’ampleur au moins aussi important que l’arrivée du général Bonaparte et la révolution française en Égypte, il y a un peu plus de deux siècles. Il est bien vrai que le discours actuel de démocratisation du « Grand Moyen-Orient » rappelle étrangement le discours révolutionnaire d’universalisation de la Révolution française et qu’il pose les mêmes problèmes d’interprétation.

L’Empire ottoman doit être réformé

C’est au xviiie siècle qu’est née la problématique de la réforme dans le monde musulman, principalement à propos de l’Empire ottoman. Il est la conséquence dans la seconde moitié de ce siècle de l’affirmation d’un renversement écrasant des forces. Dans la période précédente, les Ottomans inspiraient de la peur, ce qui se traduisait par la théorie du despotisme oriental, gouvernement par la terreur dont l’efficacité était plus ...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search